Navigation – Plan du site

Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques »

Palaeolithic settlements of Normandy in their chronostratigraphic context: “archaeological scraps”
Dominique Cliquet
p. 303-314

Résumés

Cette contribution est le fruit de la révision de sites anciennement fouillés et analysés dans le cadre de travaux effectués, depuis les années 1970, en liaison avec les géomorphologues du Centre de Géomorphologie de Caen, puis, dans les années 1980, dans le cadre du « Groupe Seine » et du projet relatif à « l'Homme et la Mer » et enfin, dans le cadre du Projet Collectif de Recherche « Les Premiers Hommes en Normandie » constitué en 2000. Cet article intègre les résultats issus de nombreux gisements dont le bilan sédimentaire est souvent peu dilaté car affecté de hiatus ; pourtant ces « bribes archéologiques » participent à la connaissance des premiers peuplements de la Normandie et permettent d'écrire une « histoire de la préhistoire ancienne » dans son cadre environnemental.Les premiers peuplements attestés sont associés aux formations alluviales et limoneuses de la vallée de la Seine à Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Ils se rapportent à l’Acheuléen et datent des stades isotopiques marins (SIM) 11 et 10. En Basse-Normandie, les occupations les plus anciennes mises au jour sont associées à des niveaux de plages anciennes et se rapportent au SIM 9. Comme fréquemment en Europe du Nord-Ouest, les implantations de la fin du Pléistocène moyen s’inscrivent dans le SIM 7 et le début du SIM 6. Les assemblages lithiques se rapportent à l’Acheuléen, mais surtout à la phase ancienne du Paléolithique moyen. L’originalité de la Normandie réside dans l’exceptionnelle conservation de niveaux d’occupation sur trois sites datés par TL et OSL de l’optimum eemien, en contexte littoral et en doline. Comme dans toute la France septentrionale, ce sont les occupations du début du Dernier Glaciaire (entre 112 et 72 ka) qui sont les mieux préservées et les plus nombreuses, cependant quelques implantations prennent place durant le Pléniglaciaire inférieur. L’occupation de la Normandie s’effectue de manière ponctuelle au Pléniglaciaire moyen (55 à 30 ka) avant de reprendre de l’ampleur au Tardiglaciaire (15 ka à 11 ka) avec les cultures de la fin du Paléolithique supérieur.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Jean-Pierre Coutard, Sylvie Coutard, Jean-Luc Locht et Emilie Goval qui ont eu la tâche ingrate de faire la relecture de cette contribution, notamment pour leurs conseils avisés qui ont permis d’améliorer le texte initial.

1 – Introduction

1Les occupations humaines du Pléistocène en Normandie ont déjà fait l’objet de divers articles, notamment dans la revue Quaternaire, dont un portant sur le Pléistocène supérieur (Lautridou & Cliquet, 2006) et un second sur le Pléistocène moyen (Cliquet & Lautridou, 2009). Par ailleurs, certains espaces géographiques ont fait l’objet de nouvelles études et/ou de révision, comme le Val de Saire (Basse-Normandie) dans le cadre d’une thèse soutenue par S. Coutard (2003) ou le Pays de Caux (Haute-Normandie), toujours dans le cadre d’un mémoire de doctorat, défendu par C. Guette (2007). D’autres investigations sont en cours. Parallèlement, un important programme de datation a été mis en place, voici une douzaine d’années, visant à constituer un cadre chronologique des occupations paléolithiques et des grands évènements paléoclimatiques de Normandie et des Iles anglo-normandes. Ce programme s’inscrit dans le cadre d’un projet collectif de recherche consacré aux « Premiers Hommes en Normandie » en partenariat avec les laboratoires de Bordeaux III, de Gif-sur-Yvette, de l’Institut de Paléontologie Humaine à Paris, de Montréal et d’Oxford. Enfin, toujours dans le cadre de ce projet collectif de recherche, notre connaissance s’est enrichie des résultats des opérations de terrain conduites tant dans le domaine de l’archéologie préventive (Guichainville - Le Vieil-Evreux / Le Long-Buisson, Tourville-la-Rivière / La Fosse-Marmitaine) que dans celui de l’archéologie programmée (Saint-Brice-sous-Rânes (Orne), Le Rozel (Manche), Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime)…).

2Ce sont ces principaux résultats que je vais tenter de synthétiser, en offrant une plus large part aux sites paléolithiques non encore publiés, dont le faible bilan sédimentaire n’autorise souvent qu’une approche globale faute de pouvoir établir une chronostratigraphie fine. Bien que moins bien documentés que les gisements de référence, ces derniers participent à la connaissance des peuplements pléistocènes de la Normandie et des îles Anglo-Normandes.

2 - Propos liminaires

3Entre les années 1970 et 1985, les études conduites de la pointe de la Bretagne aux Pays-Bas ont permis de réviser la chronologie des grandes séquences climatiques et des évènements qui leurs sont liés, établie dans l’ouest de la France, et de proposer un schéma chronostratigraphique se raccordant à la chronologie nordique (Lautridou & Sommé, 1974 ; Lautridou, 1982 ; Lautridou, 1985 ; Lautridou, 2003). Concomitamment, l’étude des systèmes de terrasses alluviales et de paléo-estuaires s’est poursuivie (Pellerin et al., 1970 ; Lécolle, 1989 ; Lautridou et al., 1984), en tenant compte d’une part, de la mise en place du régime des glaciations, d’autre part, de la surrection du continent qui génère l’encaissement du réseau hydrographique. Les variations du niveau marin ont influé sur le développement des karsts littoraux en contexte crayeux et calcaire, et sur la nature des remplissages des réseaux et des dolines (Rodet, 1992 ; Delagnes & Ropars, 1996 ; Cliquet et al., 2008a, Cliquet et al., sous presse).

4Parallèlement, sur l’importante frange littorale de la province normande, les formations continentales de couverture (head, loess, paléosols) et les plages dites perchées ont été aussi repositionnées dans le cadre de la chronostratigraphie nordique (Coutard et al., 1979 ; Lautridou, 1985) puis des stades isotopiques marins (SIM) (Antoine et al., 1998 ; Lautridou et al., 1999b ; Coutard, 2003).

5Enfin, les travaux relatifs aux formations superficielles continentales se sont initialement focalisés sur les loess, mettant en évidence une succession de cycles glaciaire / interglaciaire, dont la coupe de référence la plus spectaculaire est celle de la briqueterie de Saint-Pierre-lès-Elbeuf en Seine-Maritime où quatre cycles ont pu être reconnus (Chédeville, 1894, 1896 ; Cliquet et al., 2009b). Les apports des années 1990/2000 consistent en la mise en évidence d’importants hiatus dans les enregistrements sédimentaires, ce qui complique le positionnement des occupations humaines pléistocènes dans un cadre chronostratigraphique précis (Antoine et al., 1994 ; Antoine et al., 2003b).

3 - La Normandie : quelques traits de la géomorphologie et de la géologie

6La Normandie présente une longue façade littorale sur la Manche, mer épicontinentale peu profonde dont le fond est constitué, outre de sables et de graviers de couverture, de substrats variés dont des calcaires jurassiques et des craies du Crétacé, riches en silex (fig. 1). Ces formations ont abondamment alimenté les cordons littoraux, principale, sinon exclusive, source de matière première pour les populations paléolithiques, en bordure des rivages et des plaines littorales de la Normandie armoricaine. Par ailleurs, au début des régressions, l’accès direct aux affleurements de craies crétacées à silex était déjà possible au large de la côte nord du Cotentin et entre les îles Chausey et Jersey.

Fig. 1 : Carte de localisation des pays constituant la Normandie.

Fig. 1 : Carte de localisation des pays constituant la Normandie.

7L’homme préhistorique a en outre pu exploiter les bancs de silex affleurant dans les falaises (littoral ou vallées) et les silex contenus dans les altérites anciennes, comme les argiles à silex qui tapissent les plateaux de la Normandie moyenne (plaine de Caen, Pays d’Auge) et de Haute-Normandie.

8Les fluctuations régressives-transgressives du niveau marin, liées aux cycles glaciaire-interglaciaire ont modelé le trait de côte, notamment les falaises principalement constituées de roches sédimentaires primaires, magmatiques et métamorphiques en Normandie armoricaine, et de calcaires et de craies en Normandie sédimentaire. Ces fluctuations ont ainsi façonné les plateformes d’abrasion marine et « sculpté » le littoral, offrant des refuges naturels aux paléolithiques : abris, pied de micro-falaises, cuvettes, couloirs…

9Parallèlement, au début de chaque période froide, les fleuves se sont encaissés créant de larges vallées à fond plat et ont tenté de se raccorder au niveau de base de plus en plus déprimé (le fleuve Manche), puis ont apporté en abondance sables, graviers et galets. Parmi les fleuves normands, l’Orne (Pellerin 1963, 1977) et le Bassin de la Seine ont particulièrement bien été étudiés (bibliographie détaillée dans : Lautridou et al., 1999a, 2003 ; Cordy et al., 2003). Le système de terrasses de l’Orne comporte quatre ensembles de nappes (fig. 2) dont la pente du profil longitudinal est de plus en plus accentuée vers l’aval. La plus récente, la nappe de fond, constituée d’alluvions fluviatiles weichseliennes (Fy), repose sur le bedrock calcaire entre -11 m à Caen et -30/35 m NGF à Ouistreham. La nappe alluviale saalienne (Fx), la mieux conservée, est recoupée à l’aval par des dépôts marins eemiens. Sa base se trouve à une altitude de +15 / 20 m autour de Caen et de +7 m à l’embouchure de l’Orne. La nappe elsterienne (Fw), apparaît beaucoup plus altérée et rubéfiée. Sa base se trouve à +22 m à l’embouchure de l’Orne et entre 30 et 40 m autour de Caen. Enfin la nappe alluviale du Pléistocène ancien (Fv), constituée de galets très altérés « culmine » à +55 m à l’embouchure de l’Orne et entre 58 m et 69 m près de Caen. Elle repose sur les sables marins du Pléistocène ancien, qu’elle ravine.

10Depuis plus d’un million d’années, la Seine s’est quant à elle encaissée par étapes successives en donnant des nappes alluviales étagées tout en formant d’amples méandres mobiles (Alduc et al., 1979 ; Lautridou, 1982, 1985 ; Lefebvre et al., 1994 ; Antoine et al., 2000, 2003a).

11Cela se traduit depuis l'aval des Andelys jusqu'au Havre, par un étagement de huit grandes terrasses, entre 100 m NGF et -10 m, schéma bien différent de celui décrit par F. Lécolle (1989) en amont qui comporte seize petites nappes regroupées en trois ensembles. Comme le soulignait J.-P. Lautridou « la Seine aval comporte moins de terrasses que la Somme (Antoine et al., 2000) qui en a dix, correspondant chacune à une période froide. En fait, la célèbre basse terrasse de Tourville contient l'enregistrement fluviatile et éolien de trois périodes froides anté-weichseliennes avec deux paléo-estuaires intercalés, attribués aux stades isotopiques 7 et 9 » (Cliquet & Lautridou, 2009). Les occupations paléolithiques du bassin de la Seine (fig. 3) ont déjà été évoquées à plusieurs reprises (Lautridou & Cliquet, 2006 ; Cliquet & Lautridou, 2009). Elles s’inscrivent soit dans les alluvions fines d’origine fluviatile et/ou estuarienne du fleuve, soit dans les loess et les paléosols sus-jacents aux terrasses.

4 - Les peuplements paléolithiques dans leurs contextes chronostratigraphiques et paléoenvironnementaux

12La révision du cadre chronostratigraphique, notamment fondé sur les datations radiométriques, nous a amené à reprendre l’analyse de sites anciennement fouillés, pour certains publiés, et à entreprendre une prospection systématique, complétée par des sondages, de certains espaces géographiques qui n’avaient pas livré jusqu’alors de témoignages d’occupations du Pléistocène. Les « ambiances » paléoenvironnementales sont essentiellement « déduites » des observations géomorphologiques mises en perspective avec les éléments structurants du relief (géographie, géologie, hydrographie). En effet, peu de sites conservent des éléments de flores et/ou de faunes, ainsi que des paléosols spécifiques, permettant une reconstitution fiable des paléoenvironnements. Cela tient aux conditions de gisement ; un grand nombre de sites a été affecté par les phénomènes érosifs, comme l’atteste l’importance des hiatus (notamment pour le début du Dernier Glaciaire dans le Pays de Caux). L’ampleur et l’impact de ces hiatus ont été importants à plusieurs reprises, notamment pendant le dernier cycle interglaciaire-glaciaire (Lautridou & Cliquet, 2006). De ce fait, les témoins lithiques se trouvent souvent en position dérivée et ne comportent plus les éléments de très petite taille, emportés par lessivage. Les vestiges fauniques sont de plus rarement conservés dans les sites archéologiques, excepté en contexte fluviatile, du fait de la décarbonatation des sédiments et de l’acidité des sols et des substrats. Cependant, notons que de très nombreuses mentions de silex taillés associés à des restes de grands mammifères figurent dans les inventaires de la fin du xixe siècle et du début du xxe (Coutil, 1894). Ce sont principalement des gisements en carrières ou en ballastières qui exploitent les épaisses alluvions fines et grossières du Bassin de la Seine (Bordes, 1954). En Normandie armoricaine et dans les îles anglo-normandes, seuls quatre gisements fouillés et analysés depuis les années 1970 conservent des restes fauniques de grands mammifères (La Cotte de Saint-Brelade et la Cotte à la Chèvre à Jersey, Le Rozel et La Mondrée / Biéroc à Fermanville). Pour la Normandie moyenne et orientale, les vestiges de faune issus des travaux récents ne concernent aussi que quatre sites (Ranville, Epouville, Tourville-la-Rivière et Saint-Pierre-lès-Elbeuf).

13De rares gisements paléolithiques ont livré des éléments renseignant le couvert végétal : des charbons de bois à La Cotte de Saint-Brelade, au Rozel, à Port-Racine, à Fermanville / Les Longs-Camps, à Saint-Vaast-la-Hougue, et des spores et des pollens à La Cotte de Saint-Brelade, à Port-Racine, à Biéroc / La Mondrée sur la commune de Fermanville, et dans un coprolithe de hyène sur le site de Tourville-la-Rivière.

14Aussi, notre connaissance des environnements est-elle essentiellement fondée sur l’étude géomorphologique et paléopédologique des gisements paléolithiques.

Fig. 2 : Coupe synthétique du Quaternaire continental de la vallée de l’Orne dans la région de Caen (Calvados)

Fig. 2 : Coupe synthétique du Quaternaire continental de la vallée de l’Orne dans la région de Caen (Calvados)

(d’après Pellerin, 1977).

Fig. 3 : Profils longitudinaux des terrasses de la Seine de Vernon à la fosse du Cotentin (d’après Lautridou (1985) et Lericolais (1997), modifiés).

Fig. 3 : Profils longitudinaux des terrasses de la Seine de Vernon à la fosse du Cotentin (d’après Lautridou (1985) et Lericolais (1997), modifiés).

5 - Les occupations du Pléistocène moyen

5.1 - Les occupations antérieures au SIM 7

15Les témoignages d’occupations antérieures au SIM 7 sont relativement peu nombreux en raison des nombreux hiatus dus au démantèlement voire la quasi disparition des formations superficielles dans certains sites des Normandie moyenne et orientale. La récurrence des cycles glaciaire-interglaciaire a, d’une part démantelé les niveaux d’occupations de plein air implantés sur les plateaux et sur les versants, et, d’autre part, recouvert sous d’épais dépôts de pente les implantations de bas de versant et de pied d’aplombs rocheux. Ces phénomènes sont à l’origine de l’incorporation de silex taillés au dernier horizon érosif. Ceux-ci peuvent donc se rapporter à diverses occupations, parfois mêlées. Aussi, les gisements préhistoriques ne présentent-ils pas tous la même valeur informative.

16Cependant quelques sites privilégiés ont permis le piégeage de niveaux anthropiques : en pied de falaise crayeuse comme à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), ou en milieu karstique comme au Pucheuil à Saint-Saëns (Seine-Maritime), par exemple (fig. 4 & 5).

17Les plus anciens témoignages de peuplement en Normandie sédimentaire se rencontrent dans la vallée de la Seine, à la base de la séquence de la fameuse coupe de Saint-Pierre-lès-Elbeuf et dans des pièges karstiques, comme à Guichainville - Le Vieil-Evreux (Eure) ou à Saint-Saëns (Seine-Maritime), alors qu’ils sont associés à des formations littorales dans le département de la Manche.

Fig. 4 : Localisation des sites du Paléolithique inférieur et de la phase ancienne du Paléolithique moyen de Normandie.

Fig. 4 : Localisation des sites du Paléolithique inférieur et de la phase ancienne du Paléolithique moyen de Normandie.

Fig. 5 : Log synthétique de la succession des loess et des paléosols dans le Pléistocène normand

Fig. 5 : Log synthétique de la succession des loess et des paléosols dans le Pléistocène normand

d’après Lautridou, 1985.

5.1.1 - En Normandie armoricaine

18En Normandie armoricaine, la documentation apparaît discrète puisque seuls deux sites ont livré du mobilier qui daterait du SIM 9. Ce sont : l’éclat de façonnage de pièce bifaciale trouvé associé aux sables dunaires roux de la plateforme III de Gatteville (Manche, Coutard & Cliquet, 2005) et surtout le petit ensemble lithique mis au jour à la faveur d’un aménagement routier et en sondages à Barneville (Manche, Cliquet et al., 2008b) (fig. 6).

19Barneville (Manche)

20A Barneville, les dépôts associés aux artefacts sont constitués, à la base, de sables qui incorporent des graviers et des galets dispersés, puis de sables homogènes, qui attestent d’un haut de plage en début d’une phase transgressive accompagnée du façonnement d’un platier sur des schistes relativement tendres. Cet ensemble est surmonté d’une couche de galets elle-même recouverte d’un sable ocre. Enfin, le haut de la séquence comporte le sol holocène. Les artefacts ont été taillés ou abandonnés sur l’estran qui découvrait à marée basse et ont été rapidement recouverts par les sables intertidaux, ce qui les a protégés. Le haut de plage était alors plus en amont, vers le pied de la falaise. L’imbrication de sables et de cordons de galets qui, dans les coupes, achève la séquence de dépôt, indique le début d’une régression et le retour à une situation de haut de plage (Coutard in Cliquet et al., 2008b) (fig. 6). Sur la faible superficie ouverte, les artefacts ne comptent que dix objets qui témoignent de la production de galets aménagés sur les matières premières locales issues des cordons marins (schiste, quartzite) et du débitage d’éclats corticaux en silex pour certains transformés en outils retouchés (pièces à encoche(s) et racloir double). Le débitage sécant a été reconnu ainsi que la gestion de surface récurrente centripète qui n’est pas sans évoquer la méthode Levallois.

21Conclusion partielle : avant le SIM 7 en Normandie armoricaine

22Les témoins d’occupations antérieurs au SIM 7 sont rares dans le Massif armoricain « normand ». Ces implantations « acheuléennes » se trouvent à proximité de la paléofalaise, dans les formations littorales de la plateforme de 20 / 26 m, en haut de plage à Barneville, pour la première, et incorporée à un massif dunaire à Gatteville, pour la seconde, soit en phase transgressive. Le contexte est alors tempéré et rapporté à l’interglaciaire du SIM 9, permettant la collecte de galets décimétriques dans les cordons littoraux (silex crétacés et roches locales).

23Le gisement de la Cotte de Saint-Brelade à Jersey est particulier puisqu’il conserve à l’abri de fissures dans la falaise granitique, des sols d’occupation de la phase ancienne du Paléolithique moyen, en contextes tempérés frais à boréaux, sur la base des spectres polliniques. La matière première utilisée pour le débitage est principalement le silex issu des cordons littoraux.

Fig. 6 : Barneville (Manche) – coupe du sondage profond et industrie lithique.

Fig. 6 : Barneville (Manche) – coupe du sondage profond et industrie lithique.

1/ Galets aménagés, 2/ Racloir, 3/ Eclat retouché

dessins P. Alix

5.1.2 - En Normandie orientale

24La documentation apparaît davantage fournie en Haute-Normandie. Rappelons l’existence des occupations en dolines du Pucheuil à Saint-Saëns (Delagnes & Ropars, 1996) déjà évoquées dans des synthèses précédentes (Cliquet & Lautridou, 2009), les implantations sur le plateau fortement karstifié d’Evreux (Eure ; Cliquet et al., sous presse) mais surtout la récurrence d’implantations dans la vallée de la Seine à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Cliquet et al., 2009b, 2012). L’implantation de bordure de berge, associée au limon (corrélé avec le SIM 10) sus-jacent au tuf a récemment été évoquée dans le cadre un article de synthèse (Cliquet et al., 2009b) dont nous reprenons les caractéristiques essentielles.

25Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime) : le limon sus-jacent au tuf

26Parmi les vestiges lithiques mis au jour (fig. 7) figurent de rares ossements mal conservés de grands mammifères, des blocs de grès très altérés, des rognons de silex, des nodules testés, des préformes de pièces bifaciales et des éléments illustrant des chaînes de débitage et de façonnage.

Fig. 7 : Site classique de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime).

Fig. 7 : Site classique de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime).

Logs de la coupe 2, des coupes 2011/2012 et de la coupe de la propriété Michel/Gapenne

Cliquet & Lautridou, 2007

27L’étude techno-typologique du mobilier atteste d’une production d’éclats conduite par gestion de surface, soit : par débitage direct, par gestion de surface centripète et par la méthode dite « clactonienne ». Parallèlement, des opérations de confection et d’affûtage de bifaces sont illustrées outre par les bifaces eux-mêmes, par au moins deux ensemble d’éclats de façonnage, qui témoignent d’une activité de façonnage sur le site même. En plus des bifaces, l’outillage comporte quelques racloirs et pièces à encoche(s) (Cliquet et al., 2009b).

28Saint-Pierre-lès-Elbeuf : le tuf et les sables blancs

29Le tuf et des sables blancs sus-jacents au paléosol Elbeuf IV sont rapportés, sur la base de la faune à Lyrodiscus (Limondin-Lozouet in Cliquet et al., 2009b) et de nouvelles datations IRSL effectuées sur l’ensemble de la séquence de la coupe du site classé (Lamothe in Cliquet et al., 2009b), au SIM 11 (400 ka) (fig. 7 & 8). Le tuf et la partie sommitale des sables blancs ont livré un ensemble lithique d’aspect frais en position primaire et le corps des sables blancs des vestiges de faune et des artefacts souvent émoussés voire roulés. Le matériel issu des sables blancs est donc en position secondaire, souvent associé à des nappes de petits graviers. Cet horizon qui comporte donc, à la fois des vestiges de faune et des silex taillés apportés ou déplacés par le flot en bordure de berge, ne permet aucune analyse spatiale. En effet, nous sommes plutôt dans une configuration de site paléontologique où l’activité humaine n’est attestée que par des artefacts de silex qui ont été transportés par l’eau, vraisemblablement sur une faible distance. Cependant la dynamique fluviatile ne nous autorise pas, d’une part, à établir si les artefacts collectés correspondent à un ou plusieurs niveaux d’occupation, sans doute implantés en bordure du cours d’eau, d’autre part, à établir un éventuel lien entre les restes de faune collectés et les silex taillés. Les mêmes questionnements se sont posés, en 2008, pour certains secteurs des couches D1, D2 et D3 de Tourville-la-Rivière (cf. 5.2.2).

Fig. 8 : Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), coupe 2.

Fig. 8 : Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), coupe 2.

a/ niveau du tuf et des sables blancs, b/ eclat de faconnage de la coupe 2011/2012, c/ fragment de patte de cerf elaphe, d/fragment de machoire de rhinoceros (Dicerorhinus hemitoechus)

clichés D. Cliquet

30Guichainville – Le Vieil-Evreux : Le Long-Buisson I (Zone 6, coupe 1, couche 4) (Eure)

31A Guichainville - Le Vieil-Evreux, le plateau crayeux intensément karstifié du Long-Buisson, en bordure de la vallée de l’Iton, est recouvert par l’argile à silex et des résidus de sables tertiaires et partiellement par le loess récent supérieur weichselien (post 20 000 BP) (Cliquet et al., sous presse) (fig. 9).

32Des dépressions liées à la dissolution de la craie (dolines d’origine karstique) ont "fonctionné" à plusieurs reprises : au Pléistocène inférieur avec un remplissage de sédiments sableux tertiaires, au milieu du Pléistocène moyen, ce qui est attesté par un ensemble de loess et de paléosols lessivés ("limons rouges"), et, dans une moindre mesure, au Weichselien ancien, contexte illustré en un seul point. Les témoins anthropiques se rencontrent soit isolés, à l’état remanié dans les loess anciens, soit en nappes de vestiges en bordure de doline, associés au loess ancien, ou au cailloutis attribuable au début du dernier glaciaire (cf. 5.2.2).

33Dans une des dolines, un petit lot de silex taillés a été collecté en position secondaire dans les "limons rouges" corrélés avec le sol Iville V (SIM 13, Lautridou in Cliquet et al., sous presse). Il est essentiellement constitué d’éclats larges et trapus obtenus par débitage direct ou par un débitage de « type clactonien » et d’éclats de façonnage de bifaces. Ces quelques artefacts, rapportés à la phase moyenne du Pléistocène moyen, comptent parmi les témoignages les plus anciens de la présence de l’Homme en Normandie (avant 450 000 ans).

Fig. 9 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).

Fig. 9 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).

Raccord de deux éclats de façonnage trouvés associés au paléosol Iville V (dessin P. Alix) et Long-Buisson 1, Zone 6, coupe 1 : loess récent altéré par le sol de surface recouvrant des "limons rouges" (paléosol supérieur, paléosol inférieur (DAO B. Fauq).

34Le Pucheuil

35Enfin, rappelons l’existence des ensembles lithiques du Pucheuil à Saint-Saëns, constitués des séries A et C, datable de la fin du stade 8 ou du début du SIM 7, soit vers 250 ka et de la série B, rapportée au début du SIM 6, vers 220-180 ka (Delagnes & Ropars, 1996). L’assemblage composé des séries A et C correspond à une série saalienne se trouvant en position nettement dérivée, l’ensemble A étant associé aux limons bruns feuilletés du Début Glaciaire weichselien et au paléosol eemien. La série C est incorporée au paléosol Elbeuf II. L’assemblage se caractérise par un système de production orienté vers un débitage Levallois unipolaire (ou bipolaire), destiné à l’élaboration d’éclats de grands modules. L’outillage comporte des pièces à troncature et enlèvements dorsaux postérieurs, des racloirs-rabots, des encoches, des denticulés, des burins, et des bifaces lancéolés et des pièces bifaciales de petites dimensions. La série B, aussi en position dérivée, s’individualise avec la production d’éclats Levallois unipolaires convergents et d’éclats laminaires épais obtenus suivant un plan de fracturation des supports et surtout de petits éclats en série dénommés « éclats du type Le Pucheuil », sous produits de la chaîne opératoire Levallois. Enfin quelques éclats de façonnage et deux fragments de bifaces illustrent la confection de ces outils. Quelques racloirs complètent la panoplie instrumentale.

36Conclusion partielle : avant le SIM 7 en Normandie moyenne et orientale

37Plusieurs implantations acheuléennes sont conservées en vallée de Seine, sur le site de Saint-Pierre-lès-Elbeuf, en bordure de la confluence Seine / Oison, dans les formations sus-jacentes à la terrasse alluviale de 30 m. Les occupations associées au tuf et aux sables blancs s’expriment en contexte tempéré « chaud » du SIM 11, daté par OSL de 396  ±  32 ka, alors que l’habitat de bord de berge, associé à un limon loessique argileux du SIM 10 témoigne d’un contexte plus frais. La matière première mise en œuvre est constituée de galets de silex d’origine fluviatile, prélevés en bordure du fleuve et de rognons issus de l’argile à silex.

38Sur les plateaux crayeux de la Normandie moyenne et orientale, en raison de la déstructuration et de l’érosion des formations superficielles pléistocènes (phénomènes taphonomiques), seuls les soutirages karstiques ont préservé de rares témoignages d’occupations antérieurs au SIM 7, comme à Guichainville - Le Vieil-Evreux et à Saint-Saëns / Le Pucheuil. En attestent les silex taillés trouvés à Guichainville, associés aux « limons rouges », corrélés avec le sol Iville V du SIM 13, donc en contexte interglaciaire et l’ensemble lithique de la phase ancienne du Paléolithique moyen du Pucheuil (séries A et C), trouvé en position dérivée et rapporté à la fin du SIM 8 ou au début du SIM 7. Dans ces gisements ce sont les rognons de silex crétacés des argiles à silex qui ont été mis à profit.

5.2 - Les occupations des SIM 7 et 6

39La fin du Pléistocène moyen apparaît mieux documentée que les périodes précédentes avec les habitats du nord Cotentin, le piège karstique de Ranville ou les vestiges de brèves incursions de l’homme dans la plaine alluviale de la Seine à Tourville-la-Rivière (fig. 4 & 5).

5.2.1 - Dans le Nord-Cotentin

40La configuration même des sites du Nord-Cotentin a favorisé la conservation des niveaux d’occupation, notamment des structures (amas lithiques, foyers, contours de cabanes) : encoche littorale à Saint-Germain-des-Vaux / Gélétan, couloir granitique à Fermanville / Port-Pignot, cuvette à Gouberville. Ces implantations sont associées à d’anciennes plages perchées du SIM 7 et/ou aux dépôts de pente périglaciaires du début du SIM 6. Certaines ont fait l’objet de datations TL sur silex chauffés. Les dates obtenues à Gélétan témoignent d’une occupation du SIM 7 démantelée (entre 207 ± 16 ka et 214 ± 17 ka), comme l’atteste l’aspect physique des artefacts souvent émoussés et roulés, et d’une récurrence d’implantations autour de 149 ± 11 ka. Ces plages contemporaines de la seconde moitié du SIM 7 (220-190 ka) se retrouvent près de Cherbourg à une altitude comprise entre +9 et +18 m à Equeurdreville / La Saline associées à des artefacts aux états de surface très variés (comprenant des objets frais, émoussés et roulés). Des datations IRSL sont en cours. A Gouberville, les occupations prennent place entre 128 ± 20 et 187 ± 26 ka et témoignent aussi d’une récurrence de l’occupation d’une cuvette creusée dans le granite, pendant le SIM 6. Les assemblages lithiques associés à ces niveaux d’occupation se rapportent à la phase ancienne du Paléolithique moyen, sauf peut-être pour le site de la Saline qui pourrait être plus ancien et se rapporter à l’Acheuléen (?) (Cliquet et al., 2003b, 2009d). Parmi les découvertes récentes figure le site de Digulleville à Jardeheu.

41Digulleville / Jardeheu (Manche)

42Le site de Digulleville se trouve sur l’actuel littoral de la Hague. Révélé à l’occasion d’enfouissement de réseaux, il conserve les « reliques » de deux niveaux marins, l’un, eemien, l’autre, saalien, tous deux masqués par des loess (fig. 10). Une intervention d’urgence, motivée par l’élargissement de la route a livré du mobilier lithique, souvent émoussé, associé à la plage « supérieure » corrélée avec le SIM 7 (Coutard et al., 2002). Un deuxième assemblage de pièces lustrées à « aspect frais », emballé dans une arène grossière indurée enrichie en sable fin soufflé par le vent, repose dans les anfractuosités de l'échine rocheuse granitique (correspondant au littoral saalien) à quelques centimètres sous la surface du sol. Ces artefacts se rapportent à une occupation qui pourrait dater de la fin du SIM 7 ou du début du SIM 6 (?). Le site a été fortement affecté par la création d’une carrière de granite et de « tuf » (appellation locale du granite arénisé) puis par l’aménagement de la route (Cliquet et al. 2008c).

43L’originalité du site tient, d’une part, au fait que le mobilier lithique comporte un outillage lourd constitué de bifaces taillés sur masse centrale et de galets aménagés, concepts qui s’inscrivent dans les procédés techniques acheuléens, dans un contexte de production d’éclats caractéristique su Paléolithique moyen (méthode Levallois bien exprimée) (fig. 10). Cet outillage lourd s’accompagne de l’habituelle panoplie instrumentale (pièces à coches, racloirs) souvent confectionnée sur éclats corticaux. D’autre part, contrairement aux autres sites littoraux du Paléolithique ancien et moyen du nord Cotentin, où l’utilisation du silex est quasi exclusive, à Jardeheu, l’essentiel des ressources minérales accessibles dans l’environnement immédiat ou proche a été mis à profit, avec la mise en œuvre de galets de granite, de diorite, d’aplite et de dolérite, comme en Bretagne.

Fig. 10 : Digulleville / Jardeheu (Manche).

Fig. 10 : Digulleville / Jardeheu (Manche).

Transect nord-sud de la pointe de Jardeheu (d’après S. Coutard) et industrie lithique : 1/ biface sur masse centrale, 2 et 3/ nucleus Levallois, 4/ galet aménagé en granite, 5/ denticule, 6/ éclat laminaire

dessins P. Alix

44Conclusion partielle : MIS 7 et 6 dans le Contentin

45En Normandie armoricaine, les sites de la fin du Pléistocène moyen sont plus nombreux et souvent associés aux formations sus-jacentes à la plateforme de +12 / +15 m NGF (plages, sables dunaires) du SIM 7 et aux niveaux d’habitat interstratifiés dans les heads du SIM 6. Ce sont fréquemment des accidents topographiques mis à profit par les Paléolithiques pour structurer leur habitat qui ont favorisé la conservation des niveaux d’occupation : pied d’écueil à Digulleville, couloir entaillé dans le granite à Fermanville / Port-Pignot, crique à Saint-Germain-des-Vaux / Gélétan…

46Cependant quelques sites se trouvent incorporés aux plateformes de +5 / +8 m NGF, ils correspondent soit à des implantations du SIM 7 en phase régressive, comme à Ecalgrain daté de 190 ±  19 ka (Cliquet et al., 2009d), soit aux occupations dans une cuvette ouverte dans le platier granitique de Gouberville, vers +5 m NGF, datées par TL sur silex chauffés entre 187 ± 26 et 128 ± 20 ka. Ces industries se rapportent à la phase ancienne du Paléolithique moyen.

47La plupart des implantations se développent en contexte tempéré de la fin de l’interglaciaire du SIM 7, et surtout en début de période glaciaire (SIM 6). Dans tous les sites de la presqu’île cotentinoise, les matières premières mises en œuvre sont surtout les silex littoraux et à Digulleville dans une moindre mesure les roches locales (grès, quartz, dolérites, granites). A la Cotte de Saint-Brelade à Jersey, par contre, les roches complémentaires au silex sont abondamment utilisées. A la Cotte (niveaux C à 5), les faunes mises au jour témoignent de conditions fraîches s’acheminant vers un froid vif à paysage de toundra. Ce site, très spécifique du fait des conditions de gisement, une faille ouverte dans la falaise granitique qui a permis la préservation des horizons anthropiques, témoigne d’occupations rapportables aux épisodes froids du dernier pléniglaciaire Saalien et laisse supposer que pour des raisons taphonomiques, d’éventuels autres sites datables de la fin du SIM 6 sont susceptibles d’avoir existé. Cet exemple est actuellement unique en Normandie.

5.2.2 - En Normandie moyenne et orientale

48L’information s’avère inégale. Elle compte quelques « reliques » de niveaux d’occupation démantelés, partiellement conservés dans des pavages, daté par TL sur silex chauffés, comme dans le fond de doline de Grossoeuvre (Eure) où un assemblage de silex taillés émoussés est daté de 220 ± 12 ka (Cliquet et al., 2003b), ou bien sur le site de production d’outils bifaciaux de Saint-Brice-sous-Rânes (Orne), où un premier niveau d’occupation est daté de 143 ± 12 ka (Cliquet et al., 2009e).

49Tout aussi discrets sont les niveaux d’occupation, perturbés ou mal établis en chronostratigraphie, de la série NA de Saint-Martin-Osmonville (Seine-Maritime ; Michel, 1982), ou de Tancarville (Lebret et al., 1984 ; Cordy et al., 2003). Ces implantations se rapporteraient au SIM 6. Le niveau N3 de Mauquenchy, sous-jacent à l’Eemien pourrait aussi se rapporter au SIM 6, d’après les travaux de J.-P. Lautridou qui attribue la mise en place du cailloutis de base aux phases pléniglaciaires. Cependant cet ensemble, dont l’homogénéité est discutable si on en juge par les différents états physiques des artefacts, pourrait être plus ancien (?) (Sellier-Segard, 2004 ; Locht et al., 2013).

50D’autres gisements apportent davantage d’éléments, comme le site de boucherie soutiré par un karst de Ranville, rapporté au SIM 7 (RPE et U-Th : 205 à 235 ka, Cliquet et al., 2008a), la bordure de doline de Guichainville ou la fouille préventive conduite en 2008 à Tourville-la-Rivière.

51Guichainville – Le Vieil-Evreux : Le Long-Buisson I (Zone 5, deuxième doline, « limons jaunes ») (Eure)

52Dans la deuxième doline évaluée, le remplissage conserve les formations du dernier cycle interglaciaire/glaciaire (sol de surface et dernier loess, cailloutis weichselien et la racine du sol eemien, le tout épais d’environ 1,65 m), puis la séquence du Pléistocène moyen (Cliquet et al., sous presse).

53Au niveau de la coupe 13 (fig. 11) qui a livré l’industrie, le bilan sédimentaire est moins dilaté (3 m de hauteur en tout). Ce profil borde une zone à sols polygonaux, séparé de la poche de la coupe 12 (fig. 11) par de l’argile à silex sub-affleurante. Il comporte de haut en bas, sous le sol de surface sur loess weichselien, avec cailloutis de base, des « limons noirs » du début du dernier glaciaire (0,75 m) et des « limons jaunes » (1,75 m) sus-jacents à l’argile à silex. L’industrie se situe au sein des « limons jaunes » jusqu’au bombement d’argiles à silex.

54Un ensemble, la « série blanche », fort de 2 400 objets en silex, a été reconnu sur environ 500 m² (fig. 11). La matière première mise en œuvre comporte des silex gris clair à gris-bleu et beige, brun parfois bicolore beige et brun rapportés au Santonien-Coniacien. Le système de production est fondé sur la production d’éclats, de pointes et de façon beaucoup plus discrète de “ lames ” dont toutes les séquences de la chaîne opératoire ont été reconnues sur le site. L’essentiel de la production est obtenu par un débitage récurrent unipolaire ou convergent non Levallois et Levallois. Cette gestion unipolaire se retrouve dans la gestion pluri-unipolaire et unipolaire alternante qui s’inscrit dans la mouvance du débitage discoïde, produisant des éclats courts, larges et trapus, à l’axe morphologique souvent déjeté. Le schéma Levallois linéal est aussi représenté. Enfin, le débitage multifacial est bien exprimé. L’outillage retouché compte peu de pièces (2,8 %) principalement des racloirs et des pièces à coches (encoches et denticulés) et quelques grattoirs de mauvaise facture et deux burins. La série blanche de la Zone 5 du Long-Buisson, incorporée aux limons jaunes saaliens, se rapporte donc à la phase ancienne du Paléolithique moyen, datable de la fin du Pléistocène moyen (SIM 6).

55Deux autres assemblages lithiques du même site, mal calés en stratigraphie du fait des hiatus pourraient se rapporter à la fin du Saalien. Ce sont la « série blanche » de la zone 6 du Long-Buisson I, et la « série marron » des zones 5 et 6 du Long-Buisson I, toutes deux associée au cailloutis de base du Weichselien, qui se rattachent au Paléolithique moyen (Cliquet et al., sous presse).

Fig. 11 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).

Fig. 11 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).

Long-Buisson 1, Zone 5 : "limons jaunes" et "limons noirs", transect CD, nord-sud (DAO B. Fauq) et Zone 5, "série blanche" : 1 et 2/ éclats Levallois, 3, 4 et 5/ pointes Levallois, 4/ racloir aménagé sur éclat Levallois et production "laminaire", 6/ éclat laminaire d'initialisation, 7 et 8/ "lames" Levallois, 9 et 11/ « lame » et éclat laminaire de gestion de surface unipolaire, 10/ lame à arêtes parallèles

dessins L. Juhel

56Tourville-la-Rivière / La Fosse-Marmitaine (Seine-Maritime) : apports de la fouille 2008

57La poursuite de l’exploitation des alluvions fines (sables) et grossières par les Carrières et Ballastières de Normandie a motivé, en 2008, dans le cadre de l’archéologie préventive, une intervention sur les 3 500 m² concernés (Cliquet et al., 2011b).

58Rappelons brièvement que le site de Tourville-la-Rivière a livré à G. Carpentier, à partir de la fin des années 1960, une abondante faune du Pléistocène moyen et supérieur, et quelques artefacts lithiques (Carpentier et al., 1992). Cette découverte a motivé en son temps plusieurs opérations d’archéologie programmée (G. Carpentier en 1981 ; L. Vallin de 1982 à 1984) sur un « lieu d’abattage et de premier découpage du gibier dans un chenal fossile marécageux » (Fosse, 1981) et une probable aire d’activités de boucherie, rapportable au début de la pénultième glaciation (Vallin, 1991).

59Parallèlement aux recherches archéologiques, le site de Tourville-la-Rivière a fait l’objet de multiples études : géomorphologiques, paléontologiques, environnementales et de datations (bibliographie étoffée in Lautridou et al., 2003).

60La basse terrasse du méandre d’Elbeuf a conservé un long enregistrement de formations fluvio-marines et alluviales superposées attribuables aux SIM 10 à 6, soit sur plus de 300 000 ans, en raison du caractère pincé de la partie amont du méandre, encadrée de falaises hautes de 35 à 40 m, et de la conservation d’une échine de terrain qui a servi de protection aux dépôts fluviatiles situés en position de rive convexe dans la partie aval, plus ouverte, où avaient lieu de nombreuses décharges d’alluvions.

61L’enregistrement exceptionnel conservé à Tourville comporte, au dessus du replat d’érosion de la basse terrasse élaboré dans la craie par le fleuve périglaciaire entre +2 et +5 m NGF (fig. 12) : des graviers fluviatiles périglaciaires (A du stade 10), un paléoestuaire interglaciaire (B du MIS 9, daté par IRSL de 300 ka), un corps de graviers fluviatiles périglaciaires (C du SIM 8), un paléoestuaire interglaciaire D (daté du SIM 7 ; D1 est daté par IRSL de 200 ka), avec le passage au sommet (D2 & D3) au glaciaire suivant saalien (SIM 6), des sables fluvio-marins E1, puis fluviatiles, un corps sableux complexe (F à J) à dominante de sables éoliens, mais avec encore des influences fluviatiles, des apports périglaciaires de versant, des petits paléosols (SIM 6 : Saalien supérieur) surmontés par un pavage périglaciaire L de versant weichselien (Lautridou, 1982, 1985 ; Balescu et al, 1997 ; Lautridou in Cliquet et al., 2011b).

62Bien que plusieurs horizons aient livré des vestiges de mammifères et des artefacts lithiques, les investigations se sont concentrées sur les niveaux D et E. Le matériel archéologique est issu des niveaux D1, D2, D3 et E, dans des proportions très variables. L’essentiel des vestiges provenant du niveau D2. Par ailleurs de nouvelles datations IRSL ont été tentées sur les niveaux D1, D2, D3 et des datations RPE et U-Th sur le niveau D2 (en cours).

63En D1, sable fin un peu limoneux gris jaune, les restes de faune peu nombreux sont d'aspect frais à émoussés, parfois groupés par les turbulences du fleuve. Les rares artefacts lithiques rencontrés sont soit émoussés, soit roulés.

64En D2, le matériel osseux et lithique provient de toute l’épaisseur de la couche, soit, du sable limoneux brun foncé, soit, de l’horizon ocre rouille ferro-manganique, ou bien de la partie sommitale de l’horizon sablo-limoneux brun jaunâtre. Le mobilier lithique présente des aspects divers, « frais », lustré et émoussé.

65Le niveau D3 n’a livré que de rares vestiges de faune, relativement bien conservés et un seul silex taillé.

66Enfin, le niveau E ne comporte que quelques ossements d’aspect frais et quatre pièces lithiques.

67Huit espèces sont documentées : un rhinocéros (Dicerorhinus/Coelodonta), l’auroch (Bos primigenius), le cerf élaphe (Cervus elaphus), le cheval (Equus mosbachensis), le cheval hydruntin (Equus hydruntinus), le loup (Canis lupus), un petit carnivore indéterminé et le lièvre européen (Lepus europaeus) (Bemilli in Cliquet et al., 2011b).

68Les ensembles lithiques collectés en D1 et en D2 témoignent d'une mise en œuvre de la matière première locale : silex de la craie, issu des argiles à silex et galets fluviatiles. Certains blocs testés pourraient constituer des réserves de matière première. Hormis la présence de « polyèdres » et de produits laminaires Levallois dans la série « fraîche » de D2, les éléments constitutifs de l’assemblage D1, de la série roulée et émoussée de D2 et enfin l'ensemble lustré et d'aspect « frais » de D2 présentent globalement les mêmes caractéristiques (fig. 12). La production s'effectue par débitage direct, par une gestion de surface récurrente non Levallois et plus rarement Levallois et enfin par une gestion mutifaciale de certains nodules.

69Dans ce niveau D2, la faune est essentiellement constituée de cerf et d’aurochs, et contrairement aux observations faites antérieurement (présence du mammouth Mammuthus primigenius), aucune espèce indiquant un rafraîchissement du climat n’a été mise en évidence. Ce refroidissement semble cependant confirmé par la malacofaune. Si l’amorce d’une péjoration climatique liée à la transition interglaciaire-glaciaire inscrit dans le paysage des évènements de courte durée, tels les silex anguleux et les blocs de grès venus sur radeau de glace observés en D2, l’impact de cette détérioration du climat peut être plus lente en ce qui concerne les grands mammifères.

70Mais l’apport majeur de la campagne 2008 consiste en l’approche de la « fonction » du site. Les principales observations d’ordre archéologique et d’ordre paléontologique concernent le niveau D2 qui a livré 96 % des pièces fauniques et 93 % des objets lithiques. Le décapage qui portait sur environ 3 500 m² constitue une belle fenêtre d’observation et d’analyse, même si la surface du site avait été évaluée à plus de 12 ha ! L’ouverture a mis en évidence un chenal occupé dans sa partie centrale par un banc sableux sur lequel se concentraient les vestiges de faune (environ 450 pièces sur les 532 vestiges trouvés en D2) et la majorité des artefacts rencontrés sur le gisement, notamment la quasi totalité des esquilles et petits éléments lithiques (environ 300 objets sur les 359 artefacts mis au jour en D2). C'est principalement sur ce banc sableux que se rencontrent des restes de cerf élaphe et d’aurochs dont certains ossements attestent d’interventions humaines (fig. 13). Ce sont outre les « bois de massacre » de cerf, des stries de découpe observées sur une extrémité de scapula de cerf et des fractures hélicoïdales sur certains os longs de cerf et de bovinés, témoignant d'une fracturation sur os frais. De nombreux bois de chute sont aussi présents. De part et d’autre de ce banc de sable, une zone humide a été mise en évidence, avec notamment un secteur marécageux (à l’ouest), où les vestiges osseux et lithiques s’avèrent plus dispersés

71Pour conclure, les investigations conduites sur le site de Tourville-la-Rivière en 2008 participent à une meilleure connaissance des environnements des Pléistocène moyen et supérieur de la basse vallée de la Seine. Ainsi, l’observation des niveaux D et E illustre le passage d’un interglaciaire à un début glaciaire qui s’est effectué, en milieu de fond d’estuaire, progressivement du point de vue climatique et sédimentologique, sans véritable hiatus. A la fin de la sédimentation de l’estuaire D, modelé par des chenaux peu profonds, une émersion de courte durée au début du refroidissement favorise la formation d’un petit sol D2, mais l’estuaire reste toujours proche. Les eaux reviennent périodiquement, la nappe phréatique est toujours proche de la surface. Les Hommes occupent de façon saisonnière le banc de sable, lorsque le passage du chenal est possible (temporairement à sec ou comportant peu d’eau). Une première étape de remontée légère des eaux entraîne un dépôt de décantation D3, puis des apports de la Seine se succèdent (E1), mais toujours sous influence estuarienne, avant la régression, à la fin du dépôt E1. Ensuite les conditions changent. L’estuaire se retire et un versant périglaciaire F se façonne ; les influences fluviatiles, les apports éoliens, les rémissions (sols) se succèdent pendant le stade isotopique 6 qui comme le Weichselien (stade 5d à 2) constitue une période froide complexe où les oscillations climatiques et l’enfoncement du fleuve ont contrôlé la sédimentation (Lautridou in Cliquet et al., 2011b).

72Au plan paléoenvironnemental, éthologique et palethnographique, les investigations conduites en 2008 confirment bien que le gisement de Tourville correspond à une superposition de faits naturels, d'actions anthropiques, voire la conjugaison des deux, sur une très longue période de fréquentation de la part des animaux et de l'Homme. Cela témoigne d’une certaine récurrence de courtes occupations et/ou de simples passages, peut-être liées à la collecte des matières premières lithiques, du bois flotté échoué sur les berges, de carcasses d’animaux morts de façon naturelle ou proies de carnivores (charognage actif) et d’activités cynégétiques. Seules de rares structures tangibles permettent d’appréhender le fait, l'acte, les activités des paléolithiques, tel l'amas de débitage mis au jour par G. Carpentier (Guilbaud & Carpentier, 1995). Il serait donc, à notre sens, illusoire de vouloir « forcer » la documentation pour écrire une histoire du gisement dont seules quelques bribes nous sont parvenues. Cependant certains faits sont acquis et permettent de mieux cerner la chronologie des événements climatiques, donc paléoenvironnementaux, d'établir un lien entre la présence de faune et les activités d'acquisition de matières carnées, l'ensemble s'intégrant dans une dynamique fluviatile prégnante (dépôts, érosions, transports, remobilisation de certains artefacts).

Fig. 12 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine (Seine-Maritime).

Fig. 12 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine (Seine-Maritime).

Coupe transversale NO-SE des affleurements actuels (d’après Carpentier et Lautridou) et localisation de l’opération 2008, et industrie lithique : 1/ polyèdre, 2 à 5/ production Levallois

dessins P. Alix

Fig. 13 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine – Distribution des vestiges de faune et lithique par rapport au banc de sable.

Fig. 13 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine – Distribution des vestiges de faune et lithique par rapport au banc de sable.

73Terrasses de l’Orne

74Rappelons également que les terrasses de +25 / 30 m d’altitude de l’Orne à Biéville-Beuville, en aval de Caen, et à Fleury-sur-Orne, en amont, ont livré en surface un abondant matériel lithique (fig. 14). L’intérêt de ce mobilier, pourtant collecté hors contexte, tient au fait que certaines pièces s’inscrivent dans les traditions techniques de l’Acheuléen, à savoir, la confection d’un outillage lourd, constitué de galets aménagés en grès primaires et en quartz, pour certains de gros modules, et de bifaces confectionnés sur masse centrale, en grès et surtout en silex. Le débitage associé comporte des enlèvements obtenus par un débitage direct et par la méthode Levallois. Ces assemblages se rapportent vraisemblablement à la fin du Saalien et s’inscriraient donc dans la phase ancienne du Paléolithique moyen (Cliquet & Barge, 2008 ; Cliquet & Marie, 2008).

Fig. 14 : Terrasse de Biéville-Beuville (Vallée de l’Orne, Calvados).

Fig. 14 : Terrasse de Biéville-Beuville (Vallée de l’Orne, Calvados).

Galet aménage, biface trapu et biface lancéole en grès

dessins F. Charraud

75Conclusion partielle : MIS 7 et 6 en Normandie moyenne et orientale

76La séquence loessique sur plateau de l’avant dernier cycle glaciaire-interglaciaire présente les mêmes caractéristiques que celle du Weichselien. Certaines occupations sont liées à des pavages ou à des cailloutis, comme pour le niveau N3 de Mauquenchy. D’autres implantations ont été préservées depuis l’avant dernier interglaciaire (MIS 7) par des soutirages karstiques telles celles de Grossoeuvre datée par TL sur silex chauffés de 220 ± 12 ka ou de Ranville comprise entre 235 et 205 ka (RPE sur émail dentaire et U/Th). Les dolines conservent aussi des niveaux d’occupation rapportés sur la base de la géomorphologie au SIM 6, comme la série B du Pucheuil ou les « sables jaunes » de Guichainville.

77Les fleuves et les paléoestuaires ont aussi attiré les populations de chasseurs-cueilleurs, car pourvoyeurs en matières premières lithiques (silex d’origine fluviatile, de pied de falaise crayeuse et des altérites : argiles et biefs à silex), et carnées (charognage actif et chasse). Les sédiments fins fluviomarins et fluviatiles des paléoestuaires rapportés au SIM 7 et au début du SIM 6 intègrent des vestiges d’origine anthropique, comme à Tourville, niveaux D1, daté par IRSL de 200 ka et D2. A Tancarville, quelques vestiges sont associés au niveau de galets intercalé entre la plateforme de 5 m, façonnée dans la craie et les silts d’un paléoestuaire régressif du SIM 7, et les artefacts de deux implantations intégrées aux head sus-jacents du SIM 6 se rapportent à la phase ancienne du Paléolithique moyen. C’est vraisemblablement à cet épisode froid de la fin du Saalien qu’appartiennent les « ateliers » acheuléens de la Plage du Havre, à faune froide dominante.

78Enfin, les terrasses étagées de l’Orne ont livré des artefacts en position dérivée, notamment la dernière terrasse saalienne ; ces industries ne sont donc pas précisément datées.

6 - Cas d’occupations de la fin du pléistocène moyen ou du pléistocène supérieur en Basse-Normandie

79Plusieurs gisements, parfois très étendus dans l’espace (plusieurs hectares) ont été mis en évidence à la faveur de prospections de surface et ont fait l’objet de sondages visant à en préciser l’état de conservation, la chronologie voire la fonction. Ils demeurent cependant mal calés en chronostratigraphie en raison d’un bilan sédimentaire souvent peu épais Ces industries lithiques sont rencontrées sur les replats et en bordure de plateaux de la Normandie moyenne (vallées de la Seulles et de l’Orne). Les plus représentatives, en terme d’abondance de mobilier (quelques centaines à quelques milliers d’artefacts) sont celles de Brécy - Saint-Gabriel / Le Laicourt, de Sainte-Croix-Grand-Tonne / Guernesey dans le Calvados, et d'Argentan/ Le Grand-Beaulieu dans l’Orne. Elles se rapportent au Paléolithique moyen.

80Brécy – Saint-Gabriel / Le Laicourt (Calvados)

81Le site, qui a livré quelques centaines d’artefacts paléolithiques, se situe en position d’interfluve, entre la vallée de la Seulles et un vallon (Barge et al., 2002a,b) (fig. 15). Le glacis en pente douce, à 25 m NGF au niveau du site, érode le calcaire jurassique bathonien. Celui-ci, fortement karstifié, est couvert par de l'argile à silex qui affleure en rupture de pente, par du loess en sa partie amont et par des lambeaux d'une nappe alluviale du Pléistocène, non datée (Pléistocène moyen ?). Les sondages ont mis en évidence une couverture de petits silex gélifractés emballés dans de l'argile rougeâtre dont l’épaisseur moyenne avoisine 1 m. Les rares silex taillés rencontrés lors des investigations sont à la surface de ce cailloutis constitué de quelques silex issus de la nappe alluviale ancienne, mais essentiellement de la gélifraction puis de la gélifluxion de l'argile à silex provenant de l'altération du calcaire de Saint-Pierre-du-Mont. L’âge du cailloutis n'est pas connu. Du loess weichselien le recouvre en amont. Il daterait vraisemblablement du Saalien ou du Weichselien inférieur (?) (Lautridou in Barge et al., 2002a,b).

82Le mobilier lithique a été trouvé en surface en trois concentrations. L’aspect physique des artefacts varie d’une concentration à l’autre, entre émoussé, voire roulé dans le premier locus, « frais » et roulé dans le deuxième et enfin « d’aspect frais » dans le troisième (fig. 16). L’ensemble 1 comporte essentiellement des gros bifaces en plaquette du Bathonien, du débitage d’éclats, Levallois notamment et des nucléus en silex exogènes. La série issue de la deuxième concentration regroupe principalement des éclats, dont des pièces Levallois et des bifaces de taille moyenne à petite en matière exogène. Enfin, la troisième série est principalement constituée de bifaces aménagés sur la plaquette locale. Le silex exogène semble peu utilisé.

83Ainsi au moins deux types de matières premières ont été utilisés : le silex bathonien présent sous forme de grandes plaquettes directement sur le site, et du galet de silex « ovoïde » de petite dimension, dont l’origine reste à préciser.

84L’étude préliminaire montre sur le site de Saint-Gabriel - Brécy, la présence de chaînes opératoires de débitage d’éclats, où la méthode Levallois apparaît bien exprimée, prédéterminés notamment, et de façonnage de bifaces. Ceux-ci s’inscrivent : soit dans la « mouvance acheuléenne », avec des objets trapus aménagés sur supports épais (plaquettes épaisses du Bathonien local), soit dans la « tradition micoquienne », avec des pièces façonnées sur des supports plats (du Bathonien local), ou encore dans l’éventail des bifaces « moustériens », avec des objets confectionnés soit sur des plaquettes locales de petites dimensions, soit sur des éclats issus de la mise en œuvre de plaquettes ou de galets exogènes.

85Ces séries semblent se rapporter au Paléolithique moyen ; elles restent mal datées.

86Sainte-Croix-Grand-Tonne / Guernesey (Calvados)

87L’analyse conduite sur le site de Sainte-Croix-Grand-Tonne présente de grandes similitudes avec celle menée sur le gisement de Saint-Gabriel-Brécy. Sainte-Croix-Grand-Tonne se situe sur le versant sud-est (Cliquet et al., 2002a) (fig. 15). Le sommet constitue un glacis (de 50 à 86 m) jalonné par les sables et graviers d’une « pré-Seulles » du Pléistocène inférieur, dont il subsiste quelques vestiges. Le substrat jurassique est constitué du Calcaire de Caen, surmonté à l’est d’une relique de Calcaire de Saint-Pierre du Mont, qui a fourni les silex de la formation argileuse à silex des versants. Le versant est décomposé en deux parties comme à Brécy : la partie inférieure en pente forte, la partie supérieure en pente douce qui supporte les loess et les formations à silex. A Sainte-Croix, contrairement à ce qui a pu être observé à Brécy, on remarque une inflexion de la pente au contact entre les deux parties du versant, s’expliquant comme un reste dégradé de haute terrasse de la Thue. Mais les galets d’une Thue périglaciaire du Pléistocène moyen n’ont pas été retrouvés à la différence de ce qui a été reconnu à Brécy où subsiste un minuscule témoin de la Seulles.

Fig. 15 : Croquis morphologique et coupes des sites de Saint-Gabriel – Brécy et de Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados).

Fig. 15 : Croquis morphologique et coupes des sites de Saint-Gabriel – Brécy et de Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados).

88Le bilan sédimentaire est très variable en fonction de la topographie, comme l’attestent les sondages effectués depuis la partie supérieure en pente douce au sommet de l’interfluve. Sur le petit replat, le sol de surface (0,30 m) repose directement sur l’argile à silex (1 m) sus-jacente au Calcaire de Caen décomposé. Sur la pente, la couverture loessique s’épaissit (de 0,10 à 3 m). Ainsi, les loess récents supérieurs (deuxième moitié du Pléniglaciaire supérieur weichselien) couvrent l’interfluve et une partie du versant. Ils sont directement sus-jacents à l’argile à silex. L’argile à silex gélifluée (« bief à silex ») n’est pas datée. Sa dernière mise en place peut être de la première partie du Weichselien (comme les heads) antérieurement au dépôt des loess (Pléniglaciaire supérieur). De ce fait, l’industrie collectée à la surface de cette argile pourrait dater soit du Saalien, soit du dernier glaciaire Weichselien ou du Pléniglaciaire inférieur ? (Lautridou in Cliquet et al., 2002a).

89Le matériel lithique de Sainte-Croix comporte essentiellement les artefacts collectés en surface sur une dizaine de stations ; seul le sondage 6 a livré un ensemble statistiquement représentatif (114 objets) (fig. 16). Cette série atteste d’une mise en œuvre des matières premières locales sur le site même : le silex noir et secondairement brun de Saint-Pierre-du-Mont (Bathonien). Elle regroupe tous les éléments de la chaîne opératoire, dont les petits éléments et les esquilles (23 %), ce qui plaiderait en faveur de la faible intensité des processus d’altération de l’implantation initiale. L’ensemble se caractérise par une production d’éclats, où le débitage Levallois apparaît bien représenté, et par une chaîne de façonnage de pièces bifaciales illustrée dans ce sondage uniquement par des éclats de façonnage et de confection. Le matériel collecté en surface est constitué, pour chacune des stations, de matériel émoussé et d’objets « frais » d’aspect. Les assemblages de toutes les concentrations présentent les mêmes caractéristiques quant aux processus technologiques de mise en œuvre, et les matières premières utilisées sont les mêmes. Dans toutes les stations, tous les éléments participant aux chaînes opératoires de débitage et de confection de pièces bifaciales sont représentés. La production est principalement orientée sur le débitage d'éclat, où les méthodes Levallois et Discoïdes sont attestées, et sur l’obtention d’éclats laminaires obtenus soit par un débitage direct, soit par une gestion de surface récurrente, soit enfin plus exceptionnellement par un débitage unipolaire semi-tournant. Les pointes sont absentes. Enfin et surtout, toutes les séries se caractérisent par la présence de bifaces plats, de pièces bifaciales souvent partielles et de plaquettes « affûtées » confectionnés sur des plaquettes minces dans le silex noir de Saint-Pierre du Mont, et de bifaces trapus (sur masse centrale) élaborés dans des plaquettes épaisses du silex brun de Saint-Pierre du Mont. C’est cette même matière première qui a été utilisée pour la mise en œuvre du débitage Levallois et Discoïde, les plaquettes en silex noir du fait de leur faible épaisseur ne permettant qu’une production par débitage direct, dont le rendement s’avère faible. L’outillage est surtout dominé par les pièces bifaciales mais compte aussi de rares racloirs aménagés sur éclat.

Fig. 16 : Saint-Gabriel – Brécy (Calvados) et Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados) – Industries lithiques.

Fig. 16 : Saint-Gabriel – Brécy (Calvados) et Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados) – Industries lithiques.

Saint-Gabriel – Brécy : 1 et 2/ bifaces, 3 et 4/ racloirs (dessins L. Juhel) ; Sainte-Croix-Grand-Tonne : 5/ biface, 6/ plaquette affûtée, 7/ pointe de biface micoquien, 8/ pièce bifaciale réaménagée en denticulé, 9/ nucléus repris en pièce bifaciale

dessins P. Alix

90Comme pour Saint-Gabriel-Brécy, les caractéristiques du matériel lithique plaideraient en faveur d’un Paléolithique moyen à outils bifaciaux où quelques bifaces taillés sur masse centrale font écho à de nombreuses pièces bifaciales confectionnées sur plaquettes minces, du fait de la forte contrainte liée à la disponibilité en matière première (abondance du silex noir de Saint-Pierre-du-Mont). Par ailleurs, la panoplie instrumentale comporte quelques racloirs confectionnés sur un abondant débitage d’éclats et d’éclats laminaires. Ces séries ne sont pas bien datées. Les données chronostratigraphiques ne permettent que de proposer un âge compris entre le Saalien (vers 300 000 ans) et le Pléniglaciaire (vers 60 000 ans).

91Argentan / Le Grand-Beaulieu (Orne)

92A Argentan, le site est localisé en bordure de plateau, dont le substrat est le calcaire jurassique de Sarceaux, affecté par des poches de dissolution karstique remplies par une argile jaunâtre (fig. 17). Les cailloutis du versant correspondent à une ancienne nappe, rapportable à une haute ou moyenne terrasse de l’Orne, déplacée par gélifluxion en période froide et jalonnent le glacis en pente douce au pied de l’interfluve. Il n’y a pas de replat associé à cette nappe ; en effet le versant a été dégradé par les processus périglaciaires qui ont fait disparaître les restes de ce replat. Le cailloutis, observé en sondages, est épais de 30 à 100 cm en fonction de la localisation topographique et le contact avec le matériel de remplissage des poches karstiques est net. Dans un sondage, le sommet de ce remplissage est déformé en langues de gélifluxion pénétrant dans le cailloutis. Au sommet, l’horizon organique Ap (30 cm) développé sur ce cailloutis comporte les silex taillés. Ils sont donc en position dérivée. Au Grand-Beaulieu, le loess est absent ; il a cependant pu être observé en deux endroits à proximité. Au regard de ces conditions de gisement, on ne dispose pas de datation précise pour la nappe d’où est issu le cailloutis, affecté par plusieurs périodes froides favorables à la gélifluxion. Elle pourrait se placer dans le milieu du Pléistocène moyen, vers l’Elstérien, soit très approximativement autour de 400 000 ans (?). Il apparaît donc difficile de déterminer l’âge de la dernière mise en place des cailloutis et de la dernière retouche du glacis associé. On considère que dans le style morphologique de la Normandie, contrôlé par un enfoncement important des vallées et par une intense gélifluxion lors des périodes froides, les dépôts de pente (heads) sont contemporains du Weichselien et ont érodé les formations antérieures sauf pièges morphologiques (angle mort entre une terrasse alluviale ou marine et une falaise, karst, tectonique). Au Grand-Beaulieu, situé en amont de la vallée de l’Orne, l’incision à chaque cycle est moins importante qu’en aval. On peut donc envisager (comme à Saint-Gabriel-Brécy et à Sainte-Croix-Grand-Tonne, dans le Calvados), que des lambeaux de nappes alluviales elsteriennes sont restés conservés sur un replat avant d’être repris au Saalien. Dans ce cas l’influence du Weichselien a pu n’être que pelliculaire (transit). Le matériel archéologique pourrait donc être daté soit du Saalien, soit du dernier complexe interglaciaire / glaciaire (Lautridou in Cliquet et al., 2002c).

93A Argentan, l’essentiel du mobilier lithique, par ailleurs peu abondant (une quarantaine de pièces) est issu de prospections de surface ; cependant deux grands bifaces ont été mis au jour à l’occasion de la campagne de sondages. Ils étaient associés à la partie sommitale du cailloutis.

94Ce mobilier comporte des pièces bifaciales, dominées par les formes micoquoïdes, ou issues de la confection et/ou du façonnage de bifaces et des éléments de chaînes de production d’éclats. Celle-ci s’effectue par gestion de surface où la méthode Levallois est attestée : nucléus de gestion centripète, éclats et pointes. L’outillage apparaît essentiellement constitué de bifaces (18 objets) et de rares enlèvements transformés en outils, dont un racloir et un éclat affecté d’une retouche sur face plane. Ce petit ensemble lithique n’est pas sans évoquer ce que F. Bordes appelait l’Acheuléen final, assemblage qui s’inscrit maintenant dans le Paléolithique moyen.

95

Fig. 17 : Argentan / Le Grand-Beaulieu (Orne) – Coupe du site et industrie lithique.

Fig. 17 : Argentan / Le Grand-Beaulieu (Orne) – Coupe du site et industrie lithique.

1/ outil bifacial, 2 et 4/ production Levallois, 3/ biface

dessins P. Alix

7 - Les occupations du Pléistocène supérieur

7.1 - Les occupations des SIM 5 à 3

96Les implantations du Paléolithique moyen peuvent être bien préservées dans certains espaces géographiques et/ou en fonction de leur position par rapport à certains éléments structurants du relief (fig. 18). Ainsi, les habitats de pied de falaises, d’aplombs rocheux, de couloirs d’abrasion du Nord Cotentin (Hague et Val de Saire) ont souvent été rapidement recouverts par les formations superficielles et ont été moins affectés par les phénomènes érosifs que les grandes implantations de milieux ouverts de la Normandie moyenne et orientale. En effet, la séquence normande de plateau se caractérise par le sol eemien, souvent tronqué, recouvert par les « limons bruns feuilletés » du Pléniglaciaire inférieur, puis par un loess inférieur lité souvent décarbonaté et par le loess à doublets décarbonaté, séparé du précédent par l’horizon de Nagelbeek (vers 20 ka) (fig. 19). Ce schéma est légèrement différent sur les versants de la vallée de la Seine et dans la Campagne de Caen où un gros cailloutis de base, équivalent des « limons bruns feuilletés » des plateaux érode les formations du Début Glaciaire et la partie sommitale du sol eemien, voire même le sommet des loess saaliens. De ce fait, de nombreuses industries lithiques incorporées aux « limons bruns feuilletés » ne peuvent être datées avec précision. Ces remaniements peuvent être de faible ampleur, comme dans le Pays de Caux, à Houppeville (Guette, 2007), à Goderville (Guette, 2007) ou à Etoutteville (Delagnes & Ropars, 1996), ou très importants comme à Epouville (Guette, 2007).

97Cependant, il arrive que les sols humifères du Début Glaciaire weichselien soient conservés sur versant, comme à Saint-Pierre-lès-Elbeuf ou à Mauquenchy (Locht et al., 2013). Dans ce cas, la plupart des occupations sont incorporées au cailloutis de base, aux sols humifères (forestiers ou steppiques) du Weichselien ancien et aux « limons bruns feuilletés ».

98Sur le littoral, les implantations anthropiques peuvent être associées aux plages perchées du dernier interglaciaire, aux formations dunaires et aux heads, équivalents des « limons bruns feuilletés » et du cailloutis de base (Lautridou 1985 ; Lautridou & Cliquet, 2006 ; Coutard, 2003).

Fig. 18 : Carte des principaux sites de la phase récente du Paléolithique moyen de Normandie (SIM 5 à 3).

Fig. 18 : Carte des principaux sites de la phase récente du Paléolithique moyen de Normandie (SIM 5 à 3).

Fig. 19 : Logs stratigraphiques des principaux stratotypes de Normandie.

Fig. 19 : Logs stratigraphiques des principaux stratotypes de Normandie.

7.1.1 - Le SIM 5e

99En Normandie, les sources s’avèrent très discrètes en ce qui concerne l’optimum eemien (SIM 5e), comme dans toute l’Europe du nord-ouest. En effet, les occupations du dernier interglaciaire ont souvent été affectées par des phénomènes érosifs et les artefacts contemporains de cet épisode se trouvent fréquemment incorporés dans les cailloutis du début du Weichselien et dans les limons bruns feuilletés pléniglaciaires. Ceci est fréquemment observé sur les plateaux de Normandie moyenne et du Pays de Caux, alors que les sols d’occupation de l’Eemien et du Début Glaciaire weichselien peuvent être partiellement conservés sur versant. C’est la séquence séquanienne de J.-P. Lautridou. Dans le Pays de Bray, tout comme en Picardie et a fortiori, en allant vers l’est du continent, le bilan sédimentaire du dernier cycle apparaît mieux conservé (Antoine et al., 1998, 2003b).

100Cependant, dans de rares cas, des niveaux d’occupations probablement corrélables à l’optimum eemien ont été préservés, comme sur la côte de la Manche, dans l’Anse de Quéry, à Montfarville (Coutard, 2003 ; Coutard & Cliquet, 2005) ou dans la doline inscrite en haut de versant à Grossoeuvre / Le Vieux Moulin (Eure, Cliquet et al., 2003b).

101Montfarville / Anse de Quéry (Manche)

102Les sondages réalisés sur l’estran dans l’Anse de Quéry à Montfarville ont mis en évidence, sous la plage actuelle, une séquence composée de sablons éoliens datés de 46 ± 3 ka, reposant sur des sables marins datés de 126 ± 11 ka (Coutard, 2003 ; Coutard & Cliquet, 2005) (fig. 20). Ces deux formations sont séparées par un cailloutis représentant un hiatus d’environ 80 000 ans. Dans quatre des cinq sondages ouverts, de nombreux artefacts ont été récoltés dans la plage eemienne ou dans le cailloutis (fig. 20). Leur état physique est soit émoussé, soit d’aspect « frais ». Le sondage 4 a livré un ensemble d’une centaine de pièces fraîches clairement issu du sommet de la plage ; il se caractérise par la présence de nucléus de gestion de surface dont un Levallois et une production d’éclats et de lames à arêtes parallèles et de lamelles. Une lame à crête suggère un débitage conduit par une gestion volumétrique, comme à Port-Racine (Cliquet, 1992) et au Rozel (Van Vliet-Lanoë et al., 2006). Tous les éléments de la chaîne opératoire sont représentés, notamment les petits éléments et les esquilles qui font défaut dans les autres sondages. Par ailleurs la présence de nombreux artefacts affectés par le feu laisse présager la proximité d’une structure de combustion. Cet assemblage est donc eemien stricto sensu Les silex taillés, émoussés et « frais » rencontrés dans le cailloutis de transition quand il existe ou à la base des loess sont donc remaniés et ne peuvent être datés avec précision (entre le SIM 5d et le SIM 3). L’ensemble lithique affiche de grandes similitudes au plan technologique avec la première série : production d’éclats et de lames par une gestion volumétrique. Notons aussi la présence de pièces chauffées.

Fig. 20 : Montfarville / Anse de Quéry (Manche) – Profil de la tranchée S.1 – S.2 (d’après S. Coutard, 2003) et industrie lithique.

Fig. 20 : Montfarville / Anse de Quéry (Manche) – Profil de la tranchée S.1 – S.2 (d’après S. Coutard, 2003) et industrie lithique.

1/ encoche en bout, 2 à 6/ production laminaire pouvant être issue d’un débitage volumétrique

dessins P. Alix

103Le site de Grossoeuvre, implanté en haut d’un versant dans la Plaine de Saint-André de l’Eure, correspond à une doline qui s'inscrit dans le substrat d'argile à silex recouvrant la craie et dont le remplissage intègre deux niveaux d’occupation. La séquence stratigraphique, très comprimée, comporte un cailloutis dérivé de l'argile à silex dont la partie supérieure contient l'industrie lithique, surmonté d’un loess weichselien d'épaisseur décimétrique en dehors de la dépression et qui atteint plus d'un mètre d'épaisseur dans celle-ci. Le cailloutis est l'équivalent local des dépôts de pente périglaciaires du début Weichselien et le loess (pédogénéisé par le sol de surface) correspond au dernier loess post-Nagelbeek. La première occupation reconnue est rapportable au SIM 7 (cf. 5.2.2), apparaît constituée de pièces fortement émoussées et se trouve en position dérivée. La seconde, datée de 130 ± 8 ka (TL sur silex chauffé), paraît homogène et comporte des objets affichant une grande "fraîcheur", qui semblent donc avoir été peu affectés par des déplacements (concassage, poli d'usure...) ou par le gel. Cette série, numériquement importante (plus de 25 000 artefacts), se caractérise par une production d’éclats et d’éclats laminaires où les méthodes Levallois et Discoïdes sont bien exprimées. Si le silex local de médiocre qualité qui tapisse la doline est majoritairement mis à profit, diverses matières premières « exogènes » (silex zonés, silex jaspés, silex de la craie, grès...) ont été introduites sur le site sous diverses formes : nodules « épannelés », nucléus, éclats souvent prédéterminés et outils. La lecture technologique du matériel et les nombreux raccords et remontages d’enlèvements entre eux et sur leur support de débitage attestent aussi d’un emport de certaines pièces en dehors de l’habitat. Ces objets témoignent des déplacements effectués par les Paléolithiques au sein d’un territoire qui pouvait couvrir plusieurs dizaines de kilomètres de rayon. Par ailleurs, le site de Grossoeuvre se caractérise par une production originale de micro-éclats souvent obtenus par la méthode Levallois, où les matières « exogènes » sont majoritaires. L'outillage retouché comporte essentiellement des encoches et des racloirs, principalement simples et une pièce bifaciale.

104Conclusion partielle : SIM 5e

105La Normandie ne comporte pas de séquence complète de la transgression puis de la régression de l’Eemien comme à Amsterdam (Zagwin, 1989) et les occupations du stade 5e conservées sont rares comme dans toute l’Europe du nord-ouest. Cet état de fait a été à maintes reprises souligné, et serait davantage dû aux phénomènes taphonomiques qu’à un problème environnemental et /ou comportemental des paléolithiques, que ce soit sur le littoral (Coutard & Cliquet, 2005), ou en contexte de plateau et de versant. Ce sont la configuration du site (occupation d’une doline) et la localisation topographique du gisement, en sommet de versant, qui ont permis la conservation des niveaux d’occupation de l’habitat de Grossoeuvre.

7.1.2 - Du stade 5d au stade 3

106Comme dans toute l’Europe du nord-ouest, l’essentiel des témoignages d’occupation s’inscrivent dans la tranche chronologique comprise entre les stades 5d et 3 (fig. 19). La plupart des gisements de la phase récente du Paléolithique moyen ont fait l’objet d’une révision dans la Hague (Cliquet, 1992 ; Cliquet, 2005 ; Lautridou & Cliquet, 2005), dans le Val de Saire (Coutard, 2003 ; Coutard & Cliquet, 2005), sur la côte du Calvados, à l'ouest de Caen, dans la basse plage de Meuvaines (Cliquet et al., 2002b ; Guadelli et al., 2003) et dans le pays de Caux (Guette, 2007). La documentation s’avère plus hétérogène pour les autres secteurs géographiques, et les informations sont toujours issues de sondages programmés et/ou d’opérations de fouilles programmées effectués dans le cadre du projet collectif de recherche portant sur les premiers peuplements de Normandie, et de prospections. Il en va ainsi pour le Bessin, la Plaine de Caen, le Lieuvin, l’espace Rânes – Flers - Ecouché dans l’Orne, les Plaines du Neubourg et de Saint-André de l’Eure. C’est la raison pour laquelle nous nous attacherons à présenter quelques sites récemment fouillés ou évalués : l’implantation intégrée aux sols noirs de Guichainville – Le Vieil-Evreux / Le Long-Buisson dans l’Eure, l’habitat de plateau de Saint-Pierre-Eglise - Clitourps / Le Mont-Etolan et l’occupation de pied de falaise de Fermanville / Biéroc - La Mondrée dans la Manche, l’atelier de production d’outils bifaciaux de Pierrepont et l’occupation de Glos dans le Calvados.

7.1.2.1 - Dans le Cotentin (Manche)

107Saint-Pierre-Eglise - Clitourps / Le Mont-Etolan (Manche)

108Le site de Saint-Pierre-Eglise / Clitourps est implanté sur le sommet topographique du Val de Saire, le Mont Etolan, à 138 m NGF d’altitude (Cliquet et al., 2009a ; Coutard et al., 2010) (fig. 21). Ce mont domine de 10 à 20 m son proche environnement. Cette situation exceptionnelle à l’intérieur des terres en fait un bon poste d’observation de la plaine littorale, et des différents vallons et vallées qui entaillent le plateau. Ce haut plateau, constitué par des dépôts détritiques triasiques en partie silicifiés (conglomérats) a été fortement disséqué et dégradé au cours du Quaternaire. Les sondages et la fouille de deux « dépressions » indiquent une vraisemblable implantation au pied d’une échine en conglomérat triasique détruite par des aménagements contemporains, mais attestée par la présence de coulées de blocaille. La couche de conglomérat qui existait à la surface du sol a été entièrement gélifractée et disloquée ; ses éléments ont acquis une position oblique, souvent verticale, en limite de poches de cryoturbation de 70 à 120 cm d’ouverture et de 30 à 50 cm de profondeur. Entre les parties consolidées en arkose et en conglomérat, le matériau est resté meuble et se présente sous la forme de lentilles de galets, de graviers, de granules, à matrice sableuse ou à matrice argilo-sableuse, épaisses d’environ 30 cm.

109Si aucun témoin de sol de rang interglaciaire, comme celui de l’Eemien, avec ses revêtements argileux brun-rouge et ses structures prismatiques ou polyédriques, n’a été trouvé en place, l’observation d’une lame mince fabriquée à partir de la matrice limono-sableuse du fond d’une cellule de cryoturbation (analyse S. Coutard) a révélé l’abondance de papules de ferri-argilanes, bruns à brun orangé, témoignant du démantèlement d’un sol brun lessivé. La même lame montre des traits propres au rôle du gel-dégel : compaction, coiffes silteuses et ne présente aucun indice d’une pédogenèse plus récente. De ce fait, il apparaît possible d’attribuer un âge weichselien au tablier de blocaille, au cailloutis et au limon sableux. Le tablier de blocaille peut être assimilé aux heads très fréquents sur les versants du Nord-Cotentin qui se sont mis en place durant le Début Glaciaire (fin du SIM 5) et pendant le Pléniglaciaire inférieur (SIM 4 ; Clet et al., 1986) et le limon sableux sus-jacent pourrait être un équivalent des limons bruns feuilletés ou des loess sableux brunâtres décrits en Haute-Normandie et Picardie et placés dans la fin du SIM 4 (Lautridou, 1985 ; Antoine et al., 1998). Dans les deux dépressions fouillées et dans la « coupe du hangar » proche de la fouille, la disposition du matériel lithique a été considérablement perturbée par les cryoturbations et les pièces taillées incorporées au cailloutis et pour une part au limon sableux présentent souvent une position inclinée ou verticale. Un âge Pléniglaciaire inférieur pour cette industrie (entre 75 et 60 ka) semble le plus probable.

110La série comporte plus de 10 200 artefacts et atteste de la mise en œuvre de plusieurs matières premières, où le silex apparaît dominant, tant dans les chaînes de production d’éclats que dans les chaînes de façonnage de pièces bifaciales (bifaces et outils bifaciaux). L’observation des cortex plaide en faveur d’un approvisionnement littoral en silex, soit issu de cordons comme l’attestent certains états de surface très caractéristiques (abrasion partielle du cortex, coups d’ongle), soit de bancs de silex ou de placages d’argile à silex exondés lors de la régression weichselienne (cortex plus épais, sans coups d’ongle, souvent orangé). La faible proportion de pièces corticales plaiderait en faveur d’un apport de nucléus épannelés et de supports de débitage sur le site ; le décorticage et une partie du plein débitage ayant été faits sur les lieux de collecte. Ce comportement n’a été que rarement observé dans le Cotentin, les sites analysés étant majoritairement implantés sur l’actuel littoral. Le quartz local, le grès triasique et le conglomérat du substrat ont aussi été utilisés comme matière d’œuvre. Le quartz de diverses qualités est présent sous forme de filons et de blocs détachés du substrat. Majoritairement utilisé pour la production d’éclats, il a aussi participé à la confection de pièces bifaciales (biface trapu en quartz mauve, éclat de façonnage en quartz blanc) et d’outils (racloirs et pièces à encoches). Le grès est présent dans la formation triasique qui borde l’échine conglomératique constituant le Mont Etolan, sous forme de galets décimétriques souvent oblongs. Ceux-ci ont été utilisés comme percuteurs ou transformés en galets aménagés. Enfin, le conglomérat qui affleure sur le site présente une grande variabilité (taille et morphologie des galets qui le constituent, nature et cohésion du « ciment », degrés d’altération). Ces conglomérats ont été fréquemment testés et pour certains utilisés pour la production d’éclats. Le débitage semble principalement orienté vers la production d’éclats, où les méthodes Levallois et Discoïde sont présentes, et secondairement de supports laminaires. Le façonnage est illustré par de nombreux éclats de façonnage et par une vingtaine de pièces bifaciales (bifaces-outils, bifaces-supports d’outil(s) et outils bifaciaux).

111Le site du Mont-Etolan à Saint-Pierre-Eglise est donc original à plusieurs titres ; du fait de sa localisation dans les terres à environ 6 km en arrière du littoral, de la diversité des matières premières mises en œuvre par les Néandertaliens (silex, grès, quartz et conglomérat triasique), de l’apport du silex collecté sur les paléo-estrans (vestiges de cordons littoraux et/ou matières premières siliceuses exondées directement accessibles).

Fig. 21 : Saint-Pierre-Église – Clitourps / Le Mont Etolan (Manche) – Profil de la rampe du hangar et industrie lithique.

Fig. 21 : Saint-Pierre-Église – Clitourps / Le Mont Etolan (Manche) – Profil de la rampe du hangar et industrie lithique.

1/ galet aménagé en grès, 2 et 5/ bifaces en silex, 3/ lame en silex, 4/ racloir latéral simple convexe en silex, 6/ nucleus en quartz

dessins L. Juhel et P. Alix

112Le site submergé de la Fermanville / Biéroc - La Mondrée

113Le site de Biéroc - La Mondrée se trouve à l’est de Cherbourg, dans le Nord-Cotentin (Val de Saire, France), à environ 20 m sous la surface de la mer, au pied de la paroi orientale d’une paléo-falaise constituée par les rochers de Biéroc (Cap Lévi) (Scuvée & Vérague, 1988 ; Coutard, 2003, Cliquet et al., 2011a ; Mercier et al., à paraître). Découvert en 1970 par Jean Allix, puis exploré en 1971 sous la conduite de Frédéric Scuvée (1970 et 1972), le site a fait l’objet d’une monographie (Scuvée & Vérague, 1988) puis d’un ensemble d’interventions ponctuelles faites par l’ASAM - plongée dans le cadre de la thèse de S. Coutard (2003), portant sur les gisement du Val de Saire et du Projet Collectif de Recherche « Le Paléolithique en Basse-Normandie » visant à en préciser le contexte (sondages effectués entre 2000 et 2002, carotte de sédiments prélevée en 2010).

114La campagne de fouille entreprise par F. Scuvée, puis les carottages et les prélèvements réalisés sur le site entre 2000 et 2002 montrent une stratigraphie relativement constante avec, sous la couverture actuelle de sable graveleux, 15 à 25 cm (voire localement 60 cm) de sable silteux gris coquillier, parfois riche en matière organique (fig. 22). L'industrie lithique repose sur ce dépôt. En dessous se trouve un sable ocre coquillier ou azoïque, contenant de petits galets à la base. La carotte prélevée en 2010 dans le but de tenter des datations OSL (Mercier et al., à paraître) donne pour l’échantillon « Haut » provenant du niveau dans lequel de l’industrie lithique a été trouvée, un âge de 69,7 ± 6 ka, ce qui situe le dépôt à la limite des stades isotopiques 5a et 4. Pour les échantillons « Milieu « et « Bas », des âges indiscernables ont été obtenus (96,3 ± 9,5 et 95,4 ± 9 ka), situant le dépôt de ces niveaux au cours du SIM 5c.

115Le mobilier lithique recueilli dans les années 1970 et lors des opérations de sondage conduites en 2002 se caractérise par une production Levallois largement majoritaire, conduite selon des schémas variés - uni et bipolaire voire centripète - et orientée vers l’élaboration de grands éclats prédéterminés qui servent éventuellement de support à l’outillage (fig. 22). La volonté de produire des supports allongés est notamment illustrée par le mobilier issu des sondages 2 et 3 de 2002. La méthode Kombewa est attestée. L’outillage comporte des pièces affectées de coches (encoches et denticulés) et des racloirs.

116Les modules pluridécimétriques du débitage et des nucléus à leur état d’abandon suggèrent l’utilisation d’une matière d’œuvre de très grande taille, fait inhabituel dans les assemblages lithiques du Nord Cotentin. L’observation des artefacts, notamment des états de surface des cortex, plaide en faveur d’un approvisionnement soit dans des bancs de craie récemment démantelés par les phénomènes de régression-transgression et les conditions périglaciaires, soit dans des placages d’argile à silex dispersés, exondés lors des épisodes froids du Weichselien ancien et du début Pléniglaciaire. Certains nucléus de grand module évoquent la mise en œuvre de grandes dalles de silex !

117L’occupation de Biéroc - La Mondrée correspond vraisemblablement à un habitat de pied de falaise, installé à l’abri des vents dominants, comme les implantations de pied de paroi des secteurs 1 et 5 de Saint-Germain-des-Vaux / Port-Racine (espaces domestiques structurés).

118

Fig. 22 : Fermanville / Biéroc – La Mondrée (Manche) – Localisation et séquence stratigraphique d’après S. Coutard et industrie lithique.

Fig. 22 : Fermanville / Biéroc – La Mondrée (Manche) – Localisation et séquence stratigraphique d’après S. Coutard et industrie lithique.

1 et 2/ éclats Levallois, 3/ Racloir simple convexe, 4/ racloir double convergent, 5  et 6/ ≪ lames ≫ Levallois, 7/ racloir latéral convexo-concave

dessins P. Alix

119Conclusion partielle : SIM 5 à 3 dans le Cotentin

120En Normandie armoricaine, les occupations moustériennes se rencontrent presqu’exclusivement sur le littoral. Cela tient, d’une part à l’érosion des paléofalaises qui met au jour les niveaux anthropiques souvent préservés grâce à des reliefs qui structurent l’espace, d’autre part à la quasi absence de témoins d’occupation à l’intérieur des terres du fait de l’intensité des phénomènes érosifs qui ont déstructuré les sites d’habitat, comme le démontre le brassage du mobilier lithique conservé dans les dépressions d’origine cryoclastique du substrat triasique de Saint-Pierre-Eglise / Clitourps . De ce fait, la plupart des occupations moustériennes reconnues s’inscrivent en contexte régressif, en milieu dunaire ou face à des plaines côtières et se rapportent au début du dernier Glaciaire (SIM 5d à 5a). Fin Début Glaciaire / début Pléniglaciaire, le niveau marin peut être relativement bas, vers –20 m NGF, comme à Fermanville / Biéroc – La Mondrée où le dernier niveau d’occupation a été daté de 67,9 ± 9 ka par OSL sur sable fin vaseux.

121Quelques pièces bifaciales collectées dans les heads pourraient témoigner soit de la présence de niveaux d’occupation du Début Glaciaire implantés sur les plateaux ou les hauts de versants, déstructurés par les phénomènes érosifs du Pléniglaciaire, soit d’implantations de courte durée interstratifiées dans les heads. Ces implantations prennent place en contexte froid et humide. C’est le cas du lambeau de sol mis au jour dans les dépôts ruisselés du Weichselien (D5) du secteur 1 du site de Saint-Germain-des-Vaux / Port-Racine, rapporté sur la base de la chronostratigraphie au SIM 3 (Cliquet, 1992).

122Enfin, comme pour les assemblages lithiques du Pléistocène moyen, dans tous les sites moustériens littoraux du Cotentin du Pléistocène supérieur, le silex issu des cordons littoraux est quasi exclusif parmi les matières premières mises en œuvre.

7.1.2.2 - En Normandie moyenne et orientale

123Meuvaines / Le Roule-Crotte (Calvados)

124Le site de Meuvaines se trouve en bordure d'un marais littoral tourbeux, au pied d'un versant. Il a livré dans les années 1980 une abondante série lithique en surface qui a motivé la conduite de sondages en 2001 (Cliquet et al., 2002b) (fig. 23).

125Dans la zone étudiée, il existe dans la topographie une surface plane vers 6 m NGF, de part et d'autre d'un ruisseau, le Roule-Crotte, soit à peine 2 m au dessus du sommet du marais littoral. Cette surface correspond à une plage fossile épaisse d’environ 2 m, constituée de galets au sommet desquels les silex taillés ont été découverts. La plage fossile repose sur un replat façonné dans les calcaires à 4 m NGF alors que des sables gris et des galets marins fini eemiens ont été repérés sous le marais littoral sont à -1/-2 m NGF.

126Les sondages ont permis d’observer une paléofalaise littorale, avec au pied des sables et galets marins roussâtres peu carbonatés (10 à 30 cm d'épaisseur) recouverts par un limon argileux jaunâtre épais de 3 m avec des cailloux calcaires gélifractés. Ce limon argileux est interprété comme un dépôt de pente périglaciaire (head) alimenté par les calcaires marneux du versant. Un head identique a été retrouvé sur la côte sous les tourbes. Ces éléments laissent raisonnablement supposer l’existence d’un système de plages emboîtées datables du dernier interglaciaire eemien, la plage supérieure étant probablement rapportable à l’optimum, soit entre 125 et 115 000 ans (Lautridou in Cliquet et al., 2002b), attribution confirmée par la datation par OSL : 109 ± 8,9 ka (laboratoire d’Oxford).

127L’essentiel du mobilier lithique a été trouvé en surface et les objets mis au jour lors des sondages n’ont pas été trouvés en position primaire. Ils se rencontrent dans la partie sommitale de la plage (pièces roulées et émoussées) et pourraient donc correspondre à plusieurs passages des paléolithiques sur la plage en phase transgressive ou durant l’optimum du dernier interglaciaire. Les artefacts « frais », mis au jour directement à l’interface paléoplage – sol tourbeux holocène, correspondraient à une implantation sur les paléo-estrans en haut de plage et en pied de falaise en phase régressive de la fin de l’optimum eemien.

128L’état physique du matériel est très variable et comporte une majorité d’artefacts roulés et émoussés. Le corpus dans chacune de ces catégories plaiderait en faveur d’une même série, remaniée dans les parties basses du site (?). L’étude préliminaire des artefacts nous autorise à présenter les grandes tendances qui caractérisent le matériel lithique de Meuvaines, à savoir : un débitage de gestion de surface d’éclats et d’éclats laminaires où la méthode Levallois est bien exprimée, une majorité de plaquettes aménagées en bout ou latéralement sur galets marins plats en silex bathonien, la présence de quelques bifaces trapus confectionnés sur masse centrale et de pièces bifaciales aménagées sur éclat ou support plat, et surtout une bonne représentativité des bifaces de « tradition micoquienne » (bifaces micoquiens, lancéolés, lancéolés asymétriques, sub-triangulaire et biface à dos). Le site de Meuvaines est donc original par les caractéristiques du matériel lithique (plaquettes aménagées et bifaces micoquiens).

Fig. 23 : Meuvaines (Calvados) – Croquis de localisation et transect du versant de la plage d’Asnelles – Meuvaines, et industrie lithique.

Fig. 23 : Meuvaines (Calvados) – Croquis de localisation et transect du versant de la plage d’Asnelles – Meuvaines, et industrie lithique.

Croquis de localisation - 1/ dunes, 2/ fluviatile et fluvio-marin de la Seulles, 3/  estuaire de l’Orne, 4/ transect (T), 5/ falaises vives, 6/ tourbe inférieure d’après Guadelli et al., 2003, modifié).Transect – I : calcaires et marnes jurassiques, II : (1)/ sables marins fini-eemiens, avec quelques galets (2), III : Début Weichselien – 1/ tourbe, 2/ argile,IV : silts argileux carbonatés, V : a/ head, b/ lits de cailloux, c/ loess, VI : 1/ sol sur loess, 2/ tourbe holocène, VII : cordon dunaire, VIII : plage actuelle.Industrie lithique – 1/ nucléus Levallois, 2/ biface micoquien, 3/ éclat Levallois, 4/ plaquette aménagée (dessins P. Alix).

129Guichainville – Le Vieil-Evreux : Le Long-Buisson I (Zone 5, deuxième doline « sols noirs ») (Eure)

130Les sondages effectués dans la grande doline de la zone 5 ont révélé la présence d’artefacts lithiques dans un sédiment correspondant à un petit marécage qui se serait implanté dans une zone affaissée (Cliquet et al., sous presse) (fig. 24). Probablement contemporain des sols gris forestiers formés sur loess en milieu drainé, il daterait du Début Glaciaire Weichselien.

131Le petit assemblage lithique (57 pièces) découvert témoigne notamment de la production d’éclats et d’enlèvements allongés conduite principalement selon la méthode Levallois dans le silex local. L’outillage n’est constitué que de racloirs.

Fig. 24 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure)- Long‑Buisson 1, Zone 5 : industrie lithique de la « série des limons noirs  ».

Fig. 24 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure)- Long‑Buisson 1, Zone 5 : industrie lithique de la « série des limons noirs  ».

1/ nucleus de gestion de surface bipolaire orthogonale, 2/ lame, éclat remonté, 3, 4 et 5/ pointes, 6/ racloir

dessins L. Juhel

132Pierrepont

133Le site de Pierrepont se trouve sur un plateau fortement incisé par les ruisseaux qui alimentent la Baize, affluent de l’Orne. La station se trouve sur un replat d’altitude 210-215 m NGF, situé à l’aval d’un long glacis d’érosion périglaciaire qui tronque une série de grès et de schistes cambriens (Cliquet et al., 2003a, 2013). L’amont du glacis s’appuie sur un talus formé de roches dures (grès pourprés et cornéennes), qui marque la limite ouest du plateau de Martigny-sur-l’Ante d’altitude 241-246 m NGF. Le glacis et le replat sont couverts d’un mince manteau de fragments de grès, de sables et de silts provenant de la gélifraction et de la désagrégation de la roche.

134Dans le sondage 1, qui correspond à une cuvette dans la microtopographie du replat, le remplissage est constitué d’un ranker brun sous prairie (épais de 0,15 m) sus-jacent à un dépôt complexe d’allure lenticulaire de couleur brun à brun-jaune (épais de 0,70 m). Ce dernier comporte une lentille pierreuse à matrice granuleuse, sableuse et secondairement limoneuse, mise en place par gélifluxion, recouverte par une lentille à matrice sablo-limoneuse et granuleuse et blocs de grès dispersés, vraisemblablement apportée par des écoulements boueux. Enfin, à la base, un horizon d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, en contact brutal avec la roche fracturée, à matrice sablo-limoneuse, secondairement argileuse, incorpore de nombreux silex taillés. Le mobilier lithique a été rencontré dans tout le profil.

135La mise en place de cette couverture par gélifluxion et ruissellement au cours des froids quaternaires a entraîné l’étalement en nappe du matériel taillé et une disposition souvent oblique voire verticale des artefacts, position acquise par glissement dans de petites rigoles. Seul le sondage 1, ouvert à l’aplomb d’une ancienne cuvette façonnée dans une zone plus schisteuse, altérée plus profondément, et où le comblement atteint un peu plus d’un mètre, a été propice à la conservation de quelques petits groupements de pièces taillées. En périphérie du replat dans lequel s’inscrit la cuvette, le matériel a été dispersé et disparaît rapidement dans le dépôt de pente.

136Compte-tenu du caractère superficiel du gisement, il apparaît difficile de dater l’occupation du site, et seule la bonne conservation d’une concentration d’artefacts à la base des dépôts périglaciaires dans le sondage 1 permet de suggérer un âge antérieur à la dernière phase d’activité majeure des processus périglaciaires de versant qui prend place pendant les Pléniglaciaire inférieur et moyen du Weichselien (SIM 4 et 3), avant 60-65 000 ans (Coutard in Cliquet et al., 2013).

137Le gisement de surface de Pierrepont a livré un abondant matériel lithique (plusieurs milliers de pièces), découvert à la faveur des labours. L’assemblage atteste de chaînes opératoires de débitage d’éclats et de façonnage d’outils bifaciaux, produits dans la matière première locale (fig. 25).

138Les observations préliminaires font état d’une faible proportion d’éclats de décorticage, d’une relative abondance des enlèvements de plein débitage et de façonnage et des nucléus, et une bonne représentation des pièces bifaciales : bifaces et racloirs à retouche biface. La matière première lithique est mise en œuvre selon des schémas désormais classiques de gestion de surface, notamment le débitage direct et le débitage centripète. La méthode Kombewa est attestée par plusieurs enlèvements. L’outillage sur éclat apparaît constitué de racloirs simples latéraux convexes et transversaux convexes mais surtout de racloirs à retouche biface. Ces derniers peuvent présenter des amincissements obtenus par ablation du talon. Enfin la série compte des bifaces « vrais » généralement façonnés sur éclat. Quelques pièces attestent de changement de statut, notamment entre bifaces et nucléus.

139A Pierrepont, d’autres nappes de vestiges ont été reconnues sur les versants, associées aux argiles à silex vraisemblablement issues des Calcaires jurassiques de Fresné-la-Mère et de Caen qui dans la région renferment des niveaux variables de silex de grande taille et de teinte gris sombre. Ces gisements correspondent à des sites de production et de consommation d’outils bifaciaux, tels ceux mis en évidence à Saint-Brice-sous-Rânes dans l’Orne (Cliquet et al., 2009e).

Fig. 26 : Glos (Calvados) – Profil du sondage

Fig. 26 : Glos (Calvados) – Profil du sondage

140Glos (Calvados)

141Les briqueteries de Glos ont fait l’objet de nombreuses observations concernant la préhistoire ancienne et les formations superficielles (Lautridou, 1985 ; Van Vliet-Lanoë, 1988 ; Cliquet et al., 2009c).

142L’intérêt de ce site réside dans la conservation d’occupations paléolithiques en contexte, fait rarissime pour le Pays d’Auge. En effet, si quelques pièces lithiques rapportables au Paléolithique moyen ont été collectées en surface et en position dérivée sur versant dans le secteur de Lisieux, seul le gisement de Glos (Briqueterie Lagrive) a livré du mobilier associé aux formations loessiques lors de l’exploitation des limons, sans que le contexte dans lequel se trouvaient les silex taillés, collectés par les ouvriers et/ou les prospecteurs, soit bien défini. Les artefacts auraient été rencontrés dans le cailloutis de base du Weichselien, dans la partie sommitale du paléosol eemien et dans les loess saaliens. L’ouverture d’un sondage, en 2008, à 105 m d’altitude, sur un interfluve, encadré à l’ouest par la Touques, au nord par la Paquine et au sud par l’Orbiquet, trois rivières profondément encaissées, a permis de collecter des silex taillés en stratigraphie.

143Le bilan sédimentaire de ce sondage illustre principalement la séquence weichselienne qui comporte à la base un limon gris à concrétions noires (4-3,7 m) puis des limons bruns argileux à feuilletage peu net (3,7-2,5 m) de la famille « des limons bruns feuilletés » de la séquence normande, attribués au Pléniglaciaire inférieur (50 à 70 ka). L’ensemble est recouvert par des loess, d’abord jaunes homogènes (2,35-1,95 m), puis à doublets (1,6-0,8 m) avec deux sols gris hydromorphes cryoturbés (gley de toundra) : le Sol de Mesnil-Esnard (2,5-2,35 m) daté d’environ 35 ka par OSL (laboratoire d’Oxford) et le Sol de Roumare (1,95-1,6 m), synchrone de l’Horizon à langues de Nagelbeek daté de 20 à 22 ka. Ces deux gleys sont associés à des fentes de gel, profondes de plus d’un mètre.

144Cette séquence weichselienne repose sur un Bt eemien tronqué (sol Elbeuf I, entre 4 et 4,4 m) (fig. 26). Les limons sous-jacents sont donc d’âge saalien, ils ont le même faciès que les limons bruns feuilletés weichseliens.

145L’industrie se rencontre dans les limons bruns feuilletés et à l’interface avec le sol eemien, les vestiges se trouvant distribués sur une vingtaine de centimètre d’épaisseur. Cette dispersion verticale s’avère classique dans les limons bruns feuilletés.

146Le débitage est exclusivement orienté vers la production d’éclats Levallois, conduite selon un schéma opératoire linéal et récurrent visant à l’obtention d’enlèvements quadrangulaires et sub-circulaires, et de quelques produits allongés.

147La série lithique de Glos s’inscrit dans les assemblages de la fin du début du Dernier Glaciaire Weichselien (SIM 5a, voire du début du SIM 4 de la chronologie isotopique), soit au alentour de 70 ka.

148Conclusion partielle : SIM 5 à 3 en Normandie moyenne et orientale

149En Normandie moyenne et orientale, les implantations sur plateaux et sur versants sont affectées par les phénomènes érosifs, ce qui se traduit par des hiatus dans la stratigraphie et par la remobilisation de certains assemblages lithiques. Ces artefacts sont souvent trouvés associés à des pavages, des cailloutis ou aux limons bruns feuilletés qui signent la grande crise érosive du Pléniglaciaire inférieur entre 68 et 55 ka. De ce fait, on observe une séquence stratigraphique très incomplète avec un limon brun feuilleté ou un cailloutis surmontés de loess des Pléniglaciaire moyen et supérieur entre 35 et 15 ka, ce qui rend délicate l’attribution chronologique de certaines industries.

150Le complexe de sols humifères du Début Glaciaire (SIM 5d à 5a) n’est développé qu’en vallée, comme à Saint-Pierre-lès-Elbeuf et Les Andelys en vallée de Seine, ou à Evreux et Caër dans la vallée de l’Iton, et en Normandie très orientale, dans le Pays de Bray. Ces sols gris forestiers et steppiques qui incorporent des niveaux d’occupation, attestent d’implantation en contexte continental à couvert forestier de type boréal.

151Des implantations anthropiques en position primaire peuvent être aussi associées aux limons bruns feuilletés du SIM 4. Le peuplement de la Normandie apparaît moins dense. Enfin, au Pléniglaciaire moyen, les témoignages d’occupation s’avèrent encore plus rares, à la différence de qu’on observe en Picardie où des implantations ont été mises en évidence associées au Complexe de Saint-Acheul / Villiers-Adam).

152Enfin, le site de Saint-Brice-sous-Rânes témoigne des derniers peuplements néandertaliens de Normandie. Cet atelier de production d’outils bifaciaux associé à un limon argileux est daté par TL sur silex chauffés de 46,6 ±  2,2 ka.

7.2 - Les occupations du paléolithique supérieur

153Les témoignages d’occupations attribuables avec certitude au Paléolithique supérieur sont actuellement très rares en Basse-Normandie et ne concernent que quelques pièces lithiques collectées en ramassage de surface, rapportables (fig. 27) :

154- aux cultures aziliennes (Federmesser), surtout illustrées par des armatures isolées, comme à Brillevast (Manche), Saint-Martin-des-Landes (Orne), Curcy-sur-Orne (Calvados), Touffréville (Calvados), ou regroupées associées à du débitage, comme sur les sites de Basly (Calvados) et de Saint-Pierre-Eglise (Manche) ;

155- aux cultures du Dryas récent (Belloisien), illustrées par des concentrations de produits de débitage et quelques outils, à Bény-sur-Mer et à Rouvres / Ouilly-le-Tesson dans le Calvados. C’est ce dernier site qui a fait l’objet de notre attention (sondages 2006 et décapage 2009) (Cliquet & Ghesquière, 2010).

156En Haute-Normandie, la documentation apparaît davantage fournie et a fait récemment l’objet d’une synthèse relative aux occupations du Paléolithique supérieur, dans le cadre de la monographie consacrée au site du Buhot à Calleville (Biard & Hinguant, 2011).

Fig. 27 : Localisation des sites du Paléolithique supérieur de Normandie.

Fig. 27 : Localisation des sites du Paléolithique supérieur de Normandie.

157Rouvres / Ouilly-le-Tesson (Calvados)

158Le site de Rouvres se trouve sur un interfluve (100-135 m NGF) large d’environ 400 m, caractéristique des interfluves qui constituent l’armature du relief des plateaux de la Campagne de Caen établis sur les calcaires variés du Jurassique (Bodu et al., 2010). Les formations superficielles sont peu épaisses (moins de 75 cm) et discontinues, constituées du loess récent weichselien, mis surtout en place entre 20 000 et 10 000 ans, sur lequel s’est développé le sol holocène (fig. 28).

159A Rouvres, en raison de la faible puissance de loess (75 cm), le profil du sol est comprimé et comporte un limon léger, brunâtre, humifère sans structure nette (0,35 m) sus-jacent à un limon argileux marron compact à structure polyédrique moyenne et revêtements argileux, correspondant à l’horizon Bt du sol de surface (0,40 m), recouvrant un pavage de 10 à 20 cm d’épaisseur de cailloux et dalles de calcaire silicifié. L’industrie collectée in situ se trouve dans la partie supérieure de l’horizon Bt, à -5 cm sous le sommet du Bt.

160La série lithique de Rouvres - Ouilly-le-Tesson ne comporte que 515 objets taillés, où on constate un relatif équilibre numérique entre les éclats (46 %) et les produits allongés (54 %) (fig. 28). Les nucléus sont peu fréquents voire rares (2 %) tout comme les outils (2,7 %), représentés par des pièces portant de simples retouches, des produits mâchurés et deux grattoirs.

161Comme le remarque P. Bodu, on constate à Rouvres l’absence de certains pans de la chaîne opératoire ou leur sous-représentation, notamment ce qui concerne les premières étapes de mise en forme. Economiquement, on peut donc dire que les activités de taille sont prédominantes à Rouvres / Ouilly-le-Tesson, qu’elles ont visé à une production de supports laminaires réguliers, réalisés à la pierre tendre, où les véritables lames de plein débitage ne représentent que 5 %. La grande majorité des produits allongés correspond à des lames d’entretien des convexités, de réparation d’accidents, de création des dièdres nécessaires à l’extraction des vraies lames de première intention. L’ensemble de ces caractères tant techniques qu’économiques (forte activité de taille, peu d’outillage, par ailleurs peu caractéristique en dehors des produits mâchurés, exploitation d’une matière première de bonne qualité) nous renvoie incontestablement à une attribution au Belloisien de la série.

162Le gisement de Rouvres / Ouilly-le-Tesson correspond à quelques postes de taille isolés, limités spatialement et qui ont concerné l’exploitation de très peu de blocs. Ce gisement temporaire a vraisemblablement fonctionné avec d’autres gisements plus ou moins proches qu’il conviendrait de localiser.

Fig. 28 : Rouvres – Ouilly-le-Tesson (Calvados).

Fig. 28 : Rouvres – Ouilly-le-Tesson (Calvados).

a/ profil de la coupe et industrie lithique. 1 et 2/ nucleus, 3 et 4/ lames, 5/ lame à crête

dessins P. Alix

163Conclusion partielle : Paléolithique supérieur de Normandie

164Les occupations du Paléolithique supérieur concernent essentiellement la fin de la période, à l’exception du site d’Epouville, actuellement seule manifestation des implantations d’hommes modernes de la phase ancienne du Paléolithique supérieur. Cette industrie, attribuée à l’Aurignacien, est incorporée à un limon grumeleux qui nappe le sol de Mesnil-Esnard, daté de 26 ±  2,6 ka (Guette-Marsac et al., 2009). Le Pléniglaciaire supérieur (30-15 ka) correspond à la période la plus froide et sèche du Dernier Glaciaire et se caractérise par le développement des grandes couvertures loessiques qui ont modelé l’actuel paysage.

165Ces loess ont subi plusieurs crises érosives marqués par des horizons repères : l’horizon à langues de Nagelbeek (ou sol de Roumare) daté de 20 ka, le niveau de Saint-Romain et enfin le niveau de Goderville. Ces niveaux ne comportent pas de vestige anthropique. L’existence d’un loess tardiglaciaire est discutée suite à la fouille de deux sites hauts normands (Evreux / Les Bas-Fayaux et Ambenay) et d’un gisement des Yvelines (Bonnières) (Lautridou in Cliquet & Lautridou, 2000). Cette hypothèse est fondée sur la mise au jour sur le plateau d’Evreux d’une industrie « azilienne » en place, au sommet de l’horizon B textural du sol holocène de surface soit sous 50 cm de limon (horizon Ap du sol). Ces conditions de gisement n’ont pas été reconnues en Picardie.

166Enfin, plusieurs groupes culturels sont attestés au Tardiglaciaire, les populations du Magdalénien final, les « aziliens » et les « Belloisiens ».

8 - Pour la constitution d’un tableau chrono-climatique du quaternaire et occupations associées

167Bien que l’apport des sites dont le calage chronostratigraphique « mal assurée » soit moins significatif que pour les gisements bien datés, il participe cependant à la connaissance des peuplements pléistocènes de Normandie (fig. 29). Ce bilan a été l’occasion de synthétiser sur un même tableau les occupations anthropiques, avec cependant une certaine gradation dans la valeur des informations inhérentes à chaque site. La datation de l’occupation peut être uniquement fondée sur les observations géomorphologiques (rectangle en trait plein), avec parfois une incertitude (rectangle en trait plein avec un point d’interrogation), voire une tranche chronologique très large du fait des hiatus qui ont affecté les dépôts sédimentaires du gisement (c’est le cas notamment pour les « limons bruns feuilletés » de Normandie moyenne). D’autres sites apparaissent mieux documentés, avec une chronostratigraphie bien définie, des données environnementales et dans le meilleur des cas des datations radiométriques (segments à moustaches).

168Aussi la lecture de ce tableau fait-elle apparaître une carence de notre documentation pour le Pléistocène moyen. Cela correspond sans doute à un problème de conservation des sites anciens, bien évidemment sur les plateaux, mais aussi en contexte alluvial et littoral. Les niveaux d’occupation ont souvent été démantelés par les phénomènes périglaciaires qui remodèlent le paysage à chaque phase glaciaire et sur le littoral par les transgressions. Cela se traduit, en domaine continental, par la présence d’objets, trouvés, soit isolément en surface, soit groupés associés à des argiles ou des biefs à silex, voire à des terrasses fluviatiles fortement dégradées.

8.1 - Le pléistocène moyen

8.1.1 - Peuplements les plus anciens

169Les peuplements les plus anciens attestés ont été mis au jour dans la vallée de la Seine à Saint-Pierre-lès-Elbeuf où des sables blancs fluviatiles rapportés au SIM 11 conservent les vestiges d’une occupation acheuléenne de bord de berge, dans un vraisemblable paysage de prairie-parc où le cerf (Cervus elaphus) et le rhinocéros de prairie (Dicerorhinus hemitoechus) sont attestés (détermination P. Auguste). Immédiatement au dessus de ces sables s’est déposé un tuf calcaire riche en mollusques caractéristique, comme le tuf de Vernon, qui conserve des restes foliaires, du « biome à Lyrodiscus », interprété comme représentatif de milieux forestiers humides, en contexte climatique plus chaud que l’actuel (Rousseau et al., 1992). Après l’optimum interglaciaire, les berges de Seine sont toujours fréquentées, comme l’atteste un sol archéologique constitué par les Acheuléens (SIM 10) où la faune est mal conservée. A Saint-Pierre, la falaise de craie est proche et a participé aux apports de matières premières, notamment avec les blocs siliceux de l’argile à silex qui ont pu être collectés par les paléolithiques, tout comme les rognons de silex transportés par le fleuve et ramassés sur ses berges.

170Parmi les principaux témoignages d’occupations anciennes, figurent les implantations en contexte littoral interglaciaire de Gatteville, où un éclat de façonnage atteste de la confection d’une pièce bifaciale, et de Barneville. L’assemblage lithique de Barneville associé à une plage corrélable avec le SIM 9 d’après son altimétrie s’inscrit dans la variabilité de l’Acheuléen, notamment avec les faciès à galets aménagés et rares bifaces aménagés sur masse centrale qui peuvent être mis en parallèle avec les industries de Saint-Colomban et de Ménez-Drégan (Monnier et al., à paraître).

Fig. 29 : Tableau chronologique des occupations du Massif armoricain et de Normandie moyenne et orientale.

Fig. 29 : Tableau chronologique des occupations du Massif armoricain et de Normandie moyenne et orientale.

8.1.2 - Occupations préservées en milieu karstique

171Pour la fin du Pléistocène moyen, le karst participe à la conservation de niveaux d’occupation(s), soit déformés, soit soutirés. Ces pièges nous ont livré, du fait des rejeux qui animent parfois de manière récurrente, les dolines et les réseaux, des vestiges lithiques qui témoignent souvent uniquement d’implantations déstructurées. C’est ainsi que le karst nous a livré des éclats de façonnage et d’enlèvements liés à un débitage direct à Guichainville – Le Vieil-Evreux / Le Long-Buisson, vraisemblablement datables de 450-500 ka et divers ensembles de silex taillés. Parmi ces ensembles majeurs figurent les assemblages lithiques de Saint-Saëns / Le Pucheuil (séries A et C) comportant quelques bifaces (Delagnes & Ropars, 1996), corrélés sur la base de la stratigraphie, avec le SIM 8 ou le début du SIM 7 et pour le même site, la série B caractérisée par un débitage d’éclats et d’éclats laminaires, rapportés au SIM 6. Sur le site du Long-Buisson, plusieurs séries lithiques sont associées aux dolines, notamment la « série blanche » de la zone 5, qui se distingue par une production majoritaire d’éclats dont des produits Levallois.

172Parmi les « pièges karstiques », le site de Ranville témoigne de l’existence d’une aire de boucherie s’articulant autour d’une carcasse d’éléphant antique (Paleoloxon antiquus) du SIM 7. Le matériel lithique, notamment l’analyse gîtologique des artefacts introduits sur le site, indique une circulation des matières premières à l’échelle d’un territoire de 40 km de rayon, ainsi que l’apport et l’emport d’outils (Cliquet et al., 2008a).

8.1.3 - Occupations en contexte fluviatile et littoral

173Sur le site de Tourville-la-Rivière, en contexte fluviatile (daté pour le niveau D2 de la fin du SIM 7 / début SIM 6), se superposent et s’imbriquent les sédiments variés liés aux changements de la dynamique du fleuve, et les vestiges osseux dus à l’activité des différents mammifères qui ont occupé de façon récurrente et sur une longue durée la vallée de la Seine. Actuellement, à Tourville, nous pouvons affirmer que les Paléolithiques ont occupé un banc de sable sur lequel ils ont procédé à des travaux de boucherie et taillé leur outillage en silex (Cliquet et al., 2011b). La production y est orientée vers le débitage de produits allongés où la méthode Levallois est bien affirmée et l’élaboration de polyèdres, dont certains présentent sur leurs arêtes des écrasements sans doute liés à une percussion sur des matières osseuses. Sommes-nous en présence de nucléus liés à au débitage d’éclats courts et souvent corticaux qui n’ont d’ailleurs pas été retrouvés sur les zones investiguées jusqu’en 2008, ou plus vraisemblablement de polyèdres, véritables outils destinés aux travaux de traitement des carcasses ?

174Toujours en contexte fluviatile et / ou estuarien, les sites de la Plage du Havre ont livré quant à eux une industrie acheuléenne comportant de nombreux bifaces confectionnés sur masse centrale et une industrie « clactonienne », caractérisée par la présence d’éclats de gros modules qui s’inscriraient dans la chaîne opératoire de production des bifaces (Watté, 1987). L’implantation s’est effectuée à proximité des falaises de craie qui ont fourni la matière d’œuvre, le silex crétacé. Enfin, le site de Tancarville atteste d’occupations en pied de falaise, en position de berge en bordure d’un bras d’eau calme lors de la mise en place du head, en contexte froid et humide durant le SIM 6. Les artefacts témoignent d’une activité de débitage où la méthode Levallois est illustrée. L’outillage bifacial semble absent. Des silex chauffés indiquent le vraisemblable allumage de foyer(s) (Lebret et al., 1984).

175Mais l’essentiel des apports ethnographiques proviennent des sites du nord Cotentin et de Jersey, qui pour certains conservaient des structures : foyers, arrangements de blocs, amas de débitage, concentrations de produits lithiques. Dans cet espace géographique, les éléments structurants du relief participent largement à la récurrence des occupations, qu’il s’agisse de la faille de la Cotte de Saint-Brelade ou de la grotte de la Cotte à la Chèvre à Jersey, du pied d'anciens écueils de Jardeheu à Digulleville et de la Roche-Gélétan à Saint-Germain-des-Vaux, du couloir ouvert dans l'éperon granitique de Port-Pignot à Fermanville, ou encore de la cuvette ouverte dans le granite de La Lande du Nau à Gouberville. D'autres implantations se trouvent en haut de plage à proximité de reliefs, comme à La Saline ou La Chasse-Mitais à Equeurdreville ou à Ecalgrain à Jobourg.

176A la Cotte de Saint-Brelade (Callow & Cornford, 1986), la séquence stratigraphique saalienne traduit une détérioration climatique depuis un interglaciaire jusqu’à un milieu de plus en plus rigoureux, où figurent le grand pingouin (Alca impennis) et le renne (Rangifer tarandus). Cette évolution s’accompagne d’un changement de statut de Jersey qui perd son caractère insulaire, ce qui a des implications notamment pour les stratégies d’acquisition de matières premières, dont les matières premières lithiques. A mesure que le climat se dégrade, le silex issu des cordons littoraux est complété par d’autres roches locales (quartz, grès…), l’accessibilité aux paléo-cordons devant être plus difficile voire quasi-impossible dans certains secteurs du fait de leur continentalisation et de leur recouvrement par d’autres dépôts. La panoplie instrumentale comporte alors un outillage bifacial qui était préalablement absent. Nous faisons le même constat pour le dernier cycle glaciaire. En effet, les pièces bifaciales quasi absentes dans le Cotentin durant le début glaciaire se retrouvent sporadiquement dans les heads du Pléniglaciaire. Doit-on y voir une adaptation de la panoplie instrumentale aux disponibilités en matières premières ; cela traduirait alors un certain souci d’économie des supports d’outils ?

177Ces implantations sont datables des stades 7 et/ou 6 et se rapportent, soit à l'Acheuléen, comme à Equeurdreville, soit à la phase ancienne du Paléolithique moyen sans biface (Gouberville, Ecalgrain) ou avec quelques bifaces dont certains aménagés sur masse centrale (Cotte de Saint-Brelade, Gélétan, Port-Pignot, Digulleville). Dans tous les assemblages lithiques la production d'éclats est majoritaire, notamment selon la méthode Levallois. La production d'enlèvements allongés a été reconnue à Gouberville et à Ecalgrain et les pointes sont bien représentées à Gouberville. L'outillage apparaît souvent discret, comme dans presque toutes les séries du Nord-Cotentin et comporte majoritairement des pièces à coches (encoches, denticulés, becs) et des racloirs. La matière première mise en œuvre est presqu'exclusivement le silex prélevé dans les cordons littoraux, sauf à La Cotte de Saint-Brelade et dans une moindre mesure à Digulleville, où les Paléolithiques ont mis à profit les galets en roches locales pour confectionner l'outillage lourd (granite, aplite, diorite, micro-diorite…) (Cliquet & Lautridou, à paraître).

8.1.4 - Les stratégies d’acquisition de matières premières carnées au Pléistocène moyen

178Si de nombreux gisements, notamment en contexte fluviatile, ont livré des vestiges de faune (Coutil, 1894), seuls de rares sites du Pléistocène moyen apportent quelques informations quant aux stratégies d’acquisition de matières premières carnées : La Cotte de Saint-Brelade (Scott in Callow & Cornford, 1986), Tourville la Rivière (Vallin, 1991 ; Carpentier et al., 1992 ; Bemilli in Cliquet et al., 2011b) et Ranville (Auguste in Cliquet et al., 2008a). Les quelques vestiges de faune mis au jour à Saint-Pierre-lès-Elbeuf ne sont pas démonstratifs.

179Les accumulations fauniques mises au jour sur le site de Tourville-la-Rivière (cf. 5.2.2) demeurent discutées (Vallin, 1991 ; Carpentier et al., 1992) quant au rôle respectif du fleuve et de l’homme dans leur mise en place.

180Pour les niveaux rapportés au SIM 6 de la Cotte de Saint-Brelade, Scott avance l’hypothèse d’un site d’abattage pour la grande faune mammalienne (mammouth et rhinocéros laineux), utilisant la topographie du site. « Dans cette fissure, la répartition spatiale des vestiges paraît définir des zones privilégiées de dépôts : accumulations d’omoplates de mammouths le long d’une paroi de la cavité, dans la couche 6, concentrations de crânes de la couche 3 ; elle pourrait traduire une activité humaine vraisemblablement conjointe à celle des carnivores. Dans les deux niveaux, ce sont des rhinocéros sub-adultes et de jeunes mammouths qui ont été retrouvés » (Cliquet, 2007). Ce constat suscite l’interrogation, cette faune associée à un abondant mobilier lithique pourrait-elle correspondre à une « chasse » sélective ? A ce jour, aucun élément ne permet de valider cette hypothèse.

181A Ranville, l’interprétation du site s’avère moins compliquée. L’étude archéozoologique montre que la représentation anatomique affiche un profil différentiel entre les espèces mises au jour, témoignant d’un traitement diversifié des animaux. Ainsi les quartiers les plus nutritifs de l’éléphant auraient été emportés, notamment les quatre pattes. Par ailleurs la présence d'os d’aurochs et de cerfs fracturés pour en extraire la moelle sur le site même atteste d'activités de boucherie pratiquées sur place pour au moins ces deux espèces. Cependant, aucun élément tangible ne nous renseigne sur le mode d’acquisition de l’éléphant (abattage ou charognage ?), phénomène récurrent sur plusieurs gisements du Paléolithique inférieur et moyen. Au sein de l’ensemble faunique, qui correspond à une seule occupation, quelques éléments anatomiques ont permis d’estimer l’âge des jeunes animaux à leur mort, ce qui permet de penser, avec une forte probabilité, que le site de Ranville a été occupé au cours de l’automne (Auguste in Cliquet et al., 2008a).

8.2 - Le pléistocène supérieur

182Les indices et témoignages d’occupation de l’actuelle Normandie sont beaucoup plus nombreux notamment pour le début du dernier glaciaire, avec des implantations de plein air occupant de larges espaces et des occupations plus circonscrites de développant autour d’éléments structurants du relief.

183Comme cela a été à maintes reprises souligné (Coutard & Cliquet, 2005 ; Lautridou & Cliquet, 2006), les gisements rapportables à l’Eemien s.s. sont rares en raison de problèmes de conservation des sites. En Normandie, cela concerne également les implantations du Début Glaciaire weichselien (SIM 5d à 5a) du fait du démantèlement des niveaux d’occupation initiaux et de la remobilisation des artefacts dans diverses formations, par exemple dans des limons ruisselés comme à Saint-Vaast-la-Hougue (Coutard, 2003).

8.2.1 - Dans le Cotentin

184Sur le littoral du Cotentin, la plupart des sites paléolithiques étudiés s’inscrivent en pied de reliefs et / ou en haut de plage, en contexte régressif, associés soit à des dunes, soit à des niveaux organiques, soit encore à des plaines littorales. C’est le cas des occupations de la majorité des sites littoraux de la Hague et du Val de Saire (Coutard, 2003 ; Coutard & Cliquet, 2005). Quelques sites s’avèrent particulièrement bien conservés et comportent encore des structures liées aux différentes activités exercées sur les sols d’occupations : foyers au Rozel, à Port-Racine et à Saint-Vaast / Le Fort (cf. Fosse et al., 2013), aménagement de blocs et fosse à Port-Racine, amas et concentration de produits de débitage sur ces mêmes gisements, à Siouville, et à Fermanville (sites du Bruley, des Longs-Camps, de Biéroc-La Mondrée…).

185La matière première utilisée est très majoritairement le silex prélevé dans les cordons littoraux. Cependant ce silex pourrait aussi provenir de placages d’argiles à silex exondés en début de phase glaciaire, comme à Tréauville, et de gîtes spécifiques, telles les grandes dalles de silex utilisées par les Néandertaliens de Biéroc-La Mondrée. Dans les assemblages du Début Glaciaire, seul le débitage est attesté : production majoritaire d’éclats, où la méthode Levallois est systématiquement bien représentée, à la différence des pointes. Les enlèvements allongés sont recherchés sur certains sites et obtenus soit depuis des schémas récurrents par débitage direct, soit par la méthode Levallois, soit plus exceptionnellement par une gestion volumétrique tournante ou semi-tournante (Port-Racine, Le Rozel et peut-être Montfarville / Anse de Quéry). Seul le site, mal daté, de La Pointe du Heu à Bretteville-en-Saire s’individualise avec la présence de pièces bifaciales « micoquoïdes » accompagnées d’un débitage d’éclats, de pointes et d’éclats laminaires Levallois.

186Plusieurs indices de sites laissent présager l’existence de niveaux d’occupation(s) du Paléolithique moyen actuellement submergés, tels le cordon littoral d’Agon-Coutainville ou l’archipel de Chausey (Pruvost, 2006), dans la Manche, ou bien les niveaux organiques de Saint-Côme-de-Fresné / Asnelles-Belle-Plage (Guillaume, 1935) et de Meuvaines. Des implantations de plus grande importance peuvent être conservées en mer comme l’attestent les gisements d’Ault-Aunival dans la Somme (Antoine et al., 2011) et de Biéroc-La Mondrée à Fermanville (Coutard & Cliquet, 2005 ; Cliquet et al., 2011a).

187Par ailleurs, dans le Nord-Cotentin, quelques pièces bifaciales ont été collectées associées aux formations solifluées et ruisselées de type head, notamment en microfalaise à Siouville, à Tréauville, à Saint-Germain-des-Vaux / Côte nord, ou à Digulleville (Cliquet et al., 2001) ; elles pourraient se rapporter au Pléniglaciaire (?).

188Enfin, le site de Saint-Pierre-Eglise - Clitourps affiche un statut particulier, avec une implantation en pied de barre rocheuse sur le sommet topographique du Val de Saire, dominant la plaine littorale. Rapportées sur la base de la stratigraphie au SIM 4 ou 3, ces occupations se caractérisent par une production d’éclats dominante et de pièces bifaciales, pour certaines de grand module. L’originalité de l’assemblage réside dans l’utilisation de roches locales présentes dans l’environnement immédiat du site : conglomérat, quartz, grès qui participent à la constitution de la panoplie instrumentale (racloir et pièce bifaciale en quartz, galets aménagés en grès). Autre originalité du site, l’apport de silex depuis le littoral à plusieurs kilomètres pour produire éclats et bifaces.

8.2.2 - En Normandie moyenne et orientale

189En Normandie moyenne et orientale, les occupations attribuées à l’Eemien (SIM 5e) s’avèrent aussi rares que pour la Normandie armoricaine. Rappelons seulement l’implantation en doline de Grossoeuvre. La mise en œuvre de la matière première locale est majoritaire à Grossoeuvre, où le grès est employé de manière anecdotique. Cependant sur ce dernier site l’étude des matériaux mis en œuvre atteste d’un apport et/ou d’un emport de matières premières prélevées dans des gîtes des vallées du bassin versant de la Seine sous différentes formes : nucléus épannelés, éclats, outils.

190Les nombreux hiatus qui affectent certains gisements de Normandie moyenne et orientale ne permettent pas une attribution chronologique fine des industries. Ainsi, certains assemblages se trouvent dans une large fourchette temporelle qui va du SIM 6 au SIM 4, comme pour les sites de rebord de plateau de Brécy - Saint-Gabriel, de Sainte-Croix-Grand-Tonne dans le Calvados, d’Argentan / Le Grand-Beaulieu dans l’Orne, et d’Epouville et de Goderville en Seine Maritime. Dans tous ces gisements, seul le silex est utilisé comme matière d’œuvre. La matière première locale est abondamment mise à profit à Brécy et à Sainte-Croix pour la confection de l’outillage bifacial et la production d’éclats. Les pièces bifaciales s’inscrivent majoritairement dans les concepts du Paléolithique moyen : confection d’outils bifaciaux sur éclats et plaquettes et quelques bifaces aménagés sur masse centrale (plaquettes épaisses). Le débitage comporte surtout des éclats où le débitage direct et la méthode Levallois ont été reconnus. A Argentan, la production est orientée vers le débitage d’éclats, de quelques pointes et éclats laminaires, où la méthode Levallois apparaît bien affirmée, et la panoplie instrumentale est principalement constituée de bifaces de tradition micoquienne, pour certains de grand module. A Epouville, vraisemblable site d’habitat, le mobilier lithique, produit majoritairement dans le silex local, atteste d’une bonne représentation des éclats Levallois et des produits allongés (éclats laminaires et lames) qui peuvent être obtenus par un débitage soit direct, soit Levallois ou encore semi-tournant. Les outils, relativement nombreux (8 %) comportent des racloirs, des outils à coches, des grattoirs, et, des bifaces et des pièces bifaciales (Guette-Marsac et al., 2009). A Goderville, le gisement se caractérise par une production d’éclats et d’éclats laminaires dans le silex local, principalement par la méthode Levallois ; les outils sont peu nombreux (Guette, 2007). Quelques éclats Levallois préférentiels pourraient avoir été introduits sur le site (?).

191D’autres niveaux d’occupation, rapportables au début du Dernier Glaciaire ou au Pléniglaciaire, sont liés à des éléments structurants du relief, tels les niveaux anthropiques de haut de plage en pied de falaise de Meuvaines, les barres de grès à Soumont-Saint-Quentin ou le pied de talus à Pierrepont dans le Calvados, voire les dolines du Long-Buisson à Guichainville. Sur ces sites, on retrouve à la fois une production d’éclats où la méthode Levallois domine les processus de débitage et des pièces bifaciales. La matière première est presqu’exclusivement en silex, excepté à Soumont-Saint-Quentin où le grès-quartzite vraisemblablement issu des alluvions du Laizon est mis à profit (±  5 % ; Kiefer, 2002).

192Un calage chronostratigraphique plus précis peut être donné pour les occupations de versant de Glos (SIM 5a / 4) dans le Calvados, le niveau Wa2 du site de Mauquenchy (SIM 5a, cf. Locht et al., 2013), la série 3 de Saint-Martin-Osmonville (SIM 5a / 4), et le site en doline d’Etoutteville (SIM 5a), gisements de Seine Maritime. Dans ces niveaux d’occupation, il n’y a pas de pièce bifaciale. A Glos, les Néandertaliens ont principalement produit des éclats Levallois. Dans le niveau Wa2 de Mauquenchy (83,7 ± 7,6 ka), le débitage se caractérise uniquement par une production d'éclats et de pointes conduite depuis une gestion récurrente où les méthodes Levallois et Discoïde sont attestées (Locht et al., 2013). A Saint-Martin-Osmonville la production d’éclats domine celle de pointes et les enlèvements laminaires sont peu nombreux. Le débitage de la matière première locale est principalement conduit par séquences unipolaires, avec une préparation assez minimale de la surface de débitage, évoluant progressivement de l’exploitation d’une surface vers une gestion semi-tournante. Les méthodes Levallois et Kombewa sont attestées. L’outillage s’avère discret et comporte quelques racloirs, grattoirs et pièces à coches (Guette, 2004, 2005, 2007). L’assemblage d’Etoutteville se singularise par la production d’éclats laminaires, conduit selon deux principes d'exploitation : le premier, Levallois, exploite une surface, le second, s’exerce aux dépens d’un bloc ou d’un éclat de section prismatique (Delagnes & Ropars, 1996).

193Par contre, dans la série du niveau Wa1 de Mauquenchy (77,6 ± 7,2 ka), l'essentiel de la production correspond au façonnage d'une pièce bifaciale.

194Certains niveaux d’occupation du Paléolithique moyen s’inscrivent dans le début du Pléniglaciaire (SIM 4) : les gisements de sommet d’interfluve et de versant de Saint-Nicolas d’Attez dans l’Eure et d’Houppeville en Seine Maritime, ainsi que l’implantation en bordure de doline de Mont-Saint-Aignan en Seine Maritime. A Saint-Nicolas d’Attez, l'objectif du tailleur est de produire outre des pièces bifaciales, des enlèvements de formes prédéterminées, en gérant, soit une surface (méthodes Levallois et Discoïde), soit un volume (schémas laminaire non Levallois à débitage semi tournant et tournant). L'outillage sur éclat est constitué essentiellement de racloirs et de pièces à coches. Les bifaces sont peu nombreux et de petites dimensions. Sur ce site c'est la matière première locale, un silex d’âge Crétacé supérieur, qui a été utilisée (Cliquet et al., 1995). A Houppeville la méthode Levallois récurrente unipolaire convergente est prépondérante et la production orientée vers le débitage dans le silex local, d’éclats, de pointes et d’enlèvements allongés. L’outillage bien représenté et de belle facture apparaît dominé par les racloirs et les pièces à coches (encoches et denticulés) (Guette, 2007). Les deux amas de débitage de la doline de La Vatine à Mont-Saint-Aignan (Cliquet & Aubry, 2006), témoignent, pour le premier d'une recherche d'éclats, de pointes et d'éclats laminaires essentiellement produits avec la méthode Levallois. Le second affiche une volonté d'obtenir des éclats par un débitage direct et par la méthode Levallois, et, des éclats laminaires par une gestion récurrente unipolaire parallèle. Aucun outil n'a été trouvé associé à ce second amas, à la différence du premier ensemble qui comporte une pointe Levallois retouchée et un racloir double biconvexe. Par ailleurs, l’implantation en pied de barres de grès de Bons-Tassilly, mal calée en chronostratigraphie (SIM 4 - 3) s’individualise par une production d'éclats, notamment Levallois et la confection de pièces bifaciales. L'outillage sur éclat est dominé par les racloirs puis les pièces à coches (Kiefer, 2003).

195Enfin, les ateliers d’outils bifaciaux de Saint-Brice-sous-Rânes dans l’Orne se singularisent par une vraisemblable récurrence de l’occupation sur un long laps de temps, liée à la qualité de la matière première, et par l’extension du site qui se développe sur plusieurs centaines d’hectares sur les placages d’argile à silex. L’atelier « des Bruyères » daté par TL sur silex chauffé du SIM 3 (40,6 ± 2,2 ka) se caractérise par la production et l’utilisation de pièces bifaciales (réaffûtages, changement de statut). Ce site s’inscrit dans le groupe du « Moustérien à outils bifaciaux » du Grand-Ouest. Il correspond aux dernières manifestations de Néandertaliens avant l’amorce des grands froids qui caractérise le Pléniglaciaire supérieur, période pendant laquelle la Normandie semble avoir été désertée (Cliquet et al., 2009e).

8.2.3 - Les stratégies d’acquisition de matières premières carnées durant la phase récente du Paléolithique moyen

196Pour la phase récente du Paléolithique moyen, seul le gisement du Rozel conserve un ensemble faunique susceptible d'apporter des éléments inhérents aux modes de vie des Néandertaliens. Sur ce site, l’Homme s’est installé à plusieurs reprises dans un abri en pied de falaise et sur une dune se développant dans une crique, durant une période tempérée du Début Glaciaire weichselien, dans un environnement de type prairie parc-boisé (vers 110 ka). Dans ces espaces domestiques, il a entretenu des foyers, notamment avec de l’if, et a procédé à la mise en œuvre des matières premières lithiques prélevées, pour le silex dans les cordons littoraux sur les paléo-estrans, et pour le quartz de filon directement dans les veines qui parcourent la falaise de schiste. Dans tous les niveaux d’occupation, les modes d’acquisition semblent différents selon les espèces : les aurochs et les chevaux pourraient avoir été abattus à distance du site et rapportés par quartiers, alors que les cerfs paraissent avoir été rapportés entiers. Les nombreuses fracturations d’os longs et les traces de découpe témoignent d’une récupération maximum de nourriture (viande, langue et moelle osseuse). Par contre la saisonnalité indique des occupations de l'abri et de la dune à des périodes différentes de l'année : l'abri est occupé à la fin de l'hiver ou au début du printemps, alors que la dune est fréquentée durant l’automne ou l'hiver (Auguste in Van Vliet-Lanoë et al., 2006).

8.2.4 - Les manifestations des hommes anatomiquement modernes au Paléolithique supérieur

197La série verte du gisement d’Epouville atteste du passage d’hommes anatomiquement modernes durant la phase ancienne du Paléolithique supérieur. L’âge de l’industrie au sommet du sol de Mesnil-Esnard se situe ainsi vers 26 ka (Guette-Marsac et al., 2009).

198Après le maximum glaciaire, l’homme réinvestit durant le Tardiglaciaire la Normandie comme en témoignent les quelques implantations magdaléniennes mises au jour en Haute-Normandie, à Routot et à Bonnières dans les Yvelines, dont le système de production a pour objectif l’obtention de lames et de lamelles régulières (débitées au percuteur organique). L’outillage est constitué de quelques lames retouchées, de grattoirs sur lame et de burins (Fosse, 1997 ; Biard & Hinguant, 2011).

199Ce sont surtout les groupes à Federmesser et le « Belloisien » (culture de la « Long blade technology ») qui illustrent le Paléolithique final normand (fig. 27). Dans les séries à Federmesser, le débitage est orienté vers la production de lames, souvent trapues, réalisées à la pierre tendre. L’outillage, souvent discret, comporte quelques grattoirs courts et burins. La production de petites lames semble réservée à la fabrication des armatures (pointes à dos courbes, lamelles à dos). Les cultures du Dryas récent (Belloisien), illustrées par des concentrations de produits de débitage et quelques outils, s’individualisent par une production de grandes lames, de petites lames étroites et de lamelles au profil rectiligne, obtenues au percuteur de pierre tendre. L’outillage souvent pauvre, voir absent compte des éléments mâchurés, des grattoirs et des burins aménagés sur des supports laminaires et de rares armatures. En raison de phénomènes taphonomiques susceptibles d’avoir affecté les différents niveaux d’occupation, l’intégrité de ces séries est discutée depuis la découverte du site de Calleville dans l’Eure (Biard & Hinguant, 2011).

9 - Conclusions

200Au terme de ce bilan, force est de constater l'apport limité des gisements dont le contexte sédimentaire, peu dilaté et marqué par des hiatus, s'avère peu propice à l'établissement d'une chronologie fondée sur les observations géomorphologiques. Par ailleurs, des sédiments comme les « limons bruns feuilletés » ne permettent pas de tenter des datations radionumériques sur sédiment. Cependant ces sites participent à la connaissance des premiers peuplements de Normandie et permettent d'en brosser les grandes lignes :

201- au Pléistocène moyen, l'Acheuléen s'exprime en Normandie orientale (vallée de Seine et plateaux de Haute-Normandie) et de manière exceptionnelle à Equeurdeville dans le Nord-Cotentin, par une production de pièces bifaciales souvent aménagées sur masse centrale qui trouvent leur pendant dans la vallée de la Somme, de l'Yonne et dans le sud de la Grande-Bretagne, alors que l'assemblage de Barneville semble davantage s’inscrire dans la variabilité de l'Acheuléen, présentant quelques similitudes avec le « type de Saint-Colomban ». Il se caractérise par une prédominance des galets aménagés au sein de l'outillage lourd.

202- à la fin du Pléistocène moyen (SIM 7 et 6), les industries de la phase ancienne du Paléolithique moyen se développent ; elles peuvent comporter quelques pièces bifaciales (Cotte de Saint-Brelade, Gélétan, Port-Pignot, Le Pucheuil), ou en être exempte (Gouberville, Le Long-Buisson, Tourville-la-Rivière …).

203- Comme dans toute l'Europe du Nord-Ouest, les sites rapportables à l’Eemien sont rares.

204- Et comme pour l’ensemble de cet espace géographique, les occupations du Paléolithique moyen s'avèrent bien représentées, notamment durant le Début Glaciaire weichselien et le début du Pléniglaciaire (SIM 5d à début du SIM 4). Ces assemblages de la phase récente du Paléolithique moyen s'individualisent en trois ensembles principaux : les séries comportant de nombreuses pièces bifaciales, celles qui en comptent peu et enfin celles qui en sont totalement dépourvues. Le Nord Cotentin se caractérise par des assemblages sans pièce bifaciale, dominé par la production d'éclats où la méthode Levallois apparaît prépondérante et par un débitage laminaire volumétrique à Port-Racine et au Rozel. Seuls les sites de Saint-Pierre-Eglise et de Bretteville-en-Saire, mal calés en chronostratigraphie, comportent quelques bifaces.

205Le cas de la Normandie moyenne s'avère plus difficile à traiter du fait d'une chronologie mal assurée (entre les SIM 6 et 4) pour les ateliers de production d'outils bifaciaux de Brécy – Saint-Gabriel et de Sainte-Croix-Grand-Tonne et sur l'habitat d'Argentan / Le Grand-Beaulieu, où les pièces bifaciales dominent la production d'outils. En Normandie moyenne, certains assemblages lithiques s’individualisent : par un débitage d'éclats prépondérant, où la méthode Levallois s'avère bien exprimée, et le façonnage de quelques pièces bifaciales qui viennent compléter la panoplie instrumentale (Soumont-Saint-Quentin, Epouville, Guichainville – Le Vieil-Evreux / Le Long-Buisson, secteur HEB et villa). L'amas mis au jour dans le niveau Wa1 du site de Mauquenchy témoigne de la confection d'une pièce bifaciale.

206Enfin, certains sites n'ont livré aucun élément traduisant des activités de façonnage d'outils bifaciaux (Goderville, Guichainville – Le Vieil-Evreux / Le Long-Buisson, Zone 5, coupe 9, Saint-Martin-Osmonville, série 3, Mauquenchy, niveau Wa2...).

207- Notre documentation apparaît moins fournie pour le Pléniglaciaire inférieur et moyen (SIM 4 et 3), avec les assemblages sans biface (Port-Racine, Secteur 1, sol D5, Fermanville / La Grosse-Butte, Glos (?), Etoutteville, Houppeville, Mont-Saint-Aignan / La Vatine), les ensembles comportant quelques pièces bifaciales (La Cotte de Saint-Brelade, Bons-Tassilly) et les ateliers de production d'outils bifaciaux (Saint-Brice-sous-Rânes).

208- Enfin, mis à part l'exceptionnel site d'Epouville rapporté au Paléolithique supérieur ancien, les occupations du Paléolithique supérieur ne concernent que l'extrême fin de la période (Tardiglaciaire), expression des cultures aziliennes et du Dryas récent (« Belloisien »).

209Les résultats de ces diverses études seront présentés plus en détail dans des publications d'ensemble. Le volume relatif au site du Long-Buisson à Guichainville – Le Vieil-Evreux est sous presse, un autre volume relatif aux environnements pléistocènes est en cours. D'autres travaux suivront, pour certains déjà bien avancés, notamment le volume consacré aux occupations du Pléistocène moyen de Normandie. Ces publications témoignent de la synergie qui anime les différents participants au Projet Collectif de Recherche « Les Premiers Hommes en Normandie », amateurs et professionnels des différentes disciplines des sciences de la terre, des sciences naturelles, des sciences et techniques, des sciences physico-chimiques..., et des sciences de l'Homme.

Haut de page

Bibliographie

ALDUC D., AUFFRET J.-P., CARPENTIER G., LAUTRIDOU J.-P., LEFBVRE D. & PORCHER M., 1979 - Nouvelles données sur le Pléistocène de la basse vallée de la Seine et son prolongement sous-marin en Manche orientale. Bulletin d'Information des Géologues du Bassin de Paris, 16 (2), 27-34.

ANTOINE P., MUNAUT A.-V. & SOMMÉ J., 1994 - Réponse des environnements à l'évolution climatique du Début Glaciaire weichselien : données de la France du Nord-Ouest. Quaternaire, 5 (2-4), 151-156.

ANTOINE P., LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J., AUGUSTE P., AUFFRET J.-P., BAIZE S., CLET-PELLERIN M., COUTARD J.-P., DEWOLF Y., DUGUÉ O., JOLY F., LAIGNEL B., LAURENT M., LAVOLLÉ M., LEBRET P., LÉCOLLE F., LEFÈBVRE D., LIMONDIN-LOZOUET N., MUNAUT A.-V., OZOUF J.-C., QUESNEL F. & ROUSSEAU D.-D., 1998 - Les formations quaternaires de la France du Nord-Ouest : limites et corrélations. Quaternaire, 9 (3), 227-241.

ANTOINE P., LAUTRIDOU J.-P. & LAURENT M., 2000 - Long-term fluvial archives in NW France: response of the Seine and Somme rivers to tectonic movements, climatic variations and sea-level changes. Geomorphology, 33 (3-4), 183-207.

ANTOINE P., COUTARD J.-P., GIBBARD P., HALLéGOUËT B., LAUTRIDOU J.-P. & OZOUF J.-C., 2003a - The Pleistocene rivers of the English Channel region. Journal of Quaternary Science, 18 (3-4), 227-243.

ANTOINE P., BAHAIN J.-J., DEBENHAM N., FRECHEN M., GAUTHIER A., HATTÉ C., LIMONDIN-LOZOUET N., LOCHT J.-L., RAYMOND P. & ROUSSEAU D.-D., 2003b - Nouvelles données sur le Pléistocène du nord du Bassin Parisien : les séquences loessiques de Villiers-Adam (Val d’Oise, France). Quaternaire, 14 (4), 219-235.

ANTOINE P., AUGUSTE P., BAHAIN J.-J. & LOUGUET S., 2011 - Datation et reconstitution paléoenvironnementale d’un site Paléolithique moyen submergé en Manche Est : Ault-Onival (Somme, France). Quaternaire, 22 (3), 221-233.

BALESCU S., LAMOTHE M. & LAUTRIDOU J.-P., 1997 - Luminescence evidence for two Middle Pleistocene interglacial events at Tourville, north-western France. Boreas, 26 (1), 61-72.

BARGE J., CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P., 2002a - Le site de Saint-Gabriel-Brécy (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 1ère année, 63-69.

BARGE J., CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P., 2002b - Le Paléolithique de Saint-Gabriel-Brécy (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 2ème année, 74-78.

BIARD M. & HINGUANT S. (dir.), 2011 - Le bivouac préhistorique du Buhot à Calleville (Eure) : caractérisation d'un assemblage lithique lamino-lamellaire de la fin du Paléolithique supérieur. Recherches archéologiques, 2. CNRS Editions, Paris, 158 p.

BODU P., CLIQUET D., ESCOLANO C. & LAUTRIDOU J.-P., 2010 - Rouvres / Ouilly-le-Tesson : un gisement belloisien du Calvados. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 9ème année, 64-77.

Bordes F., 1954 - Les Limons quaternaires du bassin de la Seine. Archives de l'Institut de Paléontologie Humaine, 26, 1-472.

Callow P. & Cornford J.M., 1986 - La Cotte de Saint-Brelade (Jersey) 1961-1978. Excavations by C.B.M. Mc Burney. Geobooks, Norwich, 433 p.

Carpentier G., Guilbaud M. & Descombes J.-C., 1992 - Un cimetière de mammouths en Normandie. Archéologia, 277 (mars 1992), 60-66.

CHÉDEVILLE P.-J., 1894 - Note sur les limons des environs de Rouen. Saint-Pierre-lès-Elbeuf, canton de Caudebec-lès-Elbeuf. Bulletin de la Société Normande d'Etudes Préhistoriques, tome 1, 1893, 126-138.

CHÉDEVILLE P.-J., 1896 - Recherches préhistoriques et géologiques sur la station paléolithique et le dépôt quaternaire ou pléistocène de Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Bulletin de la Société d'Etude des Sciences Naturelles d'Elbeuf, 14ème année, 1895, 62-89.

CLET M., COUTARD J.-P., LAUTRIDOU J.-P., LEBRET B., OZOUF J.-C. & VAN VLIET-LANOË B., 1986 - Les oscillations climatiques en Normandie entre 125 000 BP et le maximum glaciaire. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 23 (1-2), 105-109.

Cliquet D., 1992 - Le Gisement paléolithique moyen de Saint-Germain-des-Vaux / Port-Racine (Manche) dans son cadre régional. Essai palethnographique. Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 63, Université de Liège, Liège, 648 p.

CLIQUET D., 2005 - Le paléolithique dans la Hague : les premiers peuplements de la presqu’île. In C. Marcigny & E. Ghesquière (dir.), Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent. Ed. Le Tourp, Maison de la Hague, Beaumont-Hague, 53-64.

CLIQUET D., 2007 - Approvisionnement en matières premières lithiques et végétales, et en ressources alimentaires en Normandie (France) entre le stade 7 et le stade 3. In M.-H. Moncel, A.-M. Moigne, M. Arzello & C. Peretto (dir.), Aires d’approvisionnement en matières premières et aires d’approvisionnement en ressources alimentaires. Approche intégrée des comportements. Actes du 15e Congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques, Lisbonne, 4-9 Septembre 2006. British Archaeological Reports. International Series, 1725. Archaeopress, Oxford, 93-102.

CLIQUET D., AUBRY B. & LAUTRIDOU J.-P., 1995 - Saint-Nicolas d'Attez : la Madeleine. Bilan Scientifique - Direction Régionale des Affaires Culturelles Haute-Normandie, Service Régional de l'Archéologie, 1994, 45-46.

CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P., 2000 - Loess et Paléolithique en Normandie (France du nord-ouest). Praehistoria, 1, 31-46.

CLIQUET D., Ladjadj J., LAUTRIDOU J.-P., Leportier J., Lorren P., Michel D., Pruvost P., Rivard J.-J. & Vilgrain G., 2001 - Le paléolithique moyen à outils bifaciaux en Normandie. In D. Cliquet (dir.), Actes de la Table-ronde « Les industries à outils bifaciaux au Paléolithique moyen d’Europe occidentale », Caen, 14-15 Octobre 1999. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 98. Université de Liège, Liège, 115-127.

CLIQUET D., COULOMBIER P., LAUTRIDOU J.-P., LEBAS P., QUESTIAU P. & RÉZÉ P., 2002a - Le site paléolithique de Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 2ème année, 81-87.

CLIQUET D., COUVELARD J. & LAUTRIDOU J.-P., 2002b - Le site d’Asnelles – Meuvaines (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 1ère année, 53-61.

CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P. & LORREN P., 2002c - Une occupation en bordure de la vallée de l’Orne : le site paléolithique d’Argentan (Orne). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 2ème année, 61-63.

CLIQUET D., HERVIEU G., MARTELIN L. & MARTELIN-PODER L., 2003a - Le gisement de Pierrepont (Calvados) : un nouveau site à outils bifaciaux. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 3ème année, 59-62.

CLIQUET D., MERCIER N., VALLADAS H., FROGET L., MICHEL D., VAN VLIET-LANOë B. & VILGRAIN G., 2003b - Apport de la thermoluminescence sur silex chauffés à la chronologie des sites paléolithiques de Normandie : nouvelles données et interprétations. Quaternaire, 14 (1), 51-64.

CLIQUET D. & AUBRY B., 2006 - Apport du site paléolithique moyen de Mont-Saint-Aignan / La Vatine (Seine-Maritime) à la connaissance des processus de mise en œuvre des matières premières lithiques. Haute-Normandie archéologique, 11 (2), 37-48

CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P., 2007 - Apports du décapage de la butte résiduelle de la propriété Gapenne / Michel à la caractérisation des occupations humaines sur le site de Saint-Pierre-lès-Elbeuf au Pléistocène moyen et supérieur. Rapport de fouilles, Service Régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, Caen, 30 p.

CLIQUET D. & BARGE J., 2008 - Indices d'occupations du Paléolithique inférieur et moyen sur les terrasses de l'Orne (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 8ème année, 51-56.

CLIQUET D. & MARIE N., 2008 - Indices d’une occupation acheuléenne sur la moyenne terrasse de l’Orne à Biéville-Beuville (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 7ème année, 53-55.

Cliquet D., Auguste P., BAHAIN J.-J., Coutard S., DOLO J.-M., DuguÉ O., FALGUÈRES C., GRUPPIONI G., Hervieu G. & Hervieu P.-A., 2008a Le site pléistocène moyen récent de Ranville (Calvados - France) dans son contexte environnemental : analyse du fonctionnement d’une aire de boucherie soutirée par un réseau karstique. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 119. Université de Liège, Liège, 210 p.

CLIQUET D., COUTARD J.-P. & VASSELIN T., 2008b - Le gisement pléistocène moyen du rond-point Boudet à Barneville-Carteret (Manche). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 7ème année, 43-46.

CLIQUET D., COUTARD S., DUPRET L., VILGRAIN G. & VILGRAIN J., 2008c - L’occupation pléistocène moyen en bordure de plaine littorale de Jardeheu à Digulleville (Manche). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 7ème année, 47-52.

Cliquet D. & Lautridou J.-P., 2009 - Les occupations humaines du Pléistocène moyen de Normandie dans leur cadre environnemental. Quaternaire, 20 (3), 303-319.

CLIQUET D., COUTARD J.-P., LAUTRIDOU J.-P. & LEPOITTEVIN S. (†), 2009a - Les occupations paléolithiques de Saint-Pierre-Église / Clitourps (Manche) : un exceptionnel site de production d’outils bifaciaux du Paléolithique moyen et une implantation du Paléolithique supérieur final. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 8ème année, 38-44.

Cliquet D., Lautridou J.-P., Antoine P., Lamothe M., Leroyer M., Limondin-Lozouet N. & Mercier N., 2009b - La séquence loessique de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Normandie, France) : nouvelles données archéologiques, géochronologiques et paléontologiques. Quaternaire, 20 (3), 321-344.

CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P., FLOTTÉ D. & MÉNAGER L., 2009c - Une occupation de la phase récente du Paléolithique moyen à Glos (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 8ème année, 45-50.

CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P., LAMOTHE M., MERCIER N., SCHWENNINGER J.-L., ALIX P. & VILGRAIN G., 2009d - Nouvelles données sur le site majeur d’Ecalgrain : datations radiométriques et occupations humaines de la Pointe de la Hague (Cotentin, Normandie). Quaternaire, 20 (3), 345-360.

Cliquet D., Mercier N., Lautridou J.-P., Alix P., Beugnier V., Bianchini R., Caspar J.-P. (†), COUTARD S., Lasseur E., Lorren P., Gosselin R., Rivard J.-J. & VALLADAS H., 2009e - Un atelier de production et de consommation d’outils bifaciaux de la fin du Paléolithique moyen à Saint-Brice-sous-Rânes (Orne - France) dans son contexte environnemental. Quaternaire, 20 (3), 361-380.

CLIQUET D. & GHESQUIÈRE E., 2010 - Le Paléolithique et le Mésolithique en Basse-Normandie (-350 000 à -5 100 av. J.-C.) In C. Guillaume, L. Dédouit & D. Cliquet (coord.), Bilan de la recherche archéologique 1984-2004 : Quoi de neuf ? 2004-2010 : Volume 1 : Préhistoire – Protohistoire : Bilan de la Recherche en Basse-Normandie du Paléolithique à la fin de l’Âge du Fer. Ministère de la Culture et de la Communication, Direction des Patrimoines, Sous-Direction de l’Archéologie, Caen, 11-54.

CLIQUET D., COUTARD S., CLET-PELLERIN M., ALLIX J. (†), TESSIER B., LELONG F., BALTZER A., MEAR Y., POIZOT E., AUGUSTE P., ALIX P., OLIVE J. & GUESNON J., 2011a - The Middle Palaeolithic Underwater Site of La Mondrée, Normandy, France. In J. Benjamin, C. Bonsall, C. Pickard & A. Fischer, (eds.), Submerged Prehistory. Oxbow Books, Oxford, 111-128.

CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P., COUTARD S., BEMILLI C., BAHAIN J.-J., MERCIER N., LIMONDIN-LOZOUET N. & GAUTHIER A., 2011b – Tourville-la-Rivière, Seine-Maritime. Carrières et ballastières de Normandie : « La Fosse-Marmitaine ». Rapport Final d’Opération, Service Régional de l’Archéologie, Basse-Normandie, Caen, 106 p.

CLIQUET D., BAHAIN J.-J., VOINCHET P., LIMONDIN-LOZOUET N. & MICHEL J.-M., 2012 - Les niveaux de base du site de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime) : décapage du toit de la nappe alluviale, du loess intercalaire, du Paléosol Elbeuf IV et des niveaux immédiatement sus-jacents. Rapport de Fouilles Programmées, Service Régional de l’Archéologie, Basse-Normandie, Caen, 12 p.

CLIQUET D., COUTARD J.-P., BAUCHET J., HERVIEU G., MARTELIN L., MARTELIN-PODER L. & PÉREZ E, 2013 - Les ateliers de production d’outils bifaciaux de Pierrepont (Calvados). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 12ème année, 83-89.

CLIQUET D., Lautridou J.-P. (†), Coutard S., Huet B., Bourdin-Launay S., Schwenninger J.-L., Marcigny C., Aubry B., RoudiÉ N., Juhel L. ALIX P., Prost D., Cliquet F., Fauq B. & Gallouin E, sous presse - Les occupations paléolithiques du gisement du Long-Buisson à Guichainville / Le Vieil-Évreux (Eure – France) dans leur contexte chronostratigraphique. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 137. Université de Liège, Liège, 160 p.

CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P., à paraître - Les occupations du Pléistocène moyen de Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : pour une approche de la gestion de l’espace et des modes de vie. In H. de Lumley (dir.), Actes du Colloque International « Les cultures à bifaces du Pléistocène inférieur et moyen dans le monde. Emergence du sens de l’harmonie », Tautavel, 25-30 Juin 2007.

CORDY J.-M., CARPENTIER G. & LAUTRIDOU J.-P., 2003 - Les paléo-estuaires du stade isotopique 7 à Tourville-la-Rivière et à Tancarville (Seine-Maritime) : faune de rongeurs et cadre stratigraphique. Quaternaire, 14 (1), 15-24.

COUTARD J.-P., LAUTRIDOU J.-P., LEFEBVRE D. & CLET M., 1979 - Les bas niveaux marins éémiens et pré-éémiens de Grandcamp-les-Bains. Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 107, 11-20.

COUTARD J.-P., CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P. & LEPOITTEVIN S.(†), 2010 - Le gisement paléolithique de Saint-Pierre-Église (Manche) : un exemple de niveaux d'occupations déstructurés par les phénomènes périglaciaires. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 9ème année, 55-63.

COUTARD S., 2003 - Formations quaternaires en bordure d'une mer épicontinentale, la Manche. Tectonique, eustatisme, climat et occupations humaines. Exemple du Val de Saire (Normandie, France). Thèse de Doctorat, Université de Caen, Caen, 446 p.

COUTARD S., JUHEL L. & VILGRAIN G., 2002 – Formations quaternaires et industrie de la Pointe de Jardeheu à Digulleville (Manche). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 1ère année, 45-49.

COUTARD S. & CLIQUET D., 2005 - Chronostratigraphie des formations pléistocènes et peuplement paléolithique en contexte littoral (Val de Saire, Normandie). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 102 (3), 477-499.

Coutil L., 1894 - Dictionnaire paléoethnologique du département de l'Eure : période paléolithique. Imprimerie E. Izambert, Louviers, 42-86-46 p., 13 pl.

Delagnes A. & Ropars A., 1996 - Paléolithique moyen en Pays de Caux (Haute-Normandie). Documents d’Archéologie Française, 56. Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 243 p.

FOSSE g., 1981 - Rapport sur le gisement paléontologique des carrières de Tourville-la-Rivière - Cléon (Seine-Maritime). Direction Régionale des Antiquités Préhistoriques de Haute-Normandie, Rouen, 5 p.

FOSSE G., 1997 - Le Paléolithique récent et final du bassin de la Basse-Seine (Yvelines-Eure-Seine-Maritime). In J.-P. Fagnart & A. Thévenin (dir.), Le Tardiglaciaire en Europe du Nord-Ouest. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pré- et Protohistoire, Amiens, 26-30 octobre 1994. Editions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 233-244.

FOSSE G., COUTARD J.-P., MASSON B. & OZOUF J.-C., 2013 - Le site moustérien de La Hougue à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) : implantations et activités humaines, synthèse stratigraphique. Quaternaire, 24 (3), XXX-XXX.

GUADELLI J.-L., CLET M., COUVELARD J. & LAUTRIDOU J.-P., 2003 - évolution de la côte du Calvados depuis l'Eemien et découverte d'un squelette de cheval dans les tourbes holocènes. Quaternaire, 14 (1), 43-50.

GUETTE C., 2004 - Le Paléolithique supérieur ancien en Haute-Normandie ? État de la recherche à travers l’étude technologique de deux sites du Pays de Caux : Saint-Martin-Osmonville / la Salle et Épouville / la briqueterie Dupray (Seine-Maritime, France). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 101 (4), 781-795.

GUETTE C., 2005 - La transition Paléolithique moyen / Paléolithique supérieur en Haute-Normandie : état de la recherche à travers l’étude technologique de deux sites du Pays de Caux : Saint-Martin-Osmonville / la Salle et Épouville / la briqueterie Dupray (Seine-Maritime, France). In N. Molines, M.-H. Moncel & J.-L. Monnier (dir.), Les premiers peuplements en Europe. Colloque international, Rennes, 2003. British Archaeological Reports. International Series, 1364. Archaeopress, Oxford, 399-408.

GUETTE C., 2007 - Le Pays de Caux au Paléolithique moyen : révision de quatre sites anciennement fouillés (Goderville, Épouville, Saint-Martin-Osmonville, Houppeville; Seine-Maritime, France). Caractérisation technologique des industries lithiques, réinterprétation chronostratigraphique et taphonomique des sites, état de la recherche sur la transition Paléolithique moyen / Paléolithique supérieur. Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 531 p.

Guette-Marsac C., Lautridou J.-P., Cliquet D., Lechevalier C., Schwenninger J.-L., Lamothe M., Mercier N. & Fosse G., 2009 - Les occupations du Paléolithique moyen et supérieur d’Épouville (Pays de Caux, Normandie) en contexte loessique. Quaternaire, 20 (3), 397-413.

Guilbaud M. & Carpentier G., 1995 - Un remontage exceptionnel à Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 92 (3), 289-295.

GUILLAUME L., 1935 - Observations sur les dépôts quaternaires de Saint-Côme-de-Fresné et Asnelles-Belle-Plage (Calvados). Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 8 (8), 63-72.

KIEFER D., 2002 - Le gisement paléolithique moyen du Mont-Joly (Calvados, France) : quelques exemples d’économie technique. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 2ème année, 106-116.

KIEFER D., 2003 - Le site du Châtelet à Bons-Tassilly (Calvados) : une industrie moustérienne à bifaces. Rapport de Projet Collectif de Recherche « Paléolithique de Basse-Normandie », 3ème année, 50-58.

LAUTRIDOU J.-P. (dir.), 1982 - The Quaternary of Normandy: guide-book of the Q.R.A. Normandy meeting, May 1982, and I.G.C.P. 24 Normandy meeting, September 1982. Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 26. Centre de Géomorphologie, Caen, 88 p.

LAUTRIDOU J.-P., 1985 - Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du Nord-Ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Caen, Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen, 2 vol., 908 p.

LAUTRIDOU J.-P., 2003 - La datation du Quaternaire normand : tableaux des éléments de datation et de la chronostratigraphie. Quaternaire, 14 (1), 65-71.

LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1974 - Les loess et les provinces climato-sédimentaires du Pléistocène supérieur du Nord-Ouest de la France. Essai de corrélation entre le Nord et la Normandie. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 11 (3-4), 237-241.

LAUTRIDOU J.-P., LEFEBVRE D., LÉCOLLE F., CARPENTIER G., DESCOMBES J.-C., GAQUEREL C. & HUAULT M.-F., 1984 - Les terrasses de la Seine dans le méandre d’Elbeuf. Corrélations avec celles de la région de Mantes. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 21 (1-3), 27-32.

LAUTRIDOU J.-P., AUFFRET J.-P., BALTZER A., CLET M., LÉCOLLE F., LEFEBVRE D., LERICOLAIS G., ROBLIN-JOUVE A., BALESCU S., CARPENTIER G., DESCOMBES J.-C., OCCHIETTI S. & ROUSSEAU D.-D., 1999a - Le fleuve Seine. Le fleuve Manche. Bulletin de la Société Géologique de France, 170 (4), 545-558.

LAUTRIDOU J.-P., BAIZE S., CLET M., COUTARD J.-P. & OZOUF J.-C., 1999- Les séquences littorales et estuariennes de Normandie. Quaternaire, 10 (2-3), 161-169.

LAUTRIDOU J.-P., AUGUSTE P., CARPENTIER G., CORDY J.-M., LEBRET P., LECHEVALIER C. & LEFEBVRE D., 2003 - L'Eemien et le Pléistocène moyen récent fluvio-marin et continental de la vallée de la Seine de Cléon au Havre (Normandie). Quaternaire, 14 (1), 25-30.

LAUTRIDOU J.-P. & CLIQUET D., 2005 - La Pointe de la Hague : géomorphologie, géologie du Quaternaire – archéologie. In C. Marcigny & E. Ghesquière (dir.), Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague (Manche). Analyse sur la longue durée d’un espace naturel et social cohérent. Editions Le Tourp, Maison de la Hague, Beaumont-Hague, 21-30.

LAUTRIDOU J.-P. & CLIQUET D., 2006 - Le Pléistocène supérieur de Normandie et peuplements paléolithiques. Quaternaire, 17 (3), 187-206.

Lebret P., Dumont J.-L., Gaquerel C., Huault M.-F., Lautridou J.-P., Le Coustumer M.-N., Lefebvre D., Levant M., Masson B. & PuissÉgur J.-J., 1984 - Tancarville : la liaison Pléistocène moyen - Pléistocène supérieur en Normandie. Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 29, 63-84.

LÉCOLLE F., 1989 - Le cours moyen de la Seine au Pléistocène moyen et supérieur. Géologie et Préhistoire. Centre de Géomorphologie du C.N.R.S., Caen, 549 p.

LEFEBVRE D., ANTOINE P., AUFFRET J.-P., LAUTRIDOU J.-P. & LÉCOLLE F., 1994 - Réponses de la Seine et de la Somme aux événements climatiques, eustatiques et tectoniques du Pléistocène moyen et récent : rythmes et taux d'érosion. Quaternaire, 5 (3-4), 165-172.

LERICOLAIS G., 1997 – Evolution plio-quaternaire du fleuve Manche : stratigraphie et géomorphologie d’une plate-forme continentale en régime périglaciaire. Thèse de Doctorat, Université Bordeaux 1, Bordeaux, 265 p.

LOCHT J.-L., SELLIER N., ANTOINE, P., KOEHLER H. & DEBENHAM N., 2013 - Mauquenchy (Seine-Maritime, France) : mise en évidence de deux niveaux d’occupation paléolithique dans un sol gris forestier daté du SIM 5a (Début Glaciaire weichselien). Quaternaire, 24 (3), XXX-XXX.

MERCIER N., CLIQUET D., OLIVE J., POUDRET-BARRE A., MOMBER G., COUTARD S. & CLET-PELLERIN M. (à paraître) - Approche du gisement paléolithique moyen sous-marin de la Mondrée à Fermanville (Manche) et évaluation de son potentiel en matière de datations par la méthode de l’OSL. In M.-Y. Daire (dir.), Anciens peuplements littoraux et relations homme/milieu sur les côtes de l'Europe atlantique. Actes du Colloque International Homer, Vannes, 2011. British Archaeological Reports.

MICHEL A., 1982 – Saint-Martin-Osmonville « La Salle » (76). Rapport sur la fouille effectuée sur le gisement de Saint Martin-Osmonville « La Salle » (Seine-Maritime). Direction Régionale des Antiquités Préhistoriques de Haute-Normandie, Rouen, 26 p.

MONNIER J.-L., CLIQUET D., HINGUANT S., HALLEGOUET B., MOLINES N. & MARCOUX N., à paraître - L’Acheuléen armoricain et la variabilité des industries du Paléolithique inférieur. In H. de Lumley (dir.), Actes du Colloque International « Les cultures à bifaces du Pléistocène inférieur et moyen dans le monde. Emergence du sens de l’harmonie », Tautavel, 25-30 Juin 2007.

PELLERIN J., 1963 - Les terrasses de l’Orne et leurs relations avec les terrasses eustatiques. Diplôme d’Expert Géographe, Université de Caen, Caen, 130 p.

PELLERIN J., 1977 - Les nappes alluviales de l’Orne, leurs altérations et leurs relations avec les dépôts marins sur la côte du Calvados. Bulletin de la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, 64 (4), Journées Lennier n°1, 75-80.

PELLERIN J., COUTARD J.-P., HELLUIN M. & OZOUF J.-C., 1970 - Dépôts pliocènes et quaternaires d'Hérouville-Saint-Clair près de Caen (Calvados). Essai stratigraphique. Description de phénomènes périglaciaires. Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 7, 35 p.

PRUVOST P., 2006 – Le Paléolithique moyen des Îles Chausey (Manche). Rapport de Projet Collectif de Recherche « Les premiers hommes en Normandie », 5ème année, 27-35.

ROUSSEAU D.-D., PUISSÉGUR J.-J. & LÉCOLLE F., 1992 - West-European terrestrial molluscs assemblages of isotopic stage 11 (middle Pleistocene) : climatic implications. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 92 (1-2), 15-29.

RODET J., 1992 La Craie et ses karsts. Groupe Seine & Centre Normand d'Etude du Karst et des Cavités du Sous-Sol, Elbeuf, 559 p.

SCUVÉE F. & VERAGUE J., 1988 Le gisement sous marin du Paléolithique moyen de l'anse de la Mondrée à Fermanville (Manche). LITTUS-C.E.H.P., Cherbourg, 121 p.

SELLIER-SEGARD N., 2004 - Le site paléolithique moyen de Mauquenchy (Seine-Maritime) : au lieu-dit « Le fond du Randillon » et le « Bois Gamet ». Rapport de Fouille, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Amiens, 32 p.

Vallin L., 1991 - Un site de boucherie probable dans le Pléistocène moyen de Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime). In J.-P. Raynal & D. Miallier (eds.), Datation et caractérisation des milieux pléistocènes : actes des symposiums 11 et 17 de la XIe Réunion des Sciences de la Terre, Clermont-Ferrand, 25-27 mars 1986. Cahier du Quaternaire, 16. Editions du CNRS, Bordeaux, 241-260.

VAN VLIET-LANOë B., 1988 - Le rôle de la glace de ségrégation dans les formations superficielles de l'Europe de l'Ouest. Processus et héritages. Thèse de Doctorat d'Etat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 854 p.

Van Vliet-Lanoë B., Cliquet D., Auguste P., Folz E., Keen D., Schwenninger J.-L., Mercier N., Alix P., Roupin Y., Meurisse M. & SEIGNAC H., 2006 - L’abri sous-roche du Rozel (France, Manche) : un habitat de la phase récente du Paléolithique moyen dans son contexte géomorphologique. Quaternaire, 17 (3), 207-258.

WATTÉ J.-P., 1987 - Gisements paléolithiques des plages du Havre (habitat acheuléen de la "Station Romain") et de Sainte-Adresse (ateliers "clactoniens"), Seine-Maritime. Annales du Muséum du Havre, 39, 1-31.

ZAGWIJN W.H., 1989 - Vegetation and climate during warmer intervals in the Late Pleistocene of Western and Central Europe. Quaternary International, 3-4, 57-67.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation des pays constituant la Normandie.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 2 : Coupe synthétique du Quaternaire continental de la vallée de l’Orne dans la région de Caen (Calvados)
Crédits (d’après Pellerin, 1977).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-2.png
Fichier image/png, 244k
Titre Fig. 3 : Profils longitudinaux des terrasses de la Seine de Vernon à la fosse du Cotentin (d’après Lautridou (1985) et Lericolais (1997), modifiés).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-3.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 4 : Localisation des sites du Paléolithique inférieur et de la phase ancienne du Paléolithique moyen de Normandie.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-4.png
Fichier image/png, 83k
Titre Fig. 5 : Log synthétique de la succession des loess et des paléosols dans le Pléistocène normand
Crédits d’après Lautridou, 1985.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-5.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 6 : Barneville (Manche) – coupe du sondage profond et industrie lithique.
Légende 1/ Galets aménagés, 2/ Racloir, 3/ Eclat retouché
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-6.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 7 : Site classique de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime).
Légende Logs de la coupe 2, des coupes 2011/2012 et de la coupe de la propriété Michel/Gapenne
Crédits Cliquet & Lautridou, 2007
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-7.png
Fichier image/png, 80k
Titre Fig. 8 : Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), coupe 2.
Légende a/ niveau du tuf et des sables blancs, b/ eclat de faconnage de la coupe 2011/2012, c/ fragment de patte de cerf elaphe, d/fragment de machoire de rhinoceros (Dicerorhinus hemitoechus)
Crédits clichés D. Cliquet
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-8.png
Fichier image/png, 442k
Titre Fig. 9 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).
Légende Raccord de deux éclats de façonnage trouvés associés au paléosol Iville V (dessin P. Alix) et Long-Buisson 1, Zone 6, coupe 1 : loess récent altéré par le sol de surface recouvrant des "limons rouges" (paléosol supérieur, paléosol inférieur (DAO B. Fauq).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-9.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 10 : Digulleville / Jardeheu (Manche).
Légende Transect nord-sud de la pointe de Jardeheu (d’après S. Coutard) et industrie lithique : 1/ biface sur masse centrale, 2 et 3/ nucleus Levallois, 4/ galet aménagé en granite, 5/ denticule, 6/ éclat laminaire
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-10.png
Fichier image/png, 145k
Titre Fig. 11 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure).
Légende Long-Buisson 1, Zone 5 : "limons jaunes" et "limons noirs", transect CD, nord-sud (DAO B. Fauq) et Zone 5, "série blanche" : 1 et 2/ éclats Levallois, 3, 4 et 5/ pointes Levallois, 4/ racloir aménagé sur éclat Levallois et production "laminaire", 6/ éclat laminaire d'initialisation, 7 et 8/ "lames" Levallois, 9 et 11/ « lame » et éclat laminaire de gestion de surface unipolaire, 10/ lame à arêtes parallèles
Crédits dessins L. Juhel
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-11.png
Fichier image/png, 307k
Titre Fig. 12 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine (Seine-Maritime).
Légende Coupe transversale NO-SE des affleurements actuels (d’après Carpentier et Lautridou) et localisation de l’opération 2008, et industrie lithique : 1/ polyèdre, 2 à 5/ production Levallois
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-12.png
Fichier image/png, 209k
Titre Fig. 13 : Tourville-la-Rivière / La Fosse Marmitaine – Distribution des vestiges de faune et lithique par rapport au banc de sable.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-13.png
Fichier image/png, 39k
Titre Fig. 14 : Terrasse de Biéville-Beuville (Vallée de l’Orne, Calvados).
Légende Galet aménage, biface trapu et biface lancéole en grès
Crédits dessins F. Charraud
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-14.png
Fichier image/png, 173k
Titre Fig. 15 : Croquis morphologique et coupes des sites de Saint-Gabriel – Brécy et de Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-15.png
Fichier image/png, 172k
Titre Fig. 16 : Saint-Gabriel – Brécy (Calvados) et Sainte-Croix-Grand-Tonne (Calvados) – Industries lithiques.
Légende Saint-Gabriel – Brécy : 1 et 2/ bifaces, 3 et 4/ racloirs (dessins L. Juhel) ; Sainte-Croix-Grand-Tonne : 5/ biface, 6/ plaquette affûtée, 7/ pointe de biface micoquien, 8/ pièce bifaciale réaménagée en denticulé, 9/ nucléus repris en pièce bifaciale
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-16.png
Fichier image/png, 302k
Titre Fig. 17 : Argentan / Le Grand-Beaulieu (Orne) – Coupe du site et industrie lithique.
Légende 1/ outil bifacial, 2 et 4/ production Levallois, 3/ biface
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-17.png
Fichier image/png, 402k
Titre Fig. 18 : Carte des principaux sites de la phase récente du Paléolithique moyen de Normandie (SIM 5 à 3).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-18.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 19 : Logs stratigraphiques des principaux stratotypes de Normandie.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-19.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 20 : Montfarville / Anse de Quéry (Manche) – Profil de la tranchée S.1 – S.2 (d’après S. Coutard, 2003) et industrie lithique.
Légende 1/ encoche en bout, 2 à 6/ production laminaire pouvant être issue d’un débitage volumétrique
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-20.png
Fichier image/png, 234k
Titre Fig. 21 : Saint-Pierre-Église – Clitourps / Le Mont Etolan (Manche) – Profil de la rampe du hangar et industrie lithique.
Légende 1/ galet aménagé en grès, 2 et 5/ bifaces en silex, 3/ lame en silex, 4/ racloir latéral simple convexe en silex, 6/ nucleus en quartz
Crédits dessins L. Juhel et P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-21.png
Fichier image/png, 331k
Titre Fig. 22 : Fermanville / Biéroc – La Mondrée (Manche) – Localisation et séquence stratigraphique d’après S. Coutard et industrie lithique.
Légende 1 et 2/ éclats Levallois, 3/ Racloir simple convexe, 4/ racloir double convergent, 5  et 6/ ≪ lames ≫ Levallois, 7/ racloir latéral convexo-concave
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-22.png
Fichier image/png, 206k
Titre Fig. 23 : Meuvaines (Calvados) – Croquis de localisation et transect du versant de la plage d’Asnelles – Meuvaines, et industrie lithique.
Légende Croquis de localisation - 1/ dunes, 2/ fluviatile et fluvio-marin de la Seulles, 3/  estuaire de l’Orne, 4/ transect (T), 5/ falaises vives, 6/ tourbe inférieure d’après Guadelli et al., 2003, modifié).Transect – I : calcaires et marnes jurassiques, II : (1)/ sables marins fini-eemiens, avec quelques galets (2), III : Début Weichselien – 1/ tourbe, 2/ argile,IV : silts argileux carbonatés, V : a/ head, b/ lits de cailloux, c/ loess, VI : 1/ sol sur loess, 2/ tourbe holocène, VII : cordon dunaire, VIII : plage actuelle.Industrie lithique – 1/ nucléus Levallois, 2/ biface micoquien, 3/ éclat Levallois, 4/ plaquette aménagée (dessins P. Alix).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-23.png
Fichier image/png, 202k
Titre Fig. 24 : Guichainville – Le Vieil-Évreux / Le Long-Buisson (Eure)- Long‑Buisson 1, Zone 5 : industrie lithique de la « série des limons noirs  ».
Légende 1/ nucleus de gestion de surface bipolaire orthogonale, 2/ lame, éclat remonté, 3, 4 et 5/ pointes, 6/ racloir
Crédits dessins L. Juhel
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-24.png
Fichier image/png, 192k
Titre Fig. 26 : Glos (Calvados) – Profil du sondage
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-25.png
Fichier image/png, 122k
Titre Fig. 27 : Localisation des sites du Paléolithique supérieur de Normandie.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-26.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 28 : Rouvres – Ouilly-le-Tesson (Calvados).
Légende a/ profil de la coupe et industrie lithique. 1 et 2/ nucleus, 3 et 4/ lames, 5/ lame à crête
Crédits dessins P. Alix
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-27.png
Fichier image/png, 234k
Titre Fig. 29 : Tableau chronologique des occupations du Massif armoricain et de Normandie moyenne et orientale.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6755/img-28.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Cliquet, « Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques » », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 303-314.

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques » », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6755 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6755

Haut de page

Auteur

Dominique Cliquet

PCR « Les Premiers Hommes de Normandie », Service régional de l’Archéologie, 13 bis rue Saint-Ouen, 14032 CAEN cedex 4 & UMR 6566 « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS / Université de Rennes 1, Laboratoire d’Anthropologie - Archéométrie, Campus de Beaulieu, 35042 RENNES cedex. Courriel : dominique.cliquet@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org