Navigation – Plan du site

Avant-propos

Dewolf Yvette
p. 233-236

Texte intégral

1La carrière scientifique de Jean-Pierre Lautridou vue à travers ses activités et ses publications peut paraitre paradoxale : son terrain de prédilection a toujours été la Normandie et son objet d’études les formations superficielles. Mais de cet espace régional limité et de ce thème presqu'exclusif, il a su dégager des voies qui allaient bien au-delà du domaine normand, comme en atteste l’énoncé des titres de ses deux sujets de thèses : 1965, « Formations superficielles de Saint-Romain-de-Colbosc (Pays de Caux) » -doctorat de 3ème cycle- et, 1984, « Cycle périglaciaire pléistocène en Europe du nord-ouest » -doctorat d'État. Du particulier il atteint au général sans jamais dévier de l’objectif qu’il s’était fixé, à savoir une meilleure compréhension des phénomènes, des dynamiques, des paléoenvironnements quaternaires. Pour ce faire il a suivi deux voies parallèles : la lecture du terrain et l’expérimentation en laboratoire. Homme de terrain, Jean-Pierre n’a cessé d’explorer et d’exploiter les grandes coupes de sédiments témoins des dynamiques spécifiques du monde froid : loess (Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Saint-Prest, Achenheim…) ; grèzes des Charentes, de Bourgogne, du Barrois… ; heads du Cotentin (Ecalgrain, Herquemoulin).

2Analysant minutieusement pendant des années les dépôts loessiques de Saint-Pierre-lès-Elbeuf, il s’attache à comprendre et reconstituer les paléoenvironnements suggérés par les formations éoliennes, les paléosols tronqués, les horizons géliflués, les cailloutis de silex interstratifiés. S’appuyant sur ces faits d’observation il reconstitue les paysages : environnement froid et sec, végétation rare et discontinue favorisant l’accumulation des loess, froid et humide responsable des phénomènes de gélifluxion et du transit des cailloutis de silex, ambiance tempérée accompagnée de la réapparition de la végétation et avec elle du développement de sols. Cette succession cyclique de phases climatiques et dynamiques : sédimentation, pédogénèse, érosion, troncature lui permet, in fine, d’établir une chronostratigraphie du Pléistocène moyen et supérieur de la Normandie. Ce patient décryptage des formations quaternaires normandes amène Jean-Pierre Lautridou à caler ces dépôts par rapport aux biozones définies internationalement grâce aux carottes océaniques et glaciaires. Toutes ces recherches sont menées dans un esprit exemplaire de pluridisciplinarité. Jean-Pierre s’entoure de scientifiques visant au même but, à savoir une meilleure connaissance du Quaternaire : géologues, géomorphologues, paléontologistes, palynologues, malacologues, etc., chacun apportant ses connaissances spécifiques et ses outils de recherche. En fin de carrière, Jean-Pierre développe une collaboration étroite avec les préhistoriens comme en témoignent les onze publications entre 2003 et 2010 : reprise de la coupe de Saint-Prest et de sa faune (avec Cl. Guérin), sites normands : Val de Saire, Saint-Pierre-lès-Elbeuf, La Hague (avec D. Cliquet).

3Parallèlement à ses recherches de terrain, Jean-Pierre Lautridou, secondé par J.-Cl. Ozouf et Y. Delehaye, s’investit dans le domaine de la cryoclastie expérimentale. Responsable du laboratoire du froid au Centre de géomorphologie du CNRS de Caen créé et dirigé par André Journaux, il mène de nombreuses expériences sur la microgélifraction des roches, en particulier des roches calcaires et siliceuses, dans le but de mieux comprendre les mécanismes de genèse et de dynamique des dépôts périglaciaires. Ainsi, la comparaison des gélifracts des dépôts des grèzes avec les éclats obtenus lors du gel expérimental fut révélatrice : si l’homométrie des cailloutis se révéla quasi-identique, d’autres caractères ne pouvaient relever que de l’histoire même de l’échantillon, en particulier de la microfissuration de la roche, œuvre de la tectonique, et de l’altération chimique, œuvre du temps. Des milliers d’échantillons en provenance de très nombreux pays furent ainsi traités à la demande de chercheurs et collègues universitaires intéressés par cette activité. De ces expériences parurent deux articles importants : en 1982 « Experimental frost shattering: 15 years of research in the Centre de géomorphologie du CNRS » et en 1988 « Recent advances in cryogenic weathering » paru dans le volume « Advances in periglacial geomorphology ».

4La reconnaissance de ces travaux conduira Jean-Pierre à la présidence de la Commission périglaciaire de l’Union géographique internationale (1988-1996), à celle du groupe de travail périglaciaire de l’Association internationale du Pergélisol (1988-1993), et de l’Association française pour l’Etude du Quaternaire (1990-1994).

5En plus de ses travaux de terrain et de laboratoire, Jean-Pierre mena une carrière d’enseignant, faisant profiter ses étudiants de ses connaissances. Il participe au DEA de Préhistoire de Paris dirigé par Henri de Lumley, au DEA de Géographie de l’Université de Caen, au DESS « Environnement, Sols et Eaux » de Caen-Rouen. Il dirigera une quinzaine de thèses et s’investira dans de nombreuses publications de haut rang. Mais, en dehors de toute obligation « officielle », Jean Pierre aura toujours su accueillir, outre les stagiaires normands dans le cadre de son laboratoire, nombre de chercheurs et collègues d’universités françaises et étrangères.

6De la Normandie, son terrain de prédilection, Jean-Pierre Lautridou aura su largement dépasser les limites. Il s’est imposé, en France et à l’étranger, comme l’un des grands spécialistes du Quaternaire. En le perdant, nous avons perdu, non seulement un scientifique de valeur, mais aussi un compagnon de travail et de dialogue hors norme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dewolf Yvette, « Avant-propos », Quaternaire, vol. 24/3 | 2013, 233-236.

Référence électronique

Dewolf Yvette, « Avant-propos », Quaternaire [En ligne], vol. 24/3 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6641

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org