Navigation – Plan du site

Successions malacologiques à la charnière Glaciaire/Interglaciaire : du modèle Tardiglaciaire-Holocène aux transitions du Pleistocène

Malacological successions from Glacial/Interglacial transitions: the Lateglacial-Early Holocene model compared to Pleistocene climatic switches
Nicole Limondin-Lozouet
p. 211-220

Résumés

Depuis de nombreuses années les travaux sur les malacofaunes quaternaires dans le nord de la France sont axés sur les dépôts alluviaux (séquences limoneuses et tufs). Cette homogénéité morphostratigraphique a permis d’acquérir un corpus de données cohérent qui ouvre la possibilité de comparaisons spatio-temporelles sans l’introduction de biais liés à des variations de biotopes, les mollusques étant particulièrement sensibles aux conditions locales. Récemment, l’étude des successions malacologiques de plusieurs séquences pléistocènes particulièrement dilatées a permis de documenter l’évolution de ce groupe lors des transitions de fin de phase glaciaire vers un interglaciaire. La comparaison de ces enregistrements avec le référentiel malacologique Tardiglaciaire/début Holocène, qui s’appuie sur un grand nombre d’analyses, permet de détailler l’interprétation environnementale et climatique des contextes révélés par les faunes pléistocènes. Les étapes de la recolonisation malacologique lors de ces transitions présentent des traits communs entre les différentes périodes tant sur l’ordre d’apparition de certaines espèces que sur la succession des biotopes. Ces caractères malacologiques sont corrélés à des phases climatiques ainsi qu’aux cycles de développement de la végétation. Ainsi la séquence de Caours qui couvre la transition du SIM 6 à l’Eemien livre une succession malacologique qui présente de fortes analogies avec les malacocénoses du Dryas récent puis celles du Boréal. L’évolution des malacofaunes souligne un hiatus de sédimentation correspondant aux environnements des phases initiales des périodes de réchauffement climatique de type Préboréal. En revanche la base de la succession du tuf de La Celle en Seine-et-Marne, datée du SIM 11, montre le passage progressif de milieux ouverts à des biotopes de plus en plus fermés. Dans le modèle Tardiglaciaire-début Holocène elle s’apparente à une série de type Bølling/Préboréal/Boréal qui implique un développement régulier du couvert végétal sans interruption majeure. Dans les deux séquences l’occurrence en décalé de deux espèces appartenant au même genre (Discus ruderatus et Discus rotundatus) est comparée aux assemblages du début de l’Holocène et permet de situer avec précision dans les séries pléistocènes le passage du couvert arboré pionnier à la forêt caducifoliée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Limondin-Lozouet, « Successions malacologiques à la charnière Glaciaire/Interglaciaire : du modèle Tardiglaciaire-Holocène aux transitions du Pleistocène », Quaternaire, vol. 22/3 | 2011, 211-220.

Référence électronique

Nicole Limondin-Lozouet, « Successions malacologiques à la charnière Glaciaire/Interglaciaire : du modèle Tardiglaciaire-Holocène aux transitions du Pleistocène », Quaternaire [En ligne], vol. 22/3 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5971 ; DOI : 10.4000/quaternaire.5971

Haut de page

Auteur

Nicole Limondin-Lozouet

UMR CNRS 8591 - Université de Paris 1, Laboratoire de Géographie Physique, 1 place Aristide Briand, F-92195 MEUDON cedex. Courriel: limondin@cnrs-bellevue.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org