Navigation – Plan du site

Analyse pollinique du site de Hagenthal‑le‑Bas (Haut‑Rhin, France) et occupations archéologiques de l’est du Sundgau

Pollen analysis at Hagenthal-le-Bas (Haut‑Rhin, France) and archaeological sites in the east of Sundgau area
Hervé Richard, Rose-Marie Arbogast, Muriel Roth‑Zehner, Christian Jeunesse, Charly Massa et Emilie Gauthier
p. 315-327

Résumés

Un paléochenal du ruisseau (le Kirchbach) parcourant la partie basse du village de Hagenthal-le-Bas (68) a été repéré lors d’une prospection destinée à inventorier les zones susceptibles de faire l’objet d’analyses palynologiques dans cette région du Sundgau, située à l’extrême sud de l’Alsace, sur le piémont au nord du massif jurassien. Cette prospection s’inscrivait dans le cadre du programme de recherche développé autour de l’abri Saint Joseph, situé sur la commune de Lutter à 8 km au sud-ouest de Hagenthal, qui a fait l’objet d’une fouille programmée entre 2005 et 2011. Le forage effectué dans ce paléochenal a permis de recueillir 4,50 mètres de sédiments limono-organiques déposés lors des épisodes de divagations du cours d’eau ; la sédimentation discontinue est affectée par de nombreuses lacunes chronologiques. La mesure en continu de la susceptibilité magnétique montre une succession de cycles et de pics de fortes valeurs répartis sur toute la séquence, traduction pour la plupart des déplacements du cours d’eau dans le fond de la vallée. Douze datations par le radiocarbone ont été effectuées sur cette séquence. La construction du modèle âge/profondeur a été difficile en raison de l’irrégularité de la sédimentation. Ce modèle confirme l’existence d’une importante lacune entre environ 9 000 et 4 000 ans cal. BC (environ 11 000-6 000 BP). Le diagramme palynologique débute au cœur de l’Allerød, entre environ 11 500 et 11 150 ans cal. BC (13 450-13 100 ans cal. BP), dans un environnement très forestier dominé par le pin. La fin de l’Allerød, la totalité du Dryas récent et l’extrême début de l’Holocène correspondent à un régime beaucoup plus actif du ruisseau qui a empêché toute sédimentation fine. À partir d’environ 9 400-9 300 ans cal. BC (vers 11 400 BP) débute alors une longue période largement dominée par le pin qui va durer jusque vers 3 600-3 500 ans cal. BC (vers 5 500 BP). Vers 4 400-4 300 ans cal. BC (environ 6 300 BP), apparaissent quelques grains de pollen de céréales accompagnés d’armoise et de Rubiaceae. Si ces très faibles indices de présence humaine se situent bien dans une phase ancienne du Néolithique, ils sont toutefois plus récents que les occupations les plus anciennes du site archéologique de Lutter. Au cours du Néolithique final, pendant environ un millénaire, des signes plus évidents d’impact de l’homme sur l’environnement de cette micro-région sont visibles. Ensuite, il faudra attendre le milieu de l’Âge du Fer pour que de nouveaux indices polliniques d’anthropisation réapparaissent dans ce diagramme. Jusqu’au ve siècle de notre ère, ils restent pourtant très discrets, masqués par les apports polliniques de la forêt humide qui occupe le fond de la vallée. À partir des ve-vie siècles, jusqu’au xiie-xiiie siècles, des cultures variées, des pâtures et des prairies de fauche occupent une grande partie du territoire alors que les collines proches restent le domaine des forêts. Il est très probable que cette phase de forte emprise agricole se prolonge encore sur plusieurs siècles. En effet, à partir de 90 cm de profondeur, soit vers le xive siècle, une phase détritique (trop pauvre en pollen) se développe et occupe toute la partie supérieure de la séquence. Cette phase détritique pourrait être la conséquence des effets locaux du Petit Âge Glaciaire. Toutefois, les indices polliniques d’anthropisation élevés tendent plutôt à attribuer cette augmentation du détritisme à l’anthropisation de plus en plus importante du bassin versant de ce ruisseau.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

1 - Introduction
2 - Le forage de Hagenthal-le-Bas
2.1 - Le modèle âge/profondeur et les mesures de susceptibilité magnétique
2.2 - L’analyse pollinique de la séquence de Hagenthal‑le‑Bas
2.2.1 - ZPL H1
2.2.2 - ZPL H2
2.2.3 - ZPL H3
2.2.4 - ZPL H4
2.2.5 - ZPL H5
2.2.6 - ZPL H6
2.2.7 - ZPL H7
3 - Le contexte archéologique et historique
4 - Conclusion

Aperçu du texte

1 - Introduction

Le site de Hagenthal-le-Bas (68) a été repéré en 2009 lors d’une prospection systématique destinée à inventorier les zones susceptibles de faire l’objet d’analyses paléoenvironnementales (palynologiques entre autres) dans cette région située à l’extrême sud de l’Alsace. Cette prospection s’inscrivait dans le cadre du programme de recherche développé autour de la fouille et de l’étude de l’abri « Saint Joseph » de Lutter (situé à 8 km au sud-ouest de Hagenthal). Découvert en 1983, cet abri-sous-roche a fait l’objet d’une fouille programmée entre 2005 et 2011. Ces recherches ont mobilisé une équipe internationale de chercheurs de l’UMR 7044 (CNRS et Université de Strasbourg) et de l’Institut de Préhistoire et Sciences en Archéologie de l’Université de Bâle (Suisse). L’objectif principal était de contribuer à l’étude des modalités de néolithisation du massif jurassien. Une attention particulière a été accordée au recouvrement des données archéobotaniques dans les différ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Richard, Rose-Marie Arbogast, Muriel Roth‑Zehner, Christian Jeunesse, Charly Massa et Emilie Gauthier, « Analyse pollinique du site de Hagenthal‑le‑Bas (Haut‑Rhin, France) et occupations archéologiques de l’est du Sundgau », Quaternaire, vol. 27/4 | 2016, 315-327.

Référence électronique

Hervé Richard, Rose-Marie Arbogast, Muriel Roth‑Zehner, Christian Jeunesse, Charly Massa et Emilie Gauthier, « Analyse pollinique du site de Hagenthal‑le‑Bas (Haut‑Rhin, France) et occupations archéologiques de l’est du Sundgau », Quaternaire [En ligne], vol. 27/4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7754 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7754

Haut de page

Auteurs

Hervé Richard

Laboratoire Chrono-environnement UMR6249, Université Bourgogne Franche‑Comté/CNRS, 16 route de Gray, FR-25030 BESANCON.Courriel : herve.richard@univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Rose-Marie Arbogast

UMR 7044 (Archimede), CNRS-Universite de Strasbourg-MISHA, 5 allée du General Rouvillois, FR-67083 STRASBOURG. Courriel : rose‑marie.arbogast@misha.fr

Muriel Roth‑Zehner

Pole d’Archeologie Interdepartemental Rhenan (PAIR), 11 rue Jean‑Francois Champollion, FR-67600 SELESTAT. Courriel : muriel.roth‑zehner@pair-archeologie.fr

Christian Jeunesse

UMR 7044 (Archimede), CNRS-Universite de Strasbourg-MISHA, 5 allée du General Rouvillois, FR-67083 STRASBOURG. Courriel : christian.jeunesse@misha.fr

Charly Massa

Department of Geography, 2500 Campus Road, Honolulu, HI 96822 HONOLULU, USA. Courriel : massacha@hawaii.edu; Laboratoire Chrono-environnement UMR6249, Université Bourgogne Franche‑Comté/CNRS, 16 route de Gray, FR‑25030 BESANCON

Emilie Gauthier

Laboratoire Chrono-environnement UMR6249, Université Bourgogne Franche Comté/CNRS, 16 route de Gray, FR-25030 BESANCON.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org