Navigation – Plan du site

Biochronologie et grands mammifères au Pléistocène moyen et supérieur en europe occidentale

Avant-propos
Patrick Auguste
p. 413-414

Texte intégral

1La journée spécialisée organisée le 12 novembre 2007 par l’AFEQ dans les locaux de la Société Géologique de France a eu pour thème : Biochronologie et grands mammifères. L’état des connaissances pour le Pléistocène moyen et supérieur en Europe occidentale. Elle a permis de réunir plusieurs spécialistes confirmés (en poste) et en cours de formation (doctorants) afin de tenter de faire le point sur les données concernant l’apport des grands mammifères quant à la datation des gisements archéologiques et/ou paléontologiques pour la période correspondant avec un Pléistocène moyen étendu (depuis environ 1 million d’années) et avec le Pléistocène supérieur, pour une zone géographique couvrant essentiellement l’Europe occidentale. Neuf intervenants ont ainsi présenté plusieurs synthèses concernant soit un groupe mammalien, soit une région, offrant l’occasion de confronter points de vue, interprétations et constats convergents ou divergents suivant les cas. Sept de ces communications sont regroupées au sein de ce présent fascicule thématique, auxquelles se sont adjointes trois contributions n’ayant pas fait l’objet d’une présentation mais s’insérant parfaitement dans le cadre du sujet.

2Même si elles demeurent rares, ce n’est pas la première fois que les rencontres entre la Faune et le Quaternaire offrent l’occasion de réaliser un numéro de Quaternaire spécifiquement dédié à l’apport des fossiles mammaliens quant à la connaissance du cadre écologique et chronologique du Pléistocène. La revue Quaternaire a en effet publié dès sa première année en 1990 un numéro double (1990-3/4) consacré aux Cervidés quaternaires, sous la direction d’Anne-Marie Moigne. En 1998, paraît le fascicule Faune et archéologie (1998-4), de nouveau sous la direction d’Anne-Marie Moigne. En 2005, dans le cadre de la collection Quaternaire hors-série, le deuxième numéro de cette série a eu pour sujet les Ongulés holarctiques du Pliocène et du Pléistocène, publié sous la direction d’Évelyne Crégut-Bonnoure. Enfin, la publication en 2007 des actes du Colloque « Q5 » qui s’est tenu à Paris en février 2006 a permis dans le cadre du premier fascicule des trois numéros qui lui ont été consacrés (2007-1) de présenter plusieurs contributions majeures d’ordre paléontologique où les Vertébrés de manière générale permettent d’apporter des arguments convaincants justifiant de faire débuter le Quaternaire vers 2,5 millions d’années comme cela vient d’être récemment officialisé par la Commission Internationale de Stratigraphie (ICS).

3Le présent fascicule, même s’il est loin de couvrir tous les groupes taxinomiques et zones géographiques, offre néanmoins de nombreuses synthèses fort bienvenues dans une période où la recherche et les études paléontologiques quaternaires connaissent une orientation particulière. La première contribution s’avère fondamentale, car elle permet en quelque sorte de préciser le cadre du scénario qui va se dérouler durant environ un million d’années, avec la mise en place d’une communauté mammalienne très spécifique marquant une rupture nette avec les faunes précédentes villafranchiennes, et préfigurant en partie les faunes qui lui suivront durant le Pléistocène moyen et supérieur (R.-D. Kahlke). Bien que cet article ait déjà fait l’objet d’une publication en langue anglaise, cette présente version francophone offre l’avantage de la rendre accessible à un public plus large et non exclusivement paléontologue. Les études suivantes portent sur les Rhinocérotidés (F. Lacombat), les Équidés caballins de Grande-Bretagne

4(E. van Asperen), le petit cheval si emblématique du Pléistocène européen (même s’il perdure au début de l’Holocène), l’Equus hydruntinus (dont la dénomination francophone fait l’objet de batailles linguistiques) (N. Boulbes), les Carnivores avec un accent mis en particulier sur les Canidés et les Ursidés (A. Argant), les Caprinés (E. Crégut-Bonnoure et P. Magniez). Deux articles traitent ensuite de synthèses régionales mettant en exergue les associations mammaliennes et leurs apports à la reconstruction du cadre chrono-écologique du Pléistocène moyen et supérieur, pour la France septentrionale (P. Auguste) et le sud des Alpes (P. Valensi). Enfin, un court article présente la découverte très récente d’un Proboscidien dans le Massif central et son intérêt à l’échelle européenne (D. Mol et F. Lacombat).

5Toutes ces contributions témoignent bien de l’importance de la prise en compte de l’information d’ordre chronologique fournie par les grands mammifères, qui encore trop souvent est négligée ou prise comme élément annexe lors d’études de gisements paléolithiques. En clair, les associations de grands mammifères et en leur sein certains groupes particuliers s’avèrent représenter d’excellents outils biochronologiques, au même titre que les petits mammifères, voire dans certains cas que les datations radiométriques réalisées d’une façon trop technique et ne s’insérant pas toujours dans des contextes de recherche pluridisciplinaires. L’outil biochronologique ou biostratigraphique « Grand Mammifère », même s’il ne peut répondre à lui seul et dans tous les cas aux questions posées quant à l’âge des dépôts sédimentaires étudiés, démontre en tout cas au travers les différentes contributions qui sont ici proposées qu’il peut constituer un élément fondamental à l’échelle d’un niveau fossilifère et archéologique ou plus globalement à une plus vaste échelle chronologique et/ou géographique. Un autre point marquant, plus ou moins présent en filigrane dans tous ces articles, est la diversification des sources d’informations utilisées, qu’ils relèvent des démarches paléontologiques traditionnelles, ou bien de nouvelles intégrations de champs disciplinaires contiguës à la Paléontologie des grands mammifères du Quaternaire comme la Paléogénétique ou la Paléoécologie ou encore des approches les plus novatrices de l’écologie moderne.

6Malgré ce constat très positif, il est clair que le contexte universitaire actuel et de manière plus globale « le monde de la recherche » est peu favorable à une recrudescence des études en paléontologie des mammifères quaternaires, de par la diminution des postes offerts aux jeunes docteurs, la quasi-disparition de l’approche spécifiquement paléontologique (taxinomie, paléoécologie et biochronologie) au profit de profils plus généraux incluant la taphonomie et l’archéozoologie oubliant leurs racines naturalistes d’une façon presque œdipienne. A ce titre, la participation de jeunes doctorants à la journée scientifique de novembre 2007 et à cette publication constitue un choix délibéré de notre part afin de montrer que la « relève » existe, qu’elle est compétente et susceptible de s’insérer au mieux dans les travaux scientifiques les plus novateurs de notre discipline, pour autant qu’on lui offre des postes statutaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Auguste, « Biochronologie et grands mammifères au Pléistocène moyen et supérieur en europe occidentale », Quaternaire, vol. 20/4 | 2009, 413-414.

Référence électronique

Patrick Auguste, « Biochronologie et grands mammifères au Pléistocène moyen et supérieur en europe occidentale », Quaternaire [En ligne], vol. 20/4 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5291

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org