Navigation – Plan du site

Mauquenchy (Seine-Maritime, France) : mise en évidence de deux niveaux d’occupation paléolithique dans un sol gris forestier daté du SIM 5A (début glaciaire weichselien)

Mauquenchy (Seine-Maritime, France): evidence of two palaeolithic levels in a MIS 5 grey forest soil (early weichselian)
Jean-Luc Locht, Nathalie Seller, Pierre Antoine, Héloïse Koehler et Nick Debenham
p. 247-257

Résumés

La fouille du gisement paléolithique moyen de Mauquenchy (Seine-Maritime) a permis la découverte de niveaux archéologiques bien préservés au sein d’un sol gris-forestier attribué au stade isotopique marin (SIM) 5a. Ce sol contient deux niveaux archéologiques, l’un dans sa partie inférieure (Wa2), le second dans sa partie supérieure (Wa1). Ces deux ensembles archéologiques contenaient chacun un silex taillé chauffé datés par thermoluminescence (83,7 ± 7,6 ka pour Wa2 et 77,6 ± 7,2 ka pour Wa1). Ces datations offrent pour la première fois une possibilité de calage précis de ce sol qui avait été préalablement attribué au SIM 5a sur la base de sa signature interstadiaire.

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1Le gisement paléolithique moyen de Mauquenchy se situe à 30 km au nord-est de Rouen, à l’ouest de la grande zone loessique européenne (fig. 1). Il se localise en bordure du Pays de Bray, à l’extrémité est du département de Seine-Maritime, à l’amont d’un vallon sec. Les plateaux qui le bordent culminent à une altitude de 200 m NGF (fig. 2). Sa position géographique le place au centre d’un triangle formé par les nombreux sites d’occupations de la phase récente du Paléolithique moyen des bassins versants de la Somme et de la Seine (fig. 1).

2Le site paléolithique occupe la partie haute et médiane d’un versant limoneux en pente douce exposé au nord-nord-est, d’une vallée sèche asymétrique qui se raccorde à celle de l’Andelle, via l’un de ses affluents, le Randillon. L’Andelle se jette dans la Seine à 40 km au sud-ouest. Cette position topographique en contexte de versant est fréquente pour les implantations de la phase récente du Paléolithique moyen dans le nord de la France (Tuffreau, 2001 ; Locht, 2002). Elle favorise l’enregistrement de séquences limoneuses bien développées, dans lesquelles des niveaux préhistoriques peuvent être conservés en profondeur (Antoine et al., 2003a).

3Le site a été découvert par Bruno Aubry lors d’un diagnostic archéologique à l’emplacement d’un futur hippodrome. La fouille s’est déroulée en deux campagnes, en 2001 et 2003 (Locht et al., 2001 ; Sellier, 2004) et a couvert une superficie totale de 3 217 m2. Le suivi stratigraphique a été assuré par P. Antoine et les datations TL sur silex chauffés par N. Debenham.

Fig. 1 : Localisation du gisement de Mauquenchy et des principaux sites du Paléolithique moyen de Normandie et du nord de la France.

Fig. 1 : Localisation du gisement de Mauquenchy et des principaux sites du Paléolithique moyen de Normandie et du nord de la France.

2 - Historique des recherches en Haute-Normandie et contexte archéologique

4La région de Haute-Normandie constitue un haut lieu de la recherche archéologique depuis plus d’un siècle, en raison de l’importance des sites paléolithiques qui y ont été découverts (fig. 1). La période d’après-guerre est faste pour les recherches en archéologie paléolithique. En effet, l’essor des briqueteries offre à F. Bordes (1954) l’opportunité de définir un cadre stratigraphique associé aux industries lithiques de la région, grâce à l’observation de coupes de limons visibles dans ces exploitations. Certaines d’entres-elles restent des références (Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Epouville, Saint-Romain-de-Colbosc…) et sont encore visibles actuellement. C’est à partir de ces observations sur les loess du Bassin parisien qu’il définit un cadre chronostratigraphique se rattachant au système alpin.

5Dans les années 1960 à 1980, le cadre chronostratigraphique de Normandie est révisé sous l’impulsion d’opérations de sauvetage menées sur d’anciens sites menacés mais aussi par de nouvelles découvertes (Fosse, 1982).

6Les études réalisées parallèlement en Normandie et dans le Nord (Lautridou & Sommé, 1974) ont permis de mettre en évidence des séquences répétitives de paléosols et des horizons repères tels que l’Horizon de Nagelbeek, les sols humifères du Début Glaciaire weichselien, le paléosol eemien (sol de Rocourt, Elbeuf I) au sein de la lithostratigraphie des loess, autorisant des corrélations avec les données de la Belgique et de la Hollande (Paepe & Sommé, 1970).

7Sur la base de données cartographiques, sédimentologiques et stratigraphique, un système pédostratigraphique et chrono-climatique a été défini pour la France septentrionale et a permis de caractériser la formation des dépôts à partir de sites-clés comme Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Mesnil-Esnard, Saint-Romain-de-Colbosc (Lautridou, 1985).

8Plus récemment, la reprise de ces sites de références comme ceux de Houppeville (Vallin, 1992) ou de Goderville (Guette, 2007) permettait de préciser la position stratigraphique des assemblages lithiques.

9Depuis 1994, à la faveur de nouveaux travaux d’aménagements du territoire (A28 et A29, Delagnes & Ropars, 1996), une trame chronologique s’est constituée sur la base de datations numériques fondées sur la présence de structures de combustion, auxquelles sont souvent associés des silex chauffés (Lautridou, 2003). La datation par la méthode de la thermoluminescence (TL) sur silex chauffés a ainsi été menée avec succès sur certains sites majeurs de Normandie dans le domaine armoricain ainsi qu’en milieu loessique (Etoutteville, Grossoeuvre) favorisant des rapprochements avec les données obtenues pour les vallées de la Seine et de la Somme (Antoine et al., 1998 ;Cliquet et al., 2003).

10Les coupes de loess observées dans les briqueteries de Haute-Normandie ont livré en grand nombre des assemblages lithiques essentiellement attribués au Paléolithique ancien et moyen. La séquence la plus importante a été reconnue à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Lautridou & Verron, 1970). Elle a fourni un enregistrement pédosédimentaire exceptionnel du Pléistocène moyen et supérieur et a livré une industrie acheuléenne attribuable au stade isotopique marin (SIM) 10 (Cliquet et al., 2009).

11La phase ancienne du Paléolithique moyen est documentée par un grand nombre de gisements d’âge saalien parmi lesquels il faut citer celui de Tancarville (Lautridou, 1987), où deux niveaux d’occupation ont livré un assemblage lithique à débitage non Levallois, sous une dune attribuée à l’Eemien ou au sommet de sables fluviatiles saaliens. Le gisement du Pucheuil se place en bordure de doline (Delagnes & Ropars, 1996) et, d’après l’analyse technologique et les données géomorphologiques, correspond à deux occupations. La plus ancienne est attribuable à la fin du SIM 8 ou au début du SIM 7 (vers 250 ka) alors que la plus récente, bien qu’en position remaniée, est rapportée au début du SIM 6. Enfin, un dernier gisement de cette période (SIM 7) est présent à Tourville-La-Rivière (Vallin, 1991 ; Lautridou et al., 2003). Il constitue, à l’heure actuelle, le seul site à avoir livré des restes de grands mammifères bien conservés, associés à des occupations humaines.

12La phase récente du Paléolithique moyen est la mieux documentée. Les travaux de terrain sur le site d’Epouville ont permis de localiser une industrie lithique dans des limons datés du Pléniglaciaire inférieur (Fosse, 1982). La fouille du site de plein air de Houppeville a permis quant à elle, de replacer l’occupation à la fin du Weichselien ancien ou du Pléniglaciaire inférieur du Weichselien (Vallin, 1992). L’industrie lithique identifiée sur le site de Goderville atteste un système de production orienté vers la mise en œuvre d’un schéma Levallois récurrent unipolaire ou bipolaire obtenu par des enlèvements de facture laminaire. Sa position stratigraphique se définit entre les limons du début du Dernier Glaciaire et le loess du Pléniglaciaire supérieur (Guette, 2007). Enfin, le site d’Etoutteville, sur un plateau, en position d’interfluve, a livré une série lithique attribuée au Début Glaciaire weichselien (SIM 5a ou 5b) (Delagnes & Ropars, 1996). L’étude technologique a permis de reconnaître un système de production laminaire selon un schéma Levallois et selon une conception volumétrique.

13Ainsi, depuis ces 40 dernières années, la connaissance des occupations paléolithiques de Normandie s’est largement étoffée. Même si les recherches sont de significations inégales, les témoignages d’occupations attribuables au Paléolithique moyen récent sont nombreux et permettent à plus grande échelle des comparaisons avec les données des régions voisines que sont la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais, ou le Val d’Oise.

Fig. 2 : Position topographique du gisement.

Fig. 2 : Position topographique du gisement.

3 - Interprétation chronostratigraphique de la séquence, position des niveaux archéologiques

14Les observations stratigraphiques ont mis en évidence une séquence complexe d’une épaisseur cumulée de 8 m comportant 11 unités reposant sur la craie turonienne (fig. 3) et dont le bilan est aisément corrélable avec les référentiels pédo-stratigraphiques régionaux établis dans la Somme et le nord de la France pour le dernier cycle Interglaciaire-Glaciaire (Antoine et al., 2003a,b) (fig. 4).

15Au nord-est de la zone de décapage, le complexe de sols a totalement disparu et laisse place à une stratigraphie composée, sous l’horizon Bt bioturbé du sol de surface, de loess non calcaires lités particulièrement bien développés reposant directement sur les argiles à silex rouges. A l’ouest du décapage, les loess lités brun orangé à jaunes du Pléniglaciaire supérieur recouvrent les limons brun gris à concrétions ferro-manganique du sol gris forestier. Ces derniers sont de moins en moins dilatés vers l’extrémité ouest où ils sont recouverts par d’épaisses colluvions de versants. La conservation de ces niveaux semble s’expliquer par une remontée du cailloutis d’altération des argiles à silex qui a créé un piège naturel.

16L’interprétation chronostratigraphique de la séquence de Mauquenchy se base sur la comparaison entre l’enregistrement pédosédimentaire mis en évidence à l’occasion des fouilles et le système pédo-stratigraphique de référence des formations loessiques de la France du Nord-Ouest (Antoine et al. 1998, 2003a,b).

17Les formations quaternaires, au sens strict, débutent par un remplissage argileux brun sombre (unité Agb) qui tapisse les poches de décalcification développées au sommet de la craie. La formation de ce dépôt, visible à la base des couvertures quaternaires dans toutes les séquences du Bassin Parisien et du nord de la France, résulte du cumul de processus de dissolution du substratum crayeux pendant de multiples périodes interglaciaires sous une couverture limoneuse bien développée. Le cailloutis de silex (unité Asx) qui recouvre l’unité 11 s’observe sur l’ensemble des coupes relevées. Il montre un faciès à silex émoussés emballés dans une matrice argileuse brun-rouge de type argile à silex relativement peu épais. Sa géométrie souligne le processus de décalcification.

18Le niveau paléolithique le plus ancien (N3) repose sur ce cailloutis principalement dans la partie sud du site (fig. 3). L’état physique variable des artefacts suppose plusieurs occupations paléolithiques sans que cette hypothèse n’ait pu être vérifiée. L’âge de cette industrie est antérieur au dernier interglaciaire. Des aspects physiques variés et une disparité typologique évidente ne permettent pas de considérer cette industrie lithique comme un ensemble homogène.

19La première unité pédo-sédimentaire est représentée par un horizon Bt de sol brun lessivé traduisant une amélioration climatique de rang interglaciaire (unité Labr, fig. 3). Il se caractérise par un faciès complexe tronqué, présentant une structure de gel saisonnier. Ce sol de rang interglaciaire, corrélable avec le sol d’Elbeuf I du stratotype régional, est attribuable à l’interglaciaire Eemien (SIM 5e / env. 130 000 - 112 000 ka).

20Un complexe de sols attribuable au Début Glaciaire weichselien surmonte cet horizon Bt interglaciaire tronqué. Il se compose de deux horizons, un horizon humifère de type sol gris forestier à épaisses illuviations argilo-humiques stratifiées (Labg) et un horizon humifère de type steppique sus-jacent. Ces unités sont corrélables avec celles de la coupe de référence de Saint-Sauflieu (Sols SS-1 et SS-2, Antoine et al., 1998). La succession de ces deux sols humifères traduit une dégradation climatique progressive mais surtout une nette continentalisation du milieu qui marque le début du Weichselien dans toutes les séquences de l’Europe du Nord-Ouest à partir de 112 000 ans (SIM 5d) (Antoine, 2002).

21Les artefacts des niveaux Wa1 et Wa2 ont été trouvés respectivement à la base et au sommet du sol gris forestier de l’unité Labg. Les dates TL réalisées sur des silex chauffés ont donné pour le niveau Wa2 un âge de 83,7 ± 7,6 ka et pour le niveau sus-jacent Wa1 celui de 77,6 ± 7,2 ka. Ces datations offrent pour la première fois une possibilité de calage précis de ce sol qui avait été préalablement attribué au SIM 5a sur la base de sa signature pédologique (long interstade, contexte tempéré continental), de sa position stratigraphique au sein du complexe de sols et de son contenu palynologique à Saint-Sauflieu (Munaut, in Antoine et al., 1994).

22Ces deux occupations peuvent ainsi être corrélées avec d’autres témoins du Paléolithique moyen du nord de la France telles que celles de Villiers-Adam (Locht et al., 2003), les niveaux N2a et N2b de Bettencourt-Saint-Ouen dans la Somme (Locht, 2002), le niveau 1 de Fresnoy-au-Val (Goval & Locht, 2009) ou encore celui d’Etoutteville en Normandie (Delagnes & Ropars, 1996).

23La dégradation climatique se poursuit et s’amplifie nettement avec la mise en place de l’unité Lbcc constitué de colluvions limoneuses à concrétions ferro-manganiques et de sédiments éoliens locaux. Cette unité est attribuée au Pléniglaciaire inférieur sur la base de sa signature sédimentaire (début du SIM 4 : 68 000 - 59 000 ka).

24Le Pléniglaciaire moyen débute par un sol brun de type boréal (unité Lbgp) sur limon loessique annonçant la première trace d’amélioration climatique. Cette unité est ultérieurement affectée par un épisode de pergélisol qui se marque par le développement d’une forte structure lamellaire de gel-dégel. La partie médiane de l’enregistrement correspond ensuite à la mise en place de loess décarbonatés à structure finement feuilletée de type gel-dégel dans un contexte de faible taux de sédimentation (unité Lbf). La fin du Pléniglaciaire moyen se marque par la formation d’un nouveau sol de type brun boréal à brun arctique au sommet des matériaux précédents (unité Labo). Il se caractérise également par de nombreuses concrétions ferromanganiques et par une structure finement feuilletée liée à un épisode de gel-dégel intense (pergélisol avec niveau à grandes fentes en coin dans les séquences de plateau : interface unités 8/7, fig. 4). La succession des unités Lbgp / Lbf et Labo de Mauquenchy est corrélable avec le complexe de sols de Villiers-Adam qui constitue le bilan régional le plus dilaté du Pléniglaciaire moyen daté entre env. 55 et 35 ka (~ SIM 3 ; Antoine et al, 2003b ; Locht et al., 2003). Cette période traduit une augmentation relative de la densité du couvert végétal, une stabilisation relative et une baisse de l’aridité du milieu permettant le développement de la faune du sol et des cortèges malacologiques.

25L’unité Llbg représente les loess calcaires lités du Pléniglaciaire Supérieur (fin du SIM 3 et SIM 2). A Mauquenchy, ce faciès est particulièrement bien développé dans la partie nord du site comme dans les autres séquences stratigraphiques de Normandie.

26La fin de la séquence est caractérisée par le retour des conditions tempérées interglaciaires représenté par l’horizon Bt de sol brun lessivé de l’unité Lab (Tardiglaciaire et Holocène).

Fig. 3 : Description de la séquence stratigraphique générale et position des niveaux archéologiques principaux.

Fig. 3 : Description de la séquence stratigraphique générale et position des niveaux archéologiques principaux.

Fig. 4 : Insertion de la stratigraphie de Mauquenchy dans le cadre pédostratigraphique du nord de la France (d’après Antoine et al., 2003a, modifié) ; corrélation avec la courbe de variation du δ18O de la carotte de glace de GRIP (d’après Johnsen et al., 2001).

Fig. 4 : Insertion de la stratigraphie de Mauquenchy dans le cadre pédostratigraphique du nord de la France (d’après Antoine et al., 2003a, modifié) ; corrélation avec la courbe de variation du δ18O de la carotte de glace de GRIP (d’après Johnsen et al., 2001).

4 - Les niveaux archéologiques du weichselien ancien

27L’industrie lithique des niveaux Wa1 et Wa2, au sommet et à la base du sol gris forestier, présentent une dispersion verticale peu importante. L’observation des tranchants montre leur bonne conservation. Le nombre important de petits éléments de retouches préservés au sein ou à proximité des deux amas de débitage ainsi que les informations issues des remontages semblent indiquer leur position quasi primaire. La décarbonatation des sols n’a pas permis la conservation de restes osseux ou de végétaux.

4.1 - La matière première

28L’examen des artefacts, et notamment celui de leur cortex, montre que la matière première est le silex turonien local. L’argile à silex affleure en raison de la dissolution sur place de la craie. Les blocs sont de formes et de dimensions très variées, souvent branchues. Le silex noir ou gris, de grain assez fin, présente une bonne aptitude à la taille en dépit d’inclusions et de fissures de gel fréquentes. Les formations d’argile à silex qui affleurent à divers endroit, à proximité immédiate du gisement (à des distances de l’ordre de quelques mètres) ont certainement constitué la source d’approvisionnement des occupants du site. Ce type de comportement se reconnaît dans une grande partie des gisements paléolithiques de la moitié nord de la France (Locht, 2001), à savoir, une acquisition directe, dans l’environnement immédiat d’une matière première dont la disponibilité a dû jouer un rôle essentiel dans le choix de l’implantation humaine.

4.2 - Le niveau d’industrie Wa2

29L’assemblage lithique du niveau Wa2, situé à la base du sol gris forestier, est composé de 200 artefacts dont 33 ont été trouvés dans un petit amas de débitage. L’ensemble des produits de débitage dénombrés au sein de cet assemblage appartiennent à toutes les étapes des schémas opératoires identifiés (éclats semi-corticaux, éclats ordinaires, éclats Levallois…).

30Deux schémas opératoires ont pu être individualisés. Le plus important est celui de la production d’éclats, réalisée soit à partir de nucléus Levallois de modalité récurrente bipolaire ou unipolaire et préférentiel soit à partir de nucléus à débitage direct, unipolaire ou bipolaire (fig. 5). Les artefacts de ce niveau révèlent différents schémas opératoires. La majorité des vestiges provient d’un débitage unipolaire (parfois bipolaire) simple, récurrent grâce au procédé du débordement, délivrant des produits allongés, épais, et souvent débordants.

31La deuxième chaîne opératoire orientée vers la production de pointes est un peu moins représentée. Les éclats ont été débités depuis un plan de frappe unique par une série d’enlèvements convergents formant une nervure centrale permettant de mieux contrôler la sortie d’une pointe typologiquement Levallois (fig. 6). Trois de ces nucléus trouvés au sein de l’amas de débitage ont pu être partiellement remontés, ce qui a permis de mieux appréhender la technique de débitage (Locht et al., 2001). Inversement, 4 pointes Levallois sont recensées, à talons facettés et bien préparés. Elles ont des dimensions très importantes, comprises entre 8,5 et 5,5 cm de long, contre 5,5 et 4 cm de large. Ces dimensions sont supérieures aux produits issus d’un débitage unipolaire/bipolaire à enlèvements allongés. Elles ne peuvent s’intercaler au sein de cette production. Ainsi, les nucléus de ce niveau ne délivrent pas de pointes Levallois. Ces dernières sont peut-être introduites sur le site sous forme de produits débités.

32Quelques éléments lithiques semblent aussi évoquer un schéma opératoire de type Discoïde, dont deux nucléus (fig. 5.1 & 5.2). Ils sont petits, pouvant témoigner d’une exhaustion ultime du débitage. On remarque l’extraction d’enlèvements centripètes sécants recherchant des produits épais débordants et/ou déjetés, alternativement sur les deux surfaces pour un nucléus ; sur une seule surface pour l’autre (Boëda, 1993 ; Locht, 2004). Cinq éclats petits et massifs au niveau du talon, parfois débordants, pourraient provenir de cette chaîne opératoire. Certains sont légèrement déjetés. Ces pièces sont différentes d’un point de vue morphométrique des autres éclats débordants, les rapprochant davantage d’une conception discoïde du débitage.

33La répartition spatiale des vestiges au sol ne montre pas de concentration ni même d’organisation particulière des différents produits technologiques, en dehors du petit amas de débitage découvert sur une surface de moins de 1 m2. L’absence de remontage autour de cette concentration montre qu’il s’agit d’un poste de débitage bien circonscrit autour d’un bloc de silex trouvé à proximité immédiate. La présence d’esquilles et de petits fragments au sein de cet amas, ainsi que l’état physique de l’industrie indiquent qu’elle est en position primaire.

34Ce niveau contient peu de vestiges lithiques, mais toutes les étapes de la chaîne opératoire sont représentées : des éclats corticaux aux produits de « plein débitage ». D’importants remontages ont par ailleurs pu être réalisés. Ce gisement se situe sur un lieu d’accès direct à la matière première. Tous ces éléments permettent d’interpréter cet ensemble lithique comme le résultat d’une petite station de taille exploitée par un nombre restreint de préhistoriques.

Fig. 5 : -1 et -2/ Nucléus discoïdes, -3 et -4/ Nucléus Levallois.

Fig. 5 : -1 et -2/ Nucléus discoïdes, -3 et -4/ Nucléus Levallois.

Fig. 6 : Wa2, remontage d’un débitage unipolaire convergent. a/ décorticage par des enlèvements multidirectionnels, b/ nucléus en fin d’exploitation.

Fig. 6 : Wa2, remontage d’un débitage unipolaire convergent. a/ décorticage par des enlèvements multidirectionnels, b/ nucléus en fin d’exploitation.

4.3 - Le niveau d’industrie Wa1

35Comme pour le niveau Wa 2, la matière première est le silex turonien local. Le niveau Wa1 est composé d’une série de 228 artefacts trouvés au sommet du sol gris forestier. Une grande majorité d’entre eux (n = 179) appartient à l’amas de façonnage d’une seule ( ?) pièce bifaciale, situé dans la partie médiane du décapage. Il représente à lui seul 78,51 % du total de cette industrie. Par contre, la pièce bifaciale est absente de l’assemblage. Toutes les étapes du façonnage sont représentées, depuis la phase de décorticage du bloc (éclats corticaux) jusqu’à l’« affûtage » des tranchants (esquilles).

36Au sein de cet amas, 26 éclats ont été remontés comprenant 8 courtes séries d’enlèvements (fig. 7). Chacun de ces produits procède d’une mise à façon de pièces bifaciales (Brenet, 1996). D’après les stigmates portés par les éclats, le même geste technique est décelé tout au long de cette chaîne opératoire de façonnage : un geste tangentiel réalisé à l’aide d’un percuteur dur. La répartition montre une zone plus dense d’artefacts distribuée sur environ 1 m2 et une zone périphérique dont les distances de remontages peuvent varier entre 1,20 et 2 m. Les remontages effectués sur de courtes distances et les nombreuses esquilles (n = 90) démontrent que l’amas est en position primaire.

37Les quarante-neuf autres artefacts s’organisent autour de cet assemblage sans s’étendre davantage sur le versant. Tous ne proviennent pas d’une chaîne opératoire de façonnage. Les schémas opératoires de débitage desquels ils sont issus ne peuvent être précisés en raison de l’absence de nucléus et de pièces caractéristiques.

38Ce niveau Wa1 présente ainsi une production essentiellement tournée vers le façonnage d’une pièce bifaciale. Cette dernière est absente de l’assemblage. Très peu de pièces sont présentes, et elles sont presque toutes issues de l’amas de façonnage. De nombreux remontages ont par ailleurs été réalisés. Ainsi, à l’instar du niveau Wa2, cet ensemble plus récent semble être également une halte ponctuelle au cours de laquelle une pièce bifaciale a été confectionnée et emportée.

39La découverte de bifaces dans des unités stratigraphiques attribuées au Début Glaciaire weichselien est très rare dans le nord de la France. La découverte de cet amas de façonnage démontre que cette pratique technique y était connue et utilisée. Mais la structure volumétrique de ces outils, qui peut supporter plusieurs phases de réfection successives, leur conférait peut-être une durée d’utilisation plus longue, et ainsi une plus grande mobilité (Locht & Antoine, 2001).

Conclusion

40La fouille de Mauquenchy a permis la découverte de deux niveaux archéologiques bien préservés au sein d’une séquence stratigraphique couvrant le dernier interglaciaire eemien et le Weichselien. Elle est caractérisée par la présence de deux pédocomplexes bien conservés.

41Le premier correspond à l’Eemien et au Début Glaciaire weichselien. Il débute par un horizon Bt de sol brun lessivé (Labr, Eemien), surmonté d’un horizon humifère de type sol gris forestier (Labg) et d’un horizon humifère de type steppique (Lbgh). Le sol gris forestier contient deux niveaux archéologiques, l’un dans sa partie inférieure (Wa2), le second dans sa partie supérieure (Wa1). Ces deux ensembles archéologiques contenaient chacun un silex taillé chauffé, qui ont permis l’obtention de dates par thermoluminescence (83,7 ± 7,6 ka pour Wa2 et 77,6 ± 7,2 ka pour Wa1). Ces datations offrent pour la première fois une possibilité de calage précis de ce sol qui avait été préalablement attribué au SIM 5a sur la base de sa signature interstadiaire et de sa position.

42Le second est attribuable au Pléniglaciaire moyen du Weichselien (~ SIM 3 ; 59 000 - 30 000 ka). Il est constitué d’un sol brun boréal (Lbgp) et d’un sol brun boréal à brun arctique (Labo).

43Les deux ensembles lithiques, découverts à la base et au sommet du sol gris-forestier attribué au stade isotopique 5a, sont numériquement assez réduit. Le plus ancien (Wa2, 200 artefacts) est caractérisé par deux chaînes opératoires de production d’éclats et de pointes. Le plus récent (Wa1, 228 artefacts) est surtout constitué d’éclats retrouvés au sein du poste de façonnage d’une seule pièce bifaciale. Celle-ci est absente du gisement. Il est probable qu’elle ait été emportée par les Moustériens, le statut mobile de ce type d’artefacts ayant déjà été évoqué.

44L’approche pluridisciplinaire menée sur le gisement de Mauquenchy apporte des données chronologiques, environnementales et archéologiques qui viennent compléter les connaissances sur le Pléistocène et les modalités de peuplements préhistoriques. Elle s’inscrit dans la lignée de la recherche telle qu’elle a commencé dans le nord de la France au xixe siècle, au sein de laquelle la géologie et l’archéologie sont étroitement associées.

Fig. 7 : Wa1, remontage d’éclats de façonnage.

Fig. 7 : Wa1, remontage d’éclats de façonnage.
Haut de page

Bibliographie

ANTOINE, 2002 - Contexte stratigraphique et paléopédologique ; interprétation chronostratigraphique et environnementale. In J.-L. Locht (dir.), Le gisement de Bettencourt-Saint-Ouen (Somme, France) : cinq occupations du Paléolithique moyen au début de la dernière glaciation. Documents d'Archéologie Française, 90. Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 16-39.

ANTOINE P., MUNAUT A.-V. & SOMMÉ J., 1994 - Réponse des environnements aux climats du Début Glaciaire weichselien : données de la France du nord-ouest. Quaternaire, 5 (3-4), 151-156.

ANTOINE P., LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J., AUGUSTE P., AUFFRET J.-P., BAIZE S., CLET-PELLERIN M., COUTARD J.-P., DEWOLF Y., DUGUÉ O., JOLY F., LAIGNEL B., LAURENT M., LAVOLLÉ M., LEBRET P., LÉCOLLE F., LEFEBVRE D., LIMONDIN-LOZOUET N., MUNAUT A.-V., OZOUF J.-C., QUESNEL F. & ROUSSEAU D.-D., 1998 - Les formations quaternaires de la France du nord-ouest : limites et corrélations. Quaternaire, 9 (3), 227-241.

ANTOINE P., AUGUSTE P., BAHAIN J.-J., COUDRET P., DEPAEPE P., FAGNART J.-P., FALGUÈRES C., FONTUGNE M., FRECHEN M., HATTÉ C., LAMOTTE A., LAURENT M., LIMONDIN-LOZOUET N., LOCHT J.-L., MERCIER N., MOIGNE A.-M., MUNAUT A.V., PONEL P. & ROUSSEAU D.-D., 2003a - Paléoenvironnements pléistocènes et peuplements préhistoriques dans le bassin de la Somme (nord de la France). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 100 (1), 5-28.

ANTOINE P., BAHAIN J.-J., DEBENHAM N., FRECHEN M., GAUTHIER A., HATTÉ C., LIMONDIN-LOZOUET N., LOCHT J.-L., RAYMOND P. & ROUSSEAU D.-D., 2003b - Nouvelles données sur le Pléistocène du Nord du Bassin Parisien : les séquences loessiques de Villiers-Adam (Val d’Oise, France). Quaternaire, 14 (4), 219-235.

BOËDA E., 1993 - Le débitage discoïde et le débitage Levallois récurrent centripète. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 90 (6), 392-404.

Bordes F., 1954 - Les limons quaternaires du bassin de la Seine. Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, 26, 1-472.

BRENET M., 1996 - Analyse du façonnage de pièces bifaciales : une méthode appliquée à deux sites acheuléens de Dordogne, Cantalouette et Manestrugeas. Mémoire de Diplôme de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Toulouse, 57 p. & 112 pl.

CLIQUET D., MERCIER N., VALLADAS H., FROGET L., MICHEL D., VAN VLIET-LANOË B. & VILGRAIN G., 2003 - Apport de la thermoluminescence sur silex chauffés à la chronologie des sites paléolithiques de Normandie : nouvelles données et interprétations. Quaternaire, 14 (1), 51-64.

CLIQUET D., LAUTRIDOU J.-P., ANTOINE P., LAMOTHE M., LEROYER M., LIMONDIN-LOZOUET N. & MERCIER N., 2009 - La séquence loessique de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Normandie, France) : nouvelles données archéologiques, géochronologiques et paléontologiques. Quaternaire, 20 (3), 321-343.

DELAGNES A. & ROPARS A. (dir.), 1996 - Paléolithique moyen en Pays de Caux (Haute-Normandie). Documents d'Archéologie Française, 56. Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 243 p.

FOSSE G., 1982 - Position stratigraphique et paléoenvironnement du Paléolithique ancien et moyen en Normandie. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 19 (2), 83-92.

GOVAL E. & LOCHT J.-L., 2009 - Remontages, systèmes techniques et répartitions spatiales dans l’analyse du site weichselien ancien de Fresnoy-au-Val (Somme, France). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 106 (4), 653-678.

GREENLAND ICE CORE PROJECT (GRIP) MEMBERS, 1993 - Climate instability during the last interglacial period recorded in the GRIP ice-core. Nature, 364 (6434), 203-207.

GUETTE C., 2007 - Le Pays de Caux au Paléolithique moyen : révision de quatre sites anciennement fouillés (Goderville, Epouville, Saint-Martin-Osmonville, Houppeville ; Seine-Maritime, France). Caractérisation technologique des industries lithiques, réinterprétation chronostratigraphique et taphonomique des sites, état de la recherche sur la transition Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur. Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 532 p.

JOHNSEN S.J., DAHL-JENSEN D., GUNDESTRUP N., STEFFENSEN J.P., CLAUSEN H.B., MILLER H., MASSON-DELMOTTE V., SVEINBJÖRNSDOTTIR A.E. & WHITE J., 2001 - Oxygen isotope and palaeotemperature records from six Greenland ice-core stations: Camp Century, Dye-3, GRIP, GISP2, Renland and NorthGRIP. Journal of Quaternary Science, 16 (4), 299-307.

LAUTRIDOU J.-P., 1985 - Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du Nord-Ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Caen, Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen, 2 vol., 908 p.

LAUTRIDOU J.-P., 1987 - Données nouvelles sur le Quaternaire de Normandie. Bulletin de l'Association Française pour l'Etude du Quaternaire, 24 (3), 161-164.

LAUTRIDOU J.-P., 2003 - La datation du Quaternaire normand : tableaux des éléments de datation et de la chronostratigraphie. Quaternaire, 14 (1), 65-71.

LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1974 - Les loess et les provinces climato-sédimentaires du Pléistocène supérieur du Nord-Ouest de la France. Essai de corrélation entre le Nord et la Normandie. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 11 (3-4), 237-241.

LAUTRIDOU J.-P. & VERRON G., 1970 - Paléosols et loess de Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 7 (2-3), 145-165.

LAUTRIDOU J.-P., AUGUSTE P., CARPENTIER G., CORDY J.-M., LEBRET P., LECHEVALIER C. & LEFÈBVRE D., 2003 - L’Eemien et le Pléistocène moyen récent fluvio-marin et continental de la vallée de la Seine de Cléon au Havre (Normandie). Bulletin de l'Association Française pour l'Etude du Quaternaire, 14 (1), 25-30.

LOCHT J.-L., 2001 - Modalités d'implantation et fonctionnement interne des sites. L'apport de trois gisements de plein air de la phase récente du Paléolithique moyen dans le nord de la France (Villiers-Adam, Bettencourt-Saint-Ouen et Beauvais). In N.J. Conard & A.W. Kandell (eds.), Middle Paleolithic and Middle Stone Age settlements systems. 2nd conference of the UISPP commission 27. Institut für Ur- und Frügeschichte und Archäeologie des Mittelalters, Universität Tübingen, 361-393.

LOCHT J.-L. (dir.)., 2002 - Le gisement de Bettencourt-Saint-Ouen (Somme, France) : cinq occupations du Paléolithique moyen au début de la dernière glaciation. Documents d'Archéologie Française, 90. Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 170 p.

LOCHT J.-L., 2004 - Le Gisement paléolithique moyen de Beauvais (Oise). Contribution à la connaissance des modalités de subsistance des chasseurs de renne du Pléniglaciaire inférieur du Weichselien. Thèse de Doctorat, Université Lille 1, Lille, 2 vol., 209 p. & 127 pl.

LOCHT J.-L. & ANTOINE P., 2001 - Caractérisation techno-typologique et position chronostratigraphique de plusieurs industries à rares bifaces et amincissements bifaciaux du nord de la France. In D. Cliquet (dir.), Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d’Europe occidentale : Actes de la table-ronde internationale organisée à Caen (Basse-Normandie), 14-15 octobre 1999. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, 98. Université de Liège, Liège, 129-134.

LOCHT J.-L., BRENET M., FOLGADO M., SWINNEN C. & ANTOINE P., 2001 - Le gisement paléolithique moyen de Mauquenchy (Seine-Maritime). Document Final de Synthèse, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Antenne interrégionale Grand-Ouest, Cesson, 28 p.

LOCHT J.-L., ANTOINE P., BAHAIN J.-J., DWRILA G., RAYMOND P., LIMONDIN-LOZOUET N., GAUTHIER A., DEBENHAM N., FRECHEN M., ROUSSEAU D.-D., HATTÉ C., HAESAERTS P. & METSDAG H., 2003 - Le gisement paléolithique moyen et les séquences pléistocènes de Villiers-Adam (Val d'Oise, France). Chronostratigraphie, environnement et implantations humaines. Gallia Préhistoire, 45 (1), 1-111.

PAEPE R. & SOMMÉ J., 1970 - Les loess et la stratigraphie du Pléistocène récent dans le nord de la France et en Belgique. Annales de la Société Géologique du Nord, 90 (4), 191-201.

SELLIER N., 2004 - Le site paléolithique moyen de Mauquenchy (Seine-Maritime). Rapport de fouille. Service Régional d’Archéologie de Haute Normandie, Rouen, 32 p.

TUFFREAU A., 2001 - Contextes et modalités des occupations humaines au Paléolithique moyen dans le nord de la France. In N.J. Conard (ed.), Settlements dynamics of the Middle Palaeolithic and Middle Stone Age. Kerns Verslag, Tübingen, 293-314.

Vallin L., 1991 - Un site de boucherie probable dans le Pléistocène moyen de Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime). In J.-P. Raynal & D. Miallier (dir.), Datation et Caractérisation des Milieux Pléistocènes : Actes des symposiums 11 et 17 de la 11e Réunion des Sciences de la Terre, Clermont-Ferrand, 25-27 mars 1986. Cahiers du Quaternaire, 16. CNRS Editions, Paris, 241-260.

VALLIN L., 1992 - Le gisement moustérien d'Houppeville-Les Hautes Terres Sud (Seine-Maritime). Etude d'un assemblage lithique en milieu loessique. Revue Archéologique de l'Ouest, 9, 5-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du gisement de Mauquenchy et des principaux sites du Paléolithique moyen de Normandie et du nord de la France.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : Position topographique du gisement.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 3 : Description de la séquence stratigraphique générale et position des niveaux archéologiques principaux.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4 : Insertion de la stratigraphie de Mauquenchy dans le cadre pédostratigraphique du nord de la France (d’après Antoine et al., 2003a, modifié) ; corrélation avec la courbe de variation du δ18O de la carotte de glace de GRIP (d’après Johnsen et al., 2001).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 : -1 et -2/ Nucléus discoïdes, -3 et -4/ Nucléus Levallois.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 6 : Wa2, remontage d’un débitage unipolaire convergent. a/ décorticage par des enlèvements multidirectionnels, b/ nucléus en fin d’exploitation.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 7 : Wa1, remontage d’éclats de façonnage.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Locht, Nathalie Seller, Pierre Antoine, Héloïse Koehler et Nick Debenham, « Mauquenchy (Seine-Maritime, France) : mise en évidence de deux niveaux d’occupation paléolithique dans un sol gris forestier daté du SIM 5A (début glaciaire weichselien) », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 247-257.

Référence électronique

Jean-Luc Locht, Nathalie Seller, Pierre Antoine, Héloïse Koehler et Nick Debenham, « Mauquenchy (Seine-Maritime, France) : mise en évidence de deux niveaux d’occupation paléolithique dans un sol gris forestier daté du SIM 5A (début glaciaire weichselien) », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6657 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6657

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Locht

INRAP Nord-Picardie, 518 rue Saint-Fuscien, 80000 AMIENS. Courriel : jean-luc.locht@inrap.fr

Articles du même auteur

Nathalie Seller

INRAP Grand Sud-Ouest, Centre de recherches archéologiques de Saint-Claude, rue des Gommiers Blancs – Parnasse, F-97120 SAINT-CLAUDE. Courriel : nathalie.sellier-segard@inrap.fr

Pierre Antoine

Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591, CNRS - Univ. Paris I), Environnements quaternaires : dynamiques naturelles et anthropisation, 1 place Aristide Briand, F-92195 MEUDON cedex. Courriel : Pierre.Antoine@cnrs-bellevue.fr

Articles du même auteur

Héloïse Koehler

Université de Paris X Nanterre. Courriel : heloise.koehler@pair-archeologie.fr

Nick Debenham

Quaternary TL Surveys, 19, Leonard Avenue, NG5 2LW NOTTINGHAM, Angleterre. Courriel : n.debenham@qtls.globalnet.co.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org