Navigation – Plan du site

Les occupations du Paléolithique moyen et supérieur d’Épouville (Pays de Caux) en contexte loessique

Middle and upper palaeolithic settlements of Épouville (Pays de Caux, France) in their loessic context
Caroline Guette-Marsac, Jean-Pierre Lautridou, Dominique Cliquet, Claude Lechevalier, Jean-Luc Schwenninger, Michel Lamothe, Norbert Mercier et Gérard Fosse
p. 389-404

Résumés

Le site archéologique d’Epouville (vallée de la Lézarde) se situe sur un grand glacis dominé par un versant en pente forte. La stratigraphie des loess weichseliens est pratiquement semblable à celle des plateaux avoisinants (Saint-Romain, Goderville) mais les processus périglaciaires de versant ont été ici plus nombreux et plus actifs. Les industries sont localisées dans le « limon grumeleux » placé juste au dessus du Sol de Mesnil-Esnard (gley sur la première partie du loess récent inférieur carbonaté). Cette lame boueuse a étalé l’industrie du Paléolithique moyen. Juste après sa mise en place, les Hommes du Paléolithique supérieur se sont installés. Puis, avant la poursuite de la sédimentation éolienne du loess récent inférieur, de petits lobes de solifluxion ont déplacé cette dernière industrie de façon très limitée. L’âge de l’industrie du Paléolithique moyen n’est pas défini précisément (du stade isotopique 6 au Weichselien ancien inclus), l’industrie du Paléolithique supérieur se place vers 26 ka. L’occupation du Paléolithique moyen (série grise) correspond à un site d’habitat où les Hommes ont taillé le silex afin d’obtenir, d’une part des éclats allongés, d’autre part des éclats plus larges. Le débitage Levallois est majoritaire, le débitage semi-tournant est représenté. L’outillage est composé d’éclats retouchés (grattoirs, racloirs) et de bifaces. L’interprétation culturelle de cette série est double : soit une industrie homogène du Moustérien de tradition acheuléenne de type B, soit le mélange d’un niveau moustérien avec un niveau micoquien. La série vert-marron du Paléolithique supérieur ancien semble quant à elle correspondre à un atelier de débitage. Les Hommes ont taillé de grandes lames élancées, unipolaires, à l’aide de percuteurs tendres. Lorsque les nucléus ne le permettaient plus, les tailleurs ont détaché opportunément des lames plus courtes, moins régulières, au percuteur dur. L’absence d’outils retouchés diagnostics rend l’interprétation culturelle malaisée même si plusieurs indices favoriseraient une attribution à l’Aurignacien. D’après le scénario géologique proposé et en reprenant la répartition spatiale des vestiges, il est possible de reconstituer la position initiale de chaque occupation : l’habitat des Hommes du Paléolithique moyen devait se trouver en position de knick-point entre le glacis et le versant à pente forte et a subi trois vagues de remaniements. L’atelier des Hommes du Paléolithique supérieur ancien se trouvait plus en aval sur le versant et n’a connu qu’un déplacement d’ampleur limitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Guette-Marsac, Jean-Pierre Lautridou, Dominique Cliquet, Claude Lechevalier, Jean-Luc Schwenninger, Michel Lamothe, Norbert Mercier et Gérard Fosse, « Les occupations du Paléolithique moyen et supérieur d’Épouville (Pays de Caux) en contexte loessique », Quaternaire, vol. 20/3 | 2009, 389-404.

Référence électronique

Caroline Guette-Marsac, Jean-Pierre Lautridou, Dominique Cliquet, Claude Lechevalier, Jean-Luc Schwenninger, Michel Lamothe, Norbert Mercier et Gérard Fosse, « Les occupations du Paléolithique moyen et supérieur d’Épouville (Pays de Caux) en contexte loessique », Quaternaire [En ligne], vol. 20/3 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5269 ; DOI : 10.4000/quaternaire.5269

Haut de page

Auteurs

Caroline Guette-Marsac

PCR « Les Premiers Hommes en Normandie », Service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, 13bis rue Saint-Ouen, F-14052 Caen cedex 4. Courriel : caroline.guette1@worldonline.fr

Jean-Pierre Lautridou

Morphodynamique continentale et côtière. M2C - UMR - CNRS 6143, Centre de géomorphologie, rue des Tilleuls, F-4 000 Caen

Articles du même auteur

Dominique Cliquet

PCR « Les premiers Hommes en Normandie », Service régional de l’Archéologie de Basse-Normandie, 13 bis rue Saint-Ouen, F-14 052 Caen cedex 4 et UMR 6566 « Civilisations Atlantiques et Archéosciences », CNRS / Université de Rennes 1, Laboratoire d’Anthropologie, Archéométrie, Campus de Beaulieu, F-35 042 Rennes cedex. Courriel : dominique.cliquet@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Claude Lechevalier

Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21 allée de l’Université, F-92023 Nanterre cedex

Jean-Luc Schwenninger

Luminescence Dating Laboratory, Research Laboratory for Archaeology, 6 Kebble Road, Oxford OX1 3QJ-GB. Courriel : jean-luc.schwenninger@archaeology-research.oxford.ac.uk

Articles du même auteur

Michel Lamothe

Université du Québec à Montréal, case postale 8888, succursale Centre-ville, Montréal (Québec) H3C 3P8, Canada. Courriel : lamothe.michel@uqam.ca

Articles du même auteur

Norbert Mercier

Institut de recherche sur les Archéomatériaux, UMR 5060 CNRS - Université Bx3. Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie (CRPAA), Maison de l’archéologie, F-33607 Pessac cedex. Courriel : Norbert.Mercier@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Gérard Fosse

Service régional de l’Archéologie de Nord-Pas-de-Calais, Ferme Saint-sauveur, avenue du bois, BP 51, F-59651 Villeneuve-d’Ascq cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org