Navigation – Plan du site

Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques »

Palaeolithic settlements of Normandy in their chronostratigraphic context: “archaeological scraps”
Dominique Cliquet
p. 315-358

Résumés

Cette contribution est le fruit de la révision de sites anciennement fouillés et analysés dans le cadre de travaux effectués, depuis les années 1970, en liaison avec les géomorphologues du Centre de Géomorphologie de Caen, puis, dans les années 1980, dans le cadre du « Groupe Seine » et du projet relatif à « l’Homme et la Mer » et enfin, dans le cadre du Projet Collectif de Recherche « Les Premiers Hommes en Normandie » constitué en 2000. Cet article intègre les résultats issus de nombreux gisements dont le bilan sédimentaire est souvent peu dilaté car affecté de hiatus ; pourtant ces « bribes archéologiques » participent à la connaissance des premiers peuplements de la Normandie et permettent d’écrire une « histoire de la préhistoire ancienne » dans son cadre environnemental. Les premiers peuplements attestés sont associés aux formations alluviales et limoneuses de la vallée de la Seine à Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Ils se rapportent à l’Acheuléen et datent des stades isotopiques marins (SIM) 11 et 10. En Basse-Normandie, les occupations les plus anciennes mises au jour sont associées à des niveaux de plages anciennes et se rapportent au SIM 9. Comme fréquemment en Europe du Nord-Ouest, les implantations de la fin du Pléistocène moyen s’inscrivent dans le SIM 7 et le début du SIM 6. Les assemblages lithiques se rapportent à l’Acheuléen, mais surtout à la phase ancienne du Paléolithique moyen. L’originalité de la Normandie réside dans l’exceptionnelle conservation de niveaux d’occupation sur deux sites datés par TL et OSL de l’optimum eemien, en contexte littoral et en doline. Comme dans toute la France septentrionale, ce sont les occupations du début du Dernier Glaciaire (entre 112 et 72 ka) qui sont les mieux préservées et les plus nombreuses, cependant quelques implantations prennent place durant le Pléniglaciaire inférieur. L’occupation de la Normandie s’effectue de manière ponctuelle au Pléniglaciaire moyen (55 à 30 ka) avant de reprendre de l’ampleur au Tardiglaciaire (15 ka à 11 ka) avec les cultures de la fin du Paléolithique supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Cliquet, « Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques » », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 315-358.

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les occupations paléolithiques en Normandie dans leur contexte chronostratigraphique : « bribes archéologiques » », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6755 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6755

Haut de page

Auteur

Dominique Cliquet

PCR « Les Premiers Hommes de Normandie », Service régional de l’Archéologie, 13 bis rue Saint-Ouen, 14032 CAEN cedex 4 & UMR 6566 « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS / Université de Rennes 1, Laboratoire d’Anthropologie - Archéométrie, Campus de Beaulieu, 35042 RENNES cedex. Courriel : dominique.cliquet@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org