Navigation – Plan du site

Grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : évolution morphosédimentaire de l’entrée. Implication sur les occupations et sur la conservation des vestiges.

Chauvet-Pont d’Arc cave (Ardeche): morphosedimentary evolution of the entrance. Implication for the occupations and the preservation of remains.
Évelyne Debard, Catherine Ferrier et Bertrand Kervazo
p. 3-14

Résumés

La conservation exceptionnelle de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, mondialement connue pour ses représentations pariétales, est largement due à la fermeture précoce de son porche. Notre étude montre que cette dernière n’a pas été seulement brutale mais s’inscrit dans une longue évolution morphologique du secteur d’entrée. Ainsi, le colmatage débute par des éboulis cryoclastiques qui s’étalent à l’intérieur de la cavité par solifluxion. Parmi eux, l’éboulis inférieur renferme un niveau de charbons datés de l’Aurignacien. Puis un écroulement polyphasé de la corniche ferme définitivement la grotte vers 21,5 ± 1 ka. Par la suite, la sédimentation est d’abord essentiellement régie par des ruissellements qui édifient un cône d’atterrissement dans la salle Brunel, puis par des concrétionnements qui, à partir de la transition Glaciaire-Post-Glaciaire, se superposent à tous les faciès.

Hommes et animaux pénètrent dans la cavité par un porche largement ouvert à l’Aurignacien. Au Gravettien en revanche, le comblement partiel de l’accès les oblige à ne rentrer que par la seule partie est de ce porche. Une fois la grotte fermée, les sols paléolithiques de la Salle des Bauges, peu perturbés, conservent en surface leurs vestiges, tandis que ceux de la Salle Brunel sont masqués par des atterrissements.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

1 - Problématique et démarche
2 - Le secteur étudié
2.1 - Le porche colmaté et la transition avec les salles des Bauges et Brunel
2.2 - La salle des Bauges
2.3 - La salle Brunel
3 - Succession des événements et chronologie
3.1 – Mise en place du contexte karstogénique
3.2 - Mise en place des unités morphosédimentaires dans le secteur de l’entrée
3.2.1 - Première étape : dépôt de l’éboulis inférieur
3.2.2 - Deuxième étape : dépôt de l’éboulis intermédiaire
3.2.3 - Troisième étape : écroulement de la corniche
3.2.4 - Quatrième étape : mise en place de l’éboulis terminal, de limons rouges, de la dernière génération de concrétions et soutirages
4 - Implications archéologiques
4.1 - Fréquentations humaines et animales
4.2 - Conservation des vestiges
5- Conclusion

Aperçu du texte

1 - Problématique et démarche

Découverte en 1994, la grotte Chauvet-Pont d’Arc est mondialement connue pour la conservation exceptionnelle et l’ancienneté de ses œuvres pariétales. Un ensemble de dates 14C sur charbons révèle deux périodes de fréquentation par l’homme, rapportables à l’Aurignacien et au Gravettien (de 37,5 à 33,5 ka cal. BP et de 32 à 27 ka cal. BP ; Clottes et al., 1995 ; Valladas et al., 2005 ; Cuzange et al., 2007). La grotte est également remarquable par ses témoignages d’occupations animales : nombreux restes dont plus de 4 000 ossements d’ours des cavernes, bauges, griffades, empreintes. Les datations 14C sur os s’étendent de 42 ka cal. BP à 23 ka cal. BP (Bocherens et al., 2006 ; Bon et al., 2011 ; Fosse et Philippe, 2005).

C’est avant tout l’obstruction de l’entrée par écroulement de la corniche calcaire qui, en isolant l’intérieur de la cavité, est responsable de cette conservation remarquable. Selon une série de datations au 36Cl, cette fermeture s’est produ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Debard, Catherine Ferrier et Bertrand Kervazo, « Grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : évolution morphosédimentaire de l’entrée. Implication sur les occupations et sur la conservation des vestiges. », Quaternaire, vol. 27/1 | 2016, 3-14.

Référence électronique

Évelyne Debard, Catherine Ferrier et Bertrand Kervazo, « Grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : évolution morphosédimentaire de l’entrée. Implication sur les occupations et sur la conservation des vestiges. », Quaternaire [En ligne], vol. 27/1 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7480 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7480

Haut de page

Auteurs

Évelyne Debard

Université Lyon 1, Laboratoire de Géologie de Lyon, UMR 5276, bâtiment Géode, 2 rue Raphaël Dubois, FR-69622 VILLEURBANNE Cedex. Courriel : evelyne.debard@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Catherine Ferrier

Université de Bordeaux, PACEA, UMR 5199 FR-33400 TALENCE cedex. Courriel : c.ferrier@pacea.u-bordeaux1.fr

Articles du même auteur

Bertrand Kervazo

Ministère de la Culture, Centre National de Préhistoire, 38 rue du 26ème RI, FR-24000 PÉRIGUEUX. Courriel : bertrand.kervazo@orange.fr; PACEA, UMR 5199, 6 rue du Serment, FR-24000 PÉRIGUEUX.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org