Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Camille Daujeard : Exploitation du milieu animal par les Néandertha-liens dans le Sud-est de la France

Hedges, Oxford, BAR International Séries, 1867, 2008, 634 p. - 80£
Patrick Auguste
p. 197
Référence(s) :

Camille Daujeard : Exploitation du milieu animal par les Néandertha-liens dans le Sud-est de la France. Hedges, Oxford, BAR International Séries, 1867, 2008, 634 p. - 80£ - (Renseignements : www.hadrian-books.co.uk).

Texte intégral

1Cette nouvelle livraison des BAR International Séries a pour objet la publication de la thèse soutenue par l'auteur à l'Université Lyon III en 2008. C. Daujeard y présente les résultats obtenus par les études archéozoologiques réalisées à partir des séries fauniques mamma-liennes provenant de 9 gisements situés en Ardèche et dans le Vaucluse. Toutes les accumulations osseuses prises en compte appartiennent à des occupations du Paléolithique moyen, et permettent de caractériser différentes stratégies de subsistance des Néandertaliens dans la moyenne et basse vallée du Rhône, couloir biogéographique essentiel durant le Pléistocène de par son axe Nord-Sud permettant l'échange entre le Bassin parisien, la France septentrionale et la zone méditerranéenne. La diversité des biotopes y est très importante et a du jouer assurément un rôle attractif pour les Hommes.

2Le plan de l'ouvrage est logique : après avoir exposé la problématique et le contexte de l'étude, présenté les différents gisements ainsi que la matériel analysé, l'auteur décrit en détail les modalités d'acquisition et de transport des carcasses d'herbivores (les carnivores ayant visiblement rarement fait l'objet du même traitement), puis de l'exploitation de celles-ci. Une conclusion/ synthèse permet de clore l'ouvrage.

3C. Daujeard utilise une démarche très rigoureuse d'analyse, en débutant par une étude de l'état de conservation du matériel, suivi par la reconstitution des différents contextes écologiques de chaque gisement et de chaque niveau d'occupation. Une étude taphonomique très détaillée passe au crible chaque série faunique, permettant ainsi de mettre en exergue le rôle potentiel joué par l'Homme quant aux accumulations osseuses prises en compte. Les spectres fauniques de chaque série sont également présentés de manière exhaustive, en particulier les indices de dénombrement et de conservation. Les approches concernant la saisonnalité des occupations humaines sont de même très élaborées, il en va de même pour la détermination des âges à la mort des animaux, permettant la réalisation de courbes de mortalité souvent très caractéristiques. La caractérisation des représentations anatomiques des différents gibiers s'inscrit dans le même esprit d'exhaustivité. Enfin, l'étude des stigmates anthropiques (stries, fracturation des os, marques de combustion) reprend le même souci de détail et de rigueur et met bien en évidence les principales activités humaines vis à vis des animaux abattus. On notera un chapitre particulièrement important consacré spécifiquement à l'étude, détaillée encore une fois, de l'industrie osseuse peu élaborée, en l'occurrence les classiques retouchoirs.

4Toutes ces analyses irréprochables amènent ainsi l'auteur à reconstituer de manière fiable les stratégies de collecte et d'utilisation de la matière animale et lui permettent in fine de proposer trois grandes tendances quant aux modalités d'occupation des sites et de gestion des territoires par les Néandertaliens : grands campements de longue durée ; haltes de chasse régulières ; escales ponctuelles.

5Cet ouvrage est très bien rédigé, très clair, et arrive à maintenir l'attention du lecteur intéressé malgré ses 634 pages. Il est abondamment illustré par des photos, figures, diagrammes et tableaux, livrant ainsi des éléments référentiels utilisables pour les spécialistes et étant explicites pour les chercheurs des autres disciplines. Ce travail apparaît très complet et très bien mené, constituant à nos yeux une très bonne référence concernant l'approche globale moderne qu'il est possible (recommandée même) de réaliser à partir d'accumulations mamma-liennes en contexte paléolithique, plus spécifiquement adapté d'ailleurs pour le Paléolithique inférieur et moyen. Nous conseillons donc sa lecture aux étudiants archéozoologues qui y trouveront un très bon modèle à suivre et aux spécialistes de l'étude des cultures paléolithiques qui y puiseront de très nombreuses informations, données et idées. Autre point non négligeable, il montre le souci constant de l'auteur de replacer ses recherches taphonomiques et paléthnographiques au sein du cadre écologique et chronologique de la fin du Pléistocène moyen et d'une grande partie du Pléistocène supérieur, démarche malheureusement trop souvent minorée lors d'études archéozoologique sur des séries paléolithiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Auguste, « Camille Daujeard : Exploitation du milieu animal par les Néandertha-liens dans le Sud-est de la France », Quaternaire, vol. 21/2 | 2010, 197.

Référence électronique

Patrick Auguste, « Camille Daujeard : Exploitation du milieu animal par les Néandertha-liens dans le Sud-est de la France », Quaternaire [En ligne], vol. 21/2 | 2010, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5564

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org