Navigation – Plan du site

Colloque Q8 : variabilité spatiale des environnements quaternaires - contraintes, échelles et temporalités. Clermont-Ferrand, 2012

Emmanuelle Defive
p. 83-86

Texte intégral

1Après Montpellier (Q1 - 1994), Orléans (Q2 - 1997), Aix-en-Provence (Q3 - 2002), Strasbourg (Q4 - 2004), Paris (Q5 - 2006), Montpellier de nouveau (Q6 - 2008) et Besançon (Q7 - 2010), le huitième colloque « Quaternaire » de l’AFEQ s’est tenu les 29 février, 1er et 2 mars 2012 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand, co-organisé par l’AFEQ, la Maison des Sciences de l’Homme (USR 3108) et le laboratoire GEOLAB. Le succès de cette manifestation, qui tous les deux ans rassemble la communauté des quaternaristes ne se dément pas : 3 conférences, 79 communications et 32 posters ont été présentés au cours de trois denses journées et quatre sessions thématiques consacrées à l’étude de la « Variabilité spatiale des environnements quaternaires - Contraintes, échelles et temporalités ».

2Deux circonstances ont fait de cette édition Q8 une édition particulière.

3D’abord, 2012 était l’année du cinquantenaire de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, cinquante années de bénévolat des chercheurs au service de leur communauté, soit par leur implication active aux commandes de l’association, soit par leur adhésion et leur participation aux riches et conviviales excursions annuelles, soit, enfin, par leur attachement à publier dans la revue Quaternaire, vitrine essentielle de l’association et de la recherche en cours. Merci à Jean-Claude Miskovsky, Marie-Thérèse Morzadec-Kerfoun et Jean Sommé d’avoir bien voulu se charger d’ouvrir le colloque, puis ce numéro de la revue Quaternaire, sur le cinquantenaire ! Merci aux anciens présidents – Jean Chaline, Josette Renault-Miskovsky, Jean Sommé, Marie-Thérèse Morzadec-Kerfoun, Gérard Nicoud, David Lefèvre, Nicole Limondin-Lozouet – qui ont unanimement répondu à l’invitation de l’AFEQ et de son président d’alors – Pierre Antoine – à ce colloque et nous ont honorés et réjouis par leur présence !

4Par ailleurs, la tenue à Clermont-Ferrand du colloque Q8 en 2012 a été l’occasion pour le laboratoire GEOLAB de rendre hommage à Bernard Valadas, membre remarquable et attachant de la communauté française des géomorphologues disparu le 26 avril 2010, qui enseigna et assura des responsabilités au service de la communauté de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sein des universités de Clermont-Ferrand et de Limoges. Bernard Valadas fut membre du laboratoire de Meudon (LA 141 à l’époque, UMR 8591 aujourd’hui), puis membre et directeur adjoint du laboratoire GEOLAB co-organisateur du colloque Q8. En bien des points, son attention à l’influence de l’Homme dans l’évolution des versants et bassins-versants et dans l’acquisition/dégradation des potentialités agronomiques des sols, son implication forte au sein de la communauté des périglacialistes (il fut longtemps président de la Commission pour l’étude des phénomènes périglaciaires du CNFG) et, corrélativement, son intérêt et sa fine connaissance des formations superficielles, rattachent Bernard Valadas à la communauté des quaternaristes aux travaux desquels il a à sa manière participé. Il a été membre du Conseil de l’AFEQ de 1996 à 2001 et dirigea avec Alain de Goër de Hervé l’excursion annuelle de l’AFEQ organisée les 26 et 27 mai 1995 dans le Massif central. Nous avons ainsi souhaité cet hommage, au nom des collègues et anciens étudiants qui tous l’ont apprécié et savent leur insoluble et précieuse dette. Merci à Charles Le Cœur et Hervé Cubizolle qui, en se chargeant de cet hommage, ont porté leurs voix.

5Le succès de cette huitième édition des colloques « Quaternaire » est d’abord celui de la communauté des chercheurs et enseignants-chercheurs nombreux, qui ont souhaité venir y présenter la teneur et le progrès de leurs recherches, y partager leurs résultats et leurs questions, y débattre de leurs interprétations. De ceux aussi, dont les noms figurent dans le livret des résumés, qui ont bien voulu à cette occasion assumer des responsabilités particulières, celles de président de session ou membre du comité scientifique. Une mention particulière s’adresse à Gérard Vernet pour la préparation supplémentaire de la conférence ouverte au publique sur la « téphro-stratigraphie en milieu archéologique ». Au nom de l’AFEQ porteuse de ces colloques Q, que tous soient chaleureusement remerciés pour leur participation !

6Mais ce succès ne saurait être sans deux autres piliers. Ainsi devons-nous remercier tous les partenaires, institutionnels surtout (organismes de recherche, collectivités territoriales), mais aussi associatifs et privés, sans l’aide matérielle et financière desquels cette manifestation n’aurait pu avoir lieu : l’Université Blaise Pascal, la Maison des Sciences de l’Homme (USR 3108), le laboratoire GEOLAB, le CNRS (INEE et INSHS), l’INRAP, le BRGM, le GFG (Groupe Français de Géomorphologie), le Conseil Régional d’Auvergne, le Conseil Général du Puy-de-Dôme, la ville de Clermont-Ferrand, le Musée Henri Lecoq (Mickaël Le Bras), la société Beta Analytic. L’implication de l’AFEQ est loin d’être négligeable, puisqu’en dehors de la préparation du colloque lui-même elle assume l’encadrement scientifique et le notable coût financier de la publication post-colloque dont ce numéro est le premier volet. Par-delà l’indispensable « nerf de la guerre », il aura fallu pour la réussite de cette manifestation l’implication de nombreuses personnes, celles du conseil d’administration de l’AFEQ bien sûr, mais également et en premier lieu celles qui, sur place, auront assuré la préparation et le quotidien du colloque, et tout fait pour bien recevoir l’ensemble des participants et créer le cadre le plus favorable possible à la qualité des échanges, scientifiques et humains. Ce travail de l’ombre précieux et indispensable doit être remarqué, et toutes les personnes concernées, de l’USR 3108 de la MSH (particulièrement Françoise Vadot) et du laboratoire GEOLAB (particulièrement l’équipe « Paléoenvironnements et géoarchéologie » dirigée par Yannick Miras), ainsi que les étudiants en L2, L3, Master et Doctorat de l’UBP, vivement remerciés également au nom de l’AFEQ. Je tiens aussi à les remercier personnellement, en tant qu’organisatrice de cette manifestation, pour la précieuse aide quotidienne qu’ils m’ont apportée et la véritable et libre collaboration qui s’est naturellement instaurée, où chacun a su prendre des initiatives sans devoir en référer et où les concessions consenties par les uns ou les autres face aux choix à faire ont fini par être source de satisfaction, celle de la réussite commune, plutôt que de frustration. Là aussi réside à mes yeux la réussite de ce colloque.

7Deux questions récurrentes dans l’étude des paléoenvironnements et de leurs fluctuations touchent au calage chronologique des évolutions reconnues et à la représentativité spatiale des données permettant d’accéder à la caractérisation des milieux. La discontinuité spatiotemporelle des archives morpho-sédimentaires et leur hétérogénéité de faciès et de résolution constituent souvent un frein à l’établissement de corrélations fiables. Or, la qualité et la portée de ces dernières conditionnent la compréhension des modalités de déroulement du temps (vitesses, rythmes et leurs variations, stabilité, ruptures et crises et leur intensité). La compréhension des modalités de répartition et d’interactions spatiales régissant le fonctionnement et les fluctuations de systèmes environnementaux complexes en dépend également. Comment, alors, évaluer le poids relatif, l’échelle d’action et les seuils d’efficience des divers facteurs de contrôle intervenant dans le fonctionnement de ces systèmes complexes ? Comment déterminer les seuils de rupture ? Ces questions conditionnent la compréhension de la capacité de résilience, d’adaptation, d’évolution de ces systèmes mais aussi celle des conséquences des forçages anthropiques sur ce qu’il est dès lors convenu d’appeler des anthroposystèmes. La 8e édition des colloques AFEQ « Quaternaire » se proposait de présenter les apports à cette réflexion des divers champs scientifiques de l’étude du Quaternaire, aussi bien sous l’angle des méthodes d’investigation que des résultats, en insistant sur la question de la variabilité spatiale des environnements, sur la nécessaire intégration de cette variabilité aux diverses échelles des reconstitutions paléoenvironnementales, sur les difficultés méthodologiques de cette intégration et sur la signification de cette variabilité au regard des facteurs de contrôle de l’évolution et de l’impact des sociétés. Le lieu de déroulement du colloque était aussi l’occasion de mettre plus particulièrement en exergue deux types d‘environnements spécifiques : les environnements volcanisés et les environnements de montagne. Au total, 4 sessions ont structuré les travaux : 1) « Du local au global : variété, complémentarité et résolution spatio-temporelle des indicateurs environnementaux », 2) « Chronologie, vitesses et rythmes des fluctuations environnementales quaternaires / intérêt et spécificité des environnements volcanisés », 3) « Spécificités des environnements montagnards dans l’étude du Quaternaire » et 4) session en hommage à Bernard Valadas « Géoarchéologie : co-évolution sociétés - milieux, variabilité environnementale et stratégies territoriales ».

8La première session « Du local au global : variété, complémentarité et résolution spatio-temporelle des indicateurs environnementaux » (Nicole Limondin-Lozouet, Pascal Bertran et Ramon Julia) visait à exposer les nouvelles méthodes d’investigation dans la caractérisation des milieux, et à montrer les apports des approches multi-proxy à la connaissance des paléoenvironnements et de leurs fluctuations à divers pas de temps et d’espace à l’échelle de l’ensemble du Pléistocène et de l’Holocène. Il s’agissait à la fois d’évaluer le rôle des échelles spatiales et d’évaluer la portée spatiale des indicateurs environnementaux. S’il existe une longue tradition dans les approches sédimentologiques, géomorphologiques et paléontologiques (faunes et flores) qui continuent à nourrir la connaissance paléoenvironnementale locale à régionale, l’étude des séquences marines et glaciaires a plus récemment permis de renouveler la compréhension du cadre de cette évolution par la précision des tendances globales (mise en évidence de séquences totalement nouvelles à très haute résolution temporelle et d’événements climatiques rapides inédits…). Dans le même temps l’enrichissement des méthodes d’approche paléoécologique (signatures physico-chimiques, biomarqueurs, statistiques…), tout en affinant considérablement la connaissance des environnements locaux, offre des moyens de reconstitutions paléoclimatiques haute fréquence susceptibles d’être replacées dans le contexte des changements globaux. Au travers d’une réflexion sur la portée spatiale et la précision temporelle des indicateurs utilisables, l’accent a été mis sur la différenciation et la complémentarité entre marqueurs locaux et marqueurs globaux, ainsi que sur les moyens de perception : i) d’une part de la variabilité spatiale des milieux (importance de la variété des milieux au sein d’un même domaine morpho-bio-climatique, logiques spatiales de distribution, modalités d’interactions) ; ii) d’autre part des tendances globales qui se superposent à cette variabilité de détail et permettent de définir les grands domaines morpho-bio-climatiques, leur extension, leur succession dans le temps et dans l’espace en lien avec les fluctuations globales.

9La deuxième session « Chronologie, vitesses et rythmes des fluctuations environnementales quaternaires / intérêt et spécificité des environnements volcanisés » (Didier Miallier et Giuseppe Siani) visait à exposer les progrès dans les méthodes et résultats des investigations géochronologiques et chronostratigraphiques portant sur l’étude des fluctuations environnementales quaternaires aux divers pas de temps et aux diverses échelles spatiales, en mettant l’accent sur l’intérêt et les spécificités des environnements volcanisés. En effet, tous les milieux n’offrent pas le même potentiel, tant en terme d’arguments chronologiques (éléments datables) qu’en terme de possibilité de lecture du déroulement du temps (finesse et longueur des enregistrements morpho-sédimentaires). Comment, sur la base de cette grande hétérogénéité de la documentation du passé (liée à la variabilité spatiale des milieux et à la quantité et qualité des enregistrements), comparer les évolutions (d’un lieu à l’autre, du local au global, d’une période à l’autre, du temps long au temps court) et reconstituer la continuité du temps et la cohérence de l’espace ? Comment juger de cette continuité ou de la valeur et de l’ampleur des changements, des crises ou des ruptures, et dans quelles limites la connaissance acquise peut-elle être mise au service de l’estimation de la valeur des changements en cours ? La complémentarité des approches apparaît d’autant plus nécessaire, mais d’autant plus difficile aussi, que les archives sont anciennes et incomplètes ou dispersées. Les dépôts sédimentaires marins se distinguent à ce titre des dépôts continentaux. La variété de ces derniers et la relative rareté des longues séquences continentales de référence augmentent encore la difficulté des reconstitutions chronologiques fines. Les analyses multi-proxy fournissent cependant des résultats de plus en plus nombreux et fiables. Les régions et environnements volcanisés présentent dans ce contexte un intérêt tout particulier en multipliant les jalons (coulées, pyroclastites et épiclastites) et en facilitant les corrélations y compris à l’échelle globale (gaz, téphras), en favorisant la conservation des formes et formations, en permettant enfin la constitution de longues séquences (maars, barrages volcaniques). En même temps cependant, le volcanisme apparaît, là où il survient, comme un agent de complexification dans la compréhension de la variabilité spatio-temporelle des milieux, en en modifiant les caractéristiques (modifications de la topographie et de l’hydrographie ainsi que du contexte lithologique et de la dynamique fluviale par le biais du contrôle de la charge solide – granulométrie, volume sédimentaire – et de son transit – blocages à l’arrière des barrages volcaniques…) et les rythmes d’évolution (événements rapides à brutaux liés aux éruptions, retards induits par les barrages volcaniques ou les phénomènes de surcharge sédimentaire…). Il importe donc de pouvoir faire la part de son influence spécifique par rapport à celle des autres facteurs de contrôle (en particulier la tectonique et le contexte bioclimatique) dans l’étude de la variété des environnements et de leurs fluctuations.

10La session 3 « Spécificités des environnements montagnards dans l’étude du Quaternaire » (Cécile Miramont et Magali Delmas) portait sur les régions de montagne. Ces dernières se distinguent par trois traits au moins : i) l’élévation en altitude, qu’accompagne une dégradation climatique à l’origine de la mise en place d’ambiances montagnardes et d’un étagement des milieux ; ii) le développement vertical des formes, l’accentuation corrélative des pentes et une tectonique souvent plus active qu’ailleurs, qui modifient la hiérarchie et le poids relatif des facteurs conditionnant l’évolution des milieux, ainsi que les rythmes de fonctionnement de ces derniers ; iii) l’orientation ou le compartimentage du relief, favorables au cloisonnement ou à la fragmentation des espaces. Ces caractères font des milieux de montagne des terrains d’étude spécifiques, particulièrement mouvants et hautement sensibles aux changements environnementaux, d’où l’intérêt qui leur est porté dans le cadre des études paléoenvironnementales. La diversité et la structuration particulière des espaces juxtaposés et des ressources (dans l’espace : étagement, fragmentation, comme dans le temps : saisonnalité et rythmes de fonctionnement) y sont une conséquence de cette donne spécifique et de la variété des réponses induites, mais déterminent aussi les modalités mêmes des réponses du milieu aux fluctuations environnementales. Plus qu’ailleurs sans doute, le signal local prend ici le pas sur le signal résultant des variations globales, et la multiplication des situations de niches et de refuges brouille encore davantage le message et complique la compréhension, dans un cadre global, des logiques spatio-temporelles des fluctuations environnementales locales reconnues. En même temps, les espaces de montagne ne sont pas des systèmes clos. Leur prise en compte dans les études paléoenvironnementales à l’échelle régionale apparaît incontournable à deux titres au moins : i) sur le plan des flux et transferts d’eau et de matière, la montagne représente toujours un amont par rapport aux domaines de piémonts, plateaux et plaines du pourtour. Quels « effets de domination » (pour reprendre en l’étendant cette notion spécifique du fonctionnement des grands versants de montagne) la montagne, ses dynamiques, ses produits, exercent-ils sur les domaines du pourtour ? Jusqu’où dans le temps et dans l’espace, et suivant quelles modalités, ses influences diffusent-elles au-delà de ses limites, et avec quel contrôle sur les caractères des domaines extra-montagneux, sur leurs modes de répartition spatiale et sur les temporalités de leurs évolutions en regard des fluctuations globales ? La montagne, à l’amont du système donc hors d’autres influences alors que ses pourtours sont « intégrateurs », offre-t-elle pour ces raisons la possibilité d’une lecture plus fidèle de la chronologie des fluctuations environnementales ? Comment tirer partie des différences et complémentarités entre la montagne et ses pourtours pour saisir plus justement et complètement dans leurs conséquences les logiques spatio-temporelles des fluctuations environnementales et faire la part du local et du global ? ii) sur le plan biogéographique comme sur le plan des logiques spatiales d’exploitation par l’Homme des milieux, les transferts se font à double sens, dans un mouvement de va et vient récurrent. Suivant quelles modalités, ou en fonction de quels objectifs ou complémentarités lorsqu’il s’agit de l’Homme, s’opèrent les transferts, les échanges, s’organisent les logiques de fréquentation ? Et avec quels effets cumulatifs ou différences (éventuellement induites elles-mêmes par ces effets cumulatifs) d’un cycle à l’autre, d’une période d’occupation à l’autre ? En quoi y a-t-il un sens déterminé des évolutions liées à ces flux, comment s’applique-t-il sur le plan des logiques spatiales, comment se traduit-il sur le plan des temporalités et de leur évolution ? Au total, cette session visait à mettre en évidence l’influence des spécificités morphodynamiques et écologiques des milieux de montagne sur leur variabilité spatiale interne ainsi que sur les modalités de leur articulation avec les domaines de piémonts, plateaux et plaines développés à leurs pourtours. Il s’agissait aussi de montrer la spécificité de ces milieux du point de vue des possibilités de développement et de conservation des archives morpho-sédimentaires et paléo-écologiques. La nature, la qualité, la variété et le degré de continuité spatio-temporelle de ces dernières conditionnent en effet la reconstitution des contextes paléoenvironnementaux et la compréhension de leur variabilité spatio-temporelle aux diverses échelles au sein du Pléistocène et de l’Holocène.

11Enfin, la session 4 « Géoarchéologie : co-évolution sociétés - milieux, variabilité environnementale et stratégies territoriales » (Catherine Kuzucuoglu et Jean-Paul Raynal), en hommage à Bernard Valadas, était à teneur géoarchéologique et plus spécifiquement centrée sur les interactions Homme / milieu. Depuis la préhistoire, l’Homme développe des stratégies territoriales ajustées aux caractéristiques environnementales et devant répondre aux besoins de groupes humains également mus par des orientations culturelles. Comment s’opère l’inscription de ces groupes au sein de leur espace, quels sont les territoires pertinents (extension, nature et diversité des milieux intégrés), sur quelles bases se définit la différenciation spatiale entre groupes ? Au regard du rôle des variations climatiques sur les peuplements pléistocènes, la question qui se pose alors est celle de l’influence de l’environnement naturel et de ses fluctuations sur les modes d’adaptation et, par là, la différenciation culturelle, démographique, économique des groupes humains ; à moins que cette différenciation culturelle n’ait d’emblée induit différents modes d’adaptation (outillage, mobilité des groupes, stratégies d’occupation et d’exploitation des milieux) aux caractéristiques environnementales. Comment les territoires fluctuent-ils au cours du temps (en dimension, position, variété des milieux juxtaposés d’usage complémentaire) en fonction des évolutions environnementales naturelles et sociétales ? Que nous permet de dire à ce sujet l’étude des sites et territoires occupés ? Dans les domaines de la préhistoire et de la géoarchéologie, c’est sous l’angle de la coévolution sociétés - milieux que doit être dorénavant considérée la question de la variabilité environnementale, au travers de 3 champs principaux d’investigation : i) celui de la nature et du sens des modifications et de l’évolution : que peut-on percevoir du rôle des sociétés (au travers de leurs stratégies d’occupation et d’exploitation, de mise en valeur et d’aménagement, de sélection d’espèces et de milieux…) sur l’état, le fonctionnement et la variété des milieux et des paysages (augmentation ou diminution de la variabilité spatiale et donc de la biodiversité) ? Face aux fluctuations environnementales naturelles ou aux réponses du milieu à cet impact, quelles stratégies d’adaptation les sociétés mettent-elles en œuvre ? ii) celui de la résilience des milieux donc de leur capacité de transformation, d’ajustement ou de restauration face aux sollicitations sociétales à des rythmes ou avec des niveaux d’intensité déstabilisateurs par rapport aux seuils en vigueur et source de ruptures ou de crises plus ou moins étendues et profondes, aux conséquences directes et différées ; iii) celui des apports des études paléoenvironnementales et géoarchéologiques à la réflexion prospective dans le contexte des préoccupations actuelles sur le changement global et ses conséquences. Bien entendu, il s’agissait dans cette session de présenter le progrès des connaissances, mais aussi d’en montrer les limites méthodologiques actuelles.

12Alors que paraissent les premiers articles, nous tenons à remercier tous les auteurs qui ont souhaité prolonger ainsi leur participation à cette manifestation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Defive, « Colloque Q8 : variabilité spatiale des environnements quaternaires - contraintes, échelles et temporalités. Clermont-Ferrand, 2012 », Quaternaire, vol. 24/2 | 2013, 83-86.

Référence électronique

Emmanuelle Defive, « Colloque Q8 : variabilité spatiale des environnements quaternaires - contraintes, échelles et temporalités. Clermont-Ferrand, 2012 », Quaternaire [En ligne], vol. 24/2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6510

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org