Navigation – Plan du site

Unités lithostratigraphiques quaternaires du nord de la France : un inventaire

Quaternary lithostratigraphic units of northern France: an inventory
Jean Sommé
p. 3-12

Résumés

Bien que la lithostratigraphie soit fondamentale pour la cartographie géologique, elle a été peu utilisée dans le traitement des terrains quaternaires sur les cartes détaillées de la région du Nord de la France. Un inventaire des unités lithostratigraphiques est proposé en s’appuyant sur d’autres sources bibliographiques. Pour chaque unité sont précisées l’origine du nom et la mention des publications principales qui ont complété sa description et son interprétation chronostratigraphique. Dans les sédiments marins-estuariens se trouvent distinguées la Formation des Flandres (Holocène), la Formation de Loon (Eemien), les Formations de Sangatte et d’Herzeele (Pléistocène moyen récent) et, dans le Boulonnais, les Formations de la Slack et du Fart ainsi que d’autres (Pléistocène moyen et inférieur). Les sédiments fluviatiles sont regroupés en deux Formations : Lys et Artois. Plus détaillée, la lithostratigraphie des lœss et dépôts associés de versant comporte les Formations de Lille et de Marly (Weichselien) avec leurs membres, lits ou complexes, reposant sur les lœss et paléosols de la Formation du Hainaut (Pléistocène moyen).

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1La phase à la fois préalable et permanente de l’interprétation stratigraphique est la classification lithostratigraphique qui concerne « l’organisation des couches géologiques en unités d’après leurs caractères lithologiques » (Hedberg, 1976, p. 30, traduction française 1979, p. 40 ; Salvador, 1994, p.31). S’agissant d’une règle générale à l’ensemble de la géologie, il paraît logique de l’appliquer aussi aux formations d’âge quaternaire. Pourtant, dans la plupart des cartes géologiques régionales du Nord à 1/50 000, ce n’est pas le cas pour ces terrains pléistocènes et holocènes, exception faite en partie pour les dépôts littoraux marins. Par exemple, dans ces cartes, publiées essentiellement dans les années soixante et soixante-dix du siècle dernier, on ne trouve guère comme mention stratigraphique concernant les « limons des plateaux » que celle de la superposition dite fréquente de la « terre à briques » sur l’ « ergeron », deux appellations qui se référent d’ailleurs à l’ancienne industrie de la brique (l’ergeron étant le limon sous-jacent impropre jadis à la fabrication des briques en raison de sa teneur en calcaire). En effet les terrains quaternaires y sont traités en tant que « formations superficielles » avec un système cartographique qui n’est pas fondé sur la stratigraphie. Seules les notices explicatives des cartes les plus récentes fournissent une information plus précise, lithostratigraphique et (ou) chronostratigraphique, pour les formations pléistocènes et holocènes : Desvres (Bonte et al., 1982), Hazebrouck (Leplat et al., 1985), Boulogne (Bonte et al., 1985), Calais (Leplat & Sommé, 1989), Dunkerque-Hondschoote (Leplat et al., 1989), Marquise (Mansy et al., 2007).

2L’inventaire des unités lithostratigraphiques quaternaires du Nord de la France doit donc reposer sur d’autres publications, en s’attachant notamment à celles qui comportent des tableaux stratigraphiques, qui précisent l’extension géographique des unités et qui proposent une nomenclature pouvant servir à la cartographie géologique. Il faut préciser que le « Nord de la France », dont il est question, se limite essentiellement à la partie de la région Nord-Pas-de-Calais qui est centrée sur la mer du Nord par son hydrographie et sa morphologie. Comme le veut sa géographie, découpée à l’emporte-pièce par la frontière, sa paléogéographie se trouve de ce fait en étroite relation avec celle des pays voisins (Belgique, Pays-Bas) avec lesquels les corrélations sont les plus directes, espace que les auteurs anciens désignaient du terme de « région gallo-belge » (Briquet, 1907). S’y ajoute le territoire de la boutonnière du Bas-Boulonnais, ouverte sur la Manche, qui constitue largement un cas particulier.

3Dès la fin du XIXème siècle, les séries continentales quaternaires de la région avaient été l’objet par Ladrière d’une classification en plusieurs unités superposées regroupées en Quaternaire inférieur, moyen et supérieur, système lithostratigraphique avant la lettre (Ladrière, 1879b, 1890). Ce système fut d’ailleurs adopté par Gosselet (1903) dans sa synthèse géologique régionale. Commont (1912) l’utilisa à son tour dans le bassin de la Somme en l’adaptant à la chronologie glaciaire alpine qui s’était imposée dans l’intervalle. Le système lithostratigraphique de Ladrière, qui était ainsi directement interprétable en termes de stratigraphie des lœss (Briquet, 1907), fut par contre contesté par Dubois (1924). Ce dernier affirma en effet que « les limons du Nord de la France sont des formations issues principalement de la désintégration et du remaniement à faible distance du socle préquaternaire » et qu’il en est de tous les âges. Cette conception a imposé, à tort, l’idée que seules les régions à substrat crayeux comportaient des limons d’origine éolienne, la roche calcaire sous-jacente ne pouvant pas expliquer la présence de tels dépôts siliceux. Par contre, la couverture lœssique n’était pas signalée en Flandre intérieure dont le substrat est sableux (Landénien) ou argileux (Yprésien). Alors que, dans le même temps, Dubois fondait la stratigraphie de l’Holocène marin avec la définition du Flandrien, il faisait ainsi marquer le pas pour la connaissance des formations limoneuses régionales, ce qui va s’observer pendant plusieurs décennies dans les cartes géologiques (Sommé, 2003). Dans le Lexique stratigraphique international, Bourdier (1957) fournit un bilan des subdivisions du Quaternaire français, en particulier pour le Nord. Seules les formations quaternaires du Boulonnais ont été l’objet ensuite d’une attention particulière (de Heinzelin, 1964 ; Bonte & de Heinzelin, 1966).

4Il faut attendre les années soixante-dix du dernier siècle pour que, en liaison avec les recherches menées dans les régions et pays voisins, un nouveau système stratigraphique du Quaternaire régional soit établi à partir de levés de coupes détaillées (Paepe & Sommé, 1970 ; Lautridou & Sommé, 1974 ; Sommé, 1975). En même temps l’interprétation chronostratigraphique était marquée par l’abandon de la nomenclature glaciaire alpine et l’adoption du système de l’Europe du Nord-Ouest, fondée sur des corrélations de proche en proche. Le tableau des lœss et des formations associées était complété par celui des formations marines littorales, en particulier avec la découverte d’un nouveau stratotype du Pléistocène moyen à Herzeele (Nord) (Paepe & Sommé, 1975 ; Sommé, 1975 ; Sommé et al., 1978, 1980).

5L’inventaire des unités lithostratigraphiques qui va suivre fait donc état surtout d’une bibliographie assez récente. Pour chaque article sont précisées l’origine du nom de l’unité et la mention des publications ultérieures principales qui ont complété sa description et sa signification ; l’interprétation chronostratigraphique et ses éventuels changements sont ainsi signalés. Quant à la répartition géographique, il est distingué, pour les séries continentales quaternaires, essentiellement la zonation éolienne périglaciaire (régions sablo-limoneuse, limoneuse occidentale et limoneuse orientale) pour laquelle il est fait renvoi aux cartographies publiées : Paepe & Sommé, 1970 ; Lautridou & Sommé, 1974 ; Sommé, 1975, 1978, 1980 ; Lautridou et al., 1982 ; Sommé, 1999).

2 - Sédiments marins-estuariens

2.1 - Formation des Flandres

6Le terme désigne la série holocène de dépôts marins et de tourbes associées, définie dans la plaine maritime de la mer du Nord avec la subdivision dans la région-type franco-belge des Assises de Calais et de Dunkerque (Sommé et al., 1980) (fig. 1). La Formation des Flandres débute en général par une tourbe de base d’âge boréal, surmontée de sables marins qui marquent l’arrivée de la mer, suite à la transgression postglaciaire. Du point de vue chronostratigraphique, la Formation des Flandres représente le Flandrien, ancien terme conservé avec le sens strict d’Etage Holocène. L’expression de « transgression flandrienne », désignant la remontée du niveau de la mer au cours du Weichselien supérieur et de l’Holocène est abandonnée puisque le Flandrien correspond seulement à l’Epoque Holocène.

7Le terme d’Assise de Dunkerque a été proposé par Dubois (1924) pour désigner les sables à Cardium et les argiles des polders à Scrobicularia qui comportent notamment aussi Mya arenaria, par ailleurs historiquement datés (IIIème-XIIIème siècles). Cette interprétation chronologique a été modifiée à la suite des travaux menés en particulier en Belgique et aux Pays-Bas, car les dépôts superficiels, peu épais, de la plaine maritime qui reposent sur la tourbe supérieure, dite « Tourbe de surface », d’âge subboréal, laquelle termine l’Assise de Calais, peuvent encore appartenir au 1er millénaire avant J.-C. et ainsi précéder l’époque romaine. Comme tout ce qui concerne l’Holocène, en raison de la précision des datations pour cette période, la chronologie détaillée s’est imposée dans la description stratigraphique. Ainsi l’Assise de Dunkerque a pris un sens chronostratigraphique, comportant trois grandes phases liées à des transgressions intervenues selon les ouvertures de la barrière côtière : Dunkerque I (antérieur à l’époque romaine), Dunkerque II (IIIème-VIIème siècles) dont les dépôts sont les plus étendus, Dunkerque III (Moyen Âge) d’extension locale réduite.

8Le terme d’Assise de Calais, proposé aussi par Dubois (1924), désigne l’épaisse masse de dépôts holocènes d’âge essentiellement atlantique, sous-jacents à l’Assise de Dunkerque : sables, argiles, cordons de sables et galets dont l’important banc des Pierrettes dans le Calaisis, tufs calcaires, tourbes dont la tourbe de base boréale à la base de la séquence et la tourbe supérieure, dite de surface, subboréale, à son sommet. Cette dernière est cependant discontinue, ayant été érodée par les chenaux de marée de l’assise de Dunkerque, et elle manque dans la zone septentrionale de la plaine maritime (Sommé, 1975). La tourbe de base (-19 m NGF) a été datée 8 380-8 200 ans 14C BP au sondage de Watten (Nord) (Sommé et al., 1992, 1994) et le sommet érodé de la tourbe supérieure à 2 780±50 ans 14C BP au sondage du Vieux Bac près d’Ardres (Pas-de-Calais) (Roeleveld & Sommé, 1975 ; Sommé, 1979) (fig. 1). Il faut noter que l’Assise de Calais s’étend largement au sud de Watten dans le bassin de Saint-Omer drainé par l’Aa (Van der Woude & Roeleveld, 1985). Comme celle de Dunkerque, l’unité de Calais a pris un sens chronostratigraphique, étant subdivisée en une série de phases transgressives (Calais I, II, III, IV).

9Le système Calais-Dunkerque, ayant perdu le sens proprement lithostratigraphique qu’il avait à l’origine, a été critiqué, voire abandonné, en particulier pour des raisons cartographiques (Baeteman, 1981, 1991, 1999). Il reste que l’individualisation de l’Assise de Dunkerque en tant qu’unité désignant les dépôts postérieurs à la Tourbe de surface, paraît demeurer valable car elle correspond à un important changement des conditions sédimentaires dans l’ensemble de la plaine. Cela avait été bien mis en valeur par Briquet (1930) qui distinguait même le Dunkerquien du Flandrien. Les problèmes se trouvent posés par l’Assise de Calais en raison de la zonation complexe des séquences lithostratigraphiques qui la constituent. Elle reste une unité cartographique simple, utile lorsque la densité des données détaillées concerne surtout des sondages superficiels et reste relativement faible pour la connaissance de la stratigraphie profonde jusqu’au substrat. C’est le cas des cartes géologiques de Calais et de Dunkerque-Hondschoote (Leplat & Sommé, 1989 ; Leplat et al., 1989). Les nouvelles recherches détaillées sur la variabilité des faciès sédimentaires dans la plaine française devraient apporter des solutions aux problèmes posés par la cartographie (Mrani & Anthony, 2005). Par ailleurs le système des unités de Calais et de Dunkerque reste utilisé dans l’Europe du Nord-Ouest (Behre, 2007).

Fig. 1 : Région du Nord de la France : sites quaternaires.

Fig. 1 : Région du Nord de la France : sites quaternaires.

1/ Vieux-Bac (Ardres), 2/ Biache-Saint-Vaast, 3/ Calais, 4/ Dunkerque, 5/ Erquinghem-sur-la-Lys, 6/ Hallines, 7/ Herzeele, 8/ Houplin-Ancoisne,9/ Izenberge (B), 10/ La Baronnerie (Leubringhen), 11/ La Longueville, 12/ Lambersart, 13/ Lens, 14/ Lille, 15/ Lo (B), 16/ Loon, 17/ Marly, 18/ Saint-Omer, 19/ Sangatte, 20/ Warcove, 21/ Warneton (B), 22/ Watten, 23/ Wimereux, 24/ Le Fart (Wissant).

2.2 - Formation de Loon

10Ce terme désigne les dépôts pléistocènes marins profonds (environ entre -20 et -30 m NGF) de la plaine maritime dite flamande. Ces dépôts, autrefois connus seulement en sondages (Dubois, 1924, qui les assimilait à l’Assise d’Ostende, réputée alors flandrienne ; Briquet, 1930 ; Sommé, 1975), ont été observés à l’affleurement lors du creusement du bassin du Port rapide de Dunkerque à Loon-Plage (Nord) (Sommé, 1979 ; Sommé et al., 2004) (fig. 1). Les dépôts sablo-graveleux très coquilliers (crag) comportent une faune malacologique dont l’âge a été discuté : soit pléistocène, soit holocène ancien, débat mentionné dans les cartes géologiques de Calais (Leplat & Sommé, 1989) et de Dunkerque-Hondschoote (Leplat et al., 1989). Un âge eemien est actuellement retenu (Sommé et al., 2004) et ces dépôts de Loon se trouvent mis en corrélation avec la Formation d’Ostende de la plaine maritime belge (Oostende Formation, Gullentops et al., 2001).

2.3 - Formation de Sangatte

11Pour des raisons cartographiques, sur la feuille géologique de Marquise (Mansy et al., 2007), la « Formation de Sangatte » est définie pour désigner les sédiments littoraux du paléorivage pléistocène (galets et sables) et l’épaisse masse de dépôts crayeux de versant et lœss qui l’ont fossilisé et qui affleurent dans la falaise vive longue de plus d’un kilomètre (fig. 1). En raison de son altitude relative (niveau de 5 mètres), le paléorivage a été pendant longtemps considéré, sous les appellations de Monastirien, Ambanien, Normannien, Riss-Würm, Eemien, comme un gisement-type du dernier interglaciaire (Dubois, 1924 ; Bonte & de Heinzelin, 1966 ; Guilcher, 1969). Un âge pléistocène plus ancien était cependant envisagé (Briquet, 1930 ; Bourdier, 1957, 1969a,b). Les deux hypothèses d’interprétation sont déjà évoquées dans la 1ère édition de la carte géologique de Marquise (Bonte et al., 1971). Ce paléorivage date bien en effet d’un interglaciaire du Pléistocène moyen comme le montre la stratigraphie des dépôts sus-jacents (Sommé, 1975 ; Balescu & Haesaerts, 1984). Quant à l’interglaciaire concerné, la discussion reste ouverte. Il s’agit soit de l’Holsteinien (stade isotopique 9) en corrélation avec la Formation d’Herzeele (Paepe & Sommé, 1975 ; Sommé, 1979 ; Sommé et al., 1999 ; Antoine, 1989b); soit de l’interglaciaire intrasaalien (stade isotopique 7) (Balescu et al., 1992). Ces deux événements littoraux pourraient aussi être présents dans la longue falaise de Sangatte, séparés par des dépôts de pente (Van Vliet-Lanoë, 1997 ; Van Vliet-Lanoë, et al., 2000, 2010).

2.4 - Formation d’Herzeele

12La « Formation d’Herzeele » caractérise les dépôts marins de Wadden, datant du Pléistocène moyen, qui s’étendent dans le bassin de l’Yser en Flandre française et belge (Paepe & Sommé, 1975 ; Sommé, 1975 ; Sommé et al., 1978 ; Paepe et al., 1981). Dans la localité-type (briqueterie d’Herzeele (Nord), actuellement détruite) (fig. 1), le gisement montrait trois unités sableuses et limono-argileuses en partie emboitées, à une altitude comprise entre 11 et 6 m NGF, sous une mince couverture de lœss et sables éoliens. Ce gisement n’est pas mentionné sur la carte géologique de Steenvoorde (Sangnier, 1969). L’unité marine supérieure correspond aux Sables d’Izenberge, antérieurement reconnus en Belgique proche (Tavernier & de Heinzelin, 1962) (fig. 1) ; elle est aussi riche en faune malacologique (Meijer & Preece, 1995). Son attribution à l’Holsteinien est fondée en particulier sur les données palynostratigraphiques (Vanhoorne in Sommé et al., 1978) ; elle a été discutée pour l’unité moyenne limono-argileuse qui repose sur une tourbe à débris de bois (Vanhoorne & Denys, 1987). Cette tourbe a par ailleurs été mise en corrélation avec celle de Lo en Belgique (Vanhoorne, 2003) (fig. 1). Les datations numériques (ESR, TL et U-Th) de l’unité marine supérieure donnent des âges compris, selon les méthodes, entre 228 et 348 ka (Sarnthein et al., 1986 ; Barabas et al., 1988 ; Schwarcz & Grün, 1988 ; Balescu & Lamothe, 1993). Bien que discuté également, un âge pléistocène plus ancien (Cromerien) paraît s’imposer pour les sables inférieurs en fonction de la litho-pédostratigraphie et de l’extension régionale en surface et en altitude, plus importante, de cette unité (Sommé et al., 1999).

2.5 - Formation de la Slack

13La « Formation de la Slack » est le terme proposé pour désigner les dépôts (jadis confondus avec l’Aptien) qui forment la butte de la Pointe aux Oies dans le Boulonnais au nord de Wimereux (Pas-de-Calais), interprétés comme le remplissage d’un ancien estuaire de la Slack d’âge pléistocène moyen (Bonte & de Heinzelin, 1966) (fig. 1). La séquence, épaisse d’une vingtaine de mètres, repose à l’altitude de 8 m NGF sur les grès purbeckiens par l’intermédiaire d’un cailloutis basal, et comporte des dépôts argilo-sableux lités à concrétions (« argiles à biscuits »), puis un cailloutis fluviatile et des sables à stratification entrecroisée (Sommé in Colbeaux, 1985 ; Lefèvre & Sommé, 2001). Une industrie du Paléolithique inférieur, considérée comme la plus ancienne de la région du Nord, a été trouvée sur l’estran actuel et pourrait provenir du cailloutis basal (Tuffreau, 1971, 1987 ; de Heinzelin, 1972). Les dépôts de la Pointe aux Oies ont été considérés comme synchrones de ceux de la Formation du Fart à Wissant (Bonte, 1966) ; les deux gisements ont aussi été interprétés comme les témoins d’un vaste écoulement fluviatile nord-sud à travers le Boulonnais (seuil de Warcove entre la plaine maritime de Wissant et la vallée de la Slack), dû au débordement d’un lac proglaciaire couvrant l’emplacement de la mer du Nord méridionale (Roep et al., 1975) (fig. 1). Cette hypothèse ne peut être retenue à la suite des levés et sondages effectués pour la seconde édition de la feuille géologique de Marquise, entre Wissant, Warcove et Wimereux ; la Formation de la Slack y est interprétée comme le remplissage d’un paléo-estuaire de la Slack, d’âge pléistocène moyen, plus récent que la Formation du Fart (Lefèvre & Sommé, 2001). Il existe par ailleurs une autre interprétation de l’âge des dépôts de la Pointe-aux-Oies qui en fait une butte résiduelle du Pliocène, en liaison avec une ouverture du détroit du Pas de Calais (Van Vliet-Lanoë et al., 1998, 2001).

2.6 - Formation du Fart

14Connus autrefois sous le nom de Ruisseau du Phare ou du Petit Phare (Briquet, 1906 ; Dubois, 1924 ; Briquet, 1930), les dépôts pléistocènes qui bordent la petite plaine maritime holocène de Wissant (Pas-de-Calais), située entre les caps Gris-Nez et Blanc-Nez, sont désignés par l’appellation de « Formation du Fart », selon une graphie ancienne du toponyme, restituée sur les cartes modernes (fig. 1). Le terme a remplacé celui de Formation de Wissant (Bonte & de Heinzelin, 1966), par ailleurs utilisé pour désigner l’Aptien (Lefèvre & Sommé, 2001). Sont ainsi décrits les dépôts de la carrière du Fart qui, sous les limons de couverture, sont constitués de sables à stratification oblique, cailloutis fluviatiles, formations argileuses litées, sables fins glauconieux et cailloutis fluvio-marins à Mammuthus meridionalis et Hippopotamus major (culminant à 13 m NGF. et épais de plus de 30 mètres (Ters & Pinot, 1969 ; Sommé & Tuffreau, 1976 ; Sommé in Colbeaux, 1985 ; Lefèvre & Sommé, 2001). Ce paléoestuaire correspond à un ancien écoulement de la Slack (de Heinzelin, 1964). Il est considéré comme d’âge pléistocène moyen ancien (Cromerien). Les relations morphostratigraphiques entre la Formation du Fart et celle de la Slack montrent que la première est plus ancienne (Lefèvre & Sommé, 2001 ; Mansy et al., 2007).

15D’autres unités lithostratigraphiques, reconnues en sondages lors des levés de la seconde édition de la carte géologique de Marquise (Lefèvre & Sommé, 2001 ; Mansy et al., 2007) ont été définies sans que leur étude ait pu être suffisamment développée. C’est le cas de la Formation de la Baronnerie qui désigne les dépôts localisés dans la colline (alt. 92 m) de la ferme de la Baronnerie (Leubringhen, Pas-de-Calais) au nord de Marquise (fig. 1). La formation reconnue sur 35 mètres d’épaisseur est subdivisée en deux parties : une unité supérieure, épaisse de 22 mètres, sableuse et argileuse, une unité inférieure, argileuse avec silex. Seule l’unité supérieure est attribuée au Quaternaire : Pléistocène inférieur. D’autres formations, dont les relations stratigraphiques avec la Formation de la Baronnerie restent à préciser, sont présentes dans la dépression de Warcove : Argiles de Bernes, de la Butte, de la Cantragne et de Warcove. De nouvelles interprétations attribuent partie de ces formations et de celle de la Slack à l’Eocène ou à l’Oligocène (Van Vliet et al., 2010).

3 - Sédiments fluviatiles

3.1 - Formation de la Lys

16Proposé en 1978, le terme de « Formation de la Plaine de la Lys » (Sommé et al., 1980), devenu plus simplement « Formation de la Lys » (Leplat et al., 1985), a été utilisé à la suite des sondages effectués en 1977 en vue de la réalisation de la feuille géologique d’Hazebrouck, en particulier celui d’Erquinghem-sur la Lys (Nord) implanté à 2 km en amont d’Armentières (fig. 1). Il désigne l’ensemble des formations limono-sableuses et argileuses fluviatiles qui colmatent profondément les talwegs du bas-pays (Lys, Deûle, Aa), dans la Plaine de la Lys, la région de Lille et la Flandre intérieure. Cet ensemble, dont l’épaisseur peut dépasser la vingtaine, et parfois la trentaine, de mètres, comporte des unités d’âges holocène et pléistocène (Weichselien, Eemien et Saalien supérieur). Aux données d’Erquinghem-sur-la-Lys (Sommé et al., 1996) s’ajoutent, en particulier pour le Tardiglaciaire et l’Holocène, celles d’Houplin-Ancoisne dans la vallée de la Deûle (Deschodt et al., 2004) (fig. 1).

17La Tourbe d’Erquinghem, complexe argileux organique, située entre 0 et -5 m NGF dans la plaine de la Lys, représente l’interglaciaire eemien à son optimum (Sommé et al., 1996).

18Le Complexe des tufs de Watten, reconnu au sondage de Watten (Nord), présent dans la vallée de l’Aa (entre -19 et -24 m NGF) à son débouché de l’Artois, est constitué d’une série de dépôts limoneux et sableux calcaires fluvio-lacustres (fig. 1). Il s’agit d’une variation de faciès, à l’aval d’un environnement crayeux, mis en place lors des stades et interstades du Début Glaciaire weichselien (Herning, Brørup, Rederstall, Odderade) (Sommé et al., 1992, 1994).

3.2 - Formation de l’Artois

19La « Formation (des graviers) de l’Artois » regroupe les dépôts sablo-graveleux du système des terrasses étagées du haut-pays artésien (Sommé et al., 1980 ; Lautridou et al., 1982) qui, lorsque les principales rivières (Aa, Lys, Clarence, Lawe) débouchent du plateau, s’étalent en un éventail de piémont (fig. 1). Il ne paraît pas nécessaire de distinguer une unité différente pour la Scarpe et l’Escaut dont les terrasses s’individualisent cependant par une couverture souvent épaisse de lœss, en raison de leur localisation dans la zone limoneuse orientale. L’ensemble de la formation est considéré comme d’âge pléistocène moyen et inférieur. Un repère du stade récent du système est fourni par la basse terrasse de la Scarpe à Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) dont le cailloutis est recouvert par des tufs datant de l’interglaciaire saalien qui précède l’Eemien (Tuffreau & Sommé, 1988) (fig. 1).

20Il reste que dans la stratigraphie des dépôts fluviatiles pourrait être envisagée une éventuelle distinction de formations différentes dans le groupe des terrasses, ce qui implique l’établissement de corrélations précises entre les systèmes des diverses vallées.

4 - Lœss et dépôts associés de versant

4.1 - Formation de Lille et formation de Marly

21Parallèlement à la Belgique et à la Normandie, a été proposée une nomenclature lithostratigraphique pour les lœss et dépôts associés weichseliens de la région du Nord (Sommé et al., 1980). Les appellations de « Formation de Lille » et « de Formation de Marly » permettent de distinguer les séquences des zones limoneuses occidentale et orientale. « Lille » a été pris au sens de Communauté urbaine car les nombreuses coupes de référence des briqueteries, la plupart d’ailleurs actuellement détruites, se trouvaient dans les banlieues de la ville (Sommé, 1975) (fig. 1). « Marly » est la localité située à l’est de Valenciennes, particulièrement représentative de la zone limoneuse orientale (cf. les travaux de Ladrière) où avait pu être étudiée une coupe, haute de plus de 12 mètres dont 8 à 9 mètres de Weichselien, lors de la construction d’un important ouvrage routier et ferroviaire de l’autoroute A2 (Paepe & Sommé, 1970 ; Cartigny, 1971 ; Sommé, 1975) (fig. 1).

22Le membre supérieur de la Formation de Lille, dénommé Assise du Weppes, du nom de la région se trouvant immédiatement à l’ouest de Lille, correspond au « Lœss de couverture », particulièrement épais dans cette région flamande (fig. 1). Ce membre est commun à l’ensemble de la zone limoneuse et caractérise donc aussi la Formation de Marly. Il tire son nom du fait qu’il constitue la couche limoneuse weichselienne superficielle et qu’il recouvre indifféremment les diverses unités stratigraphiques pléistocènes antérieures, y compris parfois directement le substrat antéquaternaire, observation déjà faite par Ladrière pour ce qu’il nommait le « limon supérieur ». Le faciès le plus répandu dans la zone limoneuse est celui de lœss typique, ce qui contraste avec les formations limoneuses ou sablo-limoneuses litées sous-jacentes (Sommé, 1975, 1978). Dans le Nord, la zone lœssique, jusque-là cantonnée en position sud-orientale, gagne en effet fortement vers l’ouest et le nord-ouest au Weichselien supérieur. En même temps son épaisseur y est souvent plus importante (4 mètres à Lambersart dans le Weppes, Sommé, 1968) alors qu’elle se réduit à environ 2 mètres en Hainaut, Artois et Cambrésis (Sommé, 1975) (fig. 1). Cette unité correspond au Membre du Brabant de la Formation de Gembloux en Belgique (Gullentops et al., 2001).

23La base du Lœss de couverture est marquée par l’Horizon à langues de

24Kesselt/Nagelbeek. F. Gullentops (1954, 1981) a défini à Kesselt (Belgique, Limbourg) à la base du Lœss brabantien - équivalent du Lœss de couverture - un horizon à langues grisâtre, limoneux, calcaire, à faible teneur en matière organique, qui surmontait, par l’intermédiaire d’un cailloutis, un lœss décalcifié, faiblement altéré, lui-même dénommé « Sol de Kesselt ». En raison de la confusion qui pouvait en résulter, l’horizon à langues s’est trouvé conservé sous le nom d’ « Horizon à langues de Nagelbeek » (Haesaerts et al., 1981), la localité-type se trouvant au Limbourg néerlandais dans la même région que Kesselt. Par contre, la notion de « Sol de Kesselt » est abandonnée.

25L’Horizon à langues a été reconnu dans la lithostratigraphie de la zone des lœss de France septentrionale sous les noms d’ « Horizon pédologique cryoturbé » ou de « Niveau de Kesselt » (Paepe & Sommé, 1970 ; Lautridou & Sommé, 1974). Il constitue en effet un horizon repère très constant sur de longues distances, de la Belgique à la Normandie, sa présence ayant aussi été observée dans les lœss d’Achenheim en Alsace (Heim et al., 1982 ; Lautridou et al., 1982 ; Sommé et al., 1986 ; Rousseau et al., 1998). Il est représentatif d’une phase d’érosion qui a souvent recoupé en glacis divers dépôts sous-jacents (Sommé, 1975). Pour cette raison, il s’impose comme horizon repère majeur, en plus du fait qu’il sépare dans les séquences continues les faciès du Lœss de couverture et des Formations limoneuses litées. Un âge de l’ordre de 25 000 ans lui est attribué, ce qui le placerait à la limite entre les stades 2 et 3 de la stratigraphie isotopique océanique et à l’intérieur du Pléniglaciaire supérieur dont le début est fixé conventionnellement vers 30 ka (Antoine et al., 1998).

26Si l’unité sous-jacente des « Formations limoneuses litées » représente un faciès diagnostique dans l’ensemble de la région par sa structure finement stratifiée avec multiples lignes de microfentes de gel déformées dans le sens de la pente et zones cryoturbées, son caractère limono-sableux est propre au bas-pays à substrat tertiaire où s’est trouvé ainsi défini, dans la Formation de Lille, le membre inférieur dit Assise de Lambersart. Cette unité était particulièrement bien développée dans cette briqueterie (actuellement détruite) de la banlieue occidentale de Lille (Sommé, 1968 ; Paepe & Sommé, 1970 ; Sommé, 1975), secteur du Weppes qui a donné lieu à une nouvelle étude récente (Deschodt et al., 2008) (fig. 1). Dans la zone limoneuse orientale, l’unité des « Formations limoneuses litées » étant de faciès typiquement limoneux, le membre inférieur a été individualisé dans la Formation de Marly sous l’appellation d’Assise de Gohelle, du nom de la plaine de Lens, région située en Bas-Artois (fig. 1). Des enregistrements malacologiques ont été étudiés dans les lœss et gleys de toundra de cette assise à Curgies, proche de Marly, et à Bourlon, plus au sud, près de Cambrai (Moine et al., 2011). Si l’on ajoute que le Début Glaciaire est surtout représenté par des « Sables et limons » dans la zone occidentale, alors qu’ailleurs est conservé le complexe limoneux du « Sol de Warneton », on mesure qu’au cours d’une grande partie du dernier glaciaire cette zone occidentale fait figure de zone sablo-limoneuse, la zone des lœss étant alors cantonnée beaucoup plus à l’est, ce qui justifie pleinement pour la cartographie la distinction des deux Formations.

27Le nom de Complexe de Sol de Warneton a été donné aux couches humifères coquillières qui surmontent le Sol de Rocourt dans la localité belge située au nord de la Plaine de la Lys sur la rive gauche du fleuve (Paepe, 1964) (fig. 1). Ce complexe de sols de type steppique (chernozem) a été alors attribué aux interstades d’Amersfoort, de Brørup et d’Odderade du Début Glaciaire weichselien (Paepe & Vanhoorne, 1967 ; Paepe & Sommé, 1970) et mis en corrélation avec la partie supérieure du Complexe de Stillfried A ou Pédocomplexe de Stillfried en Autriche (Fink, 1969). Il correspond au Limon gris cendré ou blanchâtre avec manganèse ou avec Succinées qui surmonte le Limon fendillé dans le système de Ladrière (Sommé & Tuffreau, 1978). Dans la zone des lœss, le Sol de Warneton est très constant, formant avec le Sol de Rocourt un pédocomplexe qui avait amené justement Ladrière à en faire l’unité supérieure de son Quaternaire moyen. En Picardie, la notion de Sol de Warneton a été précisée avec le « Complexe des Sols de Saint-Sauflieu » (Antoine, 1989a, 1990 ; Antoine et al., 1994).

28Contrairement à la zone limoneuse (zone des lœss), il n’a pas été proposé une nomenclature lithostratigraphique formelle pour la zone sablo-limoneuse. Celle-ci, qui fait transition en Belgique entre la zone sableuse et la zone limoneuse, s’étend en France au nord de l’axe des monts de Flandre en Flandre intérieure et dans les plaines de la Lys et de la Scarpe (Paepe & Sommé, 1970 ; Sommé, 1975, 1978, 1980, 1999).

4.2 - Formation du Hainaut

29La « Formation du Hainaut » désigne la séquence de lœss et paléosols de rang interglaciaire, sous-jacents à la couverture de lœss weichseliens, d’âge pléistocène moyen (Sommé et al., 1980). Elle est particulièrement bien conservée dans la zone limoneuse orientale (Hainaut et Cambrésis) sous les lœss weichseliens peu épais. Dans la coupe-type de La Longueville (Nord) (Sommé, 1975 ; Sommé & Tuffreau, 1976 ; Paepe et al., 1977), située dans le Hainaut à 4 km à l’est de Bavay (fig. 1), ces lœss anciens, percés de grandes fentes de gel, ont été observés sur 5 mètres d’épaisseur avec, de haut en bas, trois paléosols de rang interglaciaire.

30Le premier paléosol est le Sol de Rocourt, développé dans le dernier lœss saalien. Le terme a été proposé par Gullentops (1954) pour désigner le sol analogue au sol récent qu’on rencontre à la base de la séquence supérieure des lœss, à partir de la coupe-type de la briqueterie de Rocourt, près de Liège (Belgique). Correspondant au « limon fendillé » de Ladrière, il se présente sous la forme d’un limon argileux brun-rougeâtre, très altéré. Il est interprété comme l’horizon illuvial (B textural) d’un sol brun lessivé tronqué, et rapporté à l’interglaciaire eemien (stade isotopique 5e). Ce Sol, souvent associé au « Sol de Warneton » qui le surmonte et, formant ainsi un complexe pédostratigraphique, est un repère observable sur de longues distances dans la zone des lœss qui permet de fixer la base de la séquence weichselienne (Paepe, 1968). Le Sol de Rocourt est en fait le plus souvent le bilan d’une évolution pédologique complexe, interglaciaire et début glaciaire. Mais d’un point de vue stratigraphique, il est considéré comme le marqueur de l’interglaciaire. En position de vallée, il y a parfois variation latérale à un pseudogley, voire à un horizon complètement gleyfié, ce qui justifie d’étendre le terme de « Sol de Rocourt » à une telle catena (Paepe, 1971). Cette généralisation se justifie car une unité pédostratigraphique, appelée communément « sol », est en fait un « géosol » (Morrison, 1967).

31Le second paléosol est le Sol d’Hallines, plus rougeâtre et altéré que le précédent, défini dans la couverture limoneuse de la moyenne terrasse fluviatile de la vallée de l’Aa à Hallines (Pas-de-Calais) (Sommé, 1975) (fig. 1). Le suivant, de même type, est le Sol de la Longueville. Ces deux paléosols plus anciens sont attribuables à l’interglaciaire intrasaalien et à l’Holsteinien si l’on admet que la stratigraphie est continue.

32Cette séquence correspond, dans le système de Ladrière qui avait été justement reconnu à l’origine dans cette zone limoneuse orientale (Ladrière, 1879a), aux assises moyenne (« limon fendillé » et limons sous-jacents dont le « limon panaché ») et inférieure de son Quaternaire. On doit considérer que la Formation du Hainaut désigne l’ensemble des limons, connus seulement en sondages, qui reposent sur le substrat crétacé ou landénien. En Belgique, le nom d’ « Hennuyen » a été proposé par Gullentops (1954) et ensuite décrit tantôt avec le statut de Formation (Hainaut Formation, Paepe & Vanhoorne, 1976), tantôt avec celui de Membre inférieur de la Formation de Gembloux, cette formation désignant dans ce cas l’ensemble de la couverture de lœss du Pléistocène supérieur et moyen (Gullentops et al., 2001).

5 - Conclusion

33Le système lithostratigraphique qui a été retenu pour le Nord de la France est à l’image de la répartition spatiale des dépôts quaternaires dont la conservation inégale fait que les témoins les plus récents sont aussi les plus importants. Cela se manifeste par la précision relativement plus grande accordée à la stratigraphie des terrains de l’Holocène et du Pléistocène supérieur (fig. 2). Cette méthode correspond à l’exigence cartographique puisqu’une unité lithostratigraphique doit pouvoir être cartographiable. Il en résulte la nécessaire adoption d’un nouveau système de notation fondé sur la stratigraphie dans la réalisation des cartes géologiques régulières, comme c’est le cas dans la 2e édition de la feuille de Marquise (Mansy et al., 2007) où les Formations sont classées en Pléistocène inférieur (q1), moyen (q2), supérieur (q3) et Holocène (q4) en remplacement de l’ancien système de différenciation des « formations superficielles » (Lefèvre & Sommé, 2001). Cela ne fait d’ailleurs que correspondre au principe même de la carte géologique qui décrit les affleurements du substrat en termes d’étages avec le détail des unités lithostratigraphiques. C’est aussi le système cartographique qui convient au style couvert et colmaté de la plus grande partie du relief de la région du Nord de la France où le substrat antéquaternaire demeure en général profondément enfoui. Il reste que pour la révision nécessaire de nombreuses cartes, eu égard à leur ancienneté, des études complémentaires s’imposent pour préciser le système lithostratigraphique, en particulier dans le domaine des formations fluviatiles. Par ailleurs, le Quaternaire du Boulonnais, qui est au coeur du débat sur l’histoire du détroit du Pas de Calais, demande encore à être clarifié. L’intérêt d’un inventaire est justement de tenter de faire le point sur les acquis, mais aussi sur leurs limites.

Fig. 2 : Unités lithostratigraphiques quaternaires du Nord de la France

Fig. 2 : Unités lithostratigraphiques quaternaires du Nord de la France

A)Sédiments marins-estuariens. B) loess et dépôts associés de versant.C) Sédiments fluviatiles.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE P., 1989a - Le complexe des sols de Saint-Sauflieu (Somme), micromorphologie et stratigraphie d’une coupe type du Début Weichselien. Publications du Centre d’Etudes et de

Recherches Préhistoriques, 1, 51-59.

ANTOINE P., 1989b - Stratigraphie des formations pléistocènes de Sangatte (Pas-de-Calais) d’après les premiers travaux du Tunnel sous la Manche. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, 26 (1), 5-17.

ANTOINE P., 1990 - Chronostratigraphie et environnement du Paléolithique du bassin de la Somme. Publications du Centre d’Etudes et de Recherches Préhistoriques, 2, 1-231.

ANTOINE P., LAUTRIDOU J.-P., SOMMÉ J., AUGUSTE P.,AUFFRET J.-P., BAIZE M., CLET-PELLERIN M., COUTARD J.-P., DEWOLF Y., DUGUÉ O., JOLY F., LAIGNEL B., LAURENT M., LAVOLLÉ M., LEBRET P., LÉCOLLE F., LEFEBVRE D., LIMONDIN-LOZOUET N., MUNAUT A.V., OZOUF J.C., QUESNEL F. & ROUSSEAU D.-D., 1998 – Les formations quaternaires de la France du Nord-Ouest : Limites et correlations. Quaternaire, 9 (3), 227-241.

ANTOINE P., MUNAUT A.V. & SOMMÉ J., 1994 - Réponse des environnements aux climats du Début Glaciaire weichselien : données de la France du Nord-Ouest. Quaternaire, 5 (3-4), 151-156.

BAETEMAN C., 1981 - An alternative classification and profile type map applied to the Holocene deposits of the belgian coastal plain. Bulletin de la Société Belge de Géologie, 90 (4), 257-280.

BAETEMAN C., 1991 - Chronology of coastal plain development during the Holocene in west Belgium. Quaternaire, 2 (3-4), 116-125.

BAETEMAN C., 1999 - The Holocene depositional history of the Ijzer palaeovalley (Western belgian coastal plain) with reference to the factors controlling the formation of intercalated peat beds. Geologica Belgica, 2 (3-4), 39-72.

BALESCU S. & HAESAERTS P., 1984 - The Sangatte raised beach and the age of the opening of the Strait of Dover. Geologie en Mijnbouw, 63 (3), 355-362.

BALESCU S. & LAMOTHE M., 1993 - Thermoluminescence dating of the Holsteinian marine formation of Herzeele, northern France. Journal of Quaternary Science, 8 (2), 117-124.

BALESCU S., PACKMAN S.C., WINTLE A.G. & GRÜN R., 1992 - Thermoluminescence dating of the Middle Pleistocene raised beach of Sangatte (Northern France). Quaternary Research, 37 (3), 390-396.

BARABAS M., MANGINI A., SARNTHEIN M. & STREMME H., 1988 - The age of the Holstein Interglaciation: A reply. Quaternary Research, 29 (1), 80-84.

BEHRE K.-E., 2007 - A new Holocene sea-level curve for the southern North Sea. Boreas, 36 (1), 82-102.

BONTE A., 1966 - Le Quaternaire de la Pointe-aux-Oies entre Wimereux et Ambleteuse (Pas-de-Calais). Annales de la Societe Geologique du Nord, 86, 183-186.

BONTE A., COLBEAUX J.-P., LEPLAT J. & SOMMÉ J., 1985 - Carte geologique de la France a 1/50 000 (n° 10), Boulogne-sur-Mer. Notice explicative. Bureau de Recherches Geologiques et Minieres, Orleans, 26 p.

BONTE A. & DE HEINZELIN J., 1966 - Compte-rendu de la session extraordinaire de la Societe Belge de Geologie, Paleontologie et Hydrologie et de la Société Géologique de Belgique dans le Boulonnais du 8 au 11 septembre 1966. Bulletin de la Société Belge de Géologie, 75 (3), 245-305.

BONTE A., LEPLAT J. & SOMMÉ J., 1982 - Carte géologique de la France a 1/50 000 (n° 11), Desvres (XXII-4). Notice explicative. Bureau de Recherches géologiques et minières, Orléans, 22 p.

BONTE A., SOMMÉ J., DESTOMBES J.-P., DESTOMBES P. & RAMON S., 1971 - Carte géologique de la France a 1/50 000, Marquise (XXI-3) ≪ Boulonnais-Nord ≫. Notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 23 p.

BOURDIER F., 1957 - Quaternaire. In P. Pruvost (dir.), Lexique stratigraphique international. Volume 1 : Europe, Fascicule 4b : France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg. Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 98-147.

BOURDIER F., 1969a - Sur la position chronologique du Paléolithique de Sangatte, Wissant et Wimereux (Pas-de-Calais). Bulletin de la Societé Préhistorique Française, 66 (8), 230-231.

BOURDIER F., 1969b - Étude comparée des dépôts quaternaires des bassins de la Seine et de la Somme. Excursion dans le Bassin de Paris de l’Association Internationale pour l’Étude du Quaternaire du 18 au 28 avril 1969. Bulletin d’Information des Geologues du Bassin de Paris, 21, 169-220.

BRIQUET A., 1906 - Note sur quelques formations quaternaires du littoral du Pas-de-Calais. Annales de la Société Géologique du Nord, 35, 211-236.

BRIQUET A., 1907 - Note préliminaire sur quelques points de l’histoire plio-pléistocène de la région gallo-belge. Annales de la Société Géologique du Nord, 36, 2-45.

BRIQUET A., 1930 - Le littoral du Nord de la France et son évolution géomorphologique. Imprimerie Henri Tessier, Orleans, 439 p.

CARTIGNY J., 1971 - Contribution à l’étude des loess dans le Valenciennois. Mémoire de Maitrise, Université des Sciences et Techniques de Lille, Lille, 89 p.

COLBEAUX J.-P. (dir.), 1985 - Geologie du Boulonnais. Parc Naturel Régional du Nord-Pas de Calais, Lille, 176 p.

COMMONT V., 1912 - Note sur le Quaternaire du Nord de la France, de la vallée du Rhin et de la Belgique. Annales de la Société Géologique du Nord, 41, 12-52.

DE HEINZELIN J., 1964 - Cailloutis de Wissant, capture de Marquise et percée de Warcove. Bulletin de la Societe Belge de Géologie, LXXIII, 146-161.

DE HEINZELIN J., 1972 - Note sur l’industrie paléolithique de la Pointe-aux-Oies a Wimereux (Pas-de-Calais), Septentrion, 2, 3-5.

DESCHODT L., MUNAUT A.V., LIMONDIN-LOZOUET N. & BOULEN M., 2008 - Lambersart ≪ Les Conquérants ≫ (vallée de la Deûle, Nord de la France) : une transition versant-fond de vallée au Début Glaciaire et Pleniglaciaire weichselien. Quaternaire, 19 (4), 309-333.

DESCHODT L., SALVADOR P.-G. & BOULEN M., 2004 – Formations sédimentaires et évolution de la vallée de la Deûle depuis le Pléniglaciaire supérieur à Houplin-Ancoisne (Nord de la France). Quaternaire, 15 (3), 269-284.

DUBOIS G., 1924 - Recherches sur les terrains quaternaires du Nord de la France. Mémoires de la Société Géologique du Nord, 8, 1-356.

FINK J., 1969 - Le loess en Autriche. In J. Fink (ed.), La stratigraphie des loess d’Europe. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, Supplément, 17-21.

GOSSELET J., 1903 - Esquisse geologique du Nord de la France et des contrées voisines. 4e fascicule : terrains quaternaires. Six Horemans, Lille, 78 p.

GUILCHER A., 1969 - Le Quaternaire littoral et sous-marin dans l’Atlantique. In Études françaises sur le Quaternaire présentées à l’occasion du 8e congrès international de l’INQUA. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, Supplément, 33-41.

GULLENTOPS F., 1954 - Contribution à la chronologie du Pléistocène et des formes du relief en Belgique. Mémoires de l’Institut géologique de l’Université de Louvain, 18, 125-252.

GULLENTOPS F., 1981 - About the climate of the last glaciation in NW-Europe. In Quaternary climatic variations in a Milankovitch Perspective, Louvain, 2th of June 1981. Université Catholique de Louvain, Louvain, 5 p.

GULLENTOPS F., BOGEMANS F., DE MOOR G., PAULISSEN E. & PISSART A., 2001 - Quaternary lithostratigraphic units (Belgium). Geologica Belgica, 4 (1-2), 153-164.

HAESAERTS P., JUVIGNÉ E., KUYL O., MUCHER H. & ROEBROEKS W., 1981 - Compte rendu de l’excursion du 13 juin 1981, en Hesbaye et au Limbourg néerlandais, consacrée à la chronostratigraphie des loess du Pleistocene superieur. Remarques de R. Paepe et F. Gullentops. Annales de la Société Géologique de Belgique, 104, 223-240.

HEDBERG H.D. (ed.), 1976 - International Stratigraphic Guide. A Guide to Stratigraphic Classification, Terminology, and Procedure. John Wiley and Sons, New York, 200 p. Traduction française : 1979, Guide stratigraphique international. Classification, terminologie et règles de procédure. Doin Editeurs, Paris, 233 p.

HEIM J., LAUTRIDOU J.-P., MAUCORPS J., PUISSÉGUR J.-J., SOMMÉ J. & THÉVENIN A., 1982 - Achenheim : une séquence- type des loess du Pléistocène moyen et supérieur. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, 19 (2-3), 147-159.

LADRIÈRE J., 1879a - Etude sur les limons des environs de Bavay. Annales de la Societe Géologique du Nord, 6, 74-87.

LADRIÈRE J., 1879b - Le terrain quaternaire du Nord. Annales de la Société Géologique du Nord, 7, 11-32.

LADRIÈRE J., 1890 - Etude stratigraphique du terrain quaternaire du Nord de la France. Annales de la Société Géologique du Nord, 18, 93-149 & 205-276.

LAUTRIDOU J.-P., MONNIER J.-L., MORZADEC-KERFOURN M.-T., SOMMÉ J.- & TUFFREAU A., 1982 - Les subdivisions du Pléistocène de la France septentrionale. Stratigraphie, Paléogéographie et Paléolithique. In F.W. Shotton, O. Conchon & A. Billard (eds.), Quaternary Glaciations in the Northern Hemisphere, International Geological Correlation Programme. Project 73-1-24. Report n° 9, session in France, 1-14 September 1982 ; Paris 9-10 September and Italy, 15-17 September 1982. Comité français du Programme International de Corrélation Géologique & Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 148-170.

LAUTRIDOU J.-P. & SOMMÉ J., 1974 - Les loess et les provinces climato-sédimentaires du Pléistocène supérieur dans le Nord-Ouest de la France. Essai de corrélation entre le Nord et la Normandie. Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire, 11 (3-4), 237-241.

LEFÈVRE D. & SOMMÉ J., 2001 - Données nouvelles sur les formations quaternaires du Bas-Boulonnais et leur représentation cartographique (Marquise, 1/50 000, Ed. 2000). Annales de la Société Géologique du Nord, 9, 39-58.

LEPLAT J. avec la participation de COLBEAUX J.-P. & SOMMÉ J., 1985 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 13), Hazebrouck. Notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 26 p.

LEPLAT J. & SOMMÉ J., 1989 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 2), Calais. Notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 19 p.

LEPLAT J., SOMMÉ J., BAETEMAN C. & PAEPE R., 1989 – Carte géologique de la France a 1/50 000 (n° 3), Dunkerque : Hondschoote. Notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 22 p.

MANSY J.-L., GUENNOC P., ROBASZYNSKI F., AMÉDRO F., AUFFRET J.-P., VIDIER J.-P, LAMARCHE J., LEFÈVRE D., SOMMÉ J., BRICE D., MISTIAEN B., PRUD’HOMME A., ROHART J.-C. & VACHART D., 2007 - Carte géologique de la France à 1/50 000 (n° 5), Marquise. Notice explicative. 2e édition. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 212 p.

MEIJER T. & PREECE R.C., 1995 - Malacological evidence relating to the insularity of the British Isles during the Quaternary. Geological Society Special Publication, 96, 89-110.

MORRISON R.B., 1967 - Principles of Quaternary soil stratigraphy. In R.B. Morrison & H.E. Wright, Jr. (eds.), Quaternary Soils. Proceedings of the VIIth Inqua Congress, Volume 9. Center for Water Resources Research. Desert research Institute, University of Nevada, Reno, 1-69.

MRANI M. & ANTHONY E., 2005 - The flemish coastal plain in northern France. In M. Mrani (ed.) Field Guide. Late Quaternary coastal changes. Sea level, sedimentary forcing and anthropogenic impact. A joint INQUA-IGCP 495 Fieldmeeting, Dunkerque, June 28 - July 2, 2005. Universite du Littoral Cote d’Opale, Dunkerque, 6-15.

PAEPE R., 1964 - Les dépôts quaternaires de la plaine de la Lys. Bulletin de la Société Belge de Géologie, de Paléontologie et d’Hydrogéologie, 63 (3), 327-365.

PAEPE R., 1968 - Les sols fossiles pléistocènes de la Belgique. Pédologie, 18 (2), 176-188.

PAEPE R., 1971 - Dating and position of fossil soils in the belgian pleistocene stratigraphy. In D.H. Yaalon (ed.), Paleopedology. Origine, Nature and Dating of paleosols. Hebrew University, Jerusalem, 261-269.

PAEPE R., BAETEMAN C., MORTIER R., VANHOORNE R. & Centre for Quaternary Stratigraphy, 1981 - The marine Pleistocene sediments in the Flandrian area. Geologie en Mijnbouw, 60 (3), 321-330.

PAEPE R. & SOMMÉ J., 1970 - Les loess et la stratigraphie du Pleistocène récent dans le Nord de la France et en Belgique. Annales de la Société Géologique du Nord, 90, 191-201.

PAEPE R. & SOMMÉ J., 1975 - Marine pleistocene transgressions along the flemish coast (Belgium and France). In V. Šibrava (ed.), Quaternary Glaciations in the Northern Hemisphere, International Geological Correlation Programme. Project 73/1/24. Report n° 2, on the session in Salzburg (Austria), September, 10-14, 1974, Prague, 108-116.

PAEPE R., SOMMÉ J. & TUFFREAU A, 1977 - Quaternaire du Nord de la France et du Sud de la Belgique. Paléogéographie, Stratigraphie, Paléolithique. Livret-guide de l’excursion de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 19-21 mai 1977. Laboratoire de Géomorphologie et d’Etude du Quaternaire, Institut de géographie, Université des Sciences et Techniques de Lille, Villeneuved’Ascq, 130 p.

PAEPE R. & VANHOORNE R., 1967 - The stratigraphy and palaeobotany of the Late Pleistocene in Belgium. Mémoires pour Servir à l’Explication des Cartes géologiques et Minières de la Belgique, 8, 1-95.

PAEPE R. & VANHOORNE R., 1976 - The Quaternary of Belgium in its relationship to the stratigraphical legend of the geological Map. Mémoires pour Servir a l’Explication des Cartes Géologiques et Minières de la Belgique, 18, 1-38.

ROELEVELD W. & SOMMÉ J., 1975 - The North Sea coastal plain of Northern France. In B.P. Hageman (ed.), Guide-Book, Coastal Excursion: France, Belgium, Netherlands and Germany (20-28 sept. 1975), INQUA Commission for the Study of Holocene and Subcommission Shoreline of N.W. Europe. Haarlem, 15-16.

ROEP T.B., HOLST H., VISSERS R.L.M., PAGNIER H. & POSTMA D., 1975 - Deposits of southward-flowing, Pleistocene rivers in the Channel region, near Wissant, NW France, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 17 (4), 289-308.

ROUSSEAU D.D., ZÖLLER L. & VALET J.P., 1998 - Late Pleistocene climatic variations at Achenheim, France, based on a magnetic susceptibility and TL chronology of loess. Quaternary Research, 49 (3), 255-263.

SALVADOR A. (ed.), 1994 - International Stratigraphic Guide. A Guide to Stratigraphic Classification, Terminology, and Procedure. 2nd edition. Geological Society of America, Boulder, 214 p.

SANGNIER P., 1969 - Carte géologique de la France à 1/50 000, Steenvoorde (XXIV-3). Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 11 p.

SARNTHEIN M., STREMME H.E. & MANGINI A., 1986 – The Holstein Interglaciation : time-stratigraphic position and correlation to stable-isotope stratigraphy of deep-sea sediments. Quaternary Research, 26 (3), 283-298.

SCHWARCZ H.P. & GRÜN R., 1988 - Comment on M. Sarnthein, H.E. Stremme and A. Mangini, “The Holstein Interglaciation: timestratigraphic position and correlation to stable-isotope stratigraphy of deep-sea sediments”. Quaternary Research, 29 (1), 75-79.

SOMMÉ J., 1968 - Coupe dans le Quaternaire récent de la vallée de la Deule, pres de Lille. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 5 (2), 89-99.

SOMMÉ J., 1975 - Les plaines du Nord de la France et leur bordure. Etude géomorphologique. Atelier de reproduction des thèses, Université Lille 3, Lille & Champion, Paris, 1977, 2 tomes, 810 p.

SOMMÉ J., 1978 - Formations superficielles, Quaternaire et géomorphologie. Les données de la région du Nord de la France. Hommes et Terres du Nord, 2, 5-18.

SOMMÉ J., 1979 - Quaternary coast lines in Northern France. In E. Oele, R.J.E. Schuttenhelm & A.J. Wiggers (eds.) The Quaternary History of the North Sea. Acta Universitatis Upsaliensis, Symposia Universitatis Upsaliensis Annum Quingentesimum Celebrantis, 2, 147-158.

SOMMÉ J., 1980 - Nord de la France. Geomorphologie. Formations superficielles. Quaternaire. Carte a 1/200 000 en couleurs, 2 feuilles. Centre National de la Recherche Scientifique, Paris.

SOMMÉ J., 1999 - Formations superficielles et sols en Flandre française Annales du Comite Flamand de France, 57, 9-16.

SOMMÉ J., 2003 - Formations superficielles ou Quaternaire : les données de la France septentrionale depuis Jules Gosselet et Jules Ladriere. Annales de la Société Géologique du Nord, 10, 183-190.

SOMMÉ J., ANTOINE P., CUNAT-BOGÉ N., LEFÈVRE D. & MUNAUT A.-V., 1999 - Le Pleistocène moyen marin de la mer du Nord en France : Falaise de Sangatte et Formation d’Herzeele. Quaternaire, 10 (2-3), 151-160.

SOMMÉ J., CUNAT-BOGÉ N., VANHOORNE R. & WOUTERS K., 2004 - La Formation de Loon : les dépôts pléistocènes marins profonds de la plaine maritime du Nord de la France. Quaternaire, 15 (4), 319-327.

SOMMÉ J., LAUTRIDOU J.-P., HEIM J., MAUCORPS J., PUISSÉGUR J.-J., ROUSSEAU D.D., THÉVENIN A. & VAN VLIETLANOË B, 1986 - Le cycle climatique du Pleistocène supérieur dans les loess d’Alsace a Achenheim. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 23 (1-2), 97-104.

SOMMÉ J., MUNAUT A.V., EMONTSPOHL A.-F., LIMONDIN N., LEFÈVRE D., CUNAT N., MOUTHON J. & GILOT E., 1992 - Weichselien ancien et Holocene marin a Watten (Plaine maritime, Nord, France). Quaternaire, 3 (2), 87-89.

SOMMÉ J., MUNAUT A.-V., EMONTSPOHL A.-F., LIMONDIN N., LEFÈVRE D., CUNAT-BOGÉ N., MOUTHON J. & GILOT E., 1994 - The Watten boring - an Early Weichselian and Holocene climatic and palaeoecological record from the French North Sea coastal plain. Boreas, 23 (3), 231-243.

SOMMÉ J., MUNAUT A.-V., PUISSÉGUR J.-J., CUNAT-BOGÉ N., HEYVAERT F. & LEPLAT J., 1996 - L’Eemien sous les formations fluviatiles weichseliennes et holocenes du sondage d’Erquinghem (Nord de la France) dans la plaine de la Lys. Quaternaire, 7 (1), 15-28.

SOMMÉ J., PAEPE R., BAETEMAN C., BEYENS L., CUNAT N., GEERAERTS R., HARDY A.-F., HUS J., JUVIGNÉ E., MATHIEU L., THOREZ J. & VANHOORNE R., 1978 – La Formation d’Herzeele : un nouveau stratotype du Pleistocene moyen marin de la mer du Nord. Bulletin de l’Association Francaise pour l’Etude du Quaternaire, 15 (1-3), 81-149.

SOMMÉ J., PAEPE R. & LAUTRIDOU J.-P., 1980 - Principes, méthodes et système de la stratigraphie du Quaternaire dans le Nord ouest de la France et la Belgique. In J. Chaline (dir.), Problèmes de stratigraphie quaternaire en France et dans les pays limitrophes. Bulletin de l’Association Francaise pour l’Etude du Quaternaire, Supplément N.S. 1, 148-162.

SOMMÉ J. & TUFFREAU A., 1976 - Les formations pléistocènes de Wissant (Pas-de-Calais) & Loess et paleosols de La Longueville (Nord). In G. Verron (dir.), Nord-Ouest de la France (bassin de la Seine, bassin de la Somme et Nord) : Livret-guide de l’excursion A 10 : IXe Congres de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques. Parc Valrose de l’Universite de Nice, Nice, 177-180 & 214-217.

SOMMÉ J. & TUFFREAU A., 1978 - Historique des recherches sur le Quaternaire de la région du Nord de la France. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 15 (1-3), 5-13.

TAVERNIER R. & DE HEINZELIN J., 1962 - De Cardium-lagen van West-Vlaanderen. Natuurwetenschappelijk Tijdschrift, 44, 49-58.

TERS M. & PINOT J.-P. (dir.), 1969 - Livret-guide de l’excursion A 10 : Littoral atlantique : VIIIe Congres INQUA, Paris, 1969. Biscaye Frères, Bordeaux, 110 p.

TUFFREAU A., 1971 - Quelques observations sur le Paléolithique de la Pointe-aux-Oies a Wimereux (Pas-de-Calais). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 68 (2), 496-504.

TUFFREAU A., 1987 - Le Paléolithique inferieur et moyen du Nord de la France (Nord Pas-de-Calais, Picardie) dans son cadre stratigraphique. Thèse d’Etat, Université des Sciences et Techniques de Lille Flandres Artois, Lille, 609 p.

TUFFREAU A. & SOMMÉ J. (dir.), 1988 - Le gisement paléolithique moyen de Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais). Volume 1 : Stratigraphie, environnement, études archéologiques (1re partie). Mémoires de la Société Préhistorique Française, 21, 338 p.

VAN DER WOUDE J.D. & ROELEVELD W., 1985 – Paleoecological evolution of an interior coastal zone: the case of the Northern France coastal plain. Bulletin de l’Association Francaise pour l’Etude du Quaternaire, 22 (1), 31-39.

VANHOORNE R., 2003 - A contribution to the palaeontological study of the middle Pleistocene deposit at Lo (Belgium). Quaternaire, 14 (2), 75-83.

VANHOORNE R. & DENYS L., 1987 - Further paleobotanical data on the Herzeele Formation (Northern France). Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 24 (1), 7-18.

VAN VLIET-LANOË B., 1997 - La falaise quaternaire de Sangatte, plage suspendue et falaise fossile. Bulletin d’Information des Géologues du Bassin de Paris, 34 (1), 48-50.

VAN VLIET-LANOË B., GOSSELIN G., MANSY J.-L., BOURDILLON C., MEURISSE-FORT M., HENRIET J.-P., LE ROY P. & TRENTESAUX A., 2010 - A renewed Cenozoic story of the Strait of Dover. Annales de la Societe Geologique du Nord, 17, 59-80.

VAN VLIET-LANOË B., LAURENT M., BAHAIN J.-L., BALESCU S., FALGUÈRES C., FIELD M., HALLEGOUËT B. & KEEN D.H., 2000 - Middle Pleistocene raised beach anomalies in the English Channel: regional and global stratigraphic implications.Journal of Geodynamics, 29 (1-2), 15-41.

VAN VLIET-LANOË B., LAURENT M., HIBSCH C. & VIDIER J.-P., 2001 - La Pointe-aux-Oies (Pas-de-Calais), une butte résiduelle du Pliocène. Publications du Centre d’Etudes et de Recherches Préhistoriques, 6, 167-171.

VAN VLIET-LANOË B., MANSY J.-L., MARGEREL J.-P., VIDIER J.-P., LAMARCHE J. & EVERAERTS M., 1998 – Le Pas de Calais, un détroit cénozoïque a ouvertures multiples. Compte Rendus de l’Académie des Sciences. Série 2, Sciences de la Terre et des Planètes, 326 (10), 729-736.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Région du Nord de la France : sites quaternaires.
Légende 1/ Vieux-Bac (Ardres), 2/ Biache-Saint-Vaast, 3/ Calais, 4/ Dunkerque, 5/ Erquinghem-sur-la-Lys, 6/ Hallines, 7/ Herzeele, 8/ Houplin-Ancoisne,9/ Izenberge (B), 10/ La Baronnerie (Leubringhen), 11/ La Longueville, 12/ Lambersart, 13/ Lens, 14/ Lille, 15/ Lo (B), 16/ Loon, 17/ Marly, 18/ Saint-Omer, 19/ Sangatte, 20/ Warcove, 21/ Warneton (B), 22/ Watten, 23/ Wimereux, 24/ Le Fart (Wissant).
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2 : Unités lithostratigraphiques quaternaires du Nord de la France
Légende A)Sédiments marins-estuariens. B) loess et dépôts associés de versant.C) Sédiments fluviatiles.
URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/6441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Sommé, « Unités lithostratigraphiques quaternaires du nord de la France : un inventaire », Quaternaire, vol. 24/1 | 2013, 3-12.

Référence électronique

Jean Sommé, « Unités lithostratigraphiques quaternaires du nord de la France : un inventaire », Quaternaire [En ligne], vol. 24/1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6441 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6441

Haut de page

Auteur

Jean Sommé

 Préhistoire et Quaternaire, UMR 8164, Géographie, Université des Sciences et Technologies de Lille 1, F-59655 VILLENEUVE D’ASCQ cedex. Courriel : jean.somme@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org