Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le 6e Colloque « Quaternaire » avait pour thème « Biodiversité au Quaternaire. Climats, Environnements et Peuplements ». Il s’inscrit dans le cadre des manifestations de l’année internationale de la Terre / International Year Planet Earth. Co-organisé par l’AFEQ et l’UMR 5140 « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes », le Colloque s’est tenu à l’Université Paul Valéry de Montpellier du mardi 26 au jeudi 28 février 2008. Il a reçu le soutien matériel de l’Université Paul Valéry – nous remercions tout particulièrement la Présidence de l’Université, l’équipe du Théâtre la Vignette qui a accueilli le Colloque et l’équipe technique de l’imprimerie – et les soutiens financiers de l’Université Paul Valéry, de l’UMR 5140, du CNRS, de l’INRAP et de la Région Languedoc-Roussillon. Il convient également de remercier pour leur implication dans l’organisation du colloque et la préparation des différentes sessions Valérie Andrieu-Ponel, Patrick Auguste, Philippe Blanchemanche, Laurent Carozza, Lucie Chabal, Marie-Agnès Courty, Laurent Deschodt, Christophe Jorda, Nicole Limondin-Lozouet, Sophie Martin, Muriel Richard qui a assuré le secrétariat du Colloque et Claude Vella.

2À l’heure du bilan, il n’est pas exagéré de dire que le Colloque Q6 fut un succès tant du point de vue du nombre de participants (170 inscrits) que de celui du nombre des contributions, 122 au total (70 communications orales et 52 posters). Le fait que le Colloque se soit tenu au sein de l’Université alors en pleine activité, a permis de l’ouvrir largement aux étudiants. Selon les sessions, ils étaient souvent plus d’une cinquantaine, issus des masters ou des licences de géographie, d’environnement ou d’archéologie de l’Université Paul Valéry, à suivre les travaux.

3Le thème retenu pour ce Colloque se voulait une contribution de la communauté scientifique des Quaternaristes, communauté très pluridisciplinaire, au débat sociétal actuel sur les mutations/évolutions rapides/crises environnementales et leurs conséquences sur la biodiversité. Q6 se proposait de faire le point sur les avancées récentes de la recherche sur les réponses des environnements et des peuplements biologiques et humains aux variations de la contrainte climatique à différentes échelles spatiales, du versant au continent, et temporelles, du siècle à la centaine de millénaires. Cinq sessions thématiques et une session libre ont structuré les travaux. La première session était consacrée aux « Littoraux, lagunes et basses plaines alluviales à l’Holocène », la seconde aux « Interglaciaires pléistocènes en milieu continental », la troisième à la « Variabilité climatique haute fréquence pendant le Quaternaire », la quatrième aux relations entre « Paléoenvironnements et peuplements humains » et la cinquième aux « Faunes pléistocènes et biodiversité ». Deux conférences ont ponctué ses trois jours : dans la première, en soirée, Denis-Didier Rousseau entraîna le public dans « la poussière du passé, merveilleuse archive du climat » ; la seconde du Pr. P.C. Tzedakis, « Late Neandertals in climatic context », servit d’introduction à la troisième session consacrée à la variabilité climatique haute fréquence.

4La première session « Littoraux, lagunes et basses plaines alluviales à l’Holocène » fait l’objet de ce premier numéro que la revue Quaternaire consacre à la publication du Colloque. Ce thème qui avait été proposé pour être celui d’une journée thématique AFEQ, est à l’origine de la tenue de Q6 à Montpellier. Les études géomorphologiques, paléogéographiques, paléobotaniques et géoarchéologiques engagées depuis une quinzaine d’années sur le littoral du Languedoc dans le cadre de programmes PEVS et ECLIPSE, se sont poursuivies et ont été étendues ces dernières années dans le cadre de plusieurs programmes : l’ANR ARMILIT piloté par l’équipe « Archéologie des Milieux et des Ressources » de l’UMR 5140 et l’ACI « ECLICA » pilotée par une équipe de Géosciences-Montpellier.

5Six des huit contributions publiées dans ce numéro exposent une partie des résultats de ces programmes.

6La forte mobilité des littoraux à l’échelle de l’Holocène fait de ces espaces un objet de recherche extrêmement riche tant du point de vue géomorphologique, paléoenvironnemental que de celui de la biodiversité. À la diversité des milieux est associée une diversité des approches et les champs disciplinaires concernés sont nombreux. Deux approches majeures se dégagent des recherches sur les marges littorales. La première, foncièrement paléoenvironnementale et paléogéographique, s’intéresse à la morphogenèse des littoraux : mobilité verticale ou latérale du trait de côte sur côte meuble ou rocheuse, mise en place et évolution des systèmes lagunaires, édification des cordons littoraux ou encore construction des basses plaines alluviales et des deltas. La seconde, géoarchéologique, tend à élargir le champ d’observation vers les sociétés humaines. Ces milieux complexes et en constante évolution sont abordés comme des entités géomorphologiques, mais aussi des espaces de conquête, de peuplement et d’échanges, privilégiés. Fleuves, lagunes, chenaux fossiles, plaines d’inondation, deltas, participent de la construction historique des territoires. L’implantation de comptoirs, de zones portuaires ou l’aménagement des basses plaines alluviales témoignent de la vitalité de cet espace clé pour la compréhension des stratégies économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lefevre, « Avant-propos », Quaternaire, vol. 21/1 | 2010, 3-4.

Référence électronique

David Lefevre, « Avant-propos », Quaternaire [En ligne], vol. 21/1 | 2010, mis en ligne le 05 mars 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5399

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org