Navigation – Plan du site

L’apport de Jean‑pierre Lautridou à la connaissance des loess

The contribution of Jean‑pierre Lautridou to the knowledge of loess
Jean Sommé
p. 233-236

Résumés

Les recherches de Jean-Pierre Lautridou sur les loess ont débuté avec sa thèse sur les formations superficielles du Pays de Caux, et se sont ensuite étendues à l’ensemble de la Normandie. Il a proposé une nouvelle définition du loess dite géomorphologique et précisé ses caractères granulométriques. L’existence du pergélisol s’est trouvée démontrée. Un tableau d’ensemble des cycles interglaciaire-glaciaire du Pléistocène normand a été dressé. La régionalisation des faciès et les corrélations litho- et chronostratigraphiques ont été établies avec les régions voisines. La datation des dépôts marins et des terrasses a été renouvelée par l’interprétation des couvertures de loess et de head. Jean-Pierre Lautridou a contribué à répandre l’adoption du système chronostratigraphique de l’Europe du Nord-Ouest en conformité avec les règles de la stratigraphie.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Jean-Pierre Lautridou choisit la région de Saint-Romain-de-Colbosc dans le Pays de Caux, région qui lui est chère, pour sa thèse de doctorat de 3e cycle sur les formations superficielles et leur contribution à la connaissance géomorphologique de la région (Lautridou, 1965a), il est voué à s’engager dans une étude des limons. Les loess y sont en effet particulièrement épais (plus de 6 m sur le plateau, 12 m à Saint-Romain) et constituent, au même titre que les « argiles à silex », des formations corrélatives de la morphogenèse. Or ces limons ont déjà fait l’objet des interprétations de François Bordes, fondées sur la préhistoire, lesquelles font alors largement autorité (Bordes, 1954, 1969). Mais Jean-Pierre Lautridou y vient avec des perspectives et des méthodes nouvelles, celles d’un géomorphologue, attaché au Centre de Géomorphologie du C.N.R.S. à Caen.

2Ses recherches sur les formations superficielles de Saint-Romain sont en effet conçues comme « une contribution à l’étude morphologique ». Pour cela elles ne peuvent se limiter à quelques affleurements localisés; elles reposent sur une cartographie systématique qui, « telle qu’elle est pratiquée au Centre de Géomorphologie, permet de cerner les problèmes et d’émettre des hypothèses vraisemblables », en raison notamment de la rareté des éléments de datation (Lautridou, 1965b). Une telle cartographie a nécessité 250 sondages profonds de 1,25 m et 32 autres atteignant 7 m. A cela s’ajoutent les levés détaillés, dont le dessin suggère les structures et les textures, d’une dizaine de coupes de briqueteries, abandonnées pour la plupart.

3La lithostratigraphie précise et détaillée des loess qui apparaît ainsi dans les levés de coupes, comme par exemple celles de Saint-Romain et de Mesnil-Esnard (Lautridou, 1968), montre qu’il s’agit d’une morphostratigraphie, car elle révèle les conditions morphoclimatiques. « La simple accumulation par le vent et même la pédogenèse ne peuvent rendre compte de toutes les structures variées de ces loess, il faut donc parler de morphogenèse » (Lautridou, 1967). Prenons comme exemple le « niveau à virgules », « niveau de Kesselt à fentes de gel » (Lautridou, 1968), niveau diagnostic de Saint-Romain : Jean-Pierre Lautridou parle à son propos de surface d’érosion ou mieux de glacis, il le définit comme « glacis d’ablation en roche tendre, jalonné par de petites fentes déformées par congélifluxion » (Lautridou, 1972). Il reconnaît ainsi alors l’importance morphogénétique de ce niveau qui recoupe indifféremment la stratigraphie sous-jacente comme en Belgique et dans le nord de la France. Plus généralement, il observe que « le contact entre chaque complexe loessique correspond à un glacis d’érosion » (Lautridou, 1969a) et conclut que « le loess s’inscrit dans une morphologie de glacis » (Lautridou, 1969b). Se trouve ainsi pleinement démontré que les loess et dépôts associés sont des formations corrélatives de la morphogenèse.

4Dans ses premiers travaux, Jean-Pierre Lautridou avait rencontré les difficultés que posait la terminologie des limons. Ce terme de « limon », qui était celui de la carte géologique détaillée, avait une signification confuse et la notion de loess était encore discutée, en particulier lorsque le sédiment était dépourvu de calcaire, comme c’était le cas des limons de Saint-Romain. Plus généralement, on avait longtemps hésité à considérer une présence en Europe occidentale de loess, corrélables avec ceux d’Europe centrale. Cette corrélation fut confirmée par la Sous-Commission pour la stratigraphie des loess en Europe (INQUA), créée en 1961 et présidée par Julius Fink, qui tint pour la première fois sa réunion à l’ouest de l’Europe en 1967, en Belgique et dans le Nord en France (Fink, 1969). C’est tout naturellement que Jean-Pierre Lautridou se trouva rapporteur de la Commission de terminologie des limons, créée lors du Colloque sur les limons du Bassin de Paris (1967), et y fit adopter une définition du loess, dite géomorphologique : « formation limoneuse d’origine éolienne qui s’inscrit, en France, dans un cycle morphogénétique de climat froid et aride, dont les modalités varient en fonction des conditions climatiques régionales » (Lautridou, 1969b). En même temps étaient précisés les caractères granulométriques du loess, à partir des nombreuses analyses effectuées au Centre de Géomorphologie, dont les résultats se sont imposés comme critères de la reconnaissance de ce type de sédiment.

5La signification paléoclimatique des loess était aussi établie. Dès le début de ses recherches, Jean-Pierre Lautridou avait envisagé l’existence du pergélisol, alors dénommé permafrost, en Normandie, car prouvée par « la présence de fentes (fentes de gel, fentes en coin) » (Lautridou, 1967). D’abord discutable, cela fut ensuite clairement confirmé et généralisé sur de longues distances en France du Nord-Ouest pour deux phases du Pléniglaciaire weichselien (Helluin et al., 1977 ; Lautridou & Sommé, 1981).

6Dès le départ de ses travaux, Jean-Pierre Lautridou s’était préoccupé de l’origine des loess (plate-forme de la Manche orientale, estuaire fossile de la Seine) en se fondant notamment sur les cortèges de minéraux lourds (Lautridou, 1965a). Il mettait en évidence une régionalisation des faciès et, en conséquence, des conditions paléoclimatiques. Ce fut d’abord dans le Pays de Caux en distinguant une province de limon non calcaire (Saint-Romain) passant latéralement à une province de limon calcaire (Mesnil-Esnard) (Lautridou, 1969a). Ensuite, toujours pour le Pléistocène récent, c’est la distinction entre les paléoprovinces normande, séquanienne (définie par la séquence de Saint-Pierre-lès-Elbeuf) et vexinienne (Lautridou, 1977). Entre les provinces normande et séquanienne sera ensuite notée l’intercalation d’une zone de transition (Dewolf et al., 1981). Avec les données du Nord, puis celles de l’est du bassin de Paris, des cartographies détaillées des provinces climato-sédimentaires peuvent être établies (Lautridou & Sommé, 1974 ; Jamagne et al., 1981 ; Lautridou et al., 1984).

7En ce qui concerne la « chronologie », ou plutôt la chronostratigraphie, Jean-Pierre Lautridou se trouvait, à l’origine de ses recherches, tributaire de la nomenclature des glaciations alpines, les datations des loess reposant sur les industries préhistoriques et sur la faune dont l’âge dépendait d’ailleurs surtout des précédentes. En raison de leur rareté, il choisit d’emblée d’aborder le problème par l’étude des sols fossiles (« méthode pédologique ») (Lautridou, 1965b). La pierre d’achoppement était la conception admise de l’existence d’un premier cycle würmien (Würm I), surmonté d’un lehm, horizon de sol brun lessivé, analogue au sol holocène. Cette notion de « Grand Würm » (Lautridou, 2003) était l’objet d’un large consensus, ce qui, comme le montre l’histoire des sciences, ne protège pas de l’erreur. Très vite, à la suite en particulier de l’excursion (C11, Normandie) du 8e Congrès de l’INQUA tenu à Paris en 1969, Jean-Pierre Lautridou fit de ce « Sol de Saint-Romain » non pas un sol interstadiaire, mais le paléosol interglaciaire Riss-Würm (Lautridou, 1972). On doit noter au passage que ce congrès joua un rôle décisif dans la révision, voire l’abandon, de certaines conceptions françaises. Avec la longue séquence de loess et paléosols (I, II, III, IV) de Saint-Pierre-lès-Elbeuf, qui allait devenir la coupe-type du Pléistocène moyen, était établie une succession de cycles interglaciaire-glaciaire analogues à celui du Pléistocène récent (Lautridou & Verron, 1970). Ce n’est que dans les années suivantes que devaient se répandre l’information sur les sondages profonds océaniques et, de là, les corrélations avec la stratigraphie isotopique. A la série de Saint-Pierre-lès-Elbeuf s’ajoutaient ensuite, pour les loess plus anciens du Pléistocène moyen, les sols de Iville V-VI et Bosc-Hue VII, interprétés comme datant du “Cromerienˮ (Lautridou (dir.), 1982).

8Par une démarche inverse de ce qui était pratiqué dans l’étude des dépôts marins pléistocènes et des terrasses fluviatiles, les couvertures de loess et head sont ainsi apparues comme pouvant fournir des critères de datation. « Le loess a alors servi de fil directeur à la datation d’autres formations » (Lautridou, 2003). Ce fut notamment le cas pour les plages marines dites normaniennes, attribuées au dernier interglaciaire en fonction de la théorie des niveaux marins, qui se sont révélées en fait plus anciennes (Coutard & Lautridou, 1975 ; Lautridou, 1985). La même méthode fut appliquée pour les nappes alluviales, en particulier celles de la Basse Seine (Lautridou et al., 1974 ; Lautridou (dir.),1982).

9Après avoir employé indifféremment la « chronologie alpine » et celle dite « nordique », pendant ce qu’il a appelé « un temps de réflexion (1974-1978) », Jean-Pierre Lautridou a définitivement abandonné, après le 10e Congrès de l’INQUA à Birmingham (1977), la terminologie des glaciations alpines pour adopter le système de l’Europe du Nord-Ouest, plus conforme aux règles de la stratigraphie (Lautridou, 1977, 1979, 1980).

10Cette démarche est liée au souci qu’il a eu, dès le début, de tenter et d’établir des corrélations à moyennes et longues distances. Ceci se manifeste dans l’établissement de tableaux (lithostratigraphie, sols, chronostratigraphie), d’abord pour le Pléistocène supérieur avec le Nord (Lautridou & Sommé, 1974), ensuite pour l’ensemble du Quaternaire avec le Nord et la Belgique (Sommé et al., 1980 ; Lautridou et al., 1981) et avec la Bretagne (Lautridou et al., 1983, 1986a). La R.C.P. (Recherche Coopérative sur Programme) 539 du C.N.R.S. (Pléistocène de la France septentrionale : Stratigraphie, Paléontologie, Paléolithique) permit en particulier d’étendre ces recherches sur les loess d’Achenheim en Alsace de 1979 à 1982 (Heim et al., 1982 ; Lautridou et al., 1985 ; Sommé et al., 1986) et de proposer des corrélations entre dépôts quaternaires continentaux et marins (littoraux et profonds) (Lautridou et al., 1986b).

11En cette décennie des années quatre-vingt, tous les éléments sont en place pour pouvoir être exposés dans la thèse de Doctorat ès-Lettres, mention Géographie, que Jean-Pierre Lautridou soutient à Caen le 17 mars 1984. Plus de la moitié de l’ouvrage est consacrée aux loess (Lautridou, 1985). Cette synthèse préfigure les recherches ultérieures qui seront accompagnées de datations numériques (Lautridou, 2003 ; Lautridou & Cliquet, 2006 ; Cliquet & Lautridou (dir.), 2009) et qui vont permettre de confirmer et de développer des résultats, déjà bien établis, dans la connaissance des loess de l’Europe du Nord-Ouest.

Haut de page

Bibliographie

BORDES F., 1954 - Les limons quaternaires du Bassin de la Seine. Stratigraphie et archéologie paléolithique. Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, 26. Masson, Paris, 472 p.

BORDES F., 1969 - Le loess en France. In Etudes françaises sur le Quaternaire. Présentées à l’occasion du VIIIe Congrès international de l’INQUA, Paris. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 8 (4) Suppl., 69-76.

CLIQUET D. & LAUTRIDOU J.-P. (dir.), 2009 - Quaternaire et préhistoire ancienne de Normandie. Excursion de l’AFEQ, mai 2006. Quaternaire, 20 (3), 273-404.

COUTARD J.-P. & LAUTRIDOU J.-P., 1975 - Le Quaternaire de Grandcamp-les-Bains (Calvados). Loess et plage marine normanienne. Un problème de datation. Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 104 (1973-1974), 136-144.

DEWOLF Y., HELLUIN M., LAUTRIDOU J.-P. & VAZART M., 1981 - Les loess d’Iville (Eure). Faciès régional de transition entre deux provinces loessiques majeures du Bassin de Paris. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 18 (3-4), 159-172.

FINK J., 1969 - Les progrès de l’étude des loess en Europe. In:J. Fink (ed.), La stratigraphie des loess d’Europe. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, Suppl., 3-12.

HEIM J., LAUTRIDOU J.-P., MAUCORPS J., PUISSÉGUR J.-J., SOMMÉ J. & THÉVENIN A.1982 - Achenheim : une séquence-type des loess du Pléistocène moyen et supérieur. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 19 (2-3), 147-159.

HELLUIN M., LAUTRIDOU J.-P. & OZOUF J.-C., 1977 - Loess et fentes de gel de la briqueterie de Glos (Calvados). Bulletin de la Société Linnéenne de Normandie, 105 (1975-1976), 45-56.

JAMAGNE M., LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1981 - Préliminaire à une synthèse sur les variations sédimentologiques des loess de la France du Nord-Ouest dans leur cadre stratigraphique et paléogéographique. Bulletin de la Société Géologique de France, 7e série, 23 (2), 143-147.

LAUTRIDOU J.-P., 1965a - Les formations superficielles de Saint-Romain (Pays de Caux) : leur contribution à l’étude géomorphologique de la région. Thèse de Doctorat, Université de Caen, Caen, 262 p. 1968, 2e édition. Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Université de Caen, Caen, 200 p.

LAUTRIDOU J.-P., 1965b - Quelques aspects morphologiques du rebord sud-ouest du pays de Caux (entre la vallée de la Lézarde et la vallée de Bolbec). Bulletin de la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, 55, 32-36.

LAUTRIDOU J.-P., 1967 - Les loess du pays de Caux : origine et signification climatique. Compte Rendu Sommaire des Séances de la Société Géologique de France, 6, 248-249.

LAUTRIDOU J.-P., 1968 - Les loess de Saint-Romain et de Mesnil-Esnard (Pays de Caux). Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 2, 55 p.

LAUTRIDOU J.-P., 1969a - Les loess du Pays de Caux. In Colloque sur les limons du Bassin de Paris : Réunion organisée par l'Association des Géologues du Bassin de Paris, 2-5 mai 1967. Mémoire Hors-Série - Société Géologique de France, 5. Société Géologique de France, Paris, 81-105.

LAUTRIDOU J.-P., 1969b - Rapport de la commission de terminologie des limons. In Colloque sur les limons du Bassin de Paris : Réunion organisée par l'Association des Géologues du Bassin de Paris, 2-5 mai 1967. Mémoire Hors-Série - Société géologique de France, 5. Société Géologique de France, Paris, 123-137.

LAUTRIDOU J.-P., 1972 - Chronostratigraphie des loess normands. Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l'Académie des Sciences. Série D, Sciences Naturelles, 274 (5 juin 1972), 3073-3075.

LAUTRIDOU J.-P., 1977 - Loess et sables de la Basse-Seine. Lithostratigraphie et chronostratigraphie. Bulletin de la Société Géologique de Normandie et des Amis du Muséum du Havre, 64 (4), 81-91.

LAUTRIDOU J.-P., 1979 - Lithostratigraphie et chronostratigraphie des loess de Haute Normandie. Acta Geologica Academiae Scientarium Hungaricae, 22 (1-4), 125-132.

LAUTRIDOU J.-P., 1980 - Stratigraphie du Quaternaire de Normandie et du Bassin parisien. In J. Chaline (dir.), Problèmes de stratigraphie quaternaire en France et dans les pays limitrophes. Supplément au Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, N.S., 1, 180-189.

LAUTRIDOU J.-P. (dir.), 1982 - The Quaternary of Normandy: guide-book of the Q.R.A. Normandy meeting, May 1982, and I.G.C.P. 24th Normandy meeting, September 1982. Bulletin - Centre de Géomorphologie de Caen, 26. Centre de Géomorphologie, Caen, 88 p.

Lautridou J.-P., 1985 - Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du nord-ouest et plus particulièrement en Normandie. Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen, 908 p.

LAUTRIDOU J.-P., 2003 - La datation du Quaternaire normand : tableaux des éléments de datation et de la chronostratigraphie. Quaternaire, 14 (1), 65-71.

LAUTRIDOU J.-P. & VERRON G., 1970 - Paléosols et loess de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 7 (2-3), 145-165.

LAUTRIDOU J.-P., MARTIN P. & PUISSÉGUR J.-J., 1974 - Loess, heads, nappes alluviales et niveaux marins dans la Basse-Seine ; essais de corrélation entre les coupes de Saint-Romain, de Tancarville, de Cléon et de Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 11 (3-4), 209-211.

LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1974 - Les loess et les provinces climato-sédimentaires du Pléistocène supérieur dans le Nord-Ouest de la France. Essai de corrélation entre le Nord et la Normandie. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 11 (3-4), 237-241.

LAUTRIDOU J.-P., PAEPE R., SOMMÉ J. & TUFFREAU A., 1981 - Problems of correlations and stratigraphical terminology in the Quaternary of Belgium and North-Western France. In V. Šibrava & F.W. Shotton (eds.), Quaternary Glaciations in the Northern Hemisphere, International Geological Correlation Programme. Project 73/1/24. Report n° 6, on the session in Ostrava (CSSR), August, 16-25, 1979, Prague, 186-195.

LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1981 - L’extension des niveaux-repères périglaciaires à grandes fentes de gel de la stratigraphie du Pléistocène récent de la France du Nord-Ouest. Biuletyn Peryglacjalny, 28, 179-185.

LAUTRIDOU J.-P., MONNIER J.-L., MORZADEC-KERFOURN M.-T., SOMMÉ J. & TUFFREAU A., 1983 - Les subdivisions du Pléistocène de la France septentrionale : Stratigraphie, paléogéographie, paléolithique. In A. Billard, O. Conchon & F.W. Shotton (dir.), Glaciations quaternaires dans l’hémisphère Nord, Project 73-1-24, programme international des corrélations géologiques, report n° 9, session en France, 1-14 septembre 1982 : Paris, 9-10 septembre et Italie, 15-17 septembre 1982. Comité français du Programme International de Corrélation Géologique & Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 148-170.

LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J. & JAMAGNE M., 1984 - Sedimentological, mineralogical and geochemical characteristics of the loesses of North-West France. In M. Pécsi (ed.), Lithology and Stratigraphy of Loess and Paleosols. Hungarian Academy of Sciences, Geographical Research Institute, Budapest, 121-132.

LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J., HEIM J., PUISSÉGUR J.-J. & ROUSSEAU D.-D., 1985 - La stratigraphie des loess et formations fluviatiles d’Achenheim (Alsace) : nouvelles données bioclimatiques et corrélations avec les séquences pléistocènes de la France du Nord-Ouest. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 22 (2-3), 125-132.

LAUTRIDOU J.-P., MONNIER J.-L., MORZADEC M.-T., SOMMÉ J. & TUFFREAU A., 1986a - The Pleistocene of Northern France. Quaternary Science Reviews, 5, 387-393.

LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J., HEIM J., MAUCORPS J., PUISSÉGUR J.-J., ROUSSEAU D.-D., THÉVENIN A. & VAN VLIET-LANOË B., 1986b - Corrélations entre sédiments quaternaires continentaux et marins (littoraux et profonds) dans le domaine France septentrionale-Manche. Revue de Géologie Dynamique et de Géographie Physique, 27 (2), 105-112.

LAUTRIDOU J.-P. & CLIQUET D., 2006 - Le Pléistocène supérieur de Normandie et peuplements paléolithiques. Quaternaire, 17 (3), 187-206.

SOMMÉ J., PAEPE R. & LAUTRIDOU J.-P., 1980 - Principes, méthodes et système de la stratigraphie du Quaternaire dans le Nord-Ouest de la France et la Belgique. In J. Chaline (dir.), Problèmes de stratigraphie quaternaire en France et dans les pays limitrophes. Supplément au Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, N.S., 1, 148-162.

SOMMÉ J., LAUTRIDOU J.-P., HEIM J., MAUCORPS J., PUISSÉGUR J.-J., ROUSSEAU D.-D., THÉVENIN A. & VAN VLIET-LANOË B., 1986 - Le cycle climatique du Pléistocène supérieur dans les loess d’Alsace à Achenheim. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 23 (1-2), 97-104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Sommé, « L’apport de Jean‑pierre Lautridou à la connaissance des loess », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 233-236.

Référence électronique

Jean Sommé, « L’apport de Jean‑pierre Lautridou à la connaissance des loess », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6643 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6643

Haut de page

Auteur

Jean Sommé

Préhistoire et Quaternaire, UMR 8164, UFR Géographie, Université des Sciences et Technologies de Lille 1, F-59655 VILLENEUVE D’ASCQ cedex. Courriel : jean.somme@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org