Navigation – Plan du site

Le potentiel paléoanthropologique et archéologique du karst de Yanhuidong (Tongzi), province du Guizhou, Chine du Sud

Paleoanthropological and archaeological potential of Yanhuidong endokarst (Tongzi), Guizhou province, South China
Pu Zhang, Anne Dambricourt Malassé, Zetian Cao et Fabienne Lallouet
p. 253-269

Résumés

Depuis 2009 un programme de coopération entre l’Institut de Recherches Montagneuses du Guizhou (Académie des sciences du Guizhou, Guiyang) et l’UMR 7194 CNRS (Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris) s’est engagé dans la valorisation du patrimoine préhistorique de la Province du Guizhou, notamment le site de Yanhuidong. Découverte en 1971, la petite galerie de Yanhui s'inscrit dans l’aquifère karstique de la chaîne de Chaishan au nord-est de la Province du Guizhou, dans le comté de Tongzi. Ces collines constituent le premier endokarst en Chine du Sud ayant livré des dents d’Homo erectus associées à des traces de foyer, d’os brûlés, de l'industrie lithique avec un important assemblage faunique appartenant au complexe Ailuropoda/Stegodon, l’ensemble se situant en position stratigraphique, dans un ancien écoulement karstique. Les espèces fossiles collectées lors de deux campagnes, en 1972 et 1983 par Wu Maolin de l’Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology (I.V.P.P.) et Cao Zetian du Muséum Provincial du Guizhou, ont apporté suffisamment de critères biochronologiques pour les rapporter au Pléistocène moyen. En 1986 une datation par les séries de l’uranium appliquée à trois dents animales leur attribua un âge de 181 ka, 115 ka et 113 ka. Ces datations ont incité des chercheurs à reconsidérer le taxon et à le reclasser en Homo sapiens archaïque (Early Homo sapiens), précisant cependant que la morphologie reste celle d’Homo erectus. Une dernière fouille dirigée par Cao Zetian en 1988 vida le remplissage au fond d’une petite chambre qui clôt la galerie, et qui communique par des zones d’infiltration avec le réseau supérieur. Plus de 2 000 fossiles, essentiellement dentaires, furent collectés. Les données de cette dernière fouille n’ont jamais été exploitées, seul un inventaire en dressa la liste faunique en 1989. Vingt ans plus tard en 2009, l’étude de fossiles restés indéterminés identifia une M1 humaine, dont nous présentons ici une description préliminaire comportant les critères taxonomiques d’Homo erectus. La petite galerie étant entièrement vidée, seule une synthèse des publications chinoises pouvait permettre de mieux cerner les circonstances de l’écoulement endokarstique. Les articles ont été traduits, notamment les tableaux des mesures de datations, puis les données ont été croisées, c’est-à-dire, le profil de la galerie, la localisation de la fouille et de la coupe, les relevés de la stratigraphie, l’interprétation granulométrique et les datations. Cette recension a permis de retrouver une seconde série de datations 230Th/234U publiées en 1991 suite à la dernière fouille de 1988, réalisées sur cinq dents et trois os, ainsi que sur onze prélèvements de spéléothèmes ; la couche archéologique et paléontologique est datée de 240 ka. Puisqu’il s’agit d’un dépôt secondaire, ces nouvelles données permettent d’estimer l’âge de la faune et du mobilier archéologique à plus de 240 ka, le lessivage de l’émail dentaire ayant été un facteur plausible de rajeunissement. Cette mise à jour des publications suggère la proximité d’une chambre karstique sus-jacente occupée par des hominidés au cours du Pléistocène moyen, elle mérite d’être repérée afin de vérifier si d’autres fossiles d’Homo erectus ne s’y trouveraient pas encore dans un contexte paléoenvironnementale et archéologique datable.

Haut de page

Texte intégral

Le programme de recherche a été financé par la Fondation Nationale des Sciences Naturelles de Chine (40862002 et 41261038) ainsi que par le Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle (mission 2012). Nous remercions le Professeur WU Xin Zhi et Madame CUI Yaming de l’I.V.P.P. pour la documentation sur le site de Tongzi, ainsi que Madame ZHAO Lingzia, Professeur à l’I.V.P.P., pour son accueil et la préparation des six dents humaines. Nous remercions le Dr. SHEN Guanjun pour ses précisions sur les datations des spéléothèmes, ainsi que les relecteurs pour leurs informations et leurs remarques.

1 - Introduction

1Yanhuidong (106°45’ E, 28°15’ N) se situe à 1 600 m d’altitude dans l’aquifère karstique de l’anticlinal de Chaishan, au nord-est de la Province du Guizhou, à 17 km au nord-ouest de Tongzi sur la commune de Juibazhen (fig. 1) dont la préfecture est Guiyang.

2Le site est une petite galerie perchée surplombant un abri vaste et profond (cl. 1), découverte en 1971 par l’Etablissement 102 du Bureau Géologique de la Province du Guizhou. Celle-ci était obstruée par un remplissage argileux colmatant l’entrée et laissant apparaître des restes fossilisés ainsi que deux outils lithiques. Un premier sondage permit de récolter trois autres outils en stratigraphie. L’hiver 1972, le Bureau Géologique Provincial engagea une première fouille avec le Muséum Provincial du Guizhou, sous la direction de Cao Zetian, et l’Institut de Paléontologie des Vertébrés et de Paléoanthropologie (I.V.P.P., Académie des Sciences de Chine, Pékin), avec Wu Maolin. La fouille et le relevé de coupe se situent au fond de la galerie. Deux dents humaines furent collectées en stratigraphie avec de nouveaux outils ainsi que de nombreuses autres dents animales (Wu et al., 1975).

3L’I.V.P.P. entreprit une deuxième fouille en 1983 et récolta quatre dents humaines dans la même séquence stratigraphique, un os carbonisé et deux esquilles partiellement brûlées avec un nombre toujours conséquent de dents animales (Wu, 1984). Par ailleurs, le grand abri jouxtant la galerie a fait l’objet de plusieurs fouilles sans résultat. Une dernière fouille fut dirigée en 1988 par Cao Zetian rattaché entre temps à l’Institut des Ressources Montagneuses de l’Académie des Sciences du Guizhou à Guiyang - devenu l’Institut de Recherches Montagneuses.

4Le mobilier archéologique et paléontologique est conservé entre Pékin et Guiyang dans trois centres de recherche différents : les outils lithiques et la faune collectés en 1971, 1972 et 1983 sont au Muséum Provincial du Guizhou, les six dents humaines découvertes en 1972 et 1983 sont conservées à l’Herbarium de l’Université de Pékin (BNU), tandis que la faune collectée en 1988, dont la septième dent humaine, est conservée au Laboratoire de Préhistoire de l’Institut des Recherches Montagneuse de l’Académie des Sciences du Guizhou, à Guiyang. Un premier inventaire de la faune réalisé en 1989 par Zhang Pu et resté inédit, recoupe la première liste attribuant l’assemblage faunique au Pléistocène moyen. Vingt ans plus tard, de nouvelles recherches dans le nord de la Province du Guizhou ont permis de réactualiser l’étude de cette collection (Zhang, 2007). En 2009, la mise en place d’un projet de coopération entre l’Institut de Recherche des Ressources Montagneuses du Guizhou et l’UMR 7194 du CNRS (Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle) a permis de visiter la galerie et de constater qu’elle avait été vidée de son remplissage (cl. 2). Un inventaire de quelques fossiles indéterminés permit d’identifier une molaire humaine présentant les caractères d’une M1 d’Homo erectus. Les datations par uranium de dents animales ayant donné un âge Pléistocène supérieur contradictoire avec ce taxon, une synthèse des données publiées en langue chinoise s’imposait pour tenter de lever ce paradoxe. Cao Zetian avait fait réaliser de nouvelles analyses de datations sur des os, des dents et des encroûtements calcaires qui ont confirmé l’âge Pléistocène moyen de l’ensemble du remplissage.

Fig. 1 : Localisation de la province du Guizhou en Chine du Sud et du site de Yanhuidong (étoile) au nord de Guiyang

Fig. 1 : Localisation de la province du Guizhou en Chine du Sud et du site de Yanhuidong (étoile) au nord de Guiyang

d’après Google Earth, modifié

Cl. 1 : A/ Paysage karstique de Yanhuidong aux environs de l’entrée du site (à l’aplomb de la flèche), B/ Vue sur la grande cavité depuis l’entrée de la galerie avec d’anciens sondages encore visibles (flèche)

Cl. 1 : A/ Paysage karstique de Yanhuidong aux environs de l’entrée du site (à l’aplomb de la flèche), B/ Vue sur la grande cavité depuis l’entrée de la galerie avec d’anciens sondages encore visibles (flèche)

cliché A. Dambricourt Malassé, 2009

Cl. 2 : A/ La galerie karstique, B/ Le fond de la galerie fouillée en 1988

Cl. 2 : A/ La galerie karstique, B/ Le fond de la galerie fouillée en 1988

cliché A. Dambricourt Malassé, 2009).

2 - Les sondages de 1971 et 1983

2.1 - La stratigraphie

5Le système karstique de l’anticlinal de Chaishan s’est formé dans des massifs carbonatés triasiques et jurassiques. L’ouverture de la galerie est située sur le versant sud de la chaîne, trente mètres au-dessus de la rivière souterraine Jiuba et orientée 18°N, le boyau horizontal est long d’une trentaine de mètres, large de deux mètres atteignant jusqu’à trois mètres de hauteur (Wu et al., 1975 ; fig. 2).

6Le remplissage formé de sept couches sédimentaires, totalise une hauteur de 190 cm (tab. 1). La section de la coupe, située au fond de la galerie dans la zone fouillée, se décompose ainsi : 20-30 cm de terre remaniée (couche I), un encroûtement stalagmitique de 5 mm (couche II), 21 cm d’argile brune délitée avec de rares fossiles (couche III), 60 cm d’argile sablonneuse, grisâtre, blanche et jaune avec des nodules de calcaire de 0,5 à 2 cm de diamètres (couche IV) ‒ celle-ci riche en dents fossiles, comprenait quelques outils lithiques ainsi que des traces de foyers et les dents humaines ‒, et enfin 80 cm d’argile jaune compacte stérile forment les couches V, VI et VII, la couche V partiellement bréchifiée comportant des granules de calcaire.

7L’analyse granulométrique des sédiments a révélé leur origine exogène et leur transport hydraulique. En effet, les éléments se sont formés en dehors de la galerie et ont été transportés par des écoulements provenant du système karstique sus-jacent. Le profil de la galerie décrit trois petites canalisations naturelles débouchant dans la chambre. Les couches suivaient un léger pendage du fond de la galerie vers l’ouverture mettant en évidence le sens du remplissage. La galerie de Yanhuidong n’est pas le site d’occupation humaine d’origine, celui-ci est à rechercher dans le karst en amont de la galerie.

Fig. 2 : A/ Profil la galerie, B/ Lithostratigraphie suivant la coupe en b-b’

Fig. 2 : A/ Profil la galerie, B/ Lithostratigraphie suivant la coupe en b-b’

d’après Wu et al., 1975

Tab. 1 : Lithostratigraphie du remplissage de la galerie karstique

Tab. 1 : Lithostratigraphie du remplissage de la galerie karstique

D'après Wu, 1984

2.2 - Les premières datations réalisées

8L’Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology (I.V.P.P.) entreprit des datations par les séries de l’uranium sur trois dents animales collectées dans les fouilles situées au fond de la galerie, supposées provenir de la couche IV (tab. 2) lesquelles ont donné des âges de 113 ka, 115 ka et 181 ka (Yuan et al., 1986).

9Les valeurs sont portées dans le tableau 2 à la colonne 230Th.

2.3 - La faune

10La collection paléontologique est conservée au Muséum Provincial du Guizhou à Guiyang. L’assemblage faunique est remarquable en raison de la grande diversité des espèces associées aux taxons Ailuropoda et Stegodon caractéristiques des faunes pléistocènes de la Chine. Les conditions de conservation sont caractéristiques des milieux karstiques de l’Asie du Sud (Bien & Chia, 1938 ; Pei, 1935, 1938 ; von Koenigswald, 1938 ; Young & Liu, 1950 ; De Vos, 1984 ; Zeitoun et al., 2010) avec une concentration de couronnes dentaires, les racines ainsi que des diaphyses de grands mammifères consommées par des rongeurs comme l’attestent des traces visibles sur certaines esquilles osseuses. L’inventaire distingue au moins vingt cinq espèces, dont quatre genres de primate : Homo, Pongo, Hylobates et Rhinopithecus, huit espèces de carnivore (dont Canis lupus, Panthera et Ursus thibetanus kokeni), de grands herbivores comme le Stegodon orientalis, et le Rhinoceros sinensis, des Bovidae (Cervus, Sus scrofa) et quatre espèces de rongeur parmi lesquels Hystrix magna. En 1975, Hystrix magna était connue au sud du Guizhou, dans la Province du Guangxi, à Ju Yuandong, en association avec Gigantopithecus et exclusivement dans le Pléistocène inférieur. Les auteurs notèrent cependant l’absence de taxon de cette période à une espèce près, alors que l’association faunique se rapprochait des faunes connues au nord-ouest du Guizhou dans le Sichuan, à Yan Jingou (Wan Xian). Pour cette raison, ils en ont déduit un âge Pléistocène moyen plutôt que Pléistocène inférieur. Par la suite les fouilles de Panxian Dadong confirmèrent la présence d’Hystrix magna à cette époque plus tardive (Huang et al., 1995).

Tab. 2 : Datation de trois échantillons d’émail dentaire par les séries de l’uranium

Tab. 2 : Datation de trois échantillons d’émail dentaire par les séries de l’uranium

d’après Yuan et al. (1986).

2.4 - Le mobilier archéologique

11La collection est conservée au Muséum Provincial de Guiyang. Une révision du mobilier lithique par l’Académie des Sciences de la Province nécessite encore des démarches auprès du Muséum pour en obtenir l’autorisation. Nous rapportons la traduction des descriptions et des illustrations en chinois en respectant la terminologie des auteurs. Au total 12 outils lithiques ont été collectés, deux en surface lors de la première prospection de 1971, trois dans un sondage lors d’une seconde campagne de 1971, puis sept dans la fouille de 1972. L’assemblage lithique est composé de sept pièces en silex souvent fissuré, trois en roche siliceuse, une en quartzite et une en roche volcanique. Le silex est une matière première locale, les autres matériaux ont été collectés dans les terrasses des rivières environnantes. Selon la publication de 1975, les outils extraits de la fouille comportent trois racloirs et deux nucléus de type Levallois avec des traces d’utilisation, les autres pièces sont des débris de débitage. Toutefois d’après Boëda et al. (2013) le concept Levallois n’est connu que dans le nord de la Chine à la fin du Pléistocène supérieur et selon Yinghua & Bodin (2013) « Le concept Levallois est absent des systèmes techniques de production lithique chinois (…). Les industries lithiques chinoises entre 300 000 ans et 50 000 ans témoignent d’une unité à l’échelle du continent et d’une différence marquée par rapport aux autres régions du monde. Donc une évolution stable et continue, mais indépendante ou isolée des autres continents est constatée pour cette période ».

12Nous transcrivons donc la description de cinq pièces lithiques d’après Wu Maolin (fig. 3) en rappelant que le terme Levallois peut être inapproprié :

13- P3882 est un nucléus en silex à un stade avancé d’un débitage de type Levallois. La face inférieure présente dix enlèvements prédéterminant entrecroisés ayant servi à la préparation du plan de frappe. La face supérieure a servi de surface de débitage comme en témoigne l’organisation entrecroisée des enlèvements, une dizaine de petits enlèvements ont aménagé la convexité des deux bords latéral et distal ; quelques retouches continues sur la surface de débitage en font un outil à bec.

14- P3883 est en roche volcanique, un débris de débitage avec des retouches continues qui en font un racloir.

15- P3884 est un bloc de silex aménagé par des petites retouches, notamment son extrémité en forme de bec, qui en font un outil double : racloir et petit grattoir.

16- P3886 est un nucléus en silex de type Levallois à deux faces alternantes. Les faces supérieure et inférieure montrent chacune un enlèvement envahissant prédéterminé, avec des enlèvements prédéterminant entrecroisés sur une face et des enlèvements centripètes sur l'autre face. Des petites retouches continues sur l’extrémité distale de la face supérieure ont aménagé le nucléus en outil à pointe.

17- P3887 est un grand éclat cortical en roche siliceuse (couteau à dos aminci) probablement extrait de la première phase de débitage. La face supérieure montre des petits enlèvements sur son bord latéral et distal, tandis que des retouches continues en ont fait un racloir. Wu et ses collègues ont conclu à la maîtrise d’un débitage bien organisé visant à produire un petit outillage raffiné.

18Ce grand éclat évoque davantage un concept clactonien. Il est donc nécessaire de réactualiser l’étude des douze artéfacts lithiques qui n’ont pas été réexaminés depuis trente ans. Au mobilier lithique s’ajoutent deux esquilles osseuses partiellement brûlées et des traces de charbons. Elles furent les premiers témoins de l’usage du feu au Pléistocène moyen dans le sud de la Chine. Les traces de fissure visibles sur les outils sont sans doute dues à des effets de chauffe.

2.5 - Les dents humaines

19Les six dents sont conservées à l’Herbarium de la Beijing Normal University (BNU). Elles ont été décrites en détail et comparées à une série d’hominidés fossiles asiatiques par Wu Maolin (1984). Wu et Poirier (1995) en ont publié une synthèse en se référant exclusivement à cette dernière publication que nous avons traduite pour la circonstance. L’objectif n’est pas une reprise de l’étude de la collection mais la comparaison de la nouvelle molaire avec les dents originales et les descriptions de Wu Maolin. La description de chacune des dents publiée par Wu Maolin, a donc été traduite (ZP) puis comparée aux six dents originales à l’I.V.P.P. en 2012 (A. Dambricourt Malassé). Leur description originale est rappelée, des précisions ont été ajoutées lorsque celles-ci se sont avérées nécessaires.

20- PA 520 (1972), est une incisive centrale supérieure adulte. Ses dimensions bucco-linguales sont élevées, la dent est particulièrement robuste. La surface linguale est usée mais deux sillons latéraux rappellent la conformation en pelle des Homo erectus asiatiques. Nous ajoutons qu’elle présente une forte usure apicale asymétrique inclinée de gauche à droite ; il s’agit donc probablement de l’incisive centrale droite.

21- PA 521 (1972) a été découverte pendant le tri des fossiles au laboratoire. C’est une prémolaire supérieure droite sectionnée dans le sens de la hauteur n’ayant conservé que la cuspide linguale. Selon Wu Maolin, elle aurait appartenu à un jeune individu d’environ dix ou douze ans. Nous ajoutons qu’elle ne présente pas de trace d’usure, la racine est incomplète (brisée ou croissance incomplète), la surface occlusale montre de nombreux sillons, la crête de la cuspide conservée est compliquée par la formation de trois petits cônes surnuméraires.

22- PA 872 (1983) est une canine supérieure d’enfant dont l’âge a été estimé, par le paléontologue chinois, à dix ans (fig. 4). La surface linguale de l’émail n’est pas usée, elle présente de nombreux plis, la crête de la cuspide a développé deux petits cônes symétriques au cône principal. Nous observons une taille particulièrement volumineuse, en effet, alors que la racine est encore en cours de croissance, le diamètre bucco-lingual mesure près de 1 cm (9,7 mm).

23- PA 873 (1983) est une première prémolaire supérieure gauche. Nous observons un léger cingulum, des facettes de contact, une racine brisée et une surface occlusale usée.

24- PA 874 (1983) est une première molaire supérieure à un stade infantile, dont l’âge a été estimé, selon Wu Maolin, à six ans. La croissance des racines n’est pas finie, le contour occlusal présente une forme carrée, le contact entre la racine et la couronne (collet) n’est pas usé, le tracé passant par l’apex des quatre cuspides dessine un losange, la face buccale présente un sillon vertical, elle est légèrement bombée, la couronne est surtout galbée au niveau du collet, sa circonférence est formée de quatre crêtes, Wu donne une description détaillée des sillons de la surface occlusale. Toujours selon ce dernier, ses proportions sont inférieures à celle des dents de Choukoutien, de Huxian et du Sichuan. Elle est attribuée à un jeune Homo erectus. Nous observons l’absence d’usure sur la surface occlusale, ainsi que l’absence de facette de contact, l’hypocône est relativement peu développé par rapport au protocône. L’aspect plissé de la surface occlusale de l’émail rappelle celui de la surface linguale de la canine de dix ans. Le profil bombé de la couronne correspond au cingulum de l’Homo erectus de Choukoutien, décrit par Weidenreich (1937) est un caractère plésiomorphe des espèces les plus anciennes du genre Homo (Bermúdez de Castro, 1988).

25- PA 875 (1983) est présentée comme une molaire supérieure droite, probablement M1. La surface occlusale est usée jusqu’à la dentine du protocône et surtout du paracône, mais les quatre cônes sont encore visibles, la couronne est plus large que longue, le métacône est presque de la taille du paracône, les droites reliant le centre des quatre cuspides forment un losange. Le sillon qui sépare le paracône et le protocône est comparable à celui de l’Homo erectus de Choukoutien, la surface occlusale serait plus compliquée (plus de sillons) que chez l’Homo sapiens moderne. Les racines, robustes, sont conservées du côté lingual et partiellement préservées du côté buccal. Wu note également l’écart entre les racines buccales et linguales, qui serait plus marqué que sur l’Homo sapiens moderne et l’Homo neanderthalensis. Elles sont rectilignes et non courbées ce qui, toujours selon Wu, les différencie de ces deux espèces. L’observation de la dent originale apporte quelques différences : la forte abrasion de la surface occlusale ne permet pas de constater la complication des sillons, le cingulum est peu développé, les facettes de contact sont bien marquées, l’écart bucco-lingual entre les racines est moins ouvert que sur la M1 droite ZKD33 de Choukoutien (moulage des collections de l’Institut de Paléontologie Humaine), en revanche les contours occlusaux se ressemblent. Selon Wu ces caractères dentaires sont proches des fossiles de la localité 1 de Choukoutien dont les âges s’échelonnent de 750 ka (Sinanthrope II, III et XII) à 400 ka (Sinanthrope V) (Shen et al., 2009) et s’inscrivent dans la variabilité intraspécifique d’Homo erectus.

26Dans l’ensemble les dents attestent dès les stades juvéniles d’une structure prémaxillaire et maxillaire puissante (épaisseur de l’incisive et de la canine).

Fig. 3 : Cinq outils lithiques, 1/ P3884, 2/ P3886, 3/ P3882, 4/ P3883, 5/ P3887

Fig. 3 : Cinq outils lithiques, 1/ P3884, 2/ P3886, 3/ P3882, 4/ P3883, 5/ P3887

d’après Wu et al. (1975), modifié

Fig. 4 : Dents de Yanhuidong

Fig. 4 : Dents de Yanhuidong

a/ Canine PA 872, face buccale et linguale, b/ Molaire PA 874, face occlusale

d’après Wu et al. (1975), modifié

3 - La fouille de 1988

3.1 - Les datations

27La dernière fouille de 1988 a donné lieu à de nouvelles datations par la méthode 230Th/234U réalisée par spectrométrie alpha sur des dents et des os extraits de la fouille, ainsi que sur des spéléothèmes et encroûtements calcaires (tab. 3) prélevés en différentes localités de la galerie (fig. 5). Les mesures des rapports 230Th/232Th et 227Th/230Th ont été appliquées à huit échantillons fossiles (cinq dents et trois os) et onze échantillons minéralogiques (calcite et argiles) (Shen & Jin, 1991 ; fig. 5). Depuis, Shen Guanjun envisage de ré-analyser ces échantillons par MC-ICPMS (Multiple Collector - Inductively Coupled Plasma - Mass Spectrometry) (com. pers.). Ces échantillons ont été prélevés il y a vingt cinq ans, dans un contexte différent des deux fouilles antérieures et sans comparaison avec les grands chantiers de fouilles modernes, il n’existe pas d’analyse minéralogique des spéléothèmes. Pour suivre la chronologie du remplissage nous ne disposons que des tableaux, des graphiques et des textes des deux premières fouilles de Wu Maolin (I.V.P.P.) publiés en chinois.

28Les fossiles extraits de la couche IV (TYB 5, 6, 8) ont donné des âges de 140 à 72 ka. Les encroûtements qui recouvrent les couches V à III, TYC 1, 2, 4 et 5, donnent des datations supérieures aux dents et aux os : TYC 1, 230Th/234U : 193 +16/-14 ka ; TYC 2, 230Th/234U : 193 +17/-15 ka et 227Th/230Th : 176 +25/-21 ka ; TYC 4, 230Th/234U : 203 +14/-13 ka et 227Th/230Th : 191 +36/-27 ka ; TYC 5, 230Th/234U : 191 +30/-23 ka. Les spéléothèmes pris dans la couche IV correspondent à deux stalagmites, la plus grande était tombée sur les argiles et la seconde s’est formée secondairement sur celle-ci (Shen, com. pers.). Elle est donc considérée comme contemporaine des argiles. Ces deux stalagmites TYC 8 et 9 donnent des âges 230Th/234U de 235 à 302 ka (détails dans le tableau 3). Le spéléothème TYC 7 recouvert par la couche V donne pour 230Th/234U 359 +150/-61 ka et pour 227Th/230Th 363 +390/-76 ka. L’encroûtement TYC 11 recouvert par la couche V donne un âge 230Th/234U supérieur à 450 ka. Une esquille TYB 7 qui proviendrait de la couche V d’après la synthèse stratigraphique de Shen et Jin, donne une datation 230Th/234U supérieure à 450 ka et une seconde 227Th/230Th de 313 + 39/-30 ka. Enfin, TYC 6 pour la couche III donne les âges 230Th/234U de 228 +26/–21 ka et 227Th/230Th de 211 +25/-20 ka.

29Les conclusions sont les suivantes : « l’âge de la couche supérieure de travertin recouvrant tout le remplissage de la grotte est de 206 ka. Les flowstones et stalagmites, respectivement sous la troisième et la quatrième couche ont des âges de 240 ka. Les fossiles et les artéfacts contenus stratigraphiquement entre ces deux spéléothèmes ont dû être déposés au cours d’une période tardive du Pléistocène moyen, l’Homme de Tongzi devrait être classé parmi les Homo erectus tardifs » (Shen & Ji, 1991).

30Le remplissage des couches IV et III correspond donc aux stades isotopiques marins (SIM) 8/7 (300-200 ka). La différence de datations entre ces éléments de formations calcaires avec celles des dents obtenues antérieurement (Yuan et al., 1986) peut s’expliquer par un rajeunissement de l’émail dû au lessivage de la couche fossilifère. L’écoulement endokarstique étant postérieur au décès des hominidés, le sol originel est nécessairement plus ancien que 240 ka. La durée entre le décès des hominidés et la redéposition des dents est cependant inconnue. La période de bréchification de la couche V est intéressante à prendre en considération, elle peut indiquer une rupture de communication entre la galerie et l’endokarst sus-jacent. Les circonstances de la transition entre les deux couches V et IV seraient également intéressantes à déterminer. L’écoulement formant la couche IV représente un ensemble de circonstances climatiques et orogéniques probablement identifiables, peut-être un changement climatique abrupt tel que les préhistoriens en observent en Chine du Sud (Wang et al., 2004). En effet, l’étude de la karstification de ces hauts plateaux calcaires au cours du Quaternaire (Bottazi et al., 2011) tient compte des paramètres géographiques : (1) la surrection himalayenne intensifiée depuis le début du Pléistocène, facteur de refroidissement, (2) le refroidissement d’un climat de mousson subtropical humide, (3) les phénomènes périglaciaires au-dessus de 1 000 m, ce qui est le cas de Yanhuidong. Pour apporter des éléments de réponse, il faudrait pouvoir accéder au réseau karstique à travers lequel les coulées sont parvenues jusque dans la galerie et où celles-ci sont susceptibles d’être encore en place. Les analyses des remplissages préhistoriques de Panxian Dadong, au sud-ouest de la Province du Guizhou, ont donné des âges similaires correspondant au SIM 8/6 et permis de conclure à un changement climatique plus chaud et plus humide (Wang et al., 2004 ; Liu et al., 2013). La présence d’homininés dans le karst de Yanhuidong peut donc être située au début de cette période chaude et humide. Une étude spéléogéologique dans le périmètre immédiat de la galerie est donc nécessaire pour connaître les circonstances du remplissage et l’origine de la bréchification de la couche V. De fait, il est plausible que les fossiles humains soient issus d’une formation sédimentaire endokarstique contemporaine de la couche V.

Tab. 3 : Datation par les séries de l’uranium sur des spéléothèmes, des dents et des os selon les couches du remplissage de Yanhuidong.

Tab. 3 : Datation par les séries de l’uranium sur des spéléothèmes, des dents et des os selon les couches du remplissage de Yanhuidong.

* Traduction littérale, Eléphant au sens vernaculaire

Shen & Jin, 1991

Fig. 5 : Localisation des différents prélèvements de calcite (TYC), de dents et d’os (TYB) dans une coupe synthétique et le long de la galerie

Fig. 5 : Localisation des différents prélèvements de calcite (TYC), de dents et d’os (TYB) dans une coupe synthétique et le long de la galerie

d’après Shen & Jin (1991), modifié

3.2 - La faune

31La collection faunique est conservée au laboratoire de Préhistoire de l’Institut des Recherches Montagneuses de l’Académie des Sciences du Guizhou, à Guiyang. Elle est constituée majoritairement de dents isolées, la plupart des racines sont rongées, on relève très peu de mandibules et quelques diaphyses de grande taille. Un inventaire (taxons, classes d’âge, dénombrement, état de conservation) a été dressé en 1989 par Zhang Pu. La diagnose est limitée au genre, l’espèce est plus incertaine par manque de structures osseuses. Cet inventaire (tab. 4) recense près de 3 000 dents réparties en vingt trois taxons (vingt quatre avec l’homme) qui recoupent la liste des fouilles précédentes, soient : un genre de primate (Macaca), trois genres de Rongeur, plusieurs genres de carnivores (Ailuropoda, Canis lupus, Cuon sp., Arctonyx sp., Ursus kokeni, Crocuta crocuta, Felis tigris), un genre de Proboscidien (Stegodon, nombre élevé de dents de lait), deux genres de Périssodactyles et neuf genres d’Artiodactyles (tab. 4). Avec la présence du Panda et du Stégodon on retrouve ainsi le complexe Ailuropoda/Stegodon. Parmi les très rares mandibules, trois appartiennent au genre Hystrix qui a rongé les ossements et les racines dentaires, et une mâchoire incomplète d’Ursus. Les fossiles de Cervidés sont de loin les plus nombreux. Parmi les quelques os longs, on remarque une grande épiphyse entièrement carbonisée qui s’ajoutent aux quelques os brûlés des fouilles antérieures. L’association faunique atteste d’un climat sub-tropical chaud et humide, entre prairies et forêts, confirmé par l’étude de spéléothèmes de karsts du Guizhou (Shen, 1993) et cohérent avec les conclusions du site contemporain de Panxian Dadong.

32L’observation des rares os longs collectés en 2009 n’a pas relevé de traces d’outils.

Tab. 4 : Liste faunique de la collection de 1988.

Tab. 4 : Liste faunique de la collection de 1988.

4 - Discussion

33Après avoir procédé à une première recension des publications, Wu Xinzhi et Frank Poirier (1995) retiennent une incertitude sur l’origine stratigraphique des dents humaines. Il convient de nuancer cette information, Wu Maolin et ses collègues sont explicites, elles proviennent de la couche IV. C’est la formation d’origine avant l’écoulement qui reste inconnue. Les datations obtenues sur l’émail dentaire incitèrent de nouveaux chercheurs de l’I.V.P.P. à reconsidérer la taxonomie (Zhang, 1986 ; Zhang & Liu, 2002). Dès lors que les fossiles datent du Pléistocène supérieur, l’Homme s’inscrit dans un grade avancé d’encéphalisation (cerveau, cervelet et tronc cérébral). Ainsi, pour cette raison, certains anthropologues nomment ces fossiles Homo sapiens archaïques. Il convient cependant de rappeler que l’espèce Homo sapiens est définie depuis 1758 et qu’elle répond à l’anatomie actuelle, Homo sapiens Linnaeus 1758, avec une organisation physiologique et spatiale de l’encéphale, notamment du cervelet vers l’avant et le bas, bien identifiée. En vertu des processus de spéciation, cette anatomie doit être celle d’une sous-espèce avant d’être élevée au rang d’espèce, ce qui doit ressortir dans la nomenclature. Or il n’existe pas de fossile présentant d’empreintes encéphaliques de type « Homo sapiens Linnaeus 1758 » dans les archives paléontologiques avant 200 ka et en dehors de l’Afrique orientale (Omo Kibish 1 et Herto). De fait il n’est pas surprenant que sur le plan morphologique, les conclusions de Zhang (1986) recoupent celles de Wu Maolin « these teeth semble those of Homo erectus in non metrics characters », ce qui, compte tenu des dernières datations de plus de 240 ka, est cohérent.

34De nombreuses analyses en morphométrie géométrique parviennent à identifier les taxons du genre Homo (He, 2000 ; Bailey, 2004 ; Wu, 2004 ; Gómez-Roblesa et al., 2007 ; Quam et al., 2009 ; Liu et al., 2010 ; Bailey & Liu, 2010), notamment la M1 d’Homo erectus. Elle se reconnait en particulier par l’absence d’une croissance disto-linguale de l’hypocône et par son corollaire, le contour symétrique et rectangulaire de la surface occlusale comme le montre le cliché 3. Celle-ci a été réalisée à partir de spécimens des collections de l’Institut de Paléontologie Humaine pour illustrer les patrons morphologiques définis dans la littérature scientifique contemporaine et qui servent de référence. Ainsi, selon Liu et al. (2010), chez l’Homo sapiens (sensu anatomie moderne) et les Néandertaliens, l’hypocône est déjeté lingualement et distalement : « Dental crown shape of the three early Pleistocene hominin teeth (P3, M1, and M1) found in Jianshi, Hubei Province of China was analyzed by means of geometric morphometrics. The comparative samples of fossil hominins from Africa, Asia, and Europe as well as those of modern humans (N=257) were used. The results indicate that the contour, asymmetry, and cusp patterns of these three types of teeth differ obviously between the fossil hominins and modern humans. The occlusal contour of the fossil hominin M1 is symmetric and rectangle-shaped with no marked cusp protrusion. The crown shape of fossil M1 is characterized by asymmetric contour with slightly projected metaconid and hypoconid. On the contrary in modern Chinese and some European late Pleistocene hominins, the crown shape of M1 is asymmetric with lingual cusp distal-placed, especially for hypoconid”. »

35La surface occlusale de M1 est symétrique chez les plus vieilles espèces du genre Homo. La taille de l’hypocône est réduite alors que chez l’Homo sapiens (anatomie moderne) et Homo neanderthalensis, elle est plus importante, de sorte que le cône forme une excroissance qui accentue l’asymétrie. Or les deux molaires supérieures de Yanhuidong PA 874 et PA 875 ne présentent pas cette croissance disto-linguale de l’hypocône, comme ZKD 140 de Choukoutien, ou encore la M1 du maxillaire de Rabat, exemple d’une population africaine, leur morphologie correspond au patron Homo erectus.

Cl. 3 : Morphologie comparée de différentes M1.

Cl. 3 : Morphologie comparée de différentes M1.

a/ Le modèle d’une M1 droite d’Homo neanderthalensis, Krapina D171 (Quam et al., 2009), b/ SKD 140 Homo erectus de Choukoutien (Chine), c/ Homo sapiens néolithique du dolmen de Bennac (France), d/ Homo erectus nord-africain (Rabat, Maroc). b-c-d/ Collections de l’Institut de Paléontologie Humaine, b-d/ Moulages (cliché A. Dambricourt Malassé). Orientation anatomique de la dent : B : buccal, D : distal, L : lingual, M : mésial.

5 - La molaire humaine TZ1

36Les protocoles d’étude cités précédemment ont établi des critères taxonomiques. Nous nous référons donc à ces critères. L’analyse de la micro-tomographie réalisée avec la plateforme AST-RX du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris), ainsi que l’étude détaillée de la molaire TZ1 (morphométrie, anatomie comparée) auront été présentées au Symposium International de Paléoanthropologie pour la « Commémoration du 85ème anniversaire de la découverte du premier crâne de l’Homme de Pékin» (Dambricourt Malassé et al., sous presse).

37La molaire est brisée au collet, la zone de jonction avec les racines a probablement été rongée (cl. 4). L’émail présente un aspect lustré et marbré qui se retrouve sur les autres dents. La surface occlusale est fortement usée, en particulier l’hypocône.

38Cette usure se retrouve sur la M1 PA 875 mais répartie différemment. L’aspect gracile de la dent contraste avec les deux autres molaires, mais l’usure prononcée de l’émail sur l’hypocône et l’absence de sillon, ainsi qu’une facette de contact visible sur les faces mésiale et distale de la couronne, contrastent avec les dents juvéniles. La molaire avait probablement atteint le stade adulte de sa croissance. La molaire TZ1 présente un cingulum sur la face linguale du protocône, particulièrement bien visible sur les sections obtenues au scanner (cl. 5). Ce caractère est typique des plus vieilles espèces du genre Homo (Bermúdez de Castro, 1988).

39L’absence de développement disto-linguale de l’hypocône est un caractère d’Homo erectus (Quam et al., 2009). Comme le montre le cliché 3, ce patron de croissance se retrouve sur les moulages de la M1 gauche de ZKD 140 (Choukoutien, Chine) et de Rabat (Kébibat, Maroc) qui offre un schéma des sillons de la surface occlusale similaire à l’Homo erectus de Choukoutien (Vallois & Thoma, 1977) et rapportée à ce taxon (El Hajraoui et al., 2012). En revanche trente M1 originales d’Homo sapiens néolithique du dolmen de Bennac en Dordogne (collections IPH), montrent distinctement cette excroissance de l’hypocône. Le cliché 6 illustre cette différence morphologique entre TZ1 et une M1 d’un Homo sapiens protohistorique de Bijie, un chinois du nord-ouest du Guizhou.

40La forme générale de la couronne, plus large que longue, ainsi que l’absence du développement disto-lingual de l’hypocône de TZ1 considérée comme des plésiomorphies, se retrouvent avec les molaires PA 875. Les deux dents sont anatomiquement symétriques, cependant elles ne présentent ni la même conformation, ni la même taille, ni le même aspect lustré de l’usure occlusale. Il s’agit donc de deux individus. La comparaison de TZ1 avec les six dents conservées à Pékin confirme la diagnose morphologique de Wu Maolin, les hominidés de Tongzi étaient des Homo erectus tardifs. Puisque les datations de la fouille de 1988 sur des spéléothèmes et des encroutements calcaires donnent un âge d’au moins 240 ka, le taxon Homo erectus est cohérent. La croissance cérébrale des Homo erectus cessait plus tôt que chez l’Homo sapiens (Coqueugniot et al., 2004), la croissance faciale débutait plus rapidement, il est donc vraisemblable que l’âge de dix ans attribué à la canine et à la prémolaire ait été surestimé, de sorte que les trois dents infantiles peuvent provenir d’un même maxillaire infantile. Les plésiomorphies des M1 de Tongzi sont des indicateurs d’une grande ancienneté de la lignée des hominidés de Yanhuidong, car la dichotomie entre la lignée néandertalienne et celle de laquelle émergera l’Homo sapiens Linnaeus 1758, est estimée à 450-485 ka (Ovchinnikov & Kholina, 2010), voire à plus de 1 Ma (Gómez-Roblès et al., 2013). Le karst de Panxian Dadong a livré quatre dents humaines (I1, C1, P3 and P3) collectées entre 1991 et 2005, attribuées au SIM 8/6 (Liu et al., 2013). Les auteurs parviennent à des conclusions similaires : « These teeth do not display any typical Neanderthal features (…), the derived traits are not diagnostic enough to specifically link the Panxian Dadong teeth to Homo sapiens. These findings highlight the necessity of incorporating the Asian fossil record in the still open debate about the origin of H. sapiens. ».

41En conclusion, la collection fossile de Yanhuidong comporterait les restes de maxillaires d’au moins un enfant et deux adultes Homo erectus tardifs.

Cl. 4 : M1 TZ1 de Yanhuidong.

Cl. 4 : M1 TZ1 de Yanhuidong.

Vue distale (à gauche) et vue occlusale (à droite). Orientation anatomique de la dent : B : buccal, D : distal, L : lingual, M : mesial, échelle 13 mm

cliché A. Dambricourt Malassé

Cl. 5 : CT scan d’une M1 d’Homo sapiens néolithique (dolmen de Bennac, France, collection IPH) et de TZ1.

Cl. 5 : CT scan d’une M1 d’Homo sapiens néolithique (dolmen de Bennac, France, collection IPH) et de TZ1.

A/ Reconstitution 3D : le tubercule de Carabelli sur la face mésio-linguale du protocône (flèche) donne l’orientation, B/ Coupe bucco-linguale montrant le cingulum (ou bombement) de TZ1 (flèche), C/ Localisation de la coupe B et comparaison des contours plus asymétrique chez Homo sapiens que pour TZ1. CT scan par le Dr. Fabienne Lallouet, Hôpital Américain de Paris

Cl. 6 : Comparaison de TZ1 avec une M1 d’une population protohistorique du karst de la région de Bijie.

Cl. 6 : Comparaison de TZ1 avec une M1 d’une population protohistorique du karst de la région de Bijie.

La flèche indique le développement distal de l’hypocône sur la dent d’un chinois moderne mais absent sur TZ1

cliché A. Dambricourt Malassé

6 - Discussion sur les circonstances de l’assemblage faunique et archéologique de Yanhuidong

42La compréhension des circonstances qui ont prévalu à la formation de la couche IV vise à rendre compte de la valeur patrimoniale de la Province du Guizhou. La présence de sept dents humaines plus anciennes que 240 ka associées à quelques outils et os brûlés dans un même dépôt endokarstique, justifie la recherche de la formation d’origine. Une réflexion sur les circonstances de cet assemblage est donc nécessaire pour orienter les futures recherches dans le secteur immédiat. La recherche de grottes perchées en contexte géotectonique similaire dans les contreforts pamiriens et himalayens, et le sondage de certaines d’entre elles, (Dambricourt Malassé, 2008 ; Dambricourt Malassé & Gaillard, 2011), nous permet de tenir compte d’un certain nombre de paramètres liés la surrection du plateau tibétain. Nous proposons donc de passer en revue les informations susceptibles de renseigner sur l’origine de l’assemblage du mobilier faunique et archéologique de la couche IV en vue de futures prospections. Les outils et les fossiles ne sont pas roulés, le déplacement des sédiments a donc été rapide. La coulée peut encore occuper des couloirs en amont de la chambre. Il existe au moins une salle au-dessus de la petite galerie avec des voies d’accès depuis l’extérieur. La surrection pléistocène a surélevé les entrées des karsts. Au Pléistocène moyen, elles étaient à des altitudes moindres, il devrait donc exister d’autres ouvertures au-dessus de la galerie. En vue extérieure, le relief qui la domine est un cône typique des paysages karstiques du Guizhou (cl. 1A). Il est possible qu’une partie de la faune résulte de la chute d’animaux piégés dans des avens. Cependant les traces de dents de porc-épic prouvent l’existence d’au moins une voie d’accès aux charognes, de même l’assemblage dans un volume aussi circonscrit d’outils lithiques et d’os carbonisés brûlés, laisse présager d’une occupation humaine. Il est remarquable qu’aucune dent humaine mandibulaire ne figure dans l’assemblage, de sorte que l’on peut s’interroger sur la présence préalable de calvaria isolées. Plusieurs hypothèses sont envisagées. Cette ou ces entrées à découvrir, ont pu servir d’accès à des tanières de prédateurs, dont la présence est avérée par la présence de restes dentaires. L’association de dents humaines avec des traces de foyer (os brûlés, charbons), de silex dont la chauffe pourrait être vérifiée, argue en faveur d’une occupation humaine. La proximité de dents exclusivement maxillaires présuppose celle des calvaria. Deux cas de figures sont envisagés pour en rendre compte, soit les restes humains correspondent aux occupants, leur présence parmi les restes fauniques et des traces de foyer pourrait s’expliquer par des pratiques anthropophages. Soit ils proviennent d’une tanière avec une activité de charognage en dehors de la période d’occupation humaine, ce cas de figure est évoqué pour Choukoutien (Boaz et al., 2004).

7 - Conclusion

43Les datations du travertin et des spéléothèmes constituent désormais la référence pour le site de Yanhuidong. Initiées par Cao Zetian à la suite des dernières fouilles de 1988, elles ont confirmé l’âge Pléistocène moyen et rétabli la cohérence entre l’âge de la faune et l’attribution des dents humaines au taxon Homo erectus ; le rajeunissement des dents par les séries de l’uranium peut dès lors s’expliquer par le lessivage des sols à l’origine de la couche IV. Extraites d’une même couche d’une épaisseur de 60 cm, bien identifiée dans le temps, les archives de Yanhuidong comptent désormais sept dents maxillaires d’Homo erectus d’au moins deux adultes et un enfant. L’association de silex fissurés, d’une grosse épiphyse carbonisée, d’esquilles partiellement brûlées dans un espace restreint, indique la présence d’un ancien foyer. Les outils et les fossiles ne sont pas roulés. Les données ainsi réunies permettent de mieux comprendre l’origine de la couche IV. Elle correspond à la redéposition d’un sol formé en milieu endokartique, accessible depuis l’extérieur par au moins une ouverture, avec une phase très probable d’occupation humaine. Celle-ci a subi un lessivage endokarstique qui peut être daté après 257 ka et avant 240 ka. L’orogenèse himalayo-tibétaine a surélevé l’aquifère karstique au cours du Pléistocène moyen et favorisé la formation de nouvelles galeries avec des écoulements en période plus humide, c’est peut-être une explication de la formation de la couche IV. Le principal intérêt de la mise à jour des publications sur le site de Yanhuidong, et des collections de la fouille de 1988, est la mise en évidence indirecte de la proximité d’une chambre karstique en amont de la galerie, très probablement occupée par un groupe d’Homo erectus vers 250 ka. Pour s’en assurer, il convient désormais de localiser cette salle et son entrée. Pour conclure, si les fouilles ont vidé la petite galerie de son remplissage, l’endokarst de Yanhuidong n’en continue pas moins de constituer une localité de la Province du Guizhou intéressante pour l’étude des peuplements humains au cours du Pléistocène moyen d’Asie. Une nouvelle étude du réseau karstique permettrait d’appréhender les facteurs de migration entre la Chine et l’Asie du Sud-Est à travers la reconstitution des paléoclimats fortement influencés par la surrection du plateau tibétain.

Haut de page

Bibliographie

BAILEY S.E., 2004 - A morphometric analysis of maxillary molar crowns of Middle-Late Pleistocene hominins. Journal of Human Evolution, 47 (3), 183-198.

BAILEY S.E. & LIU W, 2010 - A comparative dental metrical and morphological analysis of a Middle Pleistocene hominin maxilla from Chaoxian (Chaohu), China. Quaternary international, 211 (1-2), 14-23.

BERMÚDEZ DE CASTRO J.M., 1988 - Dental remains from Atapuerca/Ibeas (Spain) II. Morphology. Journal of Human Evolution, 17 (3), 279-304.

BIEN M.N. & CHIA L.P., 1938 - Cave and Rock-Shelter Deposits in Yunnan. Bulletin of the Geological Society of China, 18 (3-4), 325-347.

BOAZ N.T., CIOCHON R.L., XU Q & LIU J. 2004 - Mapping and Taphonomic Analysis of the Homo erectus Loci at Locality 1. Journal of Human Evolution, 46 (5), 519-549.

BOËDA E., HOU Y., FORESTIER H., SAREL J. & WANG H., 2013 - Levallois and non-Levallois blade production at Shuidonggou in Ningxia, North China. Quaternary International, 295, 191-203.

BOTTAZI J., MAIRE R., VANARA N., BRUXELLE L. & BARBARY J.-P., 2011 - Le patrimoine karstique de la Chine du Sud-Ouest : contexte géotectonique, genèse du karst et rôle de l’effet de site. Les Cahiers d'Outre-Mer, 253/254, 151-168.

COQUEUGNIOT H., HUBLIN J.-J., VEILLON F., HOUËT F. & JACOB T., 2004 - Early brain growth in Homo erectus and implications for cognitive ability. Nature, 431 (7006), 299-302.

DAMBRICOURT MALASSÉ A., 2008 - Le peuplement humain en Eurasie : la Haute Asie et les piémonts sous-himalayens du Plio-Pléistocène à l’Holocène, origines, évolution humaine et migrations. L’Anthropologie, 112 (3), 370-403.

DAMBRICOURT MALASSÉ A. & GAILLARD C., 2011 - Relations between climatic changes and prehistorical human migrations during Holocene between Gissar Range, Pamir, Hindu Kush and Kashmir: The archaeological and ecological data. Quaternary International, 229 (1-2), 123-131.

DAMBRICOURT MALASSÉ A., ZHANG P. & WILS P., sous presse - A new molar of Yanhuidong (Tongzi, Guizhou, China), a Middle Pleistocene Homo erectus of South China. In International Symposium on Paleoanthropology in Commemoration of the 85th Anniversary of the Discovery of the First Skull of Peking Man, Beijing, October 20-24, 2014. Institute of Vertebrate Paleontology and Paleoanthropology, Beijing.

DE VOS J., 1984. Reconsideration of Pleistocene cave faunas from South China and their relation to the faunas from Java. Courier - Forschungsinstitut Senckenberg, 69, 259-266.

EL HAJRAOUI M.A., NESPOULET R., DEBÉNATH A. & DIBBLE H.L., 2012 - Préhistoire de la région de Rabat-Témara : Villes et sites archéologiques du Maroc (V.E.S.A.M.) : Volume III. Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat, 300 p.

GÓMEZ-ROBLES A., MARTINóN-TORRES M., BERMUDEZ DE CASTRO J.M., MARGVELASHVILIA A., BASTIR M., ARSUAGA J.-L., PÉREZ-PÉREZ A., ESTEBARANZ F. & MARTÍNEZ L.M., 2007 - A geometric morphometric analysis of hominin upper first molar shape. Journal of Human Evolution, 53 (3), 272-285.

GÓMEZ-ROBLES A., BERMÚDEZ DE CASTRO J.M., ARSUAGA J.-L., CARBONELL E. & POLLY D., 2013 - No known hominin species matches the expected dental morphology of the last common ancestor of Neanderthals and modern humans. Proceedings of the National Academy of Sciences, 110 (45), 18196-18201.

HE J., 2000 - Preliminary study of the teeth of Jinniushan archaic Homo sapiens. Acta Anthropologica Sinica, 19 (3), 217-225.

HUANG W., SI X., HOU Y., MILLER. S. & SCHEPARTZ L.A., 1995 - Excavations at Panxian Dadong, Guizhou Province, Southern China. Current Anthropology, 36 (5), 844-846.

LIU W., CLARKE R. & XING S., 2010 - Geometric morphometric analysis of the early Pleistocene hominin teeth from Jianshi, Hubei Province, China. Science China. Earth Sciences, 53 (8), 1141-1152.

Liu W., Schepartz L.A., Xing S., Miller-Antonio S., Wu X., Trinkaus E. & Martinón-Torres M. 2013 - Late Middle Pleistocene hominin teeth from Panxian Dadong, South China. Journal of Human Evolution, 64 (5), 337-355.

OVCHINNIKOV I.V. & KHOLINA O.I., 2011 - Genome Digging: Insight into the Mitochondrial Genome of Homo. PLoS ONE, 5 (12), e14278, doi:10.1371/journal.pone.0014278.

PEI W., 1935 - Fossils mammals from the Kwangsi Caves. Bulletin of the Geological Society of China, 14 (3), 413-425.

PEI W., 1938 - Le rôle des animaux et des causes naturelles dans la cassure des os. Palaeontologia Sinica, 118, Series D, 7, 1-61.

QUAM R., BAILEY S. & WOOD B., 2009 - Evolution of M1 crown size and cusp proportions in the genus Homo. Journal of Anatomy, 214 (5), 655-670.

SHEN G., 1993 - Uranium-series ages of speleothems from Guizhou paleolithic sites and their paleo-climatic implications. In N. Jablonski (ed.), Evolving Landscapes and Evolving Biotas of East Asia Since the Mid-Tertiary. Proceedings of the Third Conference on the Evolution of the East Asian Environment. Centre of Asian Studies, The University of Hong Kong, Hong Kong, 275-282.

SHEN G. & JIN L., 1991 - Datations par les séries d’Uranium de la grotte de Yanhui, site de l’Homme de Tongzi. Acta Anthropologica Sinica, 10 (1), 65-71. [en chinois]

SHEN G., GAO X., GAO B. & GRANGER D.E., 2009 - Age of Zhoukoudian Homo erectus determined with 26Al/10Be burial dating. Nature, 458 (7235), 198-200.

VALLOIS H.-V. & THOMA A., 1977 - Les dents de l'Homme de Rabat. Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 4 (1), 31-58.

VON KOENIGSWALD, G.H.R., 1938 - The relationship between the fossil mammalian faunae of Java and China, with special reference to early man. Peking Natural History Bulletin, 13 (4), 293-298.

WANG W., LIU J., HOU Y., SI X., HUANG W., SCHEPARTZ L.A. & MILLER-ANTONIO S., 2004 - Panxian Dadong, South China: Establishing a Record of Middle Pleistocene Climatic Changes. Asian Perspectives, 43 (2), 302-313.

WEIDENREICH F., 1937 - The dentition of Sinanthropus pekinensis: a comparative odontography of the Hominids. Palaeontologia Sinica, 101, Series D, 1, 1-181 (text) & 1-121 (atlas).

WU M., WANG L., ZHANG Y. & ZHANG S., 1975 - Découverte de fossiles humains associés à de l’industrie lithique à Tongzi, Guizhou. Vertebrata Palasiatica, 13 (1), 14-23. [en chinois]

WU M., 1984 - Nouvelle découverte de fossiles humains à Tongzi, Guizhou. Acta Anthropologica Sinica, 3 (3), 195-201. [en chinois]

WU Z., 2004 - On the origin of modern human in China. Quaternary International, 117 (1), 131-140.

WU X. & POIRIER F.E., 1995 - Human Evolution in China: A Metric Description of the Fossils and a Review of the Sites. Oxford University Press, Oxford, 317 p.

YINGHUA L. & BODIN E., 2013 - Variabilité et homogénéité des modes de débitage en Chine entre 300 000 et 50 000 ans. L’Anthropologie, 117 (5), 459-493.

YOUNG C.C. & LIU P.T., 1950 - On the mammalian fauna at Koloshan near Chungking, Szechuan. Bulletin of the Geological Society of China, 30 (1), 43-90.

YUAN S., CHEN T.M. & GAO S., 1986 - Succession chronologique par les series de l’uranium de sites paléolithiques de Chine du Sud. Acta Anthropologica Sinica, 5 (2), 179-190. [en chinois]

ZEITOUN V., LENOBLE A., LAUDET F., THOMPSON J., RINK W.J., CHINNAWUT W., MALLYE J.-B. & CHINNAWUT W., 2010 - The Cave of the Monk (Ban Fa Suai, Chiang Dao wildlife sanctuary, northern Thailand). Quaternary International, 220 (1-2), 160-173.

ZHANG Y.Y., 1986 - Les restes dentaires d’Homo sapiens archaïques trouvés en Chine. Acta Anthropologica Sinica, 5 (2), 103-113. [en chinois]

ZHANG Y.Y. & LIU W., 2002 - Distinction morphologiques dentaires entre l’Homo erectus et l’Homo sapiens archaïque en Chine. Acta Anthropologica Sinica, 21 (2), 87-101. [en chinois]

ZHANG P., 2007 - La découverte et la signification des fossiles de Gigantopithecus et de l’industrie lithique associée de Bijie, province de Guizhou. Guizhou Science, 25 (4), 8-12. [en chinois]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de la province du Guizhou en Chine du Sud et du site de Yanhuidong (étoile) au nord de Guiyang
Crédits d’après Google Earth, modifié
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-1.png
Fichier image/png, 467k
Titre Cl. 1 : A/ Paysage karstique de Yanhuidong aux environs de l’entrée du site (à l’aplomb de la flèche), B/ Vue sur la grande cavité depuis l’entrée de la galerie avec d’anciens sondages encore visibles (flèche)
Crédits cliché A. Dambricourt Malassé, 2009
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-2.png
Fichier image/png, 170k
Titre Cl. 2 : A/ La galerie karstique, B/ Le fond de la galerie fouillée en 1988
Crédits cliché A. Dambricourt Malassé, 2009).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-3.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 2 : A/ Profil la galerie, B/ Lithostratigraphie suivant la coupe en b-b’
Crédits d’après Wu et al., 1975
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-4.png
Fichier image/png, 328k
Titre Tab. 1 : Lithostratigraphie du remplissage de la galerie karstique
Crédits D'après Wu, 1984
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Titre Tab. 2 : Datation de trois échantillons d’émail dentaire par les séries de l’uranium
Crédits d’après Yuan et al. (1986).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-6.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 3 : Cinq outils lithiques, 1/ P3884, 2/ P3886, 3/ P3882, 4/ P3883, 5/ P3887
Crédits d’après Wu et al. (1975), modifié
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-7.png
Fichier image/png, 683k
Titre Fig. 4 : Dents de Yanhuidong
Légende a/ Canine PA 872, face buccale et linguale, b/ Molaire PA 874, face occlusale
Crédits d’après Wu et al. (1975), modifié
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-8.png
Fichier image/png, 428k
Titre Tab. 3 : Datation par les séries de l’uranium sur des spéléothèmes, des dents et des os selon les couches du remplissage de Yanhuidong.
Légende * Traduction littérale, Eléphant au sens vernaculaire
Crédits Shen & Jin, 1991
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-9.png
Fichier image/png, 164k
Titre Fig. 5 : Localisation des différents prélèvements de calcite (TYC), de dents et d’os (TYB) dans une coupe synthétique et le long de la galerie
Crédits d’après Shen & Jin (1991), modifié
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-10.png
Fichier image/png, 900k
Titre Tab. 4 : Liste faunique de la collection de 1988.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-11.png
Fichier image/png, 254k
Titre Cl. 3 : Morphologie comparée de différentes M1.
Légende a/ Le modèle d’une M1 droite d’Homo neanderthalensis, Krapina D171 (Quam et al., 2009), b/ SKD 140 Homo erectus de Choukoutien (Chine), c/ Homo sapiens néolithique du dolmen de Bennac (France), d/ Homo erectus nord-africain (Rabat, Maroc). b-c-d/ Collections de l’Institut de Paléontologie Humaine, b-d/ Moulages (cliché A. Dambricourt Malassé). Orientation anatomique de la dent : B : buccal, D : distal, L : lingual, M : mésial.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-12.png
Fichier image/png, 89k
Titre Cl. 4 : M1 TZ1 de Yanhuidong.
Légende Vue distale (à gauche) et vue occlusale (à droite). Orientation anatomique de la dent : B : buccal, D : distal, L : lingual, M : mesial, échelle 13 mm
Crédits cliché A. Dambricourt Malassé
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-13.png
Fichier image/png, 223k
Titre Cl. 5 : CT scan d’une M1 d’Homo sapiens néolithique (dolmen de Bennac, France, collection IPH) et de TZ1.
Légende A/ Reconstitution 3D : le tubercule de Carabelli sur la face mésio-linguale du protocône (flèche) donne l’orientation, B/ Coupe bucco-linguale montrant le cingulum (ou bombement) de TZ1 (flèche), C/ Localisation de la coupe B et comparaison des contours plus asymétrique chez Homo sapiens que pour TZ1. CT scan par le Dr. Fabienne Lallouet, Hôpital Américain de Paris
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-14.png
Fichier image/png, 200k
Titre Cl. 6 : Comparaison de TZ1 avec une M1 d’une population protohistorique du karst de la région de Bijie.
Légende La flèche indique le développement distal de l’hypocône sur la dent d’un chinois moderne mais absent sur TZ1
Crédits cliché A. Dambricourt Malassé
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/7078/img-15.png
Fichier image/png, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pu Zhang, Anne Dambricourt Malassé, Zetian Cao et Fabienne Lallouet, « Le potentiel paléoanthropologique et archéologique du karst de Yanhuidong (Tongzi), province du Guizhou, Chine du Sud », Quaternaire, vol. 25/3 | 2014, 253-269.

Référence électronique

Pu Zhang, Anne Dambricourt Malassé, Zetian Cao et Fabienne Lallouet, « Le potentiel paléoanthropologique et archéologique du karst de Yanhuidong (Tongzi), province du Guizhou, Chine du Sud », Quaternaire [En ligne], vol. 25/3 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7078 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7078

Haut de page

Auteurs

Pu Zhang

 Guizhou Mountainous Resources Institute, Guizhou Academy of Science, Shanxi Road. 550001, Guiyang, Guizhou, CHINA. Courriel : zhangpuguizhou@163.com

Anne Dambricourt Malassé

UMR 7194 CNRS, Département de Préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle, Institut de Paléontologie Humaine, Fondation Albert 1er de Monaco, 1 rue René Panhard, FR-75013 PARIS. Courriel : iphadm@mnhn.fr

Zetian Cao

Fabienne Lallouet

 Service d’Imagerie Médicale et de Médecine Nucléaire. Hôpital Américain de Paris, 63 boulevard Victor Hugo FR-92200, NEUILLY-SUR-SEINE. Courriel : lallouet.fabienne@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org