Navigation – Plan du site

Tufs calcaires et travertins quaternaires : morphogenèse, biocénoses, paléoclimats et implantations paléolithiques

Nicole Limondin-Lozouet et Pierre Antoine
p. 3

Texte intégral

1La réunion spécialisée de la SGF présentée par l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire – AFEQ – intitulée « Tufs calcaires et travertins quaternaires : morphogenèse, biocénoses, paléoclimats et implantations paléolithiques » (« Quaternary calcareous tufa and travertine: morphogenesis, biocenosis, alaeoclimates and palaeolithic settlements ») s’est tenue à laMaison de la Géologie, le 21 Novembre 2005.

2Cette journée était organisée dans le cadre du projet ITEP (Signature climatique des Interglaciaires dans les Tufs Européens, réponse des Environnements et impact sur le Peuplement paléolithique) du Programme Eclipse II du CNRS.

3Elle a réuni quelques 50 participants venus de différents pays européens, démontrant ainsi l’intérêt de la communauté scientifique pour le sujet traité. Le présent volume, et sa suite prévue pour la fin de l’année (Quaternaire 16, 4), rassemble des articles tirés des communications présentées lors de cette journée, mais également des contributions proposées par d’autres collègues. Cette ouverture du support écrit à des participants autres que les seuls orateurs permet d’aborder une gamme de sujets plus diversifiée, tant sur le plan thématique que géographique.

4A l’exception du tuf Pleistocène moyen de La Celle-sur-Seine qui fait l’objet du premier article, les formations présentées dans les manuscrits de ce premier volume sont d’âge holocène. Leur répartition géographique est large et s’étend du Pays de Galles au Nord jusqu’au midi de la France. Les approches paléontologiques sont diversifiées (mollusques, mammifères, empreintes foliaires) et, couplées aux études géomorphologiques, permettent des reconstitutions paléoenvironnementales croisées bien documentées. Dans le cas des formations holocènes l’impact de l’emprise humaine et la part des causes climatiques dans la formations des tufs et travertins sont discutées. Ces contributions apportent de nouvelles données en particulier sur la chronologie de la formation des dépôts carbonatés tant dans le Nord que dans le Sud de la France. L’étude à haute résolution des variations climatiques est abordée à travers l’analyse d’enregistreurs géochimiques tels que les isotopes stables δ18O et δ13C (tuf de Caerwys situé au nord du Pays de Galles) ou encore par l’analyse spectrale de la lamination saisonnière du concrétionnement travertineux de l’aqueduc de Fréjus.

5Ces diverses contributions permettent de démontrer le potentiel informatif contenu dans les formations carbonatées pour la reconstruction à haute résolution des paramètres climatiques et environnementaux des différentes périodes interglaciaires du Quaternaire. Enfin, la datation directe des formations tufacées par U/Th-TIMS offre des possibilités uniques de calage géochronologique des différents interglaciaires du Pléistocène depuis 400 ka BP environ, notamment au sein des grands systèmes de terrasses fluviatiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Limondin-Lozouet et Pierre Antoine, « Tufs calcaires et travertins quaternaires : morphogenèse, biocénoses, paléoclimats et implantations paléolithiques », Quaternaire, vol. 17/2 | 2006, 3.

Référence électronique

Nicole Limondin-Lozouet et Pierre Antoine, « Tufs calcaires et travertins quaternaires : morphogenèse, biocénoses, paléoclimats et implantations paléolithiques », Quaternaire [En ligne], vol. 17/2 | 2006, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/720

Haut de page

Auteurs

Nicole Limondin-Lozouet

Articles du même auteur

Pierre Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org