Navigation – Plan du site

L’éruption phréatomagmatique du Montchié, chaîne des puys, Massif Central français (13,6 ± 1,0 ka)

The phreatomagmatic eruption of montchié volcano, chaîne des puys, french massif central (13.6 ± 1.0 ka)
Didier Miallier, Thierry Pilleyre, Pierre Boivin et Serge Sanzelle
p. 99-107

Résumés

D’épais dépôts d’une formation pyroclastique inconnue auparavant ont été repérés sporadiquement au centre de la Chaîne des Puys. Avec une lithologie polygénique, cette formation a un caractère phréatomagmatique. Le magma juvénile est une trachy-andésite (latite) à phénocristaux d’amphibole, pyroxène et feldspath. La datation de ces dépôts par thermoluminescence, en 4 sites distincts, donne un âge moyen de 13,6 ± 1,0 ka. Leur suivi au sol conduit à l’hypothèse que ces pyroclastites sont issues du cratère nord-est du Montchié, volcan cartographié jusqu’à présent en cône strombolien à cratères multiples et magma basaltique sensu lato. La situation stratigraphique de la formation sur le volcan suggère qu’elle appartient à sa dernière phase éruptive, ce qui est corroboré par un relevé LiDAR sur lequel il est possible d’inférer la chronologie relative des différents cratères. Le Montchié est donc un volcan moins simple que le schéma actuellement admis. L’éruption identifiée ici fournit un nouveau jalon dans la construction complexe du centre de la Chaîne des Puys au Pléistocène supérieur.

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1La Chaîne des Puys (Massif Central français) est une province volcanique constituée d’environ 80 édifices alignés sur un axe nord-sud, sur une trentaine de kilomètres de longueur, sur le horst cristallin du Plateau des Dômes (Boivin et al., 2009). Ce dernier est limité à l’est par la faille de Limagne et, à l’ouest, par la vallée de la Sioule (fig. 1). La Chaîne des Puys est essentiellement constituée de volcans monogéniques présentant une grande variété de formes, expression d’une série magmatique alcaline complète du basalte au trachyte et à la rhyolite. La diversité des compositions est principalement expliquée par une cristallisation fractionnée dans des réservoirs intermédiaires où le magma a pu séjourner plus ou moins longtemps au cours de son ascension (cf. références in Villemant et al. (1980) et Boivin et al. (2009)). Les morphologies des volcans ont été contrôlées par plusieurs facteurs dont certains sont partiellement liés : la nature du magma et sa viscosité, la dynamique des éruptions, la topographie préexistante et, enfin, la présence éventuelle d’eau souterraine, celle-ci ayant pu provoquer des éruptions phréatomagmatiques.

2La Chaîne des Puys reste encore mal connue car les possibilités d’observation du sous-sol sont limitées par un couvert végétal dense et par la rareté des affleurements naturels ou d’origine anthropique. Ainsi, le Montchié (autres orthographes : Montchier, Montcheix. fig. 1) était jusqu’à présent décrit comme un cône strombolien à cratères multiples et à magma basaltique sensu lato (Boivin et al., 2009). Or, de nouvelles observations conduisent à remettre en question ce schéma. Dans un premier temps, nous avons caractérisé une formation pyroclastique inconnue auparavant, découverte dans une petite carrière située à l’ouest du Puy de Dôme (site de Terrenoire, figs. 1, 2 & 3), puis la recherche systématique de la même formation (dénommée TN) en différents lieux a conduit à l’hypothèse qu’elle a eu le Montchié pour origine. L’article qui suit développe ces études et en commente les résultats.

Fig. 1 : Carte générale de situation.

Fig. 1 : Carte générale de situation.

Encadré : environnement géologique du puy de Montchié, d’après Boivin et al. (2009). 1/ cône basaltique (puy des Grosmanaux) ; 2/ cônes trachy-basaltiques (puy Salomon, au nord, et Montchié, au centre) ; 3/ cône trachy-andésitique (puy de Laschamp) ; 4/ coulée de basalte ; 5/ coulée de trachy-basalte ; 6/ dépôts pyroclastiques indifférenciés.

2 - La formation de Terrenoire (TN)

2.1 - La coupe éponyme

3C’est dans la coupe de Terrenoire que la formation éponyme est la plus développée (fig. 3). De plus, elle s’y insère dans une séquence téphrostratigraphique incluant plusieurs téphras distincts. Les autres coupes connues sont qualitativement moins riches ou bien elles ne sont pas ouvertes sur toute la hauteur de la formation.

4La succession des unités, depuis la base de la coupe, est la suivante :

5- sédiment sablo-argileux fin, emballant des blocs de trachy-basalte (hawaïte). La partie terminale de ce niveau (sur quelques centimètres d’épaisseur) contient de rares micro-restes charbonneux. Ce sont des brindilles d’angiospermes monocotylédones et des formes fongiques non déterminables (Manon Cabanis, com. pers.). Une mesure 14C (AMS) sur de tels micro-charbons a conduit au résultat suivant : 12 070 ± 220 BP (ANNUA-31428, Gif 50024), ce qui correspond à un âge dans l’intervalle 14,9-13,5 ka (l’âge conventionnel a été corrigé avec le logiciel RenDate de Lanos et Dufresne (2012), utilisant la courbe IntCal09 de Reimer et al. (2009). L’âge est compté à partir de 2012 et l’intervalle de confiance est de 95 %, comme pour toutes les datations citées dans cet article). Pour simplifier l’expression de l’âge - car la distribution des probabilités n’est pas gaussienne - il peut être ramené à un âge médian, soit : 14,2 ± 0,7 ka. Le sédiment proche de la surface contient aussi des fragments millimétriques de lave trachytique pouvant être rapportée au puy Clierzou ou à l’Aumône (cf. fig. 1). Les trachytes de ces dômes, non datés, ne sont pas distinguables l’un de l’autre actuellement ;

6- formation de cendres et lapilli fortement litée, avec certaines couches biseautées. La nature des lapilli (morphologie, chimie et paragénèse) permet de les rapporter au puy de Côme (Miallier et al., 2008), âgé de 13,7 ± 0,9 ka (Miallier et al., 2012) ;

7- formation TN. Sa base est constituée de lapilli centimétriques lithiques (accidentels et accessoires) et polylithologiques (socle, scories rouges, basalte) et de lave juvénile moyennement à très vésiculée. Le haut de la séquence montre des lits réguliers alternés de lapilli pluri-millimétriques, globalement de même composition que ceux de la base, avec des variations dans la granulométrie et dans les proportions des divers constituants ;

8- sol actuel, dont la base contient quelques rares lapilli d’un trachyte à amphibole attribuable au Vasset (9,2 ± 0,4 ka) ou au Kilian (9,4 ± 0,2 ka), volcans ayant une aire de dispersion commune et dont les laves sont indiscernables l’une de l’autre (Michon, 1995 ; Miallier et al., 2012).

2.2 - Répartition géographique et description des produits de la formation de Terrenoire

9La partie supérieure de la formation observée à Terrenoire, d’aspect visuel assez caractéristique, a été repérée en différents secteurs du centre de la Chaîne des Puys (fig. 2), mais l’identification de chaque dépôt n’a été validée qu’après analyse.

10La granulométrie de TN est monomodale, très légèrement dissymétrique (fig. 4 & tab. 1). Les lapilli comprennent les éléments caractéristiques suivants :

11- A/ Ponces vitreuses colorées (jaunâtres, roses, rougeâtres), rares et cantonnées à la base de la formation ; certaines sont rubanées ;

12- B/ Granules faiblement scoriacés, gris, à texture micro-vésiculée, à amphibole (abondante), pyroxènes (plus ou moins agglomérés) et feldspaths plagioclases (plus ou moins déstabilisés). Cette paragenèse est celle d’une trachy-andésite ;

13- C/ Granules anguleux (clastes), peu ou non vésiculés, de trachy-andésite à paragénèse identique à B ;

14- D/ Granules anguleux (clastes) de trachy-basalte ou basalte à olivine et pyroxène ;

15- E/ Scories bulleuses rouges ;

16- F/ Socle (grains de quartz, roches cristallines grenues, grès, cornéennes…).

17Les grains d’aspect juvénile (A, B, C) sont riches en inclusions appartenant aux catégories D, E et F.

18La composition chimique de lapilli sélectionnés visuellement pour leur absence de xénolithes (classes A, B, C) est variée (fig. 5 & tab. 2). Les lapilli vésiculés sont dans le champ des trachy-andésites, ce qui corrobore le diagnostic pétrographique. Seule une ponce présente une composition de trachyte (C437B-P4 ; tab. 2). Des lapilli compacts et anguleux (clastes), ont une composition de trachy-basalte.

19Sur la pente est du puy Montchié (étoile ; fig. 2), une coupe embryonnaire fournit des lapilli et des bombes trempées pluri-centimétriques, parfois en chou-fleur, très riches en inclusions macroscopiques, entre autres de scorie rouge (fig. 6).

20Localement (site de la Fontaine du Loup ; fig. 2), la séquence se termine par un lit (35 cm de puissance) de cendres purement magmatiques, de composition identique à celle des lapilli d’aspect juvénile dans la formation TN (échantillon C 658 ; tab. 2).

21Le risque de confondre et d’attribuer à une seule éruption des téphras d’origines différentes est minime. Dans la région, sont connus seulement deux autres téphras appartenant à la même période chronostratigraphique que TN (entre 10 et 15 ka, environ), et présentant quelques caractères communs, à savoir une composition polylithologique et un magma juvénile trachy-andésitique : la formation associée à l’anneau initial du Pariou (El Arabi, 1987 ; Miallier et al., 2008 ; Boivin et al., 2009) et le téphra CF4 identifié en Limagne et sur ses marges (Vernet & Raynal, 2000 ; Vernet, 2011). Seul le premier est susceptible de présenter une petite aire de répartition commune avec le téphra TN, à l’ouest du Puy de Dôme, dans le secteur de Terrenoire. Or, dans ce secteur, la formation du Pariou est toujours initiée par une couche décimétrique de ponces claires surmontée d’une couche décimétrique noire très riche en clastes vitrifiés (Miallier et al., 2008). La formation CF4 se distingue de celle de TN par sa teneur en alcalins et par ses minéraux caractéristiques, l'olivine et le clinopyroxène (Vernet, 2011).

Fig. 2 : Carte centrée sur le puy de Montchié.

Fig. 2 : Carte centrée sur le puy de Montchié.

Taches grisées : dépôts connus du téphra de Terrenoire. Étoile : affleurement présentant des bombes trempées pluri-centimétriques, parfois en chou-fleur. Cartouches : résultats de datation par thermoluminescence (2σ).

Fig. 3 : Log synthétique de Terrenoire.

Fig. 3 : Log synthétique de Terrenoire.

Le substratum est composé de sédiments argileux emballant des blocs scoriacés de trachy-basalte. Il contient des grains millimétriques de trachyte issus du Cliersou ou de l’Aumône. Étoile : micro-charbons végétaux dont l’âge 14C corrigé médian est de 14,2 ± 0,7 ka (cf. texte). Longueur de la pelle (pour l’échelle) : 110  cm.

2.3 - Interprétation et origine de la formation

22La médiane et l’indice de tri des lapilli de la base du dépôt (C 437-B ; tab. 1 & fig. 4) suggèrent une mise en place sous forme de retombées (Fisher & Schmincke, 1984), ce qui est corroboré par le litage régulier observé sur le terrain (fig. 3), tandis que les mêmes paramètres situent la partie supérieure du dépôt au niveau des retombées, mais proche de celui des déferlantes (Fisher & Schmincke, 1984 ; Cas & Wright, 1992). Les deux échantillons sont mal classés (indice de tri compris entre 2 et 4). Leur indice de symétrie (skewness compris entre 0,1 et -0,1), témoigne d’une distribution proche de la symétrie, cependant la légère asymétrie décelable visuellement (fig. 4) traduirait un fractionnement lié à un mécanisme phréatomagmatique (Fischer & Schmincke, 1984). Un tel mécanisme peut aussi être déduit de la lithologie polygénique des dépôts, de la richesse des lapilli juvéniles en inclusions xénolithiques et de la présence de bombes trempées. La suraccumulation des produits derrière des reliefs ou dans des dépressions (carrière de Terrenoire et carrière du puy de Barme) peut indiquer une composante latérale de la mise en place. Malheureusement, les mauvaises conditions d’observation de la formation étudiée (rareté et faible développement des affleurements utiles) ne permettent pas d’établir les cartes de répartition (isopaques et isoplèthes) nécessaires à une étude de la dynamique de dispersion de ces produits.

23Le lit supérieur de cendres juvéniles (C-658 ; tab. 2) observé à la Fontaine du Loup, qui se place dans la continuité de la formation TN et qui a la même composition chimique (lapilli juvéniles), pourrait être attribué au même volcan ; dans ce cas, il serait imputable à une fin d’éruption purement magmatique. Le fait que cet échantillon soit l’un des moins différenciés, tandis que l’échantillon le plus différencié (C437B-P4 ; tab. 2) a été recueilli à la base de la formation TN, peut suggérer une zonation de la chambre magmatique, phénomène commun dans la Chaîne des Puys, à l’exemple du Pariou et de la Nugère (Boivin et al., 2009 ; Vernet & Raynal, sous presse). Toutefois, l’étalement observé des compositions intermédiaires (fig. 5) n’est apparemment pas lié à une logique stratigraphique. Il faudrait davantage d’analyses pour préciser ce point.

24La concentration des dépôts au voisinage du Montchié, l’augmentation de la taille des lapilli et la présence de bombes trempées au voisinage de son cratère nord-est (lieu-dit Lolette ; fig. 7, D) suggèrent que ce cratère est la source de la formation TN (N.B. : la carte de répartition est fortement biaisée par le manque d’affleurements). Cette hypothèse est renforcée par le fait que la composition chimique de fragments laviques et de scories rouges prélevés à Terrenoire est identique à celle de la lave massive et des scories rouges formant le rebord du cratère (échantillons C668 Sr, C674, et C672 ; tab. 2). Les très mauvaises conditions d’observation au niveau des cratères B, B’ et C (boisement très dense, aucun affleurement) ne permettent cependant pas de caractériser ces trois cratères. Le cratère égueulé A présente quelques affleurements de scories rouges à faciès de cœur de cône dont la composition permet de confirmer une nature basaltique (fig. 5).

Tab. 1 : Paramètres de granulométrie pour le niveau de base de la formation TN (C437-B) et le niveau supérieur (C437).

Tab. 1 : Paramètres de granulométrie pour le niveau de base de la formation TN (C437-B) et le niveau supérieur (C437).

Skewness : paramètre de symétrie ; kurtosis : coefficient d’aplatissement.

Fig. 4 : Distribution granulométrique du téphra TN dans la coupe de Terrenoire.

Fig. 4 : Distribution granulométrique du téphra TN dans la coupe de Terrenoire.

Pourcentage de la masse en fonction du diamètre de la maille (paramètre Phi). Carré vide : base de la formation ; losange plein : milieu de la formation

analyses S. Jannot

Tab. 2 : Composition élémentaire des produits du téphra TN (en % massique).

Tab. 2 : Composition élémentaire des produits du téphra TN (en % massique).

Toutes les analyses ont été effectuées par ICPMS au CRPG (CNRS, Vandoeuvre-lès-Nancy). CN : cendres noires ; P : ponce ; L : lave massive ; Lm : lave micro-vésiculée ; SR : scorie rouge. TN : site de Terrenoire ; FL : la Fontaine du Loup ; B : Barme ; L : cratère de Lolette ; M : flancs du Montchié.

Fig. 5 : Distribution des compositions chimiques dans un diagramme TAS (classification IUGS).

Fig. 5 : Distribution des compositions chimiques dans un diagramme TAS (classification IUGS).

Lolette : échantillons prélevés au bord du cratère D. Fontaine du Loup : cendres noires sus-jacentes à la formation TN (C667a). Les symboles ouverts représentent des lapilli de la formation TN. Carrés noirs : échantillons provenant des cônes du Montchié, hors cratère D, le cratère sud étant représenté par les 3 points les plus basiques.

Fig. 6. Bombes trempées.

Fig. 6. Bombes trempées.

Diamètre maximum : environ 9 cm. Origine : étoile sur la figure 2.

3 - Datations relative et radiométrique

25En stratigraphie, les seuls produits volcaniques ayant été observés au-dessus de la formation TN sont attribuables au Kilian ou au Vasset. Le relevé LiDAR du Montchié met en évidence plusieurs cratères dont certains se recoupent (fig. 7). L’analyse des recoupements supporte l’hypothèse que les cratères A, B, C et D se succèdent dans cet ordre (A étant le plus ancien). B’ est visiblement plus récent que A et B, mais sa situation par rapport aux autres n’est pas certaine et n’a pas pu être vérifiée par téphrostratigraphie. Une datation directe des dépôts a pu être réalisée par la méthode de la thermoluminescence appliquée aux xénolites de quartz (tab. 3). Quatre âges concordants ont été obtenus pour quatre sites distincts (fig. 2). La moyenne des âges est 13,6 ± 1,0 ka (le calcul de l’incertitude prend en compte le fait que certaines causes d’erreurs systématiques sont communes aux 4 séries de mesures). L'une des principales sources d'incertitude est notre méconnaissance de la teneur moyenne en humidité du milieu depuis sa mise en place. En effet, l'eau joue à la fois comme absorbeur des rayonnements ionisants et comme véhicule des radioéléments solubles (radium et potassium 40). Incidemment, l’excellente reproductibilité des résultats (teneurs en radioéléments et âges) d’un site à l’autre conforte l’hypothèse d’une même origine. L’âge moyen obtenu est cohérent avec la chronostratigraphie (fig. 3) et permet de contraindre celui du puy de Côme pour lequel plusieurs datations sont déjà disponibles par ailleurs (cf. discussion in Miallier et al., 2012).

26La formation TN repose sur le flanc sud du puy de Barme dont une coulée a été datée par la thermoluminescence des feldspaths à 11,9 ± 2,4 ka (CP 112 ; Guérin, 1983). Compte tenu de leurs incertitudes respectives, les deux datations (TN et Barme) ne sont pas incompatibles avec la téphrostratigraphie qui prouve l’antériorité du puy de Barme. En effet, un calcul statistique effectué sur la base des résultats numériques indique que la probabilité pour que le puy de Barme soit plus ancien que la formation TN est d’environ 20 % (calcul effectué avec le logiciel RenDate de Lanos et Dufresne, 2012).

4 - Discussion et conclusions

27Le Montchié s’avère différent du seul modèle, sommaire, actuellement proposé (cf. carte in Boivin et al., 2009) et plus complexe : (1) il comprend au moins une phase trachy-andésitique, alors qu’il était auparavant considéré comme entièrement trachy-basaltique, et (2) il achève sa construction, essentiellement strombolienne et marquée par des déplacements de l’évent, par une éruption phréatomagmatique et probablement un modeste évènement purement magmatique en toute fin de cycle.

28Il conviendra par la suite de reprendre en détail l’étude du volcan pour déterminer la nature du magma associé aux différents cratères et pour établir leur chronologie relative par téphrostratigraphie. Cette étude devra aussi se pencher sur la morphologie irrégulière du cratère D (fig. 7), pour tenter d’en interpréter la signification. Mais, d’ores et déjà, le Montchié apparaît intéressant à plusieurs titres. Le déplacement de ses cratères suggère l’existence d’une fissure éruptive dont la direction approximative, N350°, suit un axe assez commun dans la Chaîne des Puys (cf. carte in Boivin et al., 2009). Cependant, le changement de magma d’un cratère à l’autre, s’il était confirmé, poserait un problème d’interprétation car la logique des vidanges de chambres zonées conduit à une évolution vers des magmas de plus en plus différenciés, à l’exemple du Lantégy, du Pariou et de la Nugère (Boivin et al., 2009 ; Vernet & Raynal, sous presse). Ces magmas sont donc habituellement les premiers à sortir. Il ne faut pas, par ailleurs, exclure l’hypothèse de systèmes volcaniques distincts ayant fonctionné successivement au même endroit ; un tel scénario est bien représenté dans la Chaîne des Puys, comme par le Puy de Dôme, dôme trachytique érigé au milieu de cônes trachy-basaltiques. Enfin, une originalité du Montchié est l’occurrence d’une phase phréatomagmatique au sommet et en fin de construction d’un édifice strombolien. En effet, classiquement pour ce type de petits volcans monogéniques, la phase phréatomagmatique se produit au tout début d’une séquence éruptive, au moment où le premier magma ascendant rencontre l’eau près de la surface. Les exemples sont nombreux dans la Chaîne des Puys (puys de Tressous, Vichatel, Charmont, La Rodde ; fig. 1). Le seul autre volcan de type strombolien actuellement connu pour présenter une éruption phréatomagmatique tardive est le puy de la Toupe, probablement installé, lui aussi, sur une fissure, au sud de la Chaîne des Puys (Boivin et al., 2009). D’une part, cela pose une question quant au mécanisme impliqué et, d’autre part, cela montre qu’une phase éruptive fortement explosive peut encore intervenir sur un volcan de ce type, alors qu’elle n’est plus attendue. Pour ces raisons, la dernière éruption serait plus vraisemblablement celle d’un nouveau volcan installé sur un édifice ancien.

29La formation de téphra TN peut constituer un repère chronostratigraphique dans le centre de la Chaîne des Puys, sous réserve qu’elle soit bien distinguée des formations d’âge comparable (pléistocène supérieur) et de même nature (lapilli polylithologiques à magma juvénile de trachy-andésite). En l’état actuel des connaissances, le risque de confusion est faible. Enfin, l’éruption identifiée ici constitue un nouveau jalon dans l’évolution volcanique complexe du centre de la Chaîne des Puys.

Fig. 7 : Relevé LiDAR centré sur le puy de Montchié (CRAIG - GeoPhenix 2011). Les cratères sont nommés de A à D dans l’ordre chronologique hypothétique (A étant le plus ancien).

Fig. 7 : Relevé LiDAR centré sur le puy de Montchié (CRAIG - GeoPhenix 2011). Les cratères sont nommés de A à D dans l’ordre chronologique hypothétique (A étant le plus ancien).
Haut de page

Bibliographie

BOIVIN P., BESSON J.-C., BRIOT D., CAMUS G., DE GOËR DE HERVÉ A., GOURGAUD A., LABAZUY P., LANGLOIS E.-P., DE LAROUZIERE F.-D., LIVET M., MERGOIL J., MIALLIER D., MOREL J.-M., VERNET G. & VINCENT P., 2009 - Volcanologie de la Chaîne des Puys, 5e édition, carte et fascicule. Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne, Aydat, 196 p.

CAS R.A.F. & WRIGHT J.V., 1992 - Volcanic successions: modern and ancient. A geological approach to processes, products, and successions. Chapman & Hall, London, 528 p.

COURTINE F., PILLEYRE T., SANZELLE S. & MIALLIER D., 2008 - Ge well detector calibration by means of a trial and error procedure using the dead layers as a unique parameter in a Monte Carlo simulation. Nuclear Instruments & Methods in Physics Research. Section A, Accelerators, Spectrometers, Detectors and associated Equipment, 596 (2), 229-234.

El ARABI A., 1987 - Différenciation d’une série alcaline continentale : exemple du Puy de Pariou (Chaîne des Puys, Massif Central français). Mémoire de Master, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 50 p.

FAÏN J., SOUMANA S., MIALLIER D., MONTRET M., PILLEYRE T. & SANZELLE S., 1999 - Beta-dose attenuation for various shapes calculated by a Monte-Carlo method. Quaternary Science Reviews, 18 (2), 231-234.

FISCHER R.V. & SCHMINCKE H.-U., 1984 Pyroclastic rocks. Springer Verlag, Berlin, Heidelberg, New York & Tokyo, 472 p.

GUÉRIN G., 1983 La thermoluminescence des plagioclases, méthode de datation du volcanisme. Applications au domaine volcanique français : Chaîne des Puys, Mont Dore et Cézallier, Bas-Vivarais. Thèse de Doctorat, Université Paris 6 Pierre et Marie Curie, Paris, 258 p.

GUÉRIN G., MERCIER N. & ADAMIEC G., 2011 - Dose-rate conversion factors: update. Ancient TL, 29 (1), 5-8.

LANOS P. & DUFRESNE P., 2012 - Modélisation statistique bayésienne des données chronologiques. In S. Archambaud de Beaune & H.-P. Francfort (dir.), L'Archéologie à découvert. CNRS Editions, Paris, 238-248.

MIALLIER D., FAÏN J., MONTRET M., PILLEYRE T., SANZELLE S. & SOUMANA S., 1991 - Properties of the red TL peak of quartz relevant to thermoluminescence dating. International Journal of Radiation Applications and Instrumentation. Part D. Nuclear Tracks and Radiation Measurements, 18 (1-2), 89-94.

MIALLIER D., BOIVIN P., PILLEYRE T., CHOUPIN L., MALTERRE D. & SANZELLE S., 2008 - Les téphras du Pariou (Chaîne des Puys, France) : nouvelles observations sur la dispersion proximale, apports téphrostratigraphiques. Quaternaire, 19 (2), 87-96.

MIALLIER D., PILLEYRE T., SANZELLE S., BOIVIN P. & LANOS P., 2012 - Revised chronology of the youngest volcanoes of the Chaîne des Puys (French Massif Central). Quaternaire, 23 (4), 283-290.

MICHON L., 1996 Le Cratère Kilian et le Puy Vasset : mécanismes éruptifs et distinction des produits proximaux et distaux. Comparaison avec le cratère-lac Pavin et le Puy Chopine. Mémoire de Master, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 20 p.

MONTRET M., MIALLIER D., SANZELLE S., FAÏN J., PILLEYRE T. & SOUMANA S., 1992 - TL dating in the holocene using red TL from quartz. Ancient TL, 10 (3), 33-36.

PILLEYRE T., MONTRET M., FAÏN J., MIALLIER D. & SANZELLE S., 1992 - Attempts at dating ancient volcanoes using the red TL of quartz. Quaternary Science Reviews, 11 (1-2), 13-17.

REIMER P., BAILLIE M., BARD E., BAYLISS A., BECK J., BERTRAND C., BLACKWELL P., BUCK C., BURR G., CUTLER K., DAMON P., EDWARDS R., FAIRBANKS R., FRIEDRICH M., GUILDERSON T., HOGG A., HUGHEN K., KROMER B., McCORMAC G., MANNING S., RAMSEY C., REIMER R., REMMELE S., SOUTHON J., STUIVER M., TALAMO S., TAYLOR F., VAN DER PLICHT J. & WEYHENMEYER C., 2004 - INTCAL04 Terrestrial radiocarbon age calibration, 0-26 CAL kyr BP. Radiocarbon, 46 (3), 1029-1058.

SANZELLE S., MIALLIER D., PILLEYRE T., FAÏN J. & MONTRET M, 1996 - A new slide technique for regressing TL/ESR dose response curves. Radiation Measurements, 26 (4), 631-638.

VERNET G. & RAYNAL J.-P., 2000 - Un cadre téphrostratigraphique réactualisé pour la préhistoire tardiglaciaire et holocène de Limagne (Massif-Central, France). Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Série 2. Sciences de la Terre et des Planètes, 330 (6), 399-405.

VERNET G., 2011 - Les dépôts pyroclastiques distaux : caractérisation, établissement de téphrostratigraphies de référence, taphonomie et relations homme/volcan. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 584 p.

VERNET G. & RAYNAL J.-P., sous presse - Un volcan et des hommes à la fin des temps glaciaires : le Puy de la Nugère (Massif Central français). In 1904-2004 : Un siècle de préhistoire et de protohistoire dans le Massif central : bilans et perspectives : Colloque les 22, 23, 24 octobre 2004 : CDDP de Haute-Loire et Musée Crozatier : Résumés des communications. 40.

VILLEMANT B., JORON J.-L., JAFFREZIE H., TREUIL M., MAURY R.-C. & BROUSSE R., 1980 - Cristallisation fractionnée d’un magma basique alcalin : la série de la Chaîne des Puys (Massif Central, France). II. Géochimie. Bulletin de la Société Française de Minéralogie et de Cristallographie, 103 (2), 267-286.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte générale de situation.
Légende Encadré : environnement géologique du puy de Montchié, d’après Boivin et al. (2009). 1/ cône basaltique (puy des Grosmanaux) ; 2/ cônes trachy-basaltiques (puy Salomon, au nord, et Montchié, au centre) ; 3/ cône trachy-andésitique (puy de Laschamp) ; 4/ coulée de basalte ; 5/ coulée de trachy-basalte ; 6/ dépôts pyroclastiques indifférenciés.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 2 : Carte centrée sur le puy de Montchié.
Légende Taches grisées : dépôts connus du téphra de Terrenoire. Étoile : affleurement présentant des bombes trempées pluri-centimétriques, parfois en chou-fleur. Cartouches : résultats de datation par thermoluminescence (2σ).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-2.png
Fichier image/png, 311k
Titre Fig. 3 : Log synthétique de Terrenoire.
Légende Le substratum est composé de sédiments argileux emballant des blocs scoriacés de trachy-basalte. Il contient des grains millimétriques de trachyte issus du Cliersou ou de l’Aumône. Étoile : micro-charbons végétaux dont l’âge 14C corrigé médian est de 14,2 ± 0,7 ka (cf. texte). Longueur de la pelle (pour l’échelle) : 110  cm.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-3.png
Fichier image/png, 216k
Titre Tab. 1 : Paramètres de granulométrie pour le niveau de base de la formation TN (C437-B) et le niveau supérieur (C437).
Légende Skewness : paramètre de symétrie ; kurtosis : coefficient d’aplatissement.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 4 : Distribution granulométrique du téphra TN dans la coupe de Terrenoire.
Légende Pourcentage de la masse en fonction du diamètre de la maille (paramètre Phi). Carré vide : base de la formation ; losange plein : milieu de la formation
Crédits analyses S. Jannot
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Titre Tab. 2 : Composition élémentaire des produits du téphra TN (en % massique).
Légende Toutes les analyses ont été effectuées par ICPMS au CRPG (CNRS, Vandoeuvre-lès-Nancy). CN : cendres noires ; P : ponce ; L : lave massive ; Lm : lave micro-vésiculée ; SR : scorie rouge. TN : site de Terrenoire ; FL : la Fontaine du Loup ; B : Barme ; L : cratère de Lolette ; M : flancs du Montchié.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-6.png
Fichier image/png, 135k
Titre Fig. 5 : Distribution des compositions chimiques dans un diagramme TAS (classification IUGS).
Légende Lolette : échantillons prélevés au bord du cratère D. Fontaine du Loup : cendres noires sus-jacentes à la formation TN (C667a). Les symboles ouverts représentent des lapilli de la formation TN. Carrés noirs : échantillons provenant des cônes du Montchié, hors cratère D, le cratère sud étant représenté par les 3 points les plus basiques.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-7.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 6. Bombes trempées.
Légende Diamètre maximum : environ 9 cm. Origine : étoile sur la figure 2.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-8.png
Fichier image/png, 93k
Titre Fig. 7 : Relevé LiDAR centré sur le puy de Montchié (CRAIG - GeoPhenix 2011). Les cratères sont nommés de A à D dans l’ordre chronologique hypothétique (A étant le plus ancien).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6512/img-9.png
Fichier image/png, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Miallier, Thierry Pilleyre, Pierre Boivin et Serge Sanzelle, « L’éruption phréatomagmatique du Montchié, chaîne des puys, Massif Central français (13,6 ± 1,0 ka) », Quaternaire, vol. 24/2 | 2013, 99-107.

Référence électronique

Didier Miallier, Thierry Pilleyre, Pierre Boivin et Serge Sanzelle, « L’éruption phréatomagmatique du Montchié, chaîne des puys, Massif Central français (13,6 ± 1,0 ka) », Quaternaire [En ligne], vol. 24/2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6512 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6512

Haut de page

Auteurs

Didier Miallier

Clermont Université, Université Blaise Pascal, CNRS/IN2P3, Laboratoire de Physique Corpusculaire, BP 10448, 63000 Clermont‑Ferrand, France. Courriel : miallier@clermont.in2p3.fr

Articles du même auteur

Thierry Pilleyre

Clermont Université, Université Blaise Pascal, CNRS/IN2P3, Laboratoire de Physique Corpusculaire, BP 10448, 63000 Clermont‑Ferrand, France. Courriel : Thierry.pilleyre@univ‑bpclermont.fr

Articles du même auteur

Pierre Boivin

 Clermont Université, Université Blaise Pascal, Laboratoire Magmas et Volcans, CNRS/INSU, 5 rue Kessler, 63000, Clermont-Ferrand, France. Courriel : P.Boivin@opgc.univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Serge Sanzelle

Clermont Université, Université Blaise Pascal, CNRS/IN2P3, Laboratoire de Physique Corpusculaire, BP 10448, 63000 Clermont‑Ferrand, France. Courriel : serge.sanzelle@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org