Navigation – Plan du site

Les travertins à empreintes, témoins de la paléobiodiversité végétale

Plant imprints from travertines, witnesses of vegetation palaeobiodiversity
Adam A. Ali, Jean‑Frédéric Terral, Vincent Girard et Paul Roiron
p. 157-161

Résumés

De nombreux systèmes travertineux fossilisent des restes végétaux sous formes d’empreintes. Leur identification au niveau spécifique permet de définir la végétation qui se développait localement. Différents exemples décrits dans cet article montrent l’intérêt de ces dépôts à empreintes pour comprendre l’histoire passée de certaines espèces ligneuses ou apporter des informations sur l’évolution des paléoenvironnements holocènes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

1 - Introduction
2 - Données à l’échelle de l’espèce
2.1 - Picea abies L., une espèce disparue du Massif central pendant la dernière glaciation
2.2 - Populus alba L., une espèce indigène du sud de la France
2.3 - Le Hêtre de Valbonne, une espèce protégée par les moines
2.4 - Pinus nigra Arn. subsp. salzmannii (Dunal) Franco, une espèce en péril
3 - Données à l’échelle des végétations
3.1 - La limite supérieure des arbres dans les Alpes occidentales
3.2 - Le travertin de Barcillonnette, témoin des paléoenvironnements holocènes de la vallée du Déoule (Alpes-de-Haute-Provence)
4 - Conclusion et perspectives

Aperçu du texte

1 - Introduction

Les édifices travertineux sont fréquents dans les régions calcaires, en particulier dans le sud de la France et les Alpes (fig. 1). Ils se sont formés par précipitation des carbonates contenus dans des eaux de source ou de rivières fortement minéralisées. Les datations de ces édifices sont principalement obtenus par analyses isotopiques U/Th sur des cristaux de calcite ou 14Csur des charbons de bois. La plupart se sont construits au cours de l’Holocène, certains pendant des périodes plus anciennes (Eemien, Riss ; Magnin et al., 1990). Les faciès travertineux sont parfois associés à des formations détritiques correspondant à des phases d’érosion violentes liées à des crues torrentielles. Ces dernières peuvent contenir des charbons de bois, des coquilles de gastéropodes ou des restes archéologiques. L’édification des travertins est favorisée par un climat tempéré ou chaud et par la présence d’une couverture végétale. Au contraire les formations détritiques traduisent u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adam A. Ali, Jean‑Frédéric Terral, Vincent Girard et Paul Roiron, « Les travertins à empreintes, témoins de la paléobiodiversité végétale », Quaternaire, vol. 25/2 | 2014, 157-161.

Référence électronique

Adam A. Ali, Jean‑Frédéric Terral, Vincent Girard et Paul Roiron, « Les travertins à empreintes, témoins de la paléobiodiversité végétale », Quaternaire [En ligne], vol. 25/2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/7035 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7035

Haut de page

Auteurs

Adam A. Ali

Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie (UMR 5059, UM2, CNRS, EPHE, INRAP), 163 Auguste Broussonet, 34080 MONTPELLIER. Courriel : ali@univ‑montp2.fr;

Articles du même auteur

Jean‑Frédéric Terral

Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie (UMR 5059, UM2, CNRS, EPHE, INRAP), 163 Auguste Broussonet, 34080 MONTPELLIER. Courriel : jean‑frederic.terral@univ‑montp2.fr

Vincent Girard

Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie (UMR 5059, UM2, CNRS, EPHE, INRAP), 163 Auguste Broussonet, 34080 MONTPELLIER. Courriel : vincent.girard@univ‑montp2.fr.

Paul Roiron

 Centre de Bio-Archéologie et d’Ecologie (UMR 5059, UM2, CNRS, EPHE, INRAP), 163 Auguste Broussonet, 34080 MONTPELLIER. Courriel : paul.roiron@univ‑montp2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org