Navigation – Plan du site

Le site moustérien de la Hougue à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) : implantations et activités humaines, synthèse stratigraphique

The mousterian site of la Hougue at Saint-Vaast-la-Hougue (Manche): human settlements and activities, stratigraphical synthesis
Gérard Fosse, Jean‑Pierre Coutard, Bertrand Masson et Jean‑Claude Ozouf
p. 359-372

Résumés

La Hougue (commune de Saint-Vaast-la-Hougue, Manche) est un îlot rattaché à la terre ferme par un tombolo et constitué de deux buttes granitiques, dont la base et l’espace intermédiaire comportent des dépôts des derniers interglaciaire et glaciaire. Des fouilles programmées y ont été conduites de 1978 à 1985. Les travaux ont principalement porté sur le seul lambeau de terrain naturel situé au sud de la butte qui porte la tour Vauban, à l’extérieur de l’enceinte fortifiée à la fin du xviie siècle. Des industries lithiques moustériennes abondantes, de faciès levalloisien, y ont été mises au jour dans la plage eemienne et dans les horizons du Début Glaciaire weichselien ; ces derniers ont de plus livré des structures, de combustion notamment. L’ensemble de l’îlot a fait l’objet d’observations géomorphologiques et, de manière beaucoup plus limitée, archéologiques, qui ont révélé des occupations moustériennes s’étendant à tout le pourtour des deux buttes.

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1La Hougue à Saint-Vaast-la-Hougue (fig. 1) est un îlot rattaché au continent par un tombolo qu’a emprunté une route construite lors de sa fortification sur les plans de Vauban, après la célèbre défaite navale française du même nom essuyée par Tourville en 1692. Des silex taillés y ont été trouvés dès la fin du xixe siècle, mais c’est Denise Michel qui, alors qu’elle travaillait sur le gisement proche du Crau, y a identifié un gisement moustérien, objet de fouilles de sauvetage programmé de 1978 à 1985, à raison d’environ un mois par an. Pour diverses raisons, et notamment faute de temps, l’étude d’ensemble du site n’a pu être menée à bien. Une grande partie de l’industrie lithique a été étudiée par Caroline Guette dans le cadre de travaux universitaires (Guette, 1999, 2000, 2002) et quelques autres publications, brèves et préliminaires, existent certes, mais elles portent sur les seuls chantiers extérieurs au Fort et sur des thèmes précis suggérés par les problématiques propres au site (localisation des implantations humaines, durée d’occupation, rôle éventuellement joué par la mer pour les Moustériens…) (Fosse, 1983, 1989 ; Fosse et al., 1986). Les travaux ont porté, de manière très inégale, sur l’ensemble de la Hougue et ont associé, dans une dialectique quasi-permanente, archéologues et géomorphologues. Les nombreux travaux de laboratoire ont été presque tous effectués au Centre de Géomorphologie du CNRS à Caen, alors dirigé par Jean-Pierre Lautridou, dans le cadre du groupe de travail « L’homme (préhistorique notamment) et la mer » qui a fonctionné de 1984 à 1988 et qui a agrégé les responsables des autres fouilles simultanées de gisements moustériens du Nord-Cotentin (Dominique Cliquet : Saint Germain-des-Vaux, Port-Racine ; Gérard Vilgrain : Gouberville) (Cliquet 1994, Cliquet & Ghesquière 2010). Il a paru utile de publier une brève synthèse actualisée sur l’occupation moustérienne de l’ensemble du site de la Hougue et sur son contexte géomorphologique presque inédit, dans un volume d’hommage à Jean-Pierre Lautridou qui est venu chaque année sur le site et qui a apporté une importante contribution à son étude géomorphologique (fig. 2).

Fig. 1 : Localisation de l’îlot de la Hougue.

Fig. 1 : Localisation de l’îlot de la Hougue.

Fig. 2 : J.-P. Lautridou devant la coupe de la micro-falaise marine près du chantier II ; à l’arrière-plan : relevés topographiques sur le Chantier I.

Fig. 2 : J.-P. Lautridou devant la coupe de la micro-falaise marine près du chantier II ; à l’arrière-plan : relevés topographiques sur le Chantier I.

2 - Travaux de terrain, industries et structures moustériennes

2L’îlot de la Hougue comporte deux buttes granitiques, l’une au nord, qui supportait, à une altitude de 20 m NGF, le sémaphore construit au début de la décennie 1860 et détruit pendant la seconde guerre mondiale, l’autre (plutôt un ensemble de buttes), au sud, qui porte la tour dite Vauban (fin xviie siècle) et l’actuel sémaphore (fig. 3 & 4). Les deux buttes sont reliées et entourées par des sédiments quaternaires. L’ensemble a été profondément remanié par des travaux de génie militaire depuis la fin du xviie siècle. La quasi-totalité de l’îlot, propriété de la Défense Nationale, est entourée d’un grand mur d’enceinte doublé d’un fossé, en eau à certains endroits, et d’un second mur beaucoup moins haut. Au nord-ouest de l’îlot, le grand mur repose sur la falaise granitique, et, au sud, un lambeau de terrain naturel très étroit fait office, sur quelques dizaines de mètres, de deuxième enceinte. C’est dans ce lambeau de terrain naturel, large de quelques mètres entre l’estran et le fossé, que Denise Michel a mis au jour une industrie lithique moustérienne associée à deux concentrations de matières cendreuses et charbonneuses, premières structures de combustion mises au jour dans le Moustérien du Nord-Cotentin (Michel, 1974).

Fig. 3 : Vue aérienne de l’îlot de la Hougue avec localisation des différents chantiers

Fig. 3 : Vue aérienne de l’îlot de la Hougue avec localisation des différents chantiers

cliché de jcpetro dans Google Earth.

Fig. 4 : Localisation des opérations archéologiques sur un fond de carte topographique de l’îlot de la Hougue, reconstitué d’après différentes cartes anciennes

Fig. 4 : Localisation des opérations archéologiques sur un fond de carte topographique de l’îlot de la Hougue, reconstitué d’après différentes cartes anciennes

DAO B. Masson

2.1 - Chantiers I-III

3Le chantier I (fig. 5) a été ouvert en 1978, sur une superficie test de 8 m² (4 sur 2 m) seulement, en arrière d’une lentille de produits de combustion évoquée précédemment. En raison des résultats, il a été agrandi dès 1979 des deux côtés, pour atteindre 18 m², dont la fouille a été achevée en 1982. Il a été prolongé en 1983, à l’est, par le chantier III, dans le seul but de récupérer l’industrie lithique contenue dans l’extrémité la plus étroite du lambeau de sédiments quaternaires (ici la plage eemienne uniquement), voué à disparaître à plus ou moins long terme en raison de l’érosion littorale. L’occupation humaine est très marquée.

Fig. 5 : Séquence stratigraphique du chantier I.

Fig. 5 : Séquence stratigraphique du chantier I.

A1/ substratum granitique et plage eemienne, C2/ sable limoneux, C3/ limon silteux ayant subi une pédogenèse de type lessivé glossique, D1-D2/ head à matrice sablo-limoneuse

DAO B. Masson

4L’industrie lithique comporte deux séries différentes, correspondant à deux occupations distinctes :

5- la série inférieure, ou série blanche, provient de la plage eemienne. Le silex utilisé est de mauvaise qualité, parfois proche de la chaille (fissures de gel, géodes, incrustations de coquillages fossiles…), et semble provenir de la plage elle-même. Les pièces ont une patine blanche profonde et ont été souvent affectées par le gel après la taille. Elles conservent fréquemment du cortex, parfois en proportion importante. Caroline Guette a proposé, 20 ans après la fouille, une nouvelle diagnose de cette série reposant sur une étude technologique (Guette, 2000, 2002). Elle a décompté 1399 pièces, 1375 en silex et 24 en grès quartzite. Les 1375 silex se répartissent ainsi : 1206 éclats, 153 nucléus (113 nucléus Levallois, 39 fragments de nucléus indéterminables, 1 nucleus discoïde unifacial), 12 galets testés et 4 percuteurs potentiels. Les 24 pièces en grès quartzite sont 12 éclats, dont 2 retouchés, 6 nucleus, 4 galets aménagés, 1 percuteur et 1 galet à 2 enlèvements. Il s’agit d’une série levalloisienne (« le concept de débitage mis en application est de manière quasi-exclusive le concept levallois »), non laminaire, aux rares outils : 2 denticulés, 2 retouches sur face plane, 1 racloir double convergent sur pointe Levallois, 1 petite retouche irrégulière et écailleuse sur fragment d’éclat cortical. L’importance numérique des pièces corticales et des nucléus indique un débitage sur place ;

6- la série supérieure, ou série claire, provient des horizons interstratifiés entre la plage eemienne et le head remanié (D1-D2) : il s’agit de limons sableux géliflués, avec des blocs dispersés (C2) et de limons sableux à marbrures (C3). Elle comprend environ un millier de pièces qui ont une patine beaucoup plus faible, souvent claire, grise ou bleutée, parfois avec des vermiculations blanches. La matière première est d’une bien meilleure qualité. Les pièces comportant du cortex sont beaucoup moins nombreuses, les nucléus également, ce qui pose la question du lieu de débitage. Au total, il s’agit d’une belle industrie levalloisienne avec des racloirs de bonne facture (fig. 6). Contrairement à la précédente elle n’a pas été réétudiée récemment.

Fig. 6 : Industrie lithique levalloisienne à patine claire (Chantier I, horizons supérieurs).

Fig. 6 : Industrie lithique levalloisienne à patine claire (Chantier I, horizons supérieurs).

dessins B. Gauthier

7L’horizon supérieur a livré un certain nombres de structures :

8- quelques amas de débitage : il s’agit, sur une surface très réduite (quelques décimètres carrés), de groupements de quelques dizaines d’éléments de débitage (fig. 7), le plus souvent de petites (éclats), voire de très petites dimensions (esquilles) ;

9- plusieurs structures de combustion qui ont été classées en 4 types (Thiébault et al., 1988 ; Masson, 2010) : poches de matières cendreuses et charbonneuses, foyers simples consistant en un approfondissement du sol avec un remplissage de produits de combustion (fig. 8), foyers « construits » avec des blocs de granite en périphérie, aires juxtaposant plusieurs alvéoles de combustion ;

10- des aménagements de blocs bruts de granite qui ont été indiqués dans les publications antérieures (fig. 9). Le réexamen taphonomique récent de ces structures (Masson, 2010), dans le cadre de l’ACR (Action Collective de Recherche) « Taphonomie des assemblages lithiques du Paléolithique moyen en contexte périglaciaire » (responsable Luc Vallin), a montré l’importance des phénomènes périglaciaires postérieurs à l’occupation humaine, qui n’ont sans doute pas été suffisamment pris en compte dans les années 1980. Ces travaux récents conduisent à nuancer certaines interprétations et à être d’une grande prudence à propos de ces « structures ».

Fig. 7 : Amas de silex du Chantier I, niveau supérieur

Fig. 7 : Amas de silex du Chantier I, niveau supérieur

cliché G. Fosse

Fig. 8 : Foyer en cuvette du Chantier I, niveau supérieur

Fig. 8 : Foyer en cuvette du Chantier I, niveau supérieur

cliché G. Fosse

Fig. 9 : « Aménagement » de blocs de granite bruts

Fig. 9 : « Aménagement » de blocs de granite bruts

Ce type de configuration pourrait en fait être lié à des sols polygonaux.

cliché G. Fosse.

2.2 - Chantier IV

11Il s’agit d’un reliquat de terrain, d’une superficie de 500 m² environ, situé au sud-est des chantiers I-III. Il a fait l’objet, en 1983, de 3 sondages d’1 m² qui ont montré, sous un important remaniement, la présence d’un limon sableux jaune comportant quelques blocs, sus-jacent à la plage eemienne. Quelques rares éléments paléolithiques y on été rencontrés.

2.3 - Chantier II

12La découverte d’un véritable empilement de structures de combustion dans la micro-falaise littorale à l’extrême nord du même lambeau résiduel de terrains naturels a entraîné l’ouverture, en 1980, d’un deuxième chantier situé à une cinquantaine de mètres au nord-ouest du premier (fig. 10). Ouvert de manière optimiste sur environ 50 m², il a été rapidement réduit à 30 m², en raison de sa complexité. La fouille de ce chantier a été achevée en 1984. Deux occupations ont été, comme aux chantiers I-III, observées :

13- à la base de la stratigraphie se trouve la plage eemienne qui a livré une série lithique étudiée par Caroline Guette (Guette, 1999, 2002), Cette série est comparable à la série blanche profonde des chantiers I-III. Elle comporte 1202 artefacts en silex cénomanien ou sénonien, dont 1083 éclats et 105 nucléus. Le débitage est peu soigné : 41,33 % de talons lisses, 19,81 % de talons corticaux. Le cortex est présent sur un nombre très élevé d’objets. Cortex et nombreux nucléus sont des éléments qui militent en faveur d’un débitage in situ. La matière première, sans doute des galets de la plage ancienne, est abondante sur place et de mauvaise qualité. L’étude technologique montre que l’ensemble des nucléus relève d’un concept de débitage Levallois. On compte 85 outils sur éclat (29 racloirs, 13 encoches, 12 denticulés, 5 grattoirs, 26 pièces à retouches marginales) et quatre galets aménagés.

14- la plage eemienne est surmontée d’une dune (C1), puis de limons sableux ruisselés (C2) et de limons marbrés lessivés (C3), enfin d’un head (D1-D2). Les limons C2 et C3 comportent sur plus d’un mètre d’épaisseur, les témoins d’une occupation humaine. Une telle épaisseur correspond à l’évidence à plusieurs niveaux d’occupation qui n’ont pu être distingués archéologiquement. Il s’agit en fait d’une véritable stratification de structures de combustion. Les phénomènes périglaciaires intervenus pendant l’occupation (limons C1 et C2 mis en place par ruissellement, gélifluxion et solifluxion) et après celle-ci (l’horizon sus-jacent D1 est un head du Pléniglaciaire moyen) ont profondément modifié les niveaux archéologiques et rendu l’interprétation des structures délicate. La seule certitude est que les Moustériens ont fait dans cette zone, sur une grande surface (plus de 25 m² de structures de combustion fouillées, limites nord et sud non fouillées et limite ouest détruite par la mer), et sur une longue période, une série de foyers appuyés sur une dune sableuse (C1) et protégés au sud par un chicot granitique, contrefort de la butte du sémaphore séparant le chantier II du chantier I. Il est très difficile d’individualiser les foyers (fig. 11) qui se chevauchent et sont empilés sur près d’un mètre d’épaisseur. Les unités de combustion, quand on arrive à les distinguer, font plusieurs mètres carrés de superficie. Il faut considérer ce secteur comme une aire de combustion ouverte. De nombreux charbons ont été prélevés ; leur détermination par Stéphanie Thiébault (Thiébault et al., 1988) a montré que le pin sylvestre a été presque exclusivement utilisé, ce qui ne constitue guère une surprise dans un contexte chronologique de Début Glaciaire weichselien et un contexte climatique de refroidissement. L’industrie lithique est à peu près absente, limitée à quelques silex de petites ou très petites dimensions, affectés par le feu et, souvent même, réduits à l’état de débris. Au total, cette occupation donne l’impression d’être liée à des activités spécialisées évidemment liées au feu. Il a été également envisagé que ces activités aient été liées à la mer, encore peu éloignée en début de régression, et au littoral.

Fig. 10 : Séquence stratigraphique du chantier II.

Fig. 10 : Séquence stratigraphique du chantier II.

A1/ substratum granitique et plage éémienne, C1/ dune de sable fin homogène à charge feldspathique, elle présente à son sommet un sol rouge lessivé, C2/ sable limoneux, C3/ limon silteux ayant subi une pédogenèse de type lessivé glossique, D1-D2/ head à matrice sablolimoneuse

DAO B. Masson

Fig. 11 : Foyer dans le head du Chantier II

Fig. 11 : Foyer dans le head du Chantier II

cliché G. Fosse

2.4 – Chantier V

15Excepté le lambeau de terrain naturel aux deux extrémités duquel ont été ouverts les chantiers I-III (et son prolongement sud le chantier IV) et le chantier II, un seul autre endroit extérieur au Fort comporte du terrain naturel : il s’agit de la falaise qui est située entre le nord de l’îlot de la Hougue et la petite anse du « Port aux Dames » et qui a permis de faire l’économie de la construction du mur externe du Fort. C’est dans cette falaise, dans l’anse du Port aux Dames et dans un cordon de galets situé au sud-ouest de cette anse que de nombreuses pièces lithiques ont été anciennement et plus récemment trouvées lors de prospections ; de plus, l’îlot du Crau, dans l’anse du Cul de Loup, où Denise Michel a recueilli une importante série lithique, est peu éloigné. La falaise a été prospectée en 1983 et quatre coupes y ont été observées, mais aucun artefact paléolithique n’a été rencontré en place.

2.5 - Chantier VI

16À l’issue de la campagne 1983, tous les secteurs comportant des terrains naturels à l’extérieur du Fort avaient été explorés. L’intérieur du Fort, non menacé par l’érosion marine et par des prospections non contrôlées, voir des « grattages » clandestins, avait été par contre négligé. Il était du reste supposé profondément remanié par les travaux de génie militaire d’époque moderne et contemporaine. Il a donc été décidé de l’investir par des prospections et des sondages lors de la campagne 1984. Il a de plus été l’objet unique de la campagne 1985 (coupes - sondages 1-6-9, sondage 3). Ces diverses interventions sont présentées ci-après, non pas dans l’ordre de leur numérotation, mais en fonction de leur localisation par rapport aux deux buttes, celle de l’actuel sémaphore et de la tour Vauban au sud, celle de l’ancien sémaphore au nord (fig. 4).

2.5.1 - Sondage 2

17Il a été ouvert vers l’extrémité sud du Fort de la Hougue, dans la partie de l’îlot qui ne comporte qu’une couverture très mince, voire inexistante : le socle granitique est parfois à l’affleurement. Il se situe en arrière du grand mur d’enceinte, au-dessus des chantiers I-III. Il ne comporte que des sédiments remaniés à l’époque moderne et accumulés derrière le mur. Le pourtour du fort comporte d’ailleurs sans doute les mêmes remblais, qui proviennent très vraisemblablement du creusement des douves situées au pied du mur. Malgré sa superficie limitée à 1 m², ce sondage a livré environ 150 silex taillés qui se rapportent en plus grand nombre à la série à patine claire qu’à la série à patine blanche profonde des chantiers I-III, mais aucune trace de feu. En raison de la proximité de ces derniers, on peut suggérer qu’il s’agit des mêmes occupations.

2.5.2 - Sondage 7

18Entre le sondage 2 et la butte sud, d’une superficie de 1 m². Le granit est immédiatement atteint sous le mince sol actuel. Ce sondage est donc totalement négatif (aucune pièce lithique, absence de témoins de combustion).

2.5.3 - Sondage 8

19Entre la tour Vauban et l’actuel sémaphore, d’une superficie de 1 m². Une stratigraphie de près de 3 m, jusqu’au socle, a pu être relevée ; aucune pièce lithique et aucune trace de feu n’ont été rencontrées.

2.5.4 - Sondage 4

20Au nord-est de la butte de la tour Vauban, d’une superficie de 1 m². Stratigraphie d’environ 2,50 m, dont la moitié pour la plage eemienne à la base. Deux pièces dans le limon brun clair, une pièce à patine claire gris-blanc, vermiculée ; environ 20 pièces à patine blanche profonde, parfois roulées, et des charbons de bois au sommet de la plage eemienne.

2.5.5 - Sondage 5

21Dans la partie centrale du Fort donc relativement loin des deux buttes, à l’est d’une butte artificielle de remblais sableux accumulés autour de batteries de la deuxième guerre mondiale, d’une superficie de 1 m². Stratigraphie d’environ 4 m. La base des limons, la formation hétérogène ruisselée et la partie supérieure de la plage ont livré une quinzaine de silex taillés à patine blanche profonde souvent émoussés, parfois roulés. Les mêmes horizons ont livré des traces de feu (charbons de bois, sédiment rubéfié).

2.5.6 - Sondage 3

22Pratiqué dans le talus bordant au nord-est l’accès au Port aux Dames, ce sondage est situé immédiatement au pied sud de la butte nord (ancien sémaphore). Très limité dans un premier temps (1984), il a été agrandi à environ 2 m², en raison de sa richesse en industrie lithique, lors de l’ultime campagne de 1985. À partir de la base du talus, c’est-à-dire à partir du chemin, il a livré une stratigraphie développée sur environ 2,50 m et des industries lithiques à plusieurs niveaux et notamment à la base du limon homogène sommital (pièces à patine gris bleuté ou blanche) et dans le head, à 40 cm au minimum sous le niveau précédent (pièces à patine bleutée claire).

2.5.7 - Coupes - sondages 1-6-9

23Il s’agit d’une coupe longue d’environ 25 m, constituée par la construction, dans les années 1980, d’un court de tennis, au pied nord-est de la butte nord (ancien sémaphore), qui culmine à 20 m NGF. Cette coupe a été observée en trois endroits, soit sur une longueur cumulée de 13 m (fig. 12). De plus, dans la partie nord, la coupe a été reculée, de sorte qu’une banquette de 6 m de longueur sur 1 m de largeur en moyenne a pu faire l’objet d’une fouille. En raison de l’intérêt de la stratigraphie, la plus dilatée de toute la Hougue (4 m), de l’abondance de l’industrie lithique et du fait que le socle n’ait pu être atteint en 1984, ces coupes-sondages 1-6-9 ont entraîné la réalisation, en 1985, d’une ultime campagne limitée à cet important secteur et au sondage 3.

24Quelques centaines d’artefacts, dont des outils, un percuteur en grès quartzite et quelques exemplaires brûlés, ont été recueillis, en position remaniée ou, pour le plus grand nombre, en place dans les horizons de la dune au head. Ils présentent des patines variées, mais on retrouve les séries claire et blanche profonde des chantiers I-III.

Fig. 12 : Chantier VI : coupe/sondage 9.

Fig. 12 : Chantier VI : coupe/sondage 9.

2.5.8 - Sondage 10

25Entre les coupes-sondages précédents et la caserne, d’une superficie de 1 m². Ce sondage a recoupé une fosse dépotoir d’époque moderne. Les horizons quaternaires n’ont livré ni industrie lithique, ni trace de feu.

3 - Les dépôts du pléistocène supérieur de la Hougue

26La Hougue de Saint-Vaast avait, selon les cartes anciennes, l’aspect d’un îlot allongé nord-sud, rattaché au continent par un tombolo de galets dont le cordon du Crau est vraisemblablement un vestige. Cet îlot est constitué par une échine de granite cadomien (précambrien) avec des versants, en pente forte, modelés par quelques petits vallonnements en berceau qui ont servi de pièges à sédiments. L’échine présente deux points culminants, l’un, resté dans son état naturel, atteint 20 m NGF, l’autre porte la puissante tour Vauban. Le versant ouest donne sur l’anse abritée du Cul de Loup et le versant est regarde vers le grand large. Côté ouest, une série de petites coupes, situées en dehors des fortifications, permettent l’observation de divers sédiments : plage marine ancienne conservée dans des couloirs et des anfractuosités du granite diaclasé, sables ferruginisés, sables limoneux, head, limons brunâtres. Cependant, c’est en 1984 et 1985, que le dégagement de coupes et le creusement de fosses à l’intérieur des fortifications, a permis de mieux cerner la succession des dépôts pléistocènes et de situer ceux-ci dans un cadre dynamique, chronostratigraphique et paléoclimatique. Les données acquises ont permis un réexamen des coupes extérieures au fort (fig. 13).

3.1 - Les coupes du tennis.

27L’ensemble de trois coupes (du sud au nord, VI-6, VI-9 et VI-1) dégagé près du terrain de tennis réalisé par la Marine nationale, auquel s’ajoutent deux sondages à la tarière, a fourni la série de dépôts la plus complète (fig. 12 & 13). Les coupes tranchent les formations plaquées sur la moitié inférieure du versant exposé à l’est, à l’aplomb d’un petit berceau. De bas en haut se succèdent :

28- la roche en place, diaclasée, atteinte à la base de la coupe VI-6, où elle est surmontée par une mince couche de sable marin grossier enrichi en arène granitique lavée, et au pied de la coupe VI-1 où elle porte des gros blocs ;

29- les restes d’un dépôt marin qui subsistent dans les anfractuosités du granite et entre les blocs : galets, graviers, sables grossiers (coupe VI-1). Tous les galets : granite, aplite, grès, quartzite, silex, schistes, sont sains. Grâce aux nivellements pratiqués dans l’enceinte du fort, il est possible de préciser l’altitude du dépôt : 7,8 m NGF ;

30- une dune de sable fin à moyen, quartzeux et feldspathique, homogène, dont l’épaisseur maximum est de trois mètres. Elle recouvre en VI-1 les blocs et les restes de la plage et, en VI-6 s’appuie sur un head peu épais qui a subi une recarbonatation et une légère illuviation d’argile. Il apparaît donc que la dune était à l’origine carbonatée. La matrice du head étant formée de sable dunaire, il est vraisemblable qu’il s’agisse d’une coulée de blocaille locale descendue au moment où la dune commençait à se constituer. Donnée importante, au sommet de la dune, en VI-6, subsistent les restes d’un sol lessivé rougeâtre (5YR4/6 à 5YR5/6) et, en dessous, une illuviation en bandes s’est développée sur 80 à 100 cm dans le corps de la dune ;

31- une unité silto-limoneuse formée de limons remobilisés par gélifluxion et par ruissellement, lités, de couleur brune (7,5YR5/6) qui viennent raviner la dune en incorporant dans leur partie inférieure des paquets de celle-ci (VI-9). Latéralement les limons se chargent en sable dunaire (VI-1 et VI-6) et localement, selon un axe de drainage préférentiel, ils ont été lessivés et blanchis, panachage 10YR6/8 et 7,5YR5/6 ;

32- un head, présent dans les trois coupes, dont l’épaisseur va de 100 à 150 cm, qui a raviné et tronqué tous les dépôts préexistants. Les blocs, issus du granite par délogement et gélifraction, sont de grande taille vers la base et plus petits et plus calibrés vers le sommet. Dans la partie inférieure, la matrice est formée d’arène granitique mélangée à du sable dunaire et, dans la partie supérieure elle devient silto-limoneuse. Des illuviations argileuses brunes sont visibles localement au sommet du head (coupe VI-1) ;

33- des sablons homogènes d’origine éolienne, légèrement lités, (VI-9 et VI-1) passant progressivement à un silt limoneux (VI-9 et VI-1). Dans la coupe VI-1, où ils sont le mieux représentés et dans la coupe VI-9, apparaissent un Bt en bandes, veines brunes (7,5YR5/6), veines claires (10YR7/4) et, au sommet, les restes d’un Bt massif de sol brun lessivé (lehm) (7,5YR5/6).

3.2 – Sondages divers creusés à l’intérieur du fort

34Deux des sondages n’ont apporté aucun renseignement intéressant le VI-7 où le granite était très proche et le VI-2 qui a traversé un remblai. Les cinq autres ont fourni des données sur la stratigraphie et la répartition des dépôts.

3.2.1 - Songage VI-3 creusée près du Port aux Dames

35De haut en bas la succession est la suivante : 70 à 100 cm de matériau remanié par des talutages, 55 cm de limon homogène, 75 à 90 cm de head à matrice sablo-limoneuse, 100 cm de limons sableux lités par gélifluxion et ruissellement incorporant des paquets de sable dunaire (teintes de fond 7,5YR5/6 à 10YR5/4, zones sableuses claires 10YR4/6 à 6/6), plage de galets et de graviers. La coupe étant orientée selon la ligne de grande pente, les limons lités offrent de belles structures de gélifluxion : ondulations, flammes, crochets. Les galets de la plage : granite, aplite, grès, quartzites blancs et rouges, schistes verts, noirâtres et lie-de-vin, sont tous sains. Le platier est à la cote 3,2 m NGF.

Fig. 13 : Séquences stratigraphiques de l’îlot de la Hougue.

Fig. 13 : Séquences stratigraphiques de l’îlot de la Hougue.

3.2.2 - La fosse VI-3

36Elle montre la même succession de dépôts que les coupes du tennis. Cependant, les travaux ont détruit le sol brun lessivé de surface et tronqué le limon éolien. De même, la dune a été totalement démantelée, seuls les paquets repris dans les limons géliflués prouvent qu’elle a existé.

3.2.3 - Sondage VI-10, près de la caserne

37Creusée devant le bâtiment principal de la caserne, il n’a pas livré tout ce qu’on aurait pu attendre, car son emplacement s’est trouvé correspondre à celui d’un dépotoir ouvert au xviie siècle. Néanmoins, sous un remblai, épais de 50 à 60 cm, formé de blocs de granite, se trouvent des limons sableux présentant des structures lamellaires dues au gel-dégel et renfermant des petits blocs de granite dispersés, des granules issus de l’arène granitique et des charbons de bois épars. En dessous, viennent un head à matrice sablo-limoneuse claire (10YR5/8) épais en moyenne de 80 cm, puis des limons géliflués possédant des structures feuilletées et grumeleuses. La base des dépôts est constituée par un sable de plage de taille moyenne, légèrement argileux, ainsi que de graviers et de galets pris dans les anfractuosités du substrat aplitique. Le platier est à l’altitude de 2,3 m NGF. La série de dépôts de la fosse VI-10 est apparentée à celles précédemment décrites mais on note l’absence de dune sur le matériau de la plage. Cette fosse est située à 50 m du versant (falaise fossile) contre lequel l’essentiel du sable dunaire est accumulé.

3.2.4 - Sondage VI-5

38Située comme le sondage VI-10 sur le versant oriental de la Hougue, à la même distance, 50 m, du pied de la falaise fossile, le sondage VI-5, profond de 4 m, donne de haut en bas, la succession suivante :

39- 0 à 50 cm, limon remanié par des actions anthropiques ;

40- 50 à 100 cm, limon éolien homogène avec Bt du sol brun lessivé de surface ;

41- 100 à 200 cm, limon homogène (B2t et BC du sol) ;

42- 200 à 310 cm, limon homogène légèrement argileux ;

43- 310 à 350 cm, formation hétérogène, sableuse, argilo-limoneuse, graveleuse, ruisselée, litée, de teinte panachée, ocre et rouille, devenant rougeâtre à proximité d’anciens foyers ;

44- 350 à 355 cm, localement, sol brûlé et charbons de bois ;

45- 355 à 400 cm, plage à matériau bien calibré et peu grossier.

46Le platier est à l’altitude 2,1 m NGF. Il n’y a pas de head ni de dune, par contre la couverture de limons éoliens est épaisse. Des charbons de bois sont dispersés dans la formation ruisselée et au sommet de la plage.

3.2.5 - Sondage VI-4

47Situé à l’est et proche du point élevé qui porte la tour Vauban, le sondage VI-4 est à environ 20 m de la falaise fossile. De haut en bas, ont été traversés : 40 cm de limon remanié par des actions anthropiques, 40 cm de limon argileux, homogène, brun clair, puis une formation hétérogène, épaisse de 50 cm, mélange de limon, de sable dunaire et d’arène granitique, renfermant des blocs anguleux de granite et des galets, présentant des structures de ruissellement et de solifluxion, équivalent d’un head, et, enfin, une plage, épaisse de 125 cm, avec imbrication de lentilles sablo-graveleuses et de lentilles de galets dont le grand axe peut atteindre 10 à 15 cm. Le sommet du matériau de la plage a été déplacé par cryoreptation. En un point, il est surmonté par un paquet de sable dunaire lui-même remanié. Des charbons de bois sont dispersés dans le sommet de la plage. Le platier est à l’altitude de 3,5 m NGF.

3.2.6 - Sondage VI-8

48Creusé sur le versant, exposé à l’ouest, du relief portant la tour Vauban, ce sondage, dont la base (roche granitique) est à 6,2 m NGF, n’a mis au jour aucun dépôt marin mais seulement des dépôts de pente ou d’origine éolienne. Sous un remblai épais de 40 cm apparaissent de haut en bas, un limon sableux, épais de 40 cm, avec Bt de sol brun lessivé et glosses déformées par fauchage, un limon homogène, épais de 50 cm, avec une illuviation en bandes peu marquée, un limon à structures lamellaires, épais de 55 cm, avec une légère illuviation d’argile, un head, épais de 45 cm, à matrice limoneuse, un limon lité, épais de 60 cm, brun (7,5YR5/6) incorporant des lits d’arène.

3.3 - Chantiers extérieurs au fort

49Les diverses petites coupes du chantier V, au nord-ouest de la Hougue, montrent les sédiments piégés dans les couloirs dégagés dans le granite. Il est possible de reconstituer la succession suivante, de bas en haut : vestiges de plage, restes de dune, dépôt de pente (limons bruns géliflués et ruisselés, mélanges limon-arène granitique, head). La couverture de limon éolien finale est soit absente, soit remaniée. Les limons bruns géliflués prennent parfois des couleurs panachées liées à des phénomènes locaux d’hydromorphie.

50Les chantiers I et II sont proches d’échines rocheuses modelant le versant ouest de la Hougue. Le head grossier est abondant. La dynamique périglaciaire a été plus intense sur la pente forte et ensoleillée de la butte qui porte le sémaphore ; les cycles gel-dégel y étaient plus nombreux. De plus, les actions de l’homme préhistorique ont nettement perturbé le milieu en particulier au chantier II.

51Sur le chantier I, la succession, de bas en haut, est : plage (épaisse de 30 à 40 cm), sable fin, argileux, rougeâtre (épais de 20 cm), remaniement possible du sol développé sur la dune connue dans d’autres coupes, limon sableux géliflué, avec blocs dispersés (épaisseur 30 cm), limon sableux à marbrures beiges, blanches, ocre, perturbé par l’homme préhistorique (épaisseur 70 cm), head remanié par les travaux de fortification (épaisseur 80 cm).

52Sur le chantier II, à la base des dépôts, se trouve les restes d’une plage piégés dans les anfractuosités du platier granitique dont l’altitude varie entre 3,10 et 3,40 m NGF. Au-dessus vient le sable fin et homogène, quartzeux et felspathique, d’une dune. Celle-ci est tronquée en biseau et son épaisseur maximale est de 60 cm. Elle conserve un reste de sol et des structures de gel lamellaires. Le ravinement de la dune s’est fait lors de la mise en place d’un limon sableux ruisselé, avec blocs de granite dispersés, épais de 30 cm, emballant des paquets de sable et de sol lessivé rougeâtre (7,5YR5/8), qui passe dans la partie sud du chantier à un head mince, à matrice sablo-limoneuse abondante, renfermant des lentilles de limon de petite dimension. Vient au-dessus une couche, d’environ 70 cm d’épaisseur, de limons remaniés par gélifluxion et par ruissellement, parfois feuilletés, avec des glosses déformées par fauchage, présentant des marbrures brunes (7,5YR5/6), beiges (10YR7/4) et blanchâtres (10YR7/2). Ces limons ont subi des phénomènes de lessivage et d’hydromorphie ainsi que des perturbations liées à l’implantation et à la vidange de foyers préhistoriques. La série se termine par un head à matrice limoneuse, épais de 180 cm, qui, à l’exception de sa base, a été repris en remblai lors des travaux du fort.

3.4 - Reconstitution de la série des unités sédimentaires

53En regroupant les données recueillies sur les diverses coupes et dans les fosses creusées, malgré les hiatus, il est possible de proposer, dans l’ordre de mise en place, la succession d’unités suivante :

54- plage marine ancienne reposant sur un platier situé entre 2,1 et 3,5 m NGF (chantiers I-II-V et coupes VI-3-4-5-10). Le sommet du sédiment marin est à 5 m NGF dans la fosse VI-4 et des cordons de tempête ont été poussés jusqu’à 7,8 m NGF au pied de la falaise exposée à l’est, c’est-à-dire vers le grand large (coupe VI-1) ;

55- dune de sable fin à moyen, médiane 160 à 250 micromètres, bien représentée dans les coupes VI-1-9-6 où elle a une épaisseur maximale de 3 m. Elle était visible sur les chantiers extérieurs II et V. Ailleurs, elle a été démantelée, des paquets étant repris dans des limons géliflués (coupe VI-9, fosse VI-3) ou dans la base d’un petit head (chantiers I et II). Elle a été affectée par le gel : petites fentes, structures lamellaires ;

56- sol lessivé rougeâtre développé sur la dune (coupe VI-6) détruit en même temps que celle-ci, paquets incorporés dans la base des limons géliflués à blocs ou dans celle d’un premier petit head (chantiers I et II) ;

57- limon sableux à blocs de granite dispersés ou, latéralement, petit head à matrice sablo-limoneuse ;

58- limons géliflués et ruisselés, localement grumeleux et feuilletés (coupe VI-6, fosses VI-3 et VI-10, chantiers I et II) parfois lessivé avec glosses (coupe VI-9, chantiers I et II). Ils ont été perturbés par les actions de l’homme préhistorique (chantiers I et II) ;

59- head grossier à blocs ravinant les dépôts antérieurs, présent dans tous les sites de pied de pente (coupes VI-1-9-6, fosses VI-3-8-10, chantiers I et II). Celui-ci disparaît avec l’éloignement du versant (fosse VI-5). Vers la base, la matrice est autochtone, mélange d’arène, de limon, de sable dunaire, vers le sommet elle a une origine éolienne, limon-sableux ;

60- limons éoliens, légèrement sableux, homogènes, présentant une illuviation en bandes (coupe VI-1, fosses VI-5 et VI-8) ;

61- sol brun lessivé de surface (coupes VI-1 et VI-9, fosse VI-5).

62La succession observée à la Hougue de Saint-Vaast est semblable à celle établie, pour d’autres parties du Val de Saire, à partir de coupes levées à Fermanville et Montfarville et de fosses creusées dans cette dernière commune (Coutard et al., 2005).

3.5 - Interprétation paléoclimatique et proposition d’une chronologie

63La plage ancienne de la Hougue fait partie d’un ensemble de plages, situées légèrement au-dessus des plus hautes mers actuelles, qui jalonne les côtes du Nord-Cotentin et des îles anglo-normandes et a été étudié en détail par H. Elhaï dans sa thèse (1963). Dites normaniennes puis bas-normaniennes, elles ont été toutes considérées par cet auteur et ses prédécesseurs comme datant du dernier interglaciaire Riss-Würm. Puis, après des travaux plus récents sur les sédiments qui les recouvrent et leur état d’altération (Lautridou, 1985 ; Coutard, 2003 ; Coutard & Cliquet, 2005), pour la majeure partie d’entre elles, l’attribution au dernier interglaciaire, l’Eemien ou stade isotopique marin (SIM) 5e a été confirmée. C’est le cas de celle de la Hougue dont les sédiments sont sains et sont recouverts par un seul ensemble de dépôts de pente et de limons éoliens mis en place pendant la dernière période froide, le Weichselien.

64Après la période tempérée interglaciaire donnant le haut niveau marin qui a mis en place la plage, un début de refroidissement (sous-stade 5d, Début Glaciaire) voit une baisse de ce niveau, l’abandon du pied de la falaise, la construction d’une dune, renfermant des structures de gel, et la descente de coulées de blocaille isolées. Ensuite, un réchauffement modéré, sous-stade 5c (Saint-Germain I, Brørup), permet le développement d’un sol lessivé rougeâtre sur la dune. Ce sol est connu dans le Cotentin, dans la même position, à Fermanville (Coutard & Cliquet, 2005) et au Rozel (Van Vliet-Lanoë et al., 2006).

65Le refroidissement qui suit a pour conséquence une reprise de l’érosion avec le démantèlement de limons anciens donnant, en bas de versant, des dépôts limoneux plus ou moins sableux, légèrement argileux, géliflués et ruisselés pour lesquels on dispose de deux dates OSL sur sédiments obtenues sur le chantier I, 89 ± 6 ka et 95 ± 8 ka, soit dans le sous-stade 5b, Début Glaciaire (Coutard & Cliquet, 2005). Le sommet de ces limons a subi une pédogenèse avec lessivage et formation de glosses qu’il est possible d’attribuer au sous-stade 5a (Saint-Germain II, Odderade). L’érosion se poursuit avec une gélifraction de la roche granitique et la mise en place d’un head que l’on peut placer dans le Pléniglaciaire inférieur. Une illuviation argileuse est visible à son sommet en quelques points. Il peut s’agir des vestiges d’une pédogenèse brunifiante datant du Pléniglaciaire moyen. Les limons éoliens qui terminent la série appartiennent au Pléniglaciaire supérieur, période majeure de transport éolien en Normandie (Lautridou, 1985).

4 - Réexamen taphonomique des structures

66Des travaux récents, notamment depuis les expérimentations «TRANSIT» menées en milieu périglaciaire actif (Texier et al., 1998), ont montré que les modifications des assemblages préhistoriques dans les milieux périglaciaires peuvent être rapides et importantes et déforment les structures anthropiques à la fois dans le sens horizontal et vertical (Texier, 2001). Les différents processus, qui agissent rarement de façon isolée, peuvent aboutir à la création de pseudo-structures anthropiques (Texier, 2000). Le réexamen de sites paléolithiques, Baume-Vallée (Bertran, 1994), Combe-Capelle (Texier & Bertran, 1995), La Ferrassie, (Texier, 2001), ont montré que les phénomènes périglaciaires étaient présents dans ces sites et que, contrairement à ce qui était admis, ce ne sont pas de simples accumulations gravitaires, leur mise en place n’étant pas sans conséquence pour la bonne conservation des niveaux archéologiques. La plupart des sites paléolithiques, contemporains de climats périglaciaires, ont, à un moment de leur histoire, rempli les conditions nécessaires au fonctionnement des processus périglaciaires qui ont modifié leur intégrité. Comme les études géomorphologiques l’ont montré (cf. 3.5) le gisement de Saint-Vaast-la-Hougue n’échappe pas à cette règle et un réexamen des structures (notamment de combustion) découvertes sur ce site, prenant en compte les phénomènes périglaciaires, a été effectué par l’un d’entre nous (Masson, 2010). Cette analyse montre que, s’il est indiscutable que l’homme est à l’origine des foyers, les différentes catégories de foyer distinguées lors de la fouille et dont la construction est attribuée à l’homme préhistorique (Thiébault et al., 1988), peuvent très bien résulter de l’action de phénomènes périglaciaires tels que la solifluxion ou les sols polygonaux. L’absence d’un référentiel expérimental, analysant les comportements des structures de combustion soumises à des alternances gel/dégel, ne permet pas une interprétation correcte des structures de combustion moustériennes de Saint-Vaast-la-Hougue.

5 - Conclusion

67Ce sont donc les deux buttes granitiques de la Hougue qui ont polarisé les occupations paléolithiques, avec une exception toutefois pour le sondage VI-5. Les deux secteurs sont très inégalement documentés, pour une raison circonstancielle qui est le maintien d’un lambeau de terrain naturel à l’extérieur du Fort au pied de la butte sud (tour Vauban et actuel sémaphore).

68Au pied sud de cette butte, deux occupations moustériennes ont été observées sur les chantiers I-III et II :

69- la plus ancienne se situe dans la partie supérieure remaniée de la plage eemienne. Elle est matérialisée par une industrie lithique abondante. La matière première utilisée, de mauvaise qualité, est le silex et très accessoirement le grès quartzite, de la plage ; le débitage est peu soigné. Il s’agit d’une série levalloisienne, non laminaire, avec des outils sur éclats et sans bifaces. Le débitage semble avoir été réalisé sur place. Les structures sont, de manière normale dans un horizon remanié, absentes.

70- la plus récente, et la plus originale, se situe dans les dépôts limoneux situés entre la plage (et pour le chantier II, la dune) et le head, correspondant au Début Glaciaire weichselien. Cette occupation est matérialisée au chantier I-III, par une industrie lithique plus fraîche, de bien meilleure qualité, de technique levalloisienne, avec de beaux racloirs. Les structures (petits amas de débitage, foyers) sont nombreuses. L’étroitesse de la partie conservée et fouillée ne permet pas d’aller très loin dans l’interprétation de cette zone, mais les activités variées qui y ont été réalisées, débitage de silex, aménagement de foyers, utilisation d’outils, évoquent un lieu d’habitat. Au chantier II, la présence humaine est marquée par une étonnante concentration de structures de combustion, à peu près sans industrie lithique ; cet endroit ne semble pouvoir être interprété que comme un lieu d’activités spécialisées liées au feu.

71Ces occupations se retrouvent au sondage VI-4 au nord-est de la même butte.

72L’extension de ces occupations ne peut être estimée puisque le gisement est devenu très étroit sous l’effet d’une double troncature (érosion marine et travaux de génie militaire d’époque moderne), mais c’est le pied de butte, exposé au sud-ouest, qui paraît avoir été recherché.

73La butte nord (ancien sémaphore) a été occupée aux deux endroits qui ont fait l’objet d’investigations limitées. Les Moustériens se sont installés au pied du flanc nord-est de la butte. Les nombreux témoins lithiques qu’ils ont abandonnés à cet endroit se situent dans les horizons qui vont de la plage au head ; on retrouve donc les occupations des chantiers principaux, extérieurs au Fort. Enfin, au sud de la même butte, les Moustériens se sont également installés à plusieurs reprises, et l’une des occupations pourrait être la plus tardive de l’ensemble du site de la Hougue. Le caractère trop limité des sondages ne permet pas d’estimer l’extension des occupations, mais c’est le pied de la butte qui, là aussi, semble concerné. L’absence de toute trace dans le sondage VI-10 pourtant proche, vient étayer cette hypothèse. Enfin, la découverte en prospection, de pièces lithiques à l’extérieur du Fort, à l’ouest de cette butte, montre que le flanc ouest, bien abrité dans l’anse du Cul de Loup, a également accueilli les Moustériens.

74La presque totalité des artefacts et des structures préhistoriques a donc été trouvée au sommet remanié des dépôts marins et dans les limons géliflués et ruisselés. L’occupation préhistorique est donc attestée depuis la fin de l’interglaciaire eemien, le début de la régression libérant le pied de falaise, et se poursuit pendant le Début Glaciaire, période pendant laquelle l’homme a pu bénéficier de réchauffements interstadiaires. L’occupation préhistorique se place dans le créneau temporal 115-75 ka. Dans cette longue durée, l’occupation n’a bien évidemment pas été continue. Deux groupes chronologiques d’occupation ont été reconnus, ils sont séparés par un laps de temps de durée inconnue. De plus ces occupations, parfois épaisses, comportent sans aucun doute plusieurs niveaux, séparés par des intervalles de temps également inconnus, qui n’ont pu être précisés à la fouille, malgré la conscience de ce problème et la vigilance exercée.

75Les travaux conduits de 1978 à 1985 ne concernent en fait qu’une infime partie du gisement de la Hougue, qui comporte donc d’importantes « réserves » archéologiques. Avec le Crau et l’île de Tatihou, on a affaire à une étonnante concentration d’occupations moustériennes datables de la fin de l’Eemien et du Début Glaciaire weichselien.

Haut de page

Bibliographie

BERTRAN P., 1994 - Dégradation des niveaux d’occupation paléolithiques en contexte périglaciaire : exemples et implications archéologiques. Paléo, 6, 285-302.

CLIQUET D., 1994 - Le gisement paléolithique moyen de Saint-Germain des Vaux/Port-Racine (Manche) dans son cadre régional. Essai palethnographique. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liége, 63, 648 p.

CLIQUET D. & GHESQUIÈRE E., 2010 - Le Paléolithique et le Mésolithique en Basse-Normandie (-350000 à -5100 av. J.-C.). In Bilan de la recherche archéologique 1984-2004. 1, Préhistoire-Protohistoire. Direction Régionale des Affaires Culturelles de Basse-Normandie, Service Régional de l’Archéologie, Caen, 11-54.

COUTARD S., 2003 - Formations quaternaires en bordure d’une mer épicontinentale, la Manche. Tectonique, eustatisme, climat et occupations humaines. Exemple du Val de Saire (Normandie, France). Thèse de Doctorat, Université de Caen, Caen, 445 p.

coutard S. & Cliquet D., 2005 - Chronostratigraphie des formations pléistocènes et peuplement paléolithique en contexte littoral : le Val de Saire (Normandie). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 102 (3), 477-499.

Coutard S., Lautridou J.-P. & Rhodes E., 2005 Discontinuités dans l’enregistrement des cycles interglaciaire-glaciaire sur un littoral en contexte intraplaque. Exemple du Val de Saire (Normandie, France). Quaternaire, 16 (3), 217-227.

ELHAÏ H., 1963 - La Normandie occidentale entre la Seine et le golfe normand-breton. Étude morphologique. Imprimerie Bière, Bordeaux, 624 p.

FOSSE G., 1983 - Durée et périodicité d’occupation sur le site moustérien de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche). In Circulation et échanges : le déplacement et le séjour : Séminaire sur les structures d'habitat, Collège de France, Paris, 1983. Laboratoire Ethnologie Préhistorique, 201-208.

FOSSE G., 1989 - Quelques réflexions sur l’apport du gisement moustérien de Saint-Vaast-la-Hougue (France) à l’Ethnologie du Paléolithique moyen. In M.-L. Patou-Mathis, L.G. Freeman & M. Otte (eds.), L’Homme de Néandertal. Vol. 6, La subsistance. Actes du colloque international de Liège, 4-7 décembre 1986. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 33. Université de Liège, Liège, 63-68.

Fosse G., Cliquet D. & Vilgrain G., 1986 Le Moustérien du Nord-Cotentin (Département de la Manche). Premiers résultats de trois fouilles en cours. In A. Tuffreau & J. Sommé (eds.), Chronostratigraphie et faciès culturels du Paléolithique inférieur et moyen dans l’Europe du Nord-Ouest, 22e Congrès Préhistorique de France, Lille, 2-7 septembre 1984. Bulletin de l'Association française pour l'étude du Quaternaire, 26 Suppl. Association Française pour l’Etude du Quaternaire, Paris, 141-155.

GUETTE C., 1999 - Saint-Vaast-la-Hougue / Le Fort. Site moustérien Chantier II, série inférieure. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 84 p.

GUETTE C., 2000 - Révision critique du concept de débitage levallois à travers l’étude du gisement moustérien de Saint-Vaast-Ia-Hougue/le Fort (Chantier I-lll et II) (Manche, Nord-Cotentin) et étude comparative technologique étendue à quelques sites. Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 2 vol., 67 & 47 p.

GUETTE C., 2002 - Révision critique du concept de débitage levallois à travers l’étude du gisement moustérien de Saint-Vaast-la-Hougue/le Fort (chantiers I-III et II, niveaux inférieurs) (Manche, France). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 99 (2), 237-248.

Lautridou J.-P., 1985 - Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du nord-ouest et plus particulièrement en Normandie. Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen, 908 p.

MASSON B., 2010 - Structures de combustion et structures périglaciaires. Ré-examen taphonomique des structures de combustion moustériennes de Saint-Vaast-la-Hougue (50). P@lethnologie, 2, 5-23.

MICHEL D., 1974 - Contribution à l’étude du Paléolithique inférieur et moyen de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche). Mémoires de la Société Nationale des Sciences Naturelles et Mathématiques de Cherbourg, 56, 23-88.

TEXIER J.-P., 2000 - A propos des processus de formation des sites préhistoriques. Paléo, 12, 379–386.

TEXIER J.-P., 2001 - Sédimentogenèse des sites préhistoriques et représentativité des datations numériques. In J.N. Barrandon, P. Guibert & V. Michel (dir.), Datation. XXIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes : actes des rencontres, 19-20-21 octobre 2000. Editions APDCA, Antibes, 159-175.

TEXIER J.-P. & BERTRAN P., 1995 - Les dépôts du site moustérien de Combe-Capelle bas (Dordogne) : leur signification dynamique et paléoenvironnementale. Paléo, 7, 27–48.

TEXIER J.-P., BERTRAN P., COUTARD J.-P., FRANCOU B., GABERT P., GUADELLI J.-L., OZOUF J.-C., PLISSON H., RAYNAL J.-P. & VIVENT D., 1998 - TRANSIT, an experimental archaeological program in periglacial environment: Problem, methodology, first results. Geoarchaeology, 13 (5), 433-473.

THIÉBAULT S., FOSSE G. & CLIQUET D., 1988 Déterminations anthracologiques sur deux gisements moustériens du Nord-Cotentin en Normandie. Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 35, 9-19.

VAN VLIET-LANOË B., CLIQUET D., AUGUSTE P., FOLZ E., KEEN D., SCHWENNINGER J.-L., MERCIER N., ALIX P., ROUPIN Y., MEURISSE M. & SEIGNAC H., 2006 - L’abri-sous-roche du Rozel (France, Manche) : un habitat de la phase récente du Paléolithique moyen dans son contexte géomorphologique. Quaternaire, 17 (3), 207-258

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de l’îlot de la Hougue.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-1.png
Fichier image/png, 352k
Titre Fig. 2 : J.-P. Lautridou devant la coupe de la micro-falaise marine près du chantier II ; à l’arrière-plan : relevés topographiques sur le Chantier I.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Titre Fig. 3 : Vue aérienne de l’îlot de la Hougue avec localisation des différents chantiers
Crédits cliché de jcpetro dans Google Earth.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-3.png
Fichier image/png, 309k
Titre Fig. 4 : Localisation des opérations archéologiques sur un fond de carte topographique de l’îlot de la Hougue, reconstitué d’après différentes cartes anciennes
Crédits DAO B. Masson
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 5 : Séquence stratigraphique du chantier I.
Légende A1/ substratum granitique et plage eemienne, C2/ sable limoneux, C3/ limon silteux ayant subi une pédogenèse de type lessivé glossique, D1-D2/ head à matrice sablo-limoneuse
Crédits DAO B. Masson
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-5.png
Fichier image/png, 51k
Titre Fig. 6 : Industrie lithique levalloisienne à patine claire (Chantier I, horizons supérieurs).
Crédits dessins B. Gauthier
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Titre Fig. 7 : Amas de silex du Chantier I, niveau supérieur
Crédits cliché G. Fosse
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-7.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 8 : Foyer en cuvette du Chantier I, niveau supérieur
Crédits cliché G. Fosse
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-8.png
Fichier image/png, 157k
Titre Fig. 9 : « Aménagement » de blocs de granite bruts
Légende Ce type de configuration pourrait en fait être lié à des sols polygonaux.
Crédits cliché G. Fosse.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-9.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 10 : Séquence stratigraphique du chantier II.
Légende A1/ substratum granitique et plage éémienne, C1/ dune de sable fin homogène à charge feldspathique, elle présente à son sommet un sol rouge lessivé, C2/ sable limoneux, C3/ limon silteux ayant subi une pédogenèse de type lessivé glossique, D1-D2/ head à matrice sablolimoneuse
Crédits DAO B. Masson
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-10.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 11 : Foyer dans le head du Chantier II
Crédits cliché G. Fosse
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-11.png
Fichier image/png, 213k
Titre Fig. 12 : Chantier VI : coupe/sondage 9.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-12.png
Fichier image/png, 165k
Titre Fig. 13 : Séquences stratigraphiques de l’îlot de la Hougue.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6757/img-13.png
Fichier image/png, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Fosse, Jean‑Pierre Coutard, Bertrand Masson et Jean‑Claude Ozouf, « Le site moustérien de la Hougue à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) : implantations et activités humaines, synthèse stratigraphique », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 359-372.

Référence électronique

Gérard Fosse, Jean‑Pierre Coutard, Bertrand Masson et Jean‑Claude Ozouf, « Le site moustérien de la Hougue à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) : implantations et activités humaines, synthèse stratigraphique », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6757 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6757

Haut de page

Auteurs

Gérard Fosse

Service régional de l’Archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, 4 rue du Lombard, F-59049 LILLE cedex. Courriel : gerard.fosse@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Jean‑Pierre Coutard

UMR 6143 du CNRS, Morphodynamique continentale et côtière, Centre de Géomorphologie du CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN.

Bertrand Masson

Service régional de l’Archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais, 4 rue du Lombard, F-59049 LILLE cedex. Courriel :bertrand.masson@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Jean‑Claude Ozouf

UMR 6143 du CNRS, Morphodynamique continentale et côtière, Centre de Géomorphologie du CNRS, 24 rue des Tilleuls, F-14000 CAEN.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org