Navigation – Plan du site

Mobilité des paysages littoraux et peuplement dans la basse vallée de l'Argens (Var, France) au cours de l'Holocène

Coastal evolution and human occupation of the lower Argens valley (Var, France) during the Holocene
Frédérique Bertoncello, Benoît Devillers, Stéphane Bonnet, Sébastien Guillon, Laurent Bouby et Claire Delhon
p. 43-44

Résumés

Entre les massifs métamorphiques des Maures et de l'Esterel, la basse vallée de l'Argens est une ria colmatée au cours de l'Holocène. Cette plaine alluviale et ses marges sont des espaces attractifs pour les sociétés depuis le Néolithique. Suite à la fondation de la colonie romaine de Forum Iulii au ier siècle av. J.-C., un port militaire et commercial est aménagé, tandis que l’occupation de la plaine s’intensifie. Combinée aux données paléoenvironnementales et archéologiques déjà publiées, l’étude litho-stratigraphique, carpologique, palynologique et ostracologique de deux carottages sédimentaires permet de suivre l’évolution du rivage et la transformation des milieux littoraux au fur et à mesure du comblement de la ria. La spatialisation des paléomilieux identifiés et leur confrontation avec les données relatives à l’occupation du sol conduisent à proposer des restitutions paléogéographiques de la basse vallée de l’Argens entre le Néolithique et l’époque romaine. Les résultats permettent d’appréhender les dynamiques à l’origine de l’évolution morphologique du delta et d’entrevoir l’imbrication des processus naturels et des interventions anthropiques dans le façonnage du paysage du bas Argens.

Haut de page

Texte intégral

Cette étude a été financée par le Ministère de la Culture et de la Communication, le CNRS, la Ville de Fréjus et le Conseil Général du Var (Projet Collectif de Recherches, Programme postdoctoral et ATIP Jeune Chercheur). Les auteurs remercient le Service du Patrimoine de la Ville de Fréjus pour son soutien, ainsi que Philippe Blanchemanche (UMR 5140), Michel Guillemard, Guillaume Lopez et Françoise Feau (CETE Méditerranée) pour la réalisation des carottages.

1 - Introduction

1Depuis 8 000 ans environ, le ralentissement de la montée du niveau marin combiné aux apports terrigènes holocènes a conduit à l'édification des systèmes deltaïques sur les fronts de mer ouverts (Stanley & Warne 1994 ; Vella et al., 2005) et au colmatage des rias en Méditerranée (Kayan, 1999). Si, dans ses traits généraux, cette évolution est maintenant connue, la chronologie et l'évolution précises des différents types de milieux associés (marins, lagunaires, littoraux et fluviaux) sont encore peu renseignées et peuvent varier fortement d'un site à l'autre selon l’influence respective des facteurs morphologiques, géologiques, hydrodynamiques et anthropiques.

2Du point de vue des sociétés, ces plaines littorales constituent des espaces agricoles très attractifs, avec leurs sols meubles et profonds sur de larges espaces plans. Offrant de larges baies protégées des houles et des tempêtes, les rias non entièrement colmatées sont en outre propices à l'installation de structures portuaires, au moins depuis l'Age du Bronze (Brückner et al., 2005 ; Devillers, 2008 ; Carayon, 2008). La grande mobilité de ces environnements contraint toutefois les sociétés à tenir compte des phénomènes d'érosion, de sédimentation, d'inondation et de submersion pour les aménagements urbains et la gestion des ressources agricoles. Le potentiel et les contraintes inhérents à ces milieux induisent des relations complexes entre les sociétés et leur environnement, d'un grand intérêt pour comprendre les processus à l’œuvre dans la construction des paysages.

3Nous proposons d'étudier l'évolution du paysage de la basse vallée de l'Argens (Var, France) et les conditions de son occupation au cours de l'Holocène. L’optique est paléogéographique : à partir des paléomilieux identifiés au sein de carottages sédimentaires et des indicateurs archéologiques relatifs à l’occupation de cet espace, nous proposons des restitutions de la paléogéographie de la basse vallée de l’Argens à différentes étapes du comblement de la ria, du Néolithique à l’époque romaine. En préalable, la présentation détaillée des résultats de l’étude de deux carottages récemment prélevés illustre le protocole analytique mis en œuvre pour restituer les paléoenvironnements littoraux et fluviaux et vient compléter le corpus de données déjà acquis (Bertoncello et al., 2008 ; Devillers & Bonnet, 2006 ; Allinne & Devillers, 2006).

2 - Contexte géographique et historique

4Avec un linéaire de 114 km, l’Argens est l’un des fleuves les plus importants du quart sud-est de la France. Prenant sa source aux confins des départements du Var et des Bouches-du-Rhône, il draine un vaste bassin versant (2 500 km²) dominé par un substrat calcaire au nord et métamorphique au sud et à l’est, avant de se jeter dans la mer Méditerranée à proximité de Fréjus, dans le Var. Dans sa partie aval, la plaine alluviale de l’Argens est encaissée entre les massifs métamorphiques et éruptifs des Maures au sud et de l’Esterel au nord (fig. 1). D’un point de vue morphologique, la basse vallée est caractéristique des plaines littorales meubles : le réseau fluvial est très mobile et s’insère dans une topographie plane (de 10 à 1 m NGF) marquée à l’aval par des milieux humides et un trait de côte concave et régularisé au débouché de la vallée.

5La basse vallée de l’Argens constitue le proche territoire de la ville romaine de Forum Iulii, Fréjus, fondée par César dans la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. sur un petit môle rocheux surplombant de quelques dizaines de mètres la plaine côtière. Dans le dernier tiers du ier siècle av. J.-C., Forum Iulii est promue colonie romaine, probablement par Octave (Gascou, 1982 ; Gascou & Janon, 1985). C’est à cette époque que la ville reçoit tout ou partie des navires de la flotte d’Antoine et Cléopâtre vaincue à la bataille d’Actium en 31 av. J.-C. Le rôle portuaire et militaire de Fréjus s’affirme ainsi, la ville étant, au moins jusqu’à la fin du iie siècle ap. J.-C., l’une des trois principales bases navales de la flotte de Rome en Méditerranée occidentale (Gascou & Janon, 1985). Les vestiges du port antique, qui est aujourd’hui complètement atterri, sont toujours visibles plus d’1 km en arrière du rivage actuel.

6A l’instar de nombreux autres sites côtiers du bassin méditerranéen (Kayan, 1999 ; Jorda, 2000 ; Brückner et al., 2002 ; Brückner et al., 2005 ; Fouache & Pavlopoulos, 2005 ; Marriner & Morhange, 2005, 2006 ; Devillers, 2008), cette topographie archéologique témoigne de la forte mobilité du littoral au cours de l’Holocène. L’histoire géologique récente de la basse vallée de l’Argens est liée aux héritages géomorphologiques et à l’évolution du niveau marin et du détritisme depuis le Pléistocène. L'étude du niveau marin, de la topographie, de la bathymétrie et des carottages sédimentaires permet de restituer les principales étapes de cette histoire (fig. 2). Au Pléistocène Final, le niveau de la mer à -120 m. occasionne une adaptation du profil du fleuve. La remontée holocène du niveau de la mer engendre une transgression, qui atteint son maximum vers 6 000 BP (Dubar in Fiches et al., 1995 ; Dubar, 2004) : le domaine marin s’étend alors jusqu’au fond de la basse vallée, au pied du Rocher de Roquebrune, à 11 km en arrière du trait de côte actuel, donnant lieu à un paysage de ria. Le ralentissement de la montée eustatique conjugué à l’importance des apports sédimentaires de l’Argens entraîne l’atterrissement et le comblement progressif de la ria jusqu’à la situation actuelle.

7Un premier modèle de comblement de la ria a été développé par Michel Dubar en 1995 à partir de deux carottages prélevés dans la basse vallée de l’Argens, lui permettant de proposer des hypothèses de localisation de la ligne de rivage à l’Age du Bronze, au début du ve siècle av. J.-C. et au milieu du ier siècle av. J.-C. (Dubar in Fiches et al., 1995 ; Dubar, 2004). Le modèle repose sur un calcul mathématique de l’avancée d'un trait de côte concave à partir d’une évaluation de la largeur de la vallée et des cinq datations radiocarbones obtenues dans les carottages de Pont d’Argens et du Verteil.

8Les recherches conduites depuis 2003 dans le cadre du Projet Collectif de Recherches interdisciplinaire « Occupation du sol et patrimoine archéologique dans la basse vallée de l’Argens » coordonné par F. Bertoncello (Ministère de la Culture, CNRS, Ville de Fréjus et Conseil Général du Var) ont permis d’affiner considérablement ce modèle. La multiplication des enregistrements sédimentaires et le croisement de différents types de sources, paléoenvironnementales, archéologiques, planimétriques et géophysiques, permettent de préciser les morphologies successives de la basse vallée de l’Argens au cours de l’Holocène et de caractériser les différents paléomilieux littoraux et fluviaux, tout en restituant les conditions d’occupation de ce paysage en constante évolution.

Fig. 1 : Carte géologique simplifiée de la basse vallée de l’Argens.

Fig. 1 : Carte géologique simplifiée de la basse vallée de l’Argens.

3 - Données morpho-sédimentaires et paléoenvironnementales

9Les données paléoenvironnementales sont issues de carottages sédimentaires et d’observations morpho-sédimentaires réalisées à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive conduites par le Service du Patrimoine de la Ville de Fréjus. Onze carottages ont été prélevés dans la basse vallée, dont six, les plus profonds (5 à 20 m) et présentant des faciès diversifiés, ont été étudiés à ce jour (fig. 3). L’étude de ces archives sédimentaires a suivi un protocole analytique standardisé, associant une analyse des milieux de sédimentation (granulométrie et sédimentologie), la caractérisation des faunes aquatiques (ostracodes et macro-benthos) et des restes végétaux (palynologie, anthracologie et carpologie) permettant d’identifier et de dater (radiocarbone AMS 14C et datations archéologiques) les biotopes dans lesquels se sont déposés les sédiments prélevés (tab. 1). Les datations par le radiocarbone ont été calibrées selon la courbe de Stuiver et al. (1998) grâce au logiciel OxCal.

10En complément des études déjà publiées, carottages des Esclapes et de Villepey et données environnementales issues du diagnostic archéologique du Théâtre d’Agglomération à Fréjus (Allinne & Devillers, 2006 ; Devillers & Bonnet, 2006 ; Excoffon & Devillers, 2006 ; Devillers et al., 2007), nous présentons ici les résultats de l’analyse des carottes prélevées à La Plaine et à La Palissade, qui offrent des enregistrements sédimentaires particulièrement puissants (respectivement 13,4 m et 20 m de profondeur).

Fig. 2 : Modélisation paléogéographique de la ria de l’Argens.

Fig. 2 : Modélisation paléogéographique de la ria de l’Argens.

A/ Pleistocène final, B/ début de la transgression marine holocène, C/ vers 6 000 BP, D/ topographie actuelle

Fig. 3 : Localisation des carottages.

Fig. 3 : Localisation des carottages.

3.1 - Etude litho-stratigraphique et paléoenvironnementale du carottage de « la plaine » (PL1)

11Le carottage de La Plaine, d’une profondeur de 13,4 m, a été prélevé dans la plaine d’inondation distale de l’Argens, à 750 m. de la rive gauche du fleuve (fig. 3). Le sommet du carottage se trouve à 1,92 m NGF ± 10 cm. La colonne sédimentaire a fait l’objet d’analyses sédimentologique et granulométrique, tandis que les paléomilieux ont été reconstitués grâce à l’étude des ostracodes, du pollen et des restes carpologiques. Douze datations par le radiocarbone ont été effectuées

Tab. 1 : Analyses effectuées sur les six carottages étudiés.

Tab. 1 : Analyses effectuées sur les six carottages étudiés.

3.1.1 - Étude des milieux de sédimentation

12Trois unités sédimentaires ont été identifiées (fig. 4) :

13- Unité A : les quatre premiers mètres de la carotte (de la base à -9 m) sont composés de limons gris (10 YR 5/1) entrecoupés de lits verdâtres (2,5 Y 4/4), traduisant un processus de réduction indiquant la permanence d’une nappe d’eau (milieu anaérobie réducteur). La taille de ces lits (de 2 à 10 cm) ainsi que leur couleur interdisent d’y voir des rythmites saisonnières habituellement caractérisées par une alternance millimétrique de lits clairs et foncés. De même, leur homogénéité et l’absence de toute figure d’altération et de redistribution minéralogique contredisent l’existence de processus secondaires. La base de la carotte est donc dominée par les processus de décantation. La présence de deux lits de sédiments fins de couleur brun rouge foncé (5 YR 3/3) peut en outre indiquer des épisodes ponctuels d’érosion des versants proches (matériaux d’origine métamorphique ou éruptive des Maures et de l’Estérel). De minces lits de sables sont de plus en plus présents au sommet de l’unité (A3). Ce changement de texture du sédiment traduit une évolution progressive des milieux, confirmée par l’étude des ostracodes qui indique une forte mutation des paysages (fig. 4). A la base de l’unité (A1, échantillon 45), l'abondance des espèces phytales côtières, à l’image de Carinocythereis carinata, combinée à un sédiment fin fortement enrichi en fibres de posidonies, indique la présence d’un herbier côtier. Ce milieu reçoit des éléments détritiques de l’amont, comme l’atteste la présence de valves fragmentées d’espèces dulçaquicoles mélangées avec des espèces de milieux saumâtre et marin telles que Loxoconcha elliptica et Carino cythereis carinata. La nette diminution, voire la disparition, de l’ostracofaune dans les échantillons suivants (44 à 36, sous-unité A2) s’explique probablement par une augmentation des taux de sédimentation et par des changements brutaux de la composante lithologique du biotope (alternance de lits limoneux et sableux), qui traduisent une métamorphose paysagère sans doute liée à la progradation du rivage. En effet, bien que le très faible nombre d’individus (inférieur à cinq) invite à la prudence, la diminution des ostracodes côtiers en faveur des espèces saumâtres suggère la présence en amont d’un espace lagunaire, fragile et instable car en cours de formation. L’augmentation de la densité faunique à partir de l’échantillon 35 peut dénoter au contraire une certaine stabilité du milieu, correspondant à une lagune relativement ouverte sur la mer (sous-unité A3). Entre les échantillons 35 à 31, l’ostracofaune reflète des biotopes variés, allant des milieux d’eau douce aux milieux côtiers, mais les espèces les plus représentées sont caractéristiques d'une salinité fluctuante (Cyprideis torosa, Loxoconcha elliptica, L. laevis, L. gr. Rhomboidea). En outre, la microfaune correspondant à ce milieu euryhalin est la seule représentée par des individus juvéniles et adultes dans les différentes fractions granulométriques, signe d’une population en place. Les autres espèces sont soit uniquement représentées dans certaines fractions granulométriques, ce qui peut traduire leur apport lors d’événements de tempête ou de forte crue, soit caractérisées par la prépondérance d’individus juvéniles, ce qui témoigne d’une mauvaise adaptation de l’espèce au biotope. L’ensemble de ces caractéristiques décrit un milieu lagunaire assujetti à des apports côtiers et fluviaux.

14- Unité B (de -9 m à -3,5 m) : à dominante sableuse, la granulométrie de l’unité B est très contrastée ; le grain moyen, le tri et l’asymétrie sont très variables. Les processus sédimentaires semblent donc multiples, la décantation, le charriage et le lessivage étant susceptibles d’intervenir ici. Ces faciès granulométriques traduisent des dynamiques hydro-sédimentaires à la fois plus compétentes et plus contrastées, telles qu’on peut les observer à proximité des lits mineurs. Ces dépôts se mettent en place au sein d’une lagune, qui reçoit désormais des apports croissants d’eau douce, comme l’indique l’augmentation de la part des ostracodes dulçaquicoles, dont Iliocypris gibba (échantillon 29). La nodation des valves de Loxoconcha elliptica et de Cyprideis torosa montre que ce milieu connait de légères variations de salinité. L’ensemble de ces indicateurs décrit un milieu de lagune plutôt fermée et protégée soumise à des apports directs du lit mineur de l’Argens. L’augmentation du taux de sédimentation autour de 2 600 cal. BP suggère que l’on se trouve à proximité de l’embouchure. Toutefois, des apports hydro-sédimentaires par rupture de berge ne sont pas totalement exclus. L’importance des apports détritiques engendre l’engraissement du cordon littoral, favorisant la fermeture des passes et la déconnexion de la lagune par rapport aux dynamiques et processus côtiers.

15- Unité C : cette unité sommitale (de -3,5 m au sommet) est composée de limons sableux ou de sables limoneux bruns rouges clairs. La granulométrie de la fraction sableuse montre une asymétrie négative (Visher, 1969) caractéristique des processus de décantation (fig. 4). Cette unité est aussi riche en particules fines. La couleur, les structures sédimentaires ainsi que la granulométrie indiquent une sédimentation issue d’épisodes de crues dans le lit majeur de l’Argens. L’ostracofaune est en accord avec ce type de milieu : à partir de l’échantillon 18, l’apport d’eau douce croissant et constant provoque la disparition des espèces saumâtres. Au sommet de la carotte, les espèces présentes dans l’échantillon 7 (Ilyocypris gibba et Cyprinotus salinus) sont des dulçaquicoles provenant directement du fleuve ou de mares résiduelles d’origine fluviale extrêmement confinées (Muller et al., 2008). Entre 1,5 et 1,9 m de profondeur (éch. 4), l’unité C est entrecoupée d’un paléosol (brunification et structure grumeleuse), indiquant une diminution de l’énergie des apports sédimentaires associée à une couverture végétale importante.

Fig. 4 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Plaine (PL1).

Fig. 4 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Plaine (PL1).

3.1.2 - Les marqueurs végétaux

16Vingt quatre échantillons palynologiques prélevés dans les différents faciès sédimentaires du carottage PL1 ont été analysés. L’état d’altération avancée du matériel sporopollinique dans les dépôts supérieurs constitués de limons sableux ou de sables limoneux n’a pas permis un comptage représentatif des grains de pollen. Les résultats concernent donc essentiellement la partie inférieure du carottage, entre -13,2 m et -7,5 m, pour laquelle les spectres polliniques sont mieux conservés et présentent une bonne diversité taxonomique (fig. 5). La séquence se situe entre 2 700 ± 75 et 2532 ± 175 cal. BP, donc au cours du premier Age du Fer.

17Le couvert végétal est majoritairement représenté par les taxons arbustifs et arborés : la bruyère arborescente (Erica arborea) à hauteur de 45 %, le chêne (Quercus sp.) entre 20 et 30 %, le pin (Pinus) et l’aulne (Alnus) entre 5 et 10 % chacun (fig. 5). Dans une moindre mesure, les spectres enregistrent la présence de ciste (Cistus sp.), de pistachier (Pistacia sp.) et de lavande (Lavandula type), qui accompagnent la bruyère arborescente dans les formations de maquis des massifs cristallophylliens des Maures et de l’Esterel. Si le maquis domine les spectres polliniques, les espèces mésophiles comme le chêne, préférant les sols plus profonds, ainsi que les herbacées héliophiles (poacées, plantes rudérales, composées et cypéracées) représentent davantage la végétation de la plaine alluviale. L’aulne, préférant les sols humides voire gorgés d’eau, se localise plus précisément en formation riveraine de l’Argens.

18Dans la partie inférieure de la séquence, entre 11,7 m et 7,6 m de profondeur, trois phases successives ont été identifiées (inter zones B1, B2, B3, fig. 5). Elles sont caractérisées par un recul de la plupart des taxons arborés et arbustifs, notamment du chêne et des formations de maquis, et par un accroissement concomitant de l’aulne, des espèces rudérales et prairiales. L’origine différentielle des apports polliniques incite à la prudence quant à l’interprétation de ces variations de valeurs. En effet, en contexte deltaïque, l’origine des apports polliniques peut être atmosphérique, auquel cas la végétation émettrice est principalement locale, ou fluviatile, reflétant dans ce cas toute la végétation du bassin versant. Des spectres d’origine locale alternent ainsi avec des spectres d’origine régionale en fonction du contexte et du type de sédimentation dont dépendent les apports polliniques plus lointains. Certains indices suggèrent toutefois de mettre en relation cette dynamique végétale avec l’anthropisation de la plaine alluviale. Alors que le maquis et la chênaie reculent conjointement, les valeurs croissantes de Pseudoschizae circula, une diatomée indicatrice de forte érosion des sols (Van Geel, 2001), montrent que les formations arborées et arbustives se dégradent, alors que l’aulne, pionnier, gagne du terrain. L’aulne étant dominant dans les formations ripicoles de fond de vallon, ses graines sont facilement transportées par les eaux de crues. En plaine distale, dans les faciès de décantation à limons argileux, la germination de l’aulne peut être accélérée par une pression pastorale modérée, le piétinement protégeant les graines du phénomène de dessiccation. Etant donné que les jeunes pousses d’aulne sont moins appétentes que celles de chêne (Van Uytvanck et al., 2008a,b), la croissance de l’aulnaie est ainsi favorisée. Par ailleurs, ce type de pâturage facilite également le développement de prairies humides à graminées et cypéracées, pouvant être broutées et/ou exploitées pour le fourrage. Il semble donc que l’accroissement de la courbe du pollen traduise une véritable expansion de l’aulnaie, qui pourrait être d’origine anthropique. Ainsi, les différentes phases de régression de la chênaie mésophile enregistrées dans les faciès de décantation de la carotte PL1, associées à la croissance des aulnes, au développement des rudérales (armoise, plantain etc.), des cypéracées et des graminées, peuvent indiquer la présence d’espaces exploités en pâtures humides dans la plaine alluviale de l’Argens. L’exploitation agricole du bassin versant est par ailleurs attestée par la présence récurrente de Cerealia tout au long de la séquence.

19La carpologie complète ces informations pour la moitié supérieure de la carotte, entre 4 et 5 m de profondeur, où se trouvent trois des quatre échantillons ayant fait l’objet d’une analyse carpologique (tab. 2). Ces échantillons correspondent à des dépôts organiques (macro-restes végétaux) sans fraction lithoclastique (éch. 13, 15, 19). Avec presque 900 restes non carbonisés, l’échantillon 19 présente le corpus le plus fourni, mais le spectre carpologique présenté par les trois échantillons est équivalent et permet de décrire la couverture végétale du bassin versant entre le VIIIe et le VIe s. av. notre ère. Chacun des dépôts organiques concernés bénéficie en effet d’une datation radiocarbone : échantillon 19 : 2606 ± 132 cal. BP (787-524 av. J.-C.), échantillon 15 : 2 604 ± 139 cal. BP (793-515 av. J.-C.), échantillon 13b : 2 653 ± 106 cal. BP (808-597 av. J.-C.).

20Les paléosemences confirment la présence d’une ripisylve à aulnaies bien développée. A côté de cette formation ripicole, un ensemble forestier à sol profond est représenté par une forêt plus mésophile de fond de vallée, toujours dominée par le chêne, à l’instar de ce qu’indique la palynologie pour le bas de la séquence, auquel on peut associer le houx, le buis, la fougère (sol acide) et le sureau. Cet ensemble montre que la plaine alluviale de l’Argens n’est pas encore totalement défrichée au premier Age du Fer.

21De nombreuses herbacées des roselières ou des bas-marais témoignent de la zone soumise à battance en bordure immédiate de l’étendue d’eau. Trois taxons (Najas sp., Potamogeton sp. et Ranunculus aquatilis agg.) sont directement liés à cette dernière et montrent son caractère permanent et calme. Ils peuvent s’accorder avec l’hypothèse d’une lagune, bien qu’aucun halophyte n’ait été identifié.

22Plusieurs plantes de pelouses et prairies se partagent entre sols gras et profonds, qui pourraient témoigner d’ouvertures dans la forêt de plaine (Prunella vulgaris, Ranunculus cf. repens), et sols plus secs et acides (Silene gallica, Satureja hortensis). Ces derniers sont plus vraisemblablement à localiser sur les versants où l’on trouve également des formations buissonnantes de dégradation forestière de type maquis (Lavandula stoechas), donc plutôt relatifs au bas Argens par opposition à l’amont du bassin versant au substrat calcaire. Quelques espèces de sols carbonatés sont d’ailleurs identifiées : Teucrium chamaedrys est une calcicole caractéristique des pelouses ou de la garrigue, milieu où l’on peut éventuellement rencontrer le buis, déjà évoqué, ainsi que le figuier. Ce dernier est toutefois très commun sur les rochers en bordure des cours d’eau méditerranéens et on le placera plus volontiers dans ce biotope.

23Les indicateurs de mise en valeur agricole sont nombreux, notamment les mauvaises herbes de culture, parmi lesquelles plusieurs espèces typiques des moissons (messicoles) dont certaines sont acidophiles (Rumex acetosella, Scleranthus annus) ou calcicoles (Ranunculus arvensis, Bifora testiculata). Les cultures ne semblent donc pas limitées à un sous ensemble géologique du bassin versant. Il faut tout de même noter qu’en domaine méditerranéen on peut trouver ces messicoles en dehors des moissons. Leur forte abondance tend néanmoins ici à prouver la présence de cultures. Ceci est conforté par la diversité et l’abondance des rudérales (sols perturbés mais pas cultivés) et des mauvaises herbes de jardins, plus nitrophiles (Chenopodium album, Euphorbia helioscopia, Heliotropium europaeum). La vigne est aussi bien présente, avec un pépin et 76 fragments identifiés. La morphologie de l’unique graine entière et le contexte écologique plaident pour une attribution à la sous-espèce sauvage (Vitis vinifera subsp. sylvestris) ; la lambrusque affectionne en effet particulièrement l’ensoleillement et le confortable bilan hydrique des ripisylves. La forme de certains fragments (bec développé) correspondrait cependant plutôt à la vigne cultivée. Il faut ici rappeler que si la viticulture indigène est amplement documentée au ve siècle av. J.-C. (Bouby et al., 2006), fortement probable au vie, aucun élément à l’appui d’une telle hypothèse n’existe à l’heure actuelle pour les siècles antérieurs.

Fig. 5 : Diagramme pollinique synthétique du carottage de La Plaine (PL1) (S. Guillon).

Fig. 5 : Diagramme pollinique synthétique du carottage de La Plaine (PL1) (S. Guillon).

3.1.3 - Chronologie des paléoenvironnements : validité et limite des datations par le radiocarbone

24Sur les douze datations par le radiocarbone effectuées dans la carotte PL1, quatre (éch. 13, 25, 35 et 118) ont été rejetées car elles sont stratigraphiquement incohérentes. Dans ces cas d’inversion chronologique, nous avons sélectionné la date la plus récente afin de tenir compte de possibles remobilisations de matériaux anciens (tab. 3). En ce qui concerne l’unité B, il faut souligner l’homogénéité des cinq datations, qui ne peuvent être statistiquement distinguées en raison du recouvrement de leurs intervalles. Elles se situent dans la même phase chronologique, entre le viiie et le ve siècle av. J.-C., en prenant en compte les marges d’erreurs dues à la mesure et à la calibration (Stuiver et al., 1998). Cette série de datations montre que la sédimentation s'est effectuée très rapidement entre 9 m et 4 m de profondeur, autour de 2 600 cal. BP, puis a ralenti vers 4 m de profondeur, entre 2 600 et 1 400 cal. BP (fig. 4). Ce ralentissement brutal correspond à un changement de milieu : d'une cuvette lagunaire récoltant directement les sédiments de l'Argens, on passe à une plaine alluviale distale et plane qui ne reçoit que les sédiments les plus fins lors d'épisodes de crue.

3.1.4 - Dynamique des environnements sur le site de « La Plaine » : synthèse et essai de restitution

25La base de la carotte de La Plaine enregistre, aux alentours du viiie siècle av. J.-C. (échantillon 40 bis : 2 700 ± 75 cal. BP : 825-675 av. J.-C.), la présence d’un milieu côtier ouvert. La palynologie montre la présence d’un couvert forestier dense, dominé par le chêne dans la basse vallée. Au cours du premier Age du Fer, entre le viiie et le ve siècle av. J.-C., se met en place une lagune, d’abord ouverte sur la mer, puis s’en déconnectant progressivement sous l’effet des apports directs de l’Argens, dont l’embouchure pourrait se situer au sein de la lagune. La palynologie et la carpologie renvoient l’image d’un paysage largement boisé, la forêt mésophile dominée par la chênaie occupant encore une bonne partie de la plaine alluviale, tandis que le maquis domine sur les versants. Cet espace est toutefois mis en valeur, comme en témoignent non seulement les nombreux indicateurs des cultures (messicoles, rudérales, céréales) qui peuvent concerner aussi bien la plaine que les massifs alentours, mais aussi les indices d’exploitation pastorale de la plaine alluviale sous forme de pâtures humides. La palynologie livre des éléments concernant les effets potentiels de cette exploitation sur le paysage : sans que l’on puisse établir de liens directs, la succession, au cours du premier Age du Fer, de phases de recul de la chênaie et du maquis associées à des marqueurs d’érosion, autorise à s’interroger sur l’impact de ces ouvertures du couvert forestier sur les sols.

26Les jalons chronologiques manquent pour dater la disparition du plan d’eau sur le site de La Plaine, mais il est clair que l’on se trouve à la fin de l’Antiquité dans un environnement fluvial correspondant au lit majeur de l’Argens et pouvant connaître des périodes d’immersion lors des crues. Le paléosol identifié dans l’échantillon 4 met en évidence une phase temporaire de calme hydro-sédimentaire et de développement local de la végétation dans la plaine alluviale aux alentours des ve et vie siècle ap. J.-C.

Tab. 2 : Tableau de comptage carpologique de la carotte de La Plaine(PL1) (L. Bouby).

Tab. 2 : Tableau de comptage carpologique de la carotte de La Plaine(PL1) (L. Bouby).

Tab. 3 : Datations radiocarbone du carottage de La Plaine (PL1).

Tab. 3 : Datations radiocarbone du carottage de La Plaine (PL1).

3.2 - étude litho-stratigraphique et paléoenvironnementale du carottage de « la palissade » (PAL1)

27Ce carottage a été prélevé à 200 m environ du lit actuel de l’Argens, en rive gauche, entre les carottages de Villepey et de La Plaine, de manière à servir de jalon pour la spatialisation des paléoenvironnements repérés sur ces deux sites (fig. 3). Le sommet du carottage se trouve à 3 m NGF et il atteint une profondeur totale de 20 m. Il a fait l’objet d’analyses sédimentologique et granulométrique et les paléomilieux sont reconstitués grâce à l’étude de l’ostracofaune. Six dates radiocarbones sont disponibles pour ce carottage (tab. 4).

3.2.1 - Évolution des milieux de sédimentation

28Trois unités sédimentaires ont été identifiées (fig. 6) :

29- Unité A : la partie inférieure de la carotte (de la base à -10,5 m) est composée de vases grisâtres, avec toutefois quelques lits centimétriques de sables, particulièrement vers 18, 17, 14, 12 et 11 m de profondeur. Ces sables sont très bien calibrés vers les tailles fines ; leur grain moyen est toujours inférieur à 200 µm. Jusqu’à 14 m de profondeur, les sédiments fins sont laminés : des lits centimétriques à millimétriques sombres et clairs alternent régulièrement. Ces caractéristiques, texture et couleur, indiquent la présence de processus de décantation en milieu anaérobie. A l’instar de la carotte de La Plaine, la présence, rare, de fins lits de couleur légèrement ocre, peut témoigner d’une sédimentation en relation avec l’érosion des versants. L’analyse granulométrique d’un des lits de sables fins de l’unité (éch. 72, fig. 6) met en évidence un mode à 63 µm et une asymétrie bien marquée vers les fines. Le mode et le style de courbe granulométrique précisent les observations faites sur la texture : le processus de dépôt est quasi exclusivement la décantation (Visher, 1969). Ainsi, les lits de sable de l’unité A ne relèvent pas de processus différents de ceux qui ont déposé la masse limoneuse, mais proviennent d’une variation de l’énergie et de la quantité des apports fluviatiles. Ces lits révèlent donc la présence de crues particulièrement importantes et peuvent être mis en relation avec la variation de la mud line (transition sédimentaire entre sable et limon) sous l’effet des apports sédimentaires dans la baie de l’Argens (Bellaiche, 1969).

30L’étude de l’ostracofaune de cette première unité montre l’évolution, en deux étapes, d’un milieu marin proximal sensible au processus de progradation qui affecte l’ensemble de la basse vallée de l’Argens. De l’échantillon 80 à 60, les assemblages microfaunistiques prédominants sont caractéristiques d'une salinité constante (Cytheridea acuminata) ou peu variable (Loxoconcha laevis), typiques d’un milieu côtier ouvert (fig. 6). Au sein de cet environnement se développent des herbiers infralittoraux, comme l’atteste la présence de Carinocythereis carinata. La diminution progressive des ostracodes côtiers sténohalins en faveur d’espèces caractéristiques d’un milieu polyhalin assujetti à des variations de salinité de faible amplitude, témoigne d’un rapprochement du rivage. Ce dernier semble se concrétiser à partir de l’échantillon 57 comme le démontre l’apparition d’ostracodes de milieux saumâtre (Loxoconcha elliptica) et dulçaquicole (Darwinula stevensoni, Iliocypris gibba, Herpetocypris sp.). La récurrence de Loxoconcha laevis, combinée à la disparition épisodique d’organismes provenant d’environnements littoraux ouverts, témoigne d’un plan d’eau faiblement influencé par les apports d’eau douce et ponctuellement soumis aux dynamiques côtières (éch. 46 à 43). Ce milieu littoral de transition peut correspondre à une lagune ouverte ou à une baie délimitée par une flèche sableuse.

31- Unité B (de -10,5 à -3,5 m.) : la texture de l’unité B est largement dominée par les sables, même si l’on note la présence de lits de matière organique non décomposée (macro-restes végétaux, graines, etc.) vers 4,6 m. et 5 m. de profondeur. Les sables se répartissent en couches mais ne présentent pas de figure sédimentaire litée. La taille des grains est très hétérométrique sur l’ensemble de l’unité (de 200 à 600 µm). La valeur du grain moyen est très importante (500 µm) et montre donc une augmentation de l’énergie du processus de dépôt. La courbe granulométrique (fig. 6) est cette fois nettement asymétrique vers les particules grossières, ce qui indique que le tri s’effectue par lessivage et non plus par décantation. Cette modification des dynamiques et processus hydro-sédimentaires est confirmée par les ostracodes.

32La diminution de la densité faunique et la présence majoritaire d’organismes d’eau saumâtre et d’eau douce dénotent une modification soudaine du milieu. Dans ce contexte de lagune fermée, la présence résiduelle de Leptocythere et de Xestoleberis long au sein de l’échantillon 33 provient du remaniement de la thanathocénose d’un milieu côtier, probablement lors d’épisodes de tempête. L’augmentation de la proportion et la diversification des ostracodes dulçaquicoles (éch. 31), à l’image entre autres de Cyprinotus salinus, Iliocypris gibba, Darwinula stevensoni, indiquent que cet environnement s’affranchit progressivement de l’influence marine.

33Cette unité traduit donc la présence d’un plan d’eau saumâtre recevant d’importantes arrivées d’eau douce, déconnecté de la mer, correspondant à une lagune en cours de fermeture. Les couches de sédimentation grossière suggèrent des apports détritiques de l’Argens directement issus du chenal.

34- Unité C (de -3,5 m à la surface) : le sommet de la carotte a les caractéristiques des plaines d’inondation : la couleur est dominée par le brun ocre, indicatrice de processus d’oxydation en milieu aérobie, et la texture devient essentiellement limono-sableuse, malgré la présence de faciès sablo-limoneux à 2 m de profondeur. La taille des sables est fortement hétérogène, le grain moyen peut dépasser 700 µm. Le classement des sables et l’allure symétrique des courbes granulométrique (éch. 7, fig. 6) vont aussi dans ce sens.

35L’extrême rareté (un seul individu) des ostracodes dans l’unité C tend à confirmer l’identification d’une plaine alluviale émergée. Bien qu’on ne puisse aller très loin dans l’interprétation paléoenvironnementale sur la base de ce seul individu, on notera qu’il s’agit d’un ostracode d’eau douce (Cyprinotus salinus), dont la présence, combinée aux lithofaciès de l’unité C (présence de fines couches de sable), pourrait indiquer des périodes d’immersion temporaire de la plaine alluviale (crues).

Tab. 4 : Datations radiocarbone du carottage de La Palissade (PAL1).

Fig. 6 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Palissade (PAL1).

Fig. 6 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Palissade (PAL1).

3.2.2 - Dynamique des environnements sur le site de « La Palissade » : synthèse et essai de restitution

36La base de la carotte PAL1 enregistre la présence d’un milieu côtier ouvert, qui existe au moins entre le Bronze Final et les ive - iiie siècles av. J.-C. (échantillon 80 : 2 894 ± 103 cal. BP : 1 046-841 cal. BC ; échantillon 69, prélevé au milieu de l’unité A : 2 239 ± 93 cal. BP : 381-196 cal. BC). Au cours du second Age du Fer, la constitution d’un cordon ou d’une flèche sableuse conduit à la mise en place d’une baie protégée ou d’une lagune largement ouverte sur la mer, attestée au sommet de l’unité A vers 350-95 cal. BC (échantillon 44 : 2 173 ± 123 cal. BP). Ce plan d’eau se ferme progressivement (unité B) jusqu’à former un étang d’eau douce. Les indicateurs sédimentologiques suggèrent que le site de PAL1 est proche de l’embouchure de l’Argens. Les deux dates radiocarbones disponibles pour l’unité B ont été effectuées sur des graines prélevées dans deux lits de matière organique situés au sommet de l’unité (à 4,6 et 5 m de profondeur) et séparés d’une quarantaine de centimètres seulement. Ces deux échantillons (31 et 21) ont livré exactement la même datation : 1 221 ± 68 cal. BP (661-797 cal. AD). Ainsi, s’il n’est pas possible de dater précisément la fermeture du plan d’eau identifié au second Age du Fer dans l’unité A, on peut en revanche affirmer qu’il est définitivement déconnecté des influences marines à la fin de l’Antiquité, vers la seconde moitié du viie siècle et au viiie siècle ap. J.-C. L’importance des apports alluviaux de l’Argens entraîne son colmatage rapide : le milieu de plaine alluviale identifié au sommet de la carotte est en place aux alentours du xe siècle, comme en témoigne la date obtenue à la base de l’unité C (échantillon 16 : 994 ± 65 cal. BP : 892-1021 cal. AD).

37On notera que la vitesse de sédimentation diminue entre l’unité A (83,3 mm/an entre 2 239 ± 93 cal. BP et 2 173 ± 123 cal. BP) et l’unité B (6,6 mm/an entre 2 173 ± 123 cal. BP et 1 221 ± 68 cal. BP), pourtant plus proche de l’embouchure de l’Argens. Cela peut s’expliquer par les variations détritiques au sein du bassin versant et, localement, par l’évolution de la morphologie du plan d’eau, plus ou moins fermé et soumis aux influences directes de l’embouchure (dépôts sédimentaires, incisions).

4 - La dynamique des paysages dans la basse vallée de l’Argens

38La mise en relation stratigraphique et chronologique des faciès reconnus dans les carottages permet de suivre l’histoire de la ria dans les phases terminales de son comblement. La spatialisation des paléomilieux identifiés et leur confrontation avec les données archéologiques relatives au peuplement permettent de reconstituer la dynamique des paysages depuis le Néolithique. Nous proposons ainsi des restitutions paléogéographiques de la basse vallée de l’Argens à différentes périodes de l’Holocène récent. Combinant des données de nature diverse (archéologiques, paléoenvironnementales), qui ont des résolutions chronologiques et spatiales variées, ces restitutions paléogéographiques sont des modèles, par essence hypothétiques. La première incertitude concerne la spatialisation des paléomilieux : si les sondages ou fouilles archéologiques autorisent une localisation précise des artefacts ou écofacts mis en évidence, et une estimation de leur étendue dans les limites de l’emprise de l’opération, l’extension spatiale des paléomilieux reconnus dans les carottages n’est pas connue. L’autre difficulté tient à la mise en relation de données n’ayant pas la même précision chronologique (datations par le radiocarbone vs. datations du mobilier archéologique) et reflétant des phénomènes s’inscrivant dans des durées différentes (temps long de la progradation vs. temps court d’un aménagement anthropique par exemple). Ainsi, chacune des restitutions paléogéographiques que nous proposons couvre plusieurs siècles (voire beaucoup plus pour le Néolithique) et fixe par conséquent dans un instantané abstrait une situation en constante évolution. Ces considérations nous ont conduits à adopter un mode de représentation schématique de la morphologie littorale et des différents types de milieux restituables.

4.1 - Genèse de la plaine littorale au Néolithique

39Dans la ria de l’Argens, la transgression marine holocène atteint son maximum aux alentours de 6 000 BP (Dubar, 2003, 2004) : le domaine marin s’étend alors jusqu’au fond de la basse vallée, au pied du Rocher de Roquebrune-sur-Argens (fig. 7.1). Malgré la pauvreté de la documentation relative à l’occupation de cet espace au cours de la Préhistoire récente, il faut signaler la concentration de gisements du Néolithique moyen repérés au pied du Rocher de Roquebrune, dans le chaos rocheux qui entoure l’église médiévale Notre-Dame-de-La-Roquette (Bertoncello, 1997). Découverts en prospection sous les gros blocs éboulés du Rocher qui forment de véritables abris sous roche, ces cinq gisements ont livré du mobilier céramique datable du Néolithique moyen, dont un du chasséen récent-terminal. On soulignera la localisation de contact dont bénéficie cette occupation, située à l’interface du Rocher de Roquebrune et de la plaine alluviale de l’Argens, et probablement non loin du littoral à cette époque (fig. 7.1). Les sites se trouvent en effet à 1 km environ en amont du point maximum de transgression marine établi par M. Dubar aux environs de 6 000 BP, et à 2,5 km du carottage de Pont d’Argens, dans lequel M. Dubar a daté par extrapolation la transition marin/continental de 4 998 BP (Dubar, 2004). C’est d’ailleurs dans les formations végétales de la plaine alluviale que sont perceptibles les premiers effets de l’anthropisation, repérés dès le Néolithique ancien dans la carotte de Pont d’Argens (Dubar et al., 2004). Cette ouverture se manifeste par un appauvrissement du cortège de la chênaie mixte, touchant notamment le tilleul et l’orme, au profit de l’aulne, ripicole héliophile, qui connait un essor marqué, à mettre en relation avec un pic de la courbe du noisetier, entre 7 080 ± 70 BP (8 030-7 740 cal. BP) et 6 000 ± 60 BP (6 990-6 670 cal. BP).

40L’anthropisation du milieu végétal s’affirme aux Esclapes (fig. 7.1 : Esc) où des grains de pollen de céréales sont présents dès l’unité A (avant 4 350 ± 100 cal. BP) et dans l’unité B1 (4 070 ± 90 cal. BP), associés à de nombreuses rudérales, dont certaines pourraient toutefois également indiquer la présence de milieux steppiques/halophytes (Allinne & Devillers, 2006).

41Au cours du iiie millénaire av. J.-C., la progradation se manifeste aux Esclapes (Allinne & Devillers, 2006) par l’identification de dépôts de fond de chenal qui, associés aux marqueurs faunistiques et paléobotaniques (unité B1 : échantillons Esc2.19 (4 350 ± 100 cal. BP) et Esc1.23 (4 070 ± 90 cal. BP), concourent à restituer à la fin du Néolithique un milieu d’embouchure (fig. 7.1). La prospection électrique réalisée en 2003 a permis de repérer ce chenal à l’emplacement du canal qui coule actuellement sous le pont antique (Allinne & Devillers, 2006). Il s’agit d’une large structure en creux mesurant environ 25 m. de large pour 5 m. de profondeur, bordée au sud par deux autres anomalies plus ténues qui pourraient correspondre à une extension de la largeur du chenal ou à des bras secondaires. La morphologie de la vallée incite à voir dans ce chenal un ancien bras de l’Argens dont l’embouchure se situerait au niveau des Esclapes au Néolithique final (fig. 7.1).

Fig. 7 : Restitutions paléogéographiques de la ria de l’Argens

Fig. 7 : Restitutions paléogéographiques de la ria de l’Argens

1/ Néolithique, 2/ Âge du Bronze, 3/ premier Âge du Fer, 4/ second Âge du Fer, 5/ autour du changement d’ère, 6/ Haut-Empire.

4.2 - Un premier milieu lagunaire identifié à l’âge du bronze

42Vers la fin de l’Age du Bronze, la ligne de rivage peut être située en aval du Verteil, soit 3 km environ en arrière du trait de côte actuel (fig. 7.2) : la transition entre sédiments d’origine marine et d’origine continentale a en effet été datée dans la carotte du Verteil de 3 050 ± 75 BP sur la base de la disparition des coquillages marins (Dubar, 2004). Aux Esclapes, suite à l’éloignement du rivage et au probable déplacement du fleuve, le milieu d’embouchure laisse place à une lagune (Allinne & Devillers, 2006) : l’ostracofaune, la macrofaune benthique et les indicateurs végétaux identifient un milieu d’eau saumâtre en bonne communication avec la mer, bordé de joncs et d’arbres caractéristiques de la ripisylve (unité B2b).

43Quelques vestiges découverts récemment à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive suggèrent l’existence d’installations de l’Age du Bronze en bordure de la basse vallée, dans le quartier du Colombier (Gassin ,1986 ; Dumont, 2006 ; Excoffon & Guilbert, 2008) et sous la ville actuelle de Fréjus (Excoffon, 2008), sur de petites éminences qui surplombaient alors le domaine marin. La nature des vestiges (quelques tessons remaniés) ou l’étroitesse des sondages ne permettent pas de préciser la forme et la chronologie de ces installations. Aucune occupation de l’Age du Bronze n’est connue plus en amont dans la plaine alluviale (fig. 7.2), ce qui n’est pas forcément surprenant si l’on considère que ce secteur a pu faire l’objet d’importants recouvrements sédimentaires. A titre d’exemple, l’échantillon daté de 3 050 ± 75 BP prélevé dans la carotte du Verteil se trouve à 7 m de profondeur sous le sol actuel (Dubar in Fiches et al., 1995). La fréquentation de la plaine est d’ailleurs suggérée par la présence de plantes adventices/rudérales dans les enregistrements sédimentaires prélevés aux Esclapes.

4.3 - Des indices d’exploitation de la plaine alluviale au premier âge du fer

44La lagune identifiée aux Esclapes perdure au premier Age du Fer (Allinne & Devillers, 2006) et on est tenté de la mettre en relation avec le milieu lagunaire reconnu dans la carotte de La Plaine (PL1) à la même époque (cf. supra). Dans cette configuration, la ligne de rivage est située entre les carottages de PL1 et PAL1 (fig. 7.3). Les apports alluviaux identifiés dans la carotte de PL1 (unité B) suggèrent de localiser l’embouchure de l’Argens dans la lagune, ce qui influence la géométrie du trait de côte.

45Aucun site archéologique n’est connu dans la basse vallée au premier Age du Fer, bien que des installations de plaine soient attestées plus en amont dès la transition Bronze final – premier Age du Fer (Berato & Magnin, 1989 ; Berato et al., 1990 ; Pellissier, 2006), et alors que ce genre d’occupation devient majoritaire au vie siècle av. J.-C. au détriment des établissements de hauteur. Il faut sans doute encore tenir compte des phénomènes taphonomiques dans l’interprétation de ce vide archéologique : en effet dans les carottages, les niveaux datés par radiocarbone du premier Age du Fer se trouvent entre 4 m et 10 m de profondeur (Bertoncello et al., 2008). Les données botaniques recueillies à La Plaine et aux Esclapes montrent en tous cas que la plaine alluviale est exploitée à cette époque, pour les pâtures et probablement les cultures.

4.4 - Extension des espaces lagunaires au second âge du fer

46L’avancée du rivage au cours du second Age du Fer est perceptible dans la carotte de La Palissade (PAL1) : on passe ainsi, entre le ive et le iie siècle av. J.-C., d’un milieu marin à une lagune ouverte sur la mer, ce qui implique la formation d’un cordon littoral en aval. Cela concorde avec les données recueillies un peu plus au sud, à Villepey (carotte VIL2) où une lagune en communication avec la mer a été identifiée à partir du ive siècle av. J.-C. (Devillers & Bonnet, 2006). Nous proposons donc de restituer au second Age du Fer un espace lagunaire assez vaste dans la partie sud de la basse vallée (fig. 7.4). Les données sont moins claires en ce qui concerne le flanc septentrional en raison de l’imprécision du maillage chronologique établi par les dates radiocarbones disponibles aux Esclapes et à La Plaine. Aucune date ne permet en effet de situer précisément la fermeture de la lagune des Esclapes, qui intervient entre le premier Age du Fer et le xive siècle (Allinne & Devillers, 2006). Les repères chronologiques manquent également pour suivre le colmatage de la lagune identifiée à La Plaine au premier Age du Fer et son évolution vers un milieu de plaine alluviale à la fin de l’Antiquité (cf. supra). Ces données suggèrent toutefois un atterrissement plus rapide du flanc nord de la plaine, qui pourrait être en rapport avec la localisation des embouchures de l’Argens et du Reyran.

47Comme à la période précédente, aucun établissement n’est connu dans la plaine alluviale au second Age du Fer et l’on doit là encore tenir compte des phénomènes de recouvrements sédimentaires, les niveaux datés de cette époque se trouvant dans les carottages entre 7 m. et 11 m. de profondeur (Bertoncello et al., 2008). Toutefois, cela semble aussi correspondre à une tendance générale du peuplement dans la région puisqu’à partir du ve siècle av. J.-C., l’intensification de l’occupation se fait plutôt au profit d’habitats perchés, tandis que le nombre d’habitats de plaine et de piémont diminue constamment jusqu’au iie siècle av. J.-C. Dans ce contexte, le site des Escaravatiers est particulièrement remarquable : implanté sur une petite butte de grès permiens qui surplombe de quelques mètres la plaine de l’Argens, il s’agit du seul établissement de plaine occupé en continu entre le ve et le ier siècle av. J.-C. dans la région. Dans une étude conduite en 1995, J.-L. Fiches et al. ont proposé de mettre en relation le destin particulier de cet établissement avec sa proximité par rapport au rivage de l’Age du Fer. Les données paléoenvironnementales récentes confirment cette restitution du paysage et la précisent dans la mesure où le site devait se trouver, lors de sa création à la fin du vie siècle ou au début du ve siècle av. J.-C., à 1 km environ de la lagune identifiée aux Esclapes, alors probablement en communication avec la mer.

4.5 - Un littoral précocement aménagé en périphérie de forum iulii

48En périphérie de Fréjus, la position du rivage à la fin du ier siècle av. J.-C. est précisément connue grâce au diagnostic archéologique du Théâtre d’Agglomération, qui a mis au jour un saillant de grès permien dans le prolongement de la Butte Saint-Antoine (fig. 8.1 & 8.2). Les traces d’érosion marine et les restes de mollusques marins fixés sur le rocher attestent qu’il était battu par les vagues (Excoffon & Devillers, 2006 ; Devillers et al., 2007). On se trouve donc en présence d’une côte rocheuse, dont la fréquentation débute dans les années 30/20 av. J.-C., comme l’indiquent à la fois la datation des tessons de céramiques coincés dans les failles du rocher et les datations par le radiocarbone effectuées sur plusieurs mollusques (Excoffon & Devillers, 2006). En arrière de cette côte rocheuse vient s’ancrer un cordon littoral, qui a été repéré sur le chantier archéologique de Villa Romana (fig. 8.4) sous la forme d’un amas de tegulae fossilisant une paléo-topographie littorale (plage) (Excoffon, 2011).

49Au sud, la lagune de Villepey est toujours en communication avec la mer, tandis qu’elle est probablement en cours de fermeture au niveau de la Palissade (Devillers & Bonnet, 2006 et supra). Les indicateurs sédimentologiques et biologiques relevés dans la carotte PAL1 nous incitent à localiser l’embouchure de l’Argens dans la lagune, à proximité du site de carottage (fig. 7.5).

50Les vestiges archéologiques reconnus en périphérie de Fréjus montrent une occupation précoce de la partie nord de la plaine alluviale, dans les décennies qui suivent l’installation du Forum Iulii (fig. 8). Les terrains, sans doute encore assez humides comme en témoigne la persistance d’un plan d’eau aux Esclapes et peut-être à La Plaine (Allinne & Devillers, 2006 et supra), sont aménagés au plus près du rivage. Ainsi le haut de la plage mise au jour à Villa Romana est stabilisé vers le milieu du ier siècle av. J.-C. par une palissade renforcée par un amas de blocs (Excoffon, 2011). Quelques décennies plus tard, dans le dernier tiers du ier siècle av. J.-C., le secteur est transformé en jardin, peut-être en lien avec un édifice proche, préexistant aux thermes de Villeneuve (fig. 8.5 ; Excoffon, 2011). C’est également dans ce secteur, à 300 m. environ du rivage de la fin du Ier s. av. n. è., dans le quartier des Aiguières (fig. 8.6) , qu’ont été découverts des vestiges pouvant correspondre à un camp militaire, interprété par Christian Goudineau et Daniel Brentchaloff comme le camp de la flotte, dont les éléments les plus anciens sont datés du changement d’ère (Goudineau, 1982 ; Goudineau & Brentchaloff, 2009). Il est probable que ces implantations, qui ont nécessité la mise en place de dispositifs permettant de lutter contre la mer et l’ensablement (Villa-Romana) et contre l’humidité des sols (vide sanitaire réutilisant des amphores aux Aiguières : Goudineau & Brentchaloff, 2009), aient contribué à l’atterrissement plus rapide du flanc nord de la plaine alluviale, renforçant la configuration dissymétrique du delta de l’Argens.

51La morphologie du littoral ainsi restituée a totalement renouvelé la perception des conditions d’aménagement du port antique de Fréjus. En raison de la forme irrégulière du bassin portuaire (fig. 8.7), il était généralement admis depuis la fin du xixe siècle que le port avait été aménagé dans une lagune ou un marécage plus ou moins creusé, relié à la mer par un canal d’accès et peut-être précédé d’un avant-port (Lenthéric, 1880 ; Février, 1959, 1963 ; Gébara et al., 1998 ; Rivet et al., 2000). Les données paléoenvironnementales récemment acquises à l’extérieur (chantier du Théâtre d’Agglomération : Excoffon & Devillers, 2006 ; Devillers et al., 2007) et à l’intérieur du bassin portuaire (Gébara & Morhange, 2010 ; Bony et al., 2011) remettent en cause ces hypothèses. L’identification du trait de côte dans le prolongement de la Butte Saint-Antoine, sur le chantier du Théâtre d’Agglomération (fig. 8.1), prouve en effet que le secteur au sud du port se trouvait en milieu marin dans les dernières décennies avant le changement d’ère (Excoffon & Devillers, 2006 ; Devillers et al., 2007). Les faciès marins identifiés à la base de trois carottages prélevés à l’intérieur du bassin portuaire confirment que le port n’a pas été aménagé dans une lagune mais dans un fond de baie marine, protégée par l'excroissance rocheuse de la Butte Saint-Antoine (Gébara & Morhange, 2010 ; Bony et al., 2011). Malgré les incertitudes chronologiques liées à la marge d’imprécision des datations radiocarbones obtenues dans les carottages du port (Bony et al., 2011) et à l’absence de datation archéologique des structures portuaires (Gébara & Morhange, 2010), la confrontation des données archéologiques et paléoenvironnementales a permis de proposer une reconstitution de la configuration du port à la fin du ier siècle av. J.-C. (Bertoncello et al., 2011) : aménagé dans une petite anse protégée, le bassin portuaire communiquait alors directement avec la mer, sans canal d’accès ni avant-port. Le rivage devait être très proche du quai sud (fig. 8.9), dont l’édification a pu tirer parti de l’existence d’un haut-fond sableux s’accrochant sur la butte Saint-Antoine. Au nord-est du port, la morphologie du littoral est plus hypothétique en raison de l’absence de données paléoenvironnementales et des incertitudes qui subsistent sur les limites du bassin portuaire dans ce secteur.

4.6 - Intensification de l’occupation et mobilité du littoral au Haut‑Empire

52Dès les années 15 de notre ère, la côte rocheuse repérée dans le prolongement de la butte Saint-Antoine est enfouie sous 1,5 m. de sables côtiers (Excoffon & Devillers, 2006). Le faciès et le pendage des lits sableux indiquent leur appartenance à un cordon littoral progressant du nord/nord-ouest vers le sud/sud-est. A partir des observations réalisées sur les chantiers archéologiques de Villa Romana et de Mr Bricolage/Avenue de l’Argens (fig. 8.4 & 8.7 ; Michel, 2005 ; Excoffon, 2011), la vitesse de progradation au sud-ouest de Fréjus a été estimée à 30 cm. par an entre le dernier tiers du ier siècle av. J.-C. et le changement d’ère, et à 1,70 m. par an entre le changement d’ère et la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. (Excoffon et al., 2010). En l’état actuel des données, il n’est pas possible de définir précisément les processus à l’œuvre dans cette accélération de la progradation, qui sont sans doute multiples (facteurs climatiques, aménagements et activités anthropiques) et peuvent varier selon la localisation dans la vallée (impacts de la localisation de l’embouchure de l’Argens, de l’espace d’accommodation et des aménagements littoraux).

53Les espaces ainsi gagnés sur la mer sont rapidement investis : la deuxième tranche de diagnostic archéologique réalisée pour la construction du Théâtre d’Agglomération (chantier de l’Avant Scène, fig. 8.3) a mis au jour un fossé creusé dans les niveaux de plage vers le milieu du ier siècle ap. J.-C. Large d’une dizaine de mètres mais de faible profondeur (environ 2 m), ce fossé n’est pas navigable et a connu des mises en eau intermittentes. Son orientation est-ouest suggère de le raccorder au port et l’une des hypothèses avancées par les auteurs en fait un trop-plein destiné à évacuer les eaux du bassin portuaire lors d’épisodes de houles bloquant l’entrée principale du port (Excoffon et al., 2011). Plus à l’est, le diagnostic archéologique de Mr Bricolage/Avenue de l’Argens (fig. 8.7 ; Michel, 2005) a mis au jour une structure maçonnée complexe dont la fonction reste hypothétique en raison du caractère limité des observations, mais qui a été mise en relation avec des vestiges datant de la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. repérés au nord sur le chantier de Villa Romana (Excoffon et al., 2010). Malgré les difficultés d’interprétation de ce dispositif, il témoigne d’un aménagement rapide de la plage qui s’est éloignée d’une centaine de mètres au moins au cours du ier siècle ap. J.-C. Cette forte mobilité du rivage semble avoir eu des répercussions sur les aménagements portuaires. Les recherches conduites récemment sur le port suggèrent en effet de placer dans ce contexte de progradation rapide la construction, à l’entrée du port, d’une jetée bordée d’un mur pare-vent (fig. 8.10). Traditionnellement considérée comme le quai méridional du chenal d’accès au port, cette structure, qui vient s’ancrer à l’extrémité du quai sud du port, est désormais interprétée comme une jetée, qui aurait été aménagée dans le premier tiers du ier siècle ap. J.-C. (Gébara & Morhange, 2010). Edifiée perpendiculairement aux apports sédimentaires remaniés par la dérive littorale, cette jetée aurait été mise en place pour protéger l’accès au port de l’ensablement (Bertoncello et al., 2011). L’étude des carottages prélevés dans le port (Bony et al., 2011) suggère un autre impact de ces apports sédimentaires. Le faible taux de sédimentation enregistré dans les niveaux sédimentaires correspondant au fonctionnement du bassin portuaire entre le changement d’ère et le viie siècle (environ 0,5 mm/an), conduit Bony et al. à envisager l’existence de curages dans l’Antiquité, qui auraient éliminés une partie des archives sédimentaires au cœur du bassin. Dans un contexte de forte progradation du delta de l’Argens, ces dragages, attestés dans plusieurs ports antiques, auraient permis de conserver un tirant d’eau suffisant (Gébara & Morhange, 2010 ; Bony et al., 2011).

54Au nord-est du port, la localisation de la ligne de rivage s’appuie sur la répartition des sites archéologiques datés du Haut-Empire, dont le nombre s’est considérablement accru par rapport aux périodes précédentes (fig. 7.6). Notons que nous avons également mentionné sur la carte, à titre indicatif, les nombreux sites, souvent issus de découvertes anciennes, attribués à la période romaine sans plus de précision : bien qu’on ne puisse affirmer leur occupation au cours du Haut-Empire, la dynamique générale du peuplement comme l’évolution de la culture matérielle au cours de l’Antiquité (peuplement plus dense au Haut-Empire que dans l’Antiquité tardive, et vestiges du Haut-Empire généralement plus visibles et mieux connus), plaident en faveur d’une plus grande probabilité d’occupation de ces sites mal datés au cours des premiers siècles de notre ère. La nette fermeture de la baie au niveau de Saint-Raphaël se justifie à la fois par la topographie (le centre ancien de Saint-Raphaël est implanté à l’extrémité d’une avancée de grès permien qui surplombe la mer de quelques mètres) et par l’archéologie (substructions du Haut-Empire sous l’église Saint-Pierre, vestiges attribués à une villa antique anciennement découverts sous le Casino de Saint-Raphaël : Brun & Borréani, 1999 ; Codou et al., 2004). Les données paléoenvironnementales manquent toutefois pour préciser le tracé du rivage entre ce point dur et le port de Fréjus.

55A l’autre extrémité de la baie, les informations recueillies dans les carottages de Villepey et La Palissade permettent de restituer la morphologie du littoral avec davantage de précision (fig. 7.6). Bien que sa superficie se soit probablement réduite et qu’elle soit désormais déconnectée du plan d’eau repéré à La Palissade, en voie de fermeture et de dessalement, la lagune de Villepey est toujours en communication avec la mer (Devillers & Bonnet, 2006). Cela concorde avec les découvertes archéologiques réalisées à proximité des Etangs de Villepey à la fin des années 1950. Lors de l’exploitation d’une sablière, des vestiges appartenant à une ou plusieurs épave(s) (ancre et anneaux en fer, clous, fragments de membrure en bois d’ormeau, nombreux fragments d’amphores) ont été exhumés au lieu-dit « La Claveled » (Boyer & Février, 1971). Le gisement n’a pas été fouillé mais les amphores récupérées suggèrent une datation aux iie - iiier siècle ap. J.-C. La répartition des trouvailles en plusieurs gisements, ainsi que la découverte d’autres amphores, malheureusement non répertoriées, dans une autre sablière, avaient incité R. Boyer et P.-A. Février à localiser dans ce secteur « un petit port ou un mouillage à l’époque romaine » (Boyer & Février, 1971), hypothèse désormais confirmée par l’évolution des paléomilieux.

56Alors qu’au centre de la vallée le secteur de la Plaine est vraisemblablement en cours d’assèchement, les données paléoenvironnementales et archéologiques témoignent de la persistance d’une zone humide aux Esclapes. C’est en effet probablement dans le courant du ier siècle ap. J.-C. qu’est édifié un pont en petit appareil de grès, toujours visible aujourd’hui dans le quartier des Esclapes. En raison de son orientation nord-sud, perpendiculaire à la direction générale de la voie dite « aurélienne », qui devait se trouver à quelques centaines de mètres au nord, il est généralement admis que ce pont supportait un diverticule de la voie en direction du massif des Maures et du golfe de Saint-Tropez (Gébara et al., 2011). Eloigné des principaux cours d’eau de la vallée, le pont enjambe actuellement un petit canal de drainage. Bien qu’il n’ait pas été possible d’observer directement les relations stratigraphiques entre le remplissage sédimentaire du chenal et le monument, les données issues des deux carottages effectués dans l’axe du canal, à proximité immédiate du pont, permettent de retracer l’histoire environnementale de l’édifice (Allinne & Devillers, 2006). L’ensemble des bio-indicateurs déterminés dans les carottages concordent pour identifier, entre l’Age du Bronze et le xive siècle. au moins, un plan d’eau saumâtre évoluant en plan d’eau douce sous l’effet de l’éloignement progressif du rivage et de l’augmentation des apports continentaux (unité B2 : Allinne & Devillers, 2006). La longue persistance de ce plan d’eau est en accord avec la topographie du secteur, qui correspond à une petite dépression recevant les eaux de plusieurs vallons, dont l’écoulement vers l’Argens est gêné à l’est par le cône de déjection holocène du Reyran. Les cartes anciennes, comme la toponymie du quartier de « La Palud » conservent le souvenir de cette zone marécageuse qui n’a été drainée qu’à partir du milieu du xviiie siècle. (Bertoncello, 2010). Bien que cela paraisse à première vue peu compatible avec ses faibles dimensions (23 m) et ses caractéristiques architecturales (présence de trois arches et surtout de quatre avant-becs renforçant les piles à l’amont), le pont des Esclapes a donc été édifié au ie siècle dans un milieu d’eaux calmes s’apparentant à un marécage. C’est pourquoi nous proposons de restituer aux Esclapes un plan d’eau dont la forme pouvait s’apparenter à celle des Etangs de Villepey avant leur exploitation comme carrière de sables : sur les plans et cartes des xviiie et xixe siècles, la lagune de Villepey, connectée à la mer, se décompose en effet en plusieurs bras allongés perpendiculaires au rivage, certains d’entre eux pouvant correspondre à d’anciens chenaux de l’Argens (fig. 9). De la même manière aux Esclapes, le plan d’eau antique, qui existe depuis le tout début de l’Age du Bronze, pouvait épouser la forme allongée de l’ancien chenal fluvial qui traversait ce secteur au Néolithique final. Dans ces conditions, la présence des quatre avant-becs renforçant les piles du pont à l’amont pouvait se justifier en cas de réactivation de l’ancien chenal lors de crues de l’Argens.

Fig. 8 : Carte des vestiges d’époque romaine de Fréjus et localisation des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

571/ Théâtre d’Agglomération, 2/ Butte Saint-Antoine, 3/ Avant-Scène, 4/ Villa Romana, 5/ Thermes de Villeneuve, 6/ Les Aiguières, 7/ Magasin Mr Bricolage/ Avenue de l’Argens, 8/ Port antique, 9/ Môle/quai sud du port, 10/ Jetée (P. Excoffon et C. La Rocca, fond Service du Patrimoine de la Ville de Fréjus d’après Rivet et al., 2000).

4.7 - Au haut moyen âge, colmatage de la ria au nord et persistance d’une lagune au sud

58L’absence de données paléoenvironnementales dans la partie aval de la vallée empêche de suivre les dernières étapes du comblement de la ria de l’Argens, postérieurement au Haut-Empire. L’archéologie n’est pas d’un grand secours en raison de la réduction drastique des points d’occupation datables de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Age (en-dehors de l’agglomération de Fréjus, trois établissements ruraux et deux secteurs livrant des traces d’exploitation ou de fréquentation, qui ne semblent pas perdurer au-delà du ve siècle, voire du ive siècle). Dans ces conditions, il serait hasardeux de proposer une restitution paléogéographique de la ria de l’Argens pour cette période.

59Les carottages étudiés permettent toutefois de saisir avec précision l’état des paléomilieux en arrière du rivage, leur chronologie étant assurée par plusieurs datations par le radiocarbone. A Villepey la lagune est toujours en communication avec la mer aux alentours du viie s. ap. J.-C. et sa fermeture n’intervient qu’à partir du Moyen-Age (Devillers & Bonnet, 2006). A la Palissade, deux dates attestent l’existence d’une lagune fermée déconnectée de la mer et assez éloignée du rivage dans la seconde moitié du viie siècle et au viiie siècle ap. J.-C. (cf. supra). Cette lagune disparaît assez rapidement pour laisser place à un milieu de plaine alluviale dès la fin du ixe - début du xie siècle. Alors qu’un marécage perdure au moins jusqu’aux xiiie - xive siècle aux Esclapes, le secteur de La Plaine est complètement atterri dès les ve - vie siècles, bien que pouvant connaître par intermittence des périodes d’immersions temporaires lors des crues de l’Argens (Allinne & Devillers, 2006 et supra).

60La poursuite de la progradation entraîne le confinement progressif du port, qui évolue à partir du viie siècle ap. J.-C. d’un bassin portuaire à eau saumâtre vers un plan d'eau douce, avec une tendance à la végétalisation (Gébara & Morhange, 2010 ; Bony et al., 2011). Le chenal d’accès au port est également en voie de colmatage, comme l’indique l’enfouissement sous des sables côtiers de coquilles d’huitres fixées à la jetée, datées par radiocarbone entre le milieu du Ve s. et le début du VIIe s. (Devillers et al., 2007 ; Georges et al., 2010 ; Gébara & Morhange, 2010). Enclavé en raison de l’éloignement du rivage, le port reste toutefois en connexion avec la mer, et l’archéologie comme les textes attestent son utilisation au moins jusqu’au début du Moyen Age (Bertoncello et al., 2011). Ce n’est qu’à partir du milieu du xiiie siècle qu’il est désigné comme un étang (« stagnum »), dont le comblement pour des raisons de salubrité publique, entamé en 1782, ne sera achevé qu’au début du xixe siècle (Robion, 1987).

Fig. 9 : L’embouchure de l’Argens et les étangs de Villepey.

Fig. 9 : L’embouchure de l’Argens et les étangs de Villepey.

Extrait (a) et schéma topographique (b) de la « Carte des Frontières de l’Est » de J. Bourcet de La Saigne et J. Le Michaud d’Arçon, 1764-1769 (Manuscrit couleur, IGN Paris, Cartothèque Nationale).

5 - Conclusion

61En 1961, s’interrogeant sur la nature de l’environnement aquatique suggéré par les vestiges d’épaves découverts à proximité des Etangs de Villepey, P.-A. Février et R. Boyer concluaient que « L’histoire de la plaine de l’Argens reste à écrire et les documents font défaut pour présenter des affirmations » (Boyer & Février, 1971). Les recherches conduites depuis une dizaine d’années ont enrichi notablement la documentation, paléoenvironnementale et archéologique, permettant de restituer les principaux jalons d’une histoire de la ria de l’Argens. Les résultats obtenus permettent de suivre la transformation des milieux littoraux et d’appréhender les dynamiques à l’origine de l’évolution morphologique du delta. Cette évolution se caractérise par une progradation dissymétrique, rythmée par l’avancée de l’embouchure de l’Argens. Tant que la progradation s'effectue au sein de la vallée, la morpho-dynamique deltaïque est dominée par le fleuve. A partir de l’époque romaine, le rivage atteint le débouché de la ria et le trait de côte se régularise sous l’influence de la houle. Le comblement de la ria de l'Argens ne se résume donc pas à une "simple" mobilité de la ligne de rivage, mais correspond à un véritable changement de type deltaïque, évoluant d’un « river dominated delta » à un « wave dominated delta » selon la typologie proposée par Galloway (1975). Cette métamorphose deltaïque s’accompagne de profondes transformations des milieux et a des conséquences sur les modalités d’occupation de cet espace par les sociétés anciennes.

La restitution des paléomilieux lagunaires et les repères taphonomiques issus des carottages incitent à relativiser le vide archéologique apparent de la basse vallée. Les données paléobotaniques et archéologiques témoignent en effet d’une fréquentation continue de la plaine alluviale depuis le Néolithique moyen, qui s’est probablement accompagnée d’une exploitation agropastorale ancienne. Dès la création de Forum Iulii, les aménagements s’intensifient dans la basse plaine et sur le littoral, dans un environnement pourtant très mobile. Au premier rang de ces aménagements se place le port antique, dont les conditions d’implantation et la morphologie ont été totalement revisitées à la lumière des données paléoenvironnementales et archéologiques récentes, renouvelant ainsi fortement notre perception de la paléogéographie de la ville antique. Les données recueillies permettent d’entrevoir l’imbrication des processus naturels et des interventions anthropiques dans le façonnage du paysage du bas Argens. Ainsi, les aménagements réalisés dans l’Antiquité pour occuper le flanc nord de la plaine alluviale ont pu accentuer la configuration dissymétrique du delta de l’Argens. De la même manière, bien que la physionomie et l’évolution du port soient fortement liées aux conditions géomorphologiques et aux processus morphosédimentaires à l’œuvre dans ce milieu deltaïque progradant, un certain nombre de mesures ont été prises pour freiner ou limiter leur impact (création d’une jetée, dragages), qui ont pu en retour affecter la morphologie littorale.

62Ces jalons posés, il reste encore de nombreux aspects de l’histoire et de la paléogéographie de la basse vallée de l’Argens à préciser, notamment en ce qui concerne la phase terminale du comblement de la ria, de l’Antiquité à nos jours. L’acquisition de données paléoenvironnementales est en effet nécessaire pour restituer la morphologie du littoral dans la partie aval de la basse vallée et à l’est du port antique, entre Fréjus et Saint-Raphaël. Une autre question concerne la localisation des fleuves littoraux, dont les divagations ont eu un impact sur la morphologie deltaïque et sur les conditions d’occupation et de circulation dans la basse vallée. Enfin, la part respective des facteurs naturels et anthropiques dans les transformations de ce paysage doivent être mieux appréhendées, en mobilisant notamment les données géoarchéologiques récemment acquises en périphérie de Fréjus.

Haut de page

Bibliographie

ALLINNE C. & DEVILLERS B., 2006 - Archéologie et paléoenvironnement sur le site du pont romain des Esclapes (Fréjus, Var). Archéosciences :Revue d’Archéométrie, 30, 181-196.

BELLAICHE G., 1969 - Etude géodynamique de la marge continentale au large du massif des Maures (Var) et de la plaine abyssale ligure. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Paris, Paris, 252 p.

BÉRATO J. & MAGNIN F., 1989 - Le Touar, Les Arcs-sur-Argens (Var) : un habitat de plaine du Bronze final II/IIIa et du premier Age du Fer dans son environnement. Documents d'Archéologie Méridionale, 12, 7-40.

BÉRATO J., MAGNIN F. & DUGAS F., 1990 - Le Touar, Les Arcs-sur-Argens (Var) : note complémentaire. Documents d'Archéologie Méridionale, 13, 249-251.

BERTONCELLO F., 1997 - Roquebrune-sur-Argens/Le Muy : Les Rochers. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Service Régional de l'Archéologie, 1996, 133-136.

BERTONCELLO F., 2010 - Dynamique du paysage et centuriation dans le territoire de Forum Iulii, Fréjus (Var, France). Agri Centuriati, 7, 75-91.

BERTONCELLO F., BONNET S., BOUBY L., DELHON C., DEVILLERS B. & GUILLON S., 2008 - Projet Collectif de Recherches « Occupation du sol et patrimoine archéologique dans la basse vallée de l’Argens ». Rapport de fin de projet, CNRS - Ministère de la Culture et de la Communication, Valbonne, 124 p.

BERTONCELLO F., BONNET S., EXCOFFON P., BONY G., MORHANGE C., GÉBARA C., GEORGES K. & DEVILLERS B., 2011 - Dynamique du littoral et peuplement : le cas de la colonie romaine de Fréjus. In M. Pasqualini (ed.), Fréjus romaine : la ville et son territoire : agglomérations de Narbonnaise, des Alpes-Maritimes et de Cisalpine à travers la recherche archéologique : actes du 8ème colloque historique de Fréjus, 8-10 octobre 2010. Editions APDCA, Nice, 75-88.

BONY G., MORHANGE C., BRUNETON H., CARBONEL P. & GÉBARA C., 2011 - 2000 ans de colmatage du port antique de Fréjus (Forum Iulii), France. Une double métamorphose littorale. Comptes Rendus Geosciences, 343 (10), 701-715.

BOUBY L., TERRAL J.-F., IVORRA S., MARINVAL P., PRADAT B. & RUAS M.-P., 2006 - Vers une approche bio-archéologique de l’histoire de la vigne cultivée et de la viticulture : problématique, choix méthodologiques et premiers résultats. Archéologie du Midi Médiéval, 23/24, 61-74.

BOYER R. & FÉVRIER P.-A., 1971 - Epave romaine à Villepey près de Fréjus (Var). In Actes du IIIème Congrès International d’Archéologie sous-marine, Barcelone, 1961. Institut International d’Etudes Ligures, Bordighera, 159-166.

Brückner H., Müllenhoff M., Handl M. & van der Borg K., 2002 - Holocene landscape evolution of the Büyük Menderes alluvial plain in the environs of Myous and Priene (Western Anatolia, Turkey). Zeitschrift für Geomorphologie. Supplementband, 127, 47-65.

BRÜCKNER H., VÖTT A., SCHRIEVER A. & HANDL M., 2005 - Holocene delta progradation in the eastern Mediterranean. Case studies in their historical context. Méditerranée, 104, 95-106.

BRUN J.-P. & BORRÉANI M., 1999 - Le Var. Carte archéologique de la Gaule, 83 (1 & 2). Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 984 p.

CARAYON N., 2008 - Les ports phéniciens et puniques. Géomorphologie et infrastructures. Thèse de Doctorat, Université Marc Bloch - Strasbourg 2, Strasbourg, 1384 p.

CODOU Y., PISKORZ M. & ROUCOLE S., 2004 - L’église de Saint-Raphaël (Var). In M. Fixot (dir.), Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge. Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 41-61.

DEVILLERS B., 2008 - Holocene morphogenis and land use in a semi-arid watershed. The Gialias river, Cyprus. British Archaeological Reports, 1775. Archaeopress, Oxford, 197 p.

DEVILLERS B. & BONNET S., 2006 - 6000 ans d’histoire environnementale de la lagune de Villepey (Fréjus, Var) : premiers résultats de l’étude multi-proxies de la carotte Vil2. Archéosciences : Revue d’Archéométrie, 30, 197-203.

DEVILLERS B., EXCOFFON P., MORHANGE C., BONNET S. & BERTONCELLO F., 2007 - Relative sea-level changes and coastal evolution at Forum Julii (Fréjus, Provence). Comptes Rendus Geosciences, 339 (5), 329-336.

DUBAR M., 2003 - The Holocene deltas of Eastern Provence and the French Riviera: geomorphological inheritance, genesis and vulnerability. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 2003 (4), 263-270.

DUBAR M., 2004 - L’édification de la plaine deltaïque du Bas Argens (Var, France) durant la Protohistoire et l’Antiquité. Application d’un modèle numérique 2D à l’archéologie. Méditerranée, 1 (2), 47-54.

DUBAR M., BUI-THI M., NICOL-PICHARD S. & THINON M., 2004 - Etude palynologique du carottage de Pont d’Argens (Roquebrune-sur-Argens, Var) : histoire holocène de la végétation en Provence cristalline ; facteurs naturels et anthropiques. Ecologia Mediterranea, 30 (2), 147-157.

DUMONT A., 2006 - Fréjus, Les résidences du Colombier. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Service Régional de l'Archéologie, 2005, 161-162.

EXCOFFON P., 2008 - Fréjus. Les Claus 2. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Service Régional de l'Archéologie, 2007, 195-197.

EXCOFFON P., 2011 - Ville et campagnes de Fréjus romaine. La fouille préventive de « Villa Romana ». Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine, 8. Errance & Centre Camille Jullian, Paris & Aix-en-Provence, 306 p.

EXCOFFON P. & DEVILLERS B., 2006 - Nouvelles données sur la position du littoral antique de Fréjus. Le diagnostic archéologique du « Théâtre d’agglomération » (Fréjus, Var). Archéosciences : Revue d’Archéométrie, 30, 205-221.

EXCOFFON P. & GUILBERT R., 2008 - Fréjus. La Cigale d’Or. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Service Régional de l'Archéologie, 2007, 197 p.

EXCOFFON P., BONNET S., DEVILLERS B. & BERGER J.-F., 2010 - Evolution du trait de côte aux abords de Fréjus, de sa fondation jusqu’au IIe s. apr. J.-C., du quartier de Villeneuve à la butte Saint Antoine. In X. Delestre & H. Marchesi (dir.), Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherches : Actes du colloque d’Arles, Bouches-du-Rhône, 28-29-30 octobre 2009. Editions Errance & Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 47-53.

EXCOFFON P., BERGER J.-F., DELHON C., GUILLON S., HENRY A., PELLEGRINO E., FONTAINE S. & PURDUE L., 2011 - Un fossé de raccordement au port antique de Fréjus : le diagnostic archéologique de L’Avant-Scène (Fréjus, Var). In M. Pasqualini (ed.), Fréjus romaine : la ville et son territoire : agglomérations de Narbonnaise, des Alpes-Maritimes et de Cisalpine à travers la recherche archéologique : actes du 8ème colloque historique de Fréjus, 8-10 octobre 2010. Editions APDCA, Antibes, 89-105.

FÉVRIER P.-A., 1959 - Documents commentés. Plans anciens de Fréjus et d’Antibes. Gallia, 17 (2), 207-213.

FÉVRIER P.-A., 1963 - Le port antique de Forum Iulii. Photo Interprétation (Paris), 3 (7), 48.

FICHES J.-L., BRENTCHALOFF D., CHOUQUER G., DUBAR M., GAZENBEEK M., LATOUR J. & ROGERS G. B., 1995 - Habitats de l'Age du Fer et structures agraires d'époque romaine aux Escaravatiers (Puget-sur-Argens, Var). Gallia, 52, 205-261.

FOUACHE E. & PAVLOPOULOS K., 2005 - Sea-level changes in eastern Mediterranean during the Holocene: indicators and human impacts. Zeitschrift für Geomorphologie. Supplementband, 137, 193 p.

GALLOWAY W.-E., 1975 - Process framework for describing the morphologic and stratigraphic evolution deltaïc depositionnal systems. In M.L. Broussard (ed.), Deltas. Houston Geological Society, Houston, 87-98.

GASCOU J., 1982 - Quand la colonie de Fréjus fut-elle fondée ? Latomus, 41 (1), 132-145.

GASCOU J. & JANON M., 1985 - Inscriptions Latines de Narbonnaise : Fréjus. Gallia. Supplément, 44, 229 p.

GASSIN B., 1986 - Atlas Préhistorique du Midi méditerranéen. Feuille de Cannes. Editions du CNRS, Paris, 246 p.

GÉBARA C., BÉRAUD I., RIVET L., 1998 - Fréjus antique. Guides Archéologiques de la France, 36. Editions du Patrimoine, Paris, 95 p.

GÉBARA C. & MORHANGE C., 2010 - Fréjus (Forum Iulii) : le port antique. Journal of Roman Archaeology. Supplementary Series, 77, 1-152.

GÉBARA C., BERTONCELLO F. & ALLINNE C., 2011 - Fréjus, Var : Pont des Esclapes. Revue Archéologique de Narbonnaise. Suppléments, 41, 109-115.

GEORGES K., MICHEL J.-M., SIVAN O., DUFRAIGNE J.-J. & EXCOFFON P., 2010 - Le port antique de Forum Iulii (Fréjus, Var) : découverte d’une jetée à l’extrémité est du quai méridional. Archéopages, 30, 44-53.

GOUDINEAU C., 1982 - Une fouille récente à la périphérie de Forum Iulii : Le chantier des Aiguières. Comptes Rendus des Séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 126 (2), 279-292.

GOUDINEAU C. & BRENTCHALOFF D. (eds.), 2009 - Le camp de la flotte d’Agrippa à Fréjus. Les fouilles du quartier de Villeneuve : 1979-1981. Errance, Paris, 591 p.

JORDA C., 2000 - Morphogenèse alluviale et aménagement dans la plaine deltaïque du Lez depuis 6 000 ans : la fouille archéologique de sauvetage de Port-Ariane (Lattes, Hérault). Méditerranée, 1 (2), 25-32.

KAYAN I., 1999 - Holocene stratigraphy and geomorphological evolution of the Aegean coastal plains of Anatolia. Quaternary Science Reviews, 18 (4-5), 541-548.

LENTHÉRIC C., 1880 - La Provence maritime ancienne et moderne : La Ciotat, Tauroentum, Toulon, Hyères, les Maures et l'Estérel, Fréjus, Cannes et Lérins, Antibes, Nice et Cimiez, Menton et Monaco. 2e édition, E. Plon & Cie, Paris, 540 p.

MARRINER N. & MORHANGE C., 2005 - The "Ancient Harbour Parasequence": Anthropogenic forcing of the stratigraphic highstand record. Sedimentary Geology, 186 (1-2), 13-17.

MARRINER N. & MORHANGE C., 2006 - Geoscience of ancient Mediterranean harbours. Earth-Science Reviews, 80 (3-4), 137-194.

MICHEL J.-M., 2005 - M. Bricolage à Fréjus (Var). Rapport final d'opération, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Service Régional d’Archéologie des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence, 25 p.

MULLER S.D., BRUNETON H., SOULIÉ-MÄRSCHE I., REY T., THIÉRY A.,WATERKEYN A., BRENDONCK L., SCHEVIN P., YAVERCOVSKI N. & GRILLAS P., 2008 - Long-term dynamics of a Mediterranean alkaline vernal pool (Rhône delta, southern France). Wetlands, 28 (4), 951–966.

PELLISSIER M., 2006 - Le Muy, Les Vaugreniers. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Service Régional de l'Archéologie, 2005, 171-172.

RIVET L., BRENTCHALOFF D., ROUCOLE S. & SAULNIER S., 2000 - Atlas topographique des villes de Gaule méridionale, 2, Fréjus. Revue Archéologique de Narbonnaise. Suppléments, 32, 1-509.

ROBION L., 1987 - Fréjus, Ve-XXe siècle, déclins et renaissances. CRDP, Nice, 238 p.

STANLEY D. & WARNE A., 1994 - Worldwide initiation of Holocene marine deltas by deceleration of sea-level rise. Science, 265 (5169), 228-231.

STUIVER M., REIMER P.J., BARD E., BECK J.W., BURR G.S., HUGHEN K.A., KROMER B., MCCORMAC G., VAN DER PLICHT J. & SPURK M., 1998 - IntCal98 radiocarbon age calibration, 24,000-0 cal BP. Radiocarbon, 40 (3), 1041-1083.

Van Geel, B., 2001 - Non-pollen palynomorphs. In J.P. Smol, H.J.B. Birks & W.M. Last, (eds.). Tracking environmental change using lake sediments, Volume 3: terrestrial, algal and silicaceous indicators. Developments in Paleoenvironmental Research, 3. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 99-119.

VAN UYTVANCK J., DECLEER K. & HOFFMANN M., 2008a - Establishment patterns of woody species in low intensity-grazed pastures after the cessation of intensive agricultural use. Forest Ecology and Management, 256 (1-2), 106-113.

VAN UYTVANCK J., MAESA D., VANDENHAUTEB D. & HOFFMANN M., 2008b - Restoration of woodpasture on former agricultural land: The importance of safe sites and time gaps before grazing for tree seedlings. Biological Conservation, 141 (1), 78-88.

VELLA C., FLEURY T.J., RACCASI G., PROVANSAL M., SABATIER F. & BOURCIER M., 2005 - Evolution of the Rhône delta plain in the Holocene. Marine Geology, 222-223, 235-265.

VISHER G.S., 1969 - Grain size distributions and depositional processes. Journal of Sedimentary Petrology, 39 (3), 1074-1106.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte géologique simplifiée de la basse vallée de l’Argens.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-1.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 2 : Modélisation paléogéographique de la ria de l’Argens.
Légende A/ Pleistocène final, B/ début de la transgression marine holocène, C/ vers 6 000 BP, D/ topographie actuelle
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 3 : Localisation des carottages.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-3.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Tab. 1 : Analyses effectuées sur les six carottages étudiés.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 4 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Plaine (PL1).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-5.png
Fichier image/png, 594k
Titre Fig. 5 : Diagramme pollinique synthétique du carottage de La Plaine (PL1) (S. Guillon).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-6.png
Fichier image/png, 413k
Titre Tab. 2 : Tableau de comptage carpologique de la carotte de La Plaine(PL1) (L. Bouby).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-7.png
Fichier image/png, 172k
Titre Tab. 3 : Datations radiocarbone du carottage de La Plaine (PL1).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-8.png
Fichier image/png, 40k
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-9.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 6 : Synthèse stratigraphique et environnementale du carottage de La Palissade (PAL1).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-10.png
Fichier image/png, 560k
Titre Fig. 7 : Restitutions paléogéographiques de la ria de l’Argens
Légende 1/ Néolithique, 2/ Âge du Bronze, 3/ premier Âge du Fer, 4/ second Âge du Fer, 5/ autour du changement d’ère, 6/ Haut-Empire.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-11.png
Fichier image/png, 510k
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-12.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 9 : L’embouchure de l’Argens et les étangs de Villepey.
Légende Extrait (a) et schéma topographique (b) de la « Carte des Frontières de l’Est » de J. Bourcet de La Saigne et J. Le Michaud d’Arçon, 1764-1769 (Manuscrit couleur, IGN Paris, Cartothèque Nationale).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6893/img-13.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Bertoncello, Benoît Devillers, Stéphane Bonnet, Sébastien Guillon, Laurent Bouby et Claire Delhon, « Mobilité des paysages littoraux et peuplement dans la basse vallée de l'Argens (Var, France) au cours de l'Holocène », Quaternaire, vol. 25/1 | 2014, 43-44.

Référence électronique

Frédérique Bertoncello, Benoît Devillers, Stéphane Bonnet, Sébastien Guillon, Laurent Bouby et Claire Delhon, « Mobilité des paysages littoraux et peuplement dans la basse vallée de l'Argens (Var, France) au cours de l'Holocène », Quaternaire [En ligne], vol. 25/1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6893 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6893

Haut de page

Auteurs

Frédérique Bertoncello

CEPAM-UMR 7264 CNRS-Université de Nice Sophia Antipolis, Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel : frederique.bertoncello@cepam.cnrs.fr.

Benoît Devillers

Archéologie des Sociétés Méditerranéennes UMR 5140, Université Paul Valery-Montpellier III, 390 avenue de Pérols, FR-34970 LATTES. Courriel : bdevillers@gmail.com

Stéphane Bonnet

Direction archéologie de la ville d’Aix-en-Provence, Route des Milles, service technique, FR-13100 AIX-EN-PROVENCE. Courriel : stephanebonnet2@voila.fr

Articles du même auteur

Sébastien Guillon

CEPAM-UMR 7264 CNRS-Université de Nice Sophia Antipolis, Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel : seb29guillon@yahoo.fr

Laurent Bouby

CBAE-UMR 5059, Université Sciences et techniques du Languedoc-Montpellier II, Institut de Botanique, 163 rue Auguste Broussonet, FR-34090 MONTPELLIER. Courriel : lbouby@univ-montp2.fr

Articles du même auteur

Claire Delhon

 CEPAM-UMR 7264 CNRS-Université de Nice Sophia Antipolis, Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel :claire.delhon@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org