Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Marin Carciumaru, Mircea Anghelinu, Elena-Cristina Nitu, Marian Cosac, George Muratoreanu : Géo-Archéologie du Paléolithique moyen, Paléolithique supérieur, Épipaléolithique et Mésolithique en Roumanie

Targoviste, Cetatea de Scaun, 2007, 187 pages
Patrick Auguste
Référence(s) :

Marin Carciumaru, Mircea Anghelinu, Elena-Cristina Nitu, Marian Cosac, George Muratoreanu : Géo-Archéologie du Paléolithique moyen, Paléolithique supérieur, Épipaléo­lithique et Mésolithique en Roumanie. Targoviste, Cetatea de Scaun, 2007, 187 p. (renseignements : www.cetateadescaun.ro).

Texte intégral

1La Roumanie préhistorique correspondant au Paléolithique et au Mésolithique demeure assez méconnue et assez complexe, malgré quelques ouvrages monographiques comme ceux d’A. Paunescu, mais publiés en roumain, ou bien encore le livre paru en français de M. Carciumaru. Le cadre géologique et écologique des gisements essentiellement contemporains du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène est lui aussi très mal connu. Le propos de ce présent ouvrage est de mettre à la disposition des chercheurs une synthèse des principaux éléments d’ordre naturaliste permettant de replacer l’évolution des groupes culturels au sein d’un contexte chronologique et environnemental cohérent à l’échelle de la région concernée.

2L’auteur principal, M. Carciumaru, nous présente ainsi une compilation des données acquises par plusieurs champs disciplinaires. L’ouvrage est volontairement rédigé en français afin de permettre son accès à un public plus vaste, geste méritoire à encourager, même si une relecture linguistique aurait permis de corriger les aspects parfois incertains de l’expression. Le plan de l’ouvrage met clairement en exergue le choix éditorial retenu, à savoir une présentation successive des éléments disponibles sur les gisements paléolithiques et mésolithiques : origine des matières premières utilisées pour la fabrication des industries lithiques ; données paléoenvironnementales et géochronologiques ; découvertes archéologiques ; découvertes anthropologiques ; découvertes fauniques ; éléments de datations. L’ouvrage se termine par une discussion sur les implications des datations C-14 quant à l’évolution des cultures durant la période couverte. Il faut signaler que le terme « Géo-archéologie » n’a pas ici le même sens que celui qui est employé maintenant couramment en archéologie en Europe occidentale et plus particulièrement pour l’Holocène, il désigne dans l’esprit des auteurs en fait les données permettant de mettre en évidence le cadre écologique et chronologique des occupations humaines. La bibliographie n’est pas totalement exhaustive, en particulier pour plusieurs travaux récents qui auraient pourtant eu leur place dans cet ouvrage.

3Le cadre chrono-climatique retenu et utilisé par l’auteur principal est celui qu’il a élaboré à partir de ses travaux palynologiques réalisés dans de nombreux gisements. Il propose une séquence couvrant la seconde partie du Pléistocène supérieur comportant comme élément référents les phases d’évolution du spectre végétal induites par ses recherches. Ces séquences s’appuient fortement sur des datations au carbone 14. Un des gisements phares parmi ceux mentionnés est celui de la grotte Cioarei, qui montre une séquence stratigraphique importante ayant livré de la faune, des pollens ainsi que des industries lithiques. Le problème majeur de ce genre de démarche est le suivant : tout est étroitement lié aux datations C-14, avec la création artificielle d’une chronologie courte et difficilement applicable pour la période cruciale antérieure à 30 000ans B.P. Même si les occupations plus anciennes sont évoquées, elles ne font pas l’objet de discussions qui auraient pu s’avérer fort intéressantes (ancienneté du Paléolithique moyen en Roumanie par exemple). Par ailleurs, les aspects taphonomiques dont sont tributaires tous les éléments utilisés (pollen, datations, faunes, industries) ne sont visiblement pas pris à leur juste valeur, en particulier pour les découvertes anciennes, ce qui pose la question de la sécurité des interprétations trop précises qui sont déduites de leurs analyses. Dans ce contexte, la discussion très importante concernant la mise en évidence d’un Moustérien « tardif » vers 30 000 ans B.P. contemporain des premiers Hommes anatomiquement modernes s’avère trop délicate et ne peut déboucher sur des certitudes.

4Malgré ces problèmes de fond, l’ouvrage remplit bien son rôle. Il offre en effet une assez bonne synthèse sur les gisements de la seconde partie du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène. Le gros travail fort utile réalisé sur les sources des matières premières lithiques à l’échelle de la Roumanie, ainsi que l’inventaire fort bien venu des faunes découvertes dans les gisements de cette période en font un outil indéniable. Le style employé par l’auteur principal est peu usuel mais permet de trancher avec les discours habituels trop consensuels, en particulier lorsqu’il rétabli l’historique des idées et des scénarios proposés pour retracer l’évolution des groupes humains en Roumanie. L’ouvrage permet également de participer, avec les réserves mentionnées ci-dessus, au débat actuel concernant la fin du Paléolithique moyen et le début du Paléolithique supérieur avec ces questions encore non résolues : y a t-il en Roumanie co-existence des derniers Néandertaliens et des premiers Hommes modernes ? Y a t-il réellement une persistance tardive du Moustérien ?

5La Préhistoire roumaine et son cadre chrono-écologique n’ont donc pas encore livré tous leurs secrets, mais la lecture de cet ouvrage permet d’apporter les pierres qui serviront à la construction de l’édifice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Auguste, « Marin Carciumaru, Mircea Anghelinu, Elena-Cristina Nitu, Marian Cosac, George Muratoreanu : Géo-Archéologie du Paléolithique moyen, Paléolithique supérieur, Épipaléolithique et Mésolithique en Roumanie », Quaternaire [En ligne], vol. 20/1 | 2009, mis en ligne le 19 juin 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5075

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org