Navigation – Plan du site
1

La 6e Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM6) Tanger, 15-17 novembre 2011

André Debénath
p. 129-130

Texte intégral

1La 6e Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM6) s’est tenue dans la salle des conférences de la Chambre du Commerce à Tanger, du 15 au 17 novembre 2011. Elle avait pour thème : « Géosciences, environnement et patrimoine de part et d’autre du détroit de Gibraltar ».

2Les participants ont été accueillis par les professeurs A. El Moussaoui, A. Azmani et B. El Moumni, respectivement vice-président de l’Université Abdelmalek Essaadi de Tanger, doyen de la faculté des sciences et techniques de Tanger et doyen de la Faculté polydisciplinaire de Larache, ainsi que par M. F. Omari, secrétaire général représentant monsieur le Maire de la ville de Tanger qui souhaitèrent la bienvenue aux congressistes. Organisée par l’AMEQ (Association Marocaine pour l’Etude du Quaternaire) et la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Abdelmalek Esaaadi de Tanger, elle avait pour thème : « Géosciences, environnement et patrimoine de part et d’autre du détroit de Gibraltar ». Plus de 100 participants ont été enregistrés, appartenant à six pays (Maroc 53 % des participants, Algérie et France : 15 %, Tunisie 8 %, Espagne 6 %, Italie 3 %). Ainsi que l’a fait remarquer le Pr. B. Damnati, coordonateur de la RQM6, les objectifs principaux de cette réunion étaient multiples :

  • confrontation des résultats scientifiques acquis par les chercheurs marocains et étrangers particulièrement dans le domaine de l’environnement et du patrimoine marocain,

  • échanges d’expériences entre les différents spécialistes,

  • création d’un réseau de recherches sur la géologie du Quaternaire marocain, évaluation des différents projets de mise en valeur des sites (notamment des sites archéologiques),

  • étude de l’impact économique, social, culturel et touristique des sites en question,

  • élaboration d’un projet d’actualisation de la carte archéologique et géo-environnementale de la région de Tanger,

  • création de circuits thématiques de visites des sites majeurs qui pourraient contribuer au développement du tourisme culturel dans la région (particulièrement l’écotourisme).

3Deux conférences plénières ont été données, le 15 par le professeur A. Ballouche de l’Université d’Angers sur le thème : « Végétation et paysages végétaux sur les deux rives du détroit de Gibraltar au Quaternaire récent » et le 16 par le Dr. M. Taïeb directeur de recherche émérite au CNRS : « Nos origines africaines : quelle preuve et quel environnement ». Les sessions tenues lors de ces rencontres étaient au nombre de trois :

  • Session 1 : Patrimoine et hommes préhistoriques.

  • Session 2 : Géologie du Quaternaire : chronostratigraphie et paléoenvironnements.

  • Session 3 : Posters

4Plus de 50 communications étaient annoncées et la participation a été importante (près des deux tiers). Plus de la moitié des communications concernaient la session 1. Compte tenu du nombre des intervenants et des sujets de communications proposés, 23 communications étaient prévues sous forme de posters. Là encore le succès fut grand puisque 15 posters de qualité furent présentés. Les sujets proposés ont été très variés : géomorphologie et tectonique, minéralogie (minéraux lourds et argiles), géochimie, terrasses et dépôts alluvionnaires, pédologie, aérosols atmosphériques, préhistoire, dendrochronologie, cartographie).

Session 1

Patrimoine et hommes préhistoriques.

5La majeure partie des communications se sont faites dans le cadre de cette session (24 communications). Toutes ont été de haut niveau et ont abordé des thèmes variés : industries et civilisations, faunes et comportements humains, paléontologie animale, une seule commu nication concernait la paléontologie humaine. Il ne nous est pas possible de nous étendre sur l’ensemble des présentations faites, toutefois, celles concernant le Paléolithique sont largement dominantes, et parmi elles, celles traitant du Maroc. Le Paléolithique ancien et le Paléolithique moyen étaient les thèmes majeurs liés aux industries et civilisations, le Néolithique et les périodes postérieures étant peu représentés, malgré deux importantes communications consacrées l’une au Néolithique ancien du Maroc (A. El Idrissi) et l’autre au site tunisien de Kef el Agar (Y. Dridi et al.). Cette session a montré 130 l’importance prise au Maghreb par les recherches sur les macro- et microfaunes tant Paléolithiques que post-Paléolithiques tant dans le domaine paléoenvironnemental que dans celui des comportements humains. La paléontologie humaine était représentée par la description de la première sépulture chalcolithique complète du Maroc à Ifri N’amr ou Moussa (A. Ben-Ncer et Y. Bokbot).

Session 2

Géologie du Quaternaire : chronostratigraphie et paléoenvironnements.

6Cette session a vu la présentation de 15 communications, majoritairement consacrées au Maroc. De multiples aspects de la géologie ont été abordés : lithostratigraphie, géologie dynamique, étude des travertins, géochimie, étude des paramètres magnétiques, malacofaunes continentales et étude des diatomées des formations lacustres.

Table Ronde

7La réunion s’est clôturée par une table ronde au cours de laquelle le bilan a été fait, mettant en évidence la qualité de cette manifestation tant par le nombre des participants (y compris de nombreux étudiants) que par la qualité des travaux présentés (communications et posters).

8Le bilan est également fait pour ce qui est de l’AMEQ (Association Marocaine pour l’Etude du Quaternaire) qui compte une centaine d’adhérents, nombre en augmentation depuis la dernière réunion. Les travaux présentés à la RQM5 seront publiés dans Quaternaire au début de 2012.

9La prochaine réunion aura lieu à Agadir en 2013.

Excursion

10La journée du 17 a été consacrée à une excursion géologique dans les environs de Tanger. C’est ainsi que les congressistes ont pu prendre contact avec les formations littorales quaternaires entre le cap Spartel et Achakkar où l’on remarque des terrasses marines datées d’environ 125 000 ans constituées de marnes alternant avec des lits calcaires bioclastiques.

11Les grottes littorales ont également fait l’objet de cette excursion, principalement les grottes d’El Krill connues par leurs occupations néolithiques ainsi que la grotte d’Hercule. Malheureusement le site paléolithique de la grotte de Mugharet el Aliya n’est plus accessible.

12Cette excursion s’est terminée par la visite du cromlech d’M’Zora. Situé sur la commune de Sidi El Yamani, à une vingtaine de kilomètres au sud de Larache ; ce cromlech est le plus important site mégalithique du Maghreb. Il a été fouillé avant la dernière guerre par le préhistorien espagnol Montalban et a fait, à la demande du service de l’archéologie d’importants travaux de relevés par J.-P. Daugas au début des années 1980. Il comprend un tertre funéraire de plus de 50 m de diamètre, cerclé de 167 monolithes dont le plus important mesure plus de 5 m de hauteur. La majeure partie de ces monolithiques est brisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Debénath, « La 6e Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM6) Tanger, 15-17 novembre 2011 », Quaternaire, vol. 23/1 | 2012, 129-130.

Référence électronique

André Debénath, « La 6e Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM6) Tanger, 15-17 novembre 2011 », Quaternaire [En ligne], vol. 23/1 | 2012, document 1, mis en ligne le 20 avril 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6173

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org