Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Pascal DEPAEPE : Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines

Patrick Auguste
p. 345
Référence(s) :

Pascal DEPAEPE : Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines. Mémoire de la Société Préhistorique Française, volume 41, 2007, 40 euros.

Texte intégral

1Sache, ô lecteur, qu’entre la période où les fouilles des gisements paléolithiques de plein air reposaient sur la seule force manuelle et l’avènement des décapages systématiques à la pelle mécanique, il y eut un âge dont le présent ouvrage se propose de retracer une des bribes essentielles de l’histoire parvenue jusqu’à nous depuis le siècle dernier.

2De fait, ce mémoire publié par nos collègues de la S.P.F. nous replonge au début des années 1990, c’est-à-dire le début des premières grandes fouilles préventives portant sur plusieurs milliers de mètres carrés réalisées à l’aide d’engins mécanisés. L’auteur, digne produit de la préhistoire liégeoise, a ainsi fait partie à cette période d’une équipe regroupant géologues/géomorphologues et paléolithiciens (spécialisés plutôt dans l’étude des industries lithiques), équipe étant intervenue sur la zone de la vallée de la Vanne entre Sens et Troyes. Les travaux menés dans le cadre de ces opérations et le matériel lithique découvert ont ensuite permis à P. Depaepe de rédiger une thèse de doctorat, objet de la présente publication.

3Les décapages mécaniques sur de grandes surfaces ont fait leur apparition en France septentrionale à la fin des années 1970 et au début des années 1980 avec les travaux pionniers d’Alain Tuffreau sur les gisements de Biache-Saint-Vaast, de Seclin ou encore de Riencourtles-Bapaume. Ces interventions ont l’intérêt de mettre au jour très rapidement et sur des surfaces importantes un contexte stratigraphique offrant une large fenêtre d’analyse rarement égalée par les fouilles programmées traditionnelles, permettant aisément de replacer les occupations humaines, matérialisées par les archives lithiques essentiellement, dans leur cadre chronologique et en partie paléoécologique. Le problème se pose avec les vestiges fauniques qui, s’ils sont préservés, multiplient certes les éléments d’interprétations de diverses nature (biochronologie, paléoécologie, taphonomie et paléthnologie), mais ralentissent considérablement les opérations, comme le fait remarquer l’auteur à fort juste titre. En l’occurrence, dans tout le secteur concerné, aucun élément de faune mammalienne n’a été conservé.

4Le plan de l’ouvrage est simple mais efficace. L’auteur décrit dans un premier temps le cadre de l’étude (cadre pédosédimentaire, les industries du Paléolithique moyen, l’historique des recherches dans la région, les méthodologies utilisées, les attributions chronostratigraphiques et l’implantation des sites). Il décrit ensuite les industries découvertes et les analyse suivant un déroulé chronologique et culturel. Une partie synthétique termine son discours.

5Huit gisements correspondant à une vingtaine de sites échelonnés du Saalien jusqu’au Pléniglaciaire moyen du Weichsélien sont ainsi étudiés au travers leurs industries lithiques. L’auteur réalise les traditionnelles analyses techno-typologiques, mettant en exergue l’importante variabilité de ces industries. Il développe en outre une étude pétrographique permettant de pister l’origine de la matière première employée, en l’occurrence divers types de silex, l’approvisionnement étant essentiellement d’origine local. Il met en œuvre une batterie d’études spatiales de la répartition des artefacts, faisant ainsi apparaître des sites aux fonctions et aux structurations dans l’espace très différentes. L’occupation des territoires par les groupes humains considérés est enfin développée.

6Il s’agit là de la première étude régionale exploitant des données de l’archéologie préventive pour comprendre les comportements des groupes néandertaliens sur plus de 1000 km². Le travail de technotypologie est bien replacé dans son contexte chronostratigraphique et paléoécologique. Afin de déterminer l’origine des matières premières siliceuses utilisées comme support à la fabrication des artefacts, l’auteur a réalisé une lithothèque régionale exploitant les caractéristiques physiques des roches (cortex, limite cortex-matrice, matrice). Les études taphonomiques ad hoc préalables rendent cohérentes les interprétations de l’auteur. Les travaux de répartition spatiale des vestiges constituent une des grosses approches de cet ouvrage et s’avèrent très instructifs. Tous ces éléments permettent ainsi à l’auteur d’élaborer une série d’hypothèses concernant la nature et le mode de fonctionnement des sites. C’est ici que l’absence de faune montre les limites de ce genre de démarche, le système décrit pour l’exploitation des territoires et des ressources par les Néandertaliens étant par nature incomplet (outre l’absence quasi-récurrente pour le Paléolithique de l’intégration des matières premières d’origine végétale). L’auteur synthétise tous ces résultats par la proposition d’un schéma évolutif chronostratigraphique de la migration des groupes du « Technocomplexe du Nord-Ouest » comme il les nomme, couvrant le Pléistocène supérieur. Il est très intéressant de constater que ce schéma recouvre en grande partie celui que nous avons établi pour les renouvellements fauniques au cours de cette même période et pour le même contexte paléobiogéographique. Des documents destinés aux spécialistes lithiciens sont fournis en annexe (morphométrie, détail des remontages lithiques, décomptes).

7Un ouvrage qui devrait donc intéresser les paléolithiciens de toute région par son approche didactique et pouvant servir d’exemple. Nous conseillons également sa lecture à tous les quaternaristes curieux, qui pourront ainsi constater les potentialités informatives qu’offre l’étude des industries lithiques en contexte de plein air.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Auguste, « Pascal DEPAEPE : Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines », Quaternaire, vol. 19/4 | 2008, 345.

Référence électronique

Patrick Auguste, « Pascal DEPAEPE : Le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne (Yonne, France) : matières premières, industries lithiques et occupations humaines », Quaternaire [En ligne], vol. 19/4 | 2008, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/4972

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org