Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Les grands Mammifères fossiles du Velay – Les collections paléontologiques du Plio-Pléistocène du Musée Crozatier – Le Puy-en-Velay, sous la direction de Frédéric Lacombat

Patrick Auguste
p. 249
Référence(s) :

Les grands Mammifères fossiles du Velay – Les collections paléontologiques du Plio-Pléistocène du Musée Crozatier – Le Puy-en-Velay, sous la direction de Frédéric Lacombat, Annales des Amis du Musée Crozatier, n° 13/14, 2004/2005 (renseignements : museecrozatier@mairie-le-puy-en-velay.fr).

Texte intégral

1Les collections paléontologiques des musées d’histoire naturelle français font très rarement l’objet de présentations synthétiques, et presque jamais de catalogues raisonnés et scientifiquement décrits. C’est tout le mérite de ce présent ouvrage que de livrer à la communauté scientifique le travail de plusieurs paléomammalogistes quaternaristes concernant les fossiles conservés au sein du Musée Crozatier du Puy-en-Velay. Sous la houlette de notre collègue F. Lacombat, les principaux sites fossilifères du Plio-Pléistocène de Haute-Loire sont ainsi évoqués, au travers les fameuses faunes « villafranchiennes » découvertes depuis le XIXe siècle, le musée ayant été lui-même fondé en 1820. C’est surtout la collection Aymard qui est utilisée, mais toutes les faunes de cette période sont systématiquement étudiées. Une vision d’ensemble des gisements et faunes aurait d’ailleurs été utile pour permettre aux personnes ne connaissant pas la région de mieux percevoir l’intérêt primordial paléontologique de ces fossiles, bien que l’inventaire systématique des gisements et de leur localisation soit décrit. Il est à noter que cette étude s’est réalisée conjointement avec le reclassement de ces collections et qu’il s’agit donc à la fois d’un travail muséographique et paléontologique.

2Les deux gisements phares sont assurément ceux de Vialette, un des plus vieux sites villafranchien reconnu et daté d’environ trois millions d’années, et de Soleilhac, bien plus récent et ayant livré une association mammalienne postérieure au Villafranchien. Chaque taxon est systématiquement décrit par les spécialistes du groupe considéré, le corpus des illustrations est riche et bien venu, même s’il manque assez souvent des échelles aux photos. Plusieurs holotypes conservés au Musée sont présentés, comme la Hyène massive de Sainzelles Pachycrocuta brevirostris ou la grande gazelle du Coupet Gazellospira torticornis.

3Ce travail de reclassement et d’analyses spécialisées a ainsi permis d’apporter de nouveaux éléments demeurés jusqu’à lors inédits. La liste des taxons est en particulier augmentée avec cinq nouvelles espèces non identifiées au sein des collections, en particulier pour Vialette où cinq nouveaux taxons viennent enrichir le cortège faunique de ce gisement. Plusieurs sites inédits dans la littérature sont par ailleurs mentionnés pour la première fois, comme Crouzas et Farnier. Pour Crouzas, c’est en particulier la présence avérée des tous premiers témoignages du genre Equus qui lui confère un statut important, cette détermination des premiers Equus étant confirmée également pour Vialette. Les gisements de Sainzelles et de Ceyssaguet sont « rajeunis », avec une faune nettement post-villafranchienne. Le site de Soleilhac est également « lifté », avec sa faune comprenant deux Proboscidiens, l’Éléphant antique et le Mammouth des steppes Mammuthus trogontheri. Aucun fossile provenant de deux gisements incontournables du Massif central, Senèze et Chilhac, n’étant présent au sein des collections du Musée Crozatier, ceux-ci ne sont donc malheureusement pas décrits ici. Pour le Pléistocène supérieur, il est proposé une partie plus développée faisant intervenir les reconstitutions paléoécologiques des écosystèmes à partir des Mammifères, où M.-P. de Marchi utilise la méthodologie des associations écoéthologiques des Carnivores.

4Ce « catalogue » des collections de grands Mammifères conservées au Musée du Puy s’avère donc d’un intérêt indéniable pour les quaternaristes, spécialement les paléontologues, mais ses apports globaux et une possibilité de lecture accessible même aux non spécialistes le rendent également consultable par les chercheurs travaillant sur le Pléistocène inférieur et moyen. L’opération est donc une belle réussite et pourrait servir comme base de travail pour les musées d’histoire naturelle soucieux de rendre accessible leurs richesses paléontologiques et muséologiques auprès de la communauté paléontologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Auguste, « Les grands Mammifères fossiles du Velay – Les collections paléontologiques du Plio-Pléistocène du Musée Crozatier – Le Puy-en-Velay, sous la direction de Frédéric Lacombat », Quaternaire, vol. 19/3 | 2008, 249.

Référence électronique

Patrick Auguste, « Les grands Mammifères fossiles du Velay – Les collections paléontologiques du Plio-Pléistocène du Musée Crozatier – Le Puy-en-Velay, sous la direction de Frédéric Lacombat », Quaternaire [En ligne], vol. 19/3 | 2008, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/4352

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org