Navigation – Plan du site

Biozonation continentale du Plio-Pléistocène d’Europe et d’Asie occidentale par les mammifères : état de la question et incidence sur les limites Tertiaire/Quaternaire et Plio/Pléistocène

Continental mammalian biozonation of the European and western Asian Plio-Pleistocene: state of the art and repercussion on the Tertiary-Quaternary and Plio-Pleistocene boundaries
Claude Guérin
p. 23-33

Résumés

Les principes de la biozonation par les mammifères ont été établis pour le Néogène méditerranéen par P. Mein en 1975, et utilisés pour constituer une biozonation du Plio-Pléistocène d’Europe par C. Guérin en 1980. Chaque biozone est une standardzone telle que conçue par J.H. Callomon, dont les limites sont isochrones. Elle obéit à deux principes, celui de contiguïté (en vertu duquel sa limite supérieure est en général définie par la limite inférieure de la zone qui lui succède) et celui de hiérarchie. Chaque standardzone à mammifères est à la fois une zone d’extension, de lignage et d’association car elle procède d’une triple définition : présence de formes caractéristiques de lignées évolutives, présence d’associations caractéristiques de genres et d’espèces, apparition de taxons nouveaux. C’est un système évolutif en fonction des progrès des connaissances paléontologiques, comme par exemple ceux qu’ont connu les Proboscidiens et les Bovidae plio-pléistocènes d’Europe au cours de la dernière décade. Ce système est un bon moyen pour dater efficacement un gisement lorsque aucune méthode de radiochronologie ne lui est applicable. Il intègre parfaitement les nouvelles datations radiométriques. Il peut aussi pallier les faiblesses de certaines techniques, comme celles récemment révélées pour certains des stades isotopiques de l’oxygène. Appliqué à une redéfinition des limites Tertiaire/Quaternaire et plio-pléistocène, qui doivent être identiques selon le principe de hiérarchie, ce système milite en faveur d’une limite placée, pour l’Europe, entre les zones MNQ 15 et 16, c’est à dire un peu au-delà de 2,6 Ma. Cette limite parait corrélable avec celle, contemporaine, observée dans d’autres continents (Afrique, Amérique du Sud).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Guérin, « Biozonation continentale du Plio-Pléistocène d’Europe et d’Asie occidentale par les mammifères : état de la question et incidence sur les limites Tertiaire/Quaternaire et Plio/Pléistocène », Quaternaire, vol. 18/1 | 2007, 23-33.

Référence électronique

Claude Guérin, « Biozonation continentale du Plio-Pléistocène d’Europe et d’Asie occidentale par les mammifères : état de la question et incidence sur les limites Tertiaire/Quaternaire et Plio/Pléistocène », Quaternaire [En ligne], vol. 18/1 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/950 ; DOI : 10.4000/quaternaire.950

Haut de page

Auteur

Claude Guérin

UFR des Sciences de la Terre, Université Claude Bernard – Lyon I, 27-43 Boulevard du 11 novembre, 69622 Villeurbanne Cedex, France.
E-mail : claude.guerin@pop.univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org