Navigation – Plan du site

Les cinquante ans de l’AFEQ

Jean-Claude Miskovsky, Marie-Thérèse Morzadec‑Kerfourn et Jean Sommé

Résumé

L’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (AFEQ) existe depuis 1962. L’occasion pour nous de présenter le bilan de ses cinquante années d’activités et de publications.

Haut de page

Texte intégral

1 - Contexte dans lequel a été fondée l’AFEQ

1En 1961, s’est tenu en Pologne, à Varsovie, le sixième congrès international de l’Union Internationale pour l’Etude du Quaternaire (INQUA), qui a lieu tous les quatre ans. C’est au cours de ce congrès que les participants français ont constaté un retard scientifique sensible de notre pays dans les études sur le Quaternaire. Cette constatation avait paru d’autant plus regrettable que la France est un pays privilégié par la diversité des phénomènes continentaux, marins et climatiques qui caractérisent le Quaternaire et que la France est un pays pionnier pour l’étude de la Préhistoire, avec de nombreux témoins de la présence de l’homme et de son évolution culturelle.

2C’est au retour du congrès de Varsovie, qu’à l’initiative de Mireille Ters et de Pierre Bellair, s’est réuni, à Paris, un groupe de chercheurs de disciplines variées dont : Henriette Alimen, Pierre Biberson, Frank Bourdier, André Cailleux, Jean Dresch, Henri Elhaï, Bernard Gèze, Fernand Joly, Michel Léger et Fernand Verger. Cette première réunion a permis de lancer l’idée d’un regroupement en une association loi de 1901, de chercheurs de toutes disciplines : géographes, géologues, pédologues, préhistoriens, etc…, qui devait aboutir à l’élaboration de programmes, à la confrontation des méthodes et des résultats obtenus en vue de leur publication. Déjà se profilait l’idée de proposer la candidature de la France et de Paris pour la tenue du huitième congrès international de l’INQUA pour 1969 (le septième congrès étant déjà programmé pour 1965 aux Etats-Unis).

3C’est ainsi qu’est née et a été officialisée l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, avec comme sigle AFEQ. Pour diverses raisons pratiques, il a été décidé que le siège de cette association serait à Paris, dans le laboratoire de Géologie SPCN que dirigeait Pierre Bellair. Ce choix présentait l’avantage de bénéficier de l’infrastructure d’un laboratoire bien équipé pour l’époque et adapté : secrétariat, OFFSET, photocopieur, laboratoire photo, relieur, etc... Jean Dresch, directeur de l’Institut de Géographie, avait également mis à disposition son infrastructure pour compléter ce qui pouvait manquer.

4Il restait à constituer un conseil d’administration, élu en assemblée générale, ce qui fut fait rapidement. Pour la présidence, un consensus unanime s’est orienté sur le nom de Pierre Bellair (1910-1983). Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, naturaliste d’une grande culture générale, passionné d’aviation et de photographie, administrateur renommé, Pierre Bellair a réalisé une thèse très remarquée de doctorat d’état sur les formations du massif de l’Oisans. Mais très vite, il s’est orienté vers les études des formations quaternaires, s’intéressant en particulier aux formations glaciaires et à la sédimentation liée aux sites préhistoriques. Il a aussi été l’un des animateurs des premières missions françaises dans les îles Kerguelen, entre 1957 et 1965. Pour l’AFEQ, Pierre Bellair a été un fondateur très enthousiaste, dynamique et efficace (photo 1). Les postes de vice-président et de secrétaire de l’AFEQ furent confiés à deux géographes réputés : Fernand Verger et Henri Elhaï. Le poste de trésorier a été confié à Jean-Claude Miskovsky, doctorant, élève de Pierre Bellair, installé dans le même laboratoire, ce qui facilitait les contacts avec l’équipe de direction. Enfin il était prévu dans les statuts que le conseil d’administration et le bureau seraient renouvelés tous les deux ans en respectant une alternance des disciplines, sans oublier les collègues de l’ensemble des universités françaises.

Photo 1 : Pierre Bellair (1910-1983), premier président de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire.

Photo 1 : Pierre Bellair (1910-1983), premier président de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire.

2 - Essor de l’association - évolution de l’organisation

5Si 1962 est la date de naissance de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, l’année 1964 marque le début de l’essor de l’association qui « après deux ans d’enfance fait paraître son premier bulletin » (Bellair, 1964), lequel bulletin, avec son troisième numéro, prend une plus belle forme imprimée que les deux premiers produits à l’Institut de Géographie de Paris.

6La publication d’une revue étant source d’audience pour une société savante, le nombre d’adhérents de l’AFEQ a rapidement augmenté, passant d’environ 160 à ses débuts à 334 dès 1971 (Bourdier, 1971) pour atteindre ensuite un chiffre de 350 jusque vers 1990. Les annuaires de l’AFEQ de 1977 et de 1990 accusent des totaux de 352 membres actifs, dont 15 % et 18 % d’étrangers. La proportion d’auteurs étrangers dans le Bulletin est du même ordre que celle des adhérents étrangers. C’est à partir de la fin du siècle que l’effectif total de l’AFEQ a diminué pour se maintenir autour de 300. Depuis 2000, le nombre d’adhérents oscille entre 285 et 315. Celui des abonnés se situe entre 425 et 450 ; s’il est en retrait par rapport aux années 1980 où il dépassait 500, le nombre d’organismes étrangers abonnés reste égal ou l’emporte sur celui des organismes français.

7Bon nombre d’adhérents de l’AFEQ ne sont pas seulement lecteurs du Bulletin, mais aussi auteurs de ses articles. On en compte 122, dans l’annuaire de 1977, ayant été auteurs dans les années antérieures, soit environ un tiers des adhérents. La proportion approche de la moitié dans l’annuaire de 1990 (158) ainsi qu’ultérieurement (par exemple, 148 dans l’effectif des personnes physiques de 2000).

8Contrairement à beaucoup de sociétés savantes nationales ou régionales, l’AFEQ a été et reste gérée d’une façon uniquement bénévole, sans secrétariat fixe. Il lui a fallu changer plusieurs fois l’article 3 de ses statuts qui précise le siège social de l’association : d’abord fixé au « Laboratoire de Géologie SPCN, 1 rue Guy-de-la-Brosse, Paris (5e) », puis en 1975 au « Laboratoire de Géologie 1, Tour 16, 4e étage, Université Pierre et Marie Curie, 4 place Jussieu, Paris (5e) », enfin en 1984 à la « Maison de la Géologie, 79 rue Claude Bernard, Paris (5e) ». Ceci s’est accompagné de la nécessité de changer plusieurs fois d’endroit pour le stockage des archives et surtout des bulletins invendus, le dernier déménagement venant d’avoir lieu à Meudon.

9Pour créer plus de souplesse, en vue de s’adapter aux aléas du fonctionnement administratif, le poste de secrétaire n’a plus été soumis à la loi des quatre années maximum, comme ceux du président et du vice-président. Au début, les secrétaires changeaient à chaque renouvellement du bureau : c’est le cas d’Henri Elhaï, de Michel Léger, de Pierre Biberson, de Jean Chavaillon et d’Annick Brun. A partir de 1978, la même personne occupe la charge plus longtemps : Josette Renault-Miskovsky (Institut de Paléontologie Humaine, Paris) de 1978 à 1983, Martine Clet (Centre de Géomorphologie du CNRS, Caen) de 1984 à 1993, David Lefèvre (Université, Lille, puis Montpellier) de 1994 à 2002, Catherine Ferrier (Université, Bordeaux) de 2002 à 2006, et depuis, Emmanuelle Defive (Université, Clermont-Ferrand).

10La stabilité du trésorier a été de beaucoup la plus grande, ce qui a permis d’assurer la santé financière et aussi, lorsqu’elle s’est trouvée compromise, de surmonter la crise. Il n’y a que quatre noms : Jean-Claude Miskovsky a exercé la fonction depuis la création de l’AFEQ jusqu’en 1981, suivi par René Desbrosse jusqu’en 1992, auquel ont succédé Jean-Pierre Coutard de 1992 à 2002, et, depuis cette date, Patrick Auguste.

11Parallèlement, l’AFEQ a trouvé hospitalité pour ses réunions à Paris, successivement rue Guy-de-la-Brosse, puis à l’Université de Paris VI, ensuite à l’Institut de Paléontologie Humaine, finalement à la Société Géologique de France. Ce dernier lieu paraît logique si on considère qu’une centaine de membres de l’AFEQ sont aussi adhérents de la SGF et y paient donc une cotisation qui, comme chacun sait, est assez onéreuse. A propos de réunions, il faut rappeler que jusqu’aux années 1970, l’AFEQ tenait chaque année, outre l’assemblée générale, quatre séances où étaient présentées des communications orales, publiées ensuite dans le Bulletin. L’abandon de cette pratique, dû au faible nombre de participants, d’ailleurs commun à beaucoup de sociétés, a été relayé en quelque sorte par la nouvelle habitude d’organiser régulièrement des colloques.

3 - Origine des adhérents et des responsables

12Créée essentiellement par des représentants des laboratoires de la région parisienne - ce qui explique ainsi que la première excursion organisée en 1964 par l’association se fit dans le centre du Bassin parisien - l’AFEQ est devenue rapidement véritablement nationale par l’adhésion des chercheurs et enseignants-chercheurs de ce qu’on appelait, à cette époque, la province. Dans les annuaires de 1977 et de 1990, les Parisiens représentent seulement environ un quart des adhérents ou un tiers si on ne tient compte que des membres français. Les quatre premiers présidents (Pierre Bellair, Lionel Balout, Fernand Joly, Bernard Gèze) sont ainsi tous de la région parisienne, ce qui n’est plus le cas ensuite. Sur les treize suivants, sept sont issus d’autres régions (Montpellier avec Madeleine Van Campo en 1972, Dijon avec Jean Chaline en 1976, Lille avec Jean Sommé en 1986, Caen avec Jean-Pierre Lautridou en 1990, Rennes avec Marie-Thérèse Morzadec-Kerfourn en 1994, Chambéry avec Gérard Nicoud en 1998, Montpellier de nouveau avec David Lefèvre en 2001) ; les six autres, parisiens, étant : Franck Bourdier en 1974, Michel Léger en 1980, Arlette Leroi-Gourhan en 1982, Josette Renault-Miskovsky en 1984, Nicole Limondin en 2004 et Pierre Antoine en 2007.

13Pour les directeurs de la publication, on observe un partage du même ordre avec la succession dans cette charge d’Henri Elhaï (Paris, 1964-1966), de Michel Léger (Paris, 1967-1979), de Jean Sommé (Lille, 1980-1986), de Jean-Laurent Monnier (Rennes, 1987-1992), de Jean-Claude Miskovsky (Tautavel, 1993-2000), de Pierre Antoine (Meudon, 2001-2004), de Jean-Jacques Bahain (Paris, 2005-2009) et, depuis, de Pascale Ruffaldi (Besançon). Pour le conseil d’administration, les choses sont encore plus nettes. Les « provinciaux » apparaissent timidement en 1972 et sont entre deux et quatre sur un total de douze membres statutaires jusqu’en 1982. A cette date, ils siègent pour la première fois en nombre égal avec les élus issus de l’Ile de-France et deviennent ensuite constamment majoritaires (8 à 10 membres sur 12).

14Il est intéressant d’observer que dans le Comité National Français de l’INQUA, dont les statuts autonomes dataient de 1975, les représentants des laboratoires parisiens étaient en 2000 beaucoup plus nombreux en proportion (40 %), surtout en ce qui concerne les membres qui n’appartenaient pas à l’AFEQ, lesquels formant le tiers des membres du CNF-INQUA dont le total des adhérents s’élevait alors à 141 (Lettres du CNF-INQUA 2000-1 & 2).

15Un autre aspect mérite d’être mentionné concernant le conseil d’administration de l’AFEQ pour illustrer une question qui est à l’ordre du jour de notre temps. C’est la parité femmes-hommes qui, presque atteinte dès 1982 (5 sur 12) sous la présidence d’Arlette-Leroi-Gourhan, s’impose finalement en 2006. Et le Conseil est maintenant dominé par la gent féminine (8 sur 12). Sur l’ensemble de la période (1962-2012), les élues constituent le tiers (24 sur un total de 73) alors que les adhérentes n’ont représenté au mieux qu’un quart (16 % de l’effectif des cotisants en 1977, 21 % en 1990 comme en 2000, 25 % actuellement). La proportion d’un tiers se retrouve aussi en moyenne dans la participation aux excursions, donc toujours supérieure à la proportion des adhérentes dans l’association. Cette proportion d’un tiers peut aussi être atteinte certaines années parmi les auteurs du Bulletin. Mais en moyenne cette proportion est de l’ordre de 25 % dans la période récente, depuis 2004, comme celle des adhérentes.

16L’originalité de l’AFEQ est certainement d’être une association multidisciplinaire. Le terme de « quaternariste », qui n’a pas d’équivalent pour les autres divisions des temps géologiques, comme le notait Pierre Bellair (1964), est la manifestation de cette « symbiose » nécessaire. Le but de ce fondateur de l’AFEQ était de « réunir les quaternaristes français », de « réunir les spécialistes de sciences apparemment disparates », de « jeter des ponts entre des domaines séparés ». Dès l’origine, l’AFEQ a été ainsi la réunion de géologues et de géographes, appartenant à l’époque aux Facultés des Sciences pour les uns et aux Facultés des Lettres pour les autres. Ce souci transparaît dans le Règlement intérieur adopté à l’assemblée générale de janvier 1963, où il est stipulé, à propos de l’élection des membres du Comité National Français de l’INQUA prévue dans les statuts de l’AFEQ, qu’il « est souhaitable que parmi les sept membres, il y ait deux géologues, deux géographes et trois spécialistes d’autres disciplines quaternaristes ». La même distinction apparaît encore lorsqu’en 1971 Franck Bourdier décrit l’AFEQ au Comité de Stratigraphie, en répartissant les 160 adhérents des débuts en « 68 géologues, 53 géographes, 26 préhistoriens et 13 membres d’origines diverses (dont 4 pédologues agronomes) » (Bourdier, 1971). Son inventaire pour les 334 membres actifs de 1971 est le suivant : 130 géologues, 125 géographes, 35 préhistoriens, 44 étudiants et amateurs divers. La proportion des géographes tend à diminuer ensuite (110 en 1997, 96 en 1990) alors que celle des préhistoriens augmente (50 en 1977, 62 en 1990). Si les géographes ne constituent au mieux qu’un tiers des membres de l’association, avec une participation à la revue du même ordre, il faut cependant souligner, comme le faisaient Franck Bourdier (1971) et Jean Chaline (1980), que le soutien financier du CNRS pour la revue a été dû constamment à l’avis favorable de la Commission de Géographie, surtout au moment où est apparue l’évaluation des revues par un système de notation en lettres.

4 - Organisation de séances spécialisées et de colloques

17L’activité de l’AFEQ, depuis sa création, a toujours été très étendue et diversifiée, consistant en l’édition d’un bulletin, l’organisation de réunions sur le terrain et de colloques.

18- Le bulletin trimestriel, dont le premier numéro, imprimé en offset à l’Institut de Géographie de Paris, daté de 1964 et paru en 1965, publie les travaux individuels ou collectifs, en français ou en anglais, dans des disciplines et thèmes variés. Ce bulletin est devenu très vite une des premières grandes revues françaises publiant les recherches sur le Quaternaire. Un comité de rédaction et de lecture international en assure la qualité. Pour en apprécier la notoriété, citons la date de 1994, lorsque le Comité National Français de Géologie, a organisé avec l’Académie des Sciences, sous la direction de Jean Dercourt, Secrétaire Perpétuel de l’Académie des Sciences, un groupe d’évaluation sur les périodiques français en Sciences de la Terre et que le Bulletin de l’AFEQ a été retenu parmi les neufs revues géologiques françaises sélectionnées. Un index a été publié et largement diffusé en France et à l’Etranger. Depuis, la revue est indexée à l’échelon international.

19- Parallèlement au bulletin, l’AFEQ, en étroite collaboration avec le CNF INQUA, a, dès le début, publié des volumes hors séries, à l’occasion des congrès internationaux de l’INQUA, et ceci jusqu’en 1981, date du congrès de Moscou.

20- L’activité internationale de l’AFEQ se traduit aussi dans l’organisation régulière de colloques spécifiques, organisés par l’AFEQ seule, à l’occasion des excursions annuelles, ou en collaboration avec d’autres institutions : Société Géologique de France, Société Préhistorique Française, Ecole des Mines de Paris, sous-commissions de l’INQUA, Universités, CNRS, UNESCO, Institut Géographique National, dans des villes différentes. Depuis 1994, cette activité s’est transformée en colloques périodiques, en moyenne tous les deux ans. Nous en sommes actuellement au colloque Q8, dont les actes font l’objet de la présente publication.

5 - Les excursions annuelles

21Dans les statuts de 1962 (article 2, Bulletin, 1966), l’AFEQ avait en particulier comme but l’organisation d’excursions. Cette mention sera ensuite supprimée, sans doute en raison de l’évidence de la chose puisque chaque année a été régulièrement organisée une excursion, si ce n’est en 1968 en raison des « événements ». L’importance attachée à cette réunion sur le terrain n’apparaît dans les faits que depuis 1976, année de l’excursion en Bourgogne où l’assemblée générale annuelle se tient au cours de l’excursion, sauf en 1979 et en 1984 où la réunion eut lieu à Paris. Ainsi figure dans les annales de l’AFEQ une liste pittoresque de villes et de villages de France et des pays voisins où se sont tenues les assemblées générales : Dijon (1976), Lille (1977), Cadarache (1978), Chenavel (1980), Vauvert (1981), Lannion (1982), Hengelhoef (1983), Ligueil (1985), Sireuil (1986), Rouen (1987), Jongieux (1988), Saint-Gaudens (1989), Sion (1990), Sophia Antipolis (1991), Neuwied (1992), Cap d’Agde (1993), Norwich (1994), Besse-en-Chandesse (1995), Soulac (1996), Lans-le-Villard (1997), Amiens (1998), Laragne (1999), Châmes (2000), Perpignan (2001), Charavines (2002), Saint-Jean-Pied-de-Port (2003), Le Puy-en-Velay (2004), Caselette (2005), Caen (2006), Saint-Dié (2007), Laredo (2008), Pas de la Case (2009), Agadir (2010), Crôts (2011). En effet quasiment toutes les régions de France ont été visitées, certaines plusieurs fois comme la Bretagne (1969, 1982), l’Auvergne (1966, 1973, 1995, 2004), la Normandie (1974, 1987, 2006), la Picardie (1974, 1998), les Alpes et l’avant-pays alpin (1978, 1988, 1997, 1999, 2002, 2005), les Pyrénées et le piémont (1975, 1989, 2001, 2003, 2009). L’AFEQ a aussi franchi les frontières pour des excursions mixtes (Nord de la France et Belgique en 1977; Pyrénées françaises et espagnoles en 1989 ; Alpes françaises et italiennes en 1991 et en 2005 ; Lorraine-Luxembourg-Allemagne en 2007). Au delà des frontières et aussi des mers eurent lieu des excursions entièrement à l’étranger : Campine en 1983 ; Suisse en 1990 ; Rhénanie en 1992 ; Angleterre en 1994 ; Espagne en 2008 ; Maroc en 2010. Ceci traduit bien la vocation internationale, illustrée par ailleurs par son Bulletin (devenu « international journal » en 1980), que s’était fixée l’AFEQ au cours de son évolution.

22L’importance des excursions s’est trouvée aussi confirmée par la tenue de colloques au début, ou au cours, de certaines d’entre elles. Ce fut le cas en 1974 avec le colloque de Forges-les-Eaux lors de l’excursion de Picardie et Normandie, à Toulouse en 1975 lors de celle du Piémont quaternaire de la Garonne, et à Dijon en 1976 lors de celle de Bourgogne. L’habitude s’est trouvée établie dans les deux décennies suivantes (1985 à Tours, 1988 à Chambéry, 1989 à Toulouse, 1990 à Bâle, 1991 à Sophia-Antipolis, 1996 à Bordeaux, 1997 à Lans-le Villard, 1999 à Laragne, 2000 à Lyon), mais elle paraît avoir été perdue au vingt-et-unième siècle, si ce n’est en 2007 à Nancy, ce qu’on doit peut-être regretter.

23Chaque excursion donne lieu à l’édition d’un livret-guide dont le volume s’est accru au cours du temps, pouvant dépasser 300 pages comme ce fut le cas pour l’excursion de Normandie en 1987 (319 pages), record que ladite région n’a pas réussi à battre en 2006 (225 pages), dépassée cette fois par les Pyrénées orientales en 2001 (239 pages) et surtout la Lorraine en 2007 (291 pages). La Savoie s’était illustrée précédemment en 1988 (171 pages), suivie de près par la Suisse en 1990 (153 pages). Ces exemples montrent que l’ensemble de ces livrets-guides constitue une véritable somme des connaissances sur le Quaternaire à travers les régions et qu’il est dommage sans doute de ne pas avoir pu les diffuser plus largement, du moins pour la plus grande partie d’entre eux. Mais beaucoup d’excursions (20 sur un total de 47) ont donné lieu à un compte rendu dans le Bulletin de l’AFEQ et dans Quaternaire. Cela a été fait assez régulièrement jusqu’en 1978, puis d’une façon plus clairsemée ensuite, pour disparaître complètement après 1998.

24Dès 1993 d’ailleurs, la plupart des excursions ne sont même plus mentionnées dans la revue. C’est certainement une évolution récente regrettable, eu égard à l’importance du terrain dans la reconstitution du passé et aussi la prévision de l’avenir.

25Une autre évolution s’est par ailleurs produite, qui a peut-être des relations avec la précédente, si l’on considère les thèmes des excursions. Celles-ci se sont attachées longtemps à fournir une synthèse générale sur les divers aspects du Quaternaire régional. Avec le siècle actuel, elles ont tendance à se spécialiser plutôt sur certaines formes, formations ou phénomènes et dans ces cas ne fournissent plus une mise au point d’ensemble.

26Les domaines alpin et pyrénéen, de nombreuses fois fréquentés, ont été aussi l’objet d’un changement notable dans leur approche. Alors que les premières excursions se concentraient sur les piémonts où sont présents les témoins d’une longue évolution quaternaire, les suivantes ont pénétré dans la montagne où on ne trouve guère que des traces d’une histoire beaucoup plus récente. Ce glissement de l’intérêt pour s’attacher surtout à un Quaternaire récent, celui où le détail du temps paraît mieux maîtrisé, semble être assez général et correspondre à un état de la recherche. Il est alors sans doute normal que l’AFEQ accuse ce moment, mais il lui appartient aussi, comme elle a su le faire dans le passé, de préparer d’autres lendemains.

6 - Le bulletin, de 1964 à 2011, 48 années de publication sur le Quaternaire

27Au cours de ces 48 années, le Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, après deux numéros imprimés en offset (n° 1-1964 et n°2- 1965), a changé cinq fois de présentation : 1965-1973, 1974-1979, 1980-1989, 1990-1999, 2000 à 2012. En 1980, il est devenu une revue à caractère international et a pris en 1990 le nom de Quaternaire. Sa présentation a franchi un pas décisif en 2000 avec une couverture complètement remaniée, plus attractive. Le Bulletin a toujours été publié avec le soutien du CNRS.

28Le numéro 1 de 1964 est essentiellement consacré au Quaternaire dans le centre du Bassin parisien, visité lors de la première excursion annuelle. Une analyse détaillée des numéros parus depuis 1965 permet de suivre l’évolution de la publication : nombre de pages, d’articles, d’auteurs et sujets traités.

291- Le nombre de pages publiées depuis 1965 est de 13 000, exactement 12 967 pages, avec une moyenne de 276 pages annuelles (fig. 1A). De 1965 à 1995, la moyenne est de 230 pages/an, avec cependant pour la période de 1965 à 1973, un format plus petit (4 400 caractères/pages au lieu de 6 600 ensuite) et en 1977, seulement 2 numéros (les deux derniers de l’année correspondant à un annuaire très complet comportant la liste des membres et abonnés et les tables). Entre 1991 et 1994, le Bulletin se trouve en difficulté, le nombre de pages est inférieur à 200/an. De 1996 à 2011, la pagination remonte, la moyenne est de 360 pages/an, avec des pointes plus fortes liées à la publication de numéros thématiques : 1997, 418 pages (Karst et Archéologie), 1998, 400 pages (Q2 Orléans + Faune et Archéologie + Hommes et Volcans), 2009, 574 pages (Les Systèmes fluviatiles des bassins versants de la Moselle et du Rhin + Quaternaire et Préhistoire de Normandie + Biochronologie et Grands mammifères), 2010, 496 pages (Q6 Montpellier, Biodiversité au Quaternaire, Climats, Environnements et Peuplements).

302- 1 089 articles ont été publiés soit une moyenne de 23 articles/an (fig. 1B). Les articles sont progressivement plus longs : ainsi les années 1980-1981-1982 proposent respectivement, 24/23/22 articles correspondant à 199-205-206 pages et les années 2007-2008-2009, 24/23/23 articles et 368-344-362 pages. Des articles rédigés en langue anglaise sont acceptés depuis 1980, date du passage au statut de revue internationale, et publiés avec régularité à partir de 2006. Il faut souligner le record de 22 articles en anglais en 2004, lié à la publication des travaux du « Fluvial Archives Group ». La majorité des articles concernent des travaux en France mais un certain nombre proviennent des pays limitrophes : Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Portugal ainsi que d’Europe centrale et des pays du Maghreb : Maroc, Tunisie. Les maxima d’articles étrangers sont liés à la publication de colloques internationaux : 1984 (Sous-commission Européenne de Stratigraphie) et 2004 (« Fluvial Archives Group »).

313- 2 600 chercheurs ont publié dans la revue depuis sa création, (fig. 1C). Le nombre s’accroit chaque année et cette croissance est valable pour les auteurs français et étrangers. Le nombre d’auteurs féminins est sensiblement égal à celui des étrangers, 527 pour 472. Les femmes ne représentent, pour la période de 1965 à 2011, que 20,25 % du nombre des auteurs. Leur participation va cependant en croissant depuis 2004 mais n’atteint que 24,75 %, soit seulement le quart de la participation totale.

Fig. 1 : Évolution des nombre annuel de pages (A), nombre total d’articles, nombre d’articles rédigés en anglais et nombre d’articles hors France (B), et nombre total d’auteurs, nombre d’auteurs-étrangers et nombre d’auteurs-femmes (C) entre 1965 et 2011.

Fig. 1 : Évolution des nombre annuel de pages (A), nombre total d’articles, nombre d’articles rédigés en anglais et nombre d’articles hors France (B), et nombre total d’auteurs, nombre d’auteurs-étrangers et nombre d’auteurs-femmes (C) entre 1965 et 2011.

32Les membres fondateurs de l’association souhaitaient un équilibre des disciplines au sein du conseil de l’AFEQ. En ce qui concerne les publications, pour les 35 premières années de la revue, la répartition est de 473 géologues, 419 géographes, 256 préhistoriens et 105 botanistes parmi les quatre disciplines retenues lors de la fondation, plus des pédologues et quelques zoologistes et physiciens. La répartition entre géologues et géographes reste généralement identique chaque année; les écarts sont en relation avec les thèmes abordés. Cependant le rapport entre ces deux disciplines pourrait être différent pour les années 2000 à 2011 si l’on se réfère au recul du nombre d’auteurs géologues amorcé dès le milieu des années 1990 (fig. 2). Ceci est une hypothèse car, s’il est possible de déterminer l’appartenance disciplinaire des auteurs jusqu’à la fin 1999, ensuite la dénomination des équipes de recherche et des UMR renseigne peu sur la discipline universitaire des chercheurs.

33Le nombre d’intervenants montre, en particulier à partir de 1992, une croissance spectaculaire alors que le nombre d’articles par an reste relativement stable autour de 23 en oscillant entre 14 et 36 (fig. 1C). On recense ainsi : 25 auteurs en 1975, 41 en 1985, 47 en 1995, 77 en 2005 et des maxima toujours plus élevés : 99 auteurs en 1998, 129 en 2004, 142 en 2010. Ces chiffres correspondent à une augmentation des cosignataires par article. Si les articles à 2 auteurs fluctuent toujours dans les mêmes proportions entre 3 et 9 articles par an, les articles à un auteur qui dominaient très largement jusqu’en 1990, diminuent fortement à partir de 2000. À partir de 1991, le nombre d’auteur par article augmente progressivement et dès 1998, les articles dont le nombre de cosignataires dépasse 9 sont fréquents. Cette évolution du nombre d’auteurs correspond d’une part à un choix différent dans la présentation des résultats d’un même site. Par exemple, dans le numéro 1972-4, 77 pages correspondent à 6 articles et 6 auteurs pour le site de Chatillon-Saint-Jean alors que dans le numéro 1978-1-2-3, 68 pages correspondent à 1 article et 12 auteurs pour le site d’Herzeele. D’autre part, elle est liée à la formation d’équipes de recherche multidisciplinaires structurées, qui encourage des publications communes et des articles de synthèse : dans le numéro 2006-2, 24 pages correspondent à un article et 18 auteurs pour le site de La Celle-sur-Seine.

344- Toutes les époques du Quaternaire ont fait l’objet d’articles mais avec des fréquences différentes (fig. 3). Le Pléistocène inférieur est représenté par 63 articles. Le problème de la limite plio-pléistocène et celui du Gélasien ont souvent été abordés pour le sud-est de la France, le Massif Central et le Massif Armoricain (Normandie, Bretagne). Le Villafranchien méditerranéen a fait l’objet d’un numéro spécial. Le Pléistocène moyen et supérieur est la période la mieux représentée avec 677 articles publiés. Depuis quelques années, les articles sur la fin du dernier glaciaire et le tardiglaciaire sont proportionnellement plus nombreux, en lien vraisemblablement avec les nombreuses prospections de surface entreprises en France par les services de l’Insitut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP). L’Holocène représente 280 articles. L’Holocène littoral a été très étudié entre 1975 et 1980. Depuis 1990, les études sur l’Holocène continental se développent, souvent associées à des analyses palynologiques (2001, 2010). Depuis quelques années apparaît ce que l’on peut appeler l’Holocène historique en liaison avec les recherches archéologiques en zone urbaine.

Fig. 2 : Nombre d’articles signés par des géologues et par des géographes entre 1965 et 1999

Fig. 2 : Nombre d’articles signés par des géologues et par des géographes entre 1965 et 1999

Fig. 3 : Nombre d’articles traitant du Plio-Pléistocène, du Pliocène et de l’Holocène entre 1965 et 2011.

Fig. 3 : Nombre d’articles traitant du Plio-Pléistocène, du Pliocène et de l’Holocène entre 1965 et 2011.

355- Concernant les différents environnements, le domaine continental est le plus souvent abordé (fig. 4A). 409 articles sont consacrés aux dépôts de plaine avec des numéros thématiques importants : 1974 (Quaternaire et paléolithique de la Somme et de la Basse Seine), 1984 (Signification dynamique et climatique des formations et terrasses fluviatiles), 2004 (« Fluvial Archiv Group »), 2009 (Les systèmes fluviatiles des bassins versants de la Moselle et du Rhin et Quaternaire et Préhistoire ancienne de la Normandie). 154 articles ont été publiés sur le domaine montagnard, en augmentation depuis 1984 (fig. 4A). Les pics de 1972, 1988, 1996, 1997, 1999 correspondent à des numéros thématiques faisant suite aux excursions annuelles.

36Le milieu marin est relativement peu représenté dans la revue et rares sont les articles traitant de l’environnement océanique (fig. 4B). Imbriqués dans les formations continentales, les dépôts littoraux sont généralement traités dans un cadre stratigraphique régional. 204 articles concernant le Pléistocène et l’Holocène ont été publiés avec des numéros thématiques importants : 1981 (Niveaux marins), 1999 (Séquences littorales), 2002 (Paléorivages de Casablanca), 2010 (Q6 Montpellier).

37Des environnements plus spécifiques comme le karst et les volcans sont également traités. L’étude du karst est liée aux remplissages de grottes, associés à l’archéologie et à la faune de vertébrés. Mis à part les deux pics correspondant aux volumes de 1997 (Karst et Archéologie) et 1998 (Faune et Archéologie), la moyenne des articles publiés se situe autour de 3 articles annuels. Jamais très fréquents en dehors des numéros thématiques, les articles consacrés au volcanisme traitent des volcans proprement dits comme en 1998 (Hommes et volcans) ou des tephras comme en 2008 (Téphras et séquences quaternaires).

Fig. 4 : Nombre d’articles traitant des environnements de plaine et de montagne et des environnements marins et littoraux entre 1965 et 2011.

Fig. 4 : Nombre d’articles traitant des environnements de plaine et de montagne et des environnements marins et littoraux entre 1965 et 2011.

386- L’étude des formations quaternaires et de leur chronologie est la vocation principale de la revue et tous les articles font référence à l’âge des formations, établi à partir d’analyses litho-, bio- et chronostratigraphique. Les mots-clés ne suffisent pas toujours pour définir les méthodes utilisées dans chaque article; il y a donc une part d’interprétation personnelle dans la prise en compte des méthodes utilisées (fig. 5).

39La sédimentologie, allant de la simple description à l’œil nu jusqu’à l’étude des minéraux argileux au microscope électronique à transmission se trouve à la base de l’étude des formations quaternaires. Elle est utilisée dans 358 articles (fig. 5A). Les articles intégrant la pédologie sont en recul depuis 1974 mais un numéro thématique a été consacré à l’Altération et aux Paléosols en 1986.

40La biostratigraphie est historiquement, en Géologie, la discipline majeure de la stratigraphie. Même si la durée du Quaternaire ne permet pas une évolution importante des espèces, les facteurs climatiques jouent un rôle important dans la différenciation des assemblages fauniques et floristiques. Concernant les vertébrés, on note un net développement du nombre des articles depuis 1989, avec 3 numéros thématiques importants : Cervidés (1990), Faune et Archéologie (1998), Biochronologie et Grands mammifères (2009) (fig. 5B). Ponctuelles depuis 1965, les études sur les micromammifères trouvent une certaine régularité depuis 2002. L’étude de la malacofaune suit une évolution similaire à celle des micromammifères, avec un net développement à partir de 2002. La micropaléontologie, parfois marine (foraminifères), parfois continentale (diatomées) n’est jamais très présente. La palynologie, au même titre que la sédimentologie, est une discipline maîtresse de l’étude des formations quaternaires (fig. 5C). Elle est appliquée à différents types de sédiment et à tous les environnements (marin, littoral, continental), ainsi qu’à toutes les époques, du Pléistocène inférieur à l’Holocène. 194 articles renfermant des analyses polliniques ont été publiés. Il est intéressant de constater que, jusqu’aux années 1990, il y a plus d’articles traitant de palynologie (137) que de botanistes auteur (105) (fig. 6). Ceci s’explique par le fait que durant les années 1960-1970, la spécialisation des chercheurs était plus tardive qu’aujourd’hui. Botanistes et géologues bénéficiaient d’une même formation naturaliste et les géologues, suivant la tradition paléontologique, ont utilisé la palynologie comme outil stratigraphique.

41Les datations radiométriques sont l’élément majeur de la stratigraphie du Quaternaire en permettant le lien avec la chronologie internationale (fig. 5D). A partir de 1974, avec l’usage courant des datations radiocarbone, la datation apparaît dans les articles en tant que discipline à part entière, avec souvent la signature du dateur, ce qui n’était pas le cas auparavant. Depuis 1993, les résultats des datations radiométriques appliquées aux périodes plus anciennes, aux techniques de plus en plus complexes, sont régulièrement présentés et analysés, par les physiciens eux-mêmes.

42La Géomorphologie bien qu’elle ne fasse pas directement partie des compétences de la revue, est une discipline traditionnelle de l’étude du Quaternaire. Elle apparait plus spécifiquement en relation avec certains types d’environnement : les terrasses fluviatiles (1984, 2004), les dépôts morainiques (1988, 1996), les dépôts littoraux pléistocènes (1999). De même, la néotectonique est régulièrement abordée même si la zone géographique concernée par la revue présente peu de sismicité. Deux numéros thématiques lui ont été consacrée; 1989 (Méthodologie et Applications de la Néotectonique) 1992 (Tectonique des Alpes du Sud à la Méditerranée). L’étude des Industries Préhistoriques, n’est qu’indirectement présente dans la revue. Elle est associée au Pléistocène moyen et supérieur soit en plaine - Normandie et Nord de la France (1982, 2006, 2009) - soit en grottes - Sud de la France (1997) - (fig. 18).

437- Le simple Bulletin de liaison, né en 1962, s’est transformé en une Revue multidisciplinaire équilibrée, Quaternaire, qui traite essentiellement du domaine littoral et continental de France et des pays limitrophes. Ce résultat est dû à l’action bénévole des membres du Conseil de l’AFEQ et des Comités de Rédaction. L’analyse montre l’importance des numéros thématiques dans la dynamique de la publication. La réalisation de ces numéros a été possible grâce à tous ceux, membres du Conseil ou membres de l’Association qui se sont investis sur des thèmes précis, pour solliciter des articles, les rassembler et aussi rechercher les subventions nécessaires à la publication.

44Ces 5 dernières années (2007-2011), 362 personnes ont publié dans Quaternaire mais combien parmi ces auteurs sont abonnés à Quaternaire ou membres de l’AFEQ ? La Revue a aussi besoin d’abonnés.

Fig. 5 : Spécialités géologiques utilisées dans les articles entre 1965 et 2011.

Fig. 5 : Spécialités géologiques utilisées dans les articles entre 1965 et 2011.

Fig. 6 : Nombre d’articles signés par des botanistes et nombre d’articles traitant de palynologie entre 1965 et 1999

Fig. 6 : Nombre d’articles signés par des botanistes et nombre d’articles traitant de palynologie entre 1965 et 1999
Haut de page

Bibliographie

[Collectif], 1966 - Statuts de l’Association française pour l’Etude du Quaternaire. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 6, 79-80.

[Collectif], 1977 - Annuaire. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 50-51, 298 p.

[Collectif], 1990 - Annuaire de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire. Centre de Géomorphologie, Caen, 75 p.

BELLAIR P., 1964 - Editorial. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 1, 1-3.

BOURDIER F., 1971 - Quelques remarques sur la stratigraphie du Quaternaire français. Communication au Comité français de Stratigraphie du 7 décembre 1971, inédit.

CHALINE J., 1980 - Editorial. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 2ème série, 1-2, 3.

Haut de page

Annexe

A – Excursion de l’AFEQ

- 16-18 mai 1964 : Centre du Bassin de Paris - Dir. : André Cailleux (Bull. n°1, 1964/1).

- 5-7 juin 1965 : Charentes - Dir. : Yves Guillien (Bull. n°4-5, 1965/3-4).

- 19-22 mai 1966 : Villafranchien d’Auvergne et Velay - Dir. : Pierre Bout (Bull. n°10, 1967/1).

- 19-21 mai 1967 : Provence occidentale et Durance : de Grenoble à Marseille - Dir. : Eugène Bonifay & Yves Bravard (Bull. n°14, 1968/1).

- 31 mars-4 avril 1969 : Quaternaire littoral de Bretagne septentrionale - Dir. : Pierre-Roland Giot (Bull. n°31, 1972/2).

- 14-16 mai 1970 : Languedoc (Bas Hérault, Montpellier, Bas Rhône) - Dir. : Jean Barrière, Henri Arnal & Jacques Mazier (Bull. n°28, 1971/3).

- 25-27 mai 1971 : Moyenne vallée du Rhône - Dir. : André Bonnet, Michel Bornand & Guy Monjuvent.

- 31 mai-2 juin 1973 : Volcanisme plio-quaternaire de la chaine des Puys et du Mont-Dore - Dir. : Louis Glangeaud, Annick Brun, Guy Camus, Alain de Goër de Hervé & Pierre M. Vincent (Bull. n°38, 1974/1).

- 23-25 mai 1974 : Quaternaire et Paléolithique de la Somme et de la Basse Seine - Colloque, Forges-les-Eaux, 24 mai - Dir. : Franck Bourdier & Jean-Pierre Lautridou (Bull. n°40-41, 1974/3-4, paru en 1976).

- 8-10 mai 1975 : Piémont quaternaire de la Garonne (sud-est du Bassin aquitain, Piémont central nord-pyrénéen) - Colloque, 8 mai matin - Dir. : Jacques Hubschman (Bull. n°44-45, 1975/3-4).

- 27-29 mai 1976 : Le périglaciaire en Bourgogne (plateaux calcaires de la côte dijonnaise et du Châtillonnais) - Assemblée générale, Dijon, 28 mai - Dir. : Jean Chaline & Jean-Jacques Puisségur (Bull. n°48-49, 1976/3-4).

- 19-21 mai 1977 : Quaternaire du Nord de la France et du Sud de la Belgique - Assemblée générale, Lille, 19 mai - Dir. : Jean Sommé, Roland Paepe, Alain Tuffreau & Paul Haesaerts (Bull. n°54-56, 1978/1-3).

- 4-6 mai 1978 : Vallée de la moyenne Durance et plateau de Valensole - Assemblée générale, Cadarache, 4 mai - Dir. : Michel Dubar (Bull. n°60, 1979/3).

- 24-26 mai 1979 : Quaternaire d’Alsace - Dir. : Henri Vogt.

- 15-17 mai 1980 : Quaternaire du Jura méridional et glaciaire lyonnais - Assemblée générale, château de Chenavel, 15 mai - Dir. : René Desbrosse & Pierre Mandier.

- 28-30 mai 1981 : Quaternaire de la Méditerranée aux Grands Causses - Assemblée générale, Vauvert, 29 mai - Dir. : Jean-Louis Vernet.

- 27-29 mai 1982 : Pléistocène du littoral breton (Quimper à Saint-Brieuc) - Assemblée générale, Lannion, 28 mai - Dir. : Marie-Thérèse Morzadec-Kerfourn, Jean-Laurent Monnier & Bernard Hallégouët (Bull. n°12, 1982/4).

- 26-28 mai 1983 : Quaternaire de la Campine - Assemblée générale, Hengelhoef, 27 mai - Dir. : Frans Gullentops.

- 13-16 juin 1984 : Quaternaire de Corse - Dir. : Odette Conchon (Bull. n°21, 1985/1).

- 15-18 mai 1985 : Quaternaire de Touraine - Colloque « Paléoaltérations dans les sédiments et sols quaternaires », 15 mai - Assemblée générale, Ligueil, 17 mai - Dir. : Jean-Jacques Macaire (Bull. n°27-28, 1986/3-4 : 2 p.).

- 8-10 mai 1986 : Quaternaire et Préhistoire en Périgord - Assemblée générale, Sireuil, 8 mai - Dir. : Henri Laville, Jean-Philippe Rigaud & Jean-Pierre Texier.

- 28-31 mai 1987 : Relations entre formations marines et continentales de Normandie - Assemblée générale, Rouen, 28 mai - Dir. : Jean-Pierre Lautridou (Bull. n°31, 1987/3: 3 p.)

- 11-15 mai 1988 : Quaternaire et Préhistoire de l’avant-pays alpin du Nord (Plateau savoyard, Grésivaudan, Vercors, Bauges) - Colloque « Chronologie de la déglaciation würmienne de l’arc alpin occidental et des massifs français », Chambéry, 11 mai après-midi - Assemblée générale, Jongieux, 14 mai - Dir. : Guy Monjuvent & Gérard Nicoud (Bull. n°34-35, 1988/2-3).

- 3-7 mai 1989 : Glaciaire pyrénéen : dynamique paléoglaciaire würmienne et paléoécologie (Pyrénées françaises et espagnoles) - Colloque « Sédiments lacustres laminés et environnements glaciaires actuels et passés », Toulouse, 3 mai après-midi. - Assemblée générale, Saint-Gaudens, 5 mai - Dir. : Guy Jalut & Jacques Hubschman.

- 23-27 mai 1990 : Stratigraphie du Quaternaire, évolution de la végétation et préhistoire du bassin de l’Aar, du Valais et de la région des Trois Lacs - Colloque « L’environnement de l’homme préhistorique pendant le Tardiglaciaire et l’Holocène en Suisse (entre Alpes et Jura). Implications de la géologie, de la pédologie, de la botanique et de la zoologie », Bâle, 23 mai. - Assemblée générale, Sion, 25 mai - Dir. :Jean-Marie Le Tensorer & Barbara Wohlfarth-Meyer.

- 9-11 mai 1991 : Néotectonique quaternaire et sismicité dans les Alpes méridionales : arc de Nice et marge ligure - Colloque « Néotectonique et sismicité des Alpes à la Méditerranée », Sophia Antipolis, 8 mai après-midi - Assemblée générale, Sophia Antipolis, 9 mai - Dir. : Michel Dubar & Yves Guglielmi (Quaternaire, 3 (3-4), 1992).

- 28-30 mai 1992 : Chronostratigraphie et archéologie du Pléistocène dans le Bassin de Neuwied - Assemblée générale, Neuwied (Schloss Monrepos), 28 mai - Dir. : Gerhard Bosinski.

- 19-22 mai 1993 : L’évolution quaternaire du Languedoc central et des Corbières littorales - Assemblée générale, Cap d’Agde, 20 mai - Dir. : Paul Ambert & Henry de Lumley.

- 12-15 mai 1994 : Angleterre (West Sussex, Suffolk, East Anglia) - Assemblée générale, Norwich, 13 mai - Dir.: David H. Keen.

- 26-27 mai 1995: Auvergne (Limagne, retombée montdorienne, Artense) : Volcanisme et hydrothermalisme, marqueurs de la stratigraphie du Quaternaire - Assemblée générale, Besse-en-Chandesse, 26 mai - Dir. : Alain de Goër de Hervé & Bernard Valadas.

- 16-18 mai 1996 : Le Quaternaire littoral girondin - Colloque, 16 mai après-midi - Assemblée générale, Soulac, 17 mai - Dir. : Jean-Luc Guadelli, Marie-Françoise Diot, Jean-Pierre Tastet & Julia Roussot-Larroque.

- 27-30 août 1997 : Le Quaternaire de la Haute Maurienne (Savoie) - Colloque « Déglaciation des hautes vallées montagnardes. Torrentialité », 27 août après-midi - Assemblée générale, Lans-le-Villard, 27 août - Dir. : Alain Marnezy & Gérard Nicoud (Quaternaire, 10 (1), 1999).

- 21-23 mai 1998 : Bassin de la Somme et littoral picard - Assemblée générale, Amiens, 21 mai. - Dir. : Pierre Antoine.

- 25-28 août 1999 : Pléistocène supérieur et postglaciaire des Alpes duranciennes (Moyenne Durance, bassin de l’Ubaye, Préalpes de Digne) - Assemblée générale, Laragne, 26 août - Dir. : Maurice Jorda, Cécile Miramont & Thierry Rosique.

- 28-31 août 2000 : Moyenne vallée du Rhône et Vivarais (Drôme, Ardèche) - Colloque « Enregistrement du paléoenvironnement par le karst », 28 août après-midi - Assemblée générale, Châmes, vallon Pont d’Arc, 29 août - Dir. : Evelyne Debard..

- 23-26 mai 2001 : Le Quaternaire des Pyrénées orientales dans son cadre géomorphologique - Assemblée générale, Perpignan, 24 mai. - Dir. : Marc Calvet & Jean-Claude Miskovsky.

- 8-11 mai 2002 : Le front würmien à la périphérie du Jura et des Alpes : expression sédimentaire et morphologique, chronologie - Présentation, 8 mai après-midi - Assemblée générale, Charavines, 10 mai - Dir. : Jean-François Buoncristiani, Michel Campy & Gérard Nicoud.

- 29-31 mai 2003 : Pyrénées occidentales (Béarn, Pays basque) - Assemblée générale, Saint-Jean-Pied-de-Port, 29 mai - Dir. : Catherine Ferrier & Pascal Bertran.

- 20-22 mai 2004 : Quaternaire et volcanisme en Auvergne et Velay - Assemblée générale, Le Puy-en-Velay, 21 mai - Dir. : Jean-François Pastre.

- 1-4 juin 2005 : Le Quaternaire des vallées alpines de l’Arve (France), d’Aoste et de Suse (Italie) : fronts glaciaires, mouvements de versant et comblements alluviaux - Assemblée générale, Caselette, 3 juin - Dir. : Philip Deline, Gérard Nicoud & Marco Giardino.

- 25-27 mai 2006 : Normandie : vallée de la Seine, seuil du Cotentin - Assemblée générale, Caen, 25 mai. - Dir. : Jean-Pierre Lautridou & Dominique Cliquet (Quaternaire, 20 (3), 2009).

- 7-9 juin 2007 : Vallées de la Moselle, de la Sarre et de la Meurthe - Vosges : piémont et témoins glaciaires. (Lorraine, Luxembourg, Sarre, Rhénanie-Palatinat - Assemblée générale, Saint-Dié, 8 juin - Dir. : Dominique Harmand, Serge Occhietti & Stéphane Cordier (Quaternaire, 20 (1), 2009).

- 8-10 mai 2008 : Espagne du Nord-Ouest (Basque, Asturies) : Quaternaire et premiers peuplements humains - Assemblée générale, Laredo, 8 juin - Dir. : Gloria Cuenca-Bescos, Hugues-Alexandre Blain & Nicole Limondin-Lozouet.

- 5-7 juin 2009 : Le glaciaire des Pyrénées orientales : Ariège et Andorre - Assemblée générale, Pas de la Case, 5 juin - Dir. : Magali Delmas & Valenti Turu.

- 12-14 mai 2010 : Le Quaternaire du Maroc semi-aride dans la région d’Agadir - Assemblée générale, Agadir, 14 mai - Dir. : Larbi Boudad, André Weisrock, Ali Ait Hssain & Aicha Oujaa.

- 21-23 juin 2011 : Paysages, travertins, paléoenvironnements quaternaires entre Provence et Alpes occidentales - Assemblée générale, Crôts, 22 juin - Dir. : Vincent Ollivier, Jean-Louis Guendon, Adam Ali & Paul Roiron.

B - Conseillers de l’AFEQ

Pierre Bellair (1962-1975), Paris - Président (1962-1965)

Fernand Verger (1962-1965), Paris

Henri Elhai (1962-1967), Paris

Jean-Claude Miskovsky (1962-1983), Paris

Henriette Alimen (1962-1965), Meudon

Jean Dresch (1962-1965), Paris

Franck Bourdier (1962-1963, 1972-1975), Paris - Président (1974-1975)

Annick Brun (1962-1969, 1974-1979), Paris

Bernard Gèze (1966-1967, 1972-1973), Paris - Président (1970-1971)

Lionel Balout (1966-1971), Paris - Président (1966-1967)

Michel Léger (1966-1981), Paris - Président (1980-1981)

Jean Demangeot (1966-1971), Nanterre

Fernand Joly (1968-1971), Paris - Président (1968-1969)

Pierre Biberson (1968-1971), Paris

Alain Ruellan (1968-1969), Rennes

Jean Chavaillon (1970-1973), Meudon

Madeleine Van Campo (1972-1973), Montpellier - Présidente (1972-1973)

Guy Monjuvent (1972-1973), Grenoble

Solange Duplaix (1974-1977), Paris

Jacques Estéoule (1974-1977), Rennes

Emile Heintz (1974-1975), Paris

Jean Roche (1974-1975), Bordeaux

Jean Chaline (1976-1981), Dijon - Président (1976-1979)

Georgette Delibrias (1976-1979), Gif-sur-Yvette

Mireille Ters (1976-1979), Paris

Louis-Robert Lafond (1976-1977), Orsay

Jean-Pierre Lautridou (1976-1993), Caen - Président (1990-1993)

Jean Sommé (1976-1998), Lille - Président (1986-1989)

Josette Renault-Miskovsky (1978-1989), Paris - Présidente (1984-1985)

Bernard Dumas (1978-1979), Paris

Arlette Leroi-Gourhan (1978-1983), Paris - Présidente (1982-1983)

Jean-Louis Vernet (1978-1979), Montpellier

Odette Conchon (1980-1988), Orsay

René Desbrosse (1980-1991), Paris

Michel Icole (1980-1981), Marseille

Jean-Marie Le Tensorer (1980-1981), Bordeaux

Henry de Lumley (1980-1981), Paris

Geneviève Coudé-Gaussen (1982-1988), Amiens

Henri Laville (1982-1989), Bordeaux

Jean-Laurent Monnier (1982-1995), Rennes

Marie-Thérèse Morzadec-Kerfourn (1982-2000), Rennes - Présidente (1994-1997)

Martine Clet-Pellerin (1984-1993), Caen

Gilbert Pion (1984-1985), Bordeaux

Michel Campy (1986-1989), Dijon

Jacques Evin (1986-1989), Lyon

Anne-Marie Moigne (1989-1995), Paris

Gérard Nicoud (1989-2001), Chambéry - Président (1998-2001)

Françoise Delpech (1990-1993), Bordeaux

Michel Fontugne (1990-1991, 2002-2005), Gif-sur-Yvette

David Lefèvre (1990-2007), Lille, Montpellier - Président (2001-2004)

Jean-Pierre Texier (1990-1993), Bordeaux

Jean-Pierre Coutard (1992-2001), Caen

Serge Courbouleix (1994-2006), Orléans

Jean-Luc Guadelli (1994-2000), Bordeaux

Patrick Lebret (1994-1998), Paris

Chantal Leroyer (1994-2001), Périgueux

Bernard Valadas (1996-2001), Clermont-Ferrand

Pierre Antoine (1996-), Lille, Meudon - Président (2007-2012)

Vincent Krier (1999-2000), Paris

Nicole Limondin-Lozouet (1999-), Meudon - Présidente (2004-2007)

Catherine Ferrier (2001-2012), Bordeaux

Patrick Auguste (2001-2012), Lille

Evelyne Debard (2001-2006), Lyon

Jean-François Pastre (2001-2007), Meudon

Laurent Deschodt (2002-2006), Lille

Jean-Jacques Bahain (2002-), Paris

Pascale Ruffaldi (2002-), Besançon

Valérie Andrieu-Ponel (2006-2012), Aix-en-Provence

Emmanuelle Defive (2007-), Clermont-Ferrand

Sylvie Coutard (2007-), Amiens

Caroline Gauthier (2010-), Gif-sur-Yvette

Anne-Véronique Walter-Simonnet (2010-), Besançon

Olivier Moine (2010-), Meudon

C - Suppléments au bulletin de l’AFEQ

La stratigraphie des lœss d’Europe. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, 1969, 176 p.

Etudes françaises sur le Quaternaire. Présentées à l’occasion du VIIIe Congrès international de l’INQUA, Paris, 1969. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, 1969, 275 p.

Etudes sur le Quaternaire dans le Monde. Textes réunis par Mireille Ters, VIIIe Congrès INQUA, Paris, 1969. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°4, 1971, 2 vol., 1053 p.

Le Quaternaire. Géodynamique, stratigraphie et environnement. Travaux français récents, 9e Congrès international de l’INQUA, Christchurch, décembre 1973. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°36, 239 p.

Approche écologique de l’homme fossile. Travaux du Groupe : Ouest de l’Europe de la Commission Internationale de l’INQUA : Palecology of Early Man (1973-1977), sous la direction de Henri Laville et Josette Renault-Miskovsky. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°47, 1977, 386 p.

Recherches françaises sur le Quaternaire hors de France. INQUA 1977. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°50, 1977/1, 432 p.

Problèmes de stratigraphie quaternaire en France et dans les pays limitrophes. Sous la direction de Jean Chaline. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°1 (n.s.), 1980, 372 p.

Chronostratigraphie et faciès culturels du Paléolithique inférieur et moyen dans l’Europe du Nord-ouest. Actes du Colloque international organisé à Lille (4-6 septembre 1984) par Alain Tuffreau et Jean Sommé, 22e Congrès Préhistorique de France. Ouvrage publié par la Société Préhistorique Française et l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire. Supplément au Bulletin de l’AFEQ, n°26, 1986, 236 p.

D - Actes de colloques et thèmes publiés dans le bulletin de l’AFEQ et Quaternaire

Le Quaternaire de Charente. Fascicule thématique (P. Bellair, dir.). Bulletin de l’AFEQ, n°4-5, 1965/3-4, p. 175-256.

Le VIIe Congrès de l’INQUA. Fascicule thématique (J. Dresch, dir.). Bulletin de l’AFEQ, n°6, 1966/1, p. 3-68.

Quaternaire et Paléolithique de la Somme et de la Basse-Seine. Forges-les Eaux, 24 mai 1974, Colloque. Bulletin de l’AFEQ, n°40-41, 1974/3-4, p. 103-273.

Les niveaux marins quaternaires. Saint-Valéry-sur-Somme, 1-3 décembre 1977, Colloque, Commission d’Océanographie du Comité National Français de Géographie (A. Guilcher,

org.). Bulletin de l’AFEQ, n°53, 1977/4, p. 59-115.

Symposium sur l’évolution du milieu naturel durant les 10 000 dernières années. Amiens, 2-7 juillet 1979, Sous-Commission eurosibérienne pour l’étude de l’Holocène, INQUA (M. Ters, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°1-2, 1980/1-2, p. 8-86.

Géologie de l’Ingénieur et Quaternaire. Paris, 20 mars 1980, Comité Français de Géologie de l’Ingénieur (M. Arnould, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2e série, n°5, 1981/1, p. 3-62.

- Variations du niveau marin et leurs conséquences en morphologie littorale. Paris, juillet 1980, Colloque du 26e Congrès Géologique International (D.G. Colquhoun & A Guilcher, anim.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°6, 1981/2, p.65-106.

Chronostratigraphie et environnement du Paléolithique inférieur et moyen dans la France septentrionale, le bassin parisien et les régions avoisinantes. Villeneuve d’Ascq, 4-5 juin 1982, R.C.P. 539 CNRS et Laboratoire de Géomorphologie et d’Etude du Quaternaire de l’Université des Sciences et Techniques de Lille (J. Sommé & A. Tuffreau, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°10-11, 1982/2-3, p. 55-159.

Le Villafranchien méditerranéen : Stratigraphie, environnement bioclimatique, morphogenèse et néotectectonique. Lille, 9-10 décembre 1982, R.C.P. 451 CNRS (Relief et néotectonique des pays méditerranéens) & Laboratoire de Géomorphologie et d’Etude du Quaternaire de l’Université des Sciences et Techniques de Lille (R. Lhénaff, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°14-15, 1983/2-3, p.51-144.

Signification dynamique et climatiques des formations et terrasses fluviatiles quaternaires. Paris, 29 janvier 1983, Colloque de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (M. Léger, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°17-18-19, 1984/1-2-3, 193 p.

Relations dynamiques et chronologiques entre formations glaciaires et périglaciaires. Besançon (Bonnevaux) - Lyon, 13-19 septembre 1984, Colloque INQUA, Subcommission on European Quaternary Stratigraphy, Strasbourg (M. Campy, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°22-23, 1985/2-3, p. 61-175.

Oscillations climatiques entre 125 000 ans et le maximum glaciaire. Rennes, 19-21 juin 1985, Colloque de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (M.-T Morzadec-Kerfourn, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°25-26, 1986/1-2, p. 5-186.

Paléoaltérations dans les sédiments et sols quaternaires. Tours, 15 mai 1985, Colloque du Comité National Français de l’INQUA (J.-J. Macaire, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°27-28, 1986/3-4, p. 193-289.

Modalités et chronologie de la déglaciation würmienne dans l’arc alpin occidental et les massifs français (Pyrénées, Massif central, Jura, Corse). Chambéry, 11 mai 1988, Colloque de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (G. Nicoud & G. Montjuvent, org.). Bulletin de l’AFEQ, 2ème série, n°34-35, 1988/2-3, p. 51-156.

Méthodes et concepts en stratigraphie du Quaternaire européen. Dijon, 5-7 décembre 1988, Thème 1 : Valeur et signification de l’enregistrement stratigraphique, Sous-commission de Stratigraphie du Quaternaire d’Europe INQUA (D.-D. Rousseau, org.). Quaternaire, 1 (1), 1990, p. 15-90.

Les Cervidés quaternaires. Fascicule thématique (A.-M. Moigne, dir.). Quaternaire, 1 (3-4), 1990, p. 165-277.

L’eau dans le formations superficielles. Fascicule thématique (G. Nicoud, dir.). Quaternaire, 4 (2-3), 1993, p. 61-144.

Echelles des variations chronoclimatiques quaternaires et réponses des environnements. Montpellier, 15-17 mars 1994, Colloque Q1 du Comité National Français INQUA et de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (D.D. Rousseau, org.). Quaternaire, 5 (3-4), 1994, p. 99-190 & 6 (2), 1995, p. 51-117.

Les dépôts de mise en place brutale. Fascicule thématique (G. Nicoud, dir.). Quaternaire, 7 (2-3), 1996, p. 67-174.

Karst et archéologie. Tautavel, 5-6 juin 1996, Colloque de l’U.M.R 5590 CNRS et de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (J.-C. Miskovsky, org.). Quaternaire, 8 (2-3), 1997, p. 63-356.

Hommes et volcans. Fascicule thématique (J.-P. Raynal, dir.), Commission 31 de l’Union internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques. Quaternaire, 9 (1), 1998, p. 3-75.

Corrélations entre séries quaternaires. Orléans, 29-30 avril 1997, Colloque Q2 de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et du Comité National Français INQUA (S. Courbouleix, org.), Quaternaire, 9 (3), 1998, p. 139-241.

Faune et archéologie. Tautavel, 5-7 juin 1997, Colloque du Centre européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel (UMR 5590 CNRS) (A.-M. Moigne, org. & J.C. Miskovsky, ed.). Quaternaire, 9 (4), 1998, p. 245-400.

Déglaciation des hautes vallées montagnardes. Torrentialité. Haute Maurienne, 27 août 1997, Colloque de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, (A. Marnezy & G. Nicoud, org.). Quaternaire, 10 (1), 1999, p. 3-64.

Séquences littorales quaternaires. Fascicule thématique (M.-T. Morzadec-Kerfourn, dir.). Quaternaire, 10 (2-3), 1999, p. 71-244.

Le Tardiglaciaire en France septentrionale dans le contexte de la recherche européenne. Meudon, 20 janvier 1999, Colloque du Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591 CNRS) (N. Limondin-Lozouet, org.). Quaternaire, 11 (2), 2000, p. 83-160.

Paléoenvironnements holocènes et archéologie. Fascicule thématique (H. Cubizolle, dir.). Quaternaire, 12 (1-2), 2001, p. 3-135.

Paléorivages de Casablanca. Stratigraphie et Préhistoire ancienne au Maroc atlantique. Fascicule thématique (F.Z. Sbihi-Alaoui & J.-P. Raynal, dir.). Quaternaire, 13 (1), 2002, 3-87.

Evénements rapides, instabilités, changements culturels au Quaternaire. Aix-en-Provence, 24-26 janvier 2002, Colloque Q3 du Comité Nationale Français INQUA et de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, (J.-P. Brugal, org.). Quaternaire, 13 (3-4), 2002, p. 155-312.

Le Quaternaire de Normandie : nouvelles données biochronologiques et géochronologiques. Fascicule thématique (J.-P. Lautridou, dir.). Quaternaire, 14 (1), 2003, p. 3-71.

Dépôts de pente continentaux. Dynamique et faciès. Fascicule thématique (P. Bertran, dir.). Quaternaire, hors-série n°1, 2004, 259 p.

Colloque du « Fluvial Archiv Group ». Clermont-Ferrand, 9-11 septembre 2002 (J.-F. Pastre, P. Antoine, D. Bridgland & D. Maddy, org.). Quaternaire, 15 (1-2), 2004, p. 3-242.

Continuité et discontinuité dans les enregistrements quaternaires. Strasbourg, 22-23 septembre 2004, Colloque Q4 de l’Association Française pour l’étude du Quaternaire et du Comité National Français INQUA. Quaternaire, 16 (3), 2005, p. 143-252 & 16 (4), 2005, p. 255-352.

Les Ongulés holarctiques du Pliocène et du Pléistocène. Fascicule thématique (E. Crégut-Bonnoure, dir.). Quaternaire, hors-série n°2, 2005, 256 p.

Tufs calcaires et travertins quaternaires : morphogenèse, biocénoses, paléoclimats et implantations paléolithiques. Paris, 21 novembre 2005 Réunion spécialisée de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et de la Société Géologique de France (N. Limondin-Lozouet & P. Antoine, org.). Quaternaire, 17 (2), 2006, p. 97-182 & 17 (4), 2006, p. 279-360.

Le Pléistocène supérieur de Normandie et du Nord de la France. Fascicule thématique (, dir.). Quaternaire, 17 (3), 2006, p. 187-275.

Le Quaternaire. Limites et spécificités. Paris, 1-3 février 2006, Colloque Q5 du Comité National Français INQUA et de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire (J.-P. Brugal, N. Limondin-Lozouet & F. Sémah, org.), Quaternaire, 18 (1), 2007, p. 5-107, 18 (2), 2007, p. 111-213 & 18 (4), 2007, p. 207-368.

Téphras et séquences quaternaires. Journée spécialisée de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et de la Société Géologique de France (J.-F. Pastre, org.). Quaternaire, 19 (2), 2008, p. 87-189.

Les systèmes fluviatiles des bassins versants de la Moselle et du Rhin (France, Allemagne, Luxembourg). Nancy, 6 juin 2007, Colloque « Hommage à André Weisrock », 7-9 juin 2007, Excursion de l’AFEQ (D. Harmand, S. Occhietti & S. Cordier, org.), Quaternaire, 20 (1), 2009, p. 3-116.

Quaternaire et préhistoire ancienne de Normandie. Mai 2006, Excursion de l’AFEQ & fascicule thématique (D. Cliquet et J.-P. Lautridou, dir.). Quaternaire, 20 (3), 2009, p. 273-404.

Biochronologie et Grands Mammifères. Paris, 12 novembre 2007, Journée de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et de la Société Géologique de France, (P. Auguste, org.). Quaternaire, 20 (4), 2009, p. 413-574.

Biodiversité au Quaternaire. Climats, Environnements et Peuplements. Montpellier, 26-28 février 2008, Colloque Q6 de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et de l’UMR. Archéologie des Sociétés méditerranéennes (D. Lefèvre, org.). Quaternaire, 21 (1), 2010, p. 3-111, 21 (3), 2010, p. 203-331 & 21 (4), 2010, p. 345-496.

Ve Conférence internationale sur les mammouths et leur famille. Fascicule thématique, Quaternaire, hors-série n°3, 2010, p.

Bio-géosystèmes continentaux quaternaires, variabilité climatique et anthropisation. Besançon, 17-19 février 2010, Colloque de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire et du Laboratoire Chrono-environnement UMR.6249 CNRS/UFC (, org.). Quaternaire, 22 (3), 2011, p. 187-271 & 22 (4), 2011, p. 275-362.

16th International cave Bear and Lion Symposium. Azé (Saône-et-Loire, France), 22-26 septembre 2010 & fascicule thématique (A. & J. Argant, dir.). Quaternaire, hors-série n°4, 2011, 328p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Pierre Bellair (1910-1983), premier président de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 1 : Évolution des nombre annuel de pages (A), nombre total d’articles, nombre d’articles rédigés en anglais et nombre d’articles hors France (B), et nombre total d’auteurs, nombre d’auteurs-étrangers et nombre d’auteurs-femmes (C) entre 1965 et 2011.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 2 : Nombre d’articles signés par des géologues et par des géographes entre 1965 et 1999
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Titre Fig. 3 : Nombre d’articles traitant du Plio-Pléistocène, du Pliocène et de l’Holocène entre 1965 et 2011.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-4.png
Fichier image/png, 15k
Titre Fig. 4 : Nombre d’articles traitant des environnements de plaine et de montagne et des environnements marins et littoraux entre 1965 et 2011.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 5 : Spécialités géologiques utilisées dans les articles entre 1965 et 2011.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 6 : Nombre d’articles signés par des botanistes et nombre d’articles traitant de palynologie entre 1965 et 1999
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6511/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Miskovsky, Marie-Thérèse Morzadec‑Kerfourn et Jean Sommé, « Les cinquante ans de l’AFEQ », Quaternaire [En ligne], vol. 24/2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6511 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6511

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Miskovsky

Institut de Paléontologie Humaine, 1 Rue René Panhard, F-75013 PARIS. Courriel  jcmisko@tautavel.univ-perp.fr

Articles du même auteur

Marie-Thérèse Morzadec‑Kerfourn

 Université de Rennes 1, Géologie, F-56XXX RENNES . Courriel : marie‑therese.morzadec@wanadoo.fr

Jean Sommé

 UMR 8164 Halma-Ipel, Géographie, Université de Lille 1, F-59655 VILLENEUVE D'ASCQ cedex. Courriel : jean.somme@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org