Navigation – Plan du site

Les rongeurs, indicateurs des paléoclimats : application aux assemblages de trois sites du nord de la France

Rodents as indicators of past climates: application to three assemblages from northern France
Emmanuelle Stoetzel et Sophie Montuire

Résumés

Les microvertébrés, et notamment les rongeurs, sont connus pour être de très bons marqueurs de l’évolution des climats et des paysages. En Europe, des modèles ont été élaborés sur la base des associations fauniques, plus particulièrement de rongeurs tels que les Arvicolinae, afin d’appréhender les variations de températures et de paysages au cours du temps. Parmi les différentes méthodes, les fonctions de transfert permettent de compléter efficacement les données issues d’autres indices paléoécologiques, et d’affiner nos connaissances sur le contexte paléoenvironnemental des occupations humaines pléistocènes. Cette méthode basée sur les relations entre le nombre d’espèces et les températures moyennes annuelles permet de proposer des quantifications des paléotempératures. Dans le cadre de cet article, nous avons appliqué cette méthode sur trois assemblages fossiles du Pléistocène moyen et supérieur de France septentrionale, une région encore peu considérée en termes d’études microfauniques. Nous avons ainsi mis en évidence une bonne adéquation de la méthode des fonctions de transfert avec les autres méthodes paléoécologiques plus classiques, lors de transitions climatiques en contexte global plutôt froid ou tempéré selon les sites et les périodes. Ces méthodes apparaissent complémentaires, leur combinaison permettant d’affiner notre vision des paléoenvironnements et de leur évolution au cours du temps. Cependant, une bonne connaissance du contexte taphonomique s’avère primordiale pour une bonne interprétation des résultats.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

1 - Introduction
2 - Matériel et méthodes
2.1 - Présentation des sites et du matériel d’étude
2.1.1 - Carrière Carpentier (Abbeville)
2.1.2 - Le Rozel
2.1.3 - Mutzig
2.2 - Méthode
3 - Résultats
4 - Discussion
5 - Conclusion

Aperçu du texte

1 - Introduction

L’étude de l’évolution des communautés de mammifères, et en particulier de rongeurs, permet de proposer des reconstitutions paléoenvironnementales le plus souvent basées soit sur les associations d’espèces (Desclaux, 1992 ; Chaline et al., 1995 ; Van Dam, 1997 ; Van Dam & Weltje, 1999), soit sur la richesse spécifique (Horacek, 1990 ; Sesé, 1991, 1994 ; Montuire et al., 1997 ; Legendre et al., 2005), soit plus récemment sur la géochimie isotopique et le phosphate dentaire (Navarro et al., 2004 ; Royer et al., 2013a,b). Ces études ont permis de quantifier les climats, notamment au Quaternaire, sur différentes localités ou séquences européennes.

Depuis une vingtaine d’année, les études d’assemblages microfauniques pléistocènes ont permis de proposer des reconstitutions paléoclimatiques dans différentes régions, notamment dans le nord-est de la France, en particulier sur la séquence très bien documentée de Gigny (Jura) (Chaline et al., 1995 ; Montuire et al., 1997 ; Nava...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Stoetzel et Sophie Montuire, « Les rongeurs, indicateurs des paléoclimats : application aux assemblages de trois sites du nord de la France », Quaternaire [En ligne], Vol. 27/3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7622 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7622

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Stoetzel

Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique, UMR 7194 CNRS - Muséum national d’Histoire naturelle, Département de Préhistoire - Sorbonne Universités - UPVD, Musée de l’Homme - Palais de Chaillot, 17 place du Trocadéro, FR-75016 PARIS. Courriel : stoetzel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Sophie Montuire

EPHE-Laboratoire Paléobiodiversité et Évolution & UMR 6282 CNRS Biogéosciences, Université de Bourgogne Franche Comté, 6 boulevard Gabriel, FR-21000 DIJON. Courriel : sophie.montuire@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org