Navigation – Plan du site

Les rongeurs des niveaux solutréens
de la grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France) : un référentiel inédit pour le dernier maximum glaciaire du nord-ouest de la France

Rodents from the solutrean levels of Rochefort cave: an original reference for the last glacial maximum in northwest France
Constance Hanquet, Emmanuel Desclaux et Stéphan Hinguant
p. 341-352

Résumés

Le tamisage et le tri systématique des sédiments issus des niveaux solutréens de la grotte Rochefort ont permis de récolter de nombreux éléments anatomiques de rongeurs se rapportant à sept espèces. L’étude taphonomique permet de suggérer un apport exogène, lié à des rapaces nocturnes de taille moyenne et peu destructeurs (Bubo scandiacus, Strix nebulosa ou Asio otus). Du fait de leurs régimes alimentaires, ces prédateurs ne sont pas susceptibles d’avoir induit un important biais de représentation. La forte proportion de Microtus gregalis et de Dicrostonyx torquatus, en association – dans une moindre mesure – avec Spermophilus sp., confirme clairement l’existence de conditions climatiques très rigoureuses et indique la présence d’un biotope de type steppique. Les associations de rongeurs permettent par conséquent d’attribuer les niveaux étudiés au MIS 2, et plus particulièrement au Dernier Maximum Glaciaire (LGM), ce qui est en accord avec les datations radiométriques. En outre, la présence d’espèces inféodées à des biotopes relativement humides (Microtus agrestis, Arvicola sapidus et Arvicola amphibius) suggère la persistance d’un environnement humide et relativement boisé à proximité de la cavité et permet de penser que la vallée de l’Erve a joué le rôle de micro-refuge cryptique au cours du Dernier Maximum Glaciaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

1 - Introduction
2 - Composition faunique
2.1 - Microtus arvalis et microtus agrestis
2.2 - Microtus (stenocranius) gregalis
2.3 - Dicrostonyx torquatus
2.4 - Arvicola amphibius et arvicola sapidus
2.5 - Spermophilus sp.
3 - Taphonomie
3.1 - Composition faunique
3.2 - Représentation des éléments anatomiques
3.3 - Fragmentation des éléments anatomiques
3.4 - Observation des surfaces osseuses et dentaires (traces de digestion)
4 – Paléoclimats et paléoenvironnements
5 - Conclusion

Aperçu du texte

1 - Introduction

La grotte Rochefort se situe dans le nord-ouest de la France (coordonnées Lambert II : X = 395,590 ; Y = 2336,280 ; Z = 65 m NGF), dans le département de la Mayenne, et est l’une de la vingtaine de cavités recensées dans la vallée de l’Erve (fig. 1), cours d’eau à l’origine de la formation d’un karst affectant un massif calcaire du Carbonifère (fig. 1). Toutes ces grottes recèlent de nombreux témoignages préhistoriques et dépôts naturels et, à ce titre, forment l’un des sites les plus importants de la région pour la connaissance du Pléistocène. Sur la rive droite de la rivière, la grotte Rochefort s’ouvre sur un porche haut et étroit suivi d’un long couloir qui débouche sur une salle, seul réseau qui était accessible aux hommes préhistoriques. Les fouilles anciennes du xixe siècle y avaient mis en évidence les premiers témoignages d’une occupation solutréenne, que la reprise des recherches depuis 2001 a largement confirmé (Hinguant & Biard, 2013). Outre des vestiges ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Hanquet, Emmanuel Desclaux et Stéphan Hinguant, « Les rongeurs des niveaux solutréens
de la grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France) : un référentiel inédit pour le dernier maximum glaciaire du nord-ouest de la France
 », Quaternaire, vol. 27/4 | 2016, 341-352.

Référence électronique

Constance Hanquet, Emmanuel Desclaux et Stéphan Hinguant, « Les rongeurs des niveaux solutréens
de la grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France) : un référentiel inédit pour le dernier maximum glaciaire du nord-ouest de la France
 », Quaternaire [En ligne], vol. 27/4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7735 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7735

Haut de page

Auteurs

Constance Hanquet

EPCC - Centre Europeen de Recherches Prehistoriques de Tautavel (CERP), UMR 7194 du CNRS, avenue Leon Jean Gregory, FR-66720 TAUTAVEL. Courriel : constance.hanquet@gmail.com

Articles du même auteur

Emmanuel Desclaux

Laboratoire departemental de Prehistoire du Lazaret, UMR 7194 du CNRS, 33 bis boulevard Franck Pilatte, FR-06300 NICE. Courriel : emmanuel.desclaux@gmail.com

Articles du même auteur

Stéphan Hinguant

INRAP G-O, UMR 6566-CReAAH, Université Rennes 1, campus Beaulieu, bât. 24-25, 263 avenue du Général Leclerc, FR-35042 RENNESCedex. Courriel : stephan.hinguant@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org