Navigation – Plan du site

Colloque international Q5. Le Quaternaire : limites et spécificités

Paris, 1-3 février 2006
Jean-Philip Brugal, Nicole Limondin-Lozouet et François Sémah
p. 5-6

Texte intégral

1La période Quaternaire comprend le Pléistocène, dont la limite inférieure actuelle se situe vers 1,8 million d’années, et l’Holocène qui couvre les dix derniers millénaires (10 000 BP ou 11 500 cal. BP). Ces dernières années, le débat sur le statut du Quaternaire et sur le maintien du terme dans les chartes stratigraphiques a été vivement relancé. De nombreuses questions sont posées, relatives entre autres :

  • à l’intégration du Pléistocène et de l’Holocène au système Néogène, à la fin de l’ère Cénozoïque ;

  • à la disparition du terme Quaternaire ou à sa définition en tant que sous-système du Néogène ;

  • à la position de la limite entre le Pliocène et le Pléistocène.

2Au-delà d’un débat récurrent et finalement très conventionnel sur la nomenclature stratigraphique, l’enjeu est d’apprécier la spécificité de la dernière période de l’Histoire de la Terre et de la Biosphère. La réflexion a naturellement débouché, au sein des communautés scientifiques spécialisées, vers des questions fondamentales concernant les événements et processus naturels qui ont marqué le Quaternaire.

3Il est apparu aux membres du Comité national français de l’INQUA (Union Internationale pour la recherche sur le Quaternaire) et de l’AFEQ (Association Française pour l’Etude du Quaternaire) que la communauté des quaternaristes français devait prendre position sur ces questions. Au-delà d’une pétition formelle, cette communauté souhaite apporter une contribution originale et concrète à la réflexion sur les phénomènes, outils et méthodes qui participent de l’étude interdisciplinaire du Quaternaire.

4Cette période géologique a été fortement marquée par la diversité des représentants de la lignée humaine, avec notamment l’apparition du genre Homo. L’Homme demeure ainsi le témoin principal du Quaternaire, ce qui a suscité un raccourci, parfois utilisé, de la définir comme une période ‘Anthropozoïque’.

5Cette réflexion a pris la forme d’un colloque international qui s’est tenu au Muséum national d’Histoire naturelle (1-3 Février 2006). Le MNHN de Paris est en effet l’un des établissements français qui, par sa pluralité d’approche de l’évolution et de la dynamique de la diversité naturelle, se devait d’accueillir et d’appuyer une telle manifestation. L’étude du Quaternaire y est par ailleurs représentée dans plusieurs de ses départements scientifiques de recherche.

6Ce choix du lieu d’organisation souligne que l’intérêt des recherches quaternaristes n’est pas restreint à une petite communauté scientifique spécialisée. Cherchant à se définir aujourd’hui au sein et face à l’avenir de son environnement, l’Homme doit se rappeler qu’il est, depuis plus de deux millions d’années, le grand témoin, mais aussi l’un des acteurs, de l’évolution du climat, des milieux et de la biodiversité. Les enregistrements quaternaires, l’évolution mais aussi les contrastes qu’ils reflètent, les traces associées des Hommes et de leurs comportements, doivent être mis en regard des observations portant sur la dynamique de la biodiversité actuelle, sur les stress écologiques associés, et sur l’ensemble complexe des relations Homme-nature. Portant sur les mêmes terrains (milieux tempérés, tropicaux, ou ‘extrêmes’ ; points chauds actuels et passés de la biodiversité), les recherches sur le Quaternaire apportent à l’approche naturaliste la profondeur chronologique indispensable.

7Un des grands atouts de la période Quaternaire est de permettre une approche à la fois pluri– et inter-disciplinaire relevant des domaines des Sciences de la Terre, de la Vie et de l’Homme. La haute résolution chronologique des événements géobiologiques offre un terrain de recherche scientifique inégalé dans les études de l’Histoire de la Terre.

8Plusieurs thématiques ont été développées lors de ces trois journées, concernant les grands terrains des recherches sur le Quaternaire : Position et signification du Quaternaire – Les variations climatiques du Quaternaire à partir d’enregistrements marins et continentaux – Forçages internes et changements globaux – Datation : potentiel et limites – Marqueurs stratigraphiques et Quaternaire, 18, (1), 2007, p. 5-6 biogéochimiques – Dynamiques évolutives des écosystèmes – L’Homme, témoin et acteur du Quaternaire, sous le contrôle de deux comités (annexe 1). Ces sessions, qui se sont succédées, ont ainsi réuni 169 chercheurs venant de 11 pays et elles ont regroupé une centaine de communications, privilégiant les synthèses, régionales ou plus globales, et permettant ainsi une présentation des travaux de la communauté quaternariste française.

9Il était essentiel que les conclusions de cette réunion permettent de mieux éclairer la place du Quaternaire : l’approche pluridisciplinaire aboutit en effet à la construction de plusieurs échelles référentielles distinctes et complémentaires (méthodologiques ou géographiques), ayant chacune leur propre potentiel de résolution. Elles n’ont pas besoin d’être fondues en un référentiel unique (contrairement à la méthode usuellement appliquée en stratigraphie), mais participent à une combinaison et une confrontation plurielle qui fait toute l’originalité et la richesse de ces trois derniers millions d’années d’Histoire de la Terre. Elles justifient d’autant l’intérêt de conserver une appellation distincte pour le Quaternaire au sein des chartes stratigraphiques, pour beaucoup liée à ces spécificités.

10Ce colloque a permis d’amorcer un large et véritable débat s’exprimant en particulier lors d’une réunion finale (sous forme de forum) qui a permis de discuter et prendre position sur les questions posées, en particulier sur la spécificité de cette période et ses limites chronologiques. Ce sont ces positions qui ont été présentées dans une lettre adressée aux représentants de l’institution internationale de l’INQUA (annexe 2), institution reconnue par l’ICSU (Conseil International pour la Science). Par ailleurs, et sachant que ces questions fondamentales allaient être traités lors du XVIIème Congrès de l’INQUA (31 Juillet – 3 Août 2007, à Cairns, Australie), nous désirions pouvoir rapidement publier et y présenter les principales contributions de la réunion de Paris. Ce volume de la revue Quaternaire en est l’expression, concernant notamment des études de mammifères, et devrait être bientôt suivi d’autres livraisons par la suite.

11Le Quaternaire est une réalité tangible, comme le démontre le dynamisme et l’originalité des études sur cette période somme toute récente et qui a, à notre sens, encore beaucoup d’avenir… Au terme de ces riches journées, il apparaît fondamental de lui conserver sa pleine position stratigraphique et de rabaisser sa limite chronologique à 2.6 millions d’années : positions à tenir et propositions à débattre dans les prochains mois…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philip Brugal, Nicole Limondin-Lozouet et François Sémah, « Colloque international Q5. Le Quaternaire : limites et spécificités », Quaternaire, vol. 18/1 | 2007, 5-6.

Référence électronique

Jean-Philip Brugal, Nicole Limondin-Lozouet et François Sémah, « Colloque international Q5. Le Quaternaire : limites et spécificités », Quaternaire [En ligne], vol. 18/1 | 2007, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/997

Haut de page

Auteurs

Jean-Philip Brugal

Articles du même auteur

Nicole Limondin-Lozouet

Articles du même auteur

François Sémah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org