Navigation – Plan du site

Un conifère fossile d’âge médiéval (1160‑1 260 Cal. AD) au bord du Lac Laramon, altitude 2 359 m (Vallée de la Clarée, Briançonnais, Hautes-Alpes)

A fossil conifer of medieval age (1,160‑1,260 Cal. AD) close to the Laramon Lake, altitude 2,359 m ASL (Clarée valley, Briançonnais massif, southern French Alps)
Denis Thiéblemont, Jean-Luc Charton, Christine Flehoc, Jérémie Melleton et Véronique Thiéblemont
p. 3-11

Résumés

La souche partiellement ennoyée et le tronc couché d’un grand arbre ont été trouvés à une altitude de 2 359 m, sur le talus d’érosion d’une pelouse ceinturant le lac glaciaire de Laramon (vallée de la Clarée, est du Briançonnais). Une datation 14C de la partie externe de la souche a donné un âge de 830 ± 30 BP (1 160 – 1 260 cal. AD), situant la vie de l’arbre vers la fin de l’époque médiévale, période au climat plutôt clément dans les Alpes. Le bois est parfaitement conservé. Sa structure, très simple, est celle d’un résineux ; des canaux résinifères suggèrent qu’il pourrait s’agir d’un pin ou d’un mélèze, espèces dont de vieux individus de taille et morphologie comparables s’observent dans la région jusqu’à une altitude de 2 000 m. Il est probable qu’à l’époque médiévale, des conditions climatiques plutôt clémentes permettaient à de tels arbres de vivre plus haut. La souche se trouve actuellement les « pieds dans l’eau » indiquant un creusement du lac après l’époque médiévale. Nous suggérons que ce creusement se serait produit lors du Petit Age Glaciaire, époque à laquelle se seraient mis en place les derniers dépôts glaciaires.

Haut de page

Texte intégral

1 - Observations et datation

1Le lac Laramon se situe sur le versant NE de la vallée de la Clarée, dans la partie orientale du Briançonnais (Hautes-Alpes) (fig. 1A). Ce versant est ponctué de lacs glaciaires étagés entre ~ 2 350 et 2 850 m (fig. 1B), souvent délimités par un bourrelet morainique (Cossart et al., 2010, 2012). Actuellement, la montagne est totalement déglacée, les plus hauts sommets culminant vers 3 100 m (fig. 1B). Le fond de la vallée est jalonné de dômes allongés de roches polies et striées (roches moutonnées) attestant l’existence d’un important glacier à une époque récente et dont le développement maximal aurait été atteint vers ~ 24 000 BP, lors du dernier maximum glaciaire (LGM, Cossart et al., 2010). Après cette époque, la déglaciation aurait procédé en différentes étapes jusqu’au Préboréal (~ 10 000 BP), pour ne reprendre que localement au pied des plus hauts reliefs (altitude > 2 600 m) lors du Petit Age Glaciaire (~ 1 350 - 1 850 AD) (Cossart et al., 2012).

2Le lac Laramon a une forme grossièrement elliptique et une largeur de l’ordre de 150 m pour une longueur d’environ 250 m (fig. 1B). Il s’inscrit dans une zone peu pentue au pied d’un système de crêtes ramifiées aux pentes couvertes d’éboulis (Cl. 1). Vers l’aval, un bourrelet morainique limite le lac (Cl. 2), attestant son origine glaciaire. Ce « barrage naturel » est considéré comme une moraine latérale déposée lors du premier stade de déglaciation suivant le LGM (Cossart et al., 2012).

3L’arbre fossile se présente en deux morceaux (Cl. 1) : 1/ la souche, située en bordure du lac, sur le talus d’érosion d’une petite pelouse, dans laquelle ses racines sont partiellement enchassées. Cette pelouse s’étend entre le lac et son rebord morainique et supporte de nombreux blocs qui parsèment également le bourrelet morainique (Cl. 2). La partie de la souche encore en place présente un diamètre de 50 à 70 cm. Le talus érosif témoigne de l’incision récente de la zone herbeuse par les eaux du lac ; 2/ un morceau de tronc couché dans l’eau d’aspect très tortueux qui s’évase atteignant près d’1,50 m vers sa base.

4A l’œil nu, le bois apparaît massif et dense, et ses cernes de croissance bien visibles. En coupe radiale (grossissement x15 sur bois poli), chaque cerne apparaît constituée d’une succession de cellules alignées bord à bord d’une trentaine de microns de diamètre qui passent rapidement à une zone finale étroite aux cellules plus petites. Des cavités assez fréquentes de 100 à 200 µm de diamètres (canaux résinifères) ponctuent la structure cellulaire (Cl. 3). Ces caractères évoquent le pin ou le mélèze, mais excluent le sapin ou le genévrier (Triboulot & Trouy-Triboulot, 2012).

5Un petit morceau de la souche, plutôt vers la périphérie du tronc, a été prélevé pour datation par la méthode 14C par le laboratoire Beta Analytic Inc. Les résultats sont consignés dans le tableau 1. Ils indiquent un âge calendaire de 1 160 - 1 260 AD qui situe la vie de l’arbre vers la fin de l’époque médiévale, période climatique plutôt clémente en Europe occidentale (Esper et al., 2005 ; Büntgen et al., 2011).

Fig. 1 : Carte de localisation (modifiée d’après Cossart et al., 2012) (A) et esquisse topographique (B) de la vallée de la Clarée en amont de Névache.

Fig. 1 : Carte de localisation (modifiée d’après Cossart et al., 2012) (A) et esquisse topographique (B) de la vallée de la Clarée en amont de Névache.

Cliché 1 : Le lac Laramon vu en direction du SE.

Cliché 1 : Le lac Laramon vu en direction du SE.

Sur la droite, la petite zone plate supportant la souche (vers le centre de la photo) et à gauche de celle-ci, le tronc couché dans l’eau. Noter la présence de gros blocs posés sur la zone plate ainsi que sur les pentes surplombant le lac.

Cliché 2 : A la terminaison SE du lac, énorme bloc couché sur le bourrelet morainique portant « sur son dos » un bloc de plus petite taille. Nous considérons ce type de configuration comme indubitablement glaciaire

Cliché 2 : A la terminaison SE du lac, énorme bloc couché sur le bourrelet morainique portant « sur son dos » un bloc de plus petite taille. Nous considérons ce type de configuration comme indubitablement glaciaire

2 - Discussion

6L’arbre fossile du lac Laramon, pin ou mélèze, est d’un type commun dans le Briançonnais, mais situé à une altitude à laquelle aucun individu récent de cette taille et de cette forme n’est actuellement observé. Il est envisageable que les conditions relativement clémentes qui prévalaient dans les Alpes à l’époque médiévale rendaient possible le développement de tels spécimens à assez haute altitude ; des investigations complémentaires (dendrochronologie et isotopes stables en particulier) seraient toutefois nécessaires pour préciser ce point.

7Le fait que la souche soit observée en place induit d’autres conclusions relatives à l’histoire récente de la vallée de la Clarée. L’arbre a aujourd’hui les « pieds dans l’eau » (Cl. 1) du fait de l’érosion de la berge par les eaux du lac. Il est probable qu’à l’époque médiévale, une pelouse herbeuse plutôt sèche occupait la dépression et qu’elle a été partiellement érodée lorsque le lac a pris sa place actuelle. A minima, on peut de toute façon conclure que le niveau de l’eau a significativement monté depuis l’époque médiévale.

8Les très gros blocs posés sur la zone plate se raccordent, vers l’amont, aux « éboulis » couvrant les crêtes (Cl. 1), et vers l’aval, à ceux recouvrant le bourrelet morainique (Cl. 2) et sa pente externe. Une origine glaciaire de ces dépôts nous semble difficilement évitable pour les raisons suivantes : 1/ la taille des blocs ; 2/ l’existence de blocs superposés (Cl. 2) ; 3/ le fait que les blocs couvrent le bourrelet morainique, une telle disposition impliquant un transport important depuis les flancs des crêtes au travers de la zone peu pentue.

9Il nous semble probable que, comme le surcreusement du lac, le dépôt des blocs soit intervenu à une époque postérieure à celle pendant laquelle l’arbre fossile a vécu. L’un de ces blocs semble d’ailleurs quasiment « posé » sur la souche (Cl. 1). De même, la disposition des blocs « à plat » sur le sol (Cl. 1 & 2) suggère que ce sol n’a subi aucune érosion depuis le dépôt des blocs.

10Nous sommes donc conduits à envisager un englacement du versant postérieur à l’époque médiévale et qui serait donc à attribuer au Petit Age Glaciaire.

Tab. 1 : Résultat de l’analyse 14C réalisée (laboratoire Beta Analytic Inc.) sur le bois de la partie extérieure de la souche du conifère du lac Laramon.

Tab. 1 : Résultat de l’analyse 14C réalisée (laboratoire Beta Analytic Inc.) sur le bois de la partie extérieure de la souche du conifère du lac Laramon.

Cliché 3 : Vue du bois fossile au microscope électronique à balayage montrant un canal résinifère d’une centaine de microns de diamètre.

Cliché 3 : Vue du bois fossile au microscope électronique à balayage montrant un canal résinifère d’une centaine de microns de diamètre.

3 - Perspectives

11Les perspectives ouvertes par les faits présentés ici de façon préliminaire portent sur deux sujets : 1/ l’écologie alpine à l’époque médiévale ; 2/ l’expansion des glaciers durant le Petit Age Glaciaire. Sur ces deux questions, le site du lac Laramon est susceptible de fournir des éléments quantitatifs précieux en vue de reconstitutions paléoclimatiques. L’étude paléo-écologique pourrait être étendue à l’ensemble de la pelouse supportant le tronc et plus particulièrement, à son sol, dont on peut penser qu’il s’est constitué à l’époque médiévale et a pu en garder l’empreinte (restes végétaux ?). L’hypothèse d’un englacement des versants jusqu’à une altitude de 2 350 m ou moins lors du Petit Age Glaciaire nécessiterait d’être évaluée sur l’ensemble de la vallée de la Clarée. Notons que Cossart et al. (2010, 2012) concluent qu’à cette époque, seuls les plus hautes parties du relief, situées vers 2 600-2 800 m sous les faces rocheuses, auraient été englacées.

Haut de page

Bibliographie

BÜNTGEN U., TEGEL W., NICOLUSSI K., MCCORMICK M., FRANK D., TROUET V., KAPLAN J.O., HERZIG F., HEUSSNER K.-U., WANNER H., LUTERBACHER J. & ESPER J., 2011 - 2500 Years of European Climate Variability and Human Susceptibility. Science, 331 (6017), 578-582.

COSSART E., FORT M., BOURLÈS D., CARCAILLET J., PERRIER R., SIAME L. & BRAUCHER R., 2010 - Climatic significance of glacier retreat and rockglaciers re-assessed in the light of cosmogenic dating and weathering rind thickness in Clarée valley (Briançonnais, French Alps). Catena, 80 (3), 204-219.

COSSART E., FORT M., BOURLÈS D., BRAUCHER R., PERRIER R. & SIAME L., 2012 - Deglaciation pattern during the Lateglacial/Holocene transition in the southern French Alps. Chronological data and geographical reconstruction from the Clarée Valley (upper Durance catchment, southeastern France). Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 315-316, 109-123.

ESPER J., WILSON R.J.S., FRANK D., MOBERG A., WANNER H. & LUTERBACHER J., 2005 - Climate: past ranges and future changes. Quaternary Science Reviews, 24 (20-21), 2164-2166.

TRIBOULOT P & TROUY-TRIBOULOT M.-C., 2012 - Matériau bois - Structure et caractéristiques. Techniques de l’Ingénieur : Les matériaux de construction traditionnels, Base documentaire : TIB224DUO, article : C925, http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/construction-th3/les-materiaux-de-construction-traditionnels-42224210/materiau-bois-c925/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation (modifiée d’après Cossart et al., 2012) (A) et esquisse topographique (B) de la vallée de la Clarée en amont de Névache.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6909/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Titre Cliché 1 : Le lac Laramon vu en direction du SE.
Légende Sur la droite, la petite zone plate supportant la souche (vers le centre de la photo) et à gauche de celle-ci, le tronc couché dans l’eau. Noter la présence de gros blocs posés sur la zone plate ainsi que sur les pentes surplombant le lac.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6909/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Cliché 2 : A la terminaison SE du lac, énorme bloc couché sur le bourrelet morainique portant « sur son dos » un bloc de plus petite taille. Nous considérons ce type de configuration comme indubitablement glaciaire
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6909/img-3.png
Fichier image/png, 28M
Titre Tab. 1 : Résultat de l’analyse 14C réalisée (laboratoire Beta Analytic Inc.) sur le bois de la partie extérieure de la souche du conifère du lac Laramon.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6909/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Cliché 3 : Vue du bois fossile au microscope électronique à balayage montrant un canal résinifère d’une centaine de microns de diamètre.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6909/img-5.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Thiéblemont, Jean-Luc Charton, Christine Flehoc, Jérémie Melleton et Véronique Thiéblemont, « Un conifère fossile d’âge médiéval (1160‑1 260 Cal. AD) au bord du Lac Laramon, altitude 2 359 m (Vallée de la Clarée, Briançonnais, Hautes-Alpes) », Quaternaire, vol. 25/1 | 2014, 3-11.

Référence électronique

Denis Thiéblemont, Jean-Luc Charton, Christine Flehoc, Jérémie Melleton et Véronique Thiéblemont, « Un conifère fossile d’âge médiéval (1160‑1 260 Cal. AD) au bord du Lac Laramon, altitude 2 359 m (Vallée de la Clarée, Briançonnais, Hautes-Alpes) », Quaternaire [En ligne], vol. 25/1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6909 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6909

Haut de page

Auteurs

Denis Thiéblemont

Bureau des Recherches Géologiques et Minières, BP 6009, FR-45060 ORLÉANS cedex. Courriel : d.thieblemont@brgm.fr

Jean-Luc Charton

Altitude 1515, FR-05100 PUY-SAINT-ANDRÉ.

Christine Flehoc

Bureau des Recherches Géologiques et Minières, BP 6009, FR-45060 ORLÉANS cedex.

Jérémie Melleton

Bureau des Recherches Géologiques et Minières, BP 6009, FR-45060 ORLÉANS cedex.

Véronique Thiéblemont

 50 rue de Pailly, FR-45380 LA CHAPELLE-SAINT-MESMIN.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org