Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Olivier Bignon, « Chasser les chevaux à la fin du Paléolithique dans le Bassin parisien. Stratégies cynégétiques et mode de vie au Magdalénien et à l’Azilien ancien »

Oxford, Archaeopress, British Archaeological Reports International Series, volume 1747, 2008, 170 pages
Patrick Auguste
Référence(s) :

Olivier Bignon, « Chasser les chevaux à la fin du Paléolithique dans le Bassin parisien. Stratégies cynégétiques et mode de vie au Magdalénien et à l’Azilien ancien ». Oxford, Archaeopress, British Archaeological Reports International Series, volume 1747, 2008, 170 p. (renseignements : bar@hadrianbooks.co.uk).

Texte intégral

1Cette nouvelle livraison des « BAR international Series » nous propose une nouvelle fois la publication de la thèse d’un jeune docteur d’une université française. Cette collection semble en effet être devenue quasi incontournable pour permettre à nos jeunes collègues de publier rapidement une grande partie de leur mémoire de doctorat, à tel point que dans certaines disciplines elle est assez systématiquement utilisée comme support de diffusion. C’est la cas par exemple pour bon nombre d’études fauniques, essentiellement archéozoologiques, et le présent ouvrage rentre dans ce cadre. Il s’agit en effet de la publication sous une forme notablement modifiée de la thèse soutenue par l’auteur en 2003.

2La thématique développée dans ce volume est celle des interactions entre les sociétés humaines et les populations de chevaux dans le cadre environnemental du Tardiglaciaire du Bassin parisien. L’auteur effectue la confrontation de modèles paléoécologiques avec les pratiques cynégétiques mises en évidence au travers les analyses archéozoologiques de plusieurs gisements de la fin du Paléolithique du Bassin parisien. Il utilise pour ce faire une démarche systémique, très rarement appliquée en préhistoire, en replaçant ces analyses paléthnographiques au sein de la dynamique occasionnée par le formidable changement écologique survenant après le dernier maximum glaciaire voyant la disparition rapide du biome de la « Steppe à mammouths » et son remplacement par un cadre écologique préfigurant l’Holocène.

3Le plan suivi est classique : présentation du cadre écologique du Tardiglaciaire ; modèles et méthodes d’étude ; application à plusieurs types de gisements (sites magdaléniens à prédominance de cheval, à prédominance de renne, à prédominance des deux taxons et étude spécifique du site azilien ancien du Clozeau) ; synthèse. Le texte est clair, les illustrations sont particulièrement bien élaborées et parfaites (ce n’est malheureusement pas toujours le cas pour cette collection). La démarche archéozoologique est particulièrement brillante et très poussée avec la prise en compte de tous les paramètres susceptibles d’apporter des éléments de réponse aux questions posées.

4Les résultats obtenus et présentés permettent de démontrer que le cheval joue ainsi un très grand rôle dans l’économie de subsistance des chasseurs-cueilleurs du Tardiglaciaire, que ce soit pour les Magdaléniens ou pour les Aziliens anciens. Il existe une réelle complémentarité entre le renne et le cheval en tant qu’éléments chassés par les Magdaléniens, les groupes humains gérant parfaitement à l’échelle régionale et saisonnière la gestion des ressources d’origine animale prélevées au sein d’un système écologique aussi complexe que celui de la Steppe à Mammouths. Pour l’Azilien ancien, contemporain de la période de réchauffement du Bølling, un changement marqué indique une plus grande mobilité des groupes humains s’adaptant aux modifications majeures de leur environnement. Les travaux de l’auteur mettent donc bien en évidence le changement faunique fondamental qui s’opère entre la Steppe à mammouths du début du Tardiglaciaire et les communautés animales en recomposition durant le Bølling. À l’exception du cheval, tous les taxons présents au sein de la Steppe à Mammouths disparaissent (au sens migratoire voire génétique du terme) et sont remplacés dans le nouveau paysage par de « nouveaux » taxons (en fait des espèces pléistocènes présentes classiquement durant les phases tempérées). Ce schéma apparaît un peu trop réducteur, comme le montre par exemple l’histoire tardiglaciaire du sanglier, présent durant le Bølling, mais s’éclipsant très rapidement ensuite (il est en particulier absent durant l’Allerød) et ne revenant définitivement qu’au début de l’Holocène. Par ailleurs, loup et ours bruns perdurent après la disparition de la Steppe à Mammouths. L’habile application des modèles écologiques actuels et l’utilisation des méthodes de l’étude des systèmes complexes amènent l’auteur à montrer que la Steppe à Mammouths s’apparente à un écosystème à pâturage permettant une grande diversité des communautés végétales et animales et que l’évolution de ce système durant le Tardiglaciaire correspond bien aux données enregistrées. Il remet aussi à sa juste place le cheval en tant que gibier essentiel des Magdaléniens, position trop longtemps laissée au renne. L’intégration des schémas socio-économiques décelables pour ces groupes humains du Tardiglaciaire s’effectue ici de manière convaincante.

5Un seul regret : l’auteur n’a pas inclus dans cet ouvrage la partie de sa thèse où il a développé des études en morphométrie géométrique appliquées aux métapodiens de populations de chevaux provenant d’un espace géographique plus large. Cette très intéressante application avait pourtant permis à l’auteur d’apporter des éléments importants quant à l’évolution des écosystèmes tardiglaciaires.

6Il s’agit donc là d’un ouvrage essentiel pour les Paléolithiciens en général et en particulier pour ceux travaillant sur les groupes humains de la fin de cette période (Paléolithique supérieur et final), mais également pour les archéozoologues œuvrant au sein du monde pléistocène (voire de l’Holocène), pour les paléoécologistes de toutes disciplines, donc somme toute beaucoup de quaternaristes. Il démontre clairement combien des études fauniques bien menées permettent de reconstituer le cadre écologique mais aussi de mieux cerner les modes de vie des groupes humains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Auguste, « Olivier Bignon, « Chasser les chevaux à la fin du Paléolithique dans le Bassin parisien. Stratégies cynégétiques et mode de vie au Magdalénien et à l’Azilien ancien » », Quaternaire [En ligne], vol. 20/1 | 2009, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/5073

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org