Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Michel Guélat, Christoph Brombacher, Claude Olive, Lucia Wick (dir.) : Develier-Courtételle un habitat rural mérovingien. Environnement et exploitation du terroir

Cahier d’archéologie jurassienne, 16, 2008, 223 pages
Hervé Richard
p. 575
Référence(s) :

Michel GUÉLAT, Christoph BROMBACHER, Claude OLIVE, Lucia WICK (dir.) : Develier-Courtételle un habitat rural mérovingien. Environnement et exploitation du terroir. Cahier d’archéologie jurassienne, 16, 2008, 223 p.

Texte intégral

1Nos collègues paléoenvironnementalistes du Jura suisse nous livrent le volume 4 de la série consacrée aux fouilles effectuées sur le site de Develier-Courtételle (Jura, CH) découvert lors des travaux effectués sur le tracé de l’autoroute Trans-jurane. Six fermes et de nombreuses structures attenantes datant du Haut Moyen Age ont été découvertes en bordure d’un ruisseau dont les fluctuations eurent une influence directe sur les différents états de conservation des niveaux archéologiques.

2Il s’agit en fait du cinquième ouvrage paru dans cette série et consacré à ce site puisqu’en 2004 est d’abord sorti le volume 1 consacré aux Structures et matériaux de construction ; en 2006 le volume 3 regroupant les études effectuées sur les Céramiques, et autres objets en pierre, verre, os, bois ou terre cuite ; les volumes 2 et 5 sortent en 2007, ils sont respectivement consacrés à la Métallurgie du fer et mobilier métallique, et à l’Analyse spatiale, approche historique et synthèse. Vestiges gallo-romains.

3Après une introduction présentant l’environnement actuel du site archéologique, ce volume consacré à l’environnement s’articule en sept parties. Michel Guélat aborde d’abord de façon très précise l’aspect stratigraphique et sédimentologique de l’ensemble du site fouillé et des alentours proches. La synthèse qui termine cette partie propose une remarquable reconstitution paléogéographique de l’environnement immédiat de ces habitats abordant l’évolution des sols et de l’hydrosystème local ce qui permet d’identifier notamment un épisode hydrologique très actif entre 500 et 750 de notre ère. Luc Braillard quant à lui s’est plus particulièrement intéressé à la séquence palustre de Communance située à environ 1,5 kilomètre du site fouillé. Cette séquence correspond à un ancien méandre qui se comble progressivement entre le IVe et le XIIe siècle de notre ère. Il était effectivement très enrichissant de pouvoir comparer les données sédimentologiques – et plus généralement paléoenvironnementales – recueillies dans ce méandre avec celles obtenues directement sur le site de Develier. À Communance, une hausse de la nappe phréatique s’amorce à la fin du VIe siècle et perdure jusqu’à la fin du IXe siècle. Deux hypothèses sont alors développées, celle d’une augmentation des précipitations et celle d’une déforestation importante du bassin versant de ce cours d’eau.

4Tous ces sites ont fait l’objet d’importantes analyses polliniques menées par Lucia Wick avec la collaboration de Anne-Marie Rachoud-Schneider. Les sédiments liés au cours d’eau et aux zones humides proches et plus lointaines, comme celle de Communance, et les remplissages de certaines structures archéologiques ont été systématiquement analysés, 115 spectres polliniques ont été obtenus. On constate qu’à l’époque de l’occupation, la forêt paraît très exploitée, notamment pour alimenter la métallurgie locale. Ces analyses précisent l’aspect de ce paysage ouvert avec des haies et des buissons, et des zones consacrées à l’élevage, et surtout la présence de nombreuses plantes cultivées, céréales bien sûr, mais aussi chanvre. L’analyse des macro-restes végétaux a été menée par Christopher Brombacher, avec la collaboration de Marlies Klee. Cette très importante étude concerne une centaine d’échantillons et aboutit au dénombrement de plus de 60000 restes végétaux. L’image de la végétation forestière, aquatique, des prairies et des pâturages est bien sûr précisée, mais c’est surtout la richesse du cortège des plantes cultivées qui fait le grand intérêt de ces analyses. Neuf céréales différentes ont pu être attestées : avoine, orge, seigle, amidonnier, engrain, épeautre, blé nu, mais aussi millet commun et millet des oiseaux dont la culture sur le site est incertaine. Des légumineuses ont également été identifiées : lentille, petit pois, vesce ; la présence de fève n’étant pas démontrée par les macro-restes mais par l’approche palynologique. Le lin, le chanvre, le pavot somnifère sont aussi attestés comme des restes très nombreux de fruits cultivés, de fruits sauvages, de légumes, de condiments, de plantes médicinales et tinctoriales.

5Ensuite, à partir d’une étude croisée de la végétation et des sols actuels, Jacques Burnaud et Christopher Brombacher présentent une reconstitution du couvert végétal potentiel au Haut Moyen Age dans cette micro-région.

6Cette série d’approches analytiques se termine par l’étude des restes de faune proposée par Claude Olive qui montre entre autres, qu’à cette époque et dans ces fermes, les bovins sont prépondérants et souvent destinés à la boucherie. Mais comme ses collègues botanistes l’ont fait pour l’utilisation des plantes, l’auteur choisit de nous emmener au-delà des déterminations et des comptages pour nous proposer un panorama passionnant, exhaustif et élégamment illustré de l’état des connaissances sur les pratiques liées à l’alimentation carnée. Si sur ce point, Develier s’inscrit dans des schémas classiques pour cette époque, quelques originalités ressortent pourtant de ces analyses.

7Le volume se termine par une synthèse collective scindée en trois parties. Le contexte climatique au Haut Moyen Age est d’abord abordé en comparant les données réunies à Develier avec les approches d’autres proxies disponibles pour cette période. Les auteurs insistent à nouveau sur l’intensité de l’activité hydrologique entre 500 et 750, avec des phases très fortes entre 580 et 650 alors que les défrichements débutent dès le début de cette phase. Une période plus sèche s’amorce vers 700 et se confirme à partir de 830-890. Une reconstitution imagée du paysage est produite, elle montre bien le rôle du ruisseau qui compartimente le territoire proche des habitats alors que l’exploitation réduit et transforme la hêtraie-sapinière. Enfin, les auteurs terminent par une analyse des ressources disponibles localement. Si le territoire local, proche des fermes et du ruisseau, est largement exploité, certains indices faunistiques (présence de cerf, d’ours, de chamois…) soulignent les apports de biotopes plus lointains.

8Tout concourt à rendre cet ouvrage réellement passionnant. Il y a d’abord la rareté pour cette période et pour ce type d’habitat rural d’approches intégrées d’une telle qualité. Comment ne pas apprécier la richesse des découvertes et la pertinence des démarches, la qualité formelle, la richesse des illustrations et des documents photographiques, la précision et la justesse des textes, et les reconstitutions tellement pertinentes qui nous sont proposées. Je peux comprendre que, pour l’essentiel, les lecteurs de la revue Quaternaire vont se considérer bien loin de ces problématiques. Faites tout de même l’effort de vous plonger dans ce volume, ça vaut vraiment le coup. Allez voir aussi les autres volumes de cette série tout aussi passionnants. Et n’hésitez pas à pousser votre curiosité vers les autres ouvrages parus dans les Cahiers d’archéologie jurassienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Richard, « Michel Guélat, Christoph Brombacher, Claude Olive, Lucia Wick (dir.) : Develier-Courtételle un habitat rural mérovingien. Environnement et exploitation du terroir », Quaternaire, vol. 20/4 | 2009, 575.

Référence électronique

Hervé Richard, « Michel Guélat, Christoph Brombacher, Claude Olive, Lucia Wick (dir.) : Develier-Courtételle un habitat rural mérovingien. Environnement et exploitation du terroir », Quaternaire [En ligne], vol. 20/4 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5383

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org