Navigation – Plan du site

Les ressources en bois dans le bassin de Clermont-Ferrand du néolithique à la période romaine d’après l’analyse dendro-anthracologique

Wood resources in the Clermont-Ferrand basin from the neolithic to the roman period based on the dendro-anthracological analysis
Manon Cabanis et Dominique Marguerie
p. 129-139

Résumés

Des analyses dendro-anthracologiques ont été réalisées sur 19 sites archéologiques qui se concentrent en plaine de Limagne et se répartissent du cinquième millénaire av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C. Elles concernent différentes structures de combustion, structures en creux et structures d’habitat. Ces données indiquent un changement dans l’approvisionnement en bois entre le premier et le second Âge du Fer : le hêtre devient alors majoritaire devant le chêne. Sur la base des données polliniques, cette évolution ne semble pas être en relation avec un changement dans la disponibilité du bois localement, la hêtraie étant déjà existante dans la région depuis l’Âge du Bronze. La diversité en taxons héliophiles croissante au cours du temps, l’augmentation des largeurs moyennes de cernes des charbons de chêne caducifolié, ainsi qu’une multiplication des sites ayant livré plus de 10 % de bois de petit calibre (branches, brindilles), révèlent un peuplement végétal de plus en plus hétérogène, ouvert et la mise en place d’une végétation basse de reconquête. Cette évolution du couvert végétal est synchrone d’une intensification de l’occupation des sols en constante progression jusqu’à l’Empire romain durant lequel le réseau parcellaire et de villae est très dense en Basse Auvergne. Les analyses anthracologiques présentées ici sont une succession de cas particuliers qui réunis et interprétés ensemble permettent d’esquisser une histoire de la gestion de la ressource en bois du Néolithique à la conquête romaine.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier les différents responsables d’opération ou de secteur qui ont bien voulu nous donner accès à leurs sites pour ces études archéobotaniques. Merci à la Direction régionale de l’INRAP de nous avoir accordé trois jours PUI « petite publication » pour la préparation de ce papier. Merci à Yannick Miras pour son soutien important, François Blondel pour ses suggestions ainsi que les collègues conservateurs et ingénieurs du Service Régional d’Archéologie d’Auvergne pour noter encore et encore dans leur cahier des charges des opérations d’archéologie préventive les mots-clés et les problématiques relatifs à l’archéobotanique, et enfin merci à Ana Ejarque pour la traduction du résumé en anglais. Nous remercions également les deux relecteurs pour leurs avis éclairés qui ont fait progresser la qualité de cet article.

1 - Introduction

1Depuis 2002, l’introduction des analyses anthracologiques et la multiplication des études archéobotaniques sur les sites d’opérations d’archéologie préventive menées par l’Institut national de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) en Basse Auvergne, et leur insertion dans un travail de doctorat (Cabanis, thèse en cours) ont permis le développement de recherches sur les interactions entre l’homme et les ressources végétales sur la longue durée. La collecte du bois de feu et du bois d’œuvre dans le milieu végétal et son transport dépendent de l’activité économique et sont tributaires du contexte social (Dufraisse et al., 2007). Ces problématiques s’inscrivent dans les thématiques de recherche initiées par l’équipe d’archéobotanique du laboratoire Archéosciences de Rennes (UMR 6566 CReAAH) (Marguerie, 1992 ; Marguerie & Hunot, 2007 ; Marguerie et al., 2010). Elles reposent sur le développement de nouveaux outils dendrométriques (Dufraisse, 2006 ; Paradis-Grenouillet et al., 2009 ; Dufraisse & García Martínez, 2011 ; Paradis-Grenouillet, 2012 ; Paradis et al., sous presse).

2Les visées de cet article sont de présenter les résultats des analyses dendro-anthracologiques sur 19 sites dont 11 sont multiphasés, ce qui aboutit à 41 phases ou occupations chronologiques (tab. 1) étudiées en Basse Auvergne. Ces résultats sont commentés selon la chronologie et par grands types de structures archéologiques (en creux, de combustion et d’habitat). Trois grandes parties sont discutées : la collecte de bois depuis un milieu forestier au Néolithique, un changement dans l’approvisionnement des essences majoritaires entre le premier et le second Âge du Fer, une importation de certaines essences et un approvisionnement dans un milieu largement exploité à l’époque romaine.

2 - Cadre et sites d’étude

2.1 - Le cadre physique et végétal de l’étude

3Le Puy-de-Dôme est une région au climat contrasté, un territoire de diversité, de la montagne à la plaine et de l’océanique au continental. Le premier domaine étudié se situe à l’ouest du département, sur le plateau des Combrailles et les montagnes volcaniques. Il correspond à l’étage atlantique et est composé par la série du chêne pédonculé (Quercus robur). Le second domaine d’étude est la plaine de Limagne, dans l’étage subméditerranéen composé par la série du chêne pubescent (Quercus pubescens) (Dupias, 1969).

Fig. 1 : Répartition géographique des sites par attributions chronologiques.

Fig. 1 : Répartition géographique des sites par attributions chronologiques.

Tab. 1 : Récapitulatif des sites étudiés dans le département du Puy-de-Dôme (Auvergne, France).

Tab. 1 : Récapitulatif des sites étudiés dans le département du Puy-de-Dôme (Auvergne, France).

Analyses anthracologiques M. Cabanis sauf pour le site de Clermont-Fd-Le Pâtural : M. Hajnalovà

2.2 - Les sites, leur localisation et leur chronologie

4Les sites étudiés en anthracologie résultent pour la plupart de l’activité en archéologie préventive et donc du dynamisme économique local. Seize sites se concentrent en plaine à une altitude moyenne de 300 m, dans un rayon de 50 km autour de la ville de Clermont-Ferrand (fig. 1). Trois sites sont situés en altitude : la villa gallo-romaine de Prondines excentrée dans les Combrailles, à 950 m d'altitude ; l’agglomération antique du col de Ceyssat à 1078 m d’altitude et le site de l’Âge du Fer sur le plateau de Corent à 574 m d’altitude.

5Ces 19 sites offrent 41 occupations réparties du Néolithique à l’époque romaine et datées par la céramique ou le radiocarbone. 135 faits archéologiques ou assemblages ont été étudiés (tab. 1). Les prélèvements anthracologiques ont tous été réalisés en contexte détritique, domestique et d’habitat. Ces occupations sont placées selon une chronologie entre le ive siècle av. J.-C. et le iiie siècle ap. J.-C. Des lacunes temporelles sont observables entre le Néolithique moyen II et le Hallstatt D1, soit entre 3 700 et 650 ans av. J.-C. et entre cette dernière période et La Tène C2, soit entre 580 et 200 ans av. J.-C. Les sites néolithiques sont le plus souvent datés par le radiocarbone (Saintot & Alfonso, 2002 ; Saintot, 2004 ; Hénon, 2006 ; Pasty et al., 2008 ; Muller-Pelletier & Pelletier, 2010). D’autres bénéficient d’une attribution chrono-typologique à partir de mobiliers du second Âge du Fer (Mennessier-Jouannet, 1999-2003) ou de la céramique romaine d’Auvergne par A. Wittman.

6Les restes botaniques étudiés sont issus de trois grandes catégories de structures archéologiques selon la classification proposée par Marguerie & Hunot (2007) :

7- structures en creux de type fosses, fossés, puits et silos ou fosses-silos ;

8- structures de combustion comme les foyers, fours ou même foyers d’hypocauste romain ;

9- autres structures domestiques ou d’habitats tels que les trous de poteau et de piquet, atelier, cave, contenu céramique et niveau de sol d’occupation.

3 - Méthodes

10Les charbons de bois analysés proviennent tous de contextes archéologiques (tab. 1) et sont donc le résultat d’activités humaines. La plupart des prélèvements ont été pratiqués selon un volume standard compris entre 10 et 20 litres. Le tamisage a été effectué selon la méthode de flottation à la main par brassage de sédiments sur une colonne de trois tamis de 2 mm, 0,5 mm et 0,25 mm. Les identifications des fragments de charbons de bois ont été réalisées par anatomie comparée sous un microscope optique en lumière réfléchie selon des grossissements allant de 20 à 1000 fois. Les observations anatomiques ont été confrontées à une anthracothèque et à des atlas d’anatomie des bois européens (Schweingruber, 1982, 1990 ; Vernet et al., 2001). Une fiche-type de laboratoire contenant les critères d’état du charbon a été systématiquement remplie. Elle renferme des informations sur la présence d’écorce ou de moelle, de bois de réaction, de thylles, d’hyphes de champignons et de traces de xylophages (Marguerie, 1992 ; Marguerie & Hunot, 2007 ; Marguerie et al., 2010). L’état du bois préalablement à la carbonisation est caractérisé soit par la présence (bois fendu) soit par l’absence de fentes radiales de retrait (bois non fendu ou dur). L’évaluation du calibre du bois selon la courbure des cernes de croissance est également consignée. Pour ce dernier critère, nous avons opté pour une méthode qualitative rapide et facilement applicable où l’allure des limites de cernes (courbure faible 1, intermédiaire 2 et forte 3) est notée. Une courbure faible correspond à un tronc ou à une grosse branche, tandis qu’une courbure forte correspond à une petite branche ou à une brindille. Les largeurs de cernes sont mesurées uniquement sur les charbons à faible courbure. Ainsi, les aléas de croissance liés à la phase juvénile sont minimisés. Sur les charbons de bois dont les cernes sont à courbure faible, la largeur moyenne des cernes a été mesurée sur la coupe transversale, au pied à coulisse électronique ou au banc dendrométrique. Plus les cernes sont étroits, plus l’arbre a connu des conditions de croissance difficiles. A l’inverse, quand les cernes sont plus larges (> 1 mm), les conditions ont été plus favorables au développement de l’arbre. Celles-ci peuvent être d’ordre climatique ou stationnel. Pour une période et une région donnée, la largeur moyenne des cernes sur les charbons de bois renvoie plutôt au degré de compétition inter-individus connue dans des peuplements plus ou moins denses (Marguerie & Hunot, 2007). Un histogramme représente les mesures de largeurs moyennes de cernes regroupées par classes de 0,25 mm pour le chêne à feuillage caduc et chaque ensemble de charbons d'un même site (fig. 2a,b). La figure 2c montre la largeur moyenne de ces cernes en millimètres en fonction du temps pour dix lots de charbons de chêne à courbure faible. Les moyennes de largeur de cernes et les écarts types y sont figurés (Marguerie et al., 2010). Le nombre de charbons analysés dans chaque unité stratigraphique a été établi selon les courbes effort-rendement (Chabal, 1997). Une grande richesse taxinomique a pu être reconnue dès le comptage de la première centaine de charbons. Le palier de la courbe et donc d’absence de taxons supplémentaires en fonction du nombre de fragments observés est généralement compris dans des valeurs de l’ordre de 250 à 300 charbons de bois.

11La représentation des données analytiques est organisée selon la chronologie des lots étudiés ce qui permet d’observer les variations diachroniques de chaque taxon, de chaque association et donc d’évaluer les changements d’approvisionnement en bois. Les hiatus temporels, notamment aux périodes anciennes, réclament de traiter avec prudence l’analyse de variation des taxons selon le continuum chronologique. La représentativité des données s’en trouve affaiblit. L’analyse du diagramme anthracologique débouche sur des interprétations tant environnementales qu’ethnobotaniques (Shackelton & Prins, 1992). Seuls les ensembles ayant livré plus de 300 fragments de charbons de bois figurent dans l'anthracogramme (fig. 3). Les données autécologiques de chaque taxon identifié et les formations végétales qui en découlent sont systématiquement présentées et discutées.

12Un des objectifs de l’analyse anthracologique qui est de déterminer la fonction et l’usage du bois étudié : bois de feu, bois d’œuvre, bois récolté dans le milieu proche est un exercice qui s’avère souvent délicat. Les éléments de réponse ne peuvent provenir que d’une connaissance précise du contexte du prélèvement et d’un croisement avec les autres disciplines de l’archéobotanique et particulièrement de la palynologie, qui donne une image de la végétation locale et régionale.

Fig. 2 : Distribution de fréquence de la largeur moyenne de cernes des charbons de chêne (Quercus fc.) sur les sites du Néolithique (a), de l’Âge du Fer et de la période gallo-romaine (b) ; premiers résultats de l’évolution de la largeur moyenne de cernes sur les charbons de chêne à faible courbure (c) et du nombre de taxons (d) du Néolithique à l’époque romaine dans le Puy-de-Dôme (Auvergne, France). L’axe des abscisses mentionne le temps en BC-AD.

Fig. 2 : Distribution de fréquence de la largeur moyenne de cernes des charbons de chêne (Quercus fc.) sur les sites du Néolithique (a), de l’Âge du Fer et de la période gallo-romaine (b) ; premiers résultats de l’évolution de la largeur moyenne de cernes sur les charbons de chêne à faible courbure (c) et du nombre de taxons (d) du Néolithique à l’époque romaine dans le Puy-de-Dôme (Auvergne, France). L’axe des abscisses mentionne le temps en BC-AD.

4 - Résultats

4.1 - Assemblages anthracologiques et mesures de cernes du néolithique à la période romaine

13Le diagramme anthracologique est construit sur la base d'une sélection de 14 occupations représentatives, comprenant chacune plus de 300 charbons de bois, sur les 41 étudiées et allant du Ve siècle av. J.-C. au iiie siècle ap. J.-C. (tab. 1 & fig. 3). Un total de 7 534 charbons de bois, sur les 10 066 identifiés dans l'ensemble des 41 occupations, ont été pris en compte dans ce diagramme en excluant les indéterminés. La lecture et l’interprétation de l’anthracogramme (fig. 3) prend tout son intérêt dans une approche diachronique et dans la confrontation avec la carte de répartition des sites étudiés (fig. 1). Deux grandes phases d'approvisionnement en bois sont observées.

14La première, du Néolithique moyen au Hallstatt D, est constituée par quatre sites de la plaine de la Limagne de Clermont-Ferrand (le Crest, les Acilloux, Beaumont-Artière et Les Foisses) et un site en Limagne d’Issoire (Lempdes sur Alagnon). Cette phase est caractérisée par un approvisionnement en bois de chêne (Quercus sp.) majoritaire. A l’exception des lots anthracologiques des foyers à pierres chauffées de Cournon les Acilloux (n°2) qui sont porteurs d’arbustes héliophiles de haies, comme par exemple le nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), cette phase (le Crest (n°1), Beaumont - les Foisses (n°4) et Artière (n°3) et Lempdes sur Alagnon (n°15)), est déterminée par une récolte préférentielle de chêne à feuillage caduc et des essences cortèges de la chênaie héliophile. Le hêtre (Fagus sylvatica), espèce de forêts caducifoliées appréciant la fraîcheur et l’humidité climatique et dont l’optimum de distribution est à l’étage montagnard est ramassé en fin de cette première phase de l’anthracogramme, notamment à Beaumont (n°3 et 4) et à La Revaute (n°15). Le pin sylvestre (Pinus sylvestris), essence des fourrés arbustifs de plaine et aussi d’étage montagnard est observé sur l’occupation de Beaumont-Artière. Sur cette dernière, l’aulne (Alnus sp.), espèce de bord des eaux voire des prairies et bois humides, pourrait provenir de la plaine alluviale de la rivière Artière qui coule à proximité du site de Beaumont.

15La seconde phase, du deuxième Âge du Fer à l’époque romaine (200 ans av. J.-C. à 300 ans ap. J.-C.) voit la représentation du hêtre s’accroître et une utilisation du bois de chêne en diminution ; à l’exception du lot de charbons provenant du puits daté de la transition La Tène C2/D1 (160-130 ans av. J.-C.) sur le site de Sarliève. Le sapin blanc pectiné (Abies alba) est identifié aussi bien en plaine que sur les sites de hauteur ; son utilisation est particulièrement prégnante dans l’hypocauste de la villa gallo-romaine de Prondines dans les Combrailles. Dans ce spectre, des charbons d’épicéa (Picea abies) sont également identifiés.

16Les mesures de largeurs moyennes de cernes ont été accomplies pour le Néolithique d’une part (fig. 2a), le premier âge du Fer, le second Âge du Fer et l’époque gallo-romaine d’autre part (fig. 2b). Au Néolithique moyen I, les mesures indiquent des cernes étroits avec un étalement vers quelques charbons à cernes larges. Au Néolithique final et au premier Âge du Fer, les cernes sont nettement serrés. Aux périodes plus récentes (fig. 2b), les cernes sont plus larges avec un étalement assez important. Les premiers résultats de l’évolution de la largeur moyenne de cernes sont présentés ici à titre informatif (fig. 2c). Le faible nombre d’analyses effectuées jusqu’alors dans le Puy-de-Dôme limite le suivi régional de l’évolution de cette largeur moyenne contrairement à ce qui peut être proposé après plus de vingt ans de recherches dans le nord-ouest de la France (Marguerie & Hunot, 2007 ; Marguerie et al., 2010). Ce premier travail est cependant important et doit être systématisé dans les futures analyses dendro-anthracologiques en Auvergne et dans le Centre de la France. La richesse taxinomique apparaît de plus en plus abondante de l’Âge du Fer à l’époque gallo-romaine (fig. 2d) et est constituée de taxons de pleine lumière et du cortège de la hêtraie-chênaie (fig. 3).

Fig. 3 : Anthracogramme en fréquence relative (%) du Néolithique à l’époque romaine pour les sites dont le nombre de charbons (NR) est supérieur à 300 (Puy-de-Dôme, Auvergne) ; les points correspondent aux taxons dont le taux est inférieur à 1 %.

Fig. 3 : Anthracogramme en fréquence relative (%) du Néolithique à l’époque romaine pour les sites dont le nombre de charbons (NR) est supérieur à 300 (Puy-de-Dôme, Auvergne) ; les points correspondent aux taxons dont le taux est inférieur à 1 %.

4.2 - Données par type de structure archéologique

17Les structures en creux ont livré 3 814 charbons de bois (tab. 2) et ce dans quarante quatre fosses ou fossés, trois fosses à caractère funéraire, trois fosses-silos, cinq silos et six puits. Ces types de structures sont assez fréquemment échantillonnés dans les sites archéologiques, ainsi toutes les périodes y sont représentées du Néolithique moyen II à l’époque gallo-romaine. Le chêne à feuillage caduc (Quercus sp.) est l’essence majoritaire du Néolithique au Hallstatt (tab. 2). A partir de La Tène A (500-400 ans av. J.-C.), un changement dans les apports en charbons de bois se fait sentir. Les charbons de hêtre (Fagus sylvatica) proviennent en majorité de huit structures en creux, les charbons de chêne restent dominants dans huit autres fosses, fossés et puits. Le hêtre et le chêne sont d’excellents combustibles, appréciés pour leurs flammes courtes produites sur une longue durée (Rameau et al., 1989). Les structures en creux sur toute la période étudiée contiennent plutôt des bois de tronc ou de grosse branche. Là où les observations d'état de combustion, de fentes radiales de retrait, ont pu être effectuées, les charbons de bois présentent peu de fentes radiales, voire aucune, ce qui semblerait signifier que le bois était sec avant sa carbonisation dans les structures en creux. L’agglomération laténienne d’Aigueperse (n°27) a livré une quantité non négligeable de charbons avec des fentes de retrait dans les structures en creux indiquant que le bois était encore vert ou humide au moment de sa combustion.

18Neuf spectres anthracologiques comptant au total 2828 charbons du Néolithique moyen I au iiie siècle ap. J.-C. correspondent à différents types de structures de combustion (tab. 3). Comme pour les structures en creux, les bois de chêne et de hêtre à calibre important sont majoritaires dans les structures de combustion sur l’ensemble de la période étudiée. Les foyers du Néolithique et de l’Âge du Bronze, sont composés majoritairement de chêne caducifolié, d’un peu de hêtre et d’autres essences de la chênaie mésophile. Les mesures de largeurs moyennes de cernes (fig. 2a) montrent ici une majorité de cernes étroits. Contrairement aux occupations des périodes postérieures, les foyers du Crest (n°1), les plus anciens étudiés et datés du Néolithique moyen I, contiennent en proportions équivalentes des charbons de bois 'fendus' et 'durs'. Les deux spectres de l’époque romaine sont issus de structures de combustion très particulières : un four à céramique métallescente sur l’occupation de Lezoux (n°40) et le foyer du caldarium des thermes de la villa de Prondines (n°38).

19Dans les éléments domestiques (trou de poteau, de piquet, cave, niveau de sol, contenu de céramique, niveau de démolition de murs, atelier) un total de 1603 restes a été étudié (tab. 4). Ces contextes archéologiques ont livré du Néolithique à l'époque romaine, des bois à courbure faible, c'est-à-dire de calibre important, et aucun charbon ne présente de fente de retrait radiale. Le bois utilisé semble donc plutôt sec. Sur l’occupation chasséenne de Champ Madame à Beaumont (n°3 et 4) et de l’habitat protohistorique de Cournon-Les Plaines (n°7), des trous de poteau dans les bâtiments sur tranchées de fondation et poteaux porteurs contiennent principalement des charbons de chêne à feuillage caduc. A Corent (n°14) sur l’habitat du plateau, un niveau de céramiques écrasées en place datant du Hallstatt D1 (650-580 ans av. J.-C.), livre un spectre anthracologique diversifié dominé par le chêne à feuillage caduc, des essences héliophiles et une essence pionnière, le bouleau (Betula sp.). Le sanctuaire gaulois du plateau de Corent (n°32), daté de La Tène D2 et le niveau de démolition de l’agglomération romaine du Col de Ceyssat (n°41) présentent une diversité taxinomique variée (8 taxons), avec Fagus sylvatica dominant puis comme essences secondaires Quercus, Ulmus, Pomoideae, Prunus, Fraxinus et Abies.

5 - Discussion

5.1 - L’approvisionnement en bois depuis un milieu forestier au néolithique

20Les deux sites du Néolithique moyen I (4 600-4 000 ans av. J.-C.) étudiés en plaine de Limagne correspondent à des ensembles de foyers à pierres chauffées. Leur profil anthracologique montre un approvisionnement en bois de feu tout à fait différent. Sur le site du Crest (n°1), des chênes à faible croissance radiale ont été préférentiellement exploités (fig. 2a). Les quinze foyers des Acilloux (n°2), sur la commune du Cendre sont quant à eux alimentés essentiellement en nerprun, arbuste typique des haies vives thermophiles et d’autres taxons de lisières et fourrés (Rameau et al., 1989). Aux Acilloux, le seuil de 10 % de charbons de bois présentant des limites de cernes à courbure intermédiaire à forte étant dépassé, il confirme l’hypothèse d’un ramassage de branches et brindilles dans des haies et dans des fourrés à arbustes dominants.

21La période du Néolithique moyen II (4 050-3 700 ans av. J.-C.) a fait l’objet d’une analyse anthracologique complète sur l’habitat de Champ Madame à Beaumont (n° 3 et 4), au sud du bassin clermontois. L’ensemble de Champ Madame correspond à une succession de petits hameaux reconstruits et réoccupés entre 3 900 et 3 500 avant notre ère et coïncide à un regroupement de bâtiments et de cabanes (Saintot, 2012). Le prélèvement en bois de feu et/ou bois d’œuvre sur ce site, dans différents types de structures (fosses, foyers, trous de poteau, trous de piquet), se fait principalement aux dépens de la chênaie et la chênaie-hêtraie collinéenne. A proximité de ce site, une ouverture du milieu (chênaie plus ou moins dégradée), est observée à partir d’indices carpologiques de cultures céréalières (grains de blé amidonnier, engrain et froment et résidu de battage d’engrain) et conjointement de taxons de lisière forestière et de fourrés (Cabanis & Bouby, sous presse). Au Crest, la fosse profonde - probablement un silo à l'origine - datée du Néolithique final (2 600-2 000 ans av. J.-C.) a été réutilisée en dépotoir (Hénon, 2006) contenant quelques dizaines de charbons de chêne à feuillage caduc, de hêtre, de prunellier et de noisetier. Ces données anthracologiques corroborent les observations palynologiques pour le Néolithique de la plaine de Limagne. Les deux séquences longues, à Marmillat (Gachon, 1963) et à Sarliève (Argant & López-Sáez, 2004), présentent une chênaie dégradée, des plantes caractéristiques de pastoralisme, quelques occurrences de céréales ainsi qu’un accroissement du noisetier.

5.2 - Changement dans l'approvisionnement en bois à la transition Hallstatt / la Tène

22Aux périodes anciennes, du Néolithique au premier Âge du Fer, le chêne est l'essence la plus fréquemment découverte et ceci dans tous les contextes étudiés en anthracologie en Auvergne. Puis, à la transition entre le premier et le second Âge du Fer, s’opère un changement important dans l’approvisionnement en bois. Le hêtre devient l'essence ramassée préférentiellement à partir de La Tène (fig. 2).

23Les analyses anthracologiques des occupations de l’Âge du Bonze et du premier Âge du Fer voient une majorité de chêne et une diversification en taxons importante (fig. 2d & 3). Les mesures de largeur moyenne de cernes au premier Âge du Fer montrent des valeurs très variables (< 1 mm à > 2 mm) indiquant une certaine hétérogénéité des milieux exploités (fig. 2b). Les analyses polliniques de la plaine de Limagne (Prat, 2006 ; Argant & López-Sáez, 2004) et des massifs voisins (Juvigné, 1988 ; Reille, 1992 ; Miras, 2004 ; Jouffroy-Bapicot, 2010) révèlent que durant l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer, la hêtraie est déjà en place. Durant cette période, alors que le hêtre domine le paysage, l’homme s’est principalement approvisionné en bois de chêne.

24Corrélée à une collecte préférentielle de bois de hêtre, la diversité en taxons augmente à partir du deuxième Âge du Fer. Ce phénomène suggère une ouverture du milieu et une hétérogénéité plus importante des écosystèmes visités, comme l’indique la figure 2d pour les sites dont le nombre de restes excède 300. Ce phénomène pourrait être lié à une augmentation de la population et des habitats en plaine de Limagne dès le premier Âge du Fer, avec un accroissement significatif au second Âge du Fer, et ce dès le début du iiie siècle avant notre ère (Mennessier-Jouannet et al., 2002 ; Trément et al., 2006, 2007). La Limagne se couvre alors d’un réseau d’habitats dense composé de sites ruraux dispersés à activités agricoles et/ou artisanales. Par exemple, l’extension maximale du vaste habitat groupé d’Aulnat-Gandaillat se fait au iie siècle av. J.-C. (Mennessier-Jouannet et al., 2002). A Aigueperse (n°22, 25 et 27), l’exploitation des branches et des brindilles représentant environ 30 % de la totalité des charbons analysés dans les fosses de La Tène C1 (250-200 ans av. J.-C.), semble être la conséquence de la déforestation et de l’usage d’arbres plus petits et de haies plus nombreuses. La ferme de Pâtural (n°17, 19, 21 et 24) et le site de Sarliève (n°29, 31, 34), en bordure de marais, sont à forte connotation agricole et indiquent une pression humaine sur le milieu accrue ainsi qu’une stratégie d’adaptation plus importante (Deberge, 2007 ; Trément et al., 2007). La carpologie observe des agro-systèmes de plus en plus spécialisés, passant d'une polyculture à une monoculture sur les sites ruraux en France (Zech-Matterne et al., 2009), comme en Grande Limagne (Cabanis, thèse en cours). Le changement observé pourrait trouver son explication dans une mutation culturelle coïncidant avec une structuration de l'espace rural (Mennessier-Jouannet et al., 2002 ; Ballut & Trément, 2006 ; Trément et al., 2006, 2007). Ces données archéologiques et carpologiques vont dans le sens d'une intervention grandissante de l'homme sur le milieu, des défrichements plus importants et un essor des cultures.

Tab. 2 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures en creux (fosses, fossés, puits, silos) du Néolithique à l’époque romaine (Puy‑de‑Dôme, Auvergne).

Tab. 2 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures en creux (fosses, fossés, puits, silos) du Néolithique à l’époque romaine (Puy‑de‑Dôme, Auvergne).

Tab. 3 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures de combustion (foyer, four) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).

Tab. 3 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures de combustion (foyer, four) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).

Tab. 4 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures d’habitat (trou de poteau, de piquet, cave, atelier, contenu céramique, niveau de sol) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).

Tab. 4 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures d’habitat (trou de poteau, de piquet, cave, atelier, contenu céramique, niveau de sol) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).

5.3 - Importation et approvisionnement en bois depuis un milieu dégradé à l’époque romaine

25L’époque romaine voit, comme au second Âge du Fer, une utilisation majoritaire du hêtre (fig. 3). La diversité taxinomique s’accentue (fig. 2d) ; les assemblages accueillent de nombreux taxons héliophiles. Dans le cadre de l’économie domaniale, l’agrosystème est généralisé à l’ensemble des bassins, quels que soient les types de reliefs (Trément et al., 2007). Les diagrammes palynologiques désignent une quasi-disparition de la forêt, tandis que les prairies et les cultures sont en extension (Argant & López-Sáez, 2004 ; Trément et al., 2007). Le témoignage de Sidoine Apollinaire, auteur romain du ve siècle ap. J.-C. confirme la prospérité agricole de la Grande Limagne à son époque (Apollinaire, 1970, Epistulae, livre IV, chapitre XXI : 158). Dans quatre niveaux d’utilisation d’un four à céramique métallescente du iiie siècle ap. J.-C. à Lezoux (n°40), l’analyse des combustibles révèle une utilisation largement majoritaire du noisetier qui pourrait attester d’un milieu dégradé.

26Les bois de conifère, et particulièrement ceux d’Abies et de Picea utilisés dans l’hypocauste de Prondines (n°38), sont respectivement peu et pas présents dans l’environnement végétal de l’époque comme le montre l’analyse palynologique (Prat, 2009). La zone du diagramme palynologique (Prat, 2009), contemporaine de l’occupation de la villa et datée du iie siècle ap. J.-C., indique un paysage ouvert composé d’une hêtraie-chênaie accompagnée d’orme (Ulmus sp.), de tilleul (Tilia sp.) et de charme (Carpinus betulus).

27Picea n’est pas présent dans le Massif central avant les reboisements de la seconde moitié du xixe siècle (de Beaulieu et al., 1988 ; Michelin et al., 1991 ; Miras et al., 2004). Ce conifère est attesté dans les diagrammes polliniques du Jura à l’époque romaine et tout le long de ses séquences polliniques couvrant les quatre derniers millénaires (Gauthier, 2004). Des cônes mâles et femelles de ce conifère ont été identifiés dans les niveaux romains du site du Carré de Jaude II, au centre ville de Clermont-Ferrand (Cabanis, 2012). Les propriétés mécaniques du bois d’épicéa sont excellentes, reconnues pour la charpente, la menuiserie, la lutherie, la caisserie, le coffrage, etc… (Rameau et al., 1989). L'épicéa est également un bois dégageant une odeur agréable lors de sa combustion. Ce bois et ces cônes d’épicéa découverts sur le site de Prondines, ont-ils été importés du domaine alpin ou du Jura à l’époque romaine en Auvergne jusque dans la villa assez luxueuse de Prondines composée de thermes et d’un dauphin fontaine (Rebiscoul et al., 2009) et sur le site gallo-romain du Carré de Jaude II ?

6 - Conclusion

28La période néolithique est marquée par une collecte de bois en chênaie, ceci en particulier à Beaumont Champ Madame et au Crest. Sur deux sites voisins et contemporains, l’exploitation du bois de feu est différente : aux Acilloux, une collecte préférentielle concerne les haies thermophiles et au Crest, la chênaie probablement fermée est plutôt mise à contribution. A partir du premier Âge du Fer, les analyses dendrologiques des charbons de chêne à feuilles caduques, corrélées à la diversité en taxons montrent clairement une hétérogénéité du milieu forestier grandissante. Un changement important dans l’approvisionnement en bois, entre les périodes du Hallstatt et de La Tène est visible dans l’anthracogramme. De nouvelles analyses polliniques en séquence longue et à haute résolution, en particulier en Basse Auvergne, sont nécessaires pour éclairer ce changement dans l’approvisionnement en bois entre le premier et le second Âge du Fer. Le seul diagramme palynologique exploitable en plaine - celui de Sarliève (Argant & López-Sáez, 2004) - présente justement un hiatus à cette période charnière. L’origine des essences identifiées en anthracologie confrontée à l'image de la pluie pollinique confirme leur présence sur les mêmes localités ou suggère, comme dans le cas de l’épicéa de Prondines, absent des diagrammes palynologiques, une importation du domaine alpin ou du Jura. Pour une meilleure caractérisation de la ressource ligneuse utilisée, il sera possible dans un avenir proche d’appliquer de nouvelles méthodes d’étude des charbons de bois et en particulier celle de l’estimation des calibres utilisés par mesure trigonométrique à l’aide de l’angle formé par deux rayons ligneux (Paradis-Grenouillet et al., 2009 ; Dufraisse & García Martínez, 2011 ; Paradis, 2012 ; Paradis et al., sous presse).

Haut de page

Bibliographie

Apollinaire S., 1970 - Œuvres. Tome 2, Lettres (Livres I-V), traduit par A. Loyen. Les Belles Lettres, Paris, LVII-261 p.

Argant J. & LÓpez-SÁez J.-A., 2004 - L’occupation humaine du bassin de Sarliève depuis le Néolithique d’après la palynologie et l’étude des microfossiles non polliniques. In H. Dartevelle (dir.), Auvergne et Midi. Actualité de la recherche : Actes des Vème Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Clermont-Ferrand, 8-9 novembre 2002). Préhistoire du Sud-Ouest, suppl. 9. Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 25-34.

Ballut C. & Trément F., 2006 - Environmental changes and evolution of settlement in the Limagne of Clermont-Ferrand (Massif Central, France). Hrvatski Geografski Glasnik, 68 (2), 5-18.

de Beaulieu J.-L., Pons A. & Reille M., 1988 - Histoire de la flore et de la végétation du Massif Central (France) depuis la fin de la dernière glaciation. Cahiers de Micropaléontologie, 3 (4), 5-36.

Cabanis M. & Bouby L., sous-presse - De la graine à la meule… In S. Saintot (dir.), Les occupations de Champ Madame à Beaumont (Puy-de-Dôme) au cours du Néolithique Moyen II : Un site d’habitat en Auvergne. Recherches archéologiques. Institut National de Recherches Archéologiques Préventives & Centre National de la Recherche Scientifique, Paris.

Cabanis M. 2012 - Chapitre 2.8.3 : Etude carpologique. In G. Alfonso, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : ZAC de Jaude Ouest 2. Rapport de fouilles, Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 599-614.

Chabal L. 1997 - Forêt et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive), l’anthracologie, méthode et paléoécologie. Documents d’Archéologie Française, 63. Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 189 p.

Deberge Y., COLLIS J. & DUNKLEY J. (dir.), 2007 - Le Pâtural, Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme : un établissement agricole gaulois en Limagne d’Auvergne. Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 30. Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, Lyon, 340 p.

Dufraisse A. & GarcÍa MartÍnez M.-S., 2011 - Mesurer les diamètres du bois de feu en anthracologie. Outils dendrométriques et interprétation des données. Anthropobotanica, 2, 1-18.

Dufraisse A., PÉtrequin A.-M. & PÉtrequin P. 2007 - La gestion du bois de feu : un indicateur des contextes socio-écologiques. Approche ethnoarchéologique dans les Hautes Terres de Papua (Nouvelle-Guinée indonésienne). Cahiers d’Archéologie Romande, 108, 115-126.

Dufraisse A., 2006 - Charcoal anatomy potential, wood diameter and radial growth. British Archaeological Reports. International Series, 1483, 47-59.

Dupias G., 1971 - Carte de végétation de la France. 52, Clermont-Ferrand. Carte de la végétation de la France au 200000e, 52. Centre National de la Recherche Scientifique, Paris.

Gachon L., 1963 - Contribution à l’étude du Quaternaire récent de la Grande Limagne marno-calcaire : morphogenèse et pédogenèse. Annales agronomiques, 14 (H.S. 1). Dunod, Paris, 191 p.

Gauthier E., 2004 - Forêts et agriculteurs du Jura. Les quatre derniers millénaires. Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 765 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 6. Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 197 p.

HÉNON P., 2006 - Le Crest, La Croix de Saint-Roch. Bilan Scientifique Régional - Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne, Service Régional de l'Archéologie, 2006, 106-107.

Jouffroy-Bapicot I., 2010 - Evolution de la végétation du massif du Morvan (Bourgogne - France) depuis la dernière glaciation à partir de l'analyse pollinique. Variations climatiques et impact des activités anthropiques. Thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 372 p.

JuvignÉ E., Milcamps V., Delibrias G. & Évin J., 1988 - Ages de traits polliniques et chronozonation du Tardiglaciaire final et de l’Holocène dans le Massif Central (France). Mededelingen Rijks Geologische Dienst, 41 (4), 33-50.

Marguerie D., 1992 - Evolution de la végétation sous l'impact humain en Armorique du Mésolithique aux périodes historiques : études palynologiques et anthracologiques des sites archéologiques et des tourbières associées. Travaux du Laboratoire d’Anthropologie, Préhistoire, Protohistoire et Quaternaire armoricains, 40. Université Rennes 1, Rennes, 313 p.

MARGUERIE D., BERNARD V., BEGIN Y. & TERRAL J.-F., 2010 - Anthracologie et dendrologie. In S. Payette & L. Filion (dir.), La dendroécologie : principes, méthodes et applications. Presses de l’Université Laval, Québec, 311-350.

Marguerie D. & Hunot J.-Y., 2007 - Charcoal analysis and dendrology: data from archaeological sites in north-western France. Journal of Archaeological Science, 34 (9), 1417-1433.

Mennessier-Jouannet C. (dir.), 1999-2003 - Les mobiliers du second Age du Fer en Auvergne. Rapports intermédiaires annuels du Projet Collectif de Recherche, Mirefleurs, Association pour la Recherche sur l’Age du Fer en Auvergne & Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne, Clermont-Ferrand, (2001) 221 p., (2002) 253 p. & (2003) 145 p.

Mennessier-Jouannet C., Guichard V. & Collis J., 2002 - L’occupation du sol en Limagne d’Auvergne de la fin du premier âge du Fer à la conquête romaine. In D. Martin (dir.), L’identité de l’Auvergne (Auvergne, Bourbonnais et Velay) : mythe ou réalité historique. Essai sur une histoire de l’Auvergne des origines à nos jours. Créer, Nonette, 71-81.

Michelin Y., DenÈfle M. & Vergne V., 1991 - Analyse pollinique dans la Chaîne des Puys, étude préliminaire du site de la Vézolle. Physio-Géo, 2 (1), 59-66.

Miras Y., Laggoun-Défarge F., Guenet P. & Richard H., 2004 - Multi-disciplinary approach to changes in agro-pastoral activities since the Subboreal in the surroundings of the “narse d’Espinasse” (Puy de Dôme, French Massif central). Vegetation History and Archaeobotany, 13 (2), 91-103.

Miras Y., 2004 - L’analyse pollinique du plateau de Millevaches (Massif central, France) et de sites périphériques limousins et auvergnats : approche des paléoenvironnements, des systèmes agropastoraux et évolution des territoires ruraux. Thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, 301 p.

Muller-Pelletier C. & Pelletier D., 2010 - Les structures de combustion à pierres chauffées du Néolithique moyen du site 1 des Acilloux (Cournon d’Auvergne) Puy-de-Dôme. In A. Beeching, E. Thirault & J. Vital (dir.), Economie et société à la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche : Actes des 7e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Bron, 3-4 novembre 2006). Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 34. Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, Publications de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée, Publications de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 305-315.

Paradis-Grenouillet S., 2012 - Etudier les « forêts métallurgiques » : analyses dendro-anthracologiques et approches géohistoriques. Exemples des forêts du mont Lozère et du Périgord-Limousin. Thèse de Doctorat, Université de Limoges, Limoges ,452 p.

Paradis S., Dufraisse A. & AllÉe PH., sous-presse - Wood radius curvature measurements and wood diameter : comparison of different image analysis techniques. 4th international meeting of anthracologie. British Archaeological Reports. International Series, 1063.

Paradis-Grenouillet S., Leleu J.-P., Belingard C., Rouaud R. & AllÉe P., 2009 - AnthracoLoJ : un outil pour la simplification des mesures dendrométriques. Collection EDYTEM. Cahiers de Géographie, 11, 197-202.

Pasty J.-F., Jallet F., Griggo C., Cabanis M., Alix P., Ballut C. & Murat R., avec la collaboration de Heinz C., 2008 - Découverte d’un site chasséen à Champ-Chalatras (les Martres d’Artière, Puy-de-Dôme, France). L'Anthropologie, 112 (4-5), 598-640.

Prat B., 2006 - Systèmes agropastoraux et milieux périurbains en Basse Auvergne au cours des trois derniers millénaires : contribution de l’analyse palynologique à l’étude des interactions sociétés-milieux. Thèse de Doctorat, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 368 p.

Prat B., 2009 - Annexe 3 : Analyses palynologiques réalisées sur le site de Puy-Gilbert-Sud (commune de Prondines, Puy-de-Dôme). Fines : Archéologie et Histoire en Combraille, 4, 66-71.

Rameau J.-C., Mansion D., Dumé G., Timbal J., Lecointe A., Dupont P. & Keller R., 1989 - Flore forestière française : guide écologique illustré. Tome 1 : Plaines et collines. Institut pour le développement forestier, Ministère de l’agriculture et de la forêt, Direction de l'espace rural et de la forêt & Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Paris 1785 p.

Rebiscoul A., Vallat P., Hermary A. & Prat B., 2009 - Archéologie et autoroute A89, la villa gallo-romaine de Puy-Gilbert-Sud (commune de Prondines, Puy-de-Dôme). Fines : Archéologie et Histoire en Combraille, 4, 45-61.

Reille M., Pons A. & de Beaulieu J.-L., 1992 - Late and postglacial vegetation, climate and human action in the French Massif Central. Cahiers de Micropaléontologie, 7 (1-2), 93-106.

Saintot S. & Alfonso, 2002 - Les occupations de Champ Madame et Artière-Ronzière à Beaumont. Bilan Scientifique Régional - Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne, Service Régional de l'Archéologie, 2002, 89-90.

Saintot S., 2004 - Beaumont Champ Madame Les Foisses. Bilan Scientifique Régional - Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne, Service Régional de l'Archéologie, 2004, 68-71.

Saintot S., 2012 - De l’habitat groupé à l’habitat dispersé au cours du IVe millénaire en Auvergne ? Archéopages. Hors-Série, 3, 117-125.

SchweingrUber F.H., 1982 - Microscopic wood anatomy: structural variability of stems and twigs in recent and subfossil woods from Central Europe. 2nd edition, F. Flück-Wirth, Teufen, 226 p.

SchweingrUber F.H., 1990 - Anatomy of European woods: An atlas for the identification of European trees, shrubs and dwarf shrubs. Eidgenössische Forschungsanstalt für Wald, Schnee und Landschaft, Paul Haupt, Bern & Stuttgart, 800 p.

SHACKELTON C. & PRINS F, 1992 - Charcoal analysis and the “Principle of least effortˮ - A conceptual model. Journal of Archaeological Science, 19 (6), 167-205.

TrÉment F., Loison G., Argant J., Breheret J.-G., Cabanis M., Dousteyssier B., Fourmont A., Fournier G., Liabeuf R., López-Sáez J.-A., Macaire J.-J., Milcent P.-Y., Prat B., Rialland Y. & Vernet G., 2006 - Interactions sociétés-milieux en Grande Limagne du Néolithique à l’époque romaine. Apport des recherches interdisciplinaires conduites dans le bassin de Sarliève (Puy-de- Dôme). In P. Fouere (dir.), Paysages et peuplements : Aspects culturels et chronologiques en France méridionale : Actualité de la recherche : Actes des 6ème Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Périgueux, 14-16 octobre 2004). Préhistoire du Sud-Ouest, H.S. 11. Association pour le Développement de la Recherche Archéologique et Historique, Périgueux, 11-32.

TRÉMENT F., ARGANT J., BRÉHÉRET J.-G., CABANIS M., DOUSTEYSSIER B., FOURMONT A., FOURNIER G., LIABEUF R., LOISON G., LÓPEZ-SÁEZ J.-A., MACAIRE J.-J., MARINVAL P., MENNESSIER-JOUANNET C., MILCENT P.-Y., PRAT B., RIALLAND Y., & VERNET G., 2007 - Un ancien lac au pied de l’oppidum de Gergovie (Puy-de-Dôme) : Interactions sociétés-milieux dans le bassin de Sarliève à l’Holocène. Gallia, 64, 289-351.

Vernet J.-L., Ogereau P., Figueiral I., Machado Yanes C. & Uzquiano P., 2001 - Guide d’identification des charbons de bois préhistoriques et récents : Sud-Ouest de l’Europe : France, Péninsule ibérique et îles Canaries. Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 395 p.

ZECH-MATTERNE V., BOUBY L., BOUCHETTE A., CABANIS M., DERREUMAUX M., DURAND F., MARINVAL P., PRADAT B., SELLAMI M.-F. & WIETHOLD J., 2009 - L’agriculture du VIe au Ier siècle avant J.-C. en France : état des recherches carpologiques sur les établissements ruraux dans Bertrand I. In A. Duval, J. Gomez de Soto & P. Maguer (dir.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique. Actes du XXXIe colloque international de l'Association Française pour l'Etude de l’Âge du fer, 17-20 mai 2007, Chauvigny (Vienne, F). Tome II. Mémoire - Société de Recherches Archéologiques de Chauvigny, 35. Association des Publications Chauvinoises, Chauvigny, 383-416.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Répartition géographique des sites par attributions chronologiques.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre Tab. 1 : Récapitulatif des sites étudiés dans le département du Puy-de-Dôme (Auvergne, France).
Légende Analyses anthracologiques M. Cabanis sauf pour le site de Clermont-Fd-Le Pâtural : M. Hajnalovà
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-2.png
Fichier image/png, 253k
Titre Fig. 2 : Distribution de fréquence de la largeur moyenne de cernes des charbons de chêne (Quercus fc.) sur les sites du Néolithique (a), de l’Âge du Fer et de la période gallo-romaine (b) ; premiers résultats de l’évolution de la largeur moyenne de cernes sur les charbons de chêne à faible courbure (c) et du nombre de taxons (d) du Néolithique à l’époque romaine dans le Puy-de-Dôme (Auvergne, France). L’axe des abscisses mentionne le temps en BC-AD.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 3 : Anthracogramme en fréquence relative (%) du Néolithique à l’époque romaine pour les sites dont le nombre de charbons (NR) est supérieur à 300 (Puy-de-Dôme, Auvergne) ; les points correspondent aux taxons dont le taux est inférieur à 1 %.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-4.png
Fichier image/png, 84k
Titre Tab. 2 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures en creux (fosses, fossés, puits, silos) du Néolithique à l’époque romaine (Puy‑de‑Dôme, Auvergne).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-5.png
Fichier image/png, 156k
Titre Tab. 3 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures de combustion (foyer, four) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Titre Tab. 4 : Résultats dendro-anthracologiques dans les structures d’habitat (trou de poteau, de piquet, cave, atelier, contenu céramique, niveau de sol) du Néolithique à l’époque romaine (Puy-de-Dôme, Auvergne).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6537/img-7.png
Fichier image/png, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Cabanis et Dominique Marguerie, « Les ressources en bois dans le bassin de Clermont-Ferrand du néolithique à la période romaine d’après l’analyse dendro-anthracologique », Quaternaire, vol. 24/2 | 2013, 129-139.

Référence électronique

Manon Cabanis et Dominique Marguerie, « Les ressources en bois dans le bassin de Clermont-Ferrand du néolithique à la période romaine d’après l’analyse dendro-anthracologique », Quaternaire [En ligne], vol. 24/2 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6537 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6537

Haut de page

Auteurs

Manon Cabanis

 INRAP, 13 bis rue Pierre Boulanger 63100 Clermont-Ferrand et UMR 6042 GEOLAB, Université Blaise Pascal, Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, F-63057 CLERMONT-FERRAND cedex. Courriel : manon.cabanis@inrap.fr

Articles du même auteur

Dominique Marguerie

 CNRS, UMR 6566 CReAAH, Laboratoire Archéosciences, Université de Rennes 1, campus de Beaulieu, F-35042 RENNES cedex. Courriel : dominique.marguerie@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org