Navigation – Plan du site

Nouvelles données sur la paléogéographie et le peuplement à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) : premiers résultats des approches géomorphologique et géoarchéologique

New data on paleogeography and settlement in Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône): first result of geoarcheological and geomorphological approach
Stéphane Bonnet, Christophe Jorda et Nuria Nin
p. 485-496

Résumés

Depuis 15 ans, la croissance urbaine d’Aix-en-Provence s’est accompagnée d’importantes opérations de fouilles archéologiques préventives. La découverte d’implantations humaines allant de la Préhistoire jusqu’à la Période moderne, a permis de mieux connaître les formes et l’évolution de l’occupation du territoire. Les différentes composantes de la ville antique en particulier, sont aujourd’hui bien connues (rempart, édifices publics, habitat, occupation extra-muros…). Restaient à comprendre les choix et les modalités de ces occupations humaines. À partir des années 2000, l’implication de géoarchéologues dans l’archéologie préventive aixoise a contribué au développement d’une réflexion paléogéographique et sur les relations sociétés/milieu. Le milieu n’est plus perçu comme une veduta inerte, mais comme la conséquence de processus géomorphologiques contraignant les communautés humaines, celles-ci étant en retour, actrices de l’évolution du milieu. Bien qu’encore trop ponctuelles pour permettre une restitution synthétique de l’évolution du paysage aixois au cours de l’Holocène, les observations paléo-environnementales effectuées à l’occasion de quatre fouilles préventives, ont apporté des éléments de réponse aux questionnements archéologiques et obligent aujourd’hui à repenser les méthodes de l’archéologie préventive. La stratigraphie générale des sites récemment explorés a mis en évidence une succession de processus alluviaux et colluviaux, marquée par une hydromorphie récurrente. Cet environnement a priori répulsif n’a cependant pas empêché l’installation des populations, ni leur développement. Afin de déterminer la potentialité des milieux, la caractérisation précise des paléo-environnements s’est avérée nécessaire, à l’échelle locale de la ville actuelle, mais également à celle, macro-régionale du bassin de l’Arc. Bien que le cadre chronologique de l’évolution du paysage aixois depuis le Néolithique soit encore lacunaire, l’ensemble des données de terrain s’accorde avec une paléogéographie très différente de l’actuelle. Les deux paléo-vallons fossiles qui traversent la ville, pourraient correspondre à d’anciens écoulements du torrent de la Torse, actuellement localisé à l’est de la ville. Il semble surtout que cette configuration soit à l’origine de l’hydromorphie des sédiments depuis le Néolithique jusqu’à l’Antiquité, période durant laquelle ont été aménagés les premiers dispositifs visant à assainir le secteur. De même, les paléo-chenaux paraissent avoir contraint l’urbanisation de la ville antique et du rempart, limitant son extension au sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bonnet, Christophe Jorda et Nuria Nin, « Nouvelles données sur la paléogéographie et le peuplement à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) : premiers résultats des approches géomorphologique et géoarchéologique », Quaternaire, vol. 21/4 | 2010, 485-496.

Référence électronique

Stéphane Bonnet, Christophe Jorda et Nuria Nin, « Nouvelles données sur la paléogéographie et le peuplement à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) : premiers résultats des approches géomorphologique et géoarchéologique », Quaternaire [En ligne], vol. 21/4 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5796 ; DOI : 10.4000/quaternaire.5796

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org