Navigation – Plan du site

Principes de subdivision stratigraphique de l’histoire de la terre ; le cas du Quaternaire, sa signification et son rang hiérarchique

Principles of subdivision of the earth history, the case of the Quaternary, significance and hierarchical ranking
Gilles S. Odin, Nicole Limondin-Lozouet et Jean-Philip Brugal
p. 9-22

Résumés

Historiquement, les unités stratigraphiques furent différenciées sur la base des caractéristiques de la biosphère. Pour les dépôts où les fossiles sont communs, l’unité de base est l’Étage ; chaque Étage correspondant, originellement, à une faune. Ils sont regroupés en unités de rang supérieur d’après l’importance des coupures biologiques.

Dans la pratique, les Étages historiques étaient des formations (ensembles de couches) fossilifères régionales. Ce fondement a conduit à des difficultés d’application au niveau des limites car la base de ces Étages était localisée dans des dépôts transgressifs sur la plate forme continentale succédant à une lacune de dépôt. On a alors proposé de fixer les limites à la base du stratotype de l’Étage. Ainsi tous les dépôts antérieurs, connus ou inconnus, appartenaient à l’Étage inférieur ; il restait qu’une portion du temps n’était pas représentée par des dépôts dans ces stratotypes historiques. Par la suite, la communauté des stratigraphes a élaboré un nouveau principe, celui des Points Stratotypiques Mondiaux (PSM). Selon cette convention, un Étage est défini par un point, choisi par les experts dans une succession continue ; ce point définit l’Étage situé au-dessus. Dès lors, la limite était parfaitement définie par des dépôts antérieurs et postérieurs.

Pour les stratigraphes francophones, le seul concept de PSM ne suffit pas à la définition complète d’une unité stratigraphique. Celle-ci nécessite trois composantes : le PSM de la limite inférieure, le PSM de la limite supérieure et un contenu dont l’essentiel est l’ensemble des couches du stratotype historique qui a donné son nom à l’Étage.

L’intérêt de ce type de définition est que les notions de couches et de temps coïncident parfaitement ce qui a conduit à proposer, pour les langues où les deux notions étaient distinguées jusque là, une terminologie unique pour désigner les unités représentées par les couches (Erathème, Système, Série, Étage, sous étage inférieur, sous étage supérieur), et les unités de temps correspondantes (Ère, Période, Époque, Âge, sous âge “ancien”, “tardif”).

C’est dans le cadre de l’Union Internationale des Sciences Géologiques (U.I.S.G) que sont élaborées les conventions internationales. La Commission Internationale de Stratigraphie est chargée de la question des unités stratigraphiques. Dans ce cadre, des sous commissions sont créées, lesquelles chargent des groupes de travail de prendre en main chaque convention. Ces conventions, proposées dans le cadre de ces Groupes de Travail, sont votées et avalisées par les instances de l’U.I.S.G. L’action, dans ces structures, est très influencée par un petit nombre de personnes sollicitant le travail d’un très grand nombre de personnes.

Les outils utilisés par les stratigraphes pour caractériser les couches ne sont pas disponibles de façon uniforme au cours des temps géologiques. Dans cette optique, il existe trois sortes de stratigraphies : 1- celle où les Étages sont adaptés à la subdivision de l’histoire de la planète avec leur concept fondateur actuel, les PSM et le moyen de corrélation le plus commun, les fossiles ; 2- pour les temps plus anciens, les moyens de corrélation sont différents et obligent à changer la règle ; aujourd’hui, les conventions acceptées le plus généralement sont des âges conventionnels ; 3- au Quaternaire, une large palette d’outils est applicable et, selon les milieux, l’un ou l’autre outil sera appliqué et conduira à une subdivision propre. L’exploitation de la diversité des outils disponibles nécessite de ne pas s’encombrer d’unités uniques, mondiales, quand de nombreux outils peuvent être associés avec des âges en années. Les conventions, concept fixe et contraignant, sont remplacées par des connaissances, concept variable laissant une plus grande liberté de progrès.

En outre, le Quaternaire n’est pas une subdivision comparable aux unités antérieures. Sa durée n’est pas supérieure à celle d’un Étage mais son rang hiérarchique doit aussi prendre en compte sa signification. Pour la première fois de l’histoire du globe, les temps quaternaires s’inscrivent dans une biosphère influencée, et même considérablement influencée à long terme, par une espèce unique. C’est une révolution fondamentale dans l’évolution. Cette prise en compte est aussi une nécessité pour la prise de conscience des responsabilités de l’homme vis à vis de son environnement ; elle se traduirait par le fait que l’unité Quaternaire pourrait se situer, de façon justifiable, au niveau d’une Ère succédant au Cénozoïque (ou Tertiaire) sinon d’un Éon de même rang que le Phanérozoïque.

La question de la position précise de sa limite inférieure est autre ; il ne manque pas d’exemples, dans la colonne stratigraphique, dans lesquels le fait dominant caractérisant une unité n’apparaît pas précisément au premier moment de l’unité en question. Cependant, il serait souhaitable que l’“événement guide” pour situer la base du Quaternaire soit en relation avec le fondement de l’influence de l’homme : l’apparition de la pensée conceptuelle, marquée par l’apparition des outils vers 2,6 Ma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles S. Odin, Nicole Limondin-Lozouet et Jean-Philip Brugal, « Principes de subdivision stratigraphique de l’histoire de la terre ; le cas du Quaternaire, sa signification et son rang hiérarchique », Quaternaire, vol. 18/1 | 2007, 9-22.

Référence électronique

Gilles S. Odin, Nicole Limondin-Lozouet et Jean-Philip Brugal, « Principes de subdivision stratigraphique de l’histoire de la terre ; le cas du Quaternaire, sa signification et son rang hiérarchique », Quaternaire [En ligne], vol. 18/1 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/937 ; DOI : 10.4000/quaternaire.937

Haut de page

Auteurs

Gilles S. Odin

Géochronologie et Sédimentologie Océanique, Université Pierre & Marie Curie, 4 Place Jussieu, 75252 Paris Cedex 05. Courriel : gilodin@ccr.jussieu.fr

Nicole Limondin-Lozouet

Laboratoire de Géographie physique CNRS, 1 Place A. Briand, 92195 Meudon Cedex. Courriel : Nicole.Limondin@cnrs-bellevue.fr

Articles du même auteur

Jean-Philip Brugal

UMR 6636 du CNRS, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647,13094 Aix-en-Provence cedex 2. Courriel : brugal@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org