Navigation – Plan du site

Colloque Q9; Le Quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell
p. 183-184

Texte intégral

1Ce numéro spécial de Quaternaire propose une sélection de communications présentées au Neuvième colloque international de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire. Le colloque s’est déroulé à l’Université Lumière Lyon 2 du 26 au 28 mars 2014, sous forme de huit sessions successives portant sur les marqueurs, traceurs et chronomètres qui, dans les archives sédimentaires de la surface terrestre, permettent de reconstituer et dater les séquences environnementales et climatiques du Pléistocène et de l’Holocène. Ce colloque a été porté par l’AFEQ-CNF/INQUA, organisé par le laboratoire multi-tutelles Environnement, Ville, Société (UMR 5600), et financé par l’AFEQ, l’UMR 5600 EVS et ses composantes IRG-Lyon 2, CRGE-Lyon 3 et Isthme, l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean-Monnet, l’Institut national d’Ecologie et Environnement du CNRS, la DR7 du CNRS, la DRAC Rhône-Alpes et  l’INRAP.

2Les travaux assemblés dans le présent volume illustrent l’état de l’art et les usages de certaines méthodes de datation qui viennent en soutien à l’interprétation de stratigraphies complexes. Les études emploient parfois une association de méthodes, par exemple la résonance paramagnétique électronique (RPE) et l’uranium-thorium, la luminescence par stimulation optique (OSL) et la thermoluminescence, ou les couples de radionucléides cosmogéniques produits in situ. La palette de méthodes décrites souligne aussi leurs complémentarités en fonction de matériaux disponibles : le quartz est souvent la cible privilégiée, fort heureusement puisque ce minéral siliceux est parmi les plus communs et les mieux conservés dans les environnements terrestres ; mais les feldspaths dans les téphras (datation par les isotopes de l’argon), les silex taillés (thermoluminescence), ou encore les restes paléontologiques comme les dents fossiles ouvrent des champs d’application intéressants dans des circonstances où peu d’autres recours sont possibles.

3L’étude de P. Voinchet et al. présente la première chronologie RPE de la séquence de terrasses alluviales étagées de l’Aube, affluent majeur de la Seine dans le SE du Bassin parisien. Chaque terrasse, comme ailleurs sur la Plateforme Ouest-européenne, enregistre le bilan d’un cycle glaciaire-interglaciaire. Comparativement à des études similaires sur d’autres rivières majeures du Bassin parisien – affluents de la Seine, de la Loire, ou du fleuve Manche – la vallée de l’Aube semble avoir toutefois entamé son incision plus tardivement, au Pléistocène moyen plutôt qu’au Pléistocène inférieur. Ce décalage pourrait être attribué à un problème de conservation des plus hauts niveaux de vestiges alluviaux, mais serait éventuellement attribuable aussi à des phénomènes de capture ou d’auto-capture de drainage durant le Pléistocène, comparables à celles qui ont été subies par des cours d’eau du Bassin parisien situés plus à l’est.

4La synthèse d’A.-E. Lebatard et D. Bourlès livre un panorama de l’état de l’art concernant les méthodes de datation par 10Be, 26Al et 36Cl et leurs multiples applications en géomorphologie, néotectonique, et géoarchéologie – par exemple : quantifier l’érosion superficielle, mesurer le taux moyen de glissement sur un miroir de faille, dater l’enfouissement d’un dépôt, ou retracer la chronologie du recul d’un glacier alpin. Cette présentation très complète comble une lacune didactique dans la littérature francophone actuelle.

5Dans leur contribution, J.-J. Bahain et ses co-auteurs proposent à leur tour un état de l’art des méthodes que sont la RPE et l’U-Th pour dater des matériaux biologiques enfouis (émail dentaire), mais proposent ensuite une application pionnière de ces mesures de paléo-dosimétrie : il s’agit de les employer comme le traceur d’un hypothétique remaniement sédimentaire dans des stratigraphies perturbées. Sur la base d’une comparaison entre quatre sites « écoles » situés en France, en Chine, en Espagne, et en Allemagne, les auteurs présentent les potentiels de l’approche mais aussi toutes les incertitudes sur lesquelles cette méthode complexe achoppe encore.

6Dans une synthèse approfondie de leurs travaux récents sur un site paléontologique majeur en domaine volcanique, J.-F. Pastre et son équipe parviennent à situer dans une brève période du Gélasien une série d’éruptions du Mont-Dore, dont les retombées ont été enfouies dans le maar de Senèze, près de Brioude (Massif central). Grâce à des âges laser 40Ar/39Ar obtenus sur cinq niveaux de téphras, ce site de Senèze, riche de 40 espèces de mammifères, 18 oiseaux et 2 poissons, est à la fois l’un des plus riches gisements fauniques du Pléistocène inférieur en Europe, et le gisement le plus précisément daté de la biozone MNQ 18.

7C. Chaussé et ses collaborateurs présentent enfin la chronostratigraphie d’un site contenant des artefacts du Paléolithique moyen dans des affleurements de sables du Rupélien (Oligocène inférieur) près de Fontainebleau, remaniés au Weichselien par des processus thermokarstiques dans le permafrost de l’époque. La présence humaine y est détectée par l’accumulation d’artefacts dans des dépôts de versant datés par OSL. La présence de groupes humains dans ce secteur se corrèle avec des périodes de dégel interstadiaire, dont les figures et faciès morphosédimentaires (également observés ailleurs dans des couvertures loessiques) sont utilisés de façon originale comme marqueurs climato-stratigraphiques et corrélés à la chronologie isotopique marine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell, « Colloque Q9; Le Quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres », Quaternaire, vol. 26/3 | 2015, 183-184.

Référence électronique

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell, « Colloque Q9; Le Quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres », Quaternaire [En ligne], vol. 26/3 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7385

Haut de page

Auteurs

Jean-Francois Berger

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Hervé Cubizolle

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Yanni Gunnell

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org