Navigation – Plan du site
1

Nécrologie

Jacques-Louis de Beaulieu
p. 3-4

Texte intégral

1Armand Pons, une des figures marquantes de la paléoécologie française vient de nous quitter. Parti à la retraite en 1997, il s’était éloigné du monde académique pour se consacrer à sa passion de jeunesse pour l’histoire et en particulier Vauban, mais son empreinte de pionnier de la paléoécologie moderne demeure.

2Né en 1931 à Pernes-les-Fontaines (Vaucluse), c’est à l’Université de Marseille qu’il a été formé à la botanique et à la phytosociologie, puis, en 1952, il est accueilli comme chercheur à l’Institut Botanique de Montpellier. Au retour d’un séjour de cartographie botanique en Algérie, son maître Louis Emberger lui fait partager sa conviction que les structures de la végétation méditerranéenne ne peuvent être expliquées sans une bonne connaissance de leur passé. Il s’initie donc à la palynologie et profite de son service militaire à Marseille, pour rédiger son livre «  Le Pollen  » (1958) qui restera longtemps le seul ouvrage francophone d’introduction à cette discipline. Sa thèse («  Contribution palynologique à l’étude de la flore et de la végétation pliocènes de la région rhodanienne  »), défendue en avril 1964 est un remarquable travail tant par la rigueur des stratégies d’identification des taxons polliniques que dans la finesse des interprétations paléoécologies. C’est cette année-là qu’on lui propose de créer, comme Professeur, une équipe à Marseille dans la toute neuve Faculté des Sciences de Saint Jérôme. C’est la naissance du «  Laboratoire de Botanique Historique et Palynologie  ». Il y emménage peu après P. Quézel, fondateur du «  Laboratoire de Botanique et Ecologie Méditerranéenne  » début d’une longue route commune (confirmée en 1985 par la fusion des équipes au sein de l’IMEP (Institut Méditerranéen d’Ecologie et de paléoécologie). Il confie à ses premiers collaborateurs, étudiants et technicien (H. Triat-Laval, M. Reille, J.-L. de Beaulieu, C. Goeury, ensuite M. Coûteaux, V. Andrieu et des plus jeunes) la tache d’explorer les archives polliniques des marais et tourbières du sud de la France, de Corse et d’Afrique du nord pour décrire une histoire de la végétation tardiglaciaire et holocène alors totalement ignorée. Armand Pons a aussi été très impressionné par les travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie (Histoire du climat depuis l’an mil, 1967) qui, assistant à la faculté des lettres de Montpellier, est venu l’inviter à initier en France l’étude des anneaux de croissance des arbres comme marqueurs des changements climatiques passés à un pas de temps calendaire. Il décide donc d’appliquer cette discipline aux arbres du domaine méditerranéen et il obtient le recrutement au CNRS de F. Serre (1973), suivie d’abord par L. Teissier, F. Guibal, C. Gadbin… Joel Guiot, statisticien issu du laboratoire belge d’A. Berger, rejoint le laboratoire pour y développer des fonctions de réponse des cernes d’arbres aux paramètres climatiques.

3Dès la fin des années 1970 A. Pons sera, avec A. Berger, J.-C. Duplessy et C. Lorius, un des pères fondateurs de la paléoclimatologie en France et pendant trois décennies partie prenante des programmes européens visant à utiliser les données du passé pour forcer ou valider les GCM. C’est dans ce cadre que J. Guiot sera un des tout premiers en Europe à utiliser les données polliniques pour proposer des reconstructions climatiques quantitatives par la méthode des analogues modernes. De la nécessité de spatialisation est né le projet de centraliser les archives polliniques au sein d’une base de donnée internationale ; lors d’une réunion tenue à Lund il propose son laboratoire comme structure d’accueil de l’European Pollen Database (EPD), qui sera d’abord installée à Arles et long- temps pilotée par R. Cheddadi (aujourd’hui remplacé par M. Leydet).

4Armand Pons était aussi convaincu que, pour affiner les reconstructions paléoenvironnementales, il faut une interdisciplinarité croisant les signaux provenant de divers organismes. Impressionné par les travaux du paléo-entomologiste britannique R. Coope, il recrute P. Ponel pour développer à Marseille cette discipline et élargir la palette de son laboratoire.

5C’est A. Pons qui obtint une partie des moyens ayant permis le carottage des cratères du Velay et la découverte d’une des plus longues séquences lacustres d’Europe (400 000 ans).

6Il fut, bien sûr, très actif au sein de la Faculté des sciences de saint Jérôme (Université d’Aix-Marseille 3) dont il sera membre du conseil scientifique, président de l’UFR de Recherche de 1989 à 1991 et Curateur aux Thèses.

7Cette aventure sera couronnée en 1992 par l’organisation de la 8e conférence internationale de Palynologie qui a rassemblé à Aix-en-Provence près de 700 participants. Pour un tel parcours, il faut un personnage.
C’était un «  patron  » marqué par l’héritage des maîtres montpelliérains. Sa bonhomie naturelle n’empêchait pas qu’il inspirât le respect. Humaniste, brillant causeur, fier de maîtriser la langue de ses racines félibréennes, il a appris à ces élèves le goût du «  bon français  », mais il ne fut pas un des derniers à accepter la contrainte de rédiger ses travaux scientifiques dans la langue anglaise devenue incontournable. Il avait fait le choix courageux de se consacrer aux taches de gestion et de relations publiques pour laisser à ses collaborateurs une grande liberté pour leurs recherches. Il savait leur être totalement disponible tant pour la mise en place de leurs programmes que dans les phases de rédaction. Il se plaisait d’ailleurs à dire que leur épanouissement lui importait plus que les succès de son laboratoire.

8Ses dernières années ont été marquées par la lutte contre la maladie de Parkinson, mais c’est finalement un accident vasculaire cérébral qui l’a emporté. Ceux qu’il a conduits sur le chemin de la recherche se sentent aujourd’hui orphelins.

9Le départ d’Armand Pons laisse sa femme, Mireille, bien désemparée. Vous pouvez lui exprimer votre sympathie au 140 av. Pierre Sémard, 84200 Carpentras.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Louis de Beaulieu, « Nécrologie », Quaternaire, vol. 23/1 | 2012, 3-4.

Référence électronique

Jacques-Louis de Beaulieu, « Nécrologie », Quaternaire [En ligne], vol. 23/1 | 2012, document 1, mis en ligne le 17 avril 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/6168

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org