Navigation – Plan du site

Quatrième rencontre des quaternaristes marocains (rqm4), Oujda, 15-17 novembre 2007

André Weisrock

Texte intégral

1La rencontre bisannuelle des quaternaristes marocains a dépassé rapidement le stade national pour devenir une manifestation scientifique internationale de qualité. Après Rabat, Errachidia, Marrakech, elle se tenait cette année à la Faculté des Sciences de l’Université Mohamed Ier d’Oujda, sous la coordination exemplaire du Professeur Hassan Aouraghe, Directeur du tout nouveau Centre Universitaire de recherches en Archéologie (CURA). Disons d’emblée que cette réunion a connu un grand succès, réunissant 154 contributeurs de 12 pays différents, ce qui a permis l’audition de 44 communications et de 10 posters, en plus de 4 conférences, le tout en deux journées et une matinée, avec une excursion de l’après-midi au site emblématique de la grotte de Tafoughalt (Taforalt).

2Les conférences et les communications entendues peuvent se regrouper selon quatre thèmes principaux d’étude du Quaternaire : la géologie et la géomorphologie des sites et formations quaternaires (avec un accent plus particulier sur le domaine méditerranéen occidental), la chronologie, la reconstitution des paléoenvironnements et enfin les peuplements et cultures préhistoriques.

3Le premier thème « Géologie du Quaternaire » a été le plus copieux, avec seize exposés précédés par la conférence de D. Lefèvre « de la Moulouya à la Maâmora, réflexions sur la chronostratigraphie du Quaternaire continental du Maroc », où l’auteur, fort de son expérience personnelle, a rappelé la découverte de l’importance de l’Holocène ancien dans le bassin de Ksabi, puis la remise en cause des stratotypes du Salétien et du Moulouyen dans les dépôts de Salé et de la Maâmora, pour conclure sur l’importance de la méthode morpho-litho-stratigraphique dans toute étude du Quaternaire continental.

4Quatre exemples d’étude du Quaternaire continental du Maroc méditerranéen ont été exposés par L. Gourari sur les hautes terrasses de l’oued Aggay dans le Moyen Atlas, H. Ibouhouten et collaborateurs sur les dépôts fluviatiles de la Basse Moulouya, B. Cherrai et collaborateurs sur l’impact de la néotectonique sur le réseau de l’oued Sebou, M. Mili et collaborateurs avec une modélisation stratigraphique du Quaternaire de la Plaine des Triffa. Quatre autres exposés ont concerné le Midi méditerranéen français avec l’étude de la phosphatogenèse du remplissage de l’abri de la Baume-Bonne par K. El Hammouti et collaborateurs, l’Espagne, avec l’étude des diatomées et de leur signification paléoclimatique dans la dépression de Baza par

5N. El Hamouti et collaborateurs, et la Tunisie, avec une étude des terrasses des oueds Mlames et Chichira par H. Ben Jmaa et collaborateurs, ainsi qu’une synthèse des connaissances sur le Quaternaire continental de la Tunisie centrale par M.R. Karray. Un exposé plus méthodologique de M. Aarab et collaborateurs a concerné la sédimentologie des nappes alluviales de la Creuse française.

6Le Quaternaire marin a tenu une place éminente dans cette réunion, avec sept exposés, dont quatre ont porté sur le littoral de Rabat-Casablanca : D. Lefèvre a rappelé comment s’est édifiée la chronostratigraphie du Quaternaire marin du Maroc à Casablanca, tandis que M. Aberkan s’est intéressé aux indices de séismicité préhistorique dans les formations littorales de Rabat. M. Ouadia et collaborateurs ont présenté la karstification des formations plio-quaternaires des Doukkala-Abda, puis S. Hichour et collaborateurs les caractéristiques sédimentologiques et géotechniques de la calcarénite fini-ouljienne de Casablanca-Mohammedia. Deux exposés ont concerné le littoral méditerranéen du Maroc : celui de Z. Irzi, S. Occhietti et collaborateurs sur l’évolution du littoral et les problèmes d’aménagement entre Nador et la frontière algérienne, et celui de A. Sbai sur l’étagement des niveaux marins du littoral des Beni-Saïd. Enfin A. Chakroun et collaborateurs ont présenté l’organisation séquentielle des dépôts quaternaires de la péninsule du Cap Bon en Tunisie.

7Le deuxième thème « Méthodes de datations appliquées en géologie du Quaternaire et en archéologie » a suscité quatre exposés. A. Weisrock, L. Rousseau, B. Ghaleb et collaborateurs ont donné les premiers résultats des datations par U/Th-TIMS des travertins d’Imouzzer Ida Ou Tanane, qui ont de 15 à plus de 400 ka BP. Toujours dans des travertins du Sud marocain, C. Falguères et collaborateurs ont utilisé la constance du rapport initial 234U/238U des eaux hydrothermales d’Irdi pour évaluer les âges d’un carottage de plus de 16 mètres, dont la base se situe ainsi à plus d’un million d’années. H. Mejri, M. Lamothe et collaborateurs ont repris les datations des formations Réjiche et Douira du Sahel tunisien par la luminescence. Si l’appartenance de la formation Réjiche au stade 5 est bien confirmée, la formation Douira est en fait plus ancienne. Enfin A. Bkhairi, M.R. Karray et collaborateurs ont précisé l’évolution morphologique du bassin de Kasserine, en Tunisie centrale, entre le Pléistocène supérieur et l’époque romaine, au moyen de datations 14C.

8Le troisième thème « Biodiversité, biostratigraphie, comportements de subsistance » a été introduit par la conférence de N. Limondin-Lozouet sur les apports des malacofaunes continentales à la reconstitution des paléoenvironnements quaternaires, signalant la relation étroite entre les mollusques continentaux et l’environnement végétal et climatique. Si les reconstitutions paléoclimatiques quaternaires à partir des assemblages de mollusques sont aujourd’hui courantes en Europe occidentale et centrale, le domaine méditerranéen est encore peu exploré, mais semble prometteur. C’est l’objet d’un travail de H. Haddoumi, Z. Maazouzi et collaborateurs, qui porte sur les malacofaunes holocènes du bassin de l’oued El Haï. Trois communications ont concerné la faune de grands mammifères quaternaires du Maroc : une étude paléontologique des sites de Boutkhoubaye et Boutahnite au Moyen Atlas, par S. Boughabi et collaborateurs, celle des grands mammifères du gisement du Pléistocène supérieur de Tamaris 1 à Casablanca par B. Bougariane et collaborateurs, et une mise au point sur les gisements à Ursidés dans l’Holocène marocain, par B. Ouchaou. Deux autres exposés ont montré l’utilisation des inventaires paléontologiques pour la reconstitution des comportements alimentaires préhistoriques, l’un au Paléolithique supérieur et au Néolithique, par E. Campmas, à partir des faunes d’El Harhoura 2, l’autre à l’Ibéromaurusien, par S. Merzoug, à partir des mammifères du gisement de Columnata en Algérie.

9Le quatrième thème portait sur « Préhistoire et Paléoanthropologie, civilisations et hommes préhistoriques ». Outre l’excursion, guidée par A. El Harradji pour ce qui concerne les environnements actuel et quaternaires du versant méridional des Beni-Snassen et par H. Aouraghe qui a présenté le site de la grotte, l’historique des fouilles, la chronologie de l’occupation humaine, les caractéristiques physiques et le comportement culturel des hommes de Tafoughalt, ce thème a bénéficié de deux conférences. La première, de A. Lemjidi, centrée surtout sur le bassin de l’oued Draa, a concerné le patrimoine rupestre marocain, sa richesse et les difficultés de sa conservation face au vandalisme et au cambriolage dont il est l’objet. La seconde, de S. Hachi, a décrit l’art rupestre saharien, montrant une répartition préférentielle de l’art gravé dans les chaînes atlasiques et de la peinture au Sahara central. Deux exposés ont eu trait également à l’art rupestre, l’un sur celui des régions tébessiennes d’Algérie, par I. Amara, l’autre sur la participation des manifestations symboliques néolithiques au processus identitaire en Algérie orientale, à partir d’un réexamen détaillé des sites de Khanguet el Hajar et de Kef Messiouer, par C. Roubet et I. Amara. Le Néolithique et l’Ibéromaurusien ont été abordés à travers les quatre communications de M. Benabdelhadi et collaborateurs sur la découverte d’une nécropole à la « Cité des Pierres » dans le Moyen Atlas, de K. Illoul sur l’acquisition et le traitement de roches siliceuses durant le Néolithique près de Brézina, dans le Sud oranais, de L. Sari sur les productions lamellaires en contexte ibéromaurusien à la grotte de Rassel dans l’ouest algérois, et de H. Aouraghe et collaborateurs sur les premiers résultats des fouilles de la grotte de Guenfouda, près d’Oujda.

10Le Paléolithique supérieur a été évoqué par S. Hachi à partir du site d’Affalou Bou Rhummel et de ses étonnantes découvertes symboliques, par R. Nespoulet et collaborateurs dressant un bilan des connaissances sur l’homme atérien de Témara à travers les documents des sites de Dar es Soltane, de la grotte des Contrebandiers et d’El Harhoura 1 et 2, et par A. Oujaa et collaborateurs, qui trouvent à Boutkhoubaye, dans le Moyen-Atlas, des industries atériennes associées à de nombreux ossements en cours d’étude.

11Des témoins de présences humaines plus anciennes ont été fournis à travers six autres communications portant sur le Paléolithique moyen et inférieur, comme celle sur le vaste gisement de surface de Hmar Lakhdad, près d’Erfoud, étudié par S. Guislain, L. Boudad et collaborateurs, posant de sérieux problèmes de conservation, ainsi que l’a rappelé d’ailleurs L. Boudad plus généralement pour l’ensemble des sites de plein air du Tafilalet. A. Amara a exposé le lien entre le magnifique étagement de travertins de N’Gaous, dans l’Aurès, et les industries lithiques associées. Deux découvertes nouvelles ont été apportées avec la mise au jour d’outils du Paléolithique inférieur près d’Abadou, dans le Haut-Atlas, par M. Noçairi et collaborateurs, et d’outils acheuléens dans le Nord-Ouest du Plateau central marocain, par M. Belhilali et collaborateurs. Les réflexions de N. El Hamouti, J. et L. Gibert sur la dispersion du genre Homo dans le sud de l’Ibérie et au Maghreb ouvrent la voie à de futures découvertes passionnantes depuis le recentrage des origines de l’homme vers l’Ouest de l’Afrique. En se dotant d’outils performants, H. Aouraghe, R. Sala et collaborateurs se sont ainsi engagés résolument vers la recherche des traces des premiers peuplements humains au Maroc oriental.

12Il convient de féliciter l’ensemble des organismes officiels, des associations et des sponsors, du Comité d’organisation et du Comité scientifique de la RQM4 pour la brillante réussite de cette manifestation qui a su mettre en valeur la grande vitalité de la recherche sur le Quaternaire au Maroc. La réunion d’Oujda a en outre permis de souligner la similarité des questions scientifiques au sein du Maghreb, et aura été l’occasion de fructueuses rencontres, gages d’un avenir prometteur.

13Le Quaternaire marocain dans son contexte méditerranéen, Quatrième rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM4), Recueil des résumés et liste des intervenants, Oujda, 15-17 Novembre 2007, 107 pages.

14Site web : www.ump.ma/CURA/CURA.htm

Haut de page

Table des illustrations

URL http://quaternaire.revues.org/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Weisrock, « Quatrième rencontre des quaternaristes marocains (rqm4), Oujda, 15-17 novembre 2007 », Quaternaire [En ligne], vol. 19/1 | 2008, mis en ligne le 23 septembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://quaternaire.revues.org/2012

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • Revues.org